Avertir le modérateur

vendredi, 23 juillet 2010

L'aventure moderne du geek ou quand l'addiction devient salée.

Avertissement : toute ressemblance avec des personnages ou des évènements réels  est fortuite.

 

Chers Internautes, je vais vous raconter une histoire vécue effrayante !

Éloignez les enfants et les vieillards de votre écran, fermez portes et fenêtres. épongez votre front nimbé de sueur, essuyez vos mains  moites et accrochez vous à votre siège...

John Wayne Cowboy Poster.jpg


Figurez vous que l'autre jeudi, alors que j'avais passé une nuit médiocre puis vécu un réveil glauque, je partis au travail de très bonne heure comme mon job l'exige. Je connaissais parfaitement le trajet du marché que je devais atteindre... Jusqu'ici tout se déroulait parfaitement.

Machinalement je posai ma main sur ma poche et c'est à ce moment que la pire frayeur de ma vie se manifesta : horreur et damnation ! J'avais oublié mon téléphone portable !

Je sentis la sueur ruisseler entre mes omoplates.

Pensez : se retrouver coupé de son clan, de ses amis, de son entourage, de secours éventuels ! Se retrouver ISOLÉ, dans ce monde grouillant et effrayant où la solitude est considérée comme un péché ou une marque d'extrême faiblesse !

Hagard, encore sous le choc, je jetai un coup d'œil sur mon tableau de bord : bon Dieu ! Mon GPS, j'avais oublié mon GPS ! Cet accessoire indispensable, dont la voix métallique et synthètique berçait mon trajet même si je connaissais le chemin et les emplacements de radars par cœur.

Ce même GPS qui me conseillait  sur une voie unique d'autoroute, toujours au même endroit, systématiquement, de faire demi-tour avec prudence.

Mes amis, l'émotion qui m'étreignit, provoqua une embardée qui faillit m'envoyer ad patres !

Vous concevez, un homme moderne délesté de son téléphone portable et de son système de géolocalisation, vous ? C'est une sensation terrifiante que je ne souhaite pas à mon pire ennemi, et Dieu sait si j'en ai !

Vous imaginez John Wayne ou Errol Flynn en mission en territoire apache, sans colt ni Winchester, chevauchant sur un vieux canasson aveugle ?

wayselle.jpg

Vous dire que je me sentais nu est un doux euphémisme.

Non.

Pire.

J'étais devenu un orphelin, un bernard-l'hermite sans sa coquille protectrice, une tortue sans carapace, une Bettencourt sans François-Marie Banier !

Je ne vous décrirai pas ma matinée, toujours sur le qui vive, inquiet, mal à l'aise, angoissé, quasiment en manque.

Fort heureusement, aucun évènement malencontreux ne vint perturber ma longue demie journée : de retour à la maison je me précipitai sur ces deux accessoires essentiels, je me mis à les étreindre, les embrasser, les caresser, les cajoler tant ils faisaient partie de ce que j'avais de plus cher au monde ! Je leur promis de ne plus jamais les abandonner.

Je suis sûr que malgré le fait qu'ils fûssent inanimés, ils possédent une âme et qu'au fond de leurs petites puces sensibles, délicates et sophistiquées, ils ne pouvaient s'empêcher de m'aimer. N'en déplaise aux intellectuels ou autres bigots !

 

Lecteurs, l'aliénation quotidienne liée aux techniques modernes nous métamorphose en parfaits cinglés. Chaque nouveau progrès nous rend chaque fois un peu plus addict, la sophistication technique, au lieu de nous émanciper, nous enserre toujours plus dans une camisole étroite. Le portable devient un instrument de dépendance sociale : ainsi sommes-nous presque toujours à la merci d'un coup de fil de nos proches ou de notre hiérarchie. Les outils de communication deviennent des colliers et des laisses qui vous attachent toujours davantage alors que vous vous imaginez de plus en plus libres.

Et comme tout animal en captivité, dès qu'on coupe le cordon qui le maintient prisonnier, ce dernier , chassé de sa cage sociale, erre comme une âme en peine, nostalgique du poids de ses chaînes.

Humains, pauvres animaux sociaux, nous sommes bien mal barrés.

 

Amis lecteurs, osez la liberté, émancipez vous.

À après !

 


La charge fantastique bande-annonce
envoyé par 110laurent. - Les dernières bandes annonces en ligne.


Cui cui fit l'oiseau, travailleur estival, solitaire et abandonné.

vendredi, 02 avril 2010

le Rat est-il l'avenir de l'Homme ?

Humains,

Plongez dans votre inconscient ?

Vous ne voyez rien ?

Normal !

Et pourtant.

Remontez 65 millions d'années plus tôt. Vos ancêtres devaient être des sortes de petits mulots se nourrissant de déchets, de graines, de baies, d'insectes, tapis dans l'ombre, cachés dans les anfractuosités de rochers et dans des galeries souterraines pour se protéger de ces immenses dinosaures qui dominaient  la Terre de tout leur poids, leur cruauté et leur puissance... Les prédateurs vous guettaient, vous étiez aux abois.

rat.jpg

ON ne donnait pas cher de votre avenir...

Et puis.

Une collision entre notre planète et une météorite, semble t-il.

L'extinction brutale des dinosaures qui ont régné pendant plus de 160 millions d'années.

160 millions d'années !

Vous avez poursuivi votre évolution pendant 62 millions d'années. Après maintes transformations vous êtes devenus des hominidés. Puis des sapiens sapiens. Puis des Cro-magnons, vous avez construits des maisons en dur, des pyramides, des temples destinés à honorer des Dieux hypothétiques qui n'existent que dans votre imagination.

Enfin vous êtes devenus innombrables, scientifiques et démocrates, vous honorez toujours d'éventuelles divinités parce que vous savez que vous disparaîtrez fatalement comme les dinosaures. Vos croyances ne sont qu'une fuite en avant pour vous rassurer vers ce que vous appelez puérilement "paradis et enfer".

Vous craignez vos frères étrangers, la réalité, l'inconnu, l'univers.

Vous êtes la première et unique espèce à avoir peur de sa propre disparition. Votre solitude et votre fragilité dans cet univers chaotique sans commencement ni fin vous terrifie.

Vous savez que votre civilisation est mortelle. Qu'une pénultième génération de vos descendants vivra l'extinction de la race. Qu'il ne restera plus un humain.

 

Descendez xxx d'années plus tard. Ceux qui poursuivront leur quête civilisatrice devaient être les rats se nourrissant de déchets, de graines, d'insectes, tapis dans l'ombre, cachés dans les anfractuosités de rochers et dans des galeries souterraines  pour se protéger de ces terribles prédateurs qu'étaient les Hommes...

J'aime les rats. Pourtant honnis, vilipendés, chassés, stigmatisés.

Ils sont rusés, rebelles et résistants, ils ne croient en aucune idole : ils n'ont ni églises, ni mosquées, ni temples. Peut-être changeront-ils quand ils prendront conscience d'être mortels ?

Ô rats, bienvenue dans les décombres brûlantes de notre espèce cupide, arrogante, agressive, compulsive, cynique, désolidarisée, égoïste, inaboutie ; vous ne pouvez que bâtir un monde meilleur.

Vous êtes nos camarades, nos cousins, nos frères, nos fils, nos successeurs : vous êtes l'avenir de la Terre.

Vous méritez bien d'hériter du flambeau d'une nouvelle épopée pour peu que vous abandonniez ce comportement grégaire de hiérarchie sociale et de domination par caste ; essentiel en période de survie, il se révèle désastreux en phase de développement et d'évolution.

Good luck, peuple des Rats !

 

Ce billet rédigé dans la plus lourde "Allégresse" s'est révélé à l'occasion d'un bref instant de lucidité psychédélique mâtinée d'un misérable humour mal léché.

Ami lecteur, merci d'être parvenu jusqu'à cette ligne et à après !

 


Cui cui improbable plumaillon expert en poncifs et lieux communs, pompeux dingo ne bénéficiant pourtant d'aucune substance hallucinogène.

lundi, 29 mars 2010

Préparons nous pour le grand soir apocalyptique du 30 mars 2010 !

Mes bien chers amis lecteurs,

 

NON !

Contrairement à ce que vous pensez, ce titre alarmiste ne signifie ni de la prévision d'un mouvement insurrectionnel ni celle d'un soulèvement révolutionnaire. Phénomènes si souvent évoqués et désirés mais jamais au rendez-vous.

Je profite des dernières heures (entre 18 et 42 depuis la publication de ce billet) qui nous restent à vivre pour vous déclarer combien je vous ai aimé.

Vous tous ; amis, ennemis, indifférents, moches, belles et beaux, intelligent(e)s, connes et cons, bessonniens aux mentons de fouines et aux yeux fuyants, fachos, réacs, gauchos, anars, sans opinion, niais, sarkozistes, zemmourien à dire mais logorrhéique, aphatiques limités donneurs de leçons, duhameliens apathiques, chazaleux à prompteurs, aubristes sans charisme, ségolénophiles habités, tricheteurs aux ordres du marché, Lefebvreux aux cheveux longs et aux idées courtes, carlistes à la voix de garage, oligarques financiers, économistes libéraux conformistes, abrutis médiatiques , spectateurs de TF1 et de la TNT, blogueurs, commentateurs, délinquants, auvergnats ; bref, mes soeurs et mes frères terriens vous me manquerez beaucoup !

J'entrevois votre air dubitatif : douteriez de ma santé mentale ?

Et bien lisez ces quelques lignes !

15cern.xlarge1.jpg

"AFP - le 23 mars 2010, 12h42

Le Centre européen de recherche nucléaire (Cern) va tenter le 30 mars de recréer le Big Bang à l'origine de l'univers dans son accélérateur de particules LHC, le plus puissant du monde, ont annoncé mardi les chercheurs du Cern.

Les collisions à une puissance inédite de 7 Tev auront lieu dans le tunnel circulaire de 27 km du Cern, enfoui à 100 mètres sous terre entre la France et la Suisse, dans la banlieue de Genève.

Avec deux faisceaux (en sens inverse) de 3,5 Tev( teras electros volts), nous sommes sur le point de lancer le programme de recherches physiques du LHC", a expliqué dans un communiqué Steve Myere, le directeur du Cern chargé des accélérateurs."


Rien de moins !

 

Ouvrage d'apprentis sorciers ?

 

Bien entendu, nul ne connaît réellement les conséquences de cette expérience... Il existe une infime voire une infinitésimale probabilité pour que cette expérimentation dérape. Qui pourrait jurer que les chercheurs du CERN ne risquent pas de créer avec ce big bang la naissance d'un nouvel univers en expansion ?

On connaît la valeur des opinions des experts scientifiques : cette expérience n'a jamais été réalisée avec cette puissance...

On verra bien... Advienne que pourra ! Dieu reconnaîtra les siens comme diront certains.

En fait mon billet commence ici car je n'écris pas ces lignes pour commenter un fait scientifique, qui, bien qu'il me passionne, m"échappe en grande partie.

 

Non, je m'intéresse surtout à ce que nous pourrions bien faire durant cette courte attente du jour et de l'heure fatidique, synonyme de fin du monde.

 

Allez vous vous saoûler pendant les quelques heures à venir ?

Allez vous insulter votre patron et tous ceux qui vous emmerdent ?

Allez vous sombrer dans le stupre, la lubricité et la luxure ?

Allez vous prendre d'assaut, l'Élysée, Matignon et les différents ministères pour occuper les crocs de boucher inutilisés ?

Allez vous enduire de plumes et de goudron, les journalistes people qui se prennent pour des politiques et ne cessent de clamer sur un nombre incalculable de médias pour des sommes considérables leurs avis sur tout comme s'ils en avaient davantage la légitimité que n'importe quel citoyen ?

Allez vous huer ces Zacharias, Messier, Proglio, et autres banquiers et traders qui s'engraissent comme des porcs avec une immoralité cynique pendant que des centaines millions de gens crient famine et des milliards d'autres souffrent ?

 

BigBang.jpg

 

Mais aussi, rêvons :

Devant la fin du monde jugée inéluctable,

imaginez que dans un immense élan de rédemption tous les politiques se prosternent devant les peuples pour leur demander pardon de leur impuissance à modifier le cours des évènements et d'avoir essentiellement postulé à leurs fonctions pour satisfaire leurs ambition personnelles et leur besoin de toute puissance ?

Imaginez les journalistes people s'excusant de leur morgue, de leur omniprésence, de leur médiocrité, de l'étalage de leurs vérités factices et partielles claironnées à tout bout de champ sur tous les médias pour des salaires mirobolants.

Imaginez les cupides Zacharias et Proglio, contrits, recouvert de haillons, à genoux nettoyant les orteils de pauvres sans-papiers.

Imaginez les banquiers et traders rapaces verser spontanémentles 3/4 de leurs rémunérations à l'UNICEF.

Imaginez Obama décidant de rappeler son armée d'Afghanistan et du Pakistan et d'offrir les sommes économisées pour le développement des pays pauvres.

Tout ça pour quelques minuscules heures...

 

Mais... Par Zeus, je vous vois ricaner, mauvais sujets !

Je sens que vous ne croyez guère à cette apocalypse mais encore moins à cette forme de rédemption des classes dominantes.

Pour la 2ème hypothèse, vous avez incontestablement raison mais pour la première, je vous aurais prévenu. Tant pis pour vous !

 

Ceci est peut-être mon dernier billet...

Amis lecteurs du Village des NRV et futurs pulvérisés, à jamais !

 

 

Cui cui fit l'oiseau, aspiré par un trou noir et futur électron-volt libre.


jeudi, 25 février 2010

Techniques informatiques et mises à jours : propos décousus, poils au c... !

Aïe, mes aïeux !

Quelle aventure épique !

Une carte mère qui me fait une grossesse nerveuse, un ordinateur qui se plante avec toutes ses données que je ne retrouverai jamais, l'achat obligatoire d'un nouvel ordinateur avec Windows 7 qui se plante irrémédiablement lors du chargement d'un de mes anciens logiciels, des tas d'emmerdements informatiques ; la panoplie totale du looser de l'informatique !

ordinateur_fondu.jpgBref, comment dire ? De nos jours, il faut se révèler un sacré technicien pour bloguer ! Comme je regrette mon vieil XP !

Et pourtant, je suis plutôt un geek honorable mais sacrebleu, pourquoi nous présente t-on sans cesse des logiciels censés nous faciliter la vie alors qu'ls deviennent de plus en plus nébuleux ? Comment se fait il que la version logicielle de l'antivirus x ver 4.1.4598 est inférieure et de loin à la version 2.1.456 ?

Dites moi les NRV, comment se fait-il, qu'en informatique, 90 % des applications particulières ajoutées au fur et à mesure des soit-disant améliorations d'un logiciel n'apportent strictement rien à son fonctionnement ?

Pourquoi cette incessante fuite en avant de mises à jours, de rectifications, d'améliorations hypothétiques et superflues ? Pour faire du fric ? Pour faire travailler des ingénieurs qui s'emmerdent ? Pour donner l'impression d'être dynamique ?

Qu'apporte donc Windows 7 par rapport à XP (et je ne parle pas de cette merde de Vista !) ? Autant vous répondre tout de suite : RIEN en ce qui me concerne. Ni rapidité, ni confort, ni simplicité. NADA, NUNDA, QUE DALLE !

Alors à quoi sert Windows 7 ? À faire de la thune, du blé, de l'oseille pour Microsoft, mais le consommateur final ne s'y retrouve pas vraiment.

Ainsi va notre monde où les innovations  annoncées sont attendues avec impatience par un petit nombre d'amateurs en rupture de frime. Le iPhone, restera toujours un téléphone, même si on peut écouter des Mp3, regarder la télévision (dans quelles conditions lamentables !) et communiquer sur Internet (avec l'aide d'une loupe !).

Cette course infernale au dernier cri en matière de hardware ne produit pourtant pas davantage de créativité mais simplement du contact superficiel, qui ne fait souvent que signaler le lien de l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours, et qu'on appelle pompeusement "réseau social", et qui n'a autre fin que d'établir un carnet d'adresse bien fourni sans objectif particulier, si ce n'est celui de l'étaler aux yeux de tous comme un trophée démontrant son importance sociale.

Tout ceci pour en arriver là, les pote(sse)s ! Je ne suis pas sûr que les 400 € investis dans mon nouvel ordinateur justifient pareille prose merdique. Je suis bien con, j'aurais dû faire comme certains blogueurs, placer un bouton "dons" en haut à droite et attendre sagement derrière ma caisse enregistreuse mais voyez vous : je suis bien trop impatient...

Voilà donc un billet mal foutu, décousu, tordu, rempli de platitudes. Sûr que ce n'est pas lui qui va nous faire retrouver les sommets d'audience dont vous êtes si demandeurs.

À très bientôt, amis et surtout ennemis de Cui cui, pour un prochain épisode sur la politique.

PS : un grand merci à Agathe et à tous ceux qui ont montré que faute d'être nécessaire, je n'étais même pas indispensable.

 

Cui cui fit l'oiseau, billetiste néophyte

 

samedi, 12 avril 2008

La famine dans le monde en 2008 : une catastrophe annoncée sans précédent.

Un collègue de travail, de nationalité égyptienne et vendeur de fruits et légumes sur les marchés de la banlieue parisienne, s’est épanché sur un phénomène auquel son pays n’avait pas été confronté depuis fort longtemps (1977) et que lui même n’imaginait plus subir…

Figurez-vous que la pénurie alimentaire et l'inflation des prix de l'alimentaire commencent à s’installer dans un pays comme l’Égypte qui n’est tout de même pas le pays le plus pauvre du monde ! La FAO tire la sonnette d’alarme sur cette hausse des prix dramatique.

Je viens de lire deux articles de RUE 89 ici et … Je vous conseille de les dévorer car ils vous concernent tous de plein fouet, vous et vos enfants, et je prédis même à moyen et long terme de terribles cataclysmes humains, génocides et tragédies inédits et d’une violence inouïe !

5de48feb28c9d718f268453bd65c5076.jpegJe ne veux pas commenter les articles (ils sont suffisamment explicites) mais il est souhaitable de mettre quelques chiffres en exergue… Dans certains pays d’Afrique, 70 % des revenus sont consacrés à l’alimentation contre seulement 15 % dans les pays occidentaux… Les céréales et le riz, base de l’alimentation asiatique, ont augmenté de 50 %. L’inflation atteint des niveaux incroyables et des soulèvements populaires éclosent dans plusieurs dizaines de pays. Quelques autres chiffres en vrac : 64% des céréales récoltées sont dédiées à l’alimentation animale, elle-même destinée aux pays développés… Aux U.S.A., 18% des cultures sont destinées à la transformation pour le bioéthanol…

À quoi donc est due cette inflation sur les produits alimentaires et les céréales en particulier ? D’abord aux conditions climatiques, puis à l’accroissement de la population mondiale (6,8 milliards), l’urbanisation échevelée, qui gagne sur les terres cultivables et sur l’extension de cette connerie magistrale qu’on appelle le bioéthanol, substitut du pétrole et qui diminue d’autant la surface de cultures vivrières.

Au-delà de l’aspect économique froid, impersonnel et dogmatique, croyez-vous que ces pauvres gens touchés par la pénurie alimentaire vont se laisser mourir ? Sûrement pas ! Une bonne partie n’aura d’autre solution que la migration vers d’autres lieux bien plus hospitaliers malgré tous les risques inhérents, car pour les familles qui fuiront la famine, entre mourir chez eux ou vivre mal en Occident, que croyez vous qu’ils choisiront ? Que feriez vous à leur place ?

Peut-on laisser crever des millions de gens sous prétexte de rouler avec de l’énergie propre ? Peut-on 35d5f6ae74e3f7f3996fb4cb4a19499b.jpegencore laisser les marchés spéculer sur des denrées vitales ? N’est-il pas temps d’attribuer enfin les crédits destinés aux armements et aux conflits inutiles, au bénéfice de l’alimentation des populations nécessiteuses ? N’est-il pas temps de rogner un peu les profits pharaoniques des entreprises pour la mise en valeur agricole des pays d’Afrique ? Je sais que certains me taxeront d'utopiste bêlant mais le jour où des cohortes de gens misérables, au paroxysme du désespoir se trouveront à nos portes, il sera trop tard...

Je pense que nous arrivons à la croisée des chemins d’une conception économique qui prend l’eau de toutes parts. Nos experts économiques, toujours en retard d’une guerre, ont complètement éludé ce problème, persuadés que la famine grâce aux progrès scientifiques serait éradiquée. Contrairement aux exégètes du libéralisme mondialiste, l’évolution du mode de vie de la planète, du moins dans un premier temps, ne viendra pas forcément du manque d’énergie, des excès de pollutions, du réchauffement climatique mais bien du déséquilibre grandissant entre les pays les plus pauvres et les nations de moins en moins riches dirigés par une élite de plus en plus fortunée, accélérant une migration colossale et incontrôlable. L’Occident devenant une sorte de ligne Maginot facile à contourner, un fort Chabrol dérisoire et délabré…

Il est grand temps pour les gouvernements de tous les pays, de réfléchir, pendant qu’il est encore temps à un nouveau modèle économique mondial incluant une mobilisation opiniâtre ainsi qu'une solidarité effective entre toutes les nations. Les vieux dogmatismes tels les  théories ultra libérales et spéculatives qui fragilisent les structures sociales, qui enfoncent chaque jour un peu plus la planète dans des voies sans issues et laminent les plus faibles, la fuite en avant vers une croissance qui ne maîtrise plus les ressources limitées des matières premières, tous ces éléments font qu'on se dirige vers un gouffre insondable, chacun d'entre nous le pressent, la plupart en ont l'intime conviction mais un espoir infime subsiste : le pire n'est jamais sûr.

Peut être est il trop tard pour réagir ? Comment pourra t-on éviter  les catastrophes planétaires inéluctables et sanglantes qui se profilent à l'horizon ? Le plus grand danger est que notre destin se trouve entre les mains de quelques dirigeants du monde dont le moindre qu'on puisse dire est qu'il ne se montrent ni spécialement rassurants ni très clairvoyants ; si ces derniers faillissent ou se révèlent particulièrement incompétents, faibles ou égoïstes, nous sommes cuits, tous pays confondus, riches et pauvres.

Enfin deux questions lancinantes n’en finissent pas de me hanter, moi, humble et impuissant petit citoyen de troisième zone ? Comment en ce début du 21ème siècle, a t-on pu en arriver là ? Comment le système économique mondial a t-il fait pour laisser entrevoir tant d'incurie ?

Cui cui

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu