Avertir le modérateur

jeudi, 28 août 2008

Les 17 raisons de ne pas s’inquiéter des conséquences du conflit russo georgien :

  1. 1 -La Russie, à travers le conflit contre la Géorgie, a davantage voulu montrer sa force que détruire l’ennemi comme elle aurait pu le faire sans problème.

     

    2 -L'erreur commise par l'Otan de vouloir encercler la Russie d'une manière inadmissible pour ce pays (que diraient les USA s'ils étaient encerclés par Cuba, le Canada et le Mexique occupés par des alliés russes ?) a enfin été reconnu par la plupart des occidentaux. Il était temps. L'encerclement économique est acceptable, pas l'encerclement militaire.

     

    3 -Les états comme la Pologne et la République Tchèque, va-t-en guerre contre la grande sœur slave ont enfin compris (du moins peut on l'espérer ?) jusqu’où il ne fallait pas aller trop loin.

     

    4 - L’Ukraine, état douteux à demi soutenue par les USA mais prête à être lâchée par ces mêmes USA en cas d’invasion a compris qu’il valait mieux faire profil bas.

     

    5 - L’Europe vient enfin de s’apercevoir qu ‘elle était un nain militaire, peu crédible diplomatiquement et que la puissance financière sans force militaire n’était que terre sans engrais.

     

    6 -La Russie a compris que le pétrole et le gaz faisaient danser à la corde les Européens et que ces derniers ne peuvent se passer d’eux au niveau énergétique.

     

    7 - Les USA ont compris qu’ils ne pouvaient pas ouvrir un nombre incalculable de fronts à la fois sous peine d’asphyxie financière et militaire.

    8 -L’Europe a compris un peu tard qu’on pourrait éventuellement étendre  accords de coopération avec le grand marché européen aux états de l’ex URSS mais surtout pas l’OTAN.

     

    9 -Les USA ont compris que dans leur lutte contre l’Iran que la Russie est un pion incontournable.

     

    10 -Les USA et l’OTAN ont compris que dans leurs luttes contre les Talibans d’Afghanistan, le ralliement de la Russie ou au moins sa neutralité sont essentiels.

     

    11 -La Russie qui se méfie toujours autant des Chinois veut éviter tout problème avec la Mongolie et souhaite s'ancrer à l'ouest, principal débouché pour son économie. Rappelons qu'une grande partie de la Russie est européenne.

     

    12 -La Russie veut donner une leçon aux Occidentaux avec l’Ossétie du sud et l’Abkhazie en réplique à la proclamation d'indépendance du Kosovo et à sa reconnaissance par les puissances de l'ouest contre la volonté de Moscou.

     

    13 -Les Polonais enfin libres depuis peu, jouent avec le feu en acceptant sur leur sol des missiles anti-missiles soit-disant pour contrer les fusées iraniennes (la France accepterait elle la mise en batterie de missiles anti-missiles russes en Corse pour  défendre le sol français ?) Ils devraient enfin comprendre qu’ils risquent gros sur ce coup là. En tout cas, une chose est certaine : l’Occident n’a ni les moyens, ni la volonté de mourir pour Varsovie, surtout si la Pologne cherche des poux à son voisin. Même chose pour la Géorgie. Qui est prêt à mourir pour Tbilissi ? Soyons lucides !

     

    14 -Les apprentis sorciers néos cons de l’Otan ont enfin compris leurs limites et c’est plutôt heureux de s’en sortir à si bon compte à force de provocations dans des états si instables. Jouer aux apprentis sorciers aurait pu déboucher sur des conflits bien plus dangereux. Cette fois ci, les provocateurs ont été les occidentaux.

     

    15 -Les Russes avec le Président français en tant qu’interlocuteur européen ont de la chance : ils tombent sur quelqu'un qui est obligé de faire le grand écart pour représenter les 27 membres de l'UE aux intérêts si différents et qui, au fond, est plutôt proche de leurs thèses malgré ses inévitables rodomontades.

     

    16 -L’Occident peut jouer avec de petits pays comme l’Afghanistan et l’Irak mais à voir ses succès militaires sur le terrain, on n’ose imaginer les résultats d'une passe d’arme avec la Russie dans son domaine d’influence…

     

    17 -Enfin ultime et dernière raison de se réjouir : BHL et Glucksman, les éternels loosers, nos croisés des causes perdues prennent faits et causes pour un dictateur au moins aussi peu défendable que tous ceux qu’ils pourfendaient autrefois. Ils deviennent des pantins pathétiques et dérisoires qui ne doivent le fait d’exister qu’à un mouvement perpétuel médiatique créés de toutes pièces pour leur faire plaisir car ils ne représentent plus grand chose dans la France d'aujourd'hui....

Ceci dit sans partialité d'aucune sorte. Simplement une analyse sans prétention des facteurs qui font que l'affolement dont certains médias nous gratifient n'est que tintinnabules de cloches au fond de l'océan.

Les médias adorent se et nous faire peur. Pour leur faire plaisir faisons comme si... Mais tentons de décrypter ce monde si complexe et subtil sans mentors ni traducteurs idéologiques, qui corrompent nos perceptions avec leurs prismes déformants.

Les analyses de géopolitique ne se font pas sous le coup des émotions, de la haine, de l'idéologie ou de l'esprit partisan, mais sous une logique froide qui tient essentiellement des particularités de l'Histoire et de certains rapports de force et de minorités...

À plus tard.

cui cui

 

lundi, 18 février 2008

Le dessous des cartes : Lagarde navigue à vue

free music

 

Nouvelle chronique des hautes sphères du Divin Marché

 

En ce début d'année, après les voeux, les atlas et diseurs de bonne mauvaise aventure pleuvent.

 

 

04aaa13d78375f4242981b56f6f5966d.jpg
Comment notre Divin Marché, qui est l'alpha et l'oméga de notre monde, envisage t'il cette année 2008 ?

Robert Seror, directeur commercial d'une entreprise française spécialisée en analyse des risques politiques pour l'économie, nous explique:

" le risque a une influence majeure sur l’économie et sa mauvaise analyse peut être fatale pour l’entreprise. Aon (oh le phare Aon ! N.D.L.C.), témoin et acteur privilégié de la mutation permanente du paysage économique mondial et expert dans l’évaluation du risque pays, réalise chaque année, en exclusivité, cette carte des risques politiques et économiques. Elle fournit à nos clients les outils nécessaires à l’évaluation du risque et de ses conséquences sur leur profitabilité, leur pérennité et leur croissance ". 

  

Et il nous fournit une vision du monde à venir à l'usage des entreprises et des investisseurs.

 

L'on y apprend notamment que la Russie, grâce au coup de maître de Poutine, y gagne en stabilité politique jusqu'en mars 2008 et bien au-delà, mais que ce cher Poutine risque de faire au reste du monde du chantage à l'approvisionnement en matières premières dont le sous-sol de la Russie est fort riche.

Que la Chine, cette championne de la croissance, va connaître des difficultés liées au dumping social qu'elle pratique depuis des années.

Que l'Europe, notamment les pays entrants (ou qui voudraient bien entrer) dans notre marché commun, subiront surement les effets de la crise des subprimes commencée aux Etats-Unis.

Que l'Iran et le Vénézuela ne sont pas préservés d'une crise politique ou militaire, alors que la Corée du Nord ne semble plus dans la ligne de mire de ce genre de crise.

Et que tout le monde va aller faire de la lèche au président Lula et à ses gros gisements pétroliers.

 

Pendant ce temps, Christine Lagarde, notre Madame Finance, nous prédit que 3e6bed79f79a3d8b35269126fa604ec2.jpg: le "reflux" de la croissance fin 2007 "ne reflète pas un ralentissement marqué et durable de l'activité en lien avec un contexte international devenu plus incertain".


D'où l'on voit que les paris du Divin Marché ont cet avantage sur la vision que nous livrent nos politiques d'être tellement plus précis... et fiables...qu'il vaut toujours mieux s'adresser à Dieu plutôt qu'à ses Saints.

Ainsi soit-il.

 
Nef

samedi, 16 février 2008

Les autres images de la semaine - Vladimir

free music
 
 
 
Vladimir, ça c'est un démocrate...Vous pensiez qu'il tenait au pouvoir ? Que nenni...Il ne modifiera pas la constitution pour se représenter une troisième fois.

Non, Vladimir, fait un coup d'état en mettant un homme de paille à sa place, un homme dont il se sera10bd005f0e807b5fdad23cee6499665a.jpg pas obligé d'accrocher le portrait dans son bureau de premier ministre aux pouvoirs si étendus, qu'on se demande pourquoi le fantoche qui servira de Président irait pointer à son bureau. A la place de Dmitri Medvedev, moi je resterai tranquillement chez moi à regarder Derrick.
 
Oui Vladimir est amour...pour le pouvoir

C'était l'autre actu, celle dont à moins parlé que lorsque Not'Président à la fois guide suprême et époux de mannequin à chaleureusement félicité son ami Vlad, l'empaleur de démocratie...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu