Avertir le modérateur

lundi, 22 septembre 2008

Parti socialiste, ou comment en finir une bonne fois pour toutes avec la malédiction archaïque du Mythe errant ?

En m’attaquant à l’icône, au Saint Sépulcre - que dis-je ? - au Christ de la gauche historique, je vous avoue m’attendre à recevoir une volée de bois vert, peut être même cette expression n'est elle  probablement qu'un doux euphémisme, bien que je ne fusse qu’un petit plumitif prétentieux, infâme vermisseau sorti de ses faubourgs malodorants et citoyen de troisième zone. Certainement pas un de ceux qui eussent intéressé sa grandiloquente majesté, Mitterrand 1er, et ses sbires prosternés qui sont prêts à s’entre-tuer pour une place au soleil de la renommée et de la félicité !…

messe1.JPGLa rouerie, la ruse, le culot et le cynisme étant considérés de nos jours, comme des vertus cardinales nécessaires à la bonne gouvernance, comment voulez-vous que ce brave Parti socialiste créé par François Mitterrand, le parangon de ces vices puisse connaître un fonctionnement démocratique cohérent et bénéficier de hauts cadres désintéressés, remplis d’abnégation et au service de leurs militants et partisans  ?

Comment Lucifer aurait-il pu créer le Paradis ? Comment la créature du bon docteur Frankenstein aurait elle pu concevoir des maisons de poupées ? Auriez-vous imaginé Barbe-Bleue prendre la tête d'une cellule de soutien psychologique pour enfants battus ? Comment un François Mitterrand, bouffi de vanité, qui se délectait d’être pris pour un homme illustre aurait-il pu construire un Parti de gauche consacré à des idées auxquelles il ne croyait pas lui-même, alors que son PS ne représentait qu'un temple dédié à sa suffisante dévotion et peuplé de courtisans, favoris et autres hiérarques béats, veules et intéressés ?

Le Parti socialiste qui se targue d’être un parti extrêmement démocratique ne s’est jamais si bien porté que lorsqu’il a été conduit par un dirigeant manœuvrier à la poigne d’acier et au narcissisme exacerbé. Une sorte de monarque absolu.

Viergemarie.JPGCe que je veux souligner, c’est que ces pseudos grands hommes dont on nous rabâche les exploits à travers les âges, n’ont jamais été capables, de par leur autorité morale, leur charisme et leur position, de fonder un système démocratique, géré en collectivité voire collégial qui puisse leur survivre et perpétuer la philosophie de leur Parti.

Juste avant le vote des motions de fin septembre, j’ai envie de lancer un appel, probablement ignoré vu le peu de retentissement du Web, devant cette honorable assemblée :

"Militants socialistes : innovez, tentez donc un Parti à direction collégiale, fuyez donc cette vision du Chef suprême, mais je vous en prie, ravalez vos ego et tentez de nous montrer une façon moderne de gouverner, autogestionnaire et plus adaptée à l'évolution du niveau de nos concitoyens, moins naïfs, plus lucides, et bien souvent, réfractaires à toute propagande.

Enterrez donc les vestiges du vieux mitterrandisme en décomposition qui annihile depuis si longtemps votre Parti. Dissolvez ces oligarchies (Gracques et autres horreurs) remplies d’énarques et autres hauts fonctionnaires éloignés des réalités et essentiellement attirés par la promotion de leurs carrières. Retrempez-vous dans le bain populaire que vous n’auriez jamais dû quitter. Recréez de nouveaux concepts de pouvoir, moins personnels et plus participatifs, avec plus de cohésion, moins d’ambitions personnelles, sans mise en avant médiatique des représentants. Rajeunissez vos cadres. Virez vos vieux caciques avides de pouvoir qui vous conduisent depuis onze ans vers une impasse et promouvez les obscurs et les sans grades ! Brûlez les oripeaux de ces permanents et élus qui s'accrochent à leurs fonctions comme des morpions aux poils de culs.

Brisez la malédiction du vieux Mythe errant...

Surprenez nous.

Laissez donc à la vieille droite ce "culte du Chef" désuet et suranné, devenu à notre époque, une aberration qui nous mène à des situations de mal-gouvernance et d’injustice incroyables ainsi qu'à l'élaboration d'un pouvoir personnel complètement coupé des réalités au seul profit d’une clique de profiteurs sans vergogne et sans remords...

Mitt.jpgIl est certain que déjà, même à droite, des voix s'élèvent, comme à gauche, pour comprendre combien nous avons tous été floués depuis une trentaine d'années par des "hommes d'état" au cynisme effronté rongés par l'ambition personnelle, d'une médiocrité alarmante et dont les politiques à court terme de régressions sociales, économiques et des libertés  frisent la provocation et prouvent l'absence patente de dessein et de vision de l'avenir.

Une décentralisation du pouvoir et une certaine collégialité dans l'exécutif s'impose à nous pour des décisions qui réclament débats, démocratie et points de vues variés sans abus d'experts en tous genres : l'élitisme, la pratique de l'oligarchie et les effets du copinage ont fait les preuves de leurs impérities.

Militants socialistes, ne vous laissez ni manipuler ni emberlificoter : l'avenir de la gauche et de l'opposition est entre vos mains, saisissez votre chance...

Ou sabordez-vous pour éclaircir le paysage politique français !

Mais par pitié, épargnez nous la nomenklatura actuelle : le coquelet vaniteux de la Capitale flanqué de son inexpugnable acolyte, socialiste professionnel pour l'éternité, les complices du fumeur de barreaux de chaise à 100 $ et banquier de Wall Street ou la Madone de la bravitude à l'élocution si peu naturelle et à la faconde d'une fine de claire, tous à peu de chose près, autant socialistes et à gauche qu'un  zombie mou du genou comme François Bayrou. Ce qui n'est pas peu dire...

Nous comptons sur vous. Ne nous décevez pas. Tous les citoyens français de toutes opinions, particulièrement les sympathisants de gauche, dont je suis, attendent de vous un ultime sursaut.

Socialistes... Du passé faîtes table rase : osez l'impensable !

Poil au rable...

Évidemment ce billet polémique n'engage qu'une gamme d'opinions, celle de beaucoup de personnes que je côtoie et la mienne ; il n'est aucunement le reflet du sentiment de tous les membres du Village des NRV. Cette précision a au moins le mérite de la clarté...

Cui Cui, l'oiseau lyre qui prêche dans le désert...

 

mercredi, 04 juin 2008

PS. La nuit des longs couteaux aura t-elle lieu ?

Après le billet précédent d'une densité insoutenable et digne des plus grands philosophes politiques que l'Humanité ait jamais connus, je rends d'ailleurs hommage au Professeur Urbain pour son brillant exposé,  je me suis senti obligé de ramener le débat qui avait atteint des sommets himalayens dont je ne suis pas certain d'être redescendu cérébralement indemne jusqu'à un niveau de médiocrité qui correspond davantage à mes capacités dites intellectuelles, aussi vais je vous entretenir du Parti Socialiste, ou plutôt de ce qu'il en reste...

1723447008.jpgAvant le futur congrès du Parti Socialiste à Reims en Novembre et devant le nombre de candidatures qui se profilent à l’horizon, je me permets, pauvre petit citoyen dérisoire de gauche même pas encarté à 20 € (quelques larmes seraient les bienvenues) de présenter quelques propositions prises sur mon temps de cerveau disponible offert gracieusement par Coca Cola ® pour qu’enfin nous refondassions une véritable opposition ; un véritable Parti Socialiste solide, cohérent et crédible (défense de rire) sans effusion de sang ni psychodrame traumatique…

Voici donc ces propositions énoncées un peu au hasard :

1)     Sachant que Bertrand Delanoé, Ségolène Royal rassembleraient 30 % des militants chacun, il serait peut être judicieux qu’ils se mariassent sous le régime de la communauté de biens : ils représenteraient alors à eux deux 60 % des militants du PS… Si en plus, ils adoptaient le juvénile Moscovici, l'ado boutonneux Dray ou la jeune pubère Martine Aubry, ils risqueraient de faire bingo !

Imaginez le cahier spécial de 43 pages de Paris Match consacré aux épousailles entre Bertrand, smoking gris clair, chapeau haut de forme assorti, noeud papillon rouge au bras de Ségolène en robe de tulle transparente rose, coiffe blanche, entourés de leurs benêts de fils adoptifs ? Et les photos du voyage de noces à Paris Plage, elles ne vous font pas saliver d'avance ? Romantiques comme vous êtes ? Ne vous mentez pas. Laissez vous envahir par l'émotion, libérez l'instinct de midinette qui est en vous, pour une fois... Une larme coule sur votre joue ? Vous voyez : le bonheur c'est simple comme un roman photo...

Émoi assuré dans les chaumières ! Les toutereaux engrangeraient une confortable majorité dans le Parti et regagneraient largement le coeur des Français émerveillés par un attelage familial aussi uni, dynamique et ressemblant comme une réplique exemplaire à une famille française !

2)     Le tirage au sort parmi les huiles de recyclage des permanents et professionnels de la politique du PS . Il serait procédé à un tirage au sort entre tous les prétendants par un organisme neutre genre ONU. L’avantage étant qu’après l’annonce des résultats, la force de paix nécessaire au maintien de l’ordre au sein du Parti serait réalisée par le même organisme… Les organisations telles que le FMI, l’UMP, le MODEM, le PC, la LCR étant exclus d’office, bien entendu…

847323674.JPG3)     Le tirage au sort complet : tous les militants du PS seraient dans la liste des éligibles et ma foi, le résultat ne serait pas pire, loin de là, que le résultat sorti de l’hypothèse 2… J’estime cette solution comme la plus séduisante et une des rares, propre à enfin régénérer un Parti rongé par les termites et les ambitions personnelles ; mais comme je n'ai pas souscrit ma cotisation de 20 €....

4)     Enfermer tous les candidats dans une arène, à Nîmes ou en Arles et lâcher une dizaine de lions. La ou le rescapé étant automatiquement nommé secrétaire du Parti. Avantage : il ne restera plus qu’un seul dinosaure. Inconvénient : les lions étant une espèce en voie d’extinction, on peut légitimement craindre pour leur vie ou leur santé psychique ainsi que pour la pérennité de leur espèce si jamais lors de l'assaut final, un des leaders du Parti entamait un discours idéologique…

5)     Choisir comme dirigeant, un membre de la majorité comme Besson ou Kouchner. De ce fait, le PS se retrouverait automatiquement aux affaires sans passer par la case " élections ". Avantages : Le Parti retrouverait le pouvoir avant 2027, aucun changement notable dans la ligne du Parti. Inconvénient : Nicolas Sarkozy pourrait devenir Premier Secrétaire (mais ne l'est il pas déjà un peu ?)….

1965119690.JPG6)     Fusionner le Parti Socialiste avec le Modem, le baptiser Modem Socialiste et mettre François Bayrou a sa tête. Avantage : pas de " nuit des longs couteaux " à Reims, en novembre 2008 du fait que le Congrès serait déplacé à Pau pour 2012. Avantage ; la ligne politique ne bougerait pas d'un iota par rapport à celle d'aujourd'hui. Inconvénient : il faudrait repeindre la rose de l'emblème du PS en orange…

 

Voilà donc ma contribution en tant qu’homme de gauche soucieux de voir enfin son parti gagner ne serait ce qu'une fois durant une mandature complète, parce qu’avec François Mitterrand comme président, qui oserait prétendre aujourd’hui, qu'en 1981 un président de gauche a gardé le pouvoir plus d'un an et demi ?  Assurément, les yeux dans les yeux : peu de monde ! Un an et demi de socialisme sur 50 ans c'est hélas bien peu... Je ne parle pas des Premiers Ministres "socialistes". Par pudeur...

1212248442.JPGBien entendu, et vous l'avez compris, cette liste n'est pas exhaustive, alors, vélibéraux parisiens, écolos verts encartés, camarades de gauche, marxistes, amateurs de pipes bovésiennes, fabusien addicts, non marxistes, collaborateurs de classe, jaunes, traîtres, arrivistes, amateurs de fric, collectionneurs de cigares précieux, bolcheviks, sociaux traîtres, néo libéraux de gauche, Kerviels en herbe, spéculateurs de gauche, boursicoteurs marxistes, cracheurs de feu populistes, lutteurs finaux strauss kahniens, verts écolos montreuillois, communistes, révolutionnaires druckeriens, badiouseux en chaussons, soixante huitards réactionnaires, anciens maoïstes bushistes, frontistes sociaux, lanceurs de pavés reaganiens, libraires che guévaristes, hippies thatchériens, cocaïnomanes blairistes, castristes de salons, révolutionnaires plesneliens, socialistes lévyesques, communistes en peaux de lapin, féministes en fourrure synthétique couleur léopard,  je compte sur vous pour faire des propositions concrètes et réalistes comme les miennes ! Elles seront acheminées par courriel à l'organe central du PS.

Et oui ! C'est aussi cela la démocratie participative ! Participons, que diable ! Participons, et ron 2034119759.jpget ron petit patapon...

 

Cui cui, oiseau situé dans la cage de gauche en entrant.

jeudi, 01 mai 2008

Mai 2008, le printemps des réacs.

free music

Je ne sais pas si vous regardez l’actualité autour de vous, mais en ce moment, on assiste en Europe à une nuée de victoires de mouvements politiques d’une droite qu’on pourrait qualifier de dure, située à la lisière de l’extrême droite dont un vieux vestige, comme Le Pen n’est plus que le fossile momifié exposé dans le musée de cire du ridicule et de la ringardise…

La droite modérée traditionnelle a donc phagocyté cette fraction extrémiste, et tels les flamants roses qui changent de nuances selon leur alimentation, au fur et à mesure qu’elle ingérait cette tendance, elle en a assimilé, et le comportement provocant et mordant, et les idées sous jacentes sans racisme mais tout en suggestions et connotations subtiles… D’où la mutation des idéaux de droite modérée qui se sont transformés malgré le désaccord de certains gaullistes de gauche et de centristes sociaux par exemple, en une droite décomplexée, sauvage et anti sociale. Cette agrégation expliquant la profusion des troupes de cette énorme coalition réactionnaire et ses victoires électorales à travers toute l’Europe.

En Italie, à la mairie de Rome, demain, probablement à la mairie de Londres, en Belgique, avec le mouvement flamand (encore eux !) de plus en plus intolérant et agressif, sans parler bien entendu, de la Pologne, des mouvements des Pays Bas et je dois en oublier, la droite se radicalise, exhibe ses muscles, assoit une belle consécration et montre un appétit féroce et insatiable devant une gauche sans charisme, molle et gélatineuse, toujours sur la défensive.

Pourquoi donc " l’Internationale libérale de droite ", si j’ose m’exprimer ainsi, emprunte t-elle une voie si triomphale depuis quelques années ?

D’abord si on se souvient de l’Histoire, autrefois " l’Internationale communiste " était soutenue par un pays militairement et économiquement puissant, l’URSS en l’occurrence, désormais " l’Internationale libérale " est promue, financée, consolidée par tous les moyens, fort considérables (cinéma, télévision, médias, presse , propagande) dont disposent les pays anglo-saxons, essentiellement.

760746709.jpgEnsuite, j’en parlais auparavant, la population européenne vieillit sérieusement et avec ce phénomène, on assiste naturellement à un raidissement, une méfiance envers les étrangers, un repliement sur soi, une aigreur envers ceux qui sortent de la norme, une tentation de tout réguler et policer, bref, tous les travers que beaucoup de gens qui avancent en âge, mais pas tous, éprouvent invariablement (théorie de Todd que j’approuve). Il n’est pas question, là, de les condamner et de généraliser, bien sûr, mais bien d’observer avec lucidité que plus on prend de l’âge plus on devient conservateur et droitier, c’est aussi évident que de perdre ses cheveux au fur et à mesure des années. Le nier est un non sens, il suffit d’éplucher les résultats électoraux depuis la nuit des temps pour s’en convaincre !

Puis, la conversion idéologique, des cadres moyen supérieurs et de " l’élite " qui possède le pouvoir dans les médias, les entreprises, l’expression publique et les partis politiques, au conformisme des idées dominantes libérales grâce à une diffusion importée des USA par les voies médiatiques (voir plus haut) et la fascination du modèle culturel américain par nos classes dirigeantes.

Enfin, la mort quasiment cérébrale de l’opposition de gauche, elle même convertie aux références citées au paragraphe précédent. Des partis dirigés ou plutôt cadenassés par des individus sans charisme, guidés par des ambitions d’apparatchiks, sans vision bien établies de leurs objectifs collectifs, mettant leur ambition personnelle comme but ultime d’un combat politique. Des dirigeants du PS propriétaires à vie de leur parti qui procèdent par cooptation, des politiques perpétuels dont on a l’impression que les plus jeunes, les Moscovici, les Cambadélis, les Valls ont 60 ans de carrière ! Quelle pitié…

1132112432.PNGOui, vraiment, si le grand cirque habituel continue son spectacle, la droite autoritaire a encore de jolis mois de mai en perspective. La gauche et la droite sociale ? Moins, hélas…

Que faire pour y remédier ? là est toute la question !

Peut être n'ai je écrit que des conneries ? Cela se peut et ce ne serait ni la première, ni la dernière fois mais en tout cas, le débat est ouvert.

Joyeux mois de mai, les amis !

 

Cui cui, mort et enterré avant le prochain Grand Soir de 2048…

* Photo originale LGDP dont je ne suis pas qu'un peu fier, réalisée avec trucage  à partir de source R.Ranoco Reuters

jeudi, 27 mars 2008

À Perpignan, c’est chaud, c’est sette, c’est chaussette…

 

3891cd2cd8610b2e8d1c01534944a13a.jpgLe dimanche 16 mars, j’étais dans un bureau de vote, à Perpignan, à attendre les résultats de l’une des candidates en lice pour les cantonales. J’entendais en fond sonore s’égrainer les noms d’Alduy (UMP) ou d’Amiel-Donat (PS) depuis le bureau voisin.

bceb1d119661ff2a0d653c54ef6e345f.jpg« Ma » candidate a soufflé le canton au gazier IOUÈMPI.

Les Municipales, quant à elles, ont basculé, dans un drôle de coup de théâtre…70295a4a9eb01d8bae1b2747d5d36ef3.jpg

Le dimanche 16 mars, j’étais bien loin d’imaginer la folle semaine qui allait s’ensuivre, après que fut mis en garde à vue Georges Garcia, dit « l’homme aux chaussettes sales ».
 

d7af75a00593abc043fe17c9bd630779.jpgManifestations, tous les soirs, à 18H00, devant la Mairie, puis la Préfecture (le Préfet ayant validé cette élection municipale – en représentant de l’État, que pouvait-il bien faire d’autre ?), conférence de presse, recherches nuit et jour sur la base des listes d’émargements, témoins du flagrant délit dans le bureau 4 (sur 66) à écouter, les membres de la liste dite d’opposition ont eu fort à faire pendant ces derniers jours. Le recours en invalidation de cette élection a été déposé vendredi 21 mars en fin de journée.959e71e7f7ff36f5a5e2f42e2c6518e7.jpg

Les médias locaux et nationaux n’ont eu de cesse de relayer les événements et/ou de venir sur place à la recherche de quelqu’un qui serait assez courageux pour dire ce qui n’avait pas encore été dit.

8f8d8fe60187a4301fd8ab5ad91bdd87.jpgLe plus étrange dans cette histoire, c’est le fait que personne n’ait remis en doute que la tricherie avait eu lieu en « faveur » d’Alduy. Comme une évidence. Même lui n’a pas remis en cause cette affirmation. Comme une évidence. Aujourd’hui, il a quitté la ville pour quelques jours, en vacances dit-on… Soit. Grand bien lui fasse.0e91b63323f9da1c9437a9b97f484621.jpg

Après avoir défrayé la chronique en 2005, au mois de mai précisément, avec les émeutes qui avaient secoué la cité, la ville de Perpignan a désormais pour symbole une chaussette. D’ordinaire, ça tient chaud une chaussette, ça peut même être jolie… Hélas, celle-ci dégage une odeur nauséabonde, une odeur qui laisse apparaître en transparence les dysfonctionnements de notre Démocratie, les manœuvres – plus ou moins réglementaires - de ceux que l’on appelle les élus afin de conserver cette chose qui tue tout : le POUVOIR (the POWER en angliche).

865e5c4bd63c39b7a2482fff0d8d9030.jpgJe ne fustige pas ici seulement les représentants de l’UMP, ce serait trop simple… Je crains que ces dysfonctionnements n’existent à bâbord comme à tribord. Tout le monde le sait et, pourtant, nous continuons toutes et tous… Oui, nous continuons notre route, malgré nos cris, nos paroles, nos écrits qui disent combien nous condamnons le mensonge, la magouille, les faux-semblants…

J’espère juste que le bruit que nous faisons, chacun dans son coin ou ensemble, fera suffisamment trembler les murs de la citadelle pour que les fissures s’élargissent et qu’un jour, la lumière puisse s’y frayer un chemin et ragaillardir la mine de la République, bien pâlote depuis de trop nombreuses années…

 

113a21f24bb1b00f491fd1bc5abe2df2.jpg

 

Laflote

 

Merci à Dydem pour son illustration originale. Clic sur Dydem pour découvrir son blog et Mr Mr. clic aussi sur Mr Chaussette.

 

lundi, 17 mars 2008

Le paysage politique après les municipales et cantonales

free music
                                              
55a9e854cc38b22768c1cf45bbbad61d.jpgAu lendemain des élections « locales », l’incertitude semble avoir en partie changé de camp. Une droite fragilisée, une gauche ragaillardie qui fait mieux que combler le retard pris sur la droite en 2001. Un Modem mis au pied du mur de ses contradictions internes. A ne pas vouloir choisir entre la droite et la gauche, il a donné une image de lui d’un détestable opportunisme le conduisant à des alliances au cas par cas. Un parti patchwork dont on voit mal quelle ligne cohérente pourra se dégager de cet amalgame de sensibilités différentes, sauf à ce que les clivages partisans disparaissent du paysage politique français au profit d’embrassades sans fin entre les tenants de diverses familles politiques allant ensemble aux élections, gouvernant ensemble par la suite. Un rêve pour certains, un cauchemar pour d’autres. Un peu à l’instar de la bizarrerie que pourrait recéler le mot d’ordre : «patrons, salariés tous unis pour un même combat».

Au-delà des jeux partisans, cette poussée de la gauche permettant un rééquilibrage entre deux majorités légitimes, l’une à l’échelle centrale, l’autre à l’échelle des collectivités territoriales, mais toutes deux nationales, est une vraie chance pour une réforme concrète de nos institutions. Une réforme qui ne soit pas issue de la volonté d’un seul et concoctée par un comité d’experts, mais une réforme qui soit la conséquence directe de la volonté du corps électoral. Une volonté dont on peut trouver l’expression peut-être contradictoire, mais néanmoins dont nul ne peut contester la souveraineté.

Cette chance n’est autre que la possibilité pour la majorité de gauche dans les territoires de faire entendre le pouvoir des institutions locales de mener une politique qui soit conforme aux engagements pris par ses candidats, sur la base d’une plateforme commune, et qui a reçu l’aval des citoyens. Une politique qui certes, n’a pas pour objet de mettre systématiquement en échec le pouvoir central, mais qui néanmoins, entend ne pas effacer ses propres priorités, choisies par les électeurs, derrière les réformes voulues par le pouvoir central et l’Assemblée Nationale, dépourvue d’autonomie par rapport à celui-ci. En somme, les collectivités territoriales sont en mesure de jouer le rôle auquel le Parlement a renoncé depuis bien longtemps.

Mais, spécificité des institutions locales, ce rôle ne peut être pleinement vécu que si une authentique démocratie locale est mise en place, qui associera plus étroitement les citoyens au processus de concertation et de décision sur les affaires les concernant. On le voit, cette contrainte structurelle indispensable au renouvellement du jeu politique local, inscrivant des décisions locales dans une logique plus large, ouverte sur les enjeux nationaux qui sont déclinés à l’échelle locale (logement, emploi, environnement, santé…) et sur les opinions, les suggestions, les évaluations des citoyens, est une opportunité de redynamiser la vie politique dans son ensemble et le rapport des citoyens à la politique.
e6bddd2f33c1d7e1d7a786593edc880f.jpg
Au sens où des citoyens écoutés, appelés à se prononcer sur les mesures envisagées en son nom par des élus locaux, dans un cadre de proximité, peuvent jouer le rôle de boîtes à idées, mais également de co-pilotes du développement local et de l’aménagement du territoire. Cette implication des citoyens dans la gestion de leurs affaires est une occasion de casser la pratique qui consiste à ne s’adresser qu’aux experts et à tenir en lisière ces foules inquiétantes et désordonnés que sont les « particuliers » censés n’avoir d’yeux précisément que pour leurs seuls intérêts privés. En même temps, c’est une façon de faire comprendre aux citoyens les contraintes des politiques, et aux politiques d’écouter l’expertise prosaïque des citoyens, dont la mobilisation compétente dans le cadre des enquêtes publiques, par exemple, a montré le degré de savoir et de savoir faire dont ses membres peuvent disposer sur des sujets précis.

C’est le défi qui se pose à la gauche de contribuer à faire naître une démocratie de concertation la plus ouverte possible aux intérêts variés qui peuvent se manifester sur des sujets d’intérêt général, y compris sur la forme que les mesures prises au niveau du pouvoir central doivent prendre pour s’adapter aux contraintes mais aussi aux exigences locales. Tant il est vrai qu’une loi a besoin d’être interprétée pour être appliquée. Et que cette interprétation n’est pas seulement technique, mais aussi bien politique. Il s’agit de faire des choix, de prendre en compte les contingences, les spécificités du terrain. Le tout ayant forcément des incidences locales mais également nationales.

7236cb6c53b396a7c5e3bbdce0b2e5da.jpgC’est une piste pour rapprocher la politique de ceux pour qui et au nom de qui elle est faite. Afin que les intéressés puissent être acteurs et non pas seulement observateurs passifs des choix de quelques-uns. A cet égard, l’inquiétant cavalier seul d’un Président de la république décidant de tout à la place de tout le monde, sans aucun contre-pouvoir et asphyxiant la vie politique nationale par sa seule dynamique a montré le risque réel que pouvait représenter le pouvoir central sur la vie politique nationale. Le résultat de ces élections a permis d’entamer une nouvelle page visant à corriger ces excès.

Souhaitons que les personnes investies d’une autorité publique par leurs concitoyens sauront être à la hauteur de cette nouvelle donne qui se profile pour le pays.

       Off                      

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu