Avertir le modérateur

mardi, 26 février 2008

Sarkozy : un héros tragique au temps de l’insignifiance ?

free music
 
 
Avec l’arrivée lentement fomentée de Iznogood au pouvoir suprême, suivie d’une chute spectaculaire en à peine neuf mois, le temps mis par l’opinion à se faire une idée du personnage, on pense immanquablement à une « chiraquisation » de la trajectoire de Sarkozy.
 
Le pouvoir, tout le pouvoir, mais pour quoi en faire ? Pschitt, sans doute ?
ea03e06946c556d3b824032a20c607e6.jpg
Ce scénario en rappelle un autre. En fait, il est celui qui se trouve au cœur de nombre de pièces de William Shakespeare, et de sa vision tragique du Pouvoir.

Comment un homme seul, décidé, porté par un désir de conquête, de vengeance et de reconnaissance qui le consume de l’intérieur, esclave de sa passion, génial dans stratégie menée dans l’ombre abandonne toute prudence et tout discernement une fois son objectif atteint pour perdre quasi immédiatement ce qu’il avait si longtemps convoité ?

C’est que le personnage shakespearien ne connaît pas la modération. Ou bien il est déjà au faîte de la gloire et se laisse évincer passivement par un membre de son entourage, comme intérieurement soulagé et complice de ce qui lui arrive, ou alors il est celui qui veut la place de l’autre et s’active sans connaître aucun repos jusqu’à ce que la place soit investie. Et puis, il bascule dans l’autre
figure. Dans les deux cas, il joue contre lui-même.

On le voit, pour que le scénario prenne, il faut donc deux figures opposées et complémentaires, une en mouvement, l’autre immobile. L’une s’apprêtant à porter l’estocade, l’autre résignée à la subir, tous les deux appelant secrètement ce destin qui leur est commun. Juste une question de temps.

Or, sur la scène politique française, qu’en est-il de ce second rôle au moment où l’actif de naguère se prépare à occuper la place du mort ?

085a70a687c58327ae9e50943eba5122.jpgL’alter ego de « Sarkospeare » est moins un individu qu’une entité politique : le PS dans son unité toute kaléidoscopique, pour rester poli. On lui prédit une large victoire aux prochaines municipales, trente nouvelles villes pouvant venir s’ajouter à celles déjà détenues par cette formation et ses alliés.

La question qui vient spontanément est : pour quoi faire ?
 
Si la victoire est large, une volonté de la faire fructifier naîtra-t-elle de cet événement ?

Ajoutant les communes aux régions, une sorte de « cohabitation » ingénieuse et inédite pourra-t-elle prendre forme à côté d’un pouvoir national déconsidéré et imprévisible, qui puisse assurer la continuité du pays face à un Etat malade de ceux qui le gouvernent si mal et qui sera indéboulonnable pendant les quatre longues années qui restent à ce régime ?  
 
L’intérêt général, le respect de la parole citoyenne, le souci de la dignité des personnes au travail, la prise en compte de la cherté de la vie pour un nombre croissant de nos concitoyens, le refus des inégalités établies sauront-ils prévaloir sur l’anecdote, la poudre aux yeux, les événements sans lendemain, et inspirer les mesures politiques qui conviennent à l’encontre de la ligne ultra-libérale actuelle ?
 
Ou bien le PS se contentera-t-il des gains pris à l’ennemi pour caser quelques uns de ses apparatchiks et penser à leur « vie bonne » de rentiers de la politique jusqu’aux prochaines élections ?
 
En bref,  au-delà du PS, la gauche saura-t-elle poser les questions qui ne le sont pas en dépit de leur caractère impératif ? Pourra-t-elle trouver le chemin de la sortie de ce cercle infernal du Pouvoir que l’on désire tant qu’on ne l’a pas, et dont on ne fait rien dès qu’on le possède ?

Pour l’heure, l’impuissance est partout à l’affiche, tant du côté du pouvoir en place qui s’agite en vain que de celui de ses opposants, tièdes et conciliants et dont les félons paradent auprès des troupes ennemies en recevant beaucoup de compréhension de leurs anciens amis, certains même faisant liste commune dans des listes d’« ouverture » vers la confusion des genres. On peut se demander si
les partis politiques n’ont pas voulu faire du peuple souverain son héros aux yeux crevés qui après avoir éliminé tel ou tel candidat au cours de joutes précédentes se voit réduit à ne plus pouvoir choisir et, en désespoir de cause, fait le dernier choix qui lui reste qui est de ne plus voir le monde qu’on lui impose.

Sombre destin en effet.
 
Oui, la politique peut être un jeu de miroirs dont rien ne sort. Elle peut se conduire dans sa dépolitisation absolue, devenir une simple technique de management des êtres et des choses, avec le même pouvoir accordé aux citoyens que celui qui est reconnu aux salariés des entreprises.

C’est ce destin qui, comme une certaine forêt, est en marche et menace de nous étouffer si nous n’y prenons garde. La démocratie peut démocratiquement s’auto-dissoudre et n’être plus que le fantôme d’elle-même, immolée sous les sunlights de la sur-consommation et du chacun pour soi.

Que faire ? Oui, que faire ?

Off

samedi, 23 février 2008

Les autres images de l'actualité - La rétention et la foi

free music
 
 
Une image pour deux actualités aujourd'hui. Une photo étonnante que ce Christ Du Corcovado, ce Christ rédempteur touché par la foudre.
91dd6ea36b5cd2d5517a79ea58ab5868.jpg
Un peu comme si d'un coup on banalisait les sectes, ou bien comme si, faisant fi de l'article 62 de notre Constitution qui stipule qu'«une disposition déclarée inconstitutionnelle ne peut être promulguée ni mise en application», et que les décisions du Conseil constitutionnel «ne sont susceptibles d'aucun recours et s'imposent aux pouvoirs publics et à toutes les autorités administratives et juridictionnelles», le Chef de l'Etat estimait qu'il ne pouvait y avoir nulle rédemption.

 
  
Les coups de foudre sont semble t'il monnaie courante à l'Elysée ces temps-ci.

Gare aux orages qui les accompagnent.

Serval

jeudi, 21 février 2008

Plus belle la vie pour Michelle Alliot Marie ?

free music
free music
 
 
 
Il serait opportun que les scénaristes  français, à l'instar de ceux des "Experts" se remettent au boulot. Surtout avec une star du calibre de MAM, notre ministre de l'Intérieur et de l'écharpe folklorique savamment portée devant les caméras.

C'était il y a quelques jours : Michèle Alliot-Marie, la main sur le cœur, jurant ses grands dieux qu'elle n'avait jamais mis au courant la presse et même qu'elle ignorait que les journalistes débouleraient en nombre impressionnant.  Bref on a compris à cet instant qu'elle n'était pas la fille naturelle de Gepetto, le père de Pinocchio, car son nez n'a pas grandi d'un millimètre !

Depuis, le choc des photos à crée le poids des maux pour MAM, suite à une série de clichés publiés dans Paris Match, qu'on avait connu beaucoup plus servile dès lors qu'il s'agissait d'effacer des bourrelets sur Not'Président à la fois guide suprême et champion olympique de canoë, ou d'effacer purement et simplement Alain Genestar pour cause de divulgation d'adultère Cecilien.98f7f13b4ee9f2c639b6e181ed590898.jpg

Mais revenons à nos moutons...(qu'on a finalement pas quitté d'ailleurs)

Sur TF1, le même jour, j'ai entendu Patrick Poivre d'Arvor sur TF1 déclarer que la presse avait été prévenue de l'opération de Villiers le Bel le vendredi soir par un (ou des) syndicat(s) de policiers…info confirmée par RTL dès le matin de l'opération et qui indiquait des 7h00 que les journalistes avaient été mis au courant de l'opération plusieurs jours avant.

Et puis, je me suis rappelé du syndicat Alliance qui avait pris position pour la candidature du président actuel lors des présidentielles…Ensuite, car je suis doué d'une assez bonne mémoire, je me suis souvenu des opérations hyper-médiatisées dans les cités, de M. Nicolas Sarkozy, Ministre de l'intérieur de l'époque dont l'annonce était organisée à partir de pseudos fuites syndicales…

Dites mes amis, maintenant j'ouvre mon parachute car ce que je dis là n'est qu'une simple hypothèse de travail  et que toute ressemblance avec des évènements connus ou ayant existé ne serait que pure coïncidence !  Hein qu'est ce que vous en dites ? Elle est pas fraîche ma coïncidence ? Bizarre, vous vous dites bizarre ? Comme c'est bizarre…

Parce que imaginez dans un escalier de HLM, une cinquantaine de policiers, des caméras de télévision, des angles de prises de vues variées suivies de gros plans,  CLAP, scène 1 : les forces de l'ordre préparent les gros béliers pour enfoncer les portes ! CLAP, scène 2, on frappe à la porte en hurlant que c'est la police… CLAP, scène 3 : quelqu'un ouvre la porte et les policiers déferlent… Ah ! Que voilà un scénario à peine téléphoné !

Qu'on ait laissé les journalistes rentrer dans l'escalier montre simplement que les services de police ont reçu l'ordre de les laisser passer. C'est aussi simple que cela. Rien n'empêchait de les bloquer à la porte d'entrée pour éviter une médiatisation excessive !

Michelle Alliot Marie aura t'elle le temps de créer une brigade Anti-Gag ?

Les scénaristes de "Plus belle la vie" alias en ce cas précis "Villiers le Bel" vont ils cesser leur grève ?

Les M sont ils maudits à l'Elysée ? Après Martinon, MAM ?

Et surtout, de qui se moque t-on ?

Cui cui
et Serval





mardi, 19 février 2008

Démocratie et sacralisation du pouvoir

free music

 

 

L’autre jour, j’ai lu une citation attribuée à l’excellent Jean-Louis Debré, fils de Michel, le père de la Constitution de la 5ème république, qui aurait déclaré : « Il faut faire attention à ne pas désacraliser les fonctions officielles ». Bon… Déjà à la lecture d’une telle phrase, je n’ai pu m’empêcher de grommeler…

Et puis.

Par le plus grand des hasards, je suis tombé sur un reportage du 9 février 2008 du magazine « 13 : 15, le samedi » sur France 2. Le sujet était la fameuse journée ou le Président présentait son plan « banlieues » devant le gouvernement, la presse et les associations, les créateurs de quartiers dits difficiles… Faites l’effort de regarder en entier ce reportage du 9 février consacré à la réception à l’Èlysée…

Et là j’ai littéralement bondi !

Comment en 2008, pouvait-on observer des visages aussi extatiques devant un homme censé les représenter ?

Comment la soumission pouvait-elle se lire à ce point sur les expressions devant un individu, aussi haut placé soit-il ?

Pourquoi montrer autant d’empressement, d’espoir irrationnel comme si ce personnage était couvert par une quelconque grâce divine et pouvait résoudre d’un coup de baguette magique les problèmes les plus complexes ?

À ce moment j’ai compris qu’en quelques siècles les individus n’avaient changé en rien : les techniques n’avaient pas fait évoluer l’homme de son berceau tribal. Le Chef, à ce moment, n’était pas le représentant légal des individus mais il représentait aux yeux de la foule l’incarnation divine du pouvoir.

Nous sommes en 2008… Quelle différence entre les courtisans de Saint Louis, de Louis XV et ceux de Nicolas Sarkozy ?

fea4ac0af15dc7356053d95775cb6aa6.jpgComment, au 21ème siècle, après des siècles de démocratie et de libertés publiques, peut on ressentir de tels relents d’obscurantisme, de féodalité, de soumission, de veulerie et d’idôlatrie ?

Et ce phénomène de sacralisation de l’image ne touche malheureusement pas que les politiques ! Désormais le sacre ne se proclame plus dans la cathédrale de Reims mais nos people et nos politiques sont oints par des animateurs où des journalistes sur des écrans qui sont devenus le miroir magique où tout ce qui y brille devient forcément de l’or…

Cette personnalisation extrême de la société est particulièrement inquiétante dans le sens ou la force de l’image plus ou moins artificiellement traitée et déformée par les médias a largement occulté la puissance des idées qui sont devenus des accessoires à peine plus utiles que des trousses à maquillage…

La responsabilité de cette dérive irrationnelle n’est non pas forcément et uniquement due à la volonté de nos politiques. Mais surtout au traitement médiatique et les mises en scène envers des personnes dont on sacralise la perception par le public, grâce à des techniques éprouvées par le show-bizz, ainsi que l’absence aveuglante de sens critique de la part de nous autres, citoyens ordinaires, qui avalons presque tout sans rechigner, en participant au succès, par  nos lectures et notre curiosité, de sujets futiles.

Je crois éperdument, contrairement à beaucoup de nos politiques, qu’il n’y aura jamais de véritable démocratie sans une désacralisation drastique du Pouvoir. Il est temps pour chaque citoyen qui croise un politique de le considérer comme un égal et non comme une incarnation céleste ou un être supérieur ou même, à contrario, comme un symbole du Mal.


Le temps de la maturité citoyenne est venu, que diable !

 

Cui cui

 

 

 

dimanche, 17 février 2008

Cavada est il sourd ?


Pas de musique aujourd'hui, juste une VIDEO en fin de texte.

 cbb0792820a81b68b7c9dcdf7d62d10e.jpg
Pour une fois que l'UMP était d'accord avec les Verts, il a fallu que ça tombe sur Cavada.


Ca c'est ben vrai ! Les 4x4 polluent et provoquent des embouteillages. Mais la différence, c'est que
les Verts ont un discours pro-Velib et Yvan Stefanovitch, comique troupier amené  par Cavada dans une réunion publique, lui a un discours antisémite. Pas seulement en ce qui concerne les 4x4 dont les conducteurs juifs polluent d'après lui plus que les autres mais aussi homophobe pour faire bonne mesure.


C'est ballot.

Mais bon le problème n'est pas les élucubrations du pisseur de copie, C'est que Jean-Marie Cavada pourtant à trois mètres de lui et alors que l'autre avait un micro n'a pas bronché.

Aux dernières nouvelles il n'aurait rien entendu.

 



Et la se pose une question : Faut il élire un maire sourd ?

Serval

PS: Que les malentendants m'excusent, je parle bien sur de surdité...électorale

22:05 rajout du lien sur le blog de Jérémy Sahel , auteur de la vidéo. Merci à f pour le lien.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu