Avertir le modérateur

vendredi, 12 juin 2009

Politique et économie : plus ça change, moins ça change…

Dites les amis ? Ne nous prendrait on pas pour des billes par hasard ?

Voilà une dizaine de mois qu'est apparue la crise économique du siècle - nous disait on - les Présidents et Ministres de tous les pays occidentaux nous promettaient des réformes monstrueuses, un rééquilibrage des richesses dans le monde, un arrêt des pratiques financières scandaleuses, la fin de la spéculation, la mise au pas des banques, la suppression des paradis fiscaux, la mise au ban d’un capitalisme inégalitaire et inique.

Bref ! On nous promettait une révolution économique et structurelle, un bouleversement des mentalités, l’abolition du libéralisme financier sauvage et de ses pratiques indignes. Et j'en passe et des meilleures !

écolos.jpg

Nicolas Sarkozy se situait à la pointe dans ce discours semi révolutionnaire. Lui  qui se vantait d’être le réformateur du capitalisme financier : et certains de le croire… Pauvres naïfs !

Puis on a découvert un premier magistrat qui allait sauver nos emplois partout ou la crise exerçait ses ravages : et certains d’espérer…. Pauvres niais !

Puis notre chef suprême nous a promis l’égalité des chances : et certains d’applaudir… Pauvres imbéciles !

Puis le chef de l’état qui déclare se saisir du problème des banlieues : et certains de s’enthousiasmer… Pauvres nigauds !

Désormais le Président se saisit de la question écologique : et certains de hurler de joie… Pauvres crédules !

Quel admirable comédien ! Capable d'enfiler toutes les casquettes, de promettre tout et son contraire, de grapiller des idées partout et de les lancer sous son label en sachant qu'elles ne seront jamais mises en chantier.

Une petite partie du peuple le suit, mobilisée et hypnotisée comme jamais, elle franchira le rubicon avec lui, quoi qu’il fasse et pourtant ce président est largement minoritaire dans notre pays si on fait le décompte précis des voix.

Indéniablement, c’est un bateleur exaltant : il me rappelle certains vendeurs démonstrateurs que je côtoie sur les marchés, ceux-ci vendent parfois des objets dont on ne saisit pas très bien l’utilité, mais qui grâce  à un bagout  décomplexé et à un argumentaire inouï , vous paraissent absolument nécessaires et indispensables. Forcément, vous vous laissez tenter malgré un prix un peu prohibitif et vous l’emmenez chez vous, pressé de l’essayer. Vous ouvrez la boîte, branchez l’appareil et bien sûr, celui ci tombe en panne trois jours plus tard.

Inutile de retourner au marché car le colporteur ne reviendra jamais. Et pour cause !

Journalistes.JPGMais dans notre cas, le bonimenteur Sarkozy reviendra en 2012. Il sera tellement convaincant, autocritique sur ses échecs, des trémolos dans la voix, les larmes aux yeux, promettant de faire mieux grâce à son expérience passée, qu’il parviendra à refourguer sa came pourrie aux mêmes qui l'ont cru il y a deux ans…

La naïveté, la crédulité et le sentimentalisme bêlant des citoyens sont incommensurables.

Décidément dans ce monde  fluctuant, plus les situations empirent, moins les doctrines et les hommes changent !

CQFD. Ce qu'il fallait démontrer.

Inutile de se voiler la face : les dirigeants occidentaux et les élites mondiales sont en train de rouler les populations dans la sciure. Y compris Obama et ses parlementaires pour le peuple américain  ! Les réformes annoncées n'auront jamais lieu, tout au plus quelques timides replâtrages ou maquillages capables de transformer un système vermoulu, rongé par les inégalités sociales et la corruption en un dispositif mu par les mêmes ressorts mais habillé d'une respectabilité juvénile louée par la propagande médiatique internationale.

Une chose est pourtant établie, amis de gauche et de droite épris de justice : malgré les déclarations fracassantes de certains philosophes et économistes, croyez moi, le Grand Soir n'est pas pour demain !

Poils aux mains.

À après.

Poils à la raie.

 

Cui cui, oiseau de mauvais augure.

vendredi, 29 mai 2009

Ces charlots qui nous gouvernent… Humour et dérision.

Amis villageois,

sarko 4.jpgCongés maladies restreints, confiscation de son véhicule en cas de délit mineur, pseudos terroristes (Coupat) incarcérés puis libérés 6 mois plus tard faute de preuves, délits d'opinions, des mouchards dans les ordinateurs (loopsi), des logiciels informatiques de flicage (Hadopi), des caméras partout, des portiques dans les écoles, incarcération des enfants, sécurité sociale dans le collimateur, soins de plus en plus chers, lois sociales démantelées, et la liste est loin d'être exhaustive !

On assiste en ce moment à un déchaînement, que dis je, à une surenchère de mesures et de propositions  les plus antisociales, les plus sécuritaires et les plus réactionnaires proposées depuis bien longtemps ! C’est à qui proposera  sa loi la plus liberticide, la plus rétrograde, la  plus ultra-libérale.

Une véritable fuite en avant ! Un vrai concours de réacs  où le moins démocrate s’emploie contre le plus fanatique de l’ordre, où, à contretemps, le plus fervent partisan de l’ultra libéralisme, doctrine qui a pourtant du plomb dans l’aile et a montré ses limites, fait la course avec la Miss « tout sécuritaire » où « cheveux longs et idées courtes »(FL), dans une course échevelée à travers le vieux pétainisme transcendental français, en compétition avec "Mon Adorable Mégère", remettent de concert, en cause tous les fondamentaux de notre société.

Et ces pitres d’appeler ceci des « réformes » !

Alors qu’il ne s’agit tout simplement que de grossières contre réformes.

Viendrait il l’idée d'un individu normalement constitué cérébralement d’appeler le retour au servage « une réforme » ? Serait il concevable de penser que la suppression partielle de la Sécurité Sociale soit un progrès ? Que le travail du dimanche fusse une avancée sociale ?

Ces gens là oui !

Ils ne maîtrisent plus le sens des mots : ils ne possèdent donc plus le sens de la mesure ; leur besoin d'ordre etCharlie_Chaplin1.jpg leur trouille du peuple  rebelle les rend fous et inconscients. Plus très loin sera le temps où ils se casseront les dents : c'est chose presque faite dans la plupart des strates de la société française hormis ces pauvres retraités incapables d'insoumission pour retrouver un semblant de dignité et d'émancipation...

Aussi, au nom du Village des NRV,  vais-je me permettre, dans la tradition qui est la nôtre depuis plus d’un an, de leurs proposer des mesures encore plus grotesques (certes, c’est difficile) pour aller encore plus loin dans la connerie destructrice car au royaume de l’absurde, les cinglés sont rois…

- Pourquoi ne pas supprimer les hôpitaux et introniser les opérations chirurgicales à domicile  ou ouvrir les cliniques vétérinaires aux malades pour résorber les déficits de la SS ?

- Autorisation de l’ouverture des commerces et services 24h/24, 7j/7 sur la base du volontariat bien sûr !  En pratiquant les deux « douze » (12h de travail – 12h de repos)

- Suppression des congés payés et remplacement par des congés à la carte, payants. Chacun paierait le droit à des congés sur la base du SMIG…

- Port de l’uniforme obligatoire à l ‘école après le passage obligatoire sous le portique de sécurité. La chanson « Président nous voilà… » sur l’air de « Maréchal, nous voilà » serait psalmodiée, la main sur le cœur, à chaque début de cours.

- La devise actuelle de la République « Liberté, Égalité, Fraternité » remplacée par « Travail, Discipline, Europe »

- Les retraites plafonnées à 600 € par personne. Un RSV (Revenu de Solidarité pour les Vieux) sur le modèle du RSA serait créé à condition que nos vieux travaillent jusqu’à leur décès.  Des ordinateurs spéciaux pour personnes alitées ou tremblantes seraient créés à cette occasion (NDLA : des emplois en plus !)

- Un limiteur de repos, boîtier obligatoire à porter à la ceinture, sur la base des disques de contrôle de circulation des camions pour vérifier que chaque citoyen travaille un minimum de 12h par jour, repas non compris.

Charlie_Chaplin3.jpgMonsieur Frédéric Lefebvre, Madame Michèle Alliot-Marie, Messieurs Xavier Darcos et Xavier Bertrand et autres amis réacs, il me reste des tonnes d’autres bonnes propositions à vous présenter. Envoyez nous un mail : nous restons à votre entière disposition pour affiner les méthodes destinées à affaiblir ou détruire toujours davantage la cohésion sociale de notre Pays.

Enfin pour terminer sur une note plus sérieuse, je propose, que désormais chaque Ministre ou chaque responsable politique recruté en fonction de ses compétences à créer des lois les plus liberticides et les plus antisociales , passe un examen  de passage : les critères de réussites seraient les suivants : bénéficier d’un caractère souple et soumis à son supérieur , possèder un QI en dessous de 80, jouir d'une appétence particulière pour les honneurs et surtout disposer d'une ambition inversemement proportionnelle à ses qualités morales.

Je  rassure les impétrants cités plus haut, ils ont passé leurs examens de Ministres et de porte-paroles avec brio… Chacun mérite son "Charlot d'argent" que le Village des NRV s'énorgueille de pouvoir lui offrir devant la presse mondiale, le "Charlot d'or" se trouvant entre de bonnes mains pour longtemps...

Amis de cui cui, saluit et profitez bien de la vie !

À après.

Cui cui fit l'oiseau, exemplaire rare de pacifiste corse.

vendredi, 10 avril 2009

Les aventures burlesques de ZorrObama contre la terrible bande des néolibs.

Tandis que l’autre jour, je regardais nonchalamment à la télévision un vieil épisode colorisé de Zorro réalisé par les studios Disney ; usé par une dure journée de travail, avachi dans mon fauteuil en skaï, à côté de la présence rassurante de Youki, mon vieux loulou blanc de Poméranie secoué de tics et écroulé sur sa chaise à portée de caresses, mes chaussons fourrés aux pieds, un béret basque d'origine controlée vissé sur le crâne, figé dans un état semi cataleptique ; je sombrai tout en suivant le feuilleton dans un lourd sommeil hypnotique…

Ob2.jpg

Don DiegObama de la Vega, jeune hobereau de l’establishment, élégant, distingué, bien élevé, propre sur lui, défenseur d’un système dont il était un des multiples piliers et bénéficiaires observait avec désespoir une bande de banquiers et de traders, sans foi ni loi, piller sans vergogne sa petite ville de province mexicaine.

Ses amis aristocrates, le vulgaire Berluscono, le rusé Browno, la potelée MerkeloCapt-2136001.jpg, le petit Sarkozo et le sergent Garcia Barroso pleuraient de désespoir à force de voir, non seulement leurs pays se fissurer, mais bien plus grave : leur caste oligarchique et le système dans lequel ils se prélassaient luxueusement, s’écrouler sous les coups de boutoir de la populace exaspérée par la responsabilité passée de cette noblesse indolente, incompétente et somme toute assez profiteuse.

Une décision sans appel s’imposait. ZorrObama sortit de l’ombre et déjà une certaine jubilation s'empara du peuple et de ses notables !

Amis ! Entendiez vous dans la nuit le claquement sec des ailes de ces vampires cupides affolés qui s’enfuyaient en voletant  maladroitement dans les recoins des Bourses ?

Hélas.

Mille fois hélas.

Un milliard de fois hélas.

Cette marche triomphale ne dura guère car ces charognards coriaces, la bande des néolibs comme on l’appelait avait non seulement pillé l’économie mondiale mais tenait de surcroît en ses mains, tous les fils invisibles du pouvoir et de l’argent. Elle  manipulait par ses lobbies et la corruption toute les oligarchies des pays ! L'élite était si compromise et la collusion entre les aristocrates et la bande apparaissait si patente que même ZorrObama se trouva complètement désorienté.

Les aristocrates rappelèrent promptement ZorrObama afin qu’il évitât de faire tomber en même temps que les responsables du désastre, leurs propres privilèges ! On trouva donc un consensus acceptable entre les néolibs et la caste dirigeante : les uns firent semblant de se repentir après moult démonstrations et les Capt-2219291.jpgautres de faire mine de changer les règles avec force battage sans toutefois trop de contraintes pour les premiers.

Sur la mappemonde les paradis fiscaux furent coloriés en gris  clair, ce fut la mesure principale...  Le peuple fut contraint de payer les pots cassés par solidarité avec les malheureuses banques et les louches financiers et tout rentra dans l'ordre comme par enchantement.

Fichtre ! Il valait mieux réaliser un tel accord plutôt que de perdre la tête sur un billot érigé par les gueux, n'est ce pas ?

Tchin tchin ! Le gros sergent Garcia Barroso, surnommé "la taupe argentée" par les initiés, trinque à votre santé et au renouvellement de son  mandat européen : la bande des néolibs peut, dès lors, entrevoir son avenir avec sérénité !

À El Paso, l’harmonie règne désormais ! Gloire soit rendue à ZorrObama, qui, par son intervention médiatique et spectaculaire a préservé notre société fraternelle et équitable !

Une musique stridente retentit, je sortis de ma léthargie en maugréant… Youki ronflait comme un bienheureux, agité par ses spasmes. Un écran de publicité passait sur l'écran. J'avais la bouche pâteuse...

Sincèrement, Villageois(es), je vais vous faire une confidence : je me demande bien où les auteurs vont chercher des scénarios aussi incohérents, invraisemblales et absurdes ?

Indécis, ennemis et amis de cui cui, jolie nuit !

À après ; mujer y hombre.

 

Cui cui l’oie Zorro beau. (bof)

 

vendredi, 27 mars 2009

Nicolas Sarkozy, la banane et les moulins.

Ave, camarades villageois(es) !

Notre illustre représentant suprême, avec le délicieux manque d'humilité et la dangereuse décomplexion qui le caractérisent - pourquoi se gênerait il , entouré qu'il est par une meute de chiens d'apparats avides de friandises et de cajoleries ? - a déclaré tout à trac, tenez vous bien :

quichotte.jpg- "Je me fais taper dessus mais j'ai la banane, c'est dur pour moi, mais en même temps je rêvais d'être Président de la République ('Râââ lovely', comme dirait Gotlib - NDLA) et je le suis donc ça va !" Admirez au passage la profondeur de la pensée, mais bon ! Demande t-on à Superman de prononcer les paroles d'Othello ? Non, bien sûr, il ne s'agit pas de la même BD ni du même auteur.

Et, d'ajouter entre autres, je cite :

- [... La période est formidable pour nous parce qu'on se tourne vers nous les politiques.

Mouais ! Quand on voit le résultat, d'autres trouveraient peut être plus efficace de se tourner vers Dieu ou vers un mage quelconque et on pourrait aisément les comprendre dès l'instant qu'ils évitent le Diable...

Enfin bref ! Là n'était pas mon propos initial.

En vérité, au départ, je voulais parler du discours donges.jpegde notre Guide à Saint Quentin et figurez, les amis que je ne pouvais que résumer ce meeting de 2 heures par une page blanche : j'aurais évidemment et fort justement essuyé votre ire et votre courroux. Aussi, après maintes réflexions j'ai voulu enfin associer l'actuel locataire de l'Élysée à un symbole fort et j'y suis parvenu après des nuits d'insomnie !

Le Président devrait mettre un blason sur le drapeau de la République comme il en a le droit et comme Giscard ne s'en privait pas, il y a bien longtemps.

Monsieur le Président , je vous propose, comme symbole, le moulin et voici pourquoi :

moulinpriere.jpgD'abord le moulin à vent : Vous déplacez infiniment d'air, tounez, générez du vent, et au résultat les ailes du moulin ne font que tourner en rond ! Brasser du vent signifie pour vous, agir, un peu à la manière d'un épileptique en pleine crise dont on dirait qu'il est hyper actif ou d'un asthmatique qu'il a du souffle...

Ensuite le moulin à paroles : que de discours, déclarations, potins, interviews, phrases, grandiloquences sans éloquence, insultes, messages télévisés pour si peu d'action !

Puis un moulin à prières : ah ! Que n'allez vous réformer le capitalisme mondial, que n'allez vous  tancer  le patronat, que n'allez vous moraliser, avec Barack, la finance internationale l Billevesées : vous en êtes depuis le début de la crise à courir derrière les évènement et JAMAIS à les précéder.

Mais aussi un moulin à poivre : qui éternue ? Les plus pauvres, les retraités, les classes moyennes dont certains sont encore dupes mais si les impôts n'augmentent pas, que dire des taxes et autres franchises, mon cher Tartuffe ?drap2.jpg

Enfin le moulin à légumes : vous faites de notre Pays, de par l'absence de grand dessein et de véritables réformes,  la France, pays homogène et relativement fraternel, un salmigondis d'intérêts opposés, une société basée sur l'organisation anglo saxonne dominante, une Nation  de moins en moins cohésive, de plus en plus égoïste et repliée sur elle, un Pays de trouillards et de petits rentiers. Le fric, mon pauvre président, dont vous ne cessez de faire l'apologie n'a jamais été le ciment ni d'un État conquérant ni d'une société équilibrée en mouvement . C'est la raison pour laquelle j'ai bien peur que vous restiez probablement dans l'Histoire, un petit, un accident politique, un asticot évènementiel, un vermisseau historique...

Aussi, Nico, si tu m'autorises à t'appeler ainsi, je vais me permettre de donner un conseil de petit citoyen du Tiers  État au grand citoyen de la Haute qui se la pète grave parce qu'il a la banane et le pouvoir :

À force de prendre le melon et de ramener ta pomme à tout propos, à force ddrapeau1.JPGe prendre les Français pour des poires, on va tous finir par sucrer des fraises et la France de terminer en compote, tout ceci pour avoir voté pour un président à la noix...

Nos cinq fruits quotidiens y sont : mission accomplie, vous pouvez vous recoucher.

À après.

Cui cui l'oiseau de paradis, forcément populiste, démagogue, poujadiste et prétentieux.

 

lundi, 09 février 2009

Une odeur européenne

ph020200.jpg
"Les mots de préférence nationale n'ont aucune raison d'être présentés comme des tabous" N. SARKOZY

 

En Grande-Bretagne, les ouvriers ont réussi à récupérer des emplois proposés à des portugais. La raffinerie avait recruté des compétences à bas prix. Cette course au profit ignore totalement le concept de « l'immigration choisie », la rentabilité maximale ne s'encombre pas de frontières politiquement correctes.

L'Italie donne un tour de vis sécuritaire en condamnant l'aide médicale aux immigrés et en encourageant la dénonciation.

La France se drape dans une pseudo dignité avec le prétexte d'une délation dont l'objectif serait de frapper les réseaux de passeurs.

L'insupportable dérive a été franchie avant l'appel au comportement républicain par cet employé de mairie.

L'hostilité des ouvriers anglais à l'encontre des portugais pourtant engagés par la raffinerie montre à quel point les états sont les acteurs de la stigmatisation. Les gouvernements se contentent de mise en garde mollassonnes contre les entreprises. L'immigration est encadrée par des lois à application individuelle. L'étranger porte sur ses seuls épaules la responsabilité du chômage du natif.

 

A-t-on simplement envisagé de poursuivre les nombreux groupes responsables d'immigrations massives de la main d'œuvre ? A-t-on réellement pris des mesures dissuasives contre les délocalisations ?
Évidemment, je ne vous ferai pas plus injure avec ces questions dont vous connaissez à l'avance les réponses.

 

La crise internationale met en exergue l'immigration et les questions sécuritaires dans toute l'Europe.

 

La faillite pourrait être endiguée avant tout en se débarrassant de ces hordes d'étrangers fainéants à la charge totale des pays.

 

L'étranger vient se goinfrer sans vergogne, profiter des systèmes médicaux, voler le boulot des honnêtes travailleurs etc...

 

L'étranger est potentiellement un profiteur.

 

Dénoncer est un devoir, après tout; quand Monsieur Diaby* finit sa journée de travail sur son chantier, il fume des pétards avec son fils et téléphone à son réseau pour négocier les nouvelles arrivées en masse.

 

M. Diaby* est très rusé, utiliser un marteau piqueur ou soulever une poubelle, ça permet de payer l'ISF sans se faire remarquer.


Agathe

* Monsieur Diaby est un nom similaire à Martin, Dupont ou à Joe le plombier au Mali ...

 

Un lien découvert après l’écriture de mon billet comme quoi les petits esprits…

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu