Avertir le modérateur

mercredi, 19 mai 2010

Rire jaune, burqa bleue et obsession noire.

Pastiche trash sur la presse à sensations. Émotifs s'abstenir.


frpoir.jpg

 

 

Encore un succès pour Brice Hortefeux

: un gang d'intégristes musulmanes

en burqa arrêté en flagrant délit

de tentative d'assassinat !


burqa.jpg

En exclusivité, la photo des 2 assaillantes en pleine action.


Reportage réalisée par Cédric Le Boucher des Ardennes.

Le RAID, glorieux fer de lance de la police nationale, a réalisé un magnifique exploit en intervenant au 5ème étage d'un bâtiment, dans une salle de torture spécialement aménagée, pour sauver une jeune femme dont les bourreaux, 2 terroristes en  burqa traditionnelle bleue, commençaient à exciser un sein, pour probablement tirer des aveux à cette pauvre innocente..

En effet, un appel anonyme avait alerté le Ministère de l'intérieur : un crime épouvantable risquait de se perpétrer sur une jeune femme enlevée la veille. En quelques heures, les brigades avaient mis au point une cellule d'attaque dirigée par le Ministre de l'Intérieur, Monsieur Brice Hortefeux en personne dont on ne compte plus les succès contre le terrorisme international !

Le commando du RAID, dirigé par le colonel ProutÔ, homme de fer doté d'un sang froid de squale, a déboulé brusquement sur les assaillantes qui hurlaient que la victime risquait sa vie sans une assistance médicale. Clouées au sol, puis assommées, les 2 extrémistes furent baillonnées et garrotées sans ménagement.

Le colonel ProutÔ, en homme d'action prompt et déterminé, rechercha aussitôt des secours en s'enquérant à la clinique la plus proche, en l'occurence le lieu du forfait, auprès du personnel médical de secours  pour stopper l'hémorragie de la victime dont la moitié du sein pendait dans des ruissellements et des geysers de sang. Il lui fut répondu que les chirurgiens plastiques étaient en salle d'opération et qu'on ne parvenait pas à les joindre.

Deux heures après, les chirurgiens réclamés n'étaient toujours pas arrivés. Certaines rumeurs font état d'un mouvement de grève touchant les services de santé. France poire s'associe à la familles de la victime qui, prise en otages par les pré-supposés grévistes , ont eu, en fin de compte, la douleur de perdre un être cher, tragiquement exsangue.

Une cérémonie en mémoire de la malheureuse victime, présidée par le Président de la République et le Ministère de l'Intérieur aura lieu aux Invalides  en présence de la famille de la martyre dont le sein aura été recousu par un médecin légiste.

Une cellule de soutien psychologique a été dépêchée auprès des membres de la famille sinistrée, un bon d'achat de cinq prothèses de sein en silicone et leur pose chirurgicale gratuite a été gracieusement offert en échange d'une discrétion de bon aloi par la clinique Saint Robert, lieu de cet attentat terroriste déjoué...

Une médaille d'Honneur sera remise par le Ministre de tutelle au colonel ProutÔ pour son immense courage et sa lucidité exemplaire. Il a été recommandé à nos concitoyens, par les autorités de l'État de maintenir une vigilance sans failles.


Dernière minute : il se murmure dans les milieux autorisés qu'un plaisantin, auteur intempestif, du coup de fil anonyme, aurait été mis en garde à vue et écroué par le juge anti-terroriste Gruyère pour "diffusion de plaisanteries ayant entrainé la mort sans intention de la donner".


-------------------------------------------------------------------

 

Billet inspiré par  ces pitoyables évènements là.


Bonnes lectures dans la joie et la bonne humeur !

Pour terminer, un salut ému à un blog militant qui nous aime bien, à ceux dont on apprécie les textes et aux anciens toujours fidèles.

À après !



Cui cui fit l'oiseau, synthèse improbable entre un coucou fin et un loup phoque.

lundi, 05 octobre 2009

Stand the gettho

 


 

cri-1893.1251954046.jpg

 

 

Ma mère disait « Il faut aller en course mon garçon », j'attendais ce moment-là avec impatience. J'aimais passer d'un commerce à l'autre, la guerre me faisait zigzaguer pour remplir fidèlement la liste de commissions. Le pire était à venir. Des magasins dans lesquels je ne pourrais plus entrer. Des magasins portaient sur leurs façades cette étoile, la même que celle cousue au revers de ma veste. Les autres ne voulaient plus de moi. Je ne comprenais pas.

 

Aujourd'hui, je suis un vieux monsieur. Je vis dans un quartier où je revis les affres, la souffrance de mon écartement, de mon isolement, de ma stigmatisation.

 

Le ghetto a repoussé.

 

Une bienveillance religieuse m'invite à m'écarter, à m'isoler, à ne fréquenter que ceux de ma communauté.

 

Après la guerre, j'ai retrouvé ce que l'on m'avait volé de plus cher, la liberté d'aller où bon me semblait. Fondu, noyé dans la masse, voilà ce qui m'importait. Un être humain, point.

 

J'ai froid dans le dos quand je passe devant ces commerces, supermarchés, restaurants, ces écoles religieuses dont la façade affiche ce qui nous a horrifié. Je revois ma mère, la confusion de ces explications à mes questions sur l'interdiction de circuler et d'acheter librement. Comment aurait-elle pu donner le pourquoi de cette injustice ?

 

Je passe mon chemin. Je suis vieux.

 

Mais ...

 

Heureux d'avoir mon âge. Heureux d'avoir mis mes enfants dans des écoles publiques avec tous les autres. Heureux d'aller chez l'épicier du coin, à la pharmacie, à la boulangerie, au centre commercial.

 

Heureux de parler avec mes voisins, d'ignorer leur métier, leur vices, leur religions, leurs votes.

 

Heureux de n'être vu que comme le vieil homme dont on demande des nouvelles de sa santé quand on ne l'a pas vu depuis plusieurs jours.

 

 

Agathe

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu