Avertir le modérateur

mercredi, 23 juin 2010

Dépôt de bilan

 

 

20070105www000000289_27339_3.jpg

 

 

Pleine d'aplomb, MAM débite ses odieux mensonges sur une situation très améliorée dans les prisons, présentant l'information à la façon d'un bilan positif, d'une mission accomplie. Montrer un couloir repeint revient en Sarkozie à rentabiliser la cause ump via les medias. « La violence dans les prisons n'est pas une fatalité ».

 

Le gouvernement contraint a effectué quelques menus travaux cache misère, ça et là, depuis un an seulement. La condamnation par le conseil de l'europe en 2008 de l'Etat français pour l'insalubrité de ses prisons a du aider à sortir les pots de peinture.

 

Un tribunal administratif français a également jugé suffisamment indignes, les conditions de détention pour accorder des indemnités aux détenus de la prison de Rouen.

 

Écoper d'une peine d'enfermement, quelles qu'en soient les raisons, ne doit pas induire de purger ce temps dans l'indignité la plus totale.

 

L'état des prisons françaises n'a rien à envier à celui de pays dit sous-développés.

 

Les économies réalisées par l’État depuis des lustres sur le poste budgétaire prison n'ont pas bénéficié aux hôpitaux ou aux écoles...

 

La priorité du gouvernement, c'est le nouveau ministère de la défense qui coûtera la bagatelle de 600 millions, avec piscine et crèche ou moins récemment le changement de la flotte aérienne présidentielle ...

 

Une goutte d'eau croupie dont les relents pestilentiels font renifler aussi ceux dont les logements sociaux en ruine attendent un entretien minimum jamais réalisé.

 

Le leitmotiv de tout président. Laisser à la postérité une trace de son passage...

 

Une sacrée trainée.

 

 

 

Agathe

 

 

16367a-un_aviateur_condamne_a_payer_800_euros_pour_le_survol_de_la_lanterne_a_versailles.jpg

 

Au moment où je programme ce billet, je maperçois qu'Actualités du droit en a fait un sur le même thème sauf qu'il décrit le crime d'un détenu sur un des co-prisonniers, à 3 dans une cellule de 11 m².  La violence peut être fatale Mam...

lundi, 12 octobre 2009

Nobel, c'est d'la dynamite !

 

 

socrate.jpg

Le comité Nobel, afin de distinguer une action d'envergure menée dans le sens de la paix, de l'humanisme et des libertés, mais aussi dans l'espoir d'une accélération des processus et de leur diffusion dans les autres pays, a choisi d'attribuer son prix annuel, récompensant « la personnalité ayant le plus ou le mieux contribué au rapprochement des peuples, à la suppression ou à la réduction des armées permanentes, à la réunion et à la propagation des progrès pour la paix » au président français, Nicolas Sarkozy.

Les actions de la Présidence sont multiples et balaient l'ensemble des thèmes et des enjeux de l'humanisme moderne. Le comité a choisi de décliner ici les contributions les plus notables ayant motivé son choix :

 

Le désarmement : par le ratage constant des contrats de vente de Rafale et autres fournitures, M. Sarkozy a grandement oeuvré pour la pacification du monde.

 

Notre lauréat a également su manifester la condamnation la plus totale et ferme des agressions militaires dans le monde notamment celle des terroristes/habitants de Gaza sur Israel.

 

Récemment : le nettoyage de la jungle pour veiller aux conditions de vie de quelques réfugiés en leur permettant de profiter des jardins publics mais surtout la prise en compte du mal du pays pour les afghans en les renvoyant massivement dans leur pays en guerre.

 

Le comité tient également à souligner l'action des policiers, dépêchés aux sorties d'école pour un accueil chaleureux dans les centres de rétention et la liberté accordée aux parents d'y séjourner avec leurs enfants dans le respect de la cellule familiale.

 

Notre vénérable institution relève également ces quelques points :

 

Le démantèlement du terrorisme ultra-gauche par des arrestations tous azimuts.

 

Le souci particulier de l'aide à l'insertion professionnelle des jeunes par l'exemplarité de celle accordée à Jean Sarkozy.

 

La suppression de la majorité des tribunaux et des juges d'instruction pour veiller à rétablir la justice par lui-même jusqu'au civil avec l'affaire des remugles d'égouts du Cap-Nègre.

 

La maîtrise sécuritaire des maternelles par la proposition de dépistage des délinquants potentiels et les gardes à vue des dangereux enfants voleurs de bicyclettes.

 

La capacité à ouvrir la pluralité de l'information en équilibrant le rôle de l'animateur télévisuel de droite M. Drucker au profit de M. Ruquier pour recevoir les membres du gouvernement afin d'éclairer le peuple sur l'injustice faite à sa politique.

 

La veille assidue de la liberté de la presse et de l'audiovisuel avec les coups de fil pour couper les émissions ou faire prendre conscience de la mauvaise qualité d'un article.

 

La création de la taxe carbone pour sensibiliser les grands groupes industriels à l'environnement et la constance de l'amitié de N. Hulot chantre de la dénonciation de la surconsommation avec pour résultat la production de produits bio de la marque Ushuaia par le grand groupe commercial TF1.

 

Le rétablissement du droit du mouton à mourir ailleurs que dans une baignoire.

 

Pendant 108 ans, le comité du prix Nobel a cherché à stimuler ce type de politique nationale et internationale et ces démarches dont M. Sarkozy est le principal porte-parole. Le comité approuve l'appel plein de bon sens de M. Sarkozy que "Si Le Pen dit : "le soleil est jaune", je ne vais pas être obligé d’arriver en disant "il est bleu". Personne n’est obligé, je répète, d’habiter en France. Mais quand on habite en France, on respecte ses règles. C’est-à-dire qu’on n’est pas polygame, on ne pratique pas l’excision sur ses filles, on n’égorge pas le mouton dans son appartement. ".

 

Oslo, 9 octobre 2009

 


NB : Le comité Nobel a été très sensible aux autres travaux de Monsieur Sarkozy. Ses études dans le domaine du génome, en partenariat avec M. Lefebvre, auraient très bien pu motiver l'attribution du prix Nobel de chimie.

De plus, l'hardie loi TEPA, des axiomes forts tels que « travailler plus pour gagner plus », entrent tout à fait dans les exigences d'un Nobel d'économie.

Pour la littérature, il a semblé au comité que « Ensemble » constituait une oeuvre importante mais isolée. Le temps verra se constituer une oeuvre dense et vraie.


Agathe

mercredi, 04 février 2009

La droite de l'Homme

brejnev-mon-dieu.jpg

 

Finalement, où en sommes-nous, aujourd'hui, dans ce qui se nomme démocratie représentative ?

 

Non seulement, ce type de régime (capitalo-parlementariste, pour reprendre le mot de Badiou)  montre à chaque instant ses errements mais, de plus, et du fait même de ses principes, se pare peu à peu d'un autoritarisme en costume, en sa surface. Chacun le voit, le constate, le sent, l'appareil d'Etat, avec l'aimable concours de la marchandise décomplexée, tend à réduire chaque jour les possibilités de questionner sa nature propre. C'est un truc qui ne se discute pas, qu'il s'agit uniquement de protéger ; c'est la vérité qui ne souffre pas que l'on puisse seulement tenter de la falsifier (car, forcément, toucher la "vérité" des faits, c'est une falsification ; un crime). Et le travail, pour ceux qui sont garants de cette vérité, par le truchement vrai du scrutin vrai (voyez comme les "53%" sont resservis dès que le pouvoir est, un peu, ébranlé), réside dans la préservation de cet état de faits, tel quel, en éliminant les évènements et en se cantonnant à la production d'événementiels. Il s'agit donc de nettoyer (de kärchériser ; rien de neuf) la surface de ce qui est, de ce qui ne peut pas être autrement, des scories maladives, des signaux contraires, jusqu'aux symptômes élémentaires. Soutenir le normal ; le reste ne relevant que de la démence.

 Evidemment, tout cela se fait dans le cadre imparti, en recourant à la loi, en contournant quelques pratiques. C'est doucereux même si ça claque en coulisses.

 Vague inventaire de ce qui se passe, aujourd'hui, pas loin :

Fichiers à tout va, STIC, Edvige II etc.

Sécurisation des lieux de déplacement du chef sous peine, dans le cas de réceptions houleuses par quelques manifestants, de sanctions directes, sans passer par les procédures disciplinaires en vigueur.

 Emprisonnement arbitraire de l'ultra gauche (qui déraille, dixit Libération), agitation de la menace terroriste.

Nomination du PDG de la télévision publique, de la radio publique, par le chef.

Régime présidentiel exacerbé avec limitation des pouvoirs de "l'opposition".

Sanctions à l'encontre de "journalistes" ayant "fauté" (Gosset, Genestar etc.)

Suppression du juge d'instruction.

Conflits d'intérêt divers et variés.

(A compléter par le lecteur, la petite Histoire, la surenchère ambiante...)

 

Une chape pèse sur ce pays.

 

Rassurons-nous, certains, des puissants, veillent…

El Assad affirme : "Il faut parler avec tout le monde."

assad.jpg

 

 

Ben Ali rassure : "la France a fait le choix volontaire de la démocratie."
benali.jpg

 

Khadafi est formel : "nous avons parlé de tout, y compris des droits de l'Homme."
kadafi.jpg

 

Le 29 janvier, sans médiation, la "rue" a dit quelque chose…

 

f

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu