Avertir le modérateur

mercredi, 28 octobre 2009

L'enfumage des citoyens par la notion "d'identité nationale".

Décidément !

Dans cette France politique moisie d'octobre 2009 ; où dans un proche avenir, nos dirigeants ne présenteront plus aux suffrages du peuple que des célébrités du show biz ou du sport plus ou moins incultes et faciles à manipuler, et qui, lors de leurs campagnes distribueront des autographes et des sourires aux 30 % d'électeurs attirés par une tombola organisée par TF1, seuls les votants  ludiques et décervelés se déplaceront aux urnes et décideront ainsi du sort de notre pays (les 70 % restants s'abstenant, dégoûtés !).

Diantre ! Après les dernières déclarations de Messieurs Besson et Sarkozy, comment nier que le "pétainisme transcendantal", cher à Alain Badiou, n'en finisse plus de laisser ses miasmes envahir notre beau pays !

petain3.jpg

Le félon Éric Besson, chargé des basses œuvres, recherche tous les expédients possibles pour attirer le fretin vers la grossière amorce qu'il a lancé dans la marre médiatique afin de faire diversion sur l'état alarmant de l'économie française, la situation désastreuse des caisses de retraites, le chômage effrayant qui gagne toutes les strates de la population et les comptes catastrophiques des caisses maladies.

J'ose espérer que personne n'est dupe...

Quoique... Quand on voit certaines associations en mal de reconnaissance se précipiter en bêlant vers ce leurre grossier, on peut effectivement se montrer inquiet mais il est une chose certaine : à part les médias toujours partants, dans l'espace public, tout le monde à l'air de se se foutre de ce débat sur "l'identité française" comme de l'an 40, la sinistre année du pétainisme triomphant.

Complètement.

Éperdument.

Absolument

La Marseillaise ? Faut-il une Loi ou un débat de 6 mois pour l'enseigner ? Absurde : l'école peut s'en charger sans difficulté !

La burqa ? Faut-il une Loi ou un débat de 6 mois pour éradiquer une pratique qui concerne 1000 cas à tout casser, dans l'hexagone, avec le risque de stigmatiser et de rassembler la si diverse communauté musulmane ?

Les adolescents paumés des quartiers pauvres ? Ce ne seront sûrement pas des textes législatifs qui les feront évoluer !

Tout ceci sent trop le prétexte, l'enfumage, la magouille partisane électorale !

La cohésion sociale de notre Nation sera en cause tant que nous vivrons dans une société en crise où le chômage ravage nos rangs, où les salaires stagnent et où, trop souvent, les conditions de travail deviennent insoutenables. Le désir de vivre ensemble dans notre pays n'aura jamais lieu tant que l'exemplarité des classes dirigeantes et économiques, président en tête, ne sera pas indiscutable ! Et croyez moi, ce n'est pas pour demain !

La devise du pouvoir actuel est  FRIC, INDIVIDUALISME, OLIGARCHIE. Qui oserait, en France, défendre de telle valeurs ?

Parce que, mes amis, quelle plus belle définition de notre "IDENTITÉ FRANÇAISE" que ces 3 mots sublimes gravés sur les frontispices de nos monuments prestigieux, devise exemplaire de la République : LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ ?

Pourquoi chercher plus loin ?

Mais en l'état, vous voudriez que nos concitoyens se battent pour protéger des valeurs individualistes, anglo-saxonnes et financières,  idéaux qui n'ont jamais été le ciment de la communauté française laïque  et égalitariste depuis un siècle ?  Parce que vous pensez que les classes modestes et moyennes vont soutenir des oligarques médiatico-économico-politiques qui méprisent le peuple et le suffrage universel à ce point (TCE) ?

À question bessonienne : réponse bessonienne ! *

 Enfin en guise de conclusion, amis lecteurs, je vous garantis une chose : lorsqu'un jour prochain, un gouvernement créera sous la pression, un Ministère de la Réconciliation Nationale, il sera déjà peut-être trop tard...

 * Sur la photo, observez le détail de la main gauche et la position caractéristique du majeur bessonien s'adressant à ses interlocuteurs... 

 

Cui cui, l'oiseau NRV et NRVant.

 

vendredi, 25 septembre 2009

Dominique Galouzeau de Villepin, acteur raté de la Comedia del Arte.

Avertissement : Dans ce billet, je vais un peu à rebours d'une opinion générale qui tente de faire passer ce brave  Dominique Galouzeau  de Villepin pour une victime expiatoire... En fait, on peut modestement estimer que ce procès Clearstream, qui vous verrez, tournera à la grosse farce à l'italienne ; ultime rideau de fumée sans grand intérêt pour les citoyens ordinaires, affaire judiciaire hyper médiatisée dont personne ne connaîtra probablement à l'issue du jugement, les tenants et les aboutissants ; n'est que la résultante d'un combat féroce entre deux autocrates mégalomanes et paranoïaques enivrés par les  effluves ensorcelants du Pouvoir ;  deux 'ego' exacerbés, purs produits de ce que la 5ème république engendre de pire.

---------------------------------------------

Comment dire ?

Lorsque j’ai vu le sieur de Villepin, le 21 septembre dernier, placer sa progéniture, deux benêts  gauches et maladroits et sa femme à l’air absent, légèrement en retrait de son  martial personnage particulièrement apprêté, et ce devant les caméras de l’espace médiatique, je me suis pincé pour bien vérifier si je n’étais pas retombé, lors de mes rêveries,  dans les moments les plus tragiques de la révolution française !

FDC.jpg

Toutefois, en observant attentivement sa dégaine particulièrement étudiée ( à eux quatre, ils devaient porter pour environ quelques SMIG  de fringues et de bijoux ), j’ai longuement regretté qu’ils eussent oublié Kiki, leur caniche nain, leur sac à dos Quéchua avec la tente qui se déplie en 10 secondes qu'on a l'habitude de voir le long du canal Saint Martin, ainsi que quelques affaires de toilettes dont une brosse à dent bien visible : ainsi, la mise en scène aurait elle été du meilleur effet  pour cet appel au Peuple digne d’un futur martyr condamné sans appel à la  guillotine par un despote sanguinaire.

Bref, tout ceci fleurait bon une authenticité surjouée digne de  la fausse particule de Monsieur Galouzeau de Villepin.

Je vous ai recopié son  discours plus que pompeux en éliminant les excroissances qui n’apportent strictement rien.

« ….Je suis ici par la volonté d'un homme, je suis ici par l'acharnement d'un homme, Nicolas Sarkozy, qui est aussi président de la République française. J'en sortirai libre et blanchi au nom du peuple français. Certains voudraient croire qu'il n'y a pas dans notre pays de procès politique, je veux le croire aussi et pourtant nous sommes ici en 2009 et nous sommes en France. Je veux redire que mon combat n'est pas un combat personnel, c'est le combat de toutes celles et tous ceux qui se battent contre l'injustice, c'est le combat de toutes celles et tous ceux qui sont victimes de l'abus de pouvoir…. »

Rien que ça !

Dites, chers lecteurs : pris par l’action j’ai pensé un instant qu’il allait déchirer d’un air théâtral sa chemise à jabot  (humour) pour offrir sa mâle poitrine d’ardent défenseur de la Liberté et du Peuple aux baïonnettes  de la soldatesque dirigée par le tyran !

Instant grotesque, décalé.

J’ai pourtant failli applaudir. Bêtement.

Dominique, ton problème, c'est que tu t'aimes trop et que ça se voit !

nuValls.jpg

Et puis je me suis souvenu que cet individu qui ne cesse de faire des appels grandiloquent au Peuple  lorsqu'il il est personnellement en difficulté, avait occupé la fonction de Premier Ministre. Je me remémorai cette Loi inique sur le CPE, je me rappelai son dédain envers le Peuple, lui qui n’avait jamais eu le courage de passer sous les fourches caudines du suffrage universel !

Ce même apparatchik de la 5ème république, conseiller obscur de Jacques Chirac, grenouillant, combinant, manœuvrant dans les alcôves louches du Pouvoir comme les Henri Guaino et autres Claude Guéant,  la partie visible de ces hauts fonctionnaires carriéristes qui font et défont notre pays sans l’ombre d’un risque, en totale irresponsabilité et  en toute impunité vis à vis des électeurs !

Amis ! Quel culot d'observer Galouzeau de Villepin battre le rappel des citoyens afin de combattre les atteintes à la Liberté pour  sauver sa  misérable peau ! Quelle dérision ! Quelle inconscience ! Quel cynisme  de se poser en victime d'un procès politique : c'est à la Justice d'en décider même si beaucoup émettent des doutes sur son indépendance !

Pour cacher un anti-sarkozysme viscéral, beaucoup de journalistes et de politiques (même de gauche) tombent dans la chausse-trappe  du soutien inconditionnel à Villepin, piège vicieux dont le fond est hérissé de pointes acérées : qu'ils prennent bien garde de ne pas se faire empaler vif car la différence de conception de l'autorité de l'État entre ces deux hommes est négligeable : ils sont tous deux partisans d'un pouvoir personnel autoritaire !

Car imaginez vous bien, amis citoyens, que si vous vous trouvez dans une arène en présence d'un lion cruel et d'un tigre féroce se livrant une lutte sauvage et sans merci  et que tigre fait appel à vous pour le sauver, ne concevez pas qu'il aura la bonté de ne pas vous croquer s'il parvient à vaincre son adversaire !

Au contraire, observez les avec ravissement et souhaitez que ces fauves s'affaiblissent mutuellement. Lorsqu'ils seront exsangues, peut-être nous sera t-il possible de régler son compte au survivant, trop meurtri et totalement décrédibilisé...

Villageois(es), bon week end et une pensée chaleureuse pour notre Agathe préférée que chacun ici, apprécie particulièrement !

Agathe, reviens nous vite et en pleine forme !

 

Cui cui fit l'oiseau, un poing, c'est tout !

vendredi, 17 juillet 2009

Rififi au 10 rue de Solférino.

Bandeau4.jpg

 

Manuel Valls : j'invite tous les

socialosses blancosses à me rejoindre

dans un nouveau parti, pas troppos

gauchosse !

EDglad11.jpg

Une interview exclusive de notre envoyé spécial Aramis Porthos.

 

AP : Entre Martine Aubry et vous, Manuel Valls, la guerre semble déclarée : que répondez vous à la missive que vous a envoyée la responsable de votre parti ?

MV : Je dois vous dire que j'ai été gravement interloqué ! Après avoir passé de délicieux moments aux côtés de  Carla (Bruni) et de Nicolas (Sarkozy) lors de la garden party de l'Élysée, ce 14 juillet 2009 et déclaré benoîtement que Martine  à la tête du PS ressemble au capitaine du Titanic qui sombre , me voilà considéré comme un traître ! C'est inconcevable cet ostracisme ! Pardonnez moi un petit aparté, Monsieur Porthos, mais Nicolas et Carla m'ont fait visiter  leur  charmant petit pied à terre (l'Élysée) : je m'y verrais bien passer quelques années. Cela me changerait d'Évry ! Pour répondre à votre question concernant l'ultimatum de Martine, je lui réponds tout à trac : "si tu reviens [sur ton accusation], j'annule tout".

AP : Vous postulez à la candidature de la Présidence de la République sous les couleurs du Parti socialiste, certaines rumeurs font même état de votre désir d'en changer le nom et de refonder le programme ?

MV : J'invite tous les socialos blancos, et à la rigueur les blackos, jaunos, maghrebinos ou portos à me suivre dans mon ascension fulgurante, je demande aux verdos, aux traîtres socialos, aux gauchos, aux modemos, de me rejoindre allégros ma non troppos au sein d'un parti de gauche modernisé, résolument ouvert à l'économie de marché et fondamentalement libéral. Mais d'un libéralisme éclairé et social raisonnable et raisonné. Une sorte d'UMP de centre gauche en quelque sorte ! D'ailleurs avec quelques amis socialistes réformateurs nous avons pensé à appeler ce nouveau parti, l'UMPG (l'Union pour un Mouvement Populaire de Gauche). Mais rien n'est encore entériné. De toute façon, cette barrière entre droite et gauche me semble bien dépassée !

AP : Certains vous reprochent votre trop grande proximité avec le Président Sarkozy...

MV : Déjà, ceux qui me critiquent sur mon attitude envers Nicolas qu'on a par ailleurs déjà tendance à trop fustiger ne sont pas mes amis car avec Nicolas, même s'il est de droite,  nous avons des tas de points de convergence, l'origine  : nous sommes tous deux d'origine étrangère, la vision de l'ordre, l'anti-communisme viscéral, la même conception du social maîtrisé, la limitation de l'immigration, la pérennité de l'économie de marché, les dangers de l'islamisme, la fidélité aux USA, l'Europe de la libre entreprise et j'en passe. Je me sens parfois plus proche des idées de Nicolas que celles de nombres de membre du PS proches de l'ultra gauche ! Monsieur Sarkozy est un démocrate un peu social de droite et moi, un peu un social-démocrate de  GAUCHE : la nuance est de taille ! Autrement nous incarnons, chacun à notre manière, une ambition personnelle qui transcende nos partis...

AP : J'ai entendu parmi les responsables politiques, des élus insinuer que le Président Sarkozy vous aurait choisi comme dauphin, plutôt que Jean-François Copé, pour lui succéder en 2017, un peu à la manière de François Mitterrand qui aurait délibérement choisi Jacques Chirac plutôt que Lionel Jospin en 1995...

MV : C'est une assertion très inquiétante que vous formulez, Monsieur Porthos, insinueriez que ma personne, au même titre  que Messieurs Allègre, Besson, Bockel, Lang, Strauss Kahn, Rocard, Kouchner et des dizaines d'autres membres éminents du parti socialiste seraient des renégats  potentiels ?  Oseriez vous prétendre qu'un bon tiers des dirigeants du PS serait prêt à collaborer avec le pouvoir actuel ? C'est une accusation très grave qui pourrait se terminer devant les tribunaux ! Je vous rappelle d'autre part, que Martine Aubry, est soutenue par les barons des fédérations socialistes comme la corde soutient la pendue, et que si des primaires ne sont pas organisées avant 2010 dernier carat, le parti socialiste disparaitra pour longtemps car les combats des primaires laisseront des blessures profondes  aux candidats et 2 ans ne seront pas de trop pour les cautériser. Rappelez vous 2007 et l'état dans lequel est arrivée en phase finale notre candidate : criblée de flèches dans le dos ! À la fin de la campagne, elle ne tenait debout que grâce à son corset à baleines.

AP : Enfin, pour conclure cet entretien, comment voyez vous votre avenir, Monsieur Valls ?

MV : Flou. Même un peu craignos. J'en appelle à mes amis blancos et blackos : vamos les potos ! Enfin, permettez moi, par l'intermédiaire d'une dédicace un peu spirituelle de publier au bas de cette page ma réponse officielle en vidéo à la lettre de Martine Aubry. La chorégraphie chantée s'intitule "je cherche après Titine". Adios amigos !

 

Cette interview est à peine imaginaire.

 

Cui cui, volatile espiègle...



vendredi, 10 juillet 2009

Le mirage aux retraites.

Bonjour.

Je m'appelle Benoît, j'ai 74 ans passés, je suis plombier et nous sommes aujourd'hui le vendredi 11 juillet 2025. J'ai  eu l'honneur d'offrir aux membres de mon entreprise, mon pot de départ à la retraite.

Mon patron depuis 40 ans, Monsieur Guy, m'a offert comme cadeau, un superbe déambulateur qui m'aidera à me déplacer, mes collègues de travail se sont cotisés, quant à eux, pour m'offrir une séance d'une semaine dans un centre de thalassothérapie à Binic, consacrée au soulagement des douleurs dues à l'arthrose...

Quelle émotion, mes amis !

Fond1a.jpg

Mais ce fut pas tout pas tout ! Tenez vous bien : un membre du Ministère du Travail des Aînés s'était personnellement déplacé pour me décerner la Médaille de vermeil récompensant une activité professionnelle exercée pendant plus de 55 ans ! Sans oublier la visite surprise de  Monsieur Gérard, appareil photo en bandoulière, membre du bureau de ma section UMP de Vélizy, m'apportant 3 bouteilles de "vieux pape", mon vin préféré !

Vous imaginez ma joie et ma fierté.

Et celle de Bernadette, mon épouse. Sans oublier Kiki, mon caniche nain, fier comme un ortolan !

J'admets sans honte avoir sangloté comme un gosse.

Et puis est venu le moment de mon discours. La voix étranglée par le trac, j'ai d'abord remercié Monsieur Guy, un patron au grand coeur, qui, à l'occasion de mes 65 ans n'a pas hésité à adapter des bretelles à mon poste à soudure afin que je grimpe les étages plus aisément et de surcroît a commandé des harnais sur mesure pour faciliter le transport des sacs de plâtres. Ce geste simple et désintéressé m'a profondément touché : je lui en serai toujours reconnaissant.

 

fond12a.jpg

Puis j'ai évoqué M. Brice Hortefeux, l'instigateur généreux de la réforme des retraites et chaleureusement félicité les gouvernements successifs, qui, sous la poigne sévère mais juste de Messieurs Sarkozy et Copé, ont su prendre à bras le corps ce problème crucial... À ce moment du discours j'ai cru entendre quelques quolibets de collègues socialistes et autres mauvais esprits toujours prêts à se rebeller pour travailler le moins possible mais royal comme le président Copé, j'ai méprisé ces manifestations conservatrices d'un autre âge.

Je ne sais ce qu'il m'a pris ; j'ai soudain été secoué par une quinte de toux qui m'a durée 2 bonnes minutes. [Mon  médecin, un gauchiste du Modem écologique, m'avait assuré que mes poumons ressemblaient à une éponge passée dans un bain d'acide sulfurique du fait de l'absorption de vapeurs toxiques dues au chalumeau. Mais Monsieur Guy, m'avait persuadé du contraire]. Essoufflé, je dus réclamer un siège avant de chuter, victime d'un léger malaise.

Je me réveillai 5 minutes plus tard, pour poursuivre  courageusement mon discours sous les ricanements  de la racaille bolchevique et l'admiration bruyante de Messieurs Guy et Gérard et sous les aboiements et les applaudissements de Bernadette et Kiki.  À ce moment, devant la jalousie exacerbée de certains, j'avoue avoir eu mal à la France. Des tremblements incoercibles agitant mes mains m'obligérent à abréger mon speech.

Et ce fut couché sur une civière que je reçu cette médaille si convoitée des mains d'un délégué du Ministère du Travail des Aînés.

Ce fut le plus beau jour de ma vie.

Ce fut aussi son dernier.

Amis de cui cui, vive la retraite à 67 ans, puis 70 ans et enfin à 74 ans pour le bien de l'économie et des équilibres financiers si nécessaires au bonheur et à la perpétuation de l'espèce humaine, qu'ils disent !

La mort et la déchéance sont indubitablement au bout de cette réforme qui résoudra au moins un problème majeur : celui de l'euthanasie.

Bon courage et à après !


Cui cui, le volatile ouf

lundi, 06 juillet 2009

L'année 2009 : le règne des succubes et des elfes noirs ?

Amis lecteurs,

Vous qui avez été nourris au lait des valeurs républicaines ou même religieuses, je comprends votre désarroi !

Depuis un couple d'années, vos idéaux, tels  que l'égalité, la solidarité, la rectitude, l'honnêteté, la fraternité, l'intelligence, la fidélité à ses idées, la loyauté, la compétence, le mérite sont devenus caducs au bénéfice d'une amoralité, voire d'une immoralité décomplexée. Sont apparues les nouvelles valeurs liges d'une société où l'argent facilement gagné, la corruption, la spéculation, la mise en place d'oligarchies, la cupidité, le mépris du peuple,  l'égoïsme, le copinage, les excès du pouvoir personnel, l'élitisme, la cooptation, le chacun pour soi, la malhonnêteté, la déférence, la lâcheté, la récompense des traîtres, représentent désormais les nouveaux repères d'une société française déboussolée.


FDcene.jpg


CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR L'AGRANDIR

La planète tourne t-elle à l'envers ?

Comment des élus aussi contestables que Jean-Paul Alduy et Patrick Balkany peuvent ils être si triomphalement réélus ?

Comment des Lois rejetées (Hadopi, travail du dimanche) peuvent se retrouver sans cesse remises à l'ouvrage ?

Comment les résultats d'un référendusuccube1.JPGm populaire peuvent-il passer par pertes et profits sans l'ombre d'un remord ?

Comment les profiteurs d'un libéralisme financier si contesté et si destructeur, peuvent-il poursuivre leurs errements en toute impunité ?

Comment des transfuges et des traîtres peuvent ils être autant célébrés ?

Comment les gouvernements peuvent ils accepter de verser autant d'aides aux banquiers sans contrepartie ?

Comment le parti au pouvoir peut il gagner les élections européennes malgré de si monstrueux échecs ?

Comment un président si ouvertement manipulateur, bonimenteur, peu scrupuleux parvient il à conserver une majorité de partisans ?

Comment la jouissance, l'ambition et l'individualisme ont t-ils pu remplacer si aisément les idéaux de la République ?

Comment des valeurs telles que l'argent, la notoriété et la richesse ont t-elles pu devenir l'étendard de toute réussite personnelle ?

Comment et pourquoi les médias parviennent ils à manipuler si facilement l'opinion ?

Existe t-il encore une moralité, un sens critique, ou des éclairs de lucidité chez nos compatriotes ?

L'heure est grave.

Républicains naïfs, citoyens endormis, Français trompés, Américains spoliés, Anglais ridiculisés, Allemands embobinés, il est enfin temps d'inventer une nouvelle forme de résistance.

Réfléchissez y pendant vos vacances estivales, allongés sur vos transats, un verre de soda avec une paille à la main, bien protégé à l'ombre d'un parasol, la plage de sable brûlant à proximité, car au retour, nul doute que les forces des ténèbres auront encore accru leur emprise et que le monde que vous retrouverez sera encore plus glacial...

"Errare humanum est, persevare diabolicum" ; "« Il est humain de se tromper, persévérer [dans l’erreur] est diabolique »".

Amis de la passivité bovine, de la dérision stérile et de l'ironie impuissante, faites comme moi : attendez sagement que le système s'écroule comme un chateau de cartes, préparez votre armure pour vous protéger car vous serez de toutes les manières les premiers ensevelis et broyés !

Il ne fallait pas l'inviter... Poils au nez.

Car nous sommes tous cocus... Poils au c...

Bonnes vacances aux militants de la transhumance estivale. Une pensée émue pour les autres, qui, comme moi, restent tout l'été à travailler.

À après !

PS : je n'ignore pas que les succubes sont des démons femelles, mais dans un souci d'éviter  toute discrimination positive, je les ai masculinisées.

Cui cui, le charognard ricanant.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu