Avertir le modérateur

vendredi, 16 avril 2010

petites annonces : terroristes échangeraient 50 kgs de bombe sale contre 2 mégatonnes de bombe propre...

Amis lecteurs, bonjour !

La dernière annonce de Barack Obama sur la prolifération nucléaire m'a beaucoup fait rire : que voulez vous ? Plus l'information est grotesque et sensationnelle, plus mon sourire édenté m'illumine le visage !

En effet, le Maître actuel du monde, par ailleurs homme sympathique s'il en était, étant drivé par la même puissante oligarchie militaro - industrielle financière, partage avec son prédécesseur Bush la même obsession concernant le terrorisme musulman, que voulez vous ? Un pays dominateur comme les USA ne peut pas se payer le luxe de se passer d'ennemis ! Après les "rouges communistes", les soviétiques Brejneviens, voici venir depuis le 11 septembre, l'époque du cassage de musulmans détenteurs, Ô hasard providentiel, des principaux gisements de pétrole.

bombeNevadajour.jpg

Cette poignée de musulmans fanatiques dont la puissance réelle est montée en épingle pour justifier un impérialisme à tous crins de la part des USA, est évidemment bien trop faible  pour élaborer une bombe atomique traditionnelle. Elle cherche donc à se doter d'une bombe sale.

Qu'est ce qu'une bombe sale ? C'est une charge explosive de quelques dizaines de kilogrammes à l'intérieur de laquelle on aurait glissé de la matière radio-active genre déchets qu'on trimballe en retraitement à la Hague dans des wagons plombés qui traversent tranquillement le Pays...

Sous le coup de l'explosion, les poussières radio-actives se dissémineraient sur le terrain et rendraient par exemple une ville inhabitable de par la nocivité des radiations.

Aussi, puis-je me permettre de vous vanter la bombe nucléaire propre, qui grâce à son souflle puissant, à sa chaleur désinfectante, à ses radiations rayonnantes et à son indubitable efficacité vous nettoie une ville en quelques secondes, laissant derrière elle une propreté de bon aloi que vous envierons vos voisins médusés. Sachez qu'après le passage de la tornade brûlante, aucun miasme, pas une impureté, plus un insecte ne subsisteront  ! Du bel ouvrage, ma foi !

Selon l'oncle Barry, la bombe sale utilisée par des individus bestiaux vous pourrira la vie, vous rendra malade, et "frankensteinisera" vos descendants. Par contre la "bombe propre", fruit de la réflexion de milliers de scientifiques du calibre de Claude Allègre et aux mains de grands penseurs politiques occidentaux que vous avez élus est un gage absolu d'hygiène auquel l'Occidental, contrairement à l'Oriental est si attaché...

Tuer proprement est un pouvoir imprescriptible  donné aux militaires américains ou européens : ce ne seront ni les Afghans ni les Irakiens qui vous diront le contraire. La souffrance doit être abrégée au maximum chez les victimes "ennemies" car son spectacle pourait provoquer chez nous autres, pauvres petits Occidentaux stressés et émotifs, le recours aux cellules de soutiens psychologiques. Et ça, c'est insupportable !

Trêve de plaisanterie, pour le pauvre petit citoyen non influent, laisser exterminer des talibans ou de pauvres miséreux à l'autre bout de la planète au moyen d'une bombe propre lancée par nos militaires  ne semble pas lui poser un cas de conscience excessif. Personne ne semble s'en soucier pour l'instant. Mais le jour où une bombe sale viendra exploser près de chez nous, je ne sais si notre révolte sera bien justifiée ?

C'était ma question existentielle du jour. À bon entendeur !

Il est utile de toujours garder à l'esprit que l'argent utilisé par les grands États pour construire toutes leurs saloperies, s'ils leur arrivaient d'en faire un usage plus pacifique, pourrait rendre les d'individus qui manquent de nourriture, sinon heureux, du moins dignes et en tout cas capables de tenter de s'en sortir...

Les budgets militaires de tous les pays du monde représentent 1200 milliards d'euros par an, les budgets publicitaires, 900 milliards...

30 milliards suffiraient à résorber la famine dans le monde. Pensez vous encore que nous sommes gouvernés, éduqués et dirigés économiquement  par les meilleurs d'entre nous ?

L'Humanité est bien mal barrée.

Mais ce que j'en dis n'a aucune espèce d'intérêt sinon de cacher ma tristesse sous un humour désespéré.

Nous avons les mots, ils ont le pouvoir et l'argent : nos idées sont-elles condamnées à s'éteindre ?

Avant de vous quitter, permettez moi de vous conseiller quelques blogs qui possèdent, selon moi, du sens et de la profondeur. Ce superbe  billet a attiré mon attention et j'y souscris complètement, allez visiter ce blog collectif qui nous ressemble, tant par la diversité des auteurs que par son combat, et celui de Céleste qui nous ravit par son ouverture sur le monde. Que du beau !

En m'excusant par avance pour ce billet décousu car depuis 2 mois je suis débordé de travail, amis lecteurs, Compagnons du Village des NRV, permettez moi de vous saluer et de vous souhaiter de  bonnes vacances si par chance vous partiez !

 

Cui cui fit l'oiseau. Tout simplement.

 

 

lundi, 01 mars 2010

Quand la démocratie américaine devient l'embryon d'une oligarchie commerciale.

Ami(e)s du village,

Figurez vous qu'en consultant le quotidien "Libération" du samedi 23 et Dimanche 24 janvier, je suis tombé sur un article de la correspondante à Washington, Lorraine Millot, concernant une décision de la Cour Suprême des USA et rendue jeudi 21 janvier 2010.

DrapeauUsajpg.jpgTenez vous bien à votre chaise ou accrochez vous aux lianes environnantes : Cette Cour, par 5 voix contre 4, a levé, je cite, "la plupart des restrictions financières qui pesaient sur les entreprises pour limiter leur poids dans les campagnes électorales."

Voilà pour la décision qui me semble complètement passé inaperçu dans notre Pays.

Et pourtant, le retentissement et les implications risquent de devenir considérables pour l'équilibre mondial !

Voilà ce que cela signifie dans la pratique et comme chacun sait, en politique, seul le concret compte : n'importe quelle entreprise pourra désormais soutenir sans limite un candidat au Sénat, à la Chambre des Représentants, ou même les gouverneurs des États grâce à des centaines de spots publicitaires diffusés sur la télévision aux frais de l'entreprise qui les coachera, et ce, au sacro-saint prétexte de la liberté d'expression, qui, en ce cas précis, agira en réalité contre cette même liberté de conscience !

Vous avez bien compris qu'il s'agit d'une porte ouverte à la corruption et à la puissance du lobbying !

Ainsi, des entreprises très puissantes financièrement, comme des banques, des multi-nationales, de grands groupes pourront soutenir et entretenir des écuries (comment les appeler les autrement) de parlementaires, qui, fatalement, lors de discussions de Lois mettant en cause les Sociétés concernées voudront rendre à leurs mentors, par leur vote, la reconnaissance de leur soutien ventral.

Vous aurez désormais, les candidats de Wall Street, de Coca Cola côtoyant ceux de Pepsi, ceux de Général Motors, ceux des banques, pire, les élus des groupes d'armement, compagnies pétrolières, et autres entreprises stratégiquement essentielles comme Monsanto. Ces représentants "pré-élu" du peuple, deviendront en réalité des avocats commerciaux des intérêtrs de leurs entreprises car chacun sait bien ici, qu'un budget électoral gigantesque peut faire élire une chèvre dans le système (si peu) démocratique et (si faiblement) représentatif actuel des pays qu'on appelle plaisamment "libres". Système politique qui apparaît à de plus en plus de citoyens comme un vague simulacre où les résultats sont biaisés d'avance et la parole confisquée au peuple !

Imaginez une transposition future à notre pays où les députés "Dassault" ou "Bouygues" ou même les lobbies des laboratoires pharmaceutiques soutenus par le Figaro et TF1 feront voter un budget militaire équipant nos armées avec leur matériel ou l'élaboration d'infrastructures immobilières et médiatiques favorisant leurs entreprises, ou soudoieront les autorités pour promouvoir leurs vaccins ?

En France et en Europe, pas la peine de payer les campagnes électorales de nos politiques, me chuchotez vous ?

Ah merde ! Ça existe déjà ? Non. Mais cela revient au même...

Au temps pour moi. Où avais je la tête ? J'avais oublié un bref instant que la politique n'était pas élaborée par le Citoyen pour l'intérêt général.

Humour, quand tu nous tiens !

 

Je rattrape mon retard d'écriture. À après, les gens, sachez je suis vraiment heureux de vous retrouver.

 

"Cui cui", fit l'oiseau, faute de savoir dire autre chose pour vous alerter.

 

 

vendredi, 23 octobre 2009

Les 'Nobel', belles, belles comme l'humour !

  • 2009 Oliver Williamson et Elinor Ostrom (USA),
  • 2008: Paul Krugman (USA),
  • 2007: Leonid Hurwicz, Eric Maskin et Roger Myerson (USA),
  • 2006: Edmund Phelps (USA),
  • 2005: Robert Aumann (Israël) et Thomas Schelling (USA),
  • 2004: Finn Kydland (Norvège) et Edward Prescott (USA),
  • 2003: Robert Engle (USA) et Clive Granger (GB),
  • 2002: Daniel Kahneman (USA) et Vernon Smith (USA),
  • 2001: George Akerlof, Michael Spence et Joseph Stiglitz (USA),
  • 2000: James Heckman et Daniel McFadden (USA),
  • 1999: Robert Mundell (Canada),
  • 1998: Amartya Sen (Inde),
  • nobel-4a.jpg

  • 1997: Robert Merton et Myron Scholes (USA),
  • 1996: James Mirrlees (GB) et William Vickrey (USA),
  • 1995: Robert Lucas Jr (USA),
  • 1994: John Harsanyi et John Nash (USA), et Reinhard Selten (Allemagne),
  • 1993: Robert Fogel et Douglas North (USA),
  • 1992: Gary Becker (USA),
  • 1991: Ronald Coase (GB),
  • 1990: Harry Markowitz, William Sharpe et Merton Miller (USA),
  • 1989: Trygve Haavelmo (Norvège),
  • 1988: Maurice Allais (France),
  • 1987: Robert Solow (USA),
  • 1986: James Buchanan Jr (USA),
  • 1985: Franco Modigliani (USA),
  • 1984: Richard Stone (GB),
  • 1983: Gerard Debreu (USA),
  • 1982: George Stigler (USA),
  • 1981: James Tobin (USA),
  • 1980: Lawrence Klein (USA),

Tels sont les 47 lauréats du prix Nobel d'économie depuis 29 ans... 36 Américains, 4 Anglais, 1 Canadien, 2 Norvégiens, 1 Allemand, 1 Israélien, 1 Indien et 1 Français. C'est à dire que selon les pantins des jurys du Prix Nobel, 85 % des économistes mondiaux seraient donc américains !

Ne riez pas tout de suite !

Observez auparavant le résultat sur le terrain de l'économie américaine et les résultats désastreux malgré une troncature plus ou moins habile des statistiques pour éviter l'affolement !

Vous vous esclaffez ? Normal !

L'économie des États Unis, malgré cette formidable élite pré-citée, subit une récession considérable consécutive à la crise des sub-primes et à des distributions sans discernement de crédits.

Je ne parle même pas de la Grande Bretagne, hâvre économique paradisiaque et modèle pour la France  selon l'auteur de "l'économie faite par les nuls", j'ai nommé le célèbre journaliste et chroniqueur que les médias s'arrachent et que le monde entier nous envie, Sa Suffisante Excellence , professeur "Honoris Causa" du Grand Journal et des Guignols, de Canal +,  Jean-Michel Aphatie !

Aussi ne vous raconté-je pas la désespérance vécue dans les chaumières : si on ne peut plus se fier à des experts, vers quel type de civilisation se dirige t-on ? Si l'État américain et les sociétés privées payent des études, des laboratoires, des équipements hors de prix aux Universités prestigieuses des States, les meilleures du monde, vantent sans rire les organismes bidons de notations universitaires aussi pertinentes que leurs homologues financières corrompues jusqu'à la moëlle, pourquoi édifier des campus dorés où quotidiennement des chercheurs en économie se plantent  irrémédiablement et quelles solutions nous reste t-il ?

Alors, sans sombrer dans le populisme ( concept ressassé par quelques misérables  exégètes de la pensée  centriste molle qui fourmillent sur Internet en lançant doctement quelques poncifs éculés,  et notion politique inepte à mes yeux puisqu'ielle mène historiquement  à l'homme providentiel et au pouvoir personnel ) , une question  m'interpelle : Mais bon sang, à quoi servent donc tous ces experts économiques qui ratiocinent, dissèquent, se contredisent, déclament, affirment, condamnent, prévoient, se disputent, triturent les chiffres, sortent des formules alambiquées ?

Dites moi, mes bons amis, n'avez vous pas remarqué que lorsqu'on assiste à leurs joutes, on a parfois l'impression d'assister à un congrès de druides gaulois amateurs de cervoise devisant bruyamment sur les vertus thérapeutiques des boules de gui cueillies par une nuit sans lune, au cri du loup et au hullulement de la chouette ?

Ils sont grotesques, pédants, manquent de distance, en une phrase : ils se discréditent chaque jour davantage !

En fait, je vais vous faire une confidence : bien qu'ils en sachent techniquement bien plus que nous, je crains qu'ils ne soient  aussi  démunis que nous sur les solutions à apporter ou tout simplement complètement perdus sur le déroulement des crises successives qui nous attendent !

Alors, je me permets d'adresser une supplique à nos amis journalistes et pseudos experts économistes : de grâce relativisez, parlez au conditionnel et surtout restez humbles !

J'en terminerais par une pirouette humoristique : pourquoi ne pas proposer au jury des "Nobel" d'économie, nos illustres incompétents  et précieux ridicules tels que Nicolas Baverez ou Jacques Marseille, auxquels nous adjoindrions pour les Nobel de Littérature, nos pitoyables génies caquetants et emplumés des basse-cours médiatiques André Glucksmann, Bernard-Henri Lévy ou Alain Finkielkraut ?

Au niveau actuel des Prix Nobel, ils le valent bien : notre considération envers le mérite des prix Nobel étant passée du stade de la dynamite à celui du pétard mouillé.

Rajoût de dernière minute : lire l'opinion de Paul Jorion sur les prix Nobel d'économie cet après midi même sur son intervention vidéo dans les dernières minutes : le constat est édifiant !

 

Amis et ennemis, à après et bonne fin de semaine !

 

Cui cui fit l'oiseau, gibier à viser sans modération.

 

mercredi, 29 octobre 2008

USA : huit jours à haut risque pour Barack Obama..

Pourquoi se mentir ?

Barack Obama est somme toute, une sorte de Bill Clinton, aussi transparent que l’original, aussi dépourvu d’imagination, aussi creux… Tout le monde en Occident le donne archi favori car la sympathie qu’on éprouve à son endroit n’est pas seulement due à son physique de jeune premier mais surtout au fait qu’il appartienne à une minorité ethnique de son Pays…

cainlang.jpgQue ne dirait on à propos de son programme politique s’il s’était avéré que Mr Obama ait été un WASP (White Anglo Saxon Protestant) ? Que ses idées sont nébuleuses, que sa plate-forme politique est vague et qu’il n’apporte aucune solution aux problèmes essentiels des USA…

Personnellement et comme beaucoup d’entre vous, j’éprouve évidemment infiniment plus de sympathie envers le leader démocrate mais il faut bien avouer qu’il ne s’agit là, que de l’adhésion à une image et nullement une conversion à son programme. Je pense néanmoins qu’il sera défait.

Depuis 1980 , date de l’élection de Ronald Reagan sur laquelle nous reviendrons, les démocrates n’ont gouverné que 8 ans sur 28, et encore par un Bill Clinton largement surestimé sur le plan intérieur, qui a, rappelons le, considérablement libéralisé les marchés financiers, ce qui nous a amené à la catastrophe actuelle ; autant dire que les différences entre le Parti de l’âne et celui de l’éléphant sont infimes en comparaison de l’échiquier politique français.

Une grande majorité de l’univers médiatique américain a pris fait et cause pour Barack Obama et tout semble aller vers une victoire sans encombre du leader démocrate… Et pourtant, il est des intérêts puissants pour faire capoter cette hypothèse… On peut en distinguer au moins 3 : :

- le racisme ambiant de l’Amérique profonde

- les Républicains aux manettes de l’État

- et surtout l’attitude de certains pays musulmans ou de factions, qui, à l'occasion de violents troubles ou d'attentats peuvent faire basculer les résultats.

mc cain.jpgRappelez vous l’affaire des otages en Iran en 1980. Alors que le Jimmy Carter, un des meilleurs présidents démocrates américains de l’après guerre était en passe de l’emporter, le gouvernement iranien avait fait basculer l’élection en faveur de Ronald Reagan contre tous les pronostics, entraînant, on s’en aperçoit aujourd’hui, des conséquences gigantesques (20 ans de pouvoir républicain, la prédominance des néos cons et la prise de pouvoir par le lobby militaro industriel) dans le cours de l’histoire du monde…

Il ne faut jamais assez se méfier des soit disant nouveautés. Autrefois, la venue au pouvoir de Golda Meir en Israël, faisait dire à certains exégètes que les femmes allaient modifier les habitudes politiques et diplomatiques des États, il n’en n’a rien été, puis sont venues, entre autres, la sinistre Margaret Thatcher et la corrompue Benazir Bhutto. En réalité, contrairement à ce que versifiait Jean Ferrat dans sa chanson, les femmes, dont il prétendait qu ‘elles étaient l’avenir de l’homme, ne se sont pas davantage montrées humaines dans la conduite de leurs Pays.

N’en attendons pas plus de Barack Obama, dont chacun souhaite évidemment la victoire mais sur lequel, on n'a strictement aucune illusion à avoir.

Barack ou John ? Qu'importe le flacon pourvu qu'on aie l'ivresse illusoire de la nouveauté car l'un comme l'autre, seront de toutes façons, mis sous tutelle des lobbies, des intérêts militaro industriels, des puissances privées, des pétroliers qui ne renonceront jamais. Ces dirigeants étant formatés pour se mettre au service d'une idéologie économique et d'un nationalisme impérial, l'Europe et les pays du monde n'ont rien à attendre de ce non-évènement que sera l'élection présidentielle américaine du 4 novembre prochain.

Sur ce constat de désespoir, good luck, les amis !

cui cui, la buse désabusée

 

vendredi, 10 octobre 2008

Sarah Palin : À un battement de cœur près…

Un journaliste américain dans un raccourci propre à beaucoup de ses confrères, et dans le bon goût si délicat qui caractérise les professionnels de l’information aux USA, a lancé l’idée suivante ; John Mac Caïn, jouissant, si on peut dire, d’une santé assez déficiente et d’un âge plutôt avancé, il ne serait point étonnant que Sarah Palin, sa co-listière, ne soit contrainte de le remplacer, celui-ci ayant passé l’arme à gauche durant son mandat, d’où l’expression exquise et délicieuse que la vice présidente serait "à un battement de cœur de la Présidence des États Unis"…

mac.jpg

On aurait pu également dire avec malice "à une métastase près" mais aux USA, apparemment, on peut  plaisanter sur les accidents cardiaques, un peu moins sur les maladies...

Tout ceci pour vous avouer, mes amis, combien cette phrase a provoqué chez moi une anxiété terrible ! Dites moi ? Regardez moi dans les yeux : ne sommes nous  pas tous à un battement de cœur de la fin de notre existence ?

Tiens ! Au moment où j’appuie sur les touches de mon clavier ne vais je pas m'écrouler brutalement  ?

Quelle angoisse !

Avez vous conscience de la vanité de la pensée humaine ?  À quoi tient finalement le destin du monde ? À un battement de cœur. À une goutte de sperme ? Avez vous  déjà imaginé cette hypothèse : et si le spermatozoïde qui a atteint le premier, l’ovule de la mère d’Hitler était arrivé quelques dixièmes de seconde plus tard ? Adolf se fût prénommé Delphine et la face de la planète eut été complètement chamboulée…

À quoi tient notre existence tout de même ! À quelques dixièmes de seconde près...

Trêve de plaisanteries.

Bon ! Admettons que le coeur de l'infortuné John s'arrête de battre et projetons nous dans le futur

Sarah Palin a prêté serment...

La théorie du créationnisme triomphe : voilà les enfants américains obligés d’apprendre qu’il y a 6000 ans, nos ancêtres gardaient des troupeaux de dinosaures qu’ils devaient traire tous les jours et que Dieu a créé la terre et ses créatures en 7 jours…

Chaque femme est considérée comme  une sorcière potentielle qu'il est nécessaire de  désenvoûter régulièrement par un prêtre exorciste…

Le tir au fusil  sur des ours blancs élevés en batterie est devenu une option dans les Universités américaines

La prière obligatoire sur son lieu de travail, matin, midi et soir. L’écologie devient une discipline considérée comme une hérésie passible d’un séjour en Alaska par – 30° C sur une plate forme de forage pétrolier.

Voici ce qui pourrait arriver à nos amis américains si le coeur si fragile de Mac Caïn venait à s'arrêter. Pourquoi ressentez vous des frissons ?

En ce moment toute la presse européenne s'accorde à clamer que Barack Obama est archi favori dans la course à la Maison Blanche selon les sondages. Je suis hélas persuadé du contraire : nous verrons bien dans 3 semaines...

Capt-2212541.jpg

Car...

La middle class américaine éprise de télé réalité, désespérément "beauf" et complètement bouleversée par la crise financière semble particulièrement friande de ce populisme un peu vulgaire et sans complexe qu'incarne  "sexy Sarah", avec sa gouaille et son clin d'oeil enjôleur (Wink en anglais - voir vidéo) digne d'une fille de mauvaise vie, un peu bécasse, qui vous promet avec rouerie le 17ème ciel pour seulement quelques actions Lehman & Brothers. Bien sûr, vous pensiez la rouler avec ces titres,  désormais cotées au prix du papier, que vous auriez réussi à lui fourguer en ces funestes jours où votre patrimoine a pris un sacré coup de jeune, retrouvant le niveau du montant de votre tirelire lors de l'anniversaire de vos 8 ans mais la guêpe est moins folle qu'il n'y parait...

Messieurs, méfiez vous de cette fausse naïveté car il se pourrait que Madame Thatcher de sinistre mémoire n'aie été qu'une midinette ingénue à côté de cette fausse poupée aux canines limées pour l'instant

Parce que vous l'avez compris, de nos jours, inutile d'être une lumière pour devenir le principal dirigeant d'un grand pays comme les USA : il suffit d'inspirer confiance et sympathie. Qu'importe la compétence, l'intelligence, seules comptent une certaine apparence de vulnérabilité et de fragilité, une sensibilité similaire à celle du citoyen moyen et la proximité supposée avec le peuple.

Aux USA, le populisme de droite, depuis Ronald Reagan, a gagné ses lettres de noblesse et Bill Clinton dont on loue à tort les capacités (n'est il pas un des principaux responsables fondateurs de la crise actuelle par la dérégulation excessive des marchés financiers ? Qu'a t-il réformé dans la société américaine ?) n'a certainement pas été, loin s'en faut, on s'en rendra compte progressivement,  une exception.

Vous dire que nous sommes bien mal partis me semble relever d'un doux euphémismeours.jpg : sans jouer les oiseaux de mauvais augures, il me semble que notre société se dirige droit vers une crise encore pire que celle imaginée, et ce, encadrée par des oligarchies et des dirigeants politiques occidentaux assez peu qualifiés et relativement incompétents pour faire face à une telle situation.

Ces élites  sont pourtant l'émanation démocratique de peuples étourdis par les médias tenus par ces mêmes intérêts financiers car n'oublions pas que dans une société démocratique, seulement 5 % d'électeurs peuvent faire basculer une majorité, d'où l'importance considérable de la maimise sur l'univers médiatique pour gagner ces électeurs fluctuants.

Nous autres, citoyens ordinaires sous le coup d'une propagande habile,  peu au fait de l'économie, accordant plus d'importance aux émotions et à l'apparence  qu'aux idées et à la raison, considérant la politique comme étrangère à nos préoccupations et forcément pourrie étions devenus, pour la plupart, jusqu'à cette crise qui laissera des traces, les ardents défenseurs de la société actuelle.  

Toutefois, il me vient à m'interroger : lors de déséquilibres trop importants, une sorte  "d'intelligence collective" n'a t-elle point anticipée une crise dont on se demande parfois si elle n'a pas été souhaitées par chacun d'entre nous, au plus profond de notre inconscient collectif, pour défaire un système qui générait trop d'injustices et de troubles et qui à long terme risquait de mettre l'essence même de notre société et de nos vies en péril ? Parce que, quoi qu'on en dise, j'ai ressenti, à mon niveau, la crise économique depuis plus de deux ans !

Mais si je me lance dans la philosophie de comptoir, je risque de ressembler de plus en plus à la future Présidente des États Unis d'Amérique, Sarah Palin, moi qui n'ait d'autre but que de vous distraire.

Ceci dit...

Possesseurs de cash, amateurs de trusts et de conglomérats gigantesques, requins des indices boursiers, bon appétit mais gare aux indigestions ! Un monde nouveau, encore meilleur pour vous que le précédent vous tend les bras.

Un univers de gigas groupes. Big fathers...

palin5.jpgEnfin un petit message affectueux et sarcastique à mes copains néo-libéraux qui se reconnaîtront : longue vie aux nationalisations (provisoires, ne nous leurrons pas)  d'une grande partie du système bancaire européen qui ne sauraient tarderet pour mes amis Sylvestre, Beytout, Aphatie, Marseille, Baverez et tant d'autres propagandistes patentés tellement sectaires qu'ils en ont perdu tout discernement :  bonjour à l'accroissement exponentiel des dettes publiques des pays occidentaux dues au sauvetage des meubles luxueux et coûteux du libéralisme mondial qu'ils défendent toujours becs et ongles mais devant un auditoire de plus en plus clairsemé !

Désormais, inutile de gémir sur la  dette publique : elle passera pour notre pays de la taille d'une mare à celle d'un abîme et pour les nations qui avaient une dette relativement modeste de la grosseur d'un terrier à la profondeur d'un gouffre.

Foutaises donc que ces combats d'arrière garde ! De toutes manières, les dettes publiques deviendront abyssales ! Quant à l'attitude passée de la BCE, on en reparlera dans quelques mois et la campagne de propagande développée frénétiquement par M. Trichet, largement relayée par les laudateurs habituels du néo-libéralisme par ailleurs assez peu férus en économie vu leur formation et leur activité. Lequel président de la BCE cherche à se faire passer pour le sauveur  de l'économie et de la monnaie européenne, conduite se révèlant pour le moins  largement abusive et superflue : l'avenir est souvent impitoyable.

Allez Sarah ! Toi, la future et première femme Présidente of the Unites States of America  (l'eusses-tu cru ?), fais nous au moins rire avec tes oeillades (voir vidéo) avant de nous faire pleurer de désespoir !

On attendait Hillary, et à la surprise générale, ce fut Sarah.

"Destinu" comme il est dit en Corse, avec fatalisme, lorsqu'on découvre le cadavre de son voisin criblé de balles au détour d'un sentier...

Et n'oubliez pas : l'essentiel est de conserver une bonne santé, c'est en général ce qu'on dit quand tout part à vau-l'eau ! So long les gens, gardez vous bien !

Bye bye.

Cui cui, fragile, vulnérable, gauche, fataliste et apôtre de la philosophie à 2 kopecks...


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu