Avertir le modérateur

vendredi, 30 juillet 2010

jequittelevillagedesnrv.COM

Avertissement : aujourd'hui, pas d'actualité, rien que de la cuisine interne avec des huiles de vidange.


Amis, le bonheur absolu existe : je l'ai rencontré.

Ici.

Au Village des NRV.

Parfaitement.

atlas2.jpg

Entouré de tout une bande de copains, tous de gauche et même plus si affinités, des amis dont les convictions sociales : générosité, bonté, partage, justice, franchise, loyauté, don de soi, sens du Collectif m'ont prouvées à quel point je ne les méritais point !

Leurs combats pour la veuve et l'orphelin, pour les sans papiers, les prisonniers, les pauvres, Haîti,  les travailleurs clandestins ; leurs billets émouvants sur les misères du monde, les injustices, les méchancetés rejaillissaient, il faut bien le reconnaître sur leurs comportements avec leurs proches dont je m'enorgueillissais de faire partie ! Le monde idyllique du Village des NRV m'avait ouvert les yeux sur la vision enchanteresse de la lutte sociale et de la fraternité.

Ne riez pas.

Vous n'imaginiez pas l'enrichissement personnel que représentait un tel honneur ! Côtoyer des saintes et des saints laïcs depuis plus de deux ans et demi m'avait transfiguré à un point que vous n'imaginiez pas.

Mais.

Il était écrit que j'étais indigne de figurer au sein de ce Panthéon féérique consacré à la bienfaisance !

Hélas !

Il a bien fallu admettre que, par la faute d'un caractère ombrageux, d'un comportement un peu passionné et d'une vision sociale et politique un peu moins dogmatique que beaucoup, j'ai fini par en incommoder plus d'un !

Il a bien fallu s'y résoudre : je possède un mauvais fond.

Une mentalité détestable, peut-être due à un environnement professionnel trop agressif. Pensez, je travaille tous les jours avec des gitans et les types barbus des cités du 9-3. Comment rester serein dans de telles conditions ? Je vous le demande.

Peu à peu, j'ai senti que cet univers ouaté nimbé de rose bonbon, ce royaume de Bisounours 1er, me rejetait. Mes billets attiraient probablement la lie du Net. Je devenais suspect car trop lu. Et chez ces intellectuels, amis lecteurs, n'oubliez jamais qu'un léger succès vous rend suspect sinon coupable, en tout cas populiste ou pire, poujadiste... La description ubuesque de la  substantifique connerie de certains intellos traditionnels de gauche est à graver sur le marbre.

J'ai pris, début juillet, les commandes du blog que je partageais avec une administratrice qui partait en vacances. Après des embrouilles avec une nouvelle contributrice - fallait pas l'inviter comme dirait Zgur - ma joyeuse complice m'a bravement envoyé un mail (pourquoi pas un SMS ?) m'annonçant son abandon pour des motifs qui m'ont échappés. Arf ! Le dialogue, la solidarité, la fidélité et la franchise de certains apôtres de la générosité militante et épistolaire !  Mes amis, je ne vous raconte pas !

Bref !

Je me retrouvai seul à gérer le Village. Matériellement, il m'est impossible de gérer un Collectif tout seul.

J'ai décidé de partir avec discrétion et humilité, de remettre à l'ouvrage mon plaisir d'écrire sur un blog personnel plus confidentiel.

Je ne compte pas retrouver le succès du Village des NRV, oh non !  260.000 visiteurs du 1er août 2009 au 31 juillet 2010 - 800.000 pages lues. 36.000 commentaires depuis 2 ans et demi sera un objectif impossible à atteindre...

Avec toute la talentueuse équipe de contributeurs et de commentateurs, j'espère avoir modestement contribué à ce succès  je quitte donc ce blog avec la fierté du devoir accompli...

 

À celles et ceux qui ont apprécié, aimé et lu mes billets : merci et à bientôt ici (clic clic clic)

À celles et ceux qui m'ont encouragé, montré leur intérêt, commenté : vous avez toute mon affection.

À celles et ceux qui m'ont calomnié, jalousé, lâché, trahi, bafoué : leur consacrer un mot serait déjà leur accorder trop d'importance...

 

Enfin un petit clin d'œil à l'ami Guy sans lequel je n'aurais sûrement jamais blogué et Serval pour avoir lancé l'idée de ce Collectif finalement réussi.

Une petite pensée émue pour mon pote Falcon et toute sa famille qui viennent d'éprouver un profond chagrin.

Je remets mes clefs entre les mains de Nef, la 3ème administratrice du Village des NRV, garde un œil éveillé sur ce blog pour éviter sa pollution par des spams ou des trolls, m'occupe un certain temps de gérer les affaires courantes (twitter, mails, etc) en attendant que quelqu'un me remplace.

 

Bonne chance à ceux qui reprendront peut-être les rênes !

 

Ami lecteurs, merci infiniment pour votre fidélité et pour l'immense honneur dont vous nous avez gratifié en choisissant de nous lire.

Émotion.

Je ne saurais mieux m'exprimer...

 


Cui cui sans son Rantanplan, poor lonesome blogueur.

 

samedi, 26 avril 2008

Mon pote le blogueur…

free music

Figurez vous que je suis tombé sur deux émissions, sur Canal +, la première, "le grand journal", où j’ai vu et entendu, lors de je ne sais quelle occasion, l’excellent chroniqueur, J-M Aphatie se plaindre et pleurnicher du fait que depuis qu’Internet existait, des tas de fausses nouvelles circulaient et que nous-pauvres-journalistes-professionnels-de-talent, nous étions battus en brèche par de sales va-nu-pieds de blogueurs qui diffusent sous des noms d’emprunt des tas de buzz pernicieux, etc, etc et tatati et ttatata….

Je vous donne le refrain..

Vous connaissez la chanson !

Mes oreilles n’ont pas sifflé.

À noter qu’Internet est un outil important de communication de mon pote blogueur Aphatie. Sans commentaire.

Un peu plus tôt, un samedi, j’avais regardé une émission de Canal + (encore !) réalisée pas Pascale Clark, intitulée " un café l’addition " et où différents journalistes devisaient joyeusement sur le sexe des anges et le changement de look du président, événements essentiels, s’ils en étaient, et Daniel Schneidermann se trouvait là. Lors de l’introduction, elle présenta, le créateur " d’Arrêt sur image " comme blogueur.

Oh la la ! Si vous aviez vu la tête de l’impétrant  ? Offusqué et ulcéré !

J’ai observé, un peu rigolard, mon collègue blogueur Daniel Schneidermann et j’avoue avoir même regardé le pantalon du journaliste tant je croyais que Mme Clark avait renversé une casserole de sauce poulette sur l’illustre falzar. Après un bref moment d’étranglement il parvint à grommeler qu’il était avant tout journaliste, avec un J majuscule comme JOURNALISTE. Sous entendu :  sérieux, lui !  

Je vous donne le refrain.

Vous connaissez la chanson !

Mes oreilles n’ont pas sifflé.

À noter qu’Internet est l’outil principal de communication de mon ami du Net, Schneidermann qui gagne sa croûte grâce à Internet et à mon oseille qui couvre l'abonnement d'ASI, soit dit en passant. Sans commentaires…

Ainsi… Adieu, mes deux éphémères poteaux de la Toile, mes brefs frères de sang, mes furtifs et chaleureux confrères de la Toile d'araignée, vous ne voulez donc pas de moi comme collègue ? L’idée d’être répertorié comme blogueur vous est donc si insupportable, si intolérable, si insultante, si régressive ? Vous m’en voyez fort chagrin !

Larmes… De volatile insolent.

Je sais qu’avec des milliers de confrères dont je ne suis pas le porte-voix, quelques liens sont affichés à droite, nous représentons à vos yeux furibards, l’apostasie, l’hérésie, le satanisme ; la représentation du peuple, quoi ! Dans ce qu’il a de versatile, de contestataire, d’irrévérencieux, de créatif, d'interrogatif, de divers et de sage, aussi ! Les blogueurs vous emmerdent, n'est ce pas, Messieurs les journalistes ? Auparavant vous chantiez ? Et bien dansez maintenant !

Notre principal défaut ? Vous faire de l’ombre ? Je n’ai pratiquement jamais vu un blogueur se prendre pour un journaliste mais toujours l’inverse !

Contester votre pouvoir, nier votre représentativité ? Jamais de la vie. Vous n'avez jamais représenté que vous même et vos patrons de presse...

Qui d’entre nous saurait convenablement interviewer un homme politique ? Qui aurait cette prétention ?

J’avais écrit ce texte, il y a deux jours, et je suis tombé cet après midi sur un billet de Guy Birenbaum sur le Post dans lequel il commente avec sa verve habituelle, une attaque des vieux réacs de " Charlie Hebdo " qui ont instrumentalisé l’écrivaine Amélie Nothomb dont on se demande ce qu’elle vient faire dans cette galère, pour condamner l’anonymat coupable des gens qui surfent sur la Toile.

Un débat éculé : quelle est en effet l’importance de savoir que le patronyme exact de l’anonyme cui cui, est en réalité le non moins anonyme Dominique Susini dont l'autoportrait figure ici ?

Je vous le demande ?

Amis de cui cui, saluit !

Cui cui, plumitif anonyme...

7c3229ea8ff101b50eaee45d1805f9f3.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu