Avertir le modérateur

dimanche, 30 septembre 2012

Grosse fatigue

françois hollande,colonialisme,obama,cameron

Jean Cassien a introduit autour de l’an 400 l’organisation monastique en Europe depuis l’Égypte où elle vit le jour sous l’impulsion de l’ermite Pacôme Le Grand qui l’avait conçue sur un modèle militaire.
Jean Cassien a consacré tout un livre à la description d’une fatigue particulière qui peut envahir l’âme du moine et l’assoupir à cause de dégoût, une langueur dans la psalmodie et une faiblesse dans la prière. Découragement et lassitude saisissent le moine dans ses pieuses occupations, surtout solitaires. Elle est grave car elle atteint la racine même de l’activité spirituelle, singulièrement la prière.
Cette fatigue où se mêlent ennui, dégoût, impuissance, tristesse même est décrite sous le nom d’acédie, du grec akedia qui signifie insouciance, négligence, indifférence mais aussi torpeur et fatigue.
Véritable emprisonnement (empoisonnement) en soi, l’acédie est un ‘crime d’omission envers autrui’. Les maîtres spirituels enseignent qu’il ne sert à rien de la fuir, au contraire, elle se reconduit ainsi. C’est en lui résistant qu’elle est vaincue.
À l’observation de ce que produit la machinerie occidentale comme automatismes et réflexes  face à ses effets pour elle inattendus et incompréhensibles car elle ne peut percevoir que ce qu’elle a projeté, un accablement, un découragement, peut saisir son chroniqueur.
Il n’est ni moine, ni soldat.
Mais la répétition incongrue le lasse, l’épuise.
S’il renonce un instant à l’abandon, il se laissera pénétrer d’une énergie qui lui fera éprouver le temps et l’espace, reculera l’espèce de mort qui l’enserre de tous côtés. Il reprendra stylet et tablette, consignera le passage progressif au revers.

françois hollande,colonialisme,obama,cameron

Une étude fondée sur des données  recueillies entre 2000 et 2009 par National Center for Health Statistics  a permis d’établir que désormais même s’il est très sous-estimé le suicide s’est  accru de 15% et est devenu la première cause de mort violente aux US(a) loin devant les accidents de transport en net recul de 25%, l’empoisonnement ou les homicides. (1)
En 2009, 39 000 étasuniens se sont donné la mort. En progrès mais loin de  la performance de la Fédération de Russie avec 60 000 suicides par an (chiffres de 2003) pour près de deux fois moins d’habitants.
La détresse sociale aux US(a) peut se mesurer selon un autre indicateur, la baisse de l’espérance de vie, particulièrement parmi les couches sociales défavorisées.
De leur  14ème rang dans le classement mondial pour l’espérance de vie en 1985, les US(a) ont chuté au 41ème en 2010. Pour la première fois dans leur histoire, à statut éducationnel égal et faible, une femme blanche vivra moins longtemps que sa concitoyenne de peau noire. Parmi les facteurs de cette involution, obésité, tabagisme, abus de médicaments et de drogues certes mais réduction de l’accès aux soins médicaux en parfaite corrélation avec l’amplification des profits engrangés par la fraction des 1% les plus riches et la réduction de leurs contributions fiscales.
 
La FAO annonce que plus de la moitié des 25 millions de Yéménites risquent de souffrir de détresse alimentaire en raison des prix des matières énergétiques et des denrées alimentaires, de la crise politique accompagnée d’un déficit des services sociaux. Une majorité des enfants de moins de cinq ans souffrent d’un retard de croissance lié à une malnutrition.
Des drones étasuniens ne manquent pas d’en éliminer une petite dizaine quotidiennement.
Dans le cadre de son département de coopération et d’action culturelle, le Ministère des Affaires étrangères de France recrutait un attaché à Sanaa pour aider à rédiger la nouvelle constitution du pays. (2) Quand la diplomatie française n’émet pas des fatwas préconisant l’élimination de chefs d’États comme Fabius l’a proclamé pour Bashar Al Assad ou  aidant à la réalisation de leur assassinat comme Juppé sous Sarközy pour Gadhafi, elle s’offre à la rédaction des textes les constituant.
Maurice Duverger avait été appelé par Hassan II pour l’élaboration de la Constitution marocaine de 1962. Inspirée de celle de la Cinquième République française, elle avait permis à un régime très particulier de sultanat de se transmuer en un mode de gouvernement monarchique jamais pratiqué dans cette contrée. Le sultan du Maroc était désigné puis validé comme Émir des croyants selon une procédure complexe de la Moubayaa, véritable contrat signé entre différentes instances représentatives du peuple et le futur souverain. Au moins une fois dans l’histoire récente, un sultan, Moulay Abd El Aziz fut jugé et révoqué par le peuple de la ville de Fès en 1908 et remplacé par son frère Moulay Hafid. L’adoption de la Constitution par voie référendaire a été favorisée par une campagne  qui a emprunté abondamment les moyens radiophoniques nationaux  peu d’années après l’indépendance. Elle a éteint dans les mémoires sous prétexte d’une modernité qui copiait un usage étranger la pratique du pacte contracté entre un chef et son peuple qui peut le congédier si celui-ci est trahi ou rompu. La jeunesse marocaine qu a récemment manifesté contre la pratique de la beyaa, cérémonie annuelle d’allégeance au Roi, l’estimant féodale et rétrograde ignore certainement son origine et sa signification profonde.
La Constitution marocaine de 2011 si elle n’a pas été rédigée directement par des constitutionnalistes français a trouvé sa source dans l’école juridique française.
La démocratie imposée par les bombes humanitaires en Irak avait été couronnée par l’adoption d’une constitution écrite par un cabinet de juristes new-yorkais.
Parmi les résultats de la magnanimité occidentale, la guerre civile est toujours active en Irak avec les corollaires de l’insécurité, la baisse drastique du niveau d’éducation, de santé et de vie tout court.
Les troupes américaines officielles ont quitté le pays pour enrichir les armées déployées en Afghanistan . Les pays coalisés dont la France et le Royaume Uni y réduisent leur contingent jusqu ‘à leur départ total.
Pris de vertige et de fatigue.
Devant leur propre ineptie d’avoir avalisé la théorie absconse d’une guerre interminable contre le terrorisme.
Tacite relate dans ses annales la guerre menée par un général romain sous le règne de Claude contre la Bretagne, l’actuelle Grande-Bretagne. Lors de sa campagne, Ostorius s’est trouvé épuisé par le dégoût et les soucis. Il se faisait harceler par une forme de guérilla menée par les peuples insoumis. Il est mort de cette fatigue. Les ennemis de Rome même vaincus militairement prirent cette destruction morale comme une victoire et s’en réjouirent.
 
Un Hollande, un Cameron et un Obama ne sont-ils pas gagnés par le plus grande des lassitudes ?


Badia Benjelloun

 

lundi, 11 juillet 2011

Retour au politique

Traditionnellement, la pause estivale est l'occasion pour les ténors de la classe politique, de prendre un peu de recul et d'aborder les questions de fond en prévision des futures échéances électorales.

Au PS les "poids lourds" ont entamé cette phase de concertation préalable et d'échanges francs et directs , efficacement relayés par la presse de gauche qui a su trouver le ton juste .

martine-rumeurscorri2.jpg

 

lundi, 22 mars 2010

élections régionales : retour vers le passé version 2010.

Éh oui les amis !

Comme en 2004, la gauche a largement gagné les élection régionales. Nos amis militants hurlent leur joie.

Et le résultat ?

autruche_politique1.pngComme en 2004 les vieux politicards du sérail socialiste, Delanoë, Hollande, Fabius, Guigou sont venus réciter leurs bréviaires indigents sur les plateaux de télévisions. Manquait plus que Strauss Kahn pour se retrouver comme au bon vieux temps !

De surcroît, avons-nous eu droit à un discours présidentiel anticipé de Ségolène Royal en direct du Poitou.

Ah ! Quelle tristesse, les potes ! Il n'ont donc rien pigé ni retenu : j'ai bien fait de m'abstenir !

La gauche molle sociale-démocrate n'a rien compris. Comme Sarkozy, comme l'UMP, comme les banques, comme les spéculateurs, comme les USA en Afghanistan et en Irak, comme les ultra libéraux des milieux d'affaires, comme les politiques de Bruxelles. Il n'est de pire sourd que celui qui ne veut entendre...

Tout est prétexte pour les hommes en place à s'accrocher à leurs avantages, à leurs idées infirmes et leurs bribes de pouvoir.

Je crains que ce soit foutu pour 2012.

N'a t-on que des socialistes professionnels mités et indéboulonnables à opposer au brutal Sarkozy ?

Alors, avouez que nous sommes bien mal barrés.

Un raz de marée de la gauche en 2004 au régionales, une raclée aux présidentielles de 2007.

Une belle victoire de la gauche en 2010, une bonne correction aux présidentielles de 2012 ?

On prend les mêmes et on recommence : on ne change pas une équipe qui gagne les matchs amicaux et perd les parties essentielles. Les cadres du PS (comme de l'UMP) sont vissés à leurs places avantageuses pendant toute leur existence. Rien ne change dans ce monde de connivence : politique, médias, journalistes, industriels, patrons.

Toujours les mêmes !

Parti de gauche, écolos, gaffe de ne pas vous faire avaler par de vieux et ambitieux requins carriéristes édentés à l'encéphalogramme plat...

Le PS, c'est l'équipe de France de football avec une Aubry en guise de Domenech.

Ce monde politique est immobile.

Inamovible.

Perpétuel.

Figé.

Pauvres de nous !

Amis lecteurs, c'est sur cette note d'impuissance, que je vous embrasse.

Ce n'est qu'un début, continuons le combat.

Malgré tout...


Cui cui, l'oiseau désespéré devant l'immobilisme du PS.

mercredi, 19 novembre 2008

Sciences : les singes décideurs sont ils l’avenir du libéralisme économique ?

Juste après la tenue du G20, je désire vous entretenir d’une expérience sociologique et comportementale passée quasiment inaperçue, terminée il y a à peine quelques jours à l’Université du Wisconsin-Madison aux USA. Les résultats obtenus se sont montrés particulièrement prometteurs et ont ouvert la porte à des perspectives magistrales dans la gestion économique et politique de notre planète.

neutre2.jpgBut de l’expérience :

Étudier le comportement de trois primates de races différente en lieu et place d’être humains placés aux sommets de la hiérarchie et comparer leurs performances finales.

Description du protocole :
 
Le professeur Woodworth assisté d’une petite centaine de collaborateurs, a sélectionné trois singes pris au hasard, il les a placé dans les conditions quasiment identiques à celles des décisionnaires humains qu’il souhaitait tester dans trois domaines différents : la conduite d'un grand pays, le management d’une banque et la gestion d'un parti politique. Ces primates se prénommant Nicky's, un petit babouin mâle un peu agité et narcissique de 53 ans, Bouton's un sévère et avide ouistiti adulte de 58 ans toujours suivi de Kervy son inséparable compagnon jeune et impulsif, enfin  Holldy, un macaque malicieux et bon vivant mais un peu mou et myope de 54 ans fraîchement séparé de Princess, son ex compagne.

Chaque singe devait choisir sa réponse parmi quatre propositions soumises par un staff de brillantes persionnalités grâce à quatre manettes placées devant lui. Un ordinateur géant analysait aussitôt, en temps réel, le retentissement de ses arbitrages en macro économie ainsi que les répercussions sur la politique mondiale, le management bancaire et la gestion du Parti. Le computer comparait alors les résultats entre les mesures prises par les titulaires humains et celles choisies par nos singes sélectionnés.

neutre1.jpg

Je vous livre donc les résultats bruts de l'expérience que j'ai pu obtenir grâce à un ami dont je tairai le nom pour éviter d'entraver sa carrière prometteuse.

Résultats de l'expérimentation :

Pour faire vite, disons que Nicky's a fait mieux que le dirigeant actuel du pays testé (non communiqué pour ménager les susceptibilités), avec des performances supérieures dans le domaine social et l'emploi. Au niveau internationnal le G20 a bien eu lieu et a donné lieu à autant de résultats, c'est à dire à des déclarations d'intentions qui ne mèneront jamais à rien comme les G8, G13, G156, etc... Enfin la situation financière n'a que peu varié. On peut donc déclarer la primauté sensible du babouin sur l'homme dans ce cas particulier de gouvernance d'un pays moderne.

Pour le management de la banque le résultat a été très spectaculaire : Bouton's et Kervy n'ont perdu pendant la crise que trois cent millions d'euros à la place des cinq milliards gaspillés par l'équipe actuelle, toujours en charge rappelons le. Un détail amusant : quand Kervy appuyait en cachette sur les manettes , Bouton's faisait semblant de ne pas le voir. Le staff a du intervenir sévèrement... Pour ce cas, il est indéniable que le bilan de la gestion de l'organisme financier (que nous ne nommerons pas par pudeur) par les ouistitis a été largement supérieure à celle des deux hommes.

Fonds.JPG

Mais le cas d'Holldy fut probablement le plus pathétique. Quelles qu'aient pu être ses décisions, la déliquescence du Parti (dont nous tairons le nom par délicatesse) ne faisait que s'accroître. Le pauvre Holldy, bizarrement, s'était beaucoup attaché aux humains qu'il observait sur d'énormes écrans. Au début il prit très à coeur la mission dont il ne comprenait pas grand chose. Pourtant à la fin de l'expérience, il a terriblement ému les expérimentateurs lorsqu'ils ont vu des larmes jaillir de ses petits yeux myopes devant le spectacle d'un parti ravagé par les haines et les ressentiments... Ce fut le moment le plus poignant de cette expérience. Nombreux furent les expérimentateurs se résoudre à consulter un psychologue pour se remettre de ce sress intense...

Conclusion :

J'avais préparé une conclusion hyper argumentée et puis en me relisant, je me suis dit que dans cette modeste parabole tout était dit : l'Homme et la Femme providentiels n'existent pas, l'essentiel dans une société, ce ne sont pas les "Chefs et dirigeants" qui prennent les arbitrages sans aucun risque et avec de larges gratifications morales et financières mais ceux qui dans leurs entourages préparent véritablement les mesures. Que le pouvoir personnel est un leurre et que le peuple est bien con de croire que celui ou celle qu'il élira est une sorte de demi-dieu capable de tout résoudre et que ses uniques motivations sont le bien de la collectivité. L'époque de de la monarbig-6.jpg.jpegchie absolue me semble révolue. N'est il pas l'heure d'apprendre à raisonner différemment ? N'est il pas temps de rechercher une nouvelle méthode de gouvernance plutôt que s'en remettre aveuglément à un seul individu ?

Qu'une grande partie de citoyens âgés, de droite, par un réflexe tribal naturel face à l'inconnu, croit à ces sornettes et réclame un chef pour la sauver me parait (presque) naturel, quoique nous ne soyions plus au paléolitique... 

Mais, mes amis : le Parti socialiste asphyxié par le mythe et des combats de "chefs" en 2008 ?

Comment dire ?

Comme  Holldy, j'en pleurerais...

NB : La dernière photo a été empruntée en partie à "20 minutes.fr" que je remercie.

Cui cui scientifique déjanté et scénariste fêlé...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu