Avertir le modérateur

vendredi, 23 avril 2010

Hortefeux les pompiers, y a la maison qui brûle !

Ce pastiche est à consommer frappé.


jivaro3.jpg

 

Selon un sondage "Opinion NRV", 83% des

Français estiment qu'il existe un Auvergnat

incompétent de trop au Ministère de l'Intérieur.


hort.jpg

Photo choisie par Étienne Courgeotte.

Reportage réalisé par Anne Fulca, journaliste de la section Dassault n°1 et accessoirement ex d'un futur ex...


C'est au pas de charge que notre petit mais fringant Guide Présidentiel a entamé son périple en Seine Saint Denis, suivi de son fidèle Auvergnat, Brice Hortefeux, la truffe frétillante ; tous deux escortés par 647 CRS suréquipés.

Pour la 78ème fois, il a réaffirmé son engagement contre la racaille et sa détermination à en finir avec l'insécurité devant un parterre de journalistes hilares et goguenards.

Il a déclaré, par ailleurs, vouloir mener, je cite, "une action en profondeur" sous les quolibets de quelques habitants de quartiers maintenus à distance respectable. Pour la 113ème fois, il a assuré que "la République ne reculera pas d'un millimètre" devant une assistance franchement rigolarde.

En effet, le cœur, n'y était plus et la répétition insensée de rodomontades, d'annonces de matamore et de tartarinades ne semblait plus produire ses effets si ce n'est quelques sourires condescendants, voire pour certains un rire gêné.

Monsieur Brice Hortefeux a été chargé par le Président de mener à bien cette bataille contre la criminalité  et les incivilités . Cette mission est d'autant plus difficile que le Ministre de l'Intérieur ne jouit pas auprès des Français, selon notre sondage "Opinion NRV *" d'une estime à toute épreuve.

Des mesures phares ont été annoncées : désormais, l'absentéisme scolaire entraînera de la part de l'État une suppression des allocations familiales aux parents, le stationnement dans les halls d'immeubles sera sévèrement puni et le port de la burqa prohibé.

Un individu en burqa ou portant une cagoule, fumant un pétard, habitant Franconville, stationnant dans les halls d'immeubles pendant les heures de classe risquera probablement la réclusion criminelle à perpétuité selon les nouveaux canons législatifs.

"Le Jivaro", quotidien patriote ne peut que se réjouir de mesures aussi fermes et coercitives destinées à remettre un peu d'Ordre et de Discipline dans un pays infecté par le gauchisme, l'incivilité, le laxisme, une Liberté mal utilisée et la contestation systématique sur Internet du Pouvoir établi.

D'après un sondage confidentiel réalisé auprès de nos lecteurs, 72 % verraient bien Madame Marine Le Pen accéder au Ministère de l'Intérieur en remplacement de Monsieur Brice Hortefeux. Selon des sources autorisées, Le Président envisagerait l'hypothèse avec des préjugés favorables juste avant d'entamer sa campagne présidentielle de 2012.

* Organisme fantaisiste à ne pas confondre avec  la référence planétaire en la matière, "Opinion way", le fameux institut dont les  résultats indiscutables impressionnent tant le monde du sondage et de la politique.

Pcc Anne Fulca, ex.


Amis du Village, bon week end, un salut ému à ceux qui quittent la scène des blogs et n'oubliez pas de fréquenter les bons endroits qui persistent opiniâtrement !

 

Cui cui, le bla(o)gueur qui ne se prend pas au sérieux.


mercredi, 27 mai 2009

Garde à vous

 

 

photo-de-souris.jpg

L'incontournable moment arrive après sa journée de travail, le petit cocktail auquel Mirabelle se doit d'assister. Pas le choix. Les enfants seront certainement couchés quand elle rentrera.

Là voici donc sur la route en direction de son domicile, elle est stoppée par des policiers pour un contrôle d'alcoolémie. De bonne grâce, elle se soumet et le résultat tombe 0,52 g.

Qu'est-ce qu'on attend comme suite à cette histoire ?

 

Quand elle m'a été racontée, mon imagination tricotait la fin, un peu drôle, voiture laissée sur place et marche à pied à une heure indue dans une banlieue déserte. Je m'apprêtais à rire.

Et bien non, pas du tout.

Mirabelle a été embarquée manu militari, menottée en pleurs, accompagnée par les sourires sarcastiques des policiers. Arrivée au poste, une femme lui a gentiment proposé de manger une barre énergétique (prévue pour elle-même) et de boire de l'eau afin de minorer le contrôle suivant (il y avait quand même  "une"  sympa dans le lot). Las, les 0,52 g ont été confirmés. Évidemment, elle a demandé à téléphoner voyant la tournure de la situation pour prévenir sa maisonnée. Le coup de téléphone insistant n'a pas sorti du sommeil profond sa famille… Mirabelle a voulu ré-essayer. Impossible, elle n'avait droit qu'à un coup de fil.

Les sourires moqueurs des flics devant son désarroi et ses larmes l’ont traumatisée. Ils se réjouissaient de confronter une personne à ce genre de traitement, bêtise et méchanceté. Les menottes accrochées à la chaise pour retenir ses 45 kg assuraient sans doute la sécurité de ces courageux officiers, armés jusqu’aux dents.

La voici donc enfermée dans une cellule après avoir refusé la couverture crasseuse qui lui était tendue. Elle a passé la nuit dans l'odeur pestilentielle de la geôle dont elle a pu admirer les souillures faites de traces de doigts (d’où l’odeur nauséabonde) et les graffitis obscènes au petit jour.

La garde à vue a duré jusqu'à 17 heures, le lendemain.

Pourtant, elle devait impérativement être à son bureau, mais quoi de plus prioritaire que le bilan chiffré du gouvernement, à présenter, à l'issue des 5 ans.

Je ne fais pas l'apologie de l'alcool au volant, vous l'aurez bien compris. Je constate simplement que la tolérance zéro ne s'applique jamais à la délinquance financière.

Il y a une culture du résultat, des objectifs à remplir sous l'ère Sarkozy.

Voici donc une mère de famille lambda qui tombe dans le filet des quotas. (Révélé par un policier).

Détail important, Mirabelle n'est pas une alcoolique invétérée, son casier judiciaire vierge ne concurrence pas celui de frères tristement célèbres. Son fils aurait pu se trouver à la sortie de l'école sur un vélo ressemblant étrangement à un autre … Non, je déraille, deux arrestations par famille, ce serait excessif mais au train où les coupat-bles sont recherchés :

Le bilan sécuritaire sera l'argument fort-ement chiffré des futures présidentielles.

Et il compte bien être ré-élu là-dessus… What else ?


Agathe d’après une histoire vraie racontée par Alexou

 

Nota Bene : Etrangement alors que je viens de relater cette histoire. Je suis allée dîner , le soir-même, avec une amie dans un resto. Arrivées à 10 minutes de chez moi, des policiers nous font signe de nous garer (il est 1 h 30 du matin). Deux policières et un policier. Mon amie sort ses papiers. Tout va bien jusqu'au "Contrôle technique". Elle répond : "Je ne l'ai pas fait". Le policier lui demande pourquoi "Je n'ai pas d'argent, je sais, je suis en retard d'un an, ça coûte 80 euros". Une des policières lui dit qu'elle devrait s'adresser ailleurs qu'il y a moins cher et que l'amende pour défaut est de 90 euros si on paie dans les trois jours et majoré à 135 € après cette date. Ma copine s'inquiéte "vous allez me mettre une amende ?" La policière ajoute qu'elle pense que mon amie a bu..."Oui, c'est vrai, j'ai bu deux verres en mangeant". A ce moment, une des policières nous menace d'un carton rouge en souriant, mon amie  rit en lui disant : "c'est une blague pour une caméra cachée ?"  et la policière sort de sa poche un carton rouge qu'elle brandit sous les regard hilares de ses collégues. Les policiers ont recommandé gentiment  à mon amie de dormir chez moi plutôt que de rentrer chez elle.

Imaginez ce qu'il m'est passé par la tête quand nous avons été contrôlées après la mésaventure dramatique de Mirabelle. Et bien, voilà trois policiers qui méritent d'être cités pour leur attitude sympathique et leurs sourires.

C'est dit.

lundi, 02 mars 2009

BLACK OUT


HADOPI - Le Net en France : black-out

 

Devant le ridicule d'un gouvernement qui s'entête à vouloir déconnecter du Net des familles entières sans preuves valables ni procès, la Quadrature appelle les citoyens épris de liberté à procéder au « black-out » de leurs sites, blogs, profils, avatars, etc. Comme en Nouvelle-Zélande, seul pays avec la France où la « riposte graduée » devait être imposée par la loi, pour finalement être repoussée : pour protester contre cette loi imbécile et sa « liste blanche » de sites autorisés, le Net français doit agir et se draper de noir.

La Nouvelle-Zélande était à ce jour le seul autre pays à part la France où devait être votée une loi aussi stupide que la « riposte graduée » voulue par N. Sarkozy, défendue par C. Albanel dans la loi HADOPI, et bientôt votée à l'Assemblée nationale. Elle vient d'être repoussée grâce à une mobilisation massive, durant laquelle le web néo-zélandais a procédé à son « black-out » volontaire.

« C'est un signal fort qui illustre la bêtise et la dangerosité de cette loi. La "riposte graduée" fera condamner des innocents, sans preuve valable et sans procès. Elle ne fera pas gagner un centime de plus aux artistes et ne changera rien aux problèmes stratégiques et structurels à l'origine de la crise que traversent les industries qui la demandent. » déclare Jérémie Zimmermann, porte-parole de La Quadrature du Net.« Pour aller au bout de cette logique répressive, le gouvernement a déclaré qu'il imposerait de filtrer tous les accès wi-fi publics à une "liste blanche 1 de sites autorisés. Cela n'a pas de sens. Il faut réagir en montrant l'immensité de ce web décidé à ne pas devenir définitivement noir. »

« Cet appel est un hommage rendu aux citoyens néo-zélandais qui ont pu faire entendre la raison à leur gouvernement. Il s'agit d'un remix, d'une réappropriation d'une idée qui, comme la culture, n'existe que pour être partagée. Ce sont ceux qui traitent leurs clients de " pirates " et les députés qui votent leurs lois qu'il faudrait déconnecter ! 7

« Le Net s'est fait pour et par ses utilisateurs. Quelques entreprises archaïques et les politiciens qui tentent de le contrôler n'ont toujours pas compris comment fonctionnait le Net. Tous ensemble nous sommes infiniment plus intelligents et puissants qu'eux et devons le leur montrer, agir pour protéger nos libertés et l'architecture ouverte du réseau. » conclut Zimmermann, légèrement courroucé.


Voici un extrait de l'explication de ce black out - Source de ce texte ici

 

Merci aux playlisters pour cette alerte.

 

 

mercredi, 03 septembre 2008

Des Vagues vagues ...

 
796334622.jpg
La vitesse excessive : une des armes de destruction massive des droits élémentaires.
 
Ainsi, le cadeau fiscal a été promulgué en laissant la plupart des citoyens hébétés ...
 
Ce rythme a permis d'embrayer et de défoncer à tombeau ouvert les portes. Un passage à double battants.
Une précision d'orfèvre, la suite, toujours allegro ...
La maîtrise des risques.
Les mouvements de grève ont été anticipés, les déchaînement éventuels parfaitement calculés et contrôlés. Une analyse (évidente) des différentes réactions post-élections a suffi à faire plancher très vite le gouvernement sur le sujet. La batterie de réformes a imposé le service minimum pour les services publics les plus perturbateurs. L'Etat a déclenché  la paralysie la plus efficace. 
Le pire s'est succédé dans un silence de plomb.
Mais, revenons à nos moutons.
Les grèves. 
Invisibles a persiflé le président.
La croissance n'est pas au rendez-vous, la paupérisation "en plein essor".
Les suspensions de salaire expliquent sans doute, en partie, la difficulté à se solidariser. Les élections législatives ont apporté un léger revirement.
La route est traçée, les virages négociés.
Une grève des postiers est prévue bientôt.
Le silence est inquiétant.
C'est le vague ...
1527489120.jpg
Agathe

samedi, 03 mai 2008

Le temps des (queues de) cerises

312604178.jpg
 
Le samedi premier mai 1886, à Chicago, un mouvement revendicatif est organisé par les syndicats américains. Une grève suivie par 300000 à 400000 salariés paralyse des milliers d’usines à travers le pays.

Le mouvement se poursuit. Le 3 mai, on dénombre 3 morts parmi les grévistes durant une manifestation violemment réprimée. Le lendemain, lors d’une marche de protestation, une bombe explose. Sept policiers sont alors tués, de nombreux manifestants sont blessés. Huit ouvriers anarchistes sont arrêtés : 4 seront pendus, un se suicidera en prison, les 3 derniers seront graciés au terme de six années de prison.

La revendication ayant motivé ce mouvement était la généralisation de la journée travaillée de 8 heures.

Le principe des 3 tiers ; un tiers consacré au travail, un tiers au sommeil, un tiers aux loisirs. 

On retrouve aujourd’hui une autre évocation du principe des 3 tiers.

N. Sarkozy : « Je voudrais une société où (...) sur 100 de bénéfice, il y ait un tiers qui aille aux actionnaires - c'est quand même eux qui prennent les risques -, un tiers qui aille aux investissements pour que l'entreprise reste compétitive, et puis un tiers qui aille aux salariés qui ont participé à la création de cette richesse. »

On voit bien le glissement opéré.

"Ça ne se passe pas comme ça", a répliqué la présidente du Medef, Laurence Parisot.

La preuve.

Ce premier mai 2008, les traditionnels défilés (comme on dit) se sont multipliés en France, en Europe, dans le monde.

A Zurich, 10000 personnes ont manifesté.

« Comme chaque année, quelques échauffourées ont eu lieu à Zurich en marge de la manifestation officielle, qui s'est déroulée, elle, dans le calme. La police a fait usage de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogènes contre des autonomistes de gauche. La police a procédé à quelque 280 interpellations. On déplore une dizaine de blessés mais aucun parmi les forces de l'ordre. »

En Turquie :

« De premiers incidents ont éclaté jeudi matin à Istanbul, où la police a dispersé avec des gaz lacrymogènes et des canons à eau des manifestants rassemblés devant le siège d'un important syndicat, alors que la Turquie se préparait à un 1er mai sous tension. 
Plusieurs manifestants ont été blessés et "un nombre indéterminé arrêtés" lors de ces incidents que la confédération syndicale de gauche DISK a qualifiés "d'assaut de la police. »

Hambourg :

«Une manifestation anticapitaliste organisée pour célébrer le 1er Mai a dégénéré en actes de violence et de vandalisme dans la nuit de mercredi à jeudi à Hambourg, dans le nord de l'Allemagne, a annoncé la police. »

Macao :

« A Macao, ville chinoise, des heurts ont opposé ce matin du 1er mai des manifestants défilant dans le cadre de la Fête du travail à la police anti-émeutes qui a fait usage à plusieurs reprises de pistolets de starter. »

Et aussi :

« Des dizaines de milliers de manifestants ont défilé dans plusieurs capitales asiatiques, en Russie, au Sénégal et en République démocratique du Congo (RDC) à l’appel des syndicats. La hausse des denrées alimentaires et des salaires plus justes était au cœur des revendications. »

La question des salaires, du pouvoir d’achat, du prix des denrées, semble s’être substituée à celle du temps. Ce n’est pas nouveau. Le temps n’est rien sans les conditions matérielles de son bon déroulement. C’est à l’intérieur de la question du travail que s’expriment les revendications : les salaires, les conditions de travail ; comme s’il n’y avait plus d’extériorité à l’activité salariée. Ou plus précisément, c’est le travail qui détermine aussi ce qui lui est extérieur, mais non plus comme récit collectif, plutôt comme nécessaire condition au bon exercice des activités individuelles et consuméristes. Après le travail, le travail continue. Consommer (même mal, même insuffisamment), c’est du travail. La « valeur » travail ne connaît pas la crise.

Il est également un phénomène assez nouveau dans les défilés du premier mai, en France ; du moins dans sa visibilité revendiquée. Les sans-papiers ont « tenu la vedette », selon la pénible formule d’un journal de « gauche. » Il s’agit de la nécessaire revitalisation des revendications dans leur confrontation avec le réel et ses oubliés. On voit encore que c’est le travail qui détermine le reste, la légitimité à rester ou non sur le territoire, à vivre ici ou non.

"Mais l'exhibition n'est pas pour autant la résolution."

Le premier mai n’est qu’une date, un moment qui revient. La fête du travail (et/ou des travailleurs) en un jour chômé (de moins en moins) ; cet oxymore doit en agacer plus d’un.

Jeremy Rifkin, dans son livre « la fin du travail » (préfacé par Rocard, c’est dire…), interrogeait la question de la disparition inéluctable du travail. Disparition induite par les progrès de productivité, les innovations technologiques. Comment une société peut-elle faire face à cette « révolution » ? Temps de crise ou temps du loisir ?

Ce temps-là est bien loin.

Et la question de la place du travail dans la vie d’un Homme plus vivace que jamais. 

« Une vendeuse de muguet a été braquée par deux personnes à moto, jeudi après-midi à Marseille, et a dû leur remettre sa recette de plusieurs centaines d'euros, a-t-on appris de source policière. »

 

 

 

 

 


Wonder Mai 68
envoyé par yetiblog
f 
 
 
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu