Avertir le modérateur

lundi, 19 avril 2010

Le malentendu

 

fmechain-reduite.jpg

Qu'est-ce que c'est, la solidarité ?


Du pataugeage avéré du gouvernement, des élus par des autorisations rentables sur les constructions en zones inondables ?


«La solidarité nationale est là pour aider» dit-il.

Les zones noires, très noires, vides d'humains, d'avenir, de vie, deviennent magiquement "de solidarité".
Solidarité de quoi vers quoi, de qui pour qui ?
Du néant, de la zone noire, terrifiante, de la mort, les "victimes" abordent enfin le monde mature de la juste rhétorique, du risque raisonnable et de la main sur le coeur.

La solidarité, c'est une variante molle (sociale, disent-ils) du cynisme.


La politique, c'est simple.


Le cynisme ; le(s) pouvoir(s) compile(nt) les grosses bévues coûteuses sachant compter sur la solidarité ponctionnée de fait sur tous les impôts incluant ceux des sinistrés à l'exception de ceux des abrités du bouclier.

Il était, d'ailleurs, question d'objectifs à tenir pour les Ministres, de qualifier, de quantifier leur travail.

Les promesses se noient comme les maisons.

La solidarité, grand mot contre tous les maux, exhibe un doigt accusateur vers les cheminots dans leur attitude gréviste face à la détresse «nationale» des voyageurs français.

"Comme une contribution des cheminots encore grévistes à l'effort de tous." dit-il.

La solidarité, ça emporte le morceau, c'est un joli mot, ce n'est pas un destin commun vers l'égalité, c'est une connivence entre un pouvoir et l'opinion.
"Amour" aussi est disponible.

Qui aurait le coeur à laisser des familles bloquées dans les couloirs des aéroports ?


Les cheminots ?


La solidarité nationale, l'esprit du grand Jaurès.


Le gouvernement est plus cohérent que les travailleurs du chemin de fer.

 

Son coeur est pur.



Alors, la solidarité, ce n'est pas les retraites.

Ni la santé.

Ni le travail.

Encore moins l'émancipation.


La solidarité, il faudrait la privatiser.

Agathe

 

BRANCUSI-Le-Baiser.jpg

lundi, 07 décembre 2009

Tel est ton…opinion (Réponse à Bob)

 

400_F_3728406_N0URJ9dNMnaf2WWH2wkv0f7CAas4WDRk.jpg

 

 

Telle est ton opinion donc, et c’est en toute amitié que je te réponds.

Je crache volontiers mon mépris du mercantilisme caritatif qui ressurgit à chaque fin d’année. A ce mois de la B.A organisée qu’on se fade entre le dernier tiers provisionnel et le départ du Dakar délocalisé avec Gérard Holtz (le pin’s parlant de la télé publique) en avatar d’Indiana Jones le fouet en moins, le micro en plus, et rasé comme un dessous de bras comme si dans le car studio il n’y avait pas moyen de glisser son quintuple lame Gillette…

Mise en scène, mise en abyme…en abîme plus exactement dans cette volonté de faire plus, plus pro, plus loin, plus réaliste. C’est à dire factuel, organisé, commercialisé, géré à coup de méthode, de marketing issu de la vente au porte à porte.

Aujourd’hui le caritatif est monétisé. Chacun espère plus de dons que l’autre parce que dans sa fatuité chacun estime sa cause plus juste que l’autre. Comme si l’on devait mettre en compétition tous les maltraités de la vie, les paralysés, les chômeurs, les myopathes, les sans logis, les cancéreux, les femmes battues, les malades du sida, les lépreux et j’en passe. Le libéralisme dans le social…L’ultime victoire du système.

Et chacun de vouloir faire avancer sa cause plus vite que celle de l’autre, quand le simple devoir d’égalité et de fraternité devrait nous enjoindre la tolérance plutôt que la polémique rance de Bergé pour qui porter un nom de lampe prouve que finalement il n’est pas une lumière. Alors on sort l’artillerie lourde, les briefings commerciaux que tu décris, les méthodes, le martèlement pour engranger plus, encore plus, toujours plus. Pour pallier le délitement de la recherche, pour « élargir l’assiette des contributeurs » et continuer à sauver ce qui peut être sauvable et par la même ceux qui peuvent encore l’être.

Cela fait vingt ans que je me mobilise pour le Téléthon dans ma commune. Pour d’autres causes aussi plus discrètement parce que je ne cherche qu’à être un grain et pas un granit dont on érige les statues, et que j’ai aussi plus de pudeur quand il s’agit de mon âme que de mon cul.

J’ai tout fait en vingt ans, porté des caisses, monté des chapiteaux, servi des repas, nettoyé la friteuse, fait des défis stupides etc... Je n’ai pas le sentiment d’avoir été utilisé, manipulé ou quoique ce soit d’autre. Parce que ce sont aussi des moments de rencontres, d’échanges, parfois de franche rigolade et à la fin, toujours ce sentiment de satisfaction, même quand la récolte est maigre, d’avoir fait quelque chose. Un pas vers l’autre par exemple…

Parce que c’est mon choix. Personne ne me force et les pimpins dont tu parles, je m’en bas les noix. Cela me coûte une journée de ma vie, autant dire rien par rapport à ceux qui souffrent. Tu as pointé une dérive et tu as raison. Tu as oublié le simple devoir de solidarité que nous devons avoir les uns envers les autres. Celui la ne recherche aucune contrepartie. C’est pour ces milliers d’anonymes que je te réponds.


Serval

vendredi, 07 novembre 2008

ALLO CUL SCIONS

 

 

repban.GIF

 

 

LETTRE PARODIQUE AUX FRANÇAIS

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE

 

 

Françaises, Français,

Je m’adresse solennellement à chacun d’entre vous.

Ma politique volontariste et réformiste a été  instaurée dans les premières heures de mon élection. J’ai obtenu de brillants résultats tant sur le plan national, qu’international. J’ai contribué à hisser la France au plus haut niveau de l’échiquier mondial.

J’ai dignement accompli ma tâche mais l’heure est grave (à cause des ricains.).

Notre France traverse une crise sans précédent. (C’est pas moi, j’vous dis !).

Cette situation tragique me contraint à demander un effort financier à chaque citoyen. (Nous, on est moins nombreux.)

Au préalable, Je veux vous parler d’exemplarité, vous citer l’abnégation de deux modèles de notre société. Ainsi Patrick Ricard et Pierre Ringuet ont décidé de renoncer à des rémunérations hautement méritées. Ils ont voulu,  par ce geste fort, initier la contribution demandée  à tous les Français. (Ils m’ont bien rendu service sur ce coup là, la Guainette* a tout de suite eue l’idée d’exploiter ça.) *d’où le surnom car il dégaine plus vite que son ombre…

Je vous invite à participer à un élan de  solidarité nationale pour la sauvegarde des intérêts de notre patrie. (Guainette y m’a dit le peuple il aime le mot solidarité, on est le pays des droits de l’hommiste ou merde !)

Je tiens à vous expliquer personnellement les dispositions prises dans la loi de solidarité nationale promulguée ce matin même : (Votée en douce de nuit dans la foulée)

« Chaque français sera responsable du redressement de la France en travaillant cinq jours ouvrés sans rémunération, cet impôt nous sauvera de la faillite. La relance de l’emploi sera néanmoins assurée par l’exonération totale des cotisations sociales pour les entreprises. »

« Chaque français devra travailler le plus longtemps possible. »

« Chaque enfant français sera responsable de l’avenir et de la grandeur de la France par du travail non rémunéré. »

J’ai libéré les mineurs des contraintes légales pour toute activité professionnelle en abaissant l’âge à 10 ans. Cette réforme est double, elle permettra d’obtenir d’excellents résultats dans le domaine de la sécurité civile en diminuant sensiblement la délinquance. (Ce Guainette y dégaine vraiment.)

J’ai également aboli toute forme de « discrimination sociale » en anéantissant le principe des annuités pour les retraites. L’arrêt de l’activité  sera effectif dès que le salarié ne sera plus en mesure d’assurer la productivité nécessaire à l’entreprise. (De toute façon, les français y sont jamais contents qui dit Guainette alors autant supprimer.)

Chères Françaises, chers Français, vous êtes le devenir de la France, je ne vous trahirai pas.  (Guainette y trouvait que ça faisait bien là, c’était son idée pendant la campagne pour le contre-pied comme j’avais eu ‘queques soucis avec Pasqua et Chirac ...)

 

Vot’ Président de la République

(Y paraît que j’dois pu parler comme ça depuis qu’y a pu Bush mais moi j’suis pas Bush,  j’fais pas exprès pour être près du peuple, j’ suis le peuple.)

 

Agathe*

*qui s’est bien amusée à faire de la prose bateau …

Sarkoquine.jpg
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu