Avertir le modérateur

mercredi, 12 mai 2010

"Vous vivez au dessus de vos moyens !" nous réprimandent ils !

Salut les gros loups !

Vous ne pouvez échapper, en ces moments délicats, sur quasiment tous les médias et supports français, à ce déluge de propagande de bien-pensance néo-libérale , à chaque jour passé de subir un blitzkrieg de bourrage de crâne pour inculquer les thèses du divin marché  à nos concitoyens obtus,   à chaque heure écoulée de supporter la violence d'un feu roulant d'endoctrinement pour justifier les prochaines mesures d'austérité et surtout d'insister particulièrement sur le fait que le petit peuple est responsable d'avoir vécu au dessus de ses moyens et que désormais il se doit de payer sévèrement ses excès passés !

Tragique ?

Comique ?

On ne sait plus !

Fillon1.jpg

Vous comprenez l'importance de tenir les médias car même s'ils coûtent plus chers qu'une danseuse, ils restent une assurance inespérée pour faire passer politiquement la logique et les idées de l'establishment auprès des téléspectateurs de Lagaff de TF1 et du karaoké de Nagui, voire d'ébranler les certitudes des plus dubitatifs d'entre nous !

Et ça marche !

"Français, vous vivez au-dessus de vos moyens !" vitupèrent avec une certaine impudeur les Aphatie et autres élites qui gagnent en 1 mois ma rémunération de 2 ans. Faut-il en rire ou en pleurer ? Ces gens là ont ils une âme ? Sont ils si déconnectés du quotidien des Français ? Ou leur arrogance ne connaît elle plus de limites ? Cette inlassable ritournelle serinée par beaucoup de nos braves politiques, assénée par les sempiternels experts en économie ou philosophes en mal de reconnaissance dans des émissions dites culturelles comme celle de Taddéi sur France 3, voire celle de Calvi (C dans l'air) où on croise toujours les mêmes personnalités indigentes et usées jusqu'à la trame, nourrit intarissablement les mêmes discours convenus !

"Les Français sont paresseux ! Travaillez plus, encore plus, toujours plus, bandes de feignants" hurlent à l'unisson le Medef, l'UMP et les rédacteurs en chef et autres directeurs des magazines et quotidiens à l'intention de tous ceux qui tirent le diable par la queue depuis longtemps alors que le chômage continue de ravager la société française ! Et ces médiocres de vouloir prolonger l'âge de la retraite lorsque 2 citoyens sur 3 de plus de 55 ans sont sans emploi  ! Cherchez l'erreur !

"Les avantages, cela suffit : il faut rogner sur les dépenses de santé, limer les retraite, couper dans les prestations sociales" gémissent nos oligarques qui gagnent indécemment leur vie en pratiquant un boulot gratifiant.

joueurFlute.jpgParfois, le ton comminatoire utilisé par nos élites pour nous accuser, nous autres, petits citoyens,  d'être les principaux fautifs de la catastrophe financière, frôle l'accusation pure et simple du délit de vol, de trafic, de pratiques illicites, de parasitisme !

C'est un peu fort de café, non ?

Les cons !

Parce que les sacrifices consentis ne seront jamais les mêmes pour tous, n'est ce pas ?

Bien sûr, pour les plus riches, un mois ou deux en moins ne représentera pas un gros sacrifice. Passer d'une rémunération de 25.000  à 20.000 € /mois ou même de 5000 à 4200 € /mois n'éveille pas de compassion particulière ; mais passer de 1300 € à 1100 est autrement plus délicat !

Depuis 15 ans que la crise existe (la 1ère guerre du Golfe), et plus précisément depuis l'avènement de l'euro, je rame comme un naufragé, les dépenses de santé grimpent exponentiellement, les factures de gaz, d'électricité, d'assurances, d'alimentation, d'essence explosent,  : il manque un cran à ma ceinture pour la resserrer... Qui fait encore confiance aux indices INSEE du coût de la vie ?

Quand on pense que nos responsables politiques européens ont complètement abdiqué face aux structures des marchés alors que les dettes publiques et privées (notamment les crédits à la consommation irrécupérables) des pays de la zone euro sont infiniment moins lourdes que celles des USA, du Japon et de la Grande Bretagne : les arguments qu'on vous sert sur un plateau, chers Villageois(es), pour justifier une politique de rigueur ne tiennent pas vraiment la route... Y aurait il un complot anglo-saxon pour casser la croissance du continent européen ? On ne s'y prendrait pas autrement si on voulait nous mettre sur la touche... Parce que, l'austérité induira forcément une récession et une baisse de la consommation pour longtemps dont les classes les plus précarisées feront fatalement les frais.

Attention ! Cyclone social à l'horizon.

Quant à tous ceux qui nous accablent de reproches, de conseils et de récriminations : je les trouve bien mal placés pour nous donner des leçons. D'autant que pour la plupart, je ne suis pas convaincu que leurs gras émoluments correspondent à leurs capacités ni que leur activité soit excessive : le vendredi après midi, je m'amuse beaucoup de la désertification des beaux quartiers parisiens et de la banlieue ouest, hâvres douillets des "meilleurs d'entre nous"...

Cette ceinture que vous nous demandez de toujours plus sangler, prescripteurs insolents et arrogants, méfiez vous qu'elle ne finisse par servir à vous baillonner ou vous pendre !

Copains d'ailleurs, lecteurs habituels ou exceptionnels, merci d'avoir lu jusqu'au bout ce misérable brûlot populiste, torche-cul démagogique et piètre tract anarcho-poujadiste ; à la revoyure et "longue vie" à l'oligarchie des énarques, politiques et industriels cupides, celle-ci nous conduit glorieusement, sans état d'âme et sans partage, pour son seul profit depuis 50 ans, vers les affres du divin marché et nous propulse sans remords sous le joug et le couperet de la spéculation !

Il faudra bien, un jour que j'espère proche, rendre des comptes.

Vendredi, je vous proposerai un de ces grossiers et piteux pastiches à peine drôle sur une de mes idoles de gauche pour vous sortir péniblement de la morosité et la léthargie ambiante...

À bon chat, bon oiseau...

À après.

 

Cui cui fit l'oiseau,  french hell's bird and featherless populist chicken.

vendredi, 23 avril 2010

Hortefeux les pompiers, y a la maison qui brûle !

Ce pastiche est à consommer frappé.


jivaro3.jpg

 

Selon un sondage "Opinion NRV", 83% des

Français estiment qu'il existe un Auvergnat

incompétent de trop au Ministère de l'Intérieur.


hort.jpg

Photo choisie par Étienne Courgeotte.

Reportage réalisé par Anne Fulca, journaliste de la section Dassault n°1 et accessoirement ex d'un futur ex...


C'est au pas de charge que notre petit mais fringant Guide Présidentiel a entamé son périple en Seine Saint Denis, suivi de son fidèle Auvergnat, Brice Hortefeux, la truffe frétillante ; tous deux escortés par 647 CRS suréquipés.

Pour la 78ème fois, il a réaffirmé son engagement contre la racaille et sa détermination à en finir avec l'insécurité devant un parterre de journalistes hilares et goguenards.

Il a déclaré, par ailleurs, vouloir mener, je cite, "une action en profondeur" sous les quolibets de quelques habitants de quartiers maintenus à distance respectable. Pour la 113ème fois, il a assuré que "la République ne reculera pas d'un millimètre" devant une assistance franchement rigolarde.

En effet, le cœur, n'y était plus et la répétition insensée de rodomontades, d'annonces de matamore et de tartarinades ne semblait plus produire ses effets si ce n'est quelques sourires condescendants, voire pour certains un rire gêné.

Monsieur Brice Hortefeux a été chargé par le Président de mener à bien cette bataille contre la criminalité  et les incivilités . Cette mission est d'autant plus difficile que le Ministre de l'Intérieur ne jouit pas auprès des Français, selon notre sondage "Opinion NRV *" d'une estime à toute épreuve.

Des mesures phares ont été annoncées : désormais, l'absentéisme scolaire entraînera de la part de l'État une suppression des allocations familiales aux parents, le stationnement dans les halls d'immeubles sera sévèrement puni et le port de la burqa prohibé.

Un individu en burqa ou portant une cagoule, fumant un pétard, habitant Franconville, stationnant dans les halls d'immeubles pendant les heures de classe risquera probablement la réclusion criminelle à perpétuité selon les nouveaux canons législatifs.

"Le Jivaro", quotidien patriote ne peut que se réjouir de mesures aussi fermes et coercitives destinées à remettre un peu d'Ordre et de Discipline dans un pays infecté par le gauchisme, l'incivilité, le laxisme, une Liberté mal utilisée et la contestation systématique sur Internet du Pouvoir établi.

D'après un sondage confidentiel réalisé auprès de nos lecteurs, 72 % verraient bien Madame Marine Le Pen accéder au Ministère de l'Intérieur en remplacement de Monsieur Brice Hortefeux. Selon des sources autorisées, Le Président envisagerait l'hypothèse avec des préjugés favorables juste avant d'entamer sa campagne présidentielle de 2012.

* Organisme fantaisiste à ne pas confondre avec  la référence planétaire en la matière, "Opinion way", le fameux institut dont les  résultats indiscutables impressionnent tant le monde du sondage et de la politique.

Pcc Anne Fulca, ex.


Amis du Village, bon week end, un salut ému à ceux qui quittent la scène des blogs et n'oubliez pas de fréquenter les bons endroits qui persistent opiniâtrement !

 

Cui cui, le bla(o)gueur qui ne se prend pas au sérieux.


vendredi, 12 mars 2010

Soup - opéra [1/6]

 

 

160535_2704688.jpg

 

Incidemment, la télé était allumée, et j’entendais l’animatrice de l’émission poser une question à l’actuelle première secrétaire du Parti Socialiste, quelque chose comme : « Durant ce meeting, de quoi allez-vous débattre ? » Aubry répond : « Nous allons débattre de ce qui intéresse les Français – de la privatisation de la Poste, des bas salaires, des fins de mois difficiles… ». Et là, ça m’a agacé ! Les « fins de mois difficiles », sans blague ! Les gens se font exploiter, et ils ont « des fins de mois difficiles » ! Coluche, il disait un truc comme : « Nous, on a des fins de mois difficiles, surtout à partir des trois premiers jours ! »

- Oui, c’est la LQR ! C’est comme ça ; et c’est partout !

- Ils n’ont rien trouvé pour les muets ?

- Euh, non. Sans doute, parce qu’on ne les entendra pas la ramener ! (pause) Au début, c’était marrant même ! Pour les activités professionnelles, le truc de base, c’était de dire à la place de « balayeur »…

- …« technicien de surface ».

- Maintenant, on dit même : le « personnel (ou agent) d’entretien ». Ça en jette, un peu plus ! Du coup, à la place du « concierge », on a eu le « gardien d’immeuble » ; à la place de la « bonne à tout faire », l’ « employée de maison » – qui est devenue… l’ « aide ménagère » !

- Ah, très fort ! Tiens, il n’y a plus de « facteurs »…

- Des postiers ?

- Mais non, c’est trop ringard, ça ! Des « préposés au courrier » !

- Bieeen ! Mais, j’ai mieux ! Il n’y a plus de banquiers !

- Ah ?

- Eh, non ! Il y a des « conseillers financiers » !

- Ah, oui !

- De même qu’il n’y a plus d’avocats…

- Il y a des conseillers juridiques. C’est bon, c’est rentré ! Et les médecins ?

- « Docteur », comme statut social, ça va. Ça ne craint pas pour eux…

- Enfin, il y a les « psys », qui sont devenus des « analystes ». Bref, passons.

- Tiens, un euphémisme qui est marrant… Tu sais par quoi ils ont remplacé « secrétaires » ?

- Attends, je réfléchis… euh, non.

- C’est facile, pourtant ! Ce sont des… « assistantes de direction »…

- Il n’y a plus de chefs, il y a des « cadres ».

- …ce qui est marrant, c’est qu’ils ont dû changer pour « assistantes sociales »…

- Ah ?

- Elles, elles sont devenues des « référentes sociales ». Eh oui, ça tombe sous le sens ! Quand tu vas au bureau d’aide sociale – pas d’ « assistance publique », hein –, tu te « réfères » à quelqu’un !

- Il n’y a plus de « chômeurs », mais…

- Des « demandeurs d’emploi ». Et il n’y a pas de « licenciements massifs », mais des « plans de restructuration » !

- Pour le statut social, il n’y a plus de « patrons », mais…

- Non, je sèche.

- Des « en-tre-pre-neurs » ! Pour les putes, c’est pareil. Il n’y a plus de « prostituées », ni de « filles de joie », ni de « femmes publiques »…

- …mais des « travailleurs du sexe ». Il faut laisser le masculin, pour ne pas faire tort aux travestis, et aux homosexuels !

- Hop ! Je t’arrête tout de suite ! Il n’y a plus d’homosexuels !

- Ah ? Attends, je cherche… Les « homos » ? Non, je ne vois pas.

- C’est plus les « pédales », ni les « tatas ». C’est qu’il faut passer par l’anglais ! Il faut dire… « gay » ! En anglais, ça passe mieux ! C’est plus joyeux !

- Pour l’anglais, ils ont remplacer la nounou, par la « baby sitter »…

- Avant il y avait la dame de compagnie, et c’est devenue la « mamie-sitter » !

- Eh, tu as remarqué, il n’y a plus de « petits boulots »…

- Ah ! « petit », ça ne fait pas bien…

- On a des « jobs »…

- Tu rigoles ? Y a mieux !

- Ah ?

- On fait… des « travaux d’appoint » !

- Waouh ! Mieux que « travail alimentaire » ou « emploi de complément » !

- Pour ne pas parler de travail jetable, ils disent : « travail précaire » ! Même plus « temporaire »…

- Il y en a qui parlent d’ « intellectuel précaire »…

- Ce sont des intellectuels, qui réfléchissent de temps en temps… une semaine sur deux !

- Ou alors, qui n’en a plus pour longtemps !

- Et t’en as d’autres, qui le sont à durée indéterminée… Ils disent « philosophes médiatiques ». Comme Béchamelle.

 

[fin de la première partie]


par Albin Didon

jeudi, 04 février 2010

Opération : Tranquillité seniors

operation.jpg

 

OPÉRATION TRANQUILLITÉ  SENIORS
Le film prémonitoire  
qui annonce avec un réalisme hallucinant les plus terrifiantes hypothèses  
dans un futur

si proche ...

Ou comment un fantastique projet des idéologues fous pourrait devenir une horrible réalité. Le film de Franklin Schaffner démontait, il y a déjà 25 ans les mécanismes socio-politiques pervers qui pourraient aujourd’hui faire basculer notre vie à tous .


Urbain

 

Extrait :


Opération "tranquillité seniors"
envoyé par urbain_glandier. - L'info video en direct.

lundi, 25 janvier 2010

Ce lundi soir, sur TF1, le 12éme épisode du téléfilm, "Le tricheur".

Avertissement préalable : dans cette fiction, toute ressemblance ou toute allusion à des faits réels ne serait que pure coïncidence.

Mes chers amis,

On savait que TF1 avait la fâcheuse propension à se moquer de nous autres, fidèles téléspectateurs, mais j'avoue que cette fois, notre chaîne préférée a poussé le bouchon un peu loin !

Nous infliger un 12ème épisode de ce feuilleton branlant, une série C dont le réalisme est si incertain et les caricatures si sommaires qu'ils me poussent, en temps que téléspectateur moyen, à vous inciter fortement à l'abstention.

Aussi dans un geste inouï de révolte, je m'en vais vous narrer les maigres péripéties de cet épisode, que je me suis secrètement procuré, afin que vous vous consacriez à une autre chaîne où d'excellents films seront diffusés.

Je résume en quelques phrases les épisodes précédents des 11 précédents téléfilms : Sarkoko est un catcheur de 3ème catégorie au physique gracile. Grâce à de nombreuses relations douteuses et poussé par une presse subjuguée, ce personnage envoûtant doué d'une faconde prodigieuse,  bénéficiant de victoires incertaines lors de matchs truqués par des arbitres corrompus, est parvenu au faîte de la gloire dans l'univers malsain du catch.

affichezenith1.jpg

La 1ère séquence se déroule dans un bouge appartenant à une terrible organisation  "Team of Fuckers number one" Sarkoko rencontre Lolo Ferrara, blondinette zozotante à l'apparence "bon chic bon genre" et peu farouche envers le mâle dominant, une de ses anciennes "connaissances", barmaid de son état ; il se dit même dans le milieu que Sarkoko aurait insisté pour lui trouver cet emploi au grand dam de Claire Chasselas, la veuve joyeuse de Patrice Piment d'Amour, rivale qui possédait pourtant des râtiches qui cavalaient après la barbaque ; bref ! La douce et tendre complicité qui les unissait depuis toujours avait fait jaser le sérail du catch mais ces deux là avaient surtout en commun une ambition dévorante.

Sarkoko avait eu une idée mirobolante pour réactiver une carrière sur le déclin : lancer un défi à 10 catcheurs à la fois. Pour cela il lui fallait un arbitre de confiance et Lolo lui avait fourni le nom de Jules-Philippe Pernod, dit le Pastiche picard, passionné par les pipes en grès de Tréglamousse Mousteru et par les cure-dents en bois d'asperge de Cuise la Motte. Ce personnage louche et trouble au passé inquiétant, jouissant d'une confiance illimitée de la part du public était pourtant acquis depuis longtemps à la cause de Sarkoko et à la "Team of Fuckers number one" que nous appellerons pour simplifier TF1.

Je ne vais pas vous raconter toute l'histoire dans le détail tant elle est convenue voire téléphonée. Cette absence d'imagination dans la construction du scénario me semble véritablement pathétique et montre chez nos auteurs un réel malaise existentiel !

Bien entendu, parmi les 10 adversaires opposés à Sarkoko, 5 sont des comparses admirateurs du "héros", les 3 autres ne sont pas des catcheurs professionnels mais sont choisis pour leur faiblesse et leur émotivité, autant dire qu'ils seront davantage terrassés par leur trac que par la souplesse de Sarkoko ! Les 2 derniers combattants un peu pugnaces, seront retenus par le slip, crochetés, frappés dans les côtes, mis à terre par de vicieux crocs-en-jambe, subissant à la sauvette de perverses torsions des parties génitales de la part du sournois "Pastiche picard" à la solde de Sarkoko : cet arbitre bidon se muera en complice à peine discret.

Fort évidemment, Sarkoko, à l'issue du téléfim, sera déclaré vainqueur et la presse aux ordre du "cartel de la honte" encensera notre héros pour la 12ème fois consécutive...

Et encore et toujours. Invariablement.

Je demande solennellement à Monsieur Paolini, PDG de TF1 que cette série soit arrêtée définitivement : elle a largement fait son temps. Nous autres, spectateurs acharnés et admirateurs échevelés, de Nikos Aliagas, Benjamin Castaldi, Jean-Luc Reichmann et autres mieux-disants culturels, réclamons, désirons, que dis-je, exigeons avant toutes choses, des fictions plus soignées et réalistes enfin adaptées à la ménagère de moins de 50 ans !

Ceci dit, maintenant que je vous ai raconté le canevas de cette historiette simpliste, est il bien utile de regarder TF1, ce sinistre lundi soir d'hiver ? N'êtes vous donc point lassés de voir, revoir, re-revoir toujours le même spectacle sans surprise ?

Le choix ne manque pourtant pas sur les autres chaînes, sans oublier la possibilité d'un petit surf régénérateur sur Internet, une lecture bienvenue ou l'écoute de musique !

Amis et lecteurs de Cui cui, merci d'avoir lu ce dérisoire petit billet et à après !

 

Cui cui l'oiseau tourmenté

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu