Avertir le modérateur

lundi, 30 novembre 2009

magnificent – tri(o)

Bennett, Joan (Scarlet Street)_01.jpg

[2/2]

 

- Pour le troisième extrait, que je vais appeler « extrait A », j’ai choisi deux scènes, qu’on va projeter en enchaînant l’un derrière l’autre. C’est la fin de M, le maudit : la scène de procès par la pègre du personnage de Peter Lorre : « Ich kann nicht ! Ich kann nicht ! » Et l’autre film, qui est une fin, et c’est la toute fin de votre film Le Boucher… Oui, je sais, on va voir la toute fin du film, mais… euh, ce n’est pas grave, parce qu’il faut voir cet extrait ; et qui est pour moi une fin langienne, tout à fait proche de la scène du procès dans M, le maudit. Bon, on voit ces scènes, et on en parle après…

CC : Je disais tout à l’heure qu’un défaut majeur des films de Lang, c’était la sécheresse. La scène du procès à la fin de M, sur le plan du cinéma, c’est très bien ; mais là, je crois que j’ai fait mieux que Lang, humainement parlant…

 

***projection de l’extrait A. Fin de M et fin du Boucher. Durée : env. 12 mn (4 + 8 mn)]***

 

- Là, avec le bouton d’ascenseur, vous avez trouvé l’équivalent avec le chapeau des Bourreaux meurent aussi

CC : Oui. Mais, je crois que j’ai fait… mieux ! Le film était en couleurs, et le bouton était rouge…

- Ah, oui, comme pour un cœur ! Et dans votre scène, il y aussi l’hôpital, et en haut de cet escalier, dans cet espace tout blanc – et l’oblique de la rampe – le médecin qui annonce le décès de Paul…

CC : Euh, vous savez, dans les hôpitaux, les murs sont souvent blancs ; et c’est assez difficile de faire autrement !

- Et puis, cette fin, sur la route, avec le défilement du paysage, on ne peut pas ne pas penser à la fin du Testament du docteur Mabuse… Elles sont identiques. Qu’en dites-vous ?

CC : Là, je dois avouer que je m’en suis inspiré ! Mais, l’effet dans le film de Lang n’est pas le même que dans le mien. Je voulais donner le sentiment d’un temps qui s’écoule, alors qu’au même moment, le personnage de Yanne se vidait de son sang dans la voiture…

- On reconnaît un grand cinéaste par le fait qu’il exprime ses idées uniquement par les moyens du cinéma. Là, avec Lang, avec les quelques extraits qu’on vient de voir, à chaque séquence, les idées sont exprimées par les moyens du cinéma. Mais, vous aussi, il vous est arrivé d’être grand pour cette raison-là. Je pense à la scène dans le garage dans Que la bête meure, où le père joué par Michel Duchaussoy va voir Jean Yanne, qui est garagiste. Ils sont près de la voiture, et à un moment, on voit en profondeur de champ, le fils du garagiste, qui joue, je crois. Et là, ça appelle tout de suite chez le spectateur la mort du fils de Duchaussoy. Et là, par cette apparition, on se dit qu’il n’y a plus de doute pour le père, qui sait maintenant que Jean Yanne est coupable de la mort de son fils…

CC : J’avais fait encore plus fort, puisque les deux garçons étaient frères dans la vie !

- On connaît aussi votre attachement au cinéma de Renoir. Alors, je voudrais vous demander : comment on concilie Fritz Lang et Jean Renoir ?

CC : Alors, je vais retourner la question à celui qui m’interroge, et qui est programmateur à la Cinémathèque ! Vous me demandez comment on concilie Lang et Renoir ? Mais, ne savez-vous pas qu’il y a un cas unique dans l’histoire du cinéma d’un cinéaste qui a adapté ou essayé de faire par deux fois le remake d’un autre grand cinéaste à la même époque ?

- …si.

CC : Les deux films, ce sont La Rue rouge

- Scarlett street

CC : …qui est un remake de La Chienne – et là, j’ai le regret de dire, que c’est Renoir qui gagne, à peu de choses près – disons que ça peut encore se discuter. Et le deuxième remake, c’est Désirs humains

- Human desire

CC : …qui est celui de La Bête humaine. Bon, là, c’est Renoir qui l’emporte largement. Enfin, pour moi. Et puis, il y a eu un moment où Renoir est exilé à Hollywood, et qui fait une sorte de film langien, et qui n’est pas très réussi : La Femme sur la plage. Lang, c’est la précision, l’extrême précision. Par exemple, je l’avais un peu connu vers la fin ; et, il notait tout ce qu’il faisait dans la journée. Quand on lui demandait pourquoi il faisait ça, il disait que très tôt dans sa vie, il avait été accusé d’un meurtre…

- …celui de sa femme…

CC : Bon, je crois qu’il ne l’a pas tué… Et quand il avait été interrogé par la police, on lui demandait : « Qu’est-ce que vous faisiez à cette heure-ci, et à cette heure-là ? etc. » Alors, depuis, sur un carnet, il écrivait pour tous les quarts d’heure : « 17h, toc ! J’ai fait ci. 17H 15, toc ! J’ai fait ça »…

- Oui, mais on peut aussi écrire des choses fausses !

CC : C’est vrai. Alors que Renoir, c’était un charnel. Donc, on a eu là le cas unique de deux cinéastes qui s’admiraient mutuellement, et qui s’influençaient. C’est normal, ils étaient les exacts opposés. L’un avait ce que l’autre n’avait pas. Mais quand l’un essayait de refaire ce que l’autre a fait, il se cassait le nez. Lang a eu de l’influence sur beaucoup de monde, pourtant ce n’est pas la même que celle qu’on dit d’Hitchcock – qu’il a sur la plupart des réalisateurs. Quand on dit qu’Hitchcock a eu de l’influence sur les réalisateurs, c’est toujours catastrophique ! Parce que ces réalisateurs, ils ne se laissent porter par – ce que j’appelle les « séductions ». Ce que j’ai retenu de Fritz Lang, c’est qu’on pouvait se passer ces « séductions », pour ne rester que dans l’essentiel, et être efficace.

 

***Extrait 4 : Juste avant la nuit, de Claude Chabrol. Dans la séquence, Michel Bouquet est dans une chambre, d’hôtel probablement, et une femme inerte est étendue sur le lit, complètement dénudée. On devine qu’il vient de l’assassiner. Il finit de se rhabiller, puis sort. Il descend une rue en pente, comme Michel Simon dans La Chienne, de Renoir. Il passe devant un bar, et décide d’y pénétrer. Il commande un whisky, mais il commence à se sentir mal. Il se dirige aux toilettes, et va directement vers le chiotte, pour vomir. Le malaise passé, il retourne au comptoir. Il vient d’apercevoir quelqu’un, alors il chausse des lunettes noires. L’instant d’après, il va saluer la personne (François Périer). Echange de politesses, puis l’ami raccompagne Michel Bouquet en voiture. La circulation n’est pas fluide, et le chauffeur est irrité : « Mais, qu’est-ce qu’ils ont dans la tête ?!! » Du tac au tac, Michel Bouquet répond : « De la soupe. » Fin de l’extrait. Durée : env. 6 mn]***

 

- Là, au moment où le personnage de Bouquet chausse les lunettes noires, on comprend que l’autre type est le mari de la femme sur le lit. Mais, quand vous faites une scène comme celle-là, vous ne craignez pas que le spectateur ne comprennent pas tout de suite ?

CC : Non ; cela s’appelle faire confiance aux spectateurs. Et puis, pour ceux qui n’auraient pas suivi, il y a toujours dans les séquences d’après, la possibilité de rendre la chose encore plus explicite. Mais, c’est vrai qu’il faut se méfier, car c’est ce qui m’est arrivé dernièrement avec un film – Rien ne va plus – avec une histoire de substitution de valises, où il n’y avait pas justement de substitution de valises ! Beaucoup de gens sont venus me voir pour me dire qu’ils n’avaient pas compris ce que Serrault avait fait dans le film, alors qu’il n’avait rien fait !

- On dit souvent que vos films traitent de la bourgeoisie…

CC : Ce qui est vrai…

- Oui, mais c’est pas très subtil…

CC : Non, pas très…

- Mais, ce qui l’est un peu plus, ce serait de dire par rapport à Fritz Lang, que vous filmez non pas la pulsion – de meurtre ou du désir – mais sa rétention. Chez Lang, la pulsion conduit au meurtre et à la mort, alors que, chez vous, la rétention est peut-être autant, sinon plus, dérangeante, voire plus terrifiante. Pouvez-vous nous parlez de cette rétention de la bourgeoisie ?

CC : Vous savez, cette rétention de la bourgeoisie dont vous parlez, je l’ai souvent observée dans mon enfance. J’ai grandi dans un milieu bourgeois, alors vous savez, cette rétention, je sais ce que c’est. Je ne suis pas un explorateur, je ne fais pas des films d’exploration : je ne filme pas de milieu que je ne connais pas. Alors que la rétention de la bourgeoisie, je l’ai vécue de l’intérieur…

 

[un des organisateurs annonce qu’il reste cinq minutes aux deux intervenants]

 

- Comme il faut bientôt libérer la salle, et qu’il y a ici beaucoup de lycéens, je voudrais que vous nous disiez deux mots sur La Cérémonie, qui vient d’entrer dans le programme du baccalauréat cette année.

CC : J’avais repris la nouvelle de Ruth Rendell, L’Analphabète. Je l’ai un peu modifiée, certaines choses n’allaient pas pour moi, notamment sur les personnages. Je les trouvais trop rustres, trop grossiers. Alors, je les ai changés. Ruth Rendell qui a vu le film, m’envoie un jour une lettre, où elle m’écrit qu’elle a beaucoup aimé le film, et surtout qu’elle a trouvé que j’avais bien fait de changer les personnages, qu’ils correspondaient beaucoup mieux à ce qu’elle avait en tête, mais n’avait pas réussi à trouver ! Et bien ça, ça m’a fait très plaisir ! (rires)


 

9782866420512.jpg

par Albin Didon

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu