Avertir le modérateur

jeudi, 07 janvier 2010

Éric Cantona, le nouveau sage médiatique.

Ami(e)s de la nouvelle décennie, bonjour !

Pour les nombreux nouveaux venus, attirés par la grâce de la subtile Agathe et de sa Ségolène fantasmée, ceux qui n'ont pas la chance de me connaître, sachez que je suis la caution populaire et populiste irréfragable de ce blog, un demi clochard fanfaron, une sous-merde bloguesque uniquement intéressée par la futilité, la nullité selon Saint Urbain, la superficialité ostentatoire selon d'autres, qui pourtant ne s'en laisse pas conter par les intellos qui parsèment ce blog sorti de la cuisse de Jupiter. Bref, le mouton noir qu'on devrait cacher dans sa baignoire mais qui ne cesse de bêler et auquel on ne parvient pas à couper la langue !

eric-cantona-460_1250254c.jpgJe m'en vais vous entretenir d'un sujet qui m'intrigue tout particulièrement : la surprenante fascination intellectuelle qu'exerce, le footballeur Éric Cantona, sur nos élites médiatiques lorsqu'il s'adresse aux téléspectateurs et à ses interlocuteurs journalistes.

Mardi soir, il était l'invité, sur Canal, du journaliste-bobo-animateur-boute-en-train Michel Denisot, si l'on peut appeler sa fonction ainsi, pour présenter une pièce de théâtre "face au paradis" qu'il interprète avec Lorant Deutsch et mise en scène par sa femme ou sa copine Rachida Brakni. Mais mon propos n'est pas de faire sa promo vu qu'on se trouve ici sur un blog de gauche où le rappel de toute notion ayant trait à l'argent est, fort évidemment, très sale...

J'en viens enfin au cœur du sujet. Lorsque cet auguste personnage,  footballeur de son état initial, ouvre la bouche pour délivrer une sentence tombée du Ciel, on entendrait une mouche voler. Ce mardi, sur le plateau de Canal +, encore s'en fût-il de peu pour que ce diptère, subjugué par tant d'audace et d'insolence politique s'arrêtât de battre des ailes et que le bruit se sa chute faillît couper l'effet du maître !

Chaque parole caverneuse du gourou à l'accent rocailleux du sud est, entrecoupée d'un silence profond devant une foule respectueuse m'a fait penser pendant quelques minutes à la dictée des dix commandements à Moïse sur le Mont Sinaï . Non pas que ces propos fussent ridicules, loin s'en faut, mais la manière dont ils furent religieusement écoutés me fit bien marrer !

Indubitablement, le fougueux Cantona a bien changé en prenant de la bouteille grâce à de bons cours de comédie et à des dons naturels d'expression. Son charisme, qu'il travaille habilement fait le reste. Rebelle, révolté, avec sa barbe grise, son port altier, son physique imposant, sa façon un peu raide de se comporter, ses silences calculés, sa voix grave, son empathie à l'égard des plus faibles, les idées plutôt généreuses, il se compose une notabilité qui semble impressionner plus d'un animateur-journaliste pourtant rompus à faire face à des personnalités sophistiquées : il ne m'étonnerait pas que ce gars, pour peu qu'il en ait l'occasion ou qu'il le souhaite, aille loin.

Car si on le compare superficiellement à Zidane, autre footeux ô combien illustre, dont on pourrait se demander de prime abord si le cerveau ne cache pas un tiroir caisse ou si son mutisme ne dissimule pas un vide sidéral, son intérêt pour lutter contre les injustices, son côté révolutionnaire dandy,  son apparence de poète brutal, son air d'ours mal léché prêt à fondre en larme et son épaisseur psychologique le rendent autrement plus humain, plus intelligent et surtout infiniment plus complexe que le matérialiste et décevant champion du monde.

Baudruche ou personnalité ? Comédien total ou homme sincère ? Attitude médiatique fabriquée ou véritable artiste ? Bien malin qui pourrait cerner le caractère d'Éric Cantona !

Mais comme chacun sait, les perceptions que nous avons de tous ces gens ne sont que reflets, images plus ou moins travaillées : comment savoir où se trouve la sincérité d'un homme à travers le prisme déformant des médias et une interprétation forcément tronquée ? Qui ne s'est pas trompé en votant pour un politique sur ses promesses, son allure ou une conviction irrationnelle ?

Si on ne peut ni croire en un programme, ni en des promesses, ni en une image, ni en des confessions, ni même en une fugitive impression ? À quoi se fier les amis ?

That is The question ?

J'ai décidé de promouvoir, à chacun de mes billets, des blogs du Web qui me semblent intéressants : j'ai choisi sur ce coup deux blogs, celui de l'ami Falcon qui adore le football et nous envoie fréquemment du monde et un blog collectif " Ruminances ", qui par sa structure ressemble un peu au nôtre, et dont les talents d'écritures sont réels. Son seul défaut étant d'être influent, ce que nous serons jamais ; mais nul n'est parfait !

Ami(e)s et lecteurs du Village des NRV, à après !

 

Cui cui l'oiseau qui commence mal l'année.

 

mercredi, 18 novembre 2009

Football et décadence.

Après le record d'audience de l'année pour M6, à l'occasion du match aller de football Irlande-France, avec 8,2 millions de téléspectateurs et 35,1 % de part de marché.

1778623865-irlande-france-pourquoi-il-ne-faut-pas-perdre.jpgAvec la préparation psychologique intense de TF1 pour nous préparer au match retour, ce soir, et battre son record annuel de spectateurs.

Avec la multiplication des jeux d'argent et autres paris sportifs.

Après les incidents violents du match OM-PSG reporté à Marseille pour cause de grippe A.

Après les émeutes à Marseille et la mise à sac de certains quartiers dont les habitants n'y sont pour rien par des supporters algériens après le match Égypte-Algérie.

Après les terribles agressions des Égyptiens sur des sportifs et supporters algériens (peut-être des morts à déplorer) et les ratonnades opérées en Algérie contre des commerces égyptiens...

Avant une rencontre de tous les dangers sur terrain neutre au Soudan pour départager les deux équipes africaines, ce mercredi...

Nonobstant, nous sommes bien forcés d'admettre que le football prend une place considérable dans le déroulement des évènement de la planète...

Le football rend-il les médias et les peuples fous ?

En êtes vous donc si sûr ? Et si je vous disais plutôt "Et si les médias rendaient le football et les peuples fous ?".

Qu'un pays comme l'Égypte, une des nations les plus pauvres du monde avec très peu de ressources naturelles, disposant d'une population importante (83 millions) durement matée par un pouvoir dictatorial dirigé par le président Moubarak, 81 ans, se déchaîne pour un vulgaire match de football alors qu'une grande partie de ses citoyens vit d'expédients, peut laisser pantois l'occidental moyen et pourtant le résultat est bien là !

Le battage médiatique destiné à détourner l'attention des problèmes autrement plus cruciaux a entraîné un regain de nationalisme obtus destiné à resserrer les liens distendus de cette nation autour de son vieux dictateur et chef des armées, gouvernance contestée par les frères musulmans et surtout terriblement ébranlée par la crise économique. Le pouvoir médiatique est devenu tellement considérable qu'il parvient à faire oublier aux individus, grâce à un spectacle sportif, leurs pitoyables conditions de vie.

Regardez chez nous : la presse, les télévisions, les radios dans notre beau pays ne parlent que de ça ! Parce que le sujet est porteur et fait vendre mais également pour faire diversion. Depuis quelques temps, sur les radios, à commencer par RMC fleurissent des programmes 'non stop' de sport et notamment de football de 16h à minuit, tous les jours, des consultants, anciens sportifs, ressassent, discourent, pérorent,  répètent inlassablement les mêmes rengaines avant et après les matchs !

9774_NpAdvHover.jpgUn milliard de gens crèvent de faim ? Qu'importe puisque Lyon rencontre Bordeaux. La crise entraîne un chômage monstre ? Peccadilles puisque le Réal rencontre le Barça. Des fuites de capitaux dans les paradis fiscaux ? Foutaises : Manchester reçoit Chelsea !

Le foot a subi de plein fouet la mondialisation, puisque désormais les Français éprouvent autant d'intérêt pour leur championnat que pour celui d'Angleterre, d'Espagne ou d'Italie. Ce sport s'est transformé presque partout dans le monde en une véritable hydre dévorante "de temps de cerveaux disponibles" !

Dans notre société, le football et le sport en général deviennent omniprésents et envahissent tous les espaces médiatiques vides ! Désormais toutes les radios remplissent leurs grilles de 'week end', de cases où les auditeurs, pensent, ratiocinent, vivent, consomment, achètent, plaisantent, cogitent jusqu'à l'obsession sur le Dieu football.

Amis, je ne sais plus qui disait que "le sport était l'opium du peuple", mais je crains que cette phrase ne date un peu, aussi ai je pensé à une petite sentence en remplaçant le terme 'opium' par celui de 'coke', car la cocaïne excite, rend raide dingue et largement accro. Sa consommation fait rentrer son usager dans un cercle vicieux destructeur et obsessionnel.

 "Le football n'est il pas devenu la coke des peuples et les médias, ses dealers." ?

À vrai dire, tout ceci n'est guère réjouissant : inutile de vous expliquer comment cette addiction au football, poussée par les équipementiers, les clubs et les médias, participe activement au maintien du système économique actuel par ses effets anesthésiants. Sans oublier les fortunes monstrueuses, incertaines et mafieuses que cette oligarchie insuffle dans la machine à décerveler, à sacraliser des vedettes médiocres, à plumer les plus pauvres et à donner l'illusion de la fierté à certains peuples abandonnés par leurs dirigeants...

Si un jour, une guerre éclate à cause du football, inutile de vous dire qu'on aura franchi le Rubicon de la connerie humaine !

Amis du Village, à après...

 

By cui cui. the pretty bird.

lundi, 31 août 2009

La spéculation : le dopage du capitalisme ?

Dites les amis ?

L’autre jour, je regardais nonchalamment à la télévision la finale du 100 mètres hommes lors du Championnat du monde d’athlétisme et observait dubitatif ces gros bébés bodybuildés et musclés comme des statues grecques gonflées à l’hélium qui se sont élancés sous les hourras béats de journalistes conquis d’avance.

À l’annonce de la pulvérisation du record du monde (9’’ 58), les commentateurs sportifs, en transes, ont salué la performance d'Usain Bolt, avec moult glorifications, rejetant par avance avec dédain la suspicion de dopage qui, je cite, pourrait casser les rêves de chacun !

Mais le mauvais esprit, que je suis, pisse-froid s’il en est, n’a pas été très convaincu par la « guépardisation » naturelle de l'espèce humaine … Des exploits toujours plus surnaturels, une fuite en avant incessante vers la surpuissance musculaire, des produits dopants de plus en plus performants, toujours autant de gens contrôlés positifs. Bref, tout ceci me met un peu mal à l’aise. Jusqu’où iront ils ?

Et puis samedi, en parcourant des yeux les kiosques des journaux je suis tombé sur cette Une du Figaro  : une caricature de titre que je n'aurais même pas osé présenter sur mon pastiche du "Jivaro" tant elle est d'une connerie monumentale ! Imaginez ? L'optimisme retrouvé alors que tous les économistes sérieux appuyent comme des damnés sur le signal d'alarme...

Comment, par la barbichette de la momie de Lénine, peut on être en même temps un homme avisé, informé et un lecteur du Figaro ?

fig.jpgEt brutalement la révélation, que dis je, la grâce a touché ma gracile tête de linotte en faisant le rapprochement entre le niveau des journalistes du Figaro et celui des commentateurs sportifs du championnat du monde d'athlétisme !


Amis, ne voyez vous pas la concordance entre les deux vices que sont le dopage et la spéculation, maux qui minent cette société de l’illusion et du mensonge ?

 

  • Avec le dopage, vous obtenez toujours plus de performances et de gain ; avec la spéculation, plus de performances  et de gain en un minimum de temps !

  • Avec le dopage, les limites sont vite outrepassées et  l’issue peut être fatale ; avec la spéculation lorsque les limites sont franchies vous mettez  l’économie en péril !

  • Avec le dopage, si un seul compétiteur triche, il rafle tout et les autres sont forcés de recourir à des produits identiques pour accéder au même niveau : avec la spéculation, si une seule banque la pratique ou un seul pays l’autorise,  tous les autres sont obligés de suivre pour survivre !

  • Avec le dopage, le fric est le moteur principal des participants et des sponsors sans mentionner les problèmes futurs de santé des sportifs, avec la spéculation, le fric facile est l’unique carburant des actionnaires, banquiers sans tenir compte de l'intérêt de la population, des salariés et de la clientèle !

  • Le dopage comme la spéculation sont tellement rentrés dans les mœurs des élites sportives et économiques qu'on n'imagine difficilement une société cohérente abandonnant ces sinistres préceptes. Inéluctablement, la spirale infernale enclenchée ne pourra se boucler que par des bouleversements vitaux pour la santé des sportifs et par de réelles catastrophes sociales et humanitaires tant  les conservatismes dogmatiques ultra-libéraux, injectés depuis 30 ans dans des cerveaux peu critiques et formatés par l'enseignement,  sont tenaces !

  • Enfin dernier point commun et non le moindre, avec le dopage, l’idéal du sport, des valeurs humaines, de l’honnêteté et de l’intégrité sont bafoués ; avec la spéculation, ce sont les valeurs du travail, du progrès humain, de la cohésion sociale et de la compétence qui sont foulés aux pieds !


Malgré les cris et les appels de beaucoup, nos gouvernants et ceux qui pèsent font la sourde oreille.

Jusqu’à quand ? Faudra t-il encore créer de nouvelles taxes pour sauver les oligarchies financières ?

Faudra t-il que nous tombions tous dans le gouffre sans fin de la récession pour qu’ils comprennent ?

Il y a de quoi se désespérer.

Citoyens mortifiés par tant de médiocrité et d'égoïsme, croyez moi, vos élites ne vous méritent pas !

Alors, me direz vous ? La spéculation est elle la dope du capitalisme ultra-libéral ? Imaginez qu'on supprime brutalement chez un drogué dépendant, sa dose quotidienne ? À coup sûr, il risquerait un malaise sinon l'embolie ! Et voir le capitalisme financier s'écrouler, terrassé par une crise fatale, amis, vous l'avez bien compris, serait un spectacle bien trop épouvantable pour nos yeux...

C'est pour cette raison que contrairement aux vœux de certains économistes et de beaucoup de citoyens qui souhaiteraient un traitement rapide, la spéculation a encore quelques belles années devant elle, jusqu'à ce qu'une overdose fatale abrège enfin la lente agonie d'un système devenu incohérent et dévastateur  !

À après !


Cui cui, la linotte sans influence

mercredi, 02 juillet 2008

Un grand bravo pour le Président de la République !

J'ai lu tout à l'heure sur "Le canard enchaîné", un de mes hebdomadaires préférés, un entrefilet faisant état d'une conversation du président avec ses proches, selon le journal, je cite, il aurait déclaré : " Le maintien de Domenech à son poste participerait à la désespérance française. Une idée bien de chez nous : tout foire et tout reste en place. ".

260613389.JPGDites moi ?

Laquelle ou lequel d'entre nous pourrait effectivement exhiber un avis contraire ? Domenech, l'entraîneur de l'équipe de France,  quoi qu'on pense de lui, a complètement raté son management, échoué dans sa mission et devait supporter les inconvénients incombant à ses responsabilités d'autant qu'il était grassement rétribué (par la fédération et le sponsoring et les contrats de pub...). Or qu'observons nous ? Ce dernier qui se cramponne à son poste avec la frénésie d'un cancrelas s'accrochant au dernier poil pubien...

Il est en cela défendu par le ventripotent et immobiliste Platini dont la seule ambition à la Fédération Internationale est de garder sa place lucrative et honorifique sans entreprendre la moindre réforme (l'arbitrage vidéo, par exemple) qui pourrait lui coûter sa place ! Michel Platini dit "Platoche" est au courage politique ce que la prostitution est à l'amour plat(o)nique !

Ceci est bien français effectivement, et nos élites économiques; médiatiques et politiques sont d'ailleurs coutumières du fait et renommées internationalement ! Rappelez vous les inexpugnables Daniel Bouton, Jean-Marie Messier, Michel Bon, Patrick Poivre d'Arvor, Bernard Laporte, Patrick Balkany, mais je ne vais pas tous les citer tant les pages seraient, à ce compte, bien vite remplies !

Le chef d'état-major de l'armée de terre, le général Cuche vient de démissionner, à la suite de la tragédie de Carcassonne, rendons lui hommage. Le PDG de France Télévision, Patrick de Carolis vient de mettre sa démission sur la balance, saluons son courage. Saluons également le comportement d'Audrey  Pulvar, une authentique journaliste qui risque sa peau... Voilà pour l'honneur, la liste n'est pas exhaustive mais avoupns le, beaucoup plus brève...  

Bon maintenant que tout est dit, passons aux choses sérieuses.

 2079910000.jpgPuisque le chef de l'État veut sanctionner les perdants, ceux qui ont échoué dans leur mission, les responsables qui ne veulent jamais être coupables, ceux qui se gavent toujours plus tout en prônant l'austérité pour les autres, il est un personnage que notre Président devrait avoir en ligne de mire !

Le pays que ce super dirigeant gouverne pratiquement seul avec ses amis, subit depuis qu'il est aux commandes, une crise économique inouïe ; le pouvoir d'achat des ménage est en train de sombrer, les conditions de travail n'ont jamais été aussi désastreuses, les dépenses de santé des citoyens jamais aussi élevées, la province jamais aussi abandonnées, les taxes jamais autant élevées, l'information jamais autant bafouée, les copains et les coquins, jamais autant placés, les dépenses somptuaires de l'État aussi gaspillées.

 Oui, décidément, Monsieur le Président, il vous faut sortir ce personnage qui échoue chaque jour un peu plus, et qui, si vous n'intervenez pas, si vous vous montrez trop patient (...), risque de tous nous mener dans un gouffre sans fond ! Je sais Monsieur le Président qu'il n'a pas fini son contrat, mais Domenech dont vous réclamez la tête, non plus, puisque son contrat est à échéance de 2010 !

1214894589.jpgAlors de grâce, Monsieur le Président, j'en appelle à vous solennellement et avec tout le respect que je vous dois, en fonction de l'immense lucidité qui vous caractérise, des paroles fortement charpentées qui émanent d'un homme d'état aussi sage et intègre que vous, de l'aura intellectuelle dont vous êtes nimbé, du charisme magique qui se dégage de votre personnalité, de la puissance de vos cinq cerveaux parfaitement irrigués,

OUI, MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE, JE VOUS EN CONJURE :

Demandez à M. Nicolas Sarkozy de prendre ses responsabilités et de démissionner ! Je rappelle simplement vos paroles en ne changeant qu'un terme : " le maintien de Sarkozy à son poste participerait à la désespérance française. Une idée bien de chez nous : tout foire et tout reste en place. "

Merci de m'avoir lu, Monsieur le Président de la République et mes hommages à votre dame...

Cui cui, l'oiseau oiseux peu influent dans la blogosphère.

mercredi, 11 juin 2008

" Leader Price ® et Euro 2008 "

Pour paraphraser la formule "Panem et circenses" (du pain et du cirque) qu'on attribue en général à César, empereur romain ayant vécu il y a 21 siècles, notre souverain actuel, lui, se contente de la maxime modernisée " Leader Price ® et retransmissions sportives télévisées " pour avoir le loisir de mener sa politique de contre réformes dans le calme et la sérénité. Les dirigeants actuels de presque tous les pays du monde (sauf les organisateurs) qui ne sont pas en reste, peuvent espérer passer trois mois de vacances en toute quiétude !   

1738694882.pngAprès Roland Garros, l'Euro de football, Wimbledon, le Tour de France, les Jeux Olympiques vont largement hanter nos petites lucarnes ! Écrans de publicité déments, rappel incessant de marques commerciales, interviews non stop d'anciennes vedettes sportives hyper sponsorisées, de politiques qui désirant se mettre en valeur, de journalistes encore plus omniprésents que  ceux qu'ils sont censés interroger,  bref, l'univers médiatique; pour celles et ceux qui détestent le sport spectacle, risque devenir un enfer pavé de mauvaises intentions !

Qu'importe, essayons plutôt de rire de tas de tics et de petits détails anodins en dehors des épreuves sportives. Par exemple ce qui me met en transe, c'est l'habitude ridicule qu'ont la plupart des footballeurs de se mettre des oreillettes et de se déplacer comme des zombies, le regard vide, ils ressemblent ainsi à des "Mickey" sans Dysneyland, c'est la déférence des journalistes lorsqu'ils interrogent une personnalité politique un peu influente, c'est l'inanité des propos d'anciens champions qui ne balancent que des lieux communs en se prenant pour des savants, c'est la langue de bois d'après match que récitent les joueurs comme un bréviaire mal appris, c'est l'entraîneur de l'équipe de France qui paraphrase La Palice, ce sont toujours les mêmes ritournelles de Jean Michel Larqué sur la façon du joueur de taper son ballon de l'intérieur ou l'extérieur du pied ou d'avoir loupé son appui : tout le monde s'en fout, et préférerait plutôt comprendre l'aspect tactique du match, c'est la mise en avant et la starisation du journaliste vedette incarnant sa chaîne et qui est constament  mis en scène par le réalisateur. Bref, rien que de très habituel, en somme... Enfin encourageons les Bleus qui semblent, au jour d'aujourd'hui, en avoir bien besoin.

Ce sera également probablement la visite du Président français en Chine pour la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques sous le prétexte de représenter l'Europe, oubliant tous ses préceptes originels quand il donnait des leçons de déontologie sur les droits de l'homme à Jacques Chirac, ce sera, le profil bas de tous nos dirigeants et sportifs à Pékin : la lâcheté française et la langue de bois hexagonale risquent de battre des records du monde, talonnés en cela par la majorité des pays occidentaux, bien entendu !

Et pendant toutes ces festivités, imaginez vous bien que nos instances françaises et européenne turbinent "dur" dans la discrétion...

855416670.pngDans le chapitre  "l’Europe est vraiment une idée formidable qu’il faut défendre âprement" :

" Les pays européens se sont entendus pour autoriser le patronat européen à négocier individuellement avec les salariés un allongement de la durée hebdomadaire du travail qui pourra être portée à 65 heures "sous certaines conditions". Ces nouvelles dispositions devront être approuvées par le Parlement européen. Jusqu'alors, le plafond hebdomadaire était de 48 heures de travail en Europe. (ici) "

Question comme une autre… Quand va t-on sortir de ce cloaque ultra libéral ? Maintenant il me semble qu’il ne faille plus savoir s’il faut plus ou moins d’Europe mais quand est ce qu’un pays aura les couilles de taper sur la table et de dire " maintenant, ça suffit !  Si vous continuez à nous inonder de mesures au dogmatisme idéologique ultra libéral de plus en plus fanatique, on s’écarte ! Laissez nous au moins une certaine autonomie ! "

L'Europe sociale n'est pas pour demain, par contre l'Europe anti sociale c'est aujourd'hui !

839122801.pngLe pire est que les citoyens européens dans leur immense majorité savent qu'une oligarchie technocratique en court-circuitant nos institutions démocratiques nous dirige contre notre gré... Et nous sommes tous impuissants... Que faire, bon sang contre l'argent, les médias, la propagande, les politiques, les eurocrates, ardents défenseurs d'un pré carré dont ils se sont imposés comme les inexpugnables propriétaires ?

Ô Irlande magique, Eire enchanteresse, les citoyens européens ont les yeux braqué sur toi ! Ne nous déçois pas !

Au secours ! Irlande, sauve nous, ils sont en train de devenir fous !

C'est un  fervent partisan d'une Europe sans idéologie qui te le demande...

Say NO !

De toutes manières, même si le non l'emportait, on sait très bien qu'ils trouveront un subterfuge pour passer outre ; ils parviendront à leurs fins quelqu'en soit le moyen.

Comme d'habitude.

Cuicui, l'oiseau moche.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu