Avertir le modérateur

mercredi, 31 mars 2010

soup – opera(i) [4/6]

 


 

0.jpg

- Euh, non. Mais, il y a « les porteurs du virus » – VIH.

- Il n’y a plus d’opération médicale…

- Pfff, depuis longtemps dépassé !!! Il y a : les « interventions chirurgicales » !

- Pas plus de déformations physiques à la naissance…

- …mais des « malformations ».

- Il y a une fortune du préfixe « mal » dans la LQR.

- Oui. Ça a commencé avec ça, et puis, ils l’ont mis à toutes les sauces : la « malnutrition », la « mal-bouffe », la « mal-traitance » ! les « malversations » – euh, ça, c’est dans la pratique ! – le « mal-logement », le « mal-être »…

- Il y avait « bien-être ». Il y avait « malaise social ». Mais il manquait celui-là !

- Dans les préfixes, il y a « alter »… comme dans « alter-mondialisme », qui renvoie à vaguement à « alter ego ».

- Yeah ! Fini : plus de communistes ! Vive les « altermondialistes » et leurs copains « anticapitalistes » – « primaires », forcément ! Et pourquoi « anti » ? Parce que les islamo-gauchistes sont trop cons pour avoir un programme de vie en commun. Même pas foutus d’être « pro » – ha ! « pros » – c’que tu veux, hein !

- Très fort, les préfixes ! « alter », « anti », mais aussi « ultra » ! comme dans « ultra-gauche ». C’est-à-dire : plus extrême que l’extrême gauche ! C’est le nec… plus ultra ! A droite, ils ont seulement droit à « ultra-libéralisme ».

- Wouoh, les nuls ! Et avant ça, il y avait les « super- », « hyper-marchés »…

- Ils ont fait « méga » !

- « méga » ? « méga-marché » ?

- Non : « megastore » ! Eh, oui ! toujours penser aux anglicismes !

- Méga-octets… « nano », aussi !

- « Nano-mètre », « nano-technologie », « nano-robots ». Euh, il y a des « nano-peds » aussi, dans Hulk

- « Nano-président » !

- Ha ! très fort, dans les sphères du pouvoir ! Il n’y a plus d’ « argent sale », mais de l’ « évasion fiscale ».

- C’est le pognon, qui se fait la malle !!!

- Et il a son petit cousin : le « paradis fiscal », pour les méga-riches qui ne sont pas très partageurs.

- Et hop ! On a des crapules, qui ont trouvé leur place au paradis… fiscal !

- D’ailleurs, il n’y a plus de « corruption »…

- Non : il y a des… « affaires » !

- Est-ce que le trafic d’influences, ça existe encore ?

- Non, il y a les lobbies…

- Et de l’espionnage industriel ? Des « fuites d’informations » ?

- Non : des « délits d’initiés »…

- Oh, des « délits » ? C’est pas si grave alors…

- Ah, cette application des « agents de la force publique » à traquer la petite délinquance dans les rues mal famées, et la facilité qu’ils ont à fermer les yeux sur la délinquance à col blanc !

- Il n’y a plus de misère, ni de pauvreté…

- Non : des personnes de « milieux modestes » ou « défavorisés ». Des « exclus » et de l’ « exclusion ».

- Oui, mais pas d’inclus, ni d’inclusion ?!!

- Non, mais de l’ « insertion » !

- Tu m’étonnes ! Ils se font tous… bien insérer !!!

- Il n’y a plus de riches, mais… des grosses fortunes !

- Bah, il y en a à qui la fortune sourit !

- Surtout ceux qui ont les dents longues !

- Avant on disait encore « sans abri » : ils ont dû trouver que c’était idiot, puisqu’on peut toujours trouver à s’abriter.

- Dire que ça a remplacé « sans logis » ; alors qu’on en croise… qui logent dans des cartons !

- Maintenant, on dit « S.D.F. » pour « sans domicile fixe »…

- Bah, au moins, il n’y a plus de clochards !

- Ce qui me scie, c’est que ces personnes qui sont marginalisées, écartées de la société, ils emploient pour eux cette terminologie ; se les approprient ! Pour se présenter, ils disent : « Je suis S.D.F. ». Ils se définissent en premier lieu par un sigle, et surtout par un état de privation : le fait de ne pas avoir de logement.

- Le sigle les anéantit dans leur être.

- EDF… GDF… SDF ! On dirait une entreprise publique !

- La plus grande de France : tous les ans, elle recrute !!!

- L’acronyme, c’est comme le type qui dit qu’il est « RMIste », ou « RSAste », comme si c’était son activité principale ! Au lieu de dire qu’il bénéficie d’une allocation.

- Tu as vu, il n’y a plus de « vieux »…

- Des retraités ?

- Mais non ! on dit : « les personnes du troisième (ou quatrième) âge » ! Remarque, on les « place en maisons de repos »… mais, on ne les fout plus à l’hospice ! Mais, comme certains dépassent les cent ans, maintenant, qu’est-ce qu’on dit ?

- « Merci Mamie Nova. » ?

- Mais non ! On dit – ta-dam ! – « seniors » !

- Nooon ?!!

- Sí ! se-ñor !

 

 

254333804_2c1e92cfb6.jpg

par Albin Didon

 

 

 

 

 

 

 

 

mercredi, 24 mars 2010

soup – opera(i) [3/6]

 

 

vapeur_600x450.jpg

 

- Et, face à ça, il y a…

- Face à la « majorité » ?

- Oui.

- La « gauche plurielle » ?

- Mais non !

- …« la majorité silencieuse » ?

- Tu le fais exprès ?!

- Euh, non. Je ne sais pas…

- Les « minorités visibles » !

- Ah, oui : pas discrètes, ces « minorités » !

- Eh, non ! Contrairement, à la « majorité silencieuse » – qui, elle, en plus, est nombreuse !

- Toujours à se faire remarquer, ces minorités : rien que par leur présence physique ! Brrr, ils sont Noirs…

- Non : de couleur !

- Ils portent des voiles…

- Arrrgh ! Des tchadors ! des burqas !!!

- Mais, ce sont des vêtements !

- Ah, non ! Ce sont des signes ostentatoires d’appartenance religieuse !

- Aïe ! C’est vrai que dit comme ça, c’est flippant : « ostentatoires », « appartenance »… C’est de la provocation !

- Ils ne veulent pas s’intégrer !

- Ah, oui : l’ « intégration », on l’oubliait, celle-là ! Ça ne marche que dans un seul sens, hein ! Pourtant, on parle de « diversité », non ?

- Si ! ils disent même : « issus de la diversité »…

- « Bonjour, salut ! T’es quoi, toi ? » - Oh, moi, je suis Allemand. Et toi, t’es né où ? « Oh, moi, je suis issu de la diversité ! ». Bref, ils ne veulent pas dire : « Oh, vous êtes Algérien », ou « Malien » ; ni « d’origine africaine » : ils te font perdre ta nationalité, ton origine… tu es « de la diversité », autant qu’un Chinois ou un... Auvergnat ! Et, ça prétend parler d’ « intégration »…

- En France, on n’a plus de problèmes de racisme…

- Aaaah !!!

- Mais, il y a juste un peu de discrimination…

- Oooooh !

- Oui, mais, ça s’est arrangé : maintenant, elle est « po-si-ti-ve » !

- Aux Etats-Unis, ils ont gommé les problèmes liés à l’esclavagisme, par la « question noire »… Euh, c’est quoi cette « discrimination positive » ?

- De… l’immigration choisie !

- Mais, c’est dégueulasse !!!

- Mais, non ! Tu es quand même d’accord – et tout le monde te le dira – qu’une « loi pour l’immigration choisiee », c’est quand même plus sympa qu’une « loi aggravant le droit des immigrés en France, et la fin du droit d’asile » – même si ça devait recouvrir la même chose… Et puis, au gouvernement, il y a tout plein de personnalités « issues de la diversité », et qui ont été distinguées pour leurs mérites, et qui n’en font pas tout un plat…

- C’est quoi leurs mérites ?

- « Etre femme » ! C’est que ce n’est pas donné à tout le monde… Et puis surtout, le fervent soutien qu’elles ont « manifesté » durant la campagne présidentielle…

- Pour « femme », avant on disait « l’autre sexe », ou le « sexe faible »…

- Si on va dans les problèmes de société…

- …les faits divers…

- On ne dit pas « viols », mais des « abus sexuels »…

- Le type, il ne viole pas : il abuse, c’est tout !

- Encore plus fort, avec les « viols collectifs » ! Ce sont des « tournantes » !

- C’est plus sympa : on met une pièce, et ça tourne !

- Et on ne parle pas de « femmes battues », mais de « violences conjugales »…

- Les histoires de couples, c’est gratiné, aussi ! on ne parle pas de « divorce », mais de « séparation »…

- Et pour les « célibataires » ?

- Il n’y a pas de « célibataires », mais des « personnes seules ». Un homme seul, on dira qu’il est solitaire, mais pour une femme célibataire, on dira qu’elle est « indépendante » ! Et, des fois, on dit « solo »…

- Très peu usité.

- Et puis, on ne dit pas « mère seule » ou « père seul », mais « famille mono-parentale »…

- On va arriver au couteau de Lichtenberg !

- Oui : le couteau sans lame, auquel il manque le manche !

- Dans le domaine médical, il y en a des balèzes, aussi. Regarde, avant on disait que les Français étaient des gros consommateurs de « médicaments ». Maintenant, on dit des « psychotropes »…

- « Médicaments », ça renvoie à la maladie…

- Il n’a plus d’ « impuissance », mais « des troubles de l’érection »…

- Plus personne n’a le Sida aujourd’hui…

- Ah ? Ça y est ?! Enfin ?!

 

 

 

Croixc.JPG

 

 


par Albin Didon

 

 

mercredi, 17 mars 2010

soup – opera(i) [2/6]

 

 

lave-linge-sans-lessive.jpg

 

 

Attends, sur les anglicismes, on a maintenant des « peoples », mais plus de vedettes.

- Et on se demandait où était passé le « peuple » !

- C’est encore plus fort avec les sigles. Ils disent : « vie – aille – pie » ! Very Important Person. Ça ne rigole pas. Ils avaient fait ça avec les « DJ’s », et les « M-C » – masters of ceremony.

- Ils ont fait « jet set », pour ne pas dire la classe aisée, l’aristocratie financière.

- Tiens, dans le domaine professionnel, c’est très fort ! Regarde, il n’y a plus de « marché du travail », mais ?

- Des « ressources humaines »…

- Oui, là, ça fait bien, parce que tu n’es plus considéré comme une marchandise remplaçable : tu es une ressource ! Comme une ressource naturelle ! Comme une matière première ! On exploite pareil – sinon mieux qu’avant – mais c’est mieux dit !

- Et il n’y a plus de « luttes de classes »…

- Eh non : « Jacques », il l’a bien dit : « En France, il-y-a-une-frac-ture-so-cia-le » !

- Il y a ça ; mais aussi, parce qu’il n’y a plus de « classes », mais des « couches » sociales…

- Et, surtout, pas de lutte possible : puisqu’il y a des « partenaires sociaux »…

- Eh hop ! Liquidés, les syndicats gauchistes ! Quoique, dans les faits, la question était réglée depuis un moment…

- Dans les métiers, tu n’as plus d’infirmières, ni d’infirmiers ; mais le personnel médical ; ou le personnel hospitalier c’est-à-dire qu’ils sont polis, et accueillants…

- Là, ça fait comme avec les « gens d’armes », qui sont devenus les « gendarmes »… Mais, au départ, c’est flippant, les « gens d’armes », puisque c’est des types, qui sont armés ! Là, les « gendarmes », c’est attaché, ça fait moins peur.

- Ah, ils ont fait fort, avec la police – mais là, ça ne vient pas de « peaux » et « lisses », hein ! Il n’y a plus de policiers, mais des « gardiens de la paix ».

- Ou des « agents de la force publique ».

- Ah, là, toi, l’individu lambda, tu ne peux plus rien faire ; puisqu’ils « gardent » la paix. Mais, laquelle ?

- Je crois que Coluche – encore lui – disait : « Au lieu de la garder, ils feraient mieux de nous la foutre ! »

- Les « CRS », ce sont les « forces de l’ordre »… mais, pareil : quel ordre ?!

- Celui du bourgeois, du commerçant. Du contribuable…

- Ouais… et du coup, il n’y a plus de « répression », puisqu’ils « maintiennent l’ordre »… Mais, lequel ?

- Celui du préfet.

- Dans le métro, il n’y a plus d’ « agents de sécurité » !

- Ah ?

- Non. Les vigiles, ils ont…

- D’abord, on ne dit pas « vigile », mais « agent de sécurité »…

- Euh, justement… ils ont sur le dos de leur blouson l’inscription : « sûreté ». Donc, ils n’assurent pas ta « sécurité », mais ils veillent à ce que ton trajet soit… « sûr » ! Il doit y avoir autant de vols et d’agressions qu’avant – ici, il ne faut jamais dire plus –, mais, comme c’est marqué sur le blouson… t’es rassuré !

- Tu as remarqué ? Il y a de moins en moins de vidéo-surveillance…

- Ah, enfin !!!

- Euh, non ! Ils sont en train de mettre en place des, euh, « dispositifs »… de vidéo-protection !

- Ah, j’me disais aussi… On ne nous surveille plus, alors – puisqu’on nous « protège », euh, par vidéo ! Oui, ils te regardent ; ou ils regardent ce qu’il se passe. Et dès qu’ils voient qu’il y a (eu) une agression, ils pourront dire : « Ça a été enregistré sur la vidéo : vous êtes protégés ! » Et, donc : inutile d’intervenir au moment de l’agression. C’est ça la protection à distance !!! Et les gens, ils avalent ces conneries…

- Bah, oui ! Plus une connerie est grosse, plus elle passe !

- Sinon, toujours dans le métro. Au moment des manifs…

- Pfff, tu dis « manifs », pour « manifestations ». Mais, « manifester » quoi ? sa joie ? sa présence ?

- Tiens, c’est vrai, je me fais avoir moi aussi ! Quand il y a une contestation populaire, massive, dans la rue, il y a les annonces dans les hauts-parleurs du métro : « Suite à un mouvement social… ». C’est très fort, là aussi. Il y a clairement des grèves à l’extérieur – enfin dans les usines et les bureaux –, donc, un arrêt durable d’activité ; et ils disent « mou-ve-ment-so-cial » !

- Eh, oui : le mouvement continue…

- Tiens, attends, je reviens sur les handicaps : il y a aussi les « personnes à mobilité réduite »…

- Celle-là, elle est forte ! Parce que « mobilité », on ne sait pas ce que c’est : la marche ? ou par véhicule ? Et « réduite », c’est par rapport à quoi, à qui ? Et si t’es petit, enfin, de « petite taille », par rapport à un grand ?

- Par rapport à la norme.

- Oui, mais, c’est quoi la norme ?

- Le plus grand nombre… comme toujours. La majorité.

- Ah, la fameuse « majorité silencieuse » ! Euh, personnellement, je ne l’ai jamais rencontrée ! Pfff, quel foutage de gueule ! Comme si une « majorité » était un ensemble cohérent, un seul corps… « Bruyant » ou non.

- Mais, non, c’est pas ça… La majorité, elle est silencieuse, parce qu’elle baigne dans la « pensée unique » !

- Ah, la la la ! Mettre de la « pensée », là où il n’y en a surtout pas : dans le bien-pensant ! Et « unique », comme on pourrait dire de quelqu’un qu’il est « unique en son genre », singulier…

- Eh oui ! C’est comme ça qu’on produit le « consensus mou » de la « pensée unique » qui baigne dans le « politiquement correct » !

 

soupiere-45-cl.jpeg

 

par Albin Didon

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu