Avertir le modérateur

mercredi, 29 octobre 2008

USA : huit jours à haut risque pour Barack Obama..

Pourquoi se mentir ?

Barack Obama est somme toute, une sorte de Bill Clinton, aussi transparent que l’original, aussi dépourvu d’imagination, aussi creux… Tout le monde en Occident le donne archi favori car la sympathie qu’on éprouve à son endroit n’est pas seulement due à son physique de jeune premier mais surtout au fait qu’il appartienne à une minorité ethnique de son Pays…

cainlang.jpgQue ne dirait on à propos de son programme politique s’il s’était avéré que Mr Obama ait été un WASP (White Anglo Saxon Protestant) ? Que ses idées sont nébuleuses, que sa plate-forme politique est vague et qu’il n’apporte aucune solution aux problèmes essentiels des USA…

Personnellement et comme beaucoup d’entre vous, j’éprouve évidemment infiniment plus de sympathie envers le leader démocrate mais il faut bien avouer qu’il ne s’agit là, que de l’adhésion à une image et nullement une conversion à son programme. Je pense néanmoins qu’il sera défait.

Depuis 1980 , date de l’élection de Ronald Reagan sur laquelle nous reviendrons, les démocrates n’ont gouverné que 8 ans sur 28, et encore par un Bill Clinton largement surestimé sur le plan intérieur, qui a, rappelons le, considérablement libéralisé les marchés financiers, ce qui nous a amené à la catastrophe actuelle ; autant dire que les différences entre le Parti de l’âne et celui de l’éléphant sont infimes en comparaison de l’échiquier politique français.

Une grande majorité de l’univers médiatique américain a pris fait et cause pour Barack Obama et tout semble aller vers une victoire sans encombre du leader démocrate… Et pourtant, il est des intérêts puissants pour faire capoter cette hypothèse… On peut en distinguer au moins 3 : :

- le racisme ambiant de l’Amérique profonde

- les Républicains aux manettes de l’État

- et surtout l’attitude de certains pays musulmans ou de factions, qui, à l'occasion de violents troubles ou d'attentats peuvent faire basculer les résultats.

mc cain.jpgRappelez vous l’affaire des otages en Iran en 1980. Alors que le Jimmy Carter, un des meilleurs présidents démocrates américains de l’après guerre était en passe de l’emporter, le gouvernement iranien avait fait basculer l’élection en faveur de Ronald Reagan contre tous les pronostics, entraînant, on s’en aperçoit aujourd’hui, des conséquences gigantesques (20 ans de pouvoir républicain, la prédominance des néos cons et la prise de pouvoir par le lobby militaro industriel) dans le cours de l’histoire du monde…

Il ne faut jamais assez se méfier des soit disant nouveautés. Autrefois, la venue au pouvoir de Golda Meir en Israël, faisait dire à certains exégètes que les femmes allaient modifier les habitudes politiques et diplomatiques des États, il n’en n’a rien été, puis sont venues, entre autres, la sinistre Margaret Thatcher et la corrompue Benazir Bhutto. En réalité, contrairement à ce que versifiait Jean Ferrat dans sa chanson, les femmes, dont il prétendait qu ‘elles étaient l’avenir de l’homme, ne se sont pas davantage montrées humaines dans la conduite de leurs Pays.

N’en attendons pas plus de Barack Obama, dont chacun souhaite évidemment la victoire mais sur lequel, on n'a strictement aucune illusion à avoir.

Barack ou John ? Qu'importe le flacon pourvu qu'on aie l'ivresse illusoire de la nouveauté car l'un comme l'autre, seront de toutes façons, mis sous tutelle des lobbies, des intérêts militaro industriels, des puissances privées, des pétroliers qui ne renonceront jamais. Ces dirigeants étant formatés pour se mettre au service d'une idéologie économique et d'un nationalisme impérial, l'Europe et les pays du monde n'ont rien à attendre de ce non-évènement que sera l'élection présidentielle américaine du 4 novembre prochain.

Sur ce constat de désespoir, good luck, les amis !

cui cui, la buse désabusée

 

lundi, 29 septembre 2008

Camarades ultra-libéraux, bienvenue dans l'enfer collectiviste !

Mes amis, très chers camarades ultra-libéraux,

C'est avec une intense jubilation partagée par mes feus camarades Marx, Engels et Lénine que j'ai observé les États Unis d'Amérique devenir la première nation collectiviste, au moins en valeur de ses actifs, de ce 21ème siècle ! Je me suis alors souvenu de la célèbre phrase du regretté président Ronald Reagan, qui doit se consumer à l'heure où je vous parle dans les abysses de l'enfer, je cite : "L'État n'est pas la solution (dans l'économie) mais le problème."

Quel retournement de situation !

Support1.jpg

Bien entendu, se retrouver dans la cale lors du naufrage d'un navire ne prédispose guère à la joie, mais on peut se dire que la possession d'un maigre baluchon devient un avantage et qu'on parviendra toujours à s'en sortir, d'autant que les passagers de 1ère classe, sur le pont supérieur, embarassés par leurs malles de bijoux qu'ils risquent de perdre en totalité, paniquent bien plus que vous. Tout en gardant à l'esprit que les canots de sauvetage se trouvent à proximité des ponts supérieurs...

Forcément.

Quel plaisir, camarades ultra-libéraux, de constater combien vous avez le toupet d'alerter le peuple pour vous sauver d'une hécatombe annoncée, quelle jouissance de vous observer faire appel à l'union nationale derrière votre chef charismatique (ben voyons !) alors que quand vous vous gaviez, vous ne nous laissiez pas un seule miette !

Cet appel à l'union nationale  serait tellement drôle s'il n'était si grotesque !

Ce ne sont que billevesées que de tenter de nous faire gober que le bon capitalisme de papa doit être réhabilité : pour qui possède quelques rudiments d'économie, l'ancien capitalisme  était basé sur la production de marchandises, aujourd'hui, on ne produit presque plus rien en Occident, il est définitivement basé sur une économie mondialisée où les capitaux sont extra territoriaux. Les états n'ont aucune prise sur ces capitaux, il suffit d'ailleurs d'un micro état qui refuse de suivre les consignes pour rendre caduques les régulations des grandes nations concernant les flux de capitaux qui peuvent filer à travers le monde plus rapidement que Speedy Gonzales.

Croyez moi ! M. Sarkozy, qui endosse pour l'occasion la posture du "Père de la Nation", alors qu'il n'a été symboliquemernt élu en 2007 qu'en temps que "grand frère de proximité", a raté son dernier casting à Toulon ! En sus, il  vous raconte des bourres : le capitalisme d'antan n'existera plus jamais parce que le monde a terriblement changé ! Il faudrait vraiment être un âne ou un inculte immature pour croire encore à de telles sornettes !

flafusa.JPGRegardez et écoutez les discours ds dirigeants mondiaux à leurs bons peuples, la main sur le coeur, les mêmes qui ont non seulement laissé la situation empirer depuis des années mais en ont largement profité, et qui déclarent sans rire avec la rouerie et le culot qui les caractérise : "  Oui, ces méchants capitalistes, cupides (comme s’ils ne l’étaient pas eux même), immoraux (sans rire) nous ont floués (avec leur aval) , nous allons les punir sévèrement (mouarff !), nous allons tout réformer (on parie ?) mais donnez-nous 700 milliards de dollars pour éviter la banqueroute, nous nous chargerons le reste... "

Cette harangue a beaucoup de mal à être acceptée chez les congressistes américains mais, selon moi, elle passera, faute de contre-propositions…

Avec l'efficacité d'un cautère sur le pilon en bois d'acajou sculpté du capitaine Crochet, pirate professionnel de réputation internationale...

Camarades spéculateurs, hier vous chantiez ? Et bien, dansez maintenant !

Ce que je viens de vous énumérer, chers lecteurs, était l’endroit du décor, bien dégoulinant de démagogie sirupeuse destinée aux ménagères et aux petits citoyens de tous âges, spectateurs assidus de TF1, fans de Drucker, auditeurs de RTL et Europe 1, lecteurs assidus du Figaro, France Soir, Gala et Match avec un pois chiche en guise de cerveau et une "bornitude" garantie à vie. C'est à dire quelques irréductibles chenus, décimés régulièrement sous le poids des ans et quelques quidams à la conscience politique digne d'un perroquet sourd et bègue.

Mais…

Ne vous réjouissez pas trop vite, citoyens !

maosarko.jpgPassons à l’envers du décor, si vous le voulez bien… Et là, bienvenue dans le vestibule de la chambre des tortures. Âmes sensibles, s’abstenir…

Cette humiliation subie par la nomenklatura de l'élite américaine et européenne, on va vous la faire payer très cher , Français moyens et modestes, car ces gens qui ont tant joué et perdu tiennent solidement tous les rênes de l'ensemble des "fonctions clefs et stratégiques" des sociétés occidentales modernes et mettez vous bien dans le crâne que vous paierez l'addition , faîtes moi confiance ! Et cash.

 Attendez-vous à ce que de grosses entreprises d’assurances boivent le bouillon, des organismes de crédit s’écroulent, des fonds de retraites américains vacillent et qu’une récession sans équivalent recouvre les pays du monde entier…

Sans compter que ces reniements publics et ostensibles envers le " système capitaliste " de la part de politiques sans pudeur et sans parole qui défendaient becs et ongles, il y a 15 jours cette même doctrine, vont s’accompagner d’une énorme recrudescence de chômage, toutes les entreprises profitant de l'alibi de la crise pour licencier à tour de bras…

Cet alarmisme réel mais parfaitement orchestré risque d'être le prétexte pour réaliser ce qu'ils n'osaient pas auparavant : des licenciements massifs, des lois sociales pulvérisées, des salaires écrabouillés… Le nivellement sans précédent des conditions salariales des pays occidentaux.

bush2.jpgCertains dont je suis, ont toujours pensé et dit que le système économique actuel s’écroulerait, suite à une catastrophe financière ou écologique mais le plus inquiétant est l’acharnement fanatique que mettent les élites à défendre ce système contre vents et marées en insufflant toujours plus de libéralisme. Un peu comme les médecins du grand siècle, pratiquant saignée sur saignée, sur des malades de plus en plus faibles jusqu'à les faire passer de vie à trépas.

Les fanatismes religieux, nazis, communistes russes et chinois ont été une calamité pour le 20ème siècle, je crains que le fanatisme intraitable du dogme ultra-libéral ne soit une plaie pour le 21ème siècle et ne conduise aux pires excès : pauvreté, misère, famines et répressions.

Je me rappelle les paroles des doctrinaires anticommunistes américains comme le sinistre sénateur Mac Carthy qui clamait son effrayant slogan : " Plutôt morts que rouges ! " . J’ai bien peur que leurs descendants, ces immondes et inconscients théoriciens, mathématiciens perdus dans l'abstraction, politiques avides et cupides, experts financiers obtus et peu clairvoyants et journalistes dopés à la doctrine du libéralisme dogmatique pur et dur, qui ne cessent depuis 30 ans de se tromper avec le sourire béat d'un idiot du village, nous entraînent vers l'abîme sinon en direction  d'une régression sans fin…

Ils ne lâcheront jamais le moindre morceau de pouvoir et à moins de parvenir à leur glisser une muselière, la tâche s'annonce ardue, mes amis...

Décrypter les manipulations des gouvernants et leurs manoeuvres, contribue déjà à s’en prémunir et aide à trouver une riposte avec nos faibles moyens (les élections, actuellement sans alternative réelle, hélas, pouvant être une solution), c'est également une manière comme une autre de prendre du recul pour un pauvre hère comme moi, qui malgré son air con et sa vue basse, finit souvent par avoir globalement raison, impavide et stoïque au milieu du désert avec toutefois la satisfaction intellectuelle de crever économiquement à petit feu, certes ; mais avec la dignité solitaire d'un vieux sage...

Cambig-6.jpg.jpegarades ménagères bourgeoises de moins de 50 ans, vous êtes autorisées à sortir vos mouchoirs en soie.

En tout cas, je confirme.  L'humour est bien la politesse du désespoir...

À bon entendeur…

Salut !

Billet non actualisé terminé le jeudi 25 au soir

Cui cui, marchand de parapluies (non dorés)

.

lundi, 07 avril 2008

Nicolas Sarkozy : à l'ouest ?

33860d0ff47fd96076624d513827265f.jpg
free music
 
 
Selon vous* sur lequel (ou plus si affinités) de ces points** peut-on considérer que Nicolas Sarkozy (bien qu'il s'en soit défendu pendant sa campagne) mène une fois au pouvoir une politique atlantiste***?

 

Réductions d'impôts qui favorisent les plus riches et donc baisse des recettes qui nécessite par la suite le démantelement des systèmes de protection sociale et d'éducation.

Utilisation de la peur (terroristes, immigrés) au détriment du désir et de l'espoir (santé pour tous et environnement sain).

Affaiblissement de la politique de séparation de l'église et de l'état par la subvention des institutions religieuses et mise en place de la religion comme base morale de la société.

Politique financière et fiscale audacieuse en volume mais sans vision forte des objectifs poursuivis.

Assurance que des réductions d'impôts pourraient guérir toutes les maladies économiques.

Interventions militaires et devoir d'ingérence politique dans les régions pétrolières et/ou traversées par des oléoducs.

Médias sous contrôle.

Manie de profiter de la panique engendrée par de grandes crises économiques ou géopolitiques pour remodeler les sociétés dans l'intérêt des grands acteurs du monde de l'entreprise.

 

* Les résultats de cette enquête seront publiés un jour peut-être dans le Village ou pas selon des critères d'analyse débiles mis en place par Le Figaro.

** L'ensemble des questions de ce test ne sont pas des questions ouvertes mais bien des propositions subjectives selon la méthode de sondage mise en place par la société Opinion Ouais Ouais.

*** Nous considérerons comme atlantiste une politique de suiveur (surnommée politique du caniche) des théories et politiques mises en place par l'administration américaine sous le règne de Bush, des néo-conservateurs et néo-libéraux.

 

Nef

vendredi, 18 janvier 2008

Tartufland

 
 
 
Suite de notre tour hebdomadaire des blogs. Aujourd'hui un article de tgb. Faites nous vous aussi connaître vos blogs favoris, ou les articles que vous avez aimé. Avec l'accord de l'auteur, nous reprendrons eventuellement le billet au Village.
 
Ce que j'aime chez les tartuffes c'est que plus ils exhibent leur vertu mieux ils planquent leur vi1e6a8171fd60dfee515ad670d4acee4c.gifce.

C'est même à ça qu'on les reconnaît…
Les hypocrites.

On peut être persuadé à coup sûr que l'évangélique de la haute morale acrobatique et tout en dividendes puritains cache au fond de son placard, entre deux strings, quelques belles saloperies inavouables.

Les Savanarole maniaques de l'allumette, les VRP du lance-flamme et de l'extincteur deux en un, les sauveurs de la grande Arche de Zorro faisant du néo-colonialisme sans le savoir, les experts BHL de la gare de triage à la grande foire aux victimes idéologiquement rentables, les téléthonniens humanitaires du show-biz compassionnel sponsorisés par la star Ac, les rentiers de l'ingérence caritative et de la charité bien ordonnée, les dames patronnesses de la banlieue ouest propriétaires officielles de pauvres agrées (mes pauvres), les haut commissaires à la solidarité active  (quid d'une solidarité passive ? )  ont dans le grand théâtre de la sensiblerie télévisuelle et audimatée et dans le registre – touche pas à mon génocide - la larmichette facile et la glande lacrymale entraînée.

Normal : c'est Kouchner qui coache.

Mais plus foutage de gueule que Guy Moquet au Fouquet's y a t'il ?
Oui Il y a.

Un exemple récent et particulièrement obscène : George W. Bush au mémorial Yad Vashem.


Pendant que le criminel de guerre yankee, le dégaîneur du derrick texan, qui s'il était le vulgaire boss d'un pays faubourien pourrirait dans une chambre froide en attendant le TPI, regrette, l'œil tout mouillé, que L'US Air Force n'ait pas lors de la dernière guerre mondiale bombardé Auschwitz pour s'opposer à 'la solution finale de la question juive', il oublie bien volontiers de restituer le chèque de grand papa Bush tiré sur le compte des déportés d'AUSCHWITZ-BIRKENAU condamnés aux travaux forcés.

1, 5 millions de dollars provenant de la Consolidated Silesian Steel Company, hérités dans les années 80, et que Georges père avait eu la décence de refuser.

Pas junior.

- les bons comptes font les bons amis
- dixit la momie de Sharon

Si on n'est certes pas responsables de l'insanité scabreuse de nos aîeux – en l'occurrence ici un grand-papa collabo de nazi enrichi sur des monceaux de cadavres – on n'est pas non plus obligé d'en accepter l'argenterie.

Qu'on soit sincèrement bouleversé devant un mausolée consacré à un monstrueux génocide, laboratoire industrialisé d'une extermination raciale est la moindre des choses, mais que le cuistre du puritanisme pétrolé, que le born again de mes deux guerres impériales verse, du haut de son mirador, une larme de crocodile (ou pas) sur l'origine de la fortune de la dynastie Bushienne me laisse quant à moi perplexe.

Point focal du realpolitik gerbant ou de la schizophrénie nauséeuse.

Je sais bien que le pouvoir Israélien, fabriquant besogneux de bantoustan palestinien et de quelques réserves zoologiques d'indigènes arabes,

histoire de....

a, par les temps qui courent, les amis qu'il peut.

 Pas sûr que ce mauvais ami compatissant° vaille un bon ennemi.

 

- °on notera d'ailleurs que W fit l'honneur à Arafat de ne pas s'arrêter sur sa tombe, c'eût été insultant pour Yasser


tgb

http://rue-affre.20minutes-blogs.fr/

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu