Avertir le modérateur

vendredi, 23 juillet 2010

L'aventure moderne du geek ou quand l'addiction devient salée.

Avertissement : toute ressemblance avec des personnages ou des évènements réels  est fortuite.

 

Chers Internautes, je vais vous raconter une histoire vécue effrayante !

Éloignez les enfants et les vieillards de votre écran, fermez portes et fenêtres. épongez votre front nimbé de sueur, essuyez vos mains  moites et accrochez vous à votre siège...

John Wayne Cowboy Poster.jpg


Figurez vous que l'autre jeudi, alors que j'avais passé une nuit médiocre puis vécu un réveil glauque, je partis au travail de très bonne heure comme mon job l'exige. Je connaissais parfaitement le trajet du marché que je devais atteindre... Jusqu'ici tout se déroulait parfaitement.

Machinalement je posai ma main sur ma poche et c'est à ce moment que la pire frayeur de ma vie se manifesta : horreur et damnation ! J'avais oublié mon téléphone portable !

Je sentis la sueur ruisseler entre mes omoplates.

Pensez : se retrouver coupé de son clan, de ses amis, de son entourage, de secours éventuels ! Se retrouver ISOLÉ, dans ce monde grouillant et effrayant où la solitude est considérée comme un péché ou une marque d'extrême faiblesse !

Hagard, encore sous le choc, je jetai un coup d'œil sur mon tableau de bord : bon Dieu ! Mon GPS, j'avais oublié mon GPS ! Cet accessoire indispensable, dont la voix métallique et synthètique berçait mon trajet même si je connaissais le chemin et les emplacements de radars par cœur.

Ce même GPS qui me conseillait  sur une voie unique d'autoroute, toujours au même endroit, systématiquement, de faire demi-tour avec prudence.

Mes amis, l'émotion qui m'étreignit, provoqua une embardée qui faillit m'envoyer ad patres !

Vous concevez, un homme moderne délesté de son téléphone portable et de son système de géolocalisation, vous ? C'est une sensation terrifiante que je ne souhaite pas à mon pire ennemi, et Dieu sait si j'en ai !

Vous imaginez John Wayne ou Errol Flynn en mission en territoire apache, sans colt ni Winchester, chevauchant sur un vieux canasson aveugle ?

wayselle.jpg

Vous dire que je me sentais nu est un doux euphémisme.

Non.

Pire.

J'étais devenu un orphelin, un bernard-l'hermite sans sa coquille protectrice, une tortue sans carapace, une Bettencourt sans François-Marie Banier !

Je ne vous décrirai pas ma matinée, toujours sur le qui vive, inquiet, mal à l'aise, angoissé, quasiment en manque.

Fort heureusement, aucun évènement malencontreux ne vint perturber ma longue demie journée : de retour à la maison je me précipitai sur ces deux accessoires essentiels, je me mis à les étreindre, les embrasser, les caresser, les cajoler tant ils faisaient partie de ce que j'avais de plus cher au monde ! Je leur promis de ne plus jamais les abandonner.

Je suis sûr que malgré le fait qu'ils fûssent inanimés, ils possédent une âme et qu'au fond de leurs petites puces sensibles, délicates et sophistiquées, ils ne pouvaient s'empêcher de m'aimer. N'en déplaise aux intellectuels ou autres bigots !

 

Lecteurs, l'aliénation quotidienne liée aux techniques modernes nous métamorphose en parfaits cinglés. Chaque nouveau progrès nous rend chaque fois un peu plus addict, la sophistication technique, au lieu de nous émanciper, nous enserre toujours plus dans une camisole étroite. Le portable devient un instrument de dépendance sociale : ainsi sommes-nous presque toujours à la merci d'un coup de fil de nos proches ou de notre hiérarchie. Les outils de communication deviennent des colliers et des laisses qui vous attachent toujours davantage alors que vous vous imaginez de plus en plus libres.

Et comme tout animal en captivité, dès qu'on coupe le cordon qui le maintient prisonnier, ce dernier , chassé de sa cage sociale, erre comme une âme en peine, nostalgique du poids de ses chaînes.

Humains, pauvres animaux sociaux, nous sommes bien mal barrés.

 

Amis lecteurs, osez la liberté, émancipez vous.

À après !

 


La charge fantastique bande-annonce
envoyé par 110laurent. - Les dernières bandes annonces en ligne.


Cui cui fit l'oiseau, travailleur estival, solitaire et abandonné.

lundi, 03 mai 2010

Quelques timides observations de la part d'un pauvre bougre à l'endroit des crèmes médiatiques et politiques qui déversent des tombereaux de conneries sur les banlieues du 9-3 et du 9-5... [épisode 2]

Re-salut les poteaux !

Nous voilà donc à la deuxième partie de ce palpitant feuilleton sur ma perception des banlieues de Seine Saint Denis et du Val d'Oise que je fréquente depuis longtemps et dont naturellement tout le monde à l'air de se foutre éperdument.

Indéniablement l'orientalisation des vêtements a fait un bond spectaculaire depuis 15 ans.

Il me semble avoir observé mon premier niqab assez récemment. Disons 2 ou 3 ans maximum. Sachant que j'en remarque 3-4 ou 5 à tout casser par jour dans les endroits les plus chauds de la banlieue parisienne, j'en déduis qu'ils ne doivent pas grouiller outre mesure. D'ailleurs au sortir du premier chiffre de 343 burqas, il y a quelques mois, j'avais été un des premier à en rire en prétendant que dans ce cas, je connaissais toutes les femmes qui les portaient. À mon avis, le nombre de femmes incriminées, bien que dérisoire, est tout de même bien plus important, équivalent au nombre de visiteurs durant un week end sur ce blog pour la lecture d'un billet.

marché niqab.jpg

En général il s'agit de femmes âgées entre 25 et 30 ans à vue de niqab, la classe d'âge la plus rigoureuse dans la pratique religieuse. Ce qui me surprend par contre, c'est la modernité de leur attitude : pour la plupart, elles conduisent une voiture, contrairement aux rigoureux préceptes salafistes ou wahabites, parlent aux infidèles, ne mettent pas de gants et se maquillent assez agréablement sous leur voile, marchent au même niveau que leur mari ou sont très fréquemment seules.

Toutes ces observations tendraient à prouver que l'aspect religieux et pieux du port du niqab serait secondaire. Il se murmure parmi mes potes musulmans que la démarche essentielle de beaucoup de ces femmes et de leurs maris serait essentiellement une attitude de provocation politique contrre la société française. Ces allégations me semblent plausibles car beaucoup de celles qui m'adressent la paroles sont ouvertes, enjouées et particulièrement aimables avec le vil mécréant que je suis : ce qui constitue aux yeux d'intégristes purs et durs un péché inexpiable !

En tout cas, ce dont je suis bien certain c'est que ce nombre n'est pas bien important. Justifie t-il une Loi ? C'est à chacun de voir.

Par contre depuis quelques temps, on assiste à une recrudescence du port du hidjab : ce voile cache les cheveux, les oreilles et le cou, ne laissant voir que l'ovale du visage et de la robe sans l'étoffe pour cacher le bas du visage.

En 10 ans j'ai vu le port du foulard progresser à une allure foudroyante, même dans des familles dont la croyance était relative. J'en ai demandé la raison et j'e n'ai souvent reçu qu'une réponse vague. En fait, ce signe distinctif de piété est peut-être un réflexe conformiste communautaire religieux destiné à exhiber la respectabilité de la famille, une sorte de pression sociale non imposée mais lourdement suggérée pour faire comme les autres... Souvent, après le voyage initiatique à la Mecque que tout bon musulman se doit de faire dans son existence, le titre de "Hadji" pour l'homme et le foulard pour la femmes sont des signes d'une respectabilité affirmée. Ce pélerinage sur les lieux saints représente souvent l'aboutissement d'une vie pour des musulmans d'un certain âge et à ce moment là, leurs croyances se tranforme souvent en bigoterie.

Reste enfin une grande proportion de femmes ne portant rien sur la tête ou parfois un simple petit bandana dont une énorme majorité d'adolescentes.

La césure me semble énorme entre les mœurs des générations de plus de 40 ans et les plus jeunes complètement convertis à la mode parisienne.

En fait il faut souligner l'extrême diversité de nos banlieusards des cités. Il faut se méfier de tous les gros poncifs et généralisations serinés matins, midis et soirs sur nos médias !

Quant au phénomène de l'intégrisme dont on nous rebat les oreilles, à part une infime minorité agissante, il ne semble guère mobiliser les foules. Le problème de beaucoup d'observateurs est qu'ils concluent hâtivement que tout barbu en costume oriental est un extrémiste en puissance : je peux témoigner avec véhémence qu'il n'en est rien et que les plus dangereux sont de loin des intellectuels que j'ai croisés, brillants et redoutables doctrinaires, parfois français de souche mais presque toujours imberbes ! L'image d'Épinal du barbu féroce en djellaba, nettoyant tous les soirs sa kalachnikov et son cimeterre en perpective du grand soir de la révolution islamique  marque tellement les esprits de nos journalistes et politiques qu'elle finit par déteindre sur la population dans son ensemble. Dites vous bien que le danger, s'il existe est beaucoup plus subtil et étonnant : les personnalités et la sociologie des auteurs ayant perpétré les attentats du 11 septembre sont certainement un avertissement à prendre au sérieux.

On trouve de plus en plus de quêteurs au profit de la construction de mosquées sur les marchés depuis que les capitaux saoudiens sont contingentés pour éviter l'introduction d'imams wahabites ne parlant pas notre langue. Cette décision a terriblement retardé la construction de lieux de culte.

Clichy-La-Foresti--re.jpgCe qui pourrait poser problème par contre, ce serait que l'État se désengage de ses devoirs sociaux pour laisser la prise en charge des cas de détresse économique aux frères musulmans et aux mosquées car il faut bien se résoudre à dire que ce n'est pas  l'Islam qui pose problème dans ces banlieues ghettoïsée mais le chômage, la pauvreté et les conditions de logements de ces banlieusards  qui sont devenus le nouveau sous-prolétariat des années 2000.

Pourtant, tout est loin d'être sombre dans ces départements stigmatisés par l'espace médiatique : l'entraide est permanente, la joie de vivre de leurs habitants autrement plus évidente que la méfiance sinistre de ceux qui vivent dans les beaux quartiers ou dans des villages repliés sur eux-mêmes. Le dynamisme et la débrouillardise sont également des vertus cardinales de ces lieux.

Par contre la surpopulation, l'architecture et l'urbanisme désastreux ne favorisent certainement pas la paix civile : il est temps de raser certains ghettos invivables qui favorisent la promiscuité et l'agressivité.

En fait le gouvernement actuel qui fustige sans cesse une partie de la population, rejette celle-ci vers une communautarisation qu'il a le toupet et l'hypocrisie de condamner. Les musulmans, sans cesse stigmatisés par le gouvernement actuel, montrent un sang froid remarquable : ils refusent la rebellion, mais tout en courbant l'échine mais en réaction ils se dirigent peu à peu vers une société communautaire parallèle, identique à celle de la Grande Bretagne ou des USA, où la laïcité aura de moins en moins droit de cité.

Insensiblement, Nicolas Sarkozy "l'américain" et ses pseudos élites hexagonales, volontairement ou maladroitement, sont en train de se faire les fossoyeurs du modèle français. Les gens de droite qui le soutiennent se fourvoient gravement : ils s'apercevront bien trop tard que la politique à courte vue qu'il mène actuellement accentuera les problèmes raciaux et religieux pour les années à venir tant il favorise la segmentation de notre société par l'ostracisation systématique d'une partie de la population.

Qu'au lieu de créer ce stupide Ministère de l'identité nationale et de l'immigration, il eut mieux fait de créer celui de réconciliation nationale et des banlieues...

Bien sûr, on ne peut en si peu de lignes retranscrire les sensations multiples qu'on éprouve sur le terrain pendant un laps de temps si long. De plus les évolutions sont très lentes et rien de ce qu'on observe n'a valeur d'évidences. Tout au plus ressent-on des impressions fugitives. Tout autre, qui voudra vous imposer ses certitudes concernant la vie dans les banlieues du 9-3 et du 9-5, comme le font trop de politiques et de journalistes résidents des beaux quartiers et ignorants de la réalité sociale, vous mentira à coup sûr.

Méfiez vous de ceux qui profèrent des lieux communs, émettent des banalités et lancent des conclusions hâtives lorsqu'ils vous parlent de ces banlieues.

Souvenez vous en.

 

Amis du Village, à après et bonne balade !


Cui cui fit l'oiseau, le siffleur renifleur et persifleur.

 

 

vendredi, 30 avril 2010

Quelques timides observations de la part d'un pauvre bougre à l'endroit des crèmes médiatiques, populistes et politiques qui déversent des tombereaux de conneries sur les banlieues du 9-3 et du 9-5... [épisode 1]

Salut les aminches !

J'habite le 9-3 ou la Seine Saint Denis, si vous préférez..

Les "NRV" me connaissent.

Les nouveaux lecteurs, non. Aussi vais-je rapidement me présenter pour planter le décor.

Je fais partie de ces semi-clochards qui proposent légalement leur camelote sur les marchés populaires et miséreux situés aux cœurs des cités du 9-3 et du 9-5 et accessoirement du 77, 94 et du versant sauvage du 92 (Colombes, Nanterre, Asnières...). Chacun connait ces gueux dépenaillés qui vendent des colifichets à bas prix pour survivre et dont l'État et les Communes se moquent éperdument. D'ailleurs ne nous y trompons pas, les hommes politiques fréquentent très peu leurs marchés, si ce n'est lors des campagnes électorales, et encore !

Maghrébins, Gitans, Africains, Afghans, Pakistanais, Indiens, Gens du Voyage y prolifèrent pour ramener un peu d'argent à la maison et tenter de se débrouiller dans cette société cruelle. On peut dire sans exagérer que dans ces départements, nous sommes la lie sociale des travailleurs légaux...

marche_saint-denis_11.jpg

Bref !

J'écume donc les marchés les plus trashes, à ce qu'on dit, de la banlieue parisienne depuis plus de 15 ans. Les cités de Sarcelles, Montfermeil, Argenteuil, Saint Denis, Aubervilliers, Gennevilliers, Montreuil, le Val Fourré, Clichy, Sevran, La Courneuve, Bondy, Aulnay sous bois n'ont plus de secrets pour moi. Je parcours inlassablement ces marchés fréquentés par les catégories les plus pauvres et les plus déshéritées. On trouve dans ces halles, en plus de gens extrêmement modestes de toutes origines, des soldeurs qui proposent des denrées à la limite de la date de  péremption vendues infiniment moins chères, des légumes à la limite de fraîcheur mais aussi des épices exotiques destinées à parfumer ces cuisines du monde...

Maintenant que le tableau est posé, je souhaite revenir sur toutes les inexactitudes que j'entends, regarde, écoute et lis y compris sur des blogs, depuis bien trop longtemps à mon goût.

 

Or doncque, à travers mes longues pérégrinations à travers ces supposés champs de batailles, lieux faméliques et endroits anarchiques vérolés par les trafics, la violence et l'illégalité, banlieues décrites avec tant d'exagération par les médias traditionnels qu'on comprend immédiatement que pas un de leurs plumitifs ou reporters flanqués de quelques gardes du corps payés au prix fort n'y a mis les pieds plus de quelques heures, il est utile de rectifier quelques énormes âneries véhiculées et autres lieux communs repris en cœur.

Une certaine Presse manipulatrice et manipulés par les politiques qui lancent leurs informations comme on lance des os à sa meute de caniches nains faméliques et dont elle repaît avec une délectation morbide, finit par contaminer la société toute entière et la rendre réceptive à l'intolérance et l'agressivité. La manœuvre politique est grossière mais hélas toujours efficace !

Quelle pitié de voir certains médias se précipiter sur ce ridicule et peu représentatif fait divers, médiocre histoire de niqab et ce grotesque "fondamentaliste", polygame bidon, fier comme Artaban,  étalé, hilare, à la Une de l'actualité française et considéré comme l'archétype barbichu de l'intégrisme musulman hexagonal et représentant du Mal ! Autant vous dire que si la démocratie française n'avait que de pareils ennemis, elle pourrait dormir sur ses deux oreilles !

Beaucoup d'organes de Presse deviennent des instruments du pouvoir, tout juste bons à recopier les ramdams dictés par le gouvernement pour vendre et flirter avec les thèses du Front. La déroute qu'ils subissent depuis plusieurs années est plus que méritée : quel citoyen peut faire confiance à une actualité "sensationnaliste" si peu pertinente ?

Lorsqu'on s'aperçoit que le tempo des références sur l'Islam et les banlieues est dicté par un type, omniprésent dans les médias officiels, Éric Zemmour dont la seule expérience -ne riez pas- est d'avoir vécu dans sa jeunesse à Montreuil sous Bois (93100) durant les années 1960-70, comment ne pas sourire ? Ce titre de gloire qu'il trimballe avec ostentation en traînant bruyamment sa quincaillerie de médailles de banlieusard comme un vieux maréchal de Staline exhibait ses centaines de décorations  tintinnabulantes en bronze me fait taper le cul par terre d'exultation. Dommage que le ridicule ne tue pas, sinon, notre Zemmour national serait déjà placé à la droite (forcément) de Saint Pierre !

Le pire étant que des citoyens sincères le prennent au sérieux, alors qu'en ce qui concerne les banlieues dites difficiles, le sieur parle visiblement d'un monde inconnu qu'il analyse à l'aide de lieux communs péchés dans les bistrots ou qu'il fréquente vraisemblablement par l'intermédiaire de ouï-dires ou encore à travers des évènements relatés par la presse ! Peut-être, est ce moi qui embellit cet univers qui est certes loin d'être le monde enchanteur d'Alice au Pays des merveilles mais qui ne ressemble pas non plus à celui de Mad Max ou aux faubourgs de Kaboul ?

Mais il y a des gens qui ont intérêt à provoquer des affrontements pour gagner les prochaines présidentielles. On sent bien que la campagne est lancée pour mettre de l'huile sur le feu et attiser les tensions entre les communautés, quitte à jouer avec la paix civile... Il y a vraiment de quoi être inquiet.

Car chacun sait bien qu'aux fins fonds de nos campagnes tricolores, coins perdus s'il en est, à travers les infos à la fois terrorisantes et niaises de Jean-Pierre Pernaut sur TF1, on meurt de trouille d'être égorgé par un barbu en djellaba. Je connais des villages du nord au sud de la France jamais fréquentés par des musulmans dont les habitants tremblent de peur, rien qu'à l'évocation d'un mouvement dans les cités du 9-3 ! Une certaine  France vieillie et rancie se recroqueville comme une momie desséchée, se méfie de tout, se tétanise et se mobilise tragiquement autour des Le Pen ou des Sarkozy, habiles joueurs de flûtiau, seuls susceptibles à leurs yeux de la sauver d'un coup de baguette magique, du naufrage fantasmé de la France profonde comme "dans le bon vieux temps"...

Dans mon second épisode, je vous parlerai de l'évolution que j'ai pu entrevoir depuis quinze ans vis à vis des phénomènes du niqab et autres hidjabs, des foulards, de l'évolution de quelques intégristes que j'ai connus et la surestimation bien trop excessive et dangereuse de leurs pouvoirs sur la communauté islamique, de la venue en nombre de Pakistanais, de la tolérance entre toutes les origines dans les lieux ouverts, de l'agressivité d'une extrême minorité, de la peur de la police, du nombre de sans papiers, de l'architecture pourrie de certains quartiers transformés en ghettos (Le Luth, Aulnay 3000, Le Chêne pointu à Clichy sous Bois, Les Bosquets à Montfermeil), de la surpopulation, du fatalisme résigné des musulmans face aux stigmatisations politiques incessantes à l'égard de leur religion, de la stupide et volontaire identification entre les mouvements extrémistes et des croyants de plus en plus méfiants, de l'absence de conscience politique et du dégoût pour les partis politiques institutionnels, des quêteurs de mosquées qui prolifèrent en se chamaillant et  enfin de l'extrême diversité de la société musulmane et de l'intégration beaucoup plus profonde qu'on veut bien nous la décrire de la très grande majorité de la jeunesse de ces quartiers.

Je ne suis pas journaliste car j'assume ma subjectivité, je ne suis qu'un spectateur curieux, placé par hasard dans un creuset sensible de la société française. Au bas de l'échelle sociale, je ne détiens aucune vérité et ne me prends pas au sérieux, ne recherche ni désir de notoriété ni ne cours après une ambition personnelle (d'où mon anonymat rigolard) , sinon celle d'observer et de dépeindre mon humble milieu de travail, de m'amuser à rédiger de médiocres textes destinés à être lus ou bien de franchement déconner...

Amis du Village, merci de m'avoir suivi jusqu'au bout. Je vous donne rendez-vous pour un 2ème épisode plus vivant.

Et pour terminer, ce week end, allez donc rendre une petite visite de proximité à l'ami Zgur et à notre petit meuble du coin pour vous refaire une santé...


Cui cui fit l'oiseau, de la France d'en dessous....

 

jeudi, 25 février 2010

Techniques informatiques et mises à jours : propos décousus, poils au c... !

Aïe, mes aïeux !

Quelle aventure épique !

Une carte mère qui me fait une grossesse nerveuse, un ordinateur qui se plante avec toutes ses données que je ne retrouverai jamais, l'achat obligatoire d'un nouvel ordinateur avec Windows 7 qui se plante irrémédiablement lors du chargement d'un de mes anciens logiciels, des tas d'emmerdements informatiques ; la panoplie totale du looser de l'informatique !

ordinateur_fondu.jpgBref, comment dire ? De nos jours, il faut se révèler un sacré technicien pour bloguer ! Comme je regrette mon vieil XP !

Et pourtant, je suis plutôt un geek honorable mais sacrebleu, pourquoi nous présente t-on sans cesse des logiciels censés nous faciliter la vie alors qu'ls deviennent de plus en plus nébuleux ? Comment se fait il que la version logicielle de l'antivirus x ver 4.1.4598 est inférieure et de loin à la version 2.1.456 ?

Dites moi les NRV, comment se fait-il, qu'en informatique, 90 % des applications particulières ajoutées au fur et à mesure des soit-disant améliorations d'un logiciel n'apportent strictement rien à son fonctionnement ?

Pourquoi cette incessante fuite en avant de mises à jours, de rectifications, d'améliorations hypothétiques et superflues ? Pour faire du fric ? Pour faire travailler des ingénieurs qui s'emmerdent ? Pour donner l'impression d'être dynamique ?

Qu'apporte donc Windows 7 par rapport à XP (et je ne parle pas de cette merde de Vista !) ? Autant vous répondre tout de suite : RIEN en ce qui me concerne. Ni rapidité, ni confort, ni simplicité. NADA, NUNDA, QUE DALLE !

Alors à quoi sert Windows 7 ? À faire de la thune, du blé, de l'oseille pour Microsoft, mais le consommateur final ne s'y retrouve pas vraiment.

Ainsi va notre monde où les innovations  annoncées sont attendues avec impatience par un petit nombre d'amateurs en rupture de frime. Le iPhone, restera toujours un téléphone, même si on peut écouter des Mp3, regarder la télévision (dans quelles conditions lamentables !) et communiquer sur Internet (avec l'aide d'une loupe !).

Cette course infernale au dernier cri en matière de hardware ne produit pourtant pas davantage de créativité mais simplement du contact superficiel, qui ne fait souvent que signaler le lien de l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours, et qu'on appelle pompeusement "réseau social", et qui n'a autre fin que d'établir un carnet d'adresse bien fourni sans objectif particulier, si ce n'est celui de l'étaler aux yeux de tous comme un trophée démontrant son importance sociale.

Tout ceci pour en arriver là, les pote(sse)s ! Je ne suis pas sûr que les 400 € investis dans mon nouvel ordinateur justifient pareille prose merdique. Je suis bien con, j'aurais dû faire comme certains blogueurs, placer un bouton "dons" en haut à droite et attendre sagement derrière ma caisse enregistreuse mais voyez vous : je suis bien trop impatient...

Voilà donc un billet mal foutu, décousu, tordu, rempli de platitudes. Sûr que ce n'est pas lui qui va nous faire retrouver les sommets d'audience dont vous êtes si demandeurs.

À très bientôt, amis et surtout ennemis de Cui cui, pour un prochain épisode sur la politique.

PS : un grand merci à Agathe et à tous ceux qui ont montré que faute d'être nécessaire, je n'étais même pas indispensable.

 

Cui cui fit l'oiseau, billetiste néophyte

 

vendredi, 11 septembre 2009

LE REPENTI 2 : une série B interprétée par le sosie de Johnny.

- « Allo, Ministère des Finances, service des régularisations fiscales, j’écoute » fit une voix féminine affable.

- Bonjour Madame, euh… J’avais mis en dépôt  quelques économies en Suisse et euh… Je viens de m’apercevoir euh… Que c’était illégal…Et euh... 

- Je vous passe le service, mon cher Monsieur, ne quittez surtout pas. Une attente bercée par un extrait musical des 4 saisons de Vivaldi : l'automne...

 


jean-philippe1.jpg


- Allo, bonjour Monsieur, bienvenue au service amiable des redressements fiscaux. Dit une voix féminine enveloppante et voluptueuse.

- Euh... J’ai entendu dire que vous disposiez  d’une liste de 3000 braves contribuables comme moi  et que vous leur laissiez une petite chance de rédemption s'ils avouaient leur faute…

- Tout à fait, Monsieur, fit la voix envoutante , puis je prendre connaissance de votre nom ?

- Ah que oui !  Jean-Philippe Semette et mon transfert concerne la Suisse...

- Ah ? Gros silence au bout de la ligne. Des chuchotements, 20 secondes de blanc pour atteindre un autre poste…

 

- Allo, oui, Monsieur Eric Woerth, Ministre du budget à l’appareil,  bonjour Monsieur S'mette, je peux vous appeler Johnny ?

- Si vous y tenez mais je ne saisis pas très bien pourquoi ?

- Arf ! Toujours aussi modeste ! Vous saviez que ma maman est fan de vous ?

- Ah bon, je ne me souviens pas l'avoir rencontrée ? En fait, je vous appelais pour…

- Ne vous inquiétez pas !  Je vous passe ma supérieure. Une attente bercée par un extrait musical des 4 saisons de Vivaldi : le printemps...


- Allo, Bonjour ! Ici Madame Christine Lagarde, Ministre de l’économie et des finances, vous me voyez honorée cher ami, de vous entremettre ! Auriez vous l’obligeance et la bonté de m’envoyer une photo dédicacée pour mes nièces. Ne vous inquiétez surtout pas, nous allons classer votre dossier avec diligence ! Ne quittez pas…

- Mais je ne viendrai pas à Paris en diligence, Madame… Une attente bercée par un extrait musical des 4 saisons de Vivaldi : l'été...


- Allo, ici François Fillon, Premier Ministre, bonjour Monsieur Halliday, pour Noël vous pensez à notre concert prévu à Matignon, je compte sur vous ! Je vous passe illico, Nicolas, ne quittez pas .

- Nicolas illico, qui est ce ? Pas de réponse. Une attente bercée par un morceau de musique baroque...

 

sarkohalliday.jpg

- Allo Johnny ! Ici Nicolas, ah ! Quel plaisir de t’entendre ! Quel bon vent t’amène ? Il paraît que tu as  téléphoné à Bercy ? Mais tu es fou ! Il fallait m’appeler sur ma ligne directe : tu sais bien que tes problèmes d’impôts, on les résout beaucoup plus rapidement à l’Élysée qu’à Bercy ! Depuis, que cet andouille de Woerth a lancé son canular sur la supposée liste  des 3000 réfugiés bancaires en Suisse, figure toi que tous les invités du 6 mai 2007 au Fouquet’s , des centaines de sportifs et de people ainsi  qu'une bonne partie de membres du Medef  n’ont pas cessé de m’appeler sur ma ligne directe !  Il y avait bien longtemps que Carla et moi n'avions autant rigolé et puis ça me fera des soutiens à bon compte pour mai 2012, hein ? Sinon comment va Lætitia ? Et Jade ?

- Mais… Euh … Pardonnez moi, Monsieur le Président, je ne suis pas Johnny Halliday, balbutiai-je, je m’appelle Jean-Philippe Semette : S-E-M-E-2T-E, épelai-je, comme SEMEUSE et FUMETTE. Silence gêné puis une interjection : « Ah les cons ! ». Pause lourde.


Attente ponctuée par un extrait musical des 4 saisons de Vivaldi : l'hiver... Un long moment de solitude glacée…


- « Allo, Ministère des Finances, service des redressements fiscaux, je vous écoute Monsieur Semette, reprenons tout à zéro : donc, vous avez gravement fraudé l'État... » fit une voix féminine ; revêche…

 

 

Allez tchin tchin à tout le monde, bonnes lectures, découvrez de nouveaux sites et bon dernier vrai week end d'été !


NB : pour ceux, nés pas plus tard qu'hier, le véritable patronyme de Johnny Halliday est Jean-Philippe Smet...


By cui cui, plumitif troupier, enquêteur fantoche, scénariste raté.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu