Avertir le modérateur

lundi, 13 décembre 2010

le songe d'alain delon

delonaprisuncoudeveiu.jpg

Bon, d'accord ...
mais il n'est pas le seul !
C'est sans doute ce qui explique l'intérêt de ses concitoyens pour le problème des retraites. Soucieux des préoccupations parfaitement fondées d'Alain Delon, comme de la grande majorité de ses concitoyens Bernard Friot a résolu de les éclairer sur les véritables enjeux de la réforme des retraites, et mine de rien, il nous donne une superbe leçon de chose pour expliciter « le fétiche de la marchandise et son secret » , à l'usage du « français moyen »  .
Deux heures de conférence/débat , passionnantes et stimulantes qui certainement intéresseront Alain Delon , et quelques autres provisoirement moins affectés ...

mardi, 09 novembre 2010

La tarte est méritoire

murakami2b.jpg

Ô temps libérés ,
Ô heures nouvelles et propices à l’épanouissement de l’homme nouveau .

Voici venu l’âge soulagé du poids du sensible, par l’œuvre salutaire de l’industrie, du marché et de sa circulation .
Grâce aux empreintes génitales nous pouvons enfin prendre la mesure de la baisse de la fellation , désormais réprouvée au manège enchanté , et y voir une des causes que tout part à veau l'eau autour de Zebulon .
Déjà on ne le voit plus s’animer avec ce ressort qui naguère encore propulsait ses rebonds.
Déjà une langueur monotone semble assoupir l’élan décomplexé de l’histrion, à l’instar de ses courtisanes en panne de privautés et de ses spadassins qui ne savent plus refouler leur frustration
Déjà le parterre s’est vidé de sa claque n’y laissant plus que quelques vieilles gloires avinées pour hoqueter le dépit dont est faite leur approbation.

Alors ?
Alors que reste-t-il pour divertir l’opinion et ses démocrates spontanés, maintenant que les piles énergétiques de bouffon sont épuisées ?
Des informe-ations, des images … des voix.
Une voix parmi celles-là.
Une voix qui s’élève dans les volutes de fumée . Une voix qui crachote et annone entre deux grimaces l’hagiographie du règne des malins , des riches, des célèbres, de la veulerie cynique répandue dans le grand style journalistique de l’époque du formatage vulgaire , insignifiant et satisfait.
Cette voix leur dit, dans cette langue atone qui lui sied , sans s’encombrer de vaine finesse , et dans la simple affirmation de sa médiocrité, assumée aux frais d’une vanité sans nuance ;
cette voix leur dit que les pauvres et les nigauds ( qui par un heureux hasard sont les mêmes ) n’ont que ce qu’ils méritent, et que le darwinisme social est en train d’achever son oeuvre inéluctable, au profit des mieux pourvus à l’étal des privilèges et des intrigues de cour.
Cette voix est entendue, par ceux là qui la font résonner partout, et y font d’autant plus et mieux écho qu’ils s’y retrouvent. Car ils parlent la même novlangue . Le même sabir inconsistant dont sont faites les nouvelles et l’actualité du monde de la presse et de la radiovision , le même Volapük porté par les ondes et les bits jusqu’aux écrans et aux écouteurs prothétiques de l’humanité virtuelle , cette espèce nouvelle dont ils célèbrent en chœur l’avènement.
Vite, le Goncourt ! pour cette voix parfaitement accordée à celle du divin marché, à l’image de Versailles pour les Pokemons après les Mickeys siliconés emblématiques du premier age du Bouffonisme au musée.
Ainsi donc vont les hérauts de la post-modernité dans la prose décomplexée, chère au médiocrates. Délestés des derniers scrupules de l’espèce, jadis forgés par les millénaires de l’ancienne culture, ils vont d’un pas léger vers les lendemains communautaires que leur promet leur évolution décisive.
Ils ont tout compris de ce qui permet « la vie bonne » en ces temps de post-humanité revendiquée, et pour alimenter la machine à la reproduire déploient ce savoir neuf dans des livres promus et répandus ad nauseam, par leurs pairs : journalistes , intellectuels, politiques.

Ainsi donc bouffon peut désormais partir se reposer sur les décombres du monde ancien dont il fut un des symptômes du délabrement , et profiter enfin du pactole amassé.
La relève du « spectacle intégré » est assurée. Avec des légions de Houaileberk, Démente et autres cyborgs écrivants, si efficacement « emblématiques » que la représentation nationale et ses relais politiques sont désormais superfétatoires.

Ça tombe bien.

Urbain


 

lundi, 31 mai 2010

Le précieux ridicule, Molière update.

 

 

homme-aux-deux-cerveaux-03-g.jpg

 

 

«Vous savez quand on pense à ce qu'a fait François Mitterrand en ramenant l'âge légal du départ à la retraite de 65 à 60 ans ! On aurait beaucoup moins de problème s'il s'était abstenu

 

Merveilleux ! Du haut vol … Navrant mais amusant de se livrer au même exercice ...

 

Si Mitterrand n'avait pas aboli la peine de mort, aujourd'hui il y aurait de la place dans les prisons ...

 

Et l'esclavage ? Sans la fin de la traite des hommes, le chômage n'existerait plus. Sans compter sur l'économie substantielle de personnel et de charges afférentes dans certains ministères

 

Et si pour faire court, nous n'avions pas appliqué le programme du CNR ?


Denis Kessler, ancien vice-président du MEDEF, a déclaré dans le magazine Challenges (4 octobre 2007) qu'il fallait "défaire méthodiquement le programme du CNR" en précisant : "le gouvernement s'y emploie".

 

« Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d'importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme... A y regarder de plus près, on constate qu'il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C'est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s'agit aujourd'hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance !. » [5].

Un vice-président du Medef qui le dit, tout de même …

Au jour d'aujourd'hui, si l'on suit les préceptes brillants de notre président, nous serions semblables à nos frères américains, au lendemain d'un progrès incroyable pour eux, une couverture maladie pour les plus pauvres ?

Débarrassés de ce qui plombe l'économie française ?

 

Au fait, comment se portent les finances américaines avec tout cet assistanat dispendieux en moins ?

Un marasme semblable voire pire que le nôtre ?

Au travers des vidéos évoquant les anciennes déclarations du chef de l'Etat, on ne peut que constater l'inconsistance de ses propos, ses mensonges (d'aplomb) avec pour seule visée l'image et la communication …

Le ridicule ne tue pas.

 

Le voilà, le modèle économique parfait.

 

Le profit.

 

Un point c'est tout.

 

Le point, c'est nous.

 

Agathe

lundi, 24 mai 2010

Revue de stress

 

1444dbf3c58f506a95bba3703a13e429.jpg

 

"Catastrophe aérienne en Inde : 87 corps identifiés, la recherche des boîtes noires se poursuit."

Ha, encore... En Inde... C'est pas le Brésil ? Ou le Pakistan. Plus de morts, non ? Je les confonds tous...

 


"L'ETA décapitée par un nouveau coup de filet en France."

Ha, encore... Il en reste ? C'était pas déjà fini la dernière fois..? Quand, au fait ? Je sais plus trop...

 


« Les annonces de la direction, c'est encore mille salariés sur le carreau. Que ce soit sous la forme de départs volontaires ou de licenciements, c'est colossal."

Ha, encore un... C'est qui, eux, hein ? Continental ? Molex ? C'est souvent, hein... Je suis un peu perdue...



"Nicolas Sarkozy s'est offert, mardi 20 avril, une tournée en Seine-Saint-Denis pour réaffirmer son engagement dans la lutte contre l'insécurité."

Ha, oui, encore... C'est pas réglé, ça !? Ca revient souvent, non ? J'écoute plus trop...

 

 

"Une équipe de sauveteurs comprenant des plongeurs a entamé aujourd'hui vers 9 h 30 la descente du gouffre de Romy, à proximité de La Pierre-Saint-Martin (Pyrénées-Atlantiques), pour atteindre trois spéléologues bloqués à 700 mètres sous terre."

Ha, encore... Ils n'ont pas été sauvés déjà, non ? C'est des nouveaux ? Ca change tout le temps et c'est toujours pareil...

 


"Un violent tremblement de terre d’une magnitude de 8,8 a touché le Chili ce matin. Le dernier bilan officiel provisoire fait état de 214 morts, selon les secours. "


Ha, encore un... C'était pas Tahiti ? C'est un autre, alors... Il y en a trop. Kobé ? Je me remets à peine du précédent...

 


"Il tue sa femme avec son arme de service puis se suicide."


Heu... A France-Telecom ? Un flic ? La mort, c'est toujours pareil, non ?

 

 

« Karachi ? Pasqua ... »


Ha, encore des magouilles, des financements véreux ? Il y a eu Balkany et tellement d'autres, j'ai un trou de mémoire…

 

 

"Nicolas Sarkozy a présenté durant une heure  une série de mesures destinées à lutter contre les violences à l’école et l’absentéisme."


Ha, ça, c'est nouveau ! Non, je connais... Je ne sais plus trop... C'est pas le même qu'en avril ?

 



"Vers une « Troisième Intifada » ?


Trois ? Ha... Ca passe vite...



"Nicolas Sarkozy a invité le reste du monde à tirer les conséquences de la crise financière."

 


Hein ?

 

 

 

 

" Avant la télévision, deux guerres mondiales. Après la télévision, zéro." 

Slogan publicitaire de la chaîne ABC

 

 

 

Agathe

 

Merci à f

 

L498xH337_png_Image_6-9-fd593.png

http://www.poptronics.fr/Alvin-Lucier-s-asseoit-sonore-au

 

Pour les quelques téméraires qui voudraient écouter la pièce de Lucier :

Ici

 

lundi, 10 mai 2010

La mort du petit commerce

 

 

niqab.jpg

 

 

Le sujet politique crucial du moment, la loi sur l'interdiction de la burqa inquiète au plus haut point quelques petits commerçants, fidèle à mon côté « Robin des bois », je me devais d'y revenir même si on a beaucoup lu sur le sujet.

 

Prenons, par exemple, Van Cleef & Arpels, Mauboussin ou Boucheron, pour n'en citer que quelques-uns, c'est une belle partie du chiffre d'affaires perdu à jamais. Les princesses du moyen-orient ne pourront plus y être accueillies dans leurs costumes suppresseurs de liberté de la femme.

 

 

Prenons, par exemple, les Galeries Lafayette dont la privatisation, de certains étages, n'altérait en rien la rentabilité financière annuelle lors de la venue des princes d'Arabie Saoudite, flanqués de leurs escouades de burqas d'acheteuses compulsives.

 

 

Prenons, par exemple, les petits hôtels de notre belle capitale, le Ritz, le Crillon, le George V, le Plaza Athénée contraints de refuser cette clientèle, indigne des droits de l'Homme (au féminin), les plus élémentaires. Sans oublier nos jolis lieux touristiques comme la côte d'azur, délestés de ces touristes bien trop voyants.

 

 

Prenons, par exemple, les petites compagnies de Jets privés et leurs sous-traitants loueurs de limousines, ces deux petites activités imbriquées ne se remettront pas de l'interdiction de ces clients embarrassants.

 

 

Qu'en sera-t-il également de l'acquisition immobilière par avenues entières ? C'est aussi un secteur dont le souci du traitement fait aux femmes se devra de refuser toute tractation commerciale pour l'exemplarité républicaine.

 

 

Le petit commerce ne s'en remettra pas.

 

 

Nicolas serait un de(y) croissant ?

 

burka.jpg

 

Agathe

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu