Avertir le modérateur

vendredi, 09 juillet 2010

Éric Woerth et Paul le poulpe ou la pieuvre par neuf (cerveaux). [Dérision]

Humour.

Le Village des NRV, soucieux d'apporter sa pierre à l'édifice de l'enquête sur "l'affaire Woerth-Bettencourt" et particulièrement admiratif du travail des journalistes de Médiapart, a souhaité aller encore plus loin dans la recherche de la Vérité.

Ayant entendu parler d'un Poulpe allemand prénommé Paul, doté d'un sens divinatoire exceptionnel et capable de prédire avec certitude les victoires et les défaites, au score près, des équipes de football, le Village des NRV a aussitôt envoyé un correspondant à l'aquarium d'Oberhausen pour tenter de faire avancer notre enquête et de poser quelques questions judicieuses à Paul..

paullepoulpe3.jpg

Ainsi, selon le protocole classique, avons-nous posé dans deux cubes étanches les photographies de deux hommes politiques dont l'intégrité ne saurait être mise en doute, Messieurs Patrick Balkany et Éric Woerth, puis nous avons placé à côté, une photographie de Madame Liliane Bettencourt et celle d'une liasse de billets de banque.

150Alain-Joyandet1.jpg

À peine lâché, notre ami Paul le poulpe s'est dirigé sans hésitation sur le cube contenant le portrait de Monsieur Woerth posant négligemment un tentacule nonchalant sur le cube de Monsieur Balkany...

Désormais plus besoin de comptes rendus de journalistes, d'enquête de fonctionnaires de police, de jugements de tribunaux ruineux pour déterminer la culpabilité d'un suspect. Paul le poulpe, tel la résurrection du roi Saint Louis sous son chêne, rendra la Justice dans son aquarium pour quelques crevettes OGM décortiquées !

Grâce au génie d'un mollusque, la gestion de notre société a fait un bond considérable à l'aune des premiers fondements de la démocratie dans la Grèce antique.

Amis lecteurs, croyez moi : l'avenir de l'Homme n'est plus le rat avec ses petites pattes et sa subtile organisation sociale, mais le poulpe avec ses longs tentacules, ses 9 cerveaux disponibles parfaitement irrigués (NDLR : 3 de plus que le Chef de l'État) et ses dons divinatoires...

Qu'on se le dise.

Trêve de plaisanteries.

 

Déshonneur.

Avez vous remarqué, dans toutes les affaires récentes, combien, même la main prise dans le pot de confiture, les accusés arguent, souvent avec une mauvaise foi confondante, de leur totale innocence ?

Ainsi, nuls remords, pas une excuse de la part de Messieurs Alain Joyandet et Christian Blanc entre autres, pourtant pris la main dans le sac. Nier tout en bloc, se poser en victime expiatoire, proclamer son intégrité, hurler sa qualité d'honnête homme, chanter les mérites de sa merveilleuse famille, exhiber ses yeux et son visage d'honnête homme (comme si la canaillerie se portait sur la physionomie !), deviennent la stratégie commune à toutes les personnalités 150blanc3.jpgcoupables ou soupçonnées de fautes.

L'Honneur est devenu une vertu caduque en ces temps sordides dominés par la cupidité servile, la course effrénée aux avantages du pouvoir et de la notoriété, les petits arrangements entre personnes du même monde, les cooptations entre collègues des grandes écoles !

Notre vieille aristocratie française dont on pouvait moquer la morgue, le mépris du peuple et l'orgueil mal placé possédait t-elle au moins le sens de l'honneur qui manque si cruellement à une petite partie -ne généralisons pas- de cette minable bourgeoisie issue des fonds baptismaux de la fonction publique, de l'inspection des finances, de l'ENA, de Polytechnique et des grandes écoles de la République qui enseignent tout, sauf la dignité, la noblesse des comportements et le sens de l'État au service de la Collectivité...

En tout cas, toutes ces affaires auront conduit, à une rupture définitive entre les supposées "élites" et le peuple. Les Français, dans leur immense majorité, n'accordant que leur mépris à cette caste dirigeante arrogante, vénale, donneuse de leçons, jouisseuse et incapable de montrer l'exemple en ces temps difficiles.

Applaudissements.

Merci pour eux.

Pour punir les mauvais élèves, le Village des NRV, a créé, en remplacement du bonnet d'âne, accessoire trop désuet, un bonnet de poulpe qu'il décernera à tous les politiques qui aurons failli. Nous félicitons les 2 premiers lauréats, Messieurs Joyandet et Blanc, heureux récipiendaires d'un trophée appelé à un énorme succès !

 

Amis lecteurs, à après !

 

Billet rédigé le 06/07/2010.

Une pensée émue pour mon espiègle compagnon de joie et d'infortune, Oxford.


cui cui fit l'oiseau, sur un blog perché tenait en son bec un couteau...


mercredi, 30 juin 2010

2021, l'odyssée des retraites selon Éric Woerth

Suite à des problèmes techniques, nous avons été obligés de publier un texte profondément remanié et actualisé, issu d'une production antérieure. Nous vous prions de nous en excuser. Merci par avance de votre compréhension.

 

Bonjour.

Je m'appelle Benoît, j'ai 74 ans, je suis plombier et nous sommes aujourd'hui le mercredi 30 juin 2021 J'ai  eu l'immense honneur d'offrir à mes collègues d'entreprise, mon pot de départ à la retraite.

Mon patron depuis 47 ans, Monsieur Guy, m'a offert comme cadeau de fin de carrière un superbe déambulateur  à roulettes, profilé et customisé, avec freins à disques et mini caddie intégré qui servira à me déplacer tout en faisant mes courses, mes collègues de travail se sont cotisés, quant à eux, pour m'offrir une séance d'une semaine dans un centre de thalassothérapie à Binic, séjour consacré au soulagement des douleurs dues à l'arthrose et à la rééducation pulmonaire...

Quelle émotion, mes amis ! Quel bonheur ! Quelle joie ! Quelle journée merveilleuse !

refuges Woerth 1.jpg

Mais ce ne fut pas tout !

Tenez vous bien : un membre du Ministère du Travail des Aînés s'était personnellement déplacé pour me décerner la Médaille de vermeil récompensant une activité professionnelle exercée pendant plus de 55 ans ! Sans oublier la visite surprise de  Monsieur Gérard, appareil photo en bandoulière,  m'apportant généreusement au nom des membres du bureau de ma section UMP de Vélizy, 3 bonnes bouteilles de "vieux pape", mon vin préféré !

Vous imaginez ma joie et ma fierté.

Et celle de Bernadette, mon épouse. Sans oublier Kiki, mon caniche nain, fier comme un ortolan !

J'admets sans honte avoir sangloté comme un gosse.

Et puis est venu le moment de mon discours. La voix étranglée par le trac, j'ai d'abord remercié Monsieur Guy, un patron au grand cœur, qui, à l'occasion de mes 65 ans n'avait pas hésité à adapter des bretelles à mon poste à soudure afin que je grimpe les étages plus aisément, sans oublier la fabrication sur mesure d'un harnais pour faciliter le transport des sacs de plâtre et du carrelage. Ce geste simple et désintéressé m'avait profondément touché : je lui en serai toujours reconnaissant.

 

refuges woerth2.jpg

Puis j'ai évoqué M. Éric Woerth, l'actuel ministre de la Justice, homme intègre s'il en est, instigateur généreux de la réforme des retraites. J'ai par ailleurs chaleureusement félicité les gouvernements successifs, qui, sous la poigne sévère mais juste de Messieurs Sarkozy et Copé, notre actuel président, ont su prendre à bras le corps le problème crucial. de la réforme des retraites.. À ce moment du discours j'ai cru entendre quelques quolibets de collègues de gauche et autres mauvais esprits toujours prêts à se rebeller pour travailler le moins possible mais royal comme le président Copé, j'ai méprisé ces manifestations conservatrices d'un autre âge.

Soudain je ne sais ce qu'il m'a pris ; j'ai été secoué par une quinte de toux qui m'a terrassée 2 bonnes minutes. [Mon  médecin, un gauchiste du mouvement écologique contre le réchauffement climatique international (le M.E.R.C.I.), m'avait assuré que mes poumons ressemblaient à une éponge plongée dans un bain d'acide sulfurique du fait de l'absorption de vapeurs toxiques dues aux soudures par chalumeau. Mais Monsieur Guy, m'avait persuadé du contraire]. Essoufflé, je dus réclamer un siège avant de chuter, victime d'un léger malaise.

Je me réveillai 5 minutes plus tard, pour poursuivre  courageusement mon discours sous les odieux ricanements  de la racaille bolchevique, conforté par l'admiration bruyante de Messieurs Guy et Gérard et soutenu par les aboiements et les applaudissements de Bernadette et Kiki.  À ce moment, confondu par tant de jalousie malsaine, j'avoue avoir eu mal à la France. Des tremblements incoercibles agitant mes mains m'obligérent à abréger mon speech.

Et ce fut couché sur une civière, les yeux noyés de larmes, que je reçus cette médaille tant convoitée des mains du délégué du Ministère du Travail des Aînés.DEAMBULATEUR.jpg

Ce fut le plus beau jour de ma vie.


Ce fut aussi son dernier.

Après avoir écrit ces quelques lignes, Benoît s'est éteint, fier du devoir accompli  pour l'Économie nationale reconnaissante. Ce héros anonyme a crânement œuvré pour que notre Pays garde son rang parmi  les Nations les plus compétitives, destin, reconnaissons le, essentiel pour notre avenir et celui des générations futures.

Ne riez pas trop fort.


Amis du Village des NRV, vive la retraite à 67 ans, puis 70 ans et enfin à 74 ans pour le bien des "marchés" et des équilibres financiers si nécessaires au bonheur et à la perpétuation de l'espèce humaine.

Enfin, c'est ce que nous disent avec assurance nos dirigeants, nos élites médiatiques et nos patrons...

Vous n'êtes toutefois pas obligés de les croire.

En promulguant prochainement cette Loi inique sur les retraites, Messieurs Sarkozy, Fillon et Woerth feront d'une pierre deux coups, non seulement le financement des retraites sera résolu, mais de plus, admirez le travail des artistes, le déficit de la sécurité sociale se verra aboli du fait de la mortalité prématurée des travailleurs.

Nos grands dirigeants ont de surcroît réglé un 3ème problème philosophique et moral  particulièrement délicat : pratiquer discrètement l'euthanasie par le travail.

Grâce leur soit rendue.


Économisez vous tout de même, bon courage et à après !


Cui cui fit l'oiseau, trop lucide pour être honnête...

vendredi, 11 juin 2010

Wikio ou Twikio ? Une méthode incomparable pour se rasséréner. [ humour & pantalonnade ]

Allez hop ! Voici une parodie supposée humoristisque pour nous changer de la torpeur ambiante et de la déferlante "football".

 

Avertissement préliminaire : toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé  ne serait que pure coïncidence. Est-il utile de préciser que ce texte étriqué est à prendre au second degré ?

 

Blogueurs influents, grâce au e gri-gri en poils

d'éléphants synthétiques hypoallergéniques

du Grand Marabout Doudou Kouyabadiou,

perdez en classement mais gagnez en sérénité

 

Après de longues études dans la terrible jungle du Congo, le célèbre Mage Doudou Kouyabadiou, crypto-philosophe  sophrologue africain de réputation internationale,  a mis au point un e gri-gri adapté aux techniques modernes d'Internet. Cet illustre Docteur Honoris Causa de la Sort Bonne située à côté des mares aux crocodiles, diplomé d'Os Fort, le cimetière d'éléphants, initié aux pratiques de magie noire par la terrible sorcière Nadimorano, est de surcroît professeur émérite de la clairière aux gorilles d'Art Ward.

Il est le seul enchanteur diplômé à avoir dévoré cru le lobe frontal d'un ingénieur de Google, le cervelet d'un trader de la City et un demi cerveau de vendeur d'ipad de chez Apple.

Toutes ces références intellectuelles pour souligner combien ses compétences dans les techniques d'Internet sont indiscutables !


Devant les insondables douleurs morales et psychologiques suscitées par les bouleversements du classement Wikio, notre agrégé en magie noire, a conçu dans l'urgence un discret e gri-gri en forme de couronne que vous pourrez obtenir pour la modique somme de 14,95 €. L'effet de ce porte bonheur est MAGIQUE ! En quelques jours, votre addiction  et vos tourments disparaîtront comme par miracle !

Lisez donc ces quelques témoignages édifiants !

 

SIM3.jpg

De M. xxxxx à L : Ô Grand Gourou, je tiens à vous remercier d'avoir sauvé ma santé mentale. Wikio était devenu pour moi, un Dieu insatiable et exigeant : dès potron-minet, je vérifiais mon classement et contrôlais les liens entrants de mon blog. Chez moi, tout tournait en rond : mes liens, mes amis du Web, ma blogroll. Malgré tout je ressentais une félicité sans pareille car je figurais dans l'élite des classements Internet.

Ma famille était très fière de moi et dans mon entourage, on me prenait pour un grand influenceur politique : de fait, en regardant le journal de J.P Pernaud, sur TF1, je retrouvais pratiquement  les mêmes commentaires que mes  billets inspirés des dépêches AFP à peine modifiées et recopiées sur mon blog. J'ai d'ailleurs écrit à la rédaction de TF1 pour lui faire connaître ma colère et ma désapprobation : indubitablement, Monsieur Pernaud se servait de mon blog pour élaborer son journal de 13 h !

Léon, mon voisin, m'appelait "Monsieur" et les gens du quartier me surnommaient "le journaliste". Néanmoins, je restais toujours modeste, un petit sourire entendu au coin des lèvres, un peu à la manière de mon confrère Jean-Michel Aphatie...

Et puis, catastrophe ! En juin, l'algorithme de Wikio ayant changé, je me retrouvai dégradé d'une douzaine de places !

J'ai sangloté toute la nuit. Sur les conseils de tous mes potes du Web, j'ai twitté, REtwitté, rédigé 3 billets insignifiants par jour pour appeler toujours plus de twitts et de Re-twitts. Pour vous dire, Ô Mage, à la fin mes billets étaient constitués de 7 points d'interrogation, chacun dirigé vers le lien d'un influent. Les boutons "twitter" constellaient ma page d'accueil.

Avec le recul ma gorge se serre,  je sens sourdre le pathétique  de la situation, quel naufrage, mes amis !

Fatalement, j'ai craqué. Victime des quolibets de mes voisins, j'ai frôlé le suicide jusqu'à la découverte miraculeuse d'une de vos annonces.

Professeur Doudou Kouyabadiou : vous avez sauvé ma vie ! En commandant un  e gri-gri en poils d'éléphants synthétiques hypoallergéniques pour le prix dérisoire de 14,95 €, non seulement j'ai commencé à rédiger des billets qui voulaient dire quelque chose, mais surtout, je me suis guéri à jamais d'une névrose obsessionnelle qui me conduisait à la folie. MERCI. MERCI. MERCI.

----------------------------------------------------------------

De Mme yyyyy de V : Auparavant créatrice d'un blog politique, Je liais, je RE-liais, je RE-RE-liais, puis j'ai touitté, RE-touitté, RE-RE-touitté. Après le départ de mon mari j'ai flippé, RE-flippé,  RE-RE-flippé.

Depuis... LA RÉVÉLATION : Une nouvelle vie pour seulement 14,95 € grâce au puissant et vigoureux  Lutin KOUYABADIOU, vous trouvez ça cher, vous ?

Les classements ? Je m'en tamponne complètement !

Je viens de créer un nouveau blog appelé "sexe et sociologie", il est spécialisé dans les techniques sexuelles. On y jouit on s'y éclate comme les bêtes de la jungle et les jets de sperme maculent l'écran. Des dizaines de milliers de visiteurs, ivres de plaisir,  viennent s'y vautrer. Comme quoi, audience et qualité peuvent coexister pour le plus grand bien de  Dame Culture. MERCI GRAND MARABOUT !!!

----------------------------------------------------------------

De Monsieur zzzzz de J : Moi, j'aimais les tribus, les clans, les cercles fermés où on se sent en sécurité. Ce que j'appréciais chez les influents, c'était ces blogrolls figées où aucun étranger n'apparaissait. On blaguait entre copains, on bloguait entre copains, on se liait entre copains, on se twittait entre copains, on buvait une bière entre copains, on se paluchait entre copains, on s'interpellait entre copains, on baisait entre copains, on wikiotait entre copains, maintenant on twikiote entre copains.

Un vrai monde de bisounours, confortablement installés dans un nid de ouate, dans lequel le contenu des blogs avait bien peu d'importance. Le classement Wikio ( le cyber prix de camaraderie)  demeurait immuable avec toujours les mêmes copains aux mêmes places. Qu'est ce qu'on était bien ensemble !

Sur Internet les chapelles foisonnent : les Rézo des copains, les blogs de gauche, les betapolitique, les kiwis, les Vigilants, les bayrouistes, les mecs de droite, les people, les journalistes. Tous les débats sont horizontaux ,  people à people ou journalistes à people,  ou  blogueurs de droite à droite, personne ne se mélange. Avez vous déjà vu des gens connus intervenir dans des blogs d'anonymes, vous ? Un, deux, Pas plus !

Il est presque impossible de faire cavalier seul dans cet espace sous peine de ne figurer dans aucune blogroll ! Qu'importe l'originalité, le talent, la découverte : la Toile est la préfiguration de la France communautariste de demain mais je me sentais infiniment en confiance dans cet enfermement...

Le web est un réseau social, récitions-nous autrefois avec la plupart de mes collègues. Fichtre, social ? Grégaire plutôt. Internet est  un média prétendument social comme la fourmi est un insecte social : dans une fourmilière la hiérarchisation est la règle. Au fait, dites moi ? Qu'y a t-il de moins social que la hiérarchie et les classements ?

En réalité la blogosphère est à l'image de la France : une oligarchie librement consentie avec ses dominants qui tirent avantage des classements grâce à leurs réseaux ou leur notoriété et les autres qui suivent.

Et puis cet algorithme a changé ma vision : au tout début, je ne saurais décrire ma peur de l'inconnu et l'effroi de descendre dans le classement. Sans mes copains qu'allais je devenir ? Par un heureux concours de circonstances, je suis tombé sur votre offre sensationnelle à 14,95 €, même pas le prix d'un repas ! Depuis cet achat, judicieux me voilà  devenu blogueur lucide, émancipé  et sans entraves ! Je ne vous remercierai jamais assez, Ô Grandiloquent Druide de la savanne.

----------------------------------------------------------------

De Monsieur vvvv de S : Je figurais parmi les blogueurs les plus influents de  droite à l'époque des Versac, Embruns, Diners'room et consorts. Après le tragique abandon de certains, j'avais construit une petite chapelle ardente dans laquelle trônaient, sur un autel spécialement conçu, les œuvres   extraites des blogs de mes maîtres.

Censeurs, hautains, inaccessibles , souvent méprisants avec les petits, aimables avec leurs alter ego, toujours à genoux devant les célébrités, ces influents finissaient par croire en leur importance. Naïvement, je pensais que je ne retrouverais jamais autant de qualités littéraires et de puissance intellectuelle. Aujourd'hui, lorsque je les relis, j'éclate de rire devant l'insipidité, le conformisme et la banalité de leurs propos.

Après un chagrin terrible et des années de dépression parsemées d'alcool et d'héroïne j'ai été tenté par ce joli et économique (14,95 €) e gri-gri . Figurez vous qu'aussitôt la couronne posée sur mon crâne, j'ai été pris par une fringale de liberté, je me suis converti à l'anarchie et ai créé un blog militant qui reçoit 30 visiteurs par jour !  Merci camarade KOUYABADIOU ! L'anarchie vaincra !


Notre e gri-gri est vendu dans toutes les bonnes pharmacies, c'est même à cela qu'on les reconnaîtra.

 

Ami(e)s, ennemi(e)s, indifférent(e)s, merci d'avoir parcouru ce billet et recevez mes saluts NRV. Une sévère dégringolade dans les classements s'annonce  pour notre blog : ce n'est pas grave, on a l'habitude de la solitude.

W'll survive, football oblige, dans la joie et la bonne humeur !

"Vous n'aurez pas notre liberté de penser !"  hurlait un immense poète contemporain...

Pareil.


À après !

 

PS : 1) Les blogs inscrits dans nos liens, sur la colonne de droite, et certains autres, à fort contenu ne devraient pas entendre leurs oreilles siffler. Nonobstant, chacun prendra cette pochade comme il l'entendra.

2) Ah oui ! L'occasion pour moi de vous mettre en lien ici, un blog documenté où les convictions de son auteur vous explosent au visage.

 

PS du PS : en raison de mes occupations, je serais hélas incapable de répondre dans la journée.


 

Cui cui fit l'oiseau, poor lonesome birdy.

 

mercredi, 19 mai 2010

Rire jaune, burqa bleue et obsession noire.

Pastiche trash sur la presse à sensations. Émotifs s'abstenir.


frpoir.jpg

 

 

Encore un succès pour Brice Hortefeux

: un gang d'intégristes musulmanes

en burqa arrêté en flagrant délit

de tentative d'assassinat !


burqa.jpg

En exclusivité, la photo des 2 assaillantes en pleine action.


Reportage réalisée par Cédric Le Boucher des Ardennes.

Le RAID, glorieux fer de lance de la police nationale, a réalisé un magnifique exploit en intervenant au 5ème étage d'un bâtiment, dans une salle de torture spécialement aménagée, pour sauver une jeune femme dont les bourreaux, 2 terroristes en  burqa traditionnelle bleue, commençaient à exciser un sein, pour probablement tirer des aveux à cette pauvre innocente..

En effet, un appel anonyme avait alerté le Ministère de l'intérieur : un crime épouvantable risquait de se perpétrer sur une jeune femme enlevée la veille. En quelques heures, les brigades avaient mis au point une cellule d'attaque dirigée par le Ministre de l'Intérieur, Monsieur Brice Hortefeux en personne dont on ne compte plus les succès contre le terrorisme international !

Le commando du RAID, dirigé par le colonel ProutÔ, homme de fer doté d'un sang froid de squale, a déboulé brusquement sur les assaillantes qui hurlaient que la victime risquait sa vie sans une assistance médicale. Clouées au sol, puis assommées, les 2 extrémistes furent baillonnées et garrotées sans ménagement.

Le colonel ProutÔ, en homme d'action prompt et déterminé, rechercha aussitôt des secours en s'enquérant à la clinique la plus proche, en l'occurence le lieu du forfait, auprès du personnel médical de secours  pour stopper l'hémorragie de la victime dont la moitié du sein pendait dans des ruissellements et des geysers de sang. Il lui fut répondu que les chirurgiens plastiques étaient en salle d'opération et qu'on ne parvenait pas à les joindre.

Deux heures après, les chirurgiens réclamés n'étaient toujours pas arrivés. Certaines rumeurs font état d'un mouvement de grève touchant les services de santé. France poire s'associe à la familles de la victime qui, prise en otages par les pré-supposés grévistes , ont eu, en fin de compte, la douleur de perdre un être cher, tragiquement exsangue.

Une cérémonie en mémoire de la malheureuse victime, présidée par le Président de la République et le Ministère de l'Intérieur aura lieu aux Invalides  en présence de la famille de la martyre dont le sein aura été recousu par un médecin légiste.

Une cellule de soutien psychologique a été dépêchée auprès des membres de la famille sinistrée, un bon d'achat de cinq prothèses de sein en silicone et leur pose chirurgicale gratuite a été gracieusement offert en échange d'une discrétion de bon aloi par la clinique Saint Robert, lieu de cet attentat terroriste déjoué...

Une médaille d'Honneur sera remise par le Ministre de tutelle au colonel ProutÔ pour son immense courage et sa lucidité exemplaire. Il a été recommandé à nos concitoyens, par les autorités de l'État de maintenir une vigilance sans failles.


Dernière minute : il se murmure dans les milieux autorisés qu'un plaisantin, auteur intempestif, du coup de fil anonyme, aurait été mis en garde à vue et écroué par le juge anti-terroriste Gruyère pour "diffusion de plaisanteries ayant entrainé la mort sans intention de la donner".


-------------------------------------------------------------------

 

Billet inspiré par  ces pitoyables évènements là.


Bonnes lectures dans la joie et la bonne humeur !

Pour terminer, un salut ému à un blog militant qui nous aime bien, à ceux dont on apprécie les textes et aux anciens toujours fidèles.

À après !



Cui cui fit l'oiseau, synthèse improbable entre un coucou fin et un loup phoque.

vendredi, 14 mai 2010

DSK : j'ai décidé de me présenter en 2011 aux primaires de l'UMP. [gag ?]

 

Ce pastiche se doit d'être consommé frais avec 3 volumes d'eau, accompagné d'un bon cigare et de deux Lexomil ®.


 

jivaro3.jpg

Une interview exclusive de Dominique Strauss

Kahn : "J'ai décidé de me présenter en 2011

aux primaires de l'UMP pour l'accession

à la candidature suprême."


strausscigar copier.jpg

 


Photo choisie par Étienne Courgeotte.

Interview réalisée par Yves Tétard, journaliste émérite de la section Dassault n°1

 

Y T : Bonjour Monsieur Strauss-Kahn, certains aigris considèrent que vous n'êtes pas un socialiste sincère, que leur répondez vous ?

DSK : Bonjour Monsieur Tétard. D'abord je voudrais répondre que tous ceux qui m'accusent d'un tel péché ne sont pas tous socialistes et que mon engagement politique est chevillé au corps. Je suis un socialiste de la veine des Mitterrand, Blair, Zapatero et tous autres pragmatiques qui ont su faire passer leur ambition de réformer le monde avant leurs convictions. Je suis mortifié d'observer, en lisant les sondages, que mes partisans sont plutôt des électeurs de droite ! J'en déduis que si je me présentais aux primaires du PS, je n'aurais quasiment aucune chance : j'ai donc convoqué mon staff pour trouver une solution pragmatique à la mise en route de ma candidature à la Présidence de la République en 2012.

Y T : Et qu'est ce qu'il en est sorti ?

DSK : Après diverses études, nous avons découvert que j'avais davantage de chances de me faire élire comme candidat issu des primaires de l'UMP que de sortir vainqueur des primaires socialistes ! J'ai donc élaboré une nouvelle et subtile stratégie pour parvenir à mes fins : je vais me présenter aux primaires de l'UMP comme candidat social libéral contre le président sortant Nicolas Sarkozy. Mon bilan comme directeur du FMI est conséquent : j'ai sauvé la Grèce, l'Europe et l'euro du gouffre, je conserve la confiance du monde financier, les spéculateurs sont dans ma poche, je suis la coqueluche de la gent féminine, je tutoie Obama, Angela, Poutine, Medvedev, Silvio, David, Lula.

Je suis le plus grand socialiste néo-libéral de tous les temps ! Quel candidat plus idéal pour la Présidence de la République française ? Un banquier socialiste désigné par l'UMP, n'est ce point la panacée ? Le comble de l'ouverture ?

Pensez, je suis un TOUT et son contraire ! Comment mieux se positionner ? Non vraiment, Nicolas ne fait pas le poids... Et je ne parle pas de cette pauvre Martine, ersatz social-démocrate pas vraiment sociale, quant à Ségolène, laissons la fricoter avec ses lutins et ses farfadets du marais poitevin !

Y T : Ne craignez vous pas que les électeurs socialistes, rebutés par votre proximité avec la nomenklatura capitaliste et financière vous rejettent ?

DSK : Les Français, et on le voit dans les sondages, sont un peuple prudent qui aime mieux ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Je suis persuadé que les électeurs préfèreront un financier éprouvé de gauche proposé par la droite à une socialiste en peau de lapin rose située à la droite de la gauche ou à un politicien fanfaron, piètre économiste à la lisière de l'extrême droite comme le président actuel ! Monsieur Tétard, si vous deviez vous marier : entre entre une jeune femme, belle, intelligente, en bonne santé, riche et une moche, stupide, malade, pauvre, laquelle choisiriez vous ? [rires]

Y T : Mais disposez vous, Monsieur le Diecteur du FMI, de soutiens solides dans la classe politique française ?

DSK : Et que faites vous de Pierre Moscovici, immense personnalité, que les hiérarques du monde entier et de tous bords politiques nous envient, de l'éminent Jean-Christophe Cambadélis dont la valeur et la renommée ont franchi les frontières, sans oublier que je dispose du côté des médias, d'un nombre incalculable d'amis sûrs dont je préfère taire les noms ? De toutes manières au parti socialiste comme dans la classe politique en général, des personnalités désintéressées comme Alain Minc ou Jean-Marie Colombani afflueront toujours, attirées par le gigantesque challenge qui les attend : porter secours à leur pays en faisant don de leur intelligence, de leur altruisme et de leur dévouement à la Nation sera une source de fierté prodigieuse et irrésistible ! J'en sais quelque chose !

Y T : Mais les socialistes ne vous laisseront jamais faire !

DSK : Ah ah ah ! Existe il la moindre anfactuosité idéologique ente les socialistes de 2010 et l'UMP ? Quelle différence entre un Hollande ou une Aubry, pour donner un exemple, et un Borloo ou un Fillon ? Laissez moi rire ! De nos jours, l'étiquette politique n'a plus aucun sens ! Depuis 30 ans, les médias, l'enseignement supérieur, les politiques ont parachevé leur œuvre de structuration des masses : il ne reste plus qu'une seule manière de concevoir l'économie, les  canons du marché dérégulé ont gagné pour longtemps ! Toute personne ne surfant pas sur la vague libérale a perdu d'avance ! Les autres partis de gauche sont bien trop minoritaires pour espérer quelque succès que ce soit.

Le financement des campagnes électorales est un des fondements de la victoire des partis de droite en Europe : ses candidats sont les plus aidés médiatiquement et financièrement. Évidemment, les dés sont pipés et chacun le sait bien, peut-être, exceptionnellement un parti vaguement de gauche mais toujours défenseur de l'économie de marché pourra sortir du lot mais il s'agira là, d'un fait assez rare. On ne trouve plus l'argent sous les sabots d'un cheval, Monsieur Tétard ! Ah ah ah ! Goldman Sachs n'est pas une écurie, que je sache ! Il faut bien que je m'adapte comme l'ont fait Mitterrand, Blair et Zapatero avant moi...

Y T : Si vous étiez élu, quelles seraient vos trois premières mesures, Monsieur Strauss-Kahn ?

DSK : Je tiens à préciser avant tout que je suis un pragmatique. D'abord, j'alignerais mon salaire sur celui du FMI soit 460.000 $ /an car j'estime que mes futures responsabilités le valent bien, puis je demanderais solennellement aux Français, au nom de l'intérêt collectif de toute la communauté nationale, banques comprises, de se sacrifier pour les générations futures à l'instar des Grecs, et enfin je ferais rentrer des femmes dans mon gouvernement, beaucoup de femmes. En cela, je me sens très proche de Silvio (NDLR Berlusconi), nous sommes proches, très proche dans ce domaine car n'oublions pas les sublimes paroles de Louis Aragon, marxiste accompli, dans le fou d'Elsa, il écrit : "Je suis l'ennemi de ce règne de l'homme qui n'est pas encore terminé. Pour moi, la femme est l'avenir de l'homme, au sens où Marx disait que l'homme est l'avenir de l'homme".

Y T : Merci Monsieur le Ministre, en vous écoutant avec une émotion non dissimulée, je perçois parfaitement l'essence de votre subtil engagement de gauche lié à ce réalisme non partisan de bon sens et de lucidité économique  qui vous honore. Qui ne parvient à pressentir en vous l'homme d'État, sublime synthèse patriotique de deux courants de pensée jusqu'ici irréconciliables ?

DSK : Votre portrait sans concession me sied à merveille, Monsieur Tétard ! Saluez Monsieur Serge Dassault de ma part et rappelez lui notre souper du 16 avec Bernard Arnault, Henri de Castries, Alain Minc, Tony et Gordon qui a enfin trouvé du temps libre.

Y T : Je n'y manquerai pas, Monsieur le Président, mes hommages à Madame Sinclair, notre illustrissime et non moins talentissime consœur.

DSK : Merci mon ami, je saurais me souvenir de vous.

 

Amis des NRV, bonne fin de semaine, à après si vous le voulez bien et bonne lecture !


Cui cui fit l'oiseau, ennemi intime des bonimenteurs.


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu