Avertir le modérateur

lundi, 22 septembre 2008

Parti socialiste, ou comment en finir une bonne fois pour toutes avec la malédiction archaïque du Mythe errant ?

En m’attaquant à l’icône, au Saint Sépulcre - que dis-je ? - au Christ de la gauche historique, je vous avoue m’attendre à recevoir une volée de bois vert, peut être même cette expression n'est elle  probablement qu'un doux euphémisme, bien que je ne fusse qu’un petit plumitif prétentieux, infâme vermisseau sorti de ses faubourgs malodorants et citoyen de troisième zone. Certainement pas un de ceux qui eussent intéressé sa grandiloquente majesté, Mitterrand 1er, et ses sbires prosternés qui sont prêts à s’entre-tuer pour une place au soleil de la renommée et de la félicité !…

messe1.JPGLa rouerie, la ruse, le culot et le cynisme étant considérés de nos jours, comme des vertus cardinales nécessaires à la bonne gouvernance, comment voulez-vous que ce brave Parti socialiste créé par François Mitterrand, le parangon de ces vices puisse connaître un fonctionnement démocratique cohérent et bénéficier de hauts cadres désintéressés, remplis d’abnégation et au service de leurs militants et partisans  ?

Comment Lucifer aurait-il pu créer le Paradis ? Comment la créature du bon docteur Frankenstein aurait elle pu concevoir des maisons de poupées ? Auriez-vous imaginé Barbe-Bleue prendre la tête d'une cellule de soutien psychologique pour enfants battus ? Comment un François Mitterrand, bouffi de vanité, qui se délectait d’être pris pour un homme illustre aurait-il pu construire un Parti de gauche consacré à des idées auxquelles il ne croyait pas lui-même, alors que son PS ne représentait qu'un temple dédié à sa suffisante dévotion et peuplé de courtisans, favoris et autres hiérarques béats, veules et intéressés ?

Le Parti socialiste qui se targue d’être un parti extrêmement démocratique ne s’est jamais si bien porté que lorsqu’il a été conduit par un dirigeant manœuvrier à la poigne d’acier et au narcissisme exacerbé. Une sorte de monarque absolu.

Viergemarie.JPGCe que je veux souligner, c’est que ces pseudos grands hommes dont on nous rabâche les exploits à travers les âges, n’ont jamais été capables, de par leur autorité morale, leur charisme et leur position, de fonder un système démocratique, géré en collectivité voire collégial qui puisse leur survivre et perpétuer la philosophie de leur Parti.

Juste avant le vote des motions de fin septembre, j’ai envie de lancer un appel, probablement ignoré vu le peu de retentissement du Web, devant cette honorable assemblée :

"Militants socialistes : innovez, tentez donc un Parti à direction collégiale, fuyez donc cette vision du Chef suprême, mais je vous en prie, ravalez vos ego et tentez de nous montrer une façon moderne de gouverner, autogestionnaire et plus adaptée à l'évolution du niveau de nos concitoyens, moins naïfs, plus lucides, et bien souvent, réfractaires à toute propagande.

Enterrez donc les vestiges du vieux mitterrandisme en décomposition qui annihile depuis si longtemps votre Parti. Dissolvez ces oligarchies (Gracques et autres horreurs) remplies d’énarques et autres hauts fonctionnaires éloignés des réalités et essentiellement attirés par la promotion de leurs carrières. Retrempez-vous dans le bain populaire que vous n’auriez jamais dû quitter. Recréez de nouveaux concepts de pouvoir, moins personnels et plus participatifs, avec plus de cohésion, moins d’ambitions personnelles, sans mise en avant médiatique des représentants. Rajeunissez vos cadres. Virez vos vieux caciques avides de pouvoir qui vous conduisent depuis onze ans vers une impasse et promouvez les obscurs et les sans grades ! Brûlez les oripeaux de ces permanents et élus qui s'accrochent à leurs fonctions comme des morpions aux poils de culs.

Brisez la malédiction du vieux Mythe errant...

Surprenez nous.

Laissez donc à la vieille droite ce "culte du Chef" désuet et suranné, devenu à notre époque, une aberration qui nous mène à des situations de mal-gouvernance et d’injustice incroyables ainsi qu'à l'élaboration d'un pouvoir personnel complètement coupé des réalités au seul profit d’une clique de profiteurs sans vergogne et sans remords...

Mitt.jpgIl est certain que déjà, même à droite, des voix s'élèvent, comme à gauche, pour comprendre combien nous avons tous été floués depuis une trentaine d'années par des "hommes d'état" au cynisme effronté rongés par l'ambition personnelle, d'une médiocrité alarmante et dont les politiques à court terme de régressions sociales, économiques et des libertés  frisent la provocation et prouvent l'absence patente de dessein et de vision de l'avenir.

Une décentralisation du pouvoir et une certaine collégialité dans l'exécutif s'impose à nous pour des décisions qui réclament débats, démocratie et points de vues variés sans abus d'experts en tous genres : l'élitisme, la pratique de l'oligarchie et les effets du copinage ont fait les preuves de leurs impérities.

Militants socialistes, ne vous laissez ni manipuler ni emberlificoter : l'avenir de la gauche et de l'opposition est entre vos mains, saisissez votre chance...

Ou sabordez-vous pour éclaircir le paysage politique français !

Mais par pitié, épargnez nous la nomenklatura actuelle : le coquelet vaniteux de la Capitale flanqué de son inexpugnable acolyte, socialiste professionnel pour l'éternité, les complices du fumeur de barreaux de chaise à 100 $ et banquier de Wall Street ou la Madone de la bravitude à l'élocution si peu naturelle et à la faconde d'une fine de claire, tous à peu de chose près, autant socialistes et à gauche qu'un  zombie mou du genou comme François Bayrou. Ce qui n'est pas peu dire...

Nous comptons sur vous. Ne nous décevez pas. Tous les citoyens français de toutes opinions, particulièrement les sympathisants de gauche, dont je suis, attendent de vous un ultime sursaut.

Socialistes... Du passé faîtes table rase : osez l'impensable !

Poil au rable...

Évidemment ce billet polémique n'engage qu'une gamme d'opinions, celle de beaucoup de personnes que je côtoie et la mienne ; il n'est aucunement le reflet du sentiment de tous les membres du Village des NRV. Cette précision a au moins le mérite de la clarté...

Cui Cui, l'oiseau lyre qui prêche dans le désert...

 

mercredi, 23 juillet 2008

Au menu : langue de flûte et radicaux à écosser.


Découvrez Jacques Dutronc!

Bon ! Autant dire que la réforme de la Constitution, je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je m’en fous complètement… J’oserais même dire que je m’en bats complètement les clochettes, voire je m'en tamponne le coquillard : je concède là une vulgarité inouïe indigne de ce lieu savant. Bon… Je me repens et me reprends

493790828.jpgJe dirais même que certaines mesures sont intéressantes, limitation des mandats présidentiels à 2 fois, peut être un peu plus de pouvoir pour l’Assemblée bien que nous fussions en Monarchie déguisée, ne nous leurrons pas, tout ceci n’étant que poudre aux yeux !

Cela dit, les deux principales, mesures qui auraient dû être votées, sur le non cumul des mandats (la modification la plus importante à mes yeux concernant les institutions) et la réforme du Sénat, qui est condamné à rester à droite "ad vitam eternam", ne l’ont pas été car cela dérangeait bien trop les petits barons de la majorité qui tiennent davantage des seigneurs de fiefs qu’à des représentants citoyens démocrates purs et durs…

Mais mon propos décousu était à cette occasion de montrer la perversion des âmes, la faiblesse humaine et l’éloignement de plus en plus patent entre les citoyens et leurs représentants, la primauté de l’intérêt individuel ou de Parti sur le Collectif, la recherche d’avantages individuels ou claniques au détriment de l’intérêt général.

Au départ, certains radicaux dits " de gauche " et certains membres de l’UMP devaient voter contre cette dite " réforme " or le Président a sorti comme au plus beau temps de la 4ème République, des tas d’arrangements, combines, négociations, promesses, de telle sorte que brutalement, comme par un coup de baguette magique, les parlementaires du maillon le plus faible depuis un siècle (certains rad’socs sont comme les radis : blanc à l’intérieur, rose à l’extérieur et toujours à proximité de la motte de beurre) ont craqué sans trop de résistance. Passe pour cette fois mais imaginez qu’il s’agisse d’aticles de la Constitution plus douteux ?

Avez vous le sentiment d’être défendus par vos parlementaires vous ? Moi, pas . Déjà le coup du TCE , l’abolition du résultat du référendum européen est resté en travers de la gorge de beaucoup de nos concitoyens mais ce dernier vote du Congrès laisse un arrière goût saumâtre dans la bouche !

Soit chacun des députés ou sénateurs de droite et de gauche vote en son âme et conscience et le projet passe ou non, soit les groupes politiques font corps. Dans le cas d’hier on a assisté après des tractations douteuses dont on mesurera l’étendue des cadeaux prodigués par le Chef de l’État prochainement, à des manœuvres politiciennes dignes des années 1950…

À mon avis, le banquet des traîtres risque d’être copieux : une bonne tranche de Langue de flûte, un bon plat de Radicaux à écosser et à la clef une grosse et belle part de gâteau bien crémeux pour chaque convive. Pour Rebecca et nous, les arêtes de sardines suffiront…

Avec Besson, Kouchner, Jouyet, Allègre, Lang entre autres on entre dans une époque où nous devrions demander au Pape de canoniser Judas : il deviendrait ainsi le Saint Patron des ralliés qui n’en finissent plus de renier leurs convictions. Un bel exemple pour l’image d’une démocratie de plus en plus exaltante où la droiture est une vertu cardinale.

À propos ? Et le Peuple là dedans ? Allez vous faire foutre répond la voix d’en haut ! Restez à l'écart : vous avez voté, non ?  Laissez les grands faire leur job !

Ce que je fais en grognant avec l'impression fugace qu'on me baise grave dans cette histoire et que les élus qui ne représentent qu'eux mêmes parlent à notre place comme des ventriloques font s'exprimer leurs pantins vêtus de chiffons multicolores...

Comme nous tous, voyez vous, en plus d'une marionnette j'ai la sombre impression d'être comme un bovin, je regarde passer en ruminant les trains de mesures et de contre-réformes dont je ne connais ni les tenants ni les aboutissants et qui nous dépouillent un peu plus chaque jour…

Attention aux bovins qui voient rouge...

N’en déplaise aux esprits chagrins.

 

Cui cui, obstinément, inlassablement, envers et contre tous...

vendredi, 20 juin 2008

DEMOCRATIE PUNITIVE

 868852389.jpg

L'utilisation du "Taser " est remise en cause au Canada. Là.

Son usage sur l'Homme avait pourtant été qualifié de "sans risque" (voire bénins). Évidemment, la communication de ce nouvel équipement des policiers a été rendue publique alors que les commandes étaient entérinées.

Pourtant la brochure publicitaire du distributeur était alléchante...

[... Effet garanti : la victime perd le contrôle de son corps et s’écroule mais «aucun effet direct ni secondaire sur le système nerveux ou sur le cœur n’est à redouter, même sur un individu porteur de piles externes», jure Taser France... ] (Libé 27/10/07)

Les quelques informations glanées mettaient en doute "l'effet garanti inoffensif" mis en exergue par le distributeur.

Le pire est que le Taser nous a été refourgué avec la mention "Arme absolue anti-bavures".

Ainsi, nous étions assurés que les nerveux de la gâchette pourraient se défouler sans occasionner de blessures "mortelles".

Un homme est mort, depuis, en direct à la télévision...

[... En 2006, l’organisation soulignait que depuis juin 2001, plus de 150 personnes sont mortes aux États-Unis après avoir été touchées par une arme incapacitante – l’année 2005 ayant fait à elle seule 61 victimes –, et les chiffres continuent de croître.
Plus de 150 personnes déjà mortes. ] Amnesty International

Les raflés des centres de rétention se remettront sans doute de l'innocuité de ces pistolets de pacotille.

Il faudra combien de victimes pour que le retour sur investissement soit atteint afin de passer à un autre instrument de torture ?

Rien à envier à la bonne vieille gégène.

Une démocratie mâtinée de grande distribution au service des dernières "tendances" des châtiments corporels et mortels ...

Pour notre bien ...

 

 

Agathe

 

 

 

mercredi, 28 mai 2008

Bruxelles. The new Gotham city of Europa.

En surfant sur Internet, alors que je m’intéressais à l’influence des lobbies (voir cet excellent article ici) au sein de la Commission et du Parlement européen dont une majorité de sessions se passe à Strasbourg, je suis tombé presque par hasard sur le site de l’intergroupe Kangourou, comprenant des députés européens de toutes les Nations et de tous les partis politiques… 1268243948.jpg

Voici comment se définit ce fameux cercle Kangourou : groupe de pression très puissant au sein du Parlement européen œuvrant à l'élimination des obstacles à la réalisation du marché intérieur et en faveur d'une Europe de libéralisme économique. Son nom a été choisi en référence au kangourou, animal vivant en Australie et bien connu pour franchir avec aisance les obstacles. Ce lobby comprend aussi bien des parlementaires que des industriels éminents issus des plus grosses multinationales. En résumé, il s’agit tout simplement d’un lobby pro atlantiste chargé de défendre bec et ongles le libéralisme économique dans l’Europe des 27…

Une des multiples têtes de l’hydre de la nouvelle " Internationale libérale " dotée de moyens financiers considérables, de compétences inouïes et de moyens de propagande gigantesques…

Sachant que 80 % des règlements et des lois s’appliquant dans notre pays sont issues des élites technocratiques européennes et que beaucoup de textes de Loi votés par le Parlement européens sont préparés, clefs en main, par de puissants groupes de pressions et n’ont plus qu’à être avalisés par des députés de toutes tendances anesthésiés par des avantages plus que copieux, vous comprenez, pauvres petits citoyens français, combien vos 55 % de " non " au référendum sur le TCE, ont terriblement agacé l’oligarchie européennebien peu démocrate qui dirige davantage votre destinée que votre soi-disant Président, devenu, en réalité, un vulgaire gouverneur, "Ponce Pilate" d'opérette d’une province ordinaire qu'on appelle France, désormais complètement pacifiée depuis mai 2007…

534343730.jpgCertains pourront trouver mon propos excessif mais il se trouve que la profusion de lobbies, 2 600 groupes d’intérêts spéciaux, prouve bien que la communauté européenne est quasiment noyautée et quadrillée par un pouvoir diffus et omniprésent véhiculant une idéologie bien pensante archi dominante, bloquant toute vélléité de réformes n’allant pas dans sa direction et recourant si besoin était, à des manœuvres plus ou moins légalement douteuses comme l’annulation pure et simple, rien que cela, du résultat d’un référendum populaire dans un pays aussi important que la France.

Chacun aura compris que l’espoir d’un changement politique unilatéral d’un seul État membre de l’Europe contre ou simplement différent de tous les autres se révèlera fatalement un échec. Certains eurocrates désirant ardemment notre bien au delà de nos attentes et de nos souhaits.

Enfin, pour terminer mon raisonnement, pourquoi ai je fait référence à Gotham city ? Cette ville imaginaire (inspirée de New York en réalité) est une métropole  de bande dessinée riche et grouillante qui, faute de pouvoir cohérent ne tarde pas à s'embourber dans des guerres intestines qui ruinent sa réputation. Les malfrats se multiplient alors que la corruption se généralise.

Comme Gotham city on peut ressentir l’Europe actuelle comme un conglomérat d’intérêts particuliers convergents, sans aucune vision collective d’avenir, une fédération économique croupion dans laquelle peuvent s’assouvir en toute volupté et quiétude les volontés hégémoniques et idéologiques anglo-saxonnes. Un ventre politique mou et accueillant, sans volonté, sans armée, sans diplomatie, sans cohésion, hérissé de règlements cadenassant ce qu'ils appellent la libre concurrence et qui n'est que la prééminence des immenses groupes industriels apatrides ; un grand marché géré par des gnomes de tous horizons politiques, embrigadés, conformistes, sans états d'âme. Repus et fantomatiques.

Un Batman en chair et en os, est vivement recherché, attendu et souhaité par de nombreux citoyens sincèrement européens…

S'il te plaît, Père Noël ? Je t'en supplie : n'oublie pas nos petits souliers...

Cui cui, chauve-souris noire, hargneuse et merveilleusement inculte…

mercredi, 21 mai 2008

Les Incorrigibles

Sur le plateau de l'émission Revu et Corrigé, Philippe RIDET, journaliste politique au Monde, se permet de donner un cours au représentant des professeurs de la FSU.

 

« Vous allez perdre la guerre de la communication, vous devriez engager

une attachée de presse...vous répétez toujours la même chose »

 

Involontairement, cette émission consacrée aux médias nous apprend plusieurs choses.

 

1 - Un journaliste ne relaie pas un discours s'il ne change pas fréquemment.

Ce que Nicolas Sarkozy a parfaitement compris en leur proposant au moins une mauvaise idée ou un événement people par jour. Philippe Ridet alors relaie activement, en posant par exemple dans une réunion européenne, une question fascinante « Quel est votre état d'esprit au moment de votre divorce avec Cécilia Sarkozy ? ».

 

2 – Même au Monde, l'ère de la politique "produit" est ouverte.

Jadis dans Libération, on pouvait lire la rubrique « nouveau et intéressant », avec Philippe RIDET on tombe dans le « nouveau donc intéressant », totalement décomplexé. C'est une technique marketing avérée, vos ventes plafonnent, vous changez le nom du produit « Maintenant RAIDER, c'est TWIX », vous changez le packaging : « NOUVEAU ! Ouverture facile ». Exit le fond, tout dans la forme, mêmes pour les réformes « C'est une bonne réforme, mais on aurait dû faire des efforts de pédagogie ».

D'ailleurs Ridet ne s'en cache pas : « Je ne suis pas un critique de la politique, le fond je m'en fous, si Sarkozy est un bon candidat, je dois le dire. »

 

3 – Les journalistes français de nos quotidiens estiment avoir besoin des lumières d'une attachée de presse pour pondre leurs articles.

Mettons en valeur le travail des attachées de presse de Sarkozy dans le travail de Ridet. Ainsi, lors d'un déplacement de Sarkozy, ce dernier se lâche : « La Ségolène a été à la mode pendant des mois. Mais elle fait une erreur : elle ne présente aucune idée. Le 11 février ? Génial ! L’essentiel, c’est que les idées arrivent avant le 22 avril, date du premier tour de la présidentielle ! ». Et bien grâce au travail d'une attachée de presse, bien plus professionnelle que ne pourraient l'être ses propres oreilles, sous la plume de Ridet cela donne : « Nicolas Sarkozy a implicitement critiqué la stratégie de Ségolène Royal : il faut tellement de temps pour installer ses idées. C’est une erreur de penser qu’on peut les garder pour la fin ». Philippe Ridet n'en revient toujours pas que l'on fasse son travail."Les entretiens qu'il a accordés au Monde ont été peu corrigés. Ils contiennent en général ce qu'il faut de phases courtes pour pouvoir fabriquer " accroches " et éléments de titre. S'ils venaient à manquer, M. Sarkozy est prêt à fournir, sur simple demande, jusqu'à quelques minutes du bouclage. Cette réputation de professionnel des médias, il y tient."

 

Désolée Monsieur Ridet pour cette nouvelle Fatwa, mais bien que vous soyez incorrigible, si vous ne faisiez pas la leçon aux blogueurs et aux professeurs, on aurait moins envie de vous donner une bonne correction.

 


« Il est de l'essence [de la presse] de faire apparaître l'âne qui est à son service comme un dieu, et dans une mesure telle qu'il succombe lui-même à l'illusion. Une sottise imprimée en impose plus au lecteur que ce que les sept Sages de la Grèce pourraient lui murmurer à l'oreille. »

Karl Kraus in Die Fackel.

 

1436654577.JPG

 

« On peut quand même rire avec Sarkozy, c'est pas Hitler ! »

Philippe Ridet.

 

Vu par Nef et corrigé par Bob

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu