Avertir le modérateur

lundi, 04 janvier 2010

La rupture

Royal_officiel.jpg

 

En ce début d'année 2010, tandis que s'amorce la seconde moitié du quinquennat, il parait opportun de faire un bilan de la présidence Royal.

Personne n'aura oublié les mises en garde répétées autant par le clan Sarkozy que par certaines voix de son propre camp, notamment lors de la campagne présidentielle, à l'endroit de Madame Royal ; son inexpérience, ses bourdes, son programme dépensier et archaïque, son égocentrisme.

Force est de constater qu'aujourd'hui, ces multiples alertes prennent un caractère étonnament juste. La droite ne manque pas de mots pour venir critiquer l'exercice du pouvoir "calamiteux" de Madame Royal. La presse, mais avec bien plus de nuances (les socialo-communistes n'ayant pas tardé à mettre les médias en coupes réglées), dresse un bilan mitigé de la politique socialiste depuis deux ans et demi.

On se souvient des exhortations surjouées de Madame Royal, on se souvient de ces appels à la fraternité, justement moqués par l'UMP... Que reste-t-il aujourd'hui de tout cela ?

 


http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/01/01/sarkoz...


Que reste-t-il de la République métissée, concept fortement combattu par le candidat Sarkozy


http://www.lepost.fr/article/2009/12/08/1830148_metissage...

 

Chacun ne peut que constater aujourd'hui un certain déclin de la France, dû à l'idéologie archaïque et à l'incompétence de cette gauche de gouvernement. Le laxisme en matière de sécurité, les hésitations sur la scène internationale, le creusement des déficits, l'accueil massif des étrangers... autant de sujets de tension avec l'opposition, autant de motifs d'inquiétude pour nos compatriotes.

La récente nuit de la Saint-Sylvestre, avec son cortège de voitures brûlées, montre bien l'inefficacité de la lutte contre les incivilités du pouvoir socialo-communiste. Face aux 1137 automobiles carbonisées, soient 10 de moins qu'en 2008, face à l'autosatisfaction du ministre de l'Intérieur, Monsieur Valls, la droite ne mâche pas ses mots pour condamner le laxisme et l'angélisme du gouvernement. "Moi, j'aurais déployé 45000 fonctionnaires de police !" a déclaré Monsieur Sarkozy depuis le Texas.

De même, avec plus de 20000 clandestins régularisés en 2009, le pouvoir socialiste "crée un appel d'air historique en direction des pays pauvres et montre une fois de plus l'irresponsabilité de Madame Royal en matière d'immigration" selon Frédéric Lefebvre. "Les socialistes jouent encore avec le Front National !" a-t-il ajouté.



http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/12/21/plus-de-...


A ce laxisme de Madame Royal, il convient d'ajouter aujourd'hui, sans surprise, la douloureuse incompétence. Que n'a-t-on écouté les nombreuses voix, à l'époque, qui tentaient d'alerter l'opinion publique sur ce point...

Il suffit d'écouter l'opposition, en ce début d'année, relever la gestion calamiteuse de la grippe A par le gouvernement. Avec plus de 90 millions de doses achetées, le pouvoir se voit dans l'obligation de revendre une partie de son stock. "C'est de la pure incompétence et un cadeau aux laboratoires !" insiste Madame Bachelot, depuis Gstaad. "Sans compter le Tamiflu ! 2 milliards en tout, vous vous rendez compte ?" renchérit-elle...


http://www.rolandsimion.org/spip.php?article57


De même, avec les censures successives par le Conseil Constitutionnel de la loi HADOPU (soutenue par une grande partie des artistes, évidemment de gauche), de la taxe carbone (un engagement de Madame Royal et de ses partenaires écolo-fascistes), l'opposition n'a pas de mots assez durs pour venir pointer la désinvolture et l'incompétence dramatiques de la Présidente.

On ne compte plus les couacs, les flottements, les errements de la majorité. Eric Zemmour jubile : "j'l'avais bien dit... Elle est nulle !"

De même, sur la scène internationale, les prises de position pour le moins confuses de Madame Royale ne manquent pas. Lire la presse étrangère suffit à fixer l'image dégradée de notre pays. On peut rappeler l'épisode tibétain, les atermoiements de Madame Royal. On peut souligner les déclarations à géométrie variable de son ministre des Affaires étrangères, Monsieur Kouchner. Monsieur Lellouche : "elle serait capable d'aller dire à Dakar que l'Homme africain n'est pas assez entré dans l'Histoire!"

Les droits de l'Homme semblent, après les belles paroles, n'être que de lointains souvenirs ; le récent voyage du premier ministre en Chine le prouve. André Glucksmann n'hésite pas : "avec Sarkozy, la Chine aurait déjà basculé dans la démocratie !"

Ce rapide tour d'horizon s'achève avec le péché mignon des socialo-communistes, à savoir l'économie planifiée. La dette publique se creuse historiquement, les déficits sont partout abyssaux. "Elle a bon dos, la crise !" siffle Jacques Marseille. Il est vrai que le tropisme socialiste de dépenses, d'assistanat (voir le RSA, les contrats aidés) donne encore sa pleine mesure. "Et ce grand emprunt qui vient gréver l'avenir de nos enfants..." s'insurge Monsieur Woerth depuis la Suisse.

L'état de la France, en ce début 2010, n'est pas brillant. Le caractère baroque, léger, inconséquent de Madame Royal n'y est pas étranger. L'opposition, à l'approche des élections régionales, loue le professionnalisme de la droite de gouvernement, son sérieux, sa détermination...


Oui, définitivement, vivement que la droite revienne !

 

 

Agathe




mercredi, 23 décembre 2009

Quand trop de "Zemmour" tue le "Zemmour"...

* Ce médiocre pastiche est à consommer avec modération.


Bandeau3.JPG



Une Auvergnate nous confie : "Un Zemmour,

ça va, c'est quand il y en a beaucoup

qu'il y a des problèmes."


Z1.jpg

 

Photo choisie par Étienne Courgeotte.

Interview de Messieurs Éric Zemmour de France 2, Éric Zemmour de i Télé, Éric Zemmour de RTL et Éric Zemmour écrivain, réalisée par Éric Zemmour , chroniqueur d'élite de la section Dassault n° 1

 

Éric Zemmour du Figaro : Bonjour Messieurs, certains mauvais esprits vous taxent de réactionnaires et de cumulards, que pensez vous de ces allégations diffusées par des gauchistes forcément jaloux ?


Éric Zemmour de France 2 : Ah ! ces bobos efféminés, ils fallaient bien qu'ils me critiquent ! Bien sûr que je revendique d'être réactionnaire : en vérité, je dis tout haut ce que les gens pensent tout bas.

Éric Zemmour de i Télé : Je vous en prie, Monsieur Zemmour, ayez au moins l'obligeance de me laisser parler, je ne déteste rien moins que le politiquement correct : pourquoi cacher que les jeunes musulmans haïssent les Français ? Tout le monde le sait ! Est ce donc une remarque aussi tabou, qu'il faille la cacher à la France profonde ? Ma réponse est NON.

Éric Zemmour de RTL : Je dirais même plus, Monsieur Zemmour, je suis tellement réactionnaire que je suis pour tout ce qui est contre et contre tout ce qui est pour. Ce "parler vrai" indispose évidemment la sphère médiatique de gauche qui tient tous les médias ! Par ailleurs, je suis certes un réac mais sûrement pas un conservateur ! Tenez mon opinion sur les femmes...

Éric Zemmour écrivain : Monsieur Zemmour, pourriez vous me laisser parler un peu, ne monopolisez pas la parole s'il vous plait ! Les femmes sont le sujet d'un de mes livres et j'aimerais disserter sur ce sujet : la véritable place des femmes en société est dans la cuisine, leurs activités principales doivent consister à procréer, à élever leurs enfants et à reposer le guerrier quand il rentre, ivre de la fatigue d'une journée de labeur...

Éric Zemmour de RTL : Je dirais même plus, la décadence de la civilisation occidentale a commencé avec l'avènement du travail salarié par les femmes au début du 20ème siècle en 1914 pour suppléer le travail des hommes qui participaient à cette noble activité, la guerre... Le patronat s'est servi de ce lumpen prolétariat pour réduire les salaires et fabriquer un chômage propice à contrôler les ouvriers. D'ailleurs dans les années 1970, les femmes étaient au prolétariat ce que les Chinois ou les Polonais sont de nos jours pour les travailleurs : des casseurs de marché du travail. Rien d'autre !

 

Éric Zemmour du Figaro : Messieurs, s'il vous plait, ne parlez pas tous en même temps et gardez une certaine discipline, que diantre ! Vous n'avez toujours pas répondu à ma question sur le cumul des multiples vies professionnelles que vous enfilez et qui pourraient être plus justement réparties. Regardez, sur RTL : Alain Duhamel cumule, Aphatie, n'en parlons pas et vous... Que pensez vous de ces monopoles médiatiques ?

 

Éric Zemmour de RTL : D'abord je vous fais remarquer, Cher Monsieur Zemmour, que je suis le seul libre penseur réactionnaire de ce groupe et que mes collègues Duhamel et Aphatie se trouvent vraiment à gauche de l'échiquier politique de RTL ! Oseriez vous insinuer que Laurent Gerra et Philippe Bouvard sont de droite et que les lignes éditoriales des émissions "les auditeurs ont la paroles" et "on refait le monde" sont partiales ?

 

Éric Zemmour de i Télé : Décidément vous monopolisez la parole Monsieur Zemmour ! Je considère qu'il est naturel de cumuler les emplois quand on possède mon talent ! Je mérite de gagner de la thune, marre de ces gens de gauche qui vous accusent de gagner beaucoup d'argent ! Nous les journalistes référents de droite, on se gave et on emmerde tout le monde. On mérite nos gros salaires parce qu'on a l'oreille du peuple et qu'on fait un gros tabac chaque fois qu'on passe sur un support ! C'est bien connu !

Éric Zemmour de France 2 : Et chaque fois qu'on prend la parole, les téléspectateurs reconnaissent bien qu'on a raison ! C'est là notre succès ! Vous savez, si on enlevait sa couche d'antisémitisme et de racisme trop voyant au Front National, je suis bien certain que tous les partis de droite se retrouveraient côte à côte ! Encore une vérité qui ne risque pas de faire plaisir aux membres du politiquement correct ! Cuistres !

Éric Zemmour écrivain : C'est moi que vous traitez de cuistre, inculte !

Éric Zemmour de RTL : Mais je n'ai pas terminé ! Cette interview est grotesque !

Éric Zemmour de i Télé : Je n'ai pas fini de polémiquer, Messieurs ! C'est scandaleux, vous êtes ridicules  : on dirait une assemblée de gauchistes bobos !

Éric Zemmour de France 2 : Hein ? Qui veut se battre, j'ai vécu longtemps dans les banlieues du 9-3, moi ! Faites gaffe !

 

Éric Zemmour du Figaro : bon, ben Messieurs, je vais être obligé de clore ce débat houleux ! J'épiloguerai en citant cette phrase qui me semble adaptée à une conclusion judicieuse : Un "Zemmour", ça va, cinq "Zemmour", bonjour les dégâts !

 

Amis des médias je vous souhaite bien du plaisir ! Les journalistes cumulards hantent de plus en plus nos médias : il devient de plus en plus difficile de leur échapper. On trouve toujours les mêmes noms, les mêmes opinions, partout sur tous les supports jusqu'à en vomir... Le manque d'imagination des patrons de presse fait pitié à voir et il ne faut plus s'étonner de voir la presse écrite partir en capilotade ni l'audience de certaines télévisions comme TF1 et autres radios comme RTL tomber en dégringolade : sans imagination, sans personnalité, sans impertinence, sans originalité ni grande diversité d'opinion, d'un conformisme niais connement commercial, ces médias creusent leurs tombes qu'on espère profondes. Le pire est qu'il emmènent avec eux des milliers de salariés impuissants...

Trêve de considérations de comptoirs de bistrots de la part d'un minable petit blogueur raté sur une Toile désertée par les vacanciers !

Joyeux Noël et profitez des congés pour visiter d'excellents blogs !

 

Nota bene : En raison des Fêtes le prochain billet sera publié samedi matin prochain.


Cui cui, oiseau mouche du Père Noël, cocher vespéral d'opérette.


lundi, 20 juillet 2009

La chronique sarkoziste de Thibault Nichon, défenseur de l'ordre et de la discipline.

Je me présente : Thibault Nichon, aîné, comme nous appelle notre Président, 67 ans, retraité, ancien cadre commercial, marié à Lucette Nichon, 7 enfants et 17 petits enfants. J'aime mon pays, mon président, notre glorieuse armée, le travail bien fait, la discipline, l'ordre, la liberté d'expression quand elle est modérée et maîtrisée, le Figaro, RTL, Europe 1, TF1, France 2, la police, France 5, Patrick Poivre d'Arvor, Claire Chazal, Christine Ockrent, Élise Lucet, David Pujadas, Léon Zitrone, Jean Claude Bourret, Michel Drucker, la Marseillaise, la politesse, la cuisine française et les traditions séculaires.

Fond4.jpgJe vais vous expliquer en deux phrases les raisons de ma présence sur ce blog prestigieux. Il y deux mois, Lucette m'a offert pour mon anniversaire, un ordinateur et un abonnement Internet. Morbleu ! Si vous aviez  vu ma joie : à moi le contact direct avec les meilleurs journalistes chroniqueurs, ceux du Figaro bien évidemment, à moi les commentaires éclairés sur les blogs de RTL, "les auditeurs ont la paroles" et "Jean Michel Aphatie", à moi la lecture du site de l'UMP. Bref que du bonheur en perspective !

Et puis, 15 jours après, mon enthousiasme a fondu. J'ai traîné, surfé comme on dit et la Toile m'est apparue comme un repère de gauchistes, un nid de guêpes collectivistes, une fourmilière communiste. Tenez, par exemple, j'ai cru un instant que le Village des NRV, un nom qui fleure bon la France profonde, représentait un îlot de la défense des valeurs traditionnelles ! Foutaises ! On n'y trouve que des anarcho-révolutionnaires assoiffés de sang et dispensateurs de mauvais esprit !

Aussi ai-je écrit aux responsables du blog qui m'ont permis de m'exprimer librement. Je les en remercie chaleureusement.


Mes chers compatriotes,

Le regretté Coluche disait : le Président, il nous laisse des libertés, il est pas obligé, et s'il les reprenait, et bien personne pourrait rien dire : c'est tout ce que je pense de la liberté d'expression. Vous n'arrêtez pas d'embêter Nicolas Sarkozy quoiqu'il fasse mais vous oubliez qu'il a été élu démocratiquement pour 5 ans et que normalement il est comme Vercingétorix, un chef de tribu qui a la responsabilité de tout son peuple qui doit lui obéir aveuglément et lui doit respect et obéissance.

Si on lui met des bâtons dans les roues, il ne peut pas bien mener les affaires de la France et le pays s'affaiblit et comme dit si bien Monsieur Raffarin, "la route est droite mais la pente est rude". Aussi, je vous demande de vous arrêter comme disait si bien ce brave Monsieur Balladur !Fond3.jpg

Le suffrage universel a élu notre valeureux petit caporal, Nicolas Sarkozy à la tête de l'État, avec une confortable majorité, la loyauté et le fair play voudraient que chacun ici et ailleurs reconnaisse sa défaite et cesse de creuser des trous dans la coque du bateau "FRANCE". Vous obligez Monsieur le Président Sarkozy qui a déjà tant de mal à ramer à écoper  pour éviter de sombrer ! Cela ralentit nos réformes et retarde notre pays comme diraient nos grands journalistes Étienne Mougeotte, Arlette Chabot de France 2 et Christian Malard de France 5 !

Messieurs les gauchistes, soyez beaux joueurs ! Nous les aînés, les séniors, les retraités, avons élu Nicolas pour qu'il remette les Français au travail, ramène l'ordre et la discipline dans les banlieues, rétablisse les vraies valeurs de la France éternelle. La tâche est difficile mais nous y parviendrons grâce à l'aide de nos élites qui ont compris le problème et s'attachent à le résoudre !

De toute manière, pour vous, les carottes sont cuites : le PS est mort comme dit le grand philosophe, époux d'Arièle Dombasle, la pin up quinquagFond33.jpgénaire !

Bien sûr, certains ici, comme cet Urbain, marxiste du musée Grévin et cette vipére anarcho gauchiste de Cui cui qui exercent leurs néfastes activités dans ce lieu de stupre et de luxure s'emploient à ridiculiser notre combat mais nous feront face, le manche du drapeau bien raide entre nos mains viriles !

Voilà mon message, mes chers compatriotes, nous vaincrons car nous sommes électoralement les plus forts. Nous gagnerons en 2012, 2017 ! Qu'on se le dise !

Alors tous ensembles, avec Nicolas Sarkozy, notre guide,  bâtissons le grand chantier de la France de demain où tout sera possible !

PS : Avec Lucette, nous serons ce lundi 20 juillet 2009 à 6h du matin, très émus : le fait de me lire sur l'écran et de pouvoir être compris par des milliards de gens sur la planète comme si je passais à la Télévision Mondiale me met dans une fierté extraordinaire. Tous mes amis et les membres de ma famille seront au garde à vous devant leur ordinateur et leur Minitel à me lire. Je suis très attendri d'exhiber mon père, ce héros au sourire si doux et Lucette est particulièrement émoustillée de poser en buste...

Car ventrebleu ! Il n'y a pas que des poires chez les "Nichon" !


Thibault Nichon, Français et fier de l'être !

vendredi, 19 juin 2009

Qui me parle ?

 

 

POLICE-BRANDO.jpg

Les partis politiques parlent à leurs publics, ils s'adressent « aux déjà acquis ». La situation actuelle est plutôt au désintérêt général puisque les progressions en terme d'adhérents (toutes tendances confondues) établissent des courbes descendantes.

 

La rencontre des individus se fait surtout au travers d'échéances politiques. Ainsi, les enjeux électoraux centralisent la profusion de messages et les sorties d'élus ou de militants. Qui n'a pas croisé un élu à réélire sur son marché ou récupéré un tract à la sortie du métro ? Juste pour ce moment là …

 

De rien à tout, tout à coup.

 

Assister à des réunions politiques (tardives) est un acte volontaire. Après une « dure » journée de travail, plus d'un est resté pantois quant à l'intérêt de ce qu'il en est ressorti bien qu'initié et réceptif. Qu'en est-il des laissés pour compte ? Ceux jamais approchés dont les attentes sont un travail, un logement dont la vie est de se débattre …

 

La majorité des citoyens froissent le tract ou passent à côté de l'élu sans s'arrêter. A quoi sert de perdre du temps pour des rencontres ponctuelles ? L'élu souhaite conserver ou avoir sa place pour défendre, aider ...

Le combat est un combat constant, certains le mènent sans doute mais où et quand ?

 

Qui me parle ?

 

Les actions menées sur le terrain par nombre d'associations cernent au mieux les attentes en connaissant parfaitement les problèmes de la population. L'esprit y est très souvent apolitique. Les partis (de tout bord) s'invitent souvent miraculeusement, passionnés subitement pour un travail fait, alléchés par la notoriété d'une organisation bénévole.

 

Au moment où les urnes doivent parler.

 

Qui me parle ?

 

Les plus jeunes dénoncent ces procédés. Les banlieusards ont fréquemment et à raison invectivé les journalistes et les politicards dont les déplacements coïncidaient avec des besoins de stigmatisation sécuritaire ou électifs.

 

Eux, ils se débrouillent avec leur petites associations avec lesquelles ils peuvent au moins obtenir quelques conseils et un peu d'aide. Quand « on » leur parle politique, ils répondent :

 

Qui nous parle ?

 

1832548487_3.gif

Agathe

jeudi, 01 mai 2008

Mai 2008, le printemps des réacs.

free music

Je ne sais pas si vous regardez l’actualité autour de vous, mais en ce moment, on assiste en Europe à une nuée de victoires de mouvements politiques d’une droite qu’on pourrait qualifier de dure, située à la lisière de l’extrême droite dont un vieux vestige, comme Le Pen n’est plus que le fossile momifié exposé dans le musée de cire du ridicule et de la ringardise…

La droite modérée traditionnelle a donc phagocyté cette fraction extrémiste, et tels les flamants roses qui changent de nuances selon leur alimentation, au fur et à mesure qu’elle ingérait cette tendance, elle en a assimilé, et le comportement provocant et mordant, et les idées sous jacentes sans racisme mais tout en suggestions et connotations subtiles… D’où la mutation des idéaux de droite modérée qui se sont transformés malgré le désaccord de certains gaullistes de gauche et de centristes sociaux par exemple, en une droite décomplexée, sauvage et anti sociale. Cette agrégation expliquant la profusion des troupes de cette énorme coalition réactionnaire et ses victoires électorales à travers toute l’Europe.

En Italie, à la mairie de Rome, demain, probablement à la mairie de Londres, en Belgique, avec le mouvement flamand (encore eux !) de plus en plus intolérant et agressif, sans parler bien entendu, de la Pologne, des mouvements des Pays Bas et je dois en oublier, la droite se radicalise, exhibe ses muscles, assoit une belle consécration et montre un appétit féroce et insatiable devant une gauche sans charisme, molle et gélatineuse, toujours sur la défensive.

Pourquoi donc " l’Internationale libérale de droite ", si j’ose m’exprimer ainsi, emprunte t-elle une voie si triomphale depuis quelques années ?

D’abord si on se souvient de l’Histoire, autrefois " l’Internationale communiste " était soutenue par un pays militairement et économiquement puissant, l’URSS en l’occurrence, désormais " l’Internationale libérale " est promue, financée, consolidée par tous les moyens, fort considérables (cinéma, télévision, médias, presse , propagande) dont disposent les pays anglo-saxons, essentiellement.

760746709.jpgEnsuite, j’en parlais auparavant, la population européenne vieillit sérieusement et avec ce phénomène, on assiste naturellement à un raidissement, une méfiance envers les étrangers, un repliement sur soi, une aigreur envers ceux qui sortent de la norme, une tentation de tout réguler et policer, bref, tous les travers que beaucoup de gens qui avancent en âge, mais pas tous, éprouvent invariablement (théorie de Todd que j’approuve). Il n’est pas question, là, de les condamner et de généraliser, bien sûr, mais bien d’observer avec lucidité que plus on prend de l’âge plus on devient conservateur et droitier, c’est aussi évident que de perdre ses cheveux au fur et à mesure des années. Le nier est un non sens, il suffit d’éplucher les résultats électoraux depuis la nuit des temps pour s’en convaincre !

Puis, la conversion idéologique, des cadres moyen supérieurs et de " l’élite " qui possède le pouvoir dans les médias, les entreprises, l’expression publique et les partis politiques, au conformisme des idées dominantes libérales grâce à une diffusion importée des USA par les voies médiatiques (voir plus haut) et la fascination du modèle culturel américain par nos classes dirigeantes.

Enfin, la mort quasiment cérébrale de l’opposition de gauche, elle même convertie aux références citées au paragraphe précédent. Des partis dirigés ou plutôt cadenassés par des individus sans charisme, guidés par des ambitions d’apparatchiks, sans vision bien établies de leurs objectifs collectifs, mettant leur ambition personnelle comme but ultime d’un combat politique. Des dirigeants du PS propriétaires à vie de leur parti qui procèdent par cooptation, des politiques perpétuels dont on a l’impression que les plus jeunes, les Moscovici, les Cambadélis, les Valls ont 60 ans de carrière ! Quelle pitié…

1132112432.PNGOui, vraiment, si le grand cirque habituel continue son spectacle, la droite autoritaire a encore de jolis mois de mai en perspective. La gauche et la droite sociale ? Moins, hélas…

Que faire pour y remédier ? là est toute la question !

Peut être n'ai je écrit que des conneries ? Cela se peut et ce ne serait ni la première, ni la dernière fois mais en tout cas, le débat est ouvert.

Joyeux mois de mai, les amis !

 

Cui cui, mort et enterré avant le prochain Grand Soir de 2048…

* Photo originale LGDP dont je ne suis pas qu'un peu fier, réalisée avec trucage  à partir de source R.Ranoco Reuters

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu