Avertir le modérateur

mercredi, 30 avril 2008

TRISTE

Une déclaration du Président de la République.

 

« Les bénéficiaires des minimaux sociaux devraient pouvoir cumuler aides sociales et revenu du travail sans condition s'ils ne touchent pas au total plus de "1,1 ou 1,2 SMIC", a précisé le président. "A partir du moment où on dépasse (ce seuil), il ne faut plus cumuler". Source Nouvel Obs AP

 

Un geste qui coûtera entre 1 et 1,5 milliard d'euros  financé par la prime sur l'emploi (confisqué aux nantis  entre autres d'après des  critères  évasifs à l'heure où j'écris), incertitude encore sur le nombre de « bénéficiaires » 100 000 personnes environ.

 

Il s'agit donc d'économiser, d'enlever l'excédent à ces cohortes d'inconscients qui festoient grassement de cette prime pour l'emploi.

 

Évidemment, nous pourrions comparer l'incomparable limite de cumuls imposés aux uns et encouragés pour les autres. Source ici

Et là une babiole.  Ici, une justification.

Le sujet ne se situe pas là, pas d'échelle de valeurs, celle du nombre.

 

Aucune originalité à recentrer le débat sur la quantité.

 

L'argent ne peut profiter qu'au plus petit nombre, c'est mathématiquement capitaliste …

La déclaration du Président. . "A partir du moment où on dépasse (ce seuil), il ne faut plus cumuler".

 

 

Laissez moi rire.

 

Agathe

N B : Cet article n'est pas aussi développé que prévu mais mon boss a refusé de me faire un mot d'excuses.

dimanche, 20 avril 2008

Le truand, la brute et le bon…

free music

Bon ! Après avoir profité de la même boîte gorgée de ce nectar fort coûteux et délicieux les jeudi, vendredi, samedi et dimanche, nous allons tenter d’analyser l’impayable après le gratuit… Humblement, comme à l'accoutumé...

En ces fêtes de Pâques, j’ai essayé de démonter subtilement la rhétorique du Pouvoir pour mieux gruger l’électeur... Car il serait difficile de nier que le citoyen français, aux yeux nos plus hautes têtes cogitantes soit devenu une sorte de bœuf avec des cornes géantes et une cervelle d’oiseau (que je ne renie pas)…

Je ne sais si vous avez remarqué mais la communication du Pouvoir exécutif passe par 3 phases bien distinctes que je mettrai désormais en 3 couleurs pour que chacun puisse bien comprendre ma démonstration magistrale dans tous les sens du terme.

Phase 1. Le truand.: Le Premier Ministre, M. François Fillon décide de comprimer les dépenses de santé.

Phase 2 . La brute : il passe, selon un scénario bien huilé le bébé au Ministre responsable qui va lancer sa mesure avec une brutalité inouïe et une maladresse incroyable… Attention ! Des études poussées ont été menées pour que cette pseudo maladresse soit particulièrement malhabile !

Phase intermédiaire : La Presse, les syndicats, les gens de gauche hurlent à la destruction des acquis sociaux  et du sacrifice énorme de notre pauvre peuple exsangue…

Phase 3. Le bon : Le Président français, lui qui était en visite officielle dans un pays étranger ou il défendait, bien entendu, les intérêts français, au bord d'une plage ou dans un palace, estimant que finalement le pouvoir, c'était plus facile à exercer que ce qu'il imaginait (sic-Le Point), un verre à la main, sa douce lui susurrant quelques couplets narcotiques à l'oreille ; soudain  comme un diable sorti de sa boîte intervient, courroucé, tel le Chevalier Blanc et déclare que ses Ministres sont des imbéciles, qu’un type aussi social que lui est entouré d’incapables, qu’il n’est pas secondé , etc, etc…

Figurez vous que le pire,

C’EST QUE TOUT LE MONDE LE CROIT ! Même vous !

Allez, Avouez le !

Et finalement, les 3 pilules qu’on devait vous faire avaler, mes amis, et bien miracle ! Elles se transforment en seulement 2 pilules et que fait on ? On dit merci à M. Sarkozy d’avoir compris ces braves petits Français mais le résultat ? La purge est passée sans douleur !

Malin, non ?

Voici les exemples en couleurs…

Fillon : la France est en faillite

Lagarde : pas de politique d’austérité

Sarkozy : je suis le Président du pouvoir d’achat des Français… Sans commentaire.

---------------------

Fillon dit : il faut diminuer le budget santé

Bachelot : on va supprimer des tas d'hôpitaux en province (50 bornes en plus à se taper pour se faire soigner, c'est rien du tout !)

Sarkozy : je vais sauver l'hôpital (sic) ! (Sarko = infiniment plus d’humour que cui cui…)

---------------------

Fillon : on va diminuer les frais de Justice

Dati : on va supprimer des tas de tribunaux en Province

Sarkozy : la Justice sera mieux rendue (mon œil ! Ah ! L'humour sarkoziste !)

Et puis tiens ! Je ne résiste pas à mon irrésistible penchant vers la dérision… Pardonnez moi... C'est plus fort que moi...

---------------------  

Fillon : Vous pouvez augmenter l’essence. No problem !

Lagarde : s’ils sont fauchés , ils n’ont qu’à rouler en vélo, ces gueux !

Sarkozy : Les pauvres n’ont qu’à mettre de l’huile de friture pour partir en week end ! En plus je favorise les Ch’tis qui avalent 10 kgs de frites par jour, c’est dire mon empathie envers les plus malheureux d’entre nous, même que je me fais projeter des films populaires à l'Élysée !

---------------------

Fillon : il faut économiser les frais dentaires.

Bachelot : Les gens qui n’ont pas de dents n’ont qu’à manger de la purée et des steaks hachés  

Sarkozy , furieux : Tous les citoyens ont le droit à un steak haché et de la purée et même du boudin ! Je m'engage à défendre bec et ongles ce droit imprescriptible ! Les pauvres comme les riches doivent pouvoir profiter des aliments faciles à avaler ! Je me porte garant de la cohésion alimentaire de notre belle Nation !

 ---------------------

Fillon : il faut économiser sur les frais de lunettes.

Bachelot : les bigleux n’ont qu’à s‘acheter une canne blanche !

Sarkozy : Les Français les plus modestes sont les plus créatifs : avec 2 tessons de bouteille et un bout de fil de fer, ils obtiennent une paire de lunettes "tendance" et bon marché ! J’aime le bon sens du peuple dont je suis issu et solidaire ! Avec 2 tessons de bouteilles de Champagne et le muselet (l'armature en fer qui maintient le bouchon), ils peuvent même arborer une superbe paire de lunettes de soleil du meilleur goût ! Nous sommes d’ailleurs prêts, au gouvernement à fournir les tessons de bouteilles de Champagne et les muselets !

Et voilà le travail ! J'espère que vous avez été convaincu par cette démonstration sans faille, digne de nos plus grands penseurs français, tels Finkielkraut, BHL, Beigbeder et Glucksmann !

N’atteint on pas des sommets de cynisme, en cette merveilleuse époque formidable ? Je suis en droit de me le demander, non ?

Pas vous ?

 

 Cui cui, philosophe printanier ...

mercredi, 16 avril 2008

Roselyne Bachelot, la « Bianca Castafiore » des contre réformes.

Roselyne Bachelot est la Ministre du gouvernement Fillon, chargée de débroussailler, d’éradiquer et de vider inexorablement de sa substance le maximum de prestations de la Sécurité sociale afin de conduire, à pas léger, notre système vers une protection analogue à celle des USA, et où progressivement et en catimini, la part des remboursements des frais de maladie, dévolue aux mutuelles, va finir par dépasser la quote-part de la Sécurité sociale…

On parviendra donc discrètement d’ici à quelques années à une privatisation de l’Assurance Maladie qui ne veut pas dire son nom et où les gens modestes et moyens, de plus en plus nombreux, ne pourront plus payer les 100 à 150 € mensuels qu'il faudra débourser, consacrés aux Mutuelles devenues des Assurances santé, minimum nécessaire à une couverture maladie correcte.

9d2181cc14bbd93d479d519a14127f88.jpgRécemment mise en vedette avec une outrancière flagornerie par l’inamovible thuriféraire Michel Drucker, dit " langue de velours " dans l’émission " Vivement Dimanche " sur France 2 , puis interviewée par un terre-plein de journalistes assez complaisants, dimanche dernier sur RTL, lors du " grand jury ", les médias n’arrêtent plus d’admirer notre nouveau rouge-gorge angevin, accessoirement Ministre de la santé et feue Ministre de l’écologie.

Roselyne Narquin, épouse Bachelot, élue dans la 1ère circonscription du Maine et Loire a succédé à son papa, Jean Narquin, nivernais d’origine, politiquement parachuté en 1958 par De Gaulle en Anjou ; cette famille Narquin tenant les rênes de cette circonscription depuis exactement 50 ans. Cette région de droite, berceau des derniers défenseurs de la monarchie absolue, et où, même les radis sont honnis à cause de leur couleur rouge, est donc représentée par notre héroïne qui, n’eût probablement comme principale difficulté dans sa vie, que celle de naître.

À la recherche effrénée d’une singularité insatiable, jusqu’à se vêtir d’habits aux couleurs criardes et d’un goût exécrable pour attirer l’attention sur elle, on peut dire qu’elle fait tout ce qui est en son pouvoir pour se faire remarquer du paysage médiatique français et de l'opinon publique.

Naguère, elle utilisa une certaine spontanéité et une ingénuité provoquées pour se distinguer de sesc836ebf70a3e3374e34f2f61695a911e.jpg rares consœurs députées ; le seul véritable fait de guerre à mettre à son crédit fut sa défense de la PACS à l’intérieur de son propre parti. C’est la médaille qu’elle traîne depuis lors en n’omettant jamais de la faire bruyamment cliqueter partout et en toutes circonstances car Madame est très bouffie d’elle même, est il besoin de le préciser ? Et les occasions de se glorifier ne sont hélas pas si nombreuses…

Puis vint la nomination de notre rossignol du Maine et Loire, au poste de Ministre de l’Écologie. À ce moment les choses se gâtèrent car l’allure primesautière cachait mal un manque de connaissance des dossiers et son désintérêt de cette fonction ; quand on la compare à Nathalie Kosciusko-Morizet, les différences de compétences et d’efficacité sautent aux yeux !

Les Guignols de Canal + en firent d’ailleurs une figure de proue ridicule et assez représentative de l’image qu’elle dégageait. Dans l’ordre des oiseaux de proie, elle se rapprochait alors davantage de la buse que de l’aigle. Son orgueil en  fut mortifié et elle décida de changer son fusil d’épaule pour abattre la buse qu’il y avait en elle  et pour enfin faire apparaître l’aigle qu'elle s'imaginait être…

c7c51469240474b1e444c031670e76fc.jpgMalheureusement, avec la maladresse qui la caractérise, elle abattit les deux rapaces à la fois et à la place il resta la paonne qu’elle cachait secrètement au fin fond de sa personnalité et qu'elle n'avait jamais cessé d'être ! La voici nommée Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative du gouvernement Fillon et là surprise ! On découvrit une pédante, parlant d'une voix de gorge, avec un vocabulaire chatié et la componction et l'affectation d'une aristocrate du 18ème siècle faisant la morale avec une morgue sans pareille à un philosophe égaré préconisant les Lumières !

Se prenant tellement au sérieux qu'elle en devient ridicule ; d'une vanité inouïe, chaque mot qu'elle prononce désormais semble pesé, façonné , édulcoré ; ses manières de châtelaine de Moulinsart et son affèterie insupportable m'évoquent la Castafiore guettant son reflet dans le miroir au grand dam d'un  Capitaine Haddock grincheux que je suis devenu...

Les seules privautés qu'elle se permet pour faire "peuple" et soigner son image sont désormais, les rencontres sportives où elle adore se pavaner aux côtés du Président, affublée, d'un maillot de l'équipe de France qui lui sied comme un sac de pommes de terre et d'un drapeau ! Que ne ferait elle pour se faire remarquer et impressionner les pellicules des photographes de Presse ! Dieu merci, le ridicule ne tue plus de nos jours, bien au contraire, il a plutôt tendance à rendre autrui sympathique...

Pour terminer ce portrait et lorsque je pense que ce sont ces gens là qui sont chargés de "réformer" le système de santé, permettez moi d'avoir des doutes, sur leur efficacité, leur crédibilité et sur leur empathie à l'égard des humbles pour effectuer de vraies réformes utiles et justes. Mais ce que j'en dis, pauvre oiseau dont les plumes et la peau sont rongées par les parasites et qui crèvera faute de soins en remerciant Roselyne de son action, n'a évidemment aucune espèce d'importance...

cui cui, oiseau de mauvais augure.

lundi, 14 avril 2008

RENCONTRES TROPICALES

La dialectique peut-elle encore
 casser des briques ?    
                              

 

Rencontres à la librairie :

366205a0be13685a0696f31da1464640.jpg

 

 

D'où venait cet air de satisfaction apaisée, rassérénée, confortée ...
de tous ceux et de toutes celles qui étaient présents ce 28 mars 2008 ?
Je préfère vous laisser le découvrir vous-même et vérifier si , eussiez vous été présents,
vous auriez vous même trouvé, comme les privilégiés qui étaient là,
des motifs sérieux d'en-couragement ,
dans les réponses claires et distinctes du rationaliste platonicien,
à la perplexité scrupuleuse du vitaliste honnête et sincèrement troublé.

(Pour lutter) contre la déploration, le reniement, la veulerie conformiste du libéralisme globalisé, le divin marché et sa société du spectacle :
un dialogue platonicien sur le mode contemporain,
sans Socrate ni Parménide, mais avec Alain Badiou et Alain Brossat,
dont chacun(e) pourra, selon ses critères et sa perception propre, 
mesurer la force de vérité et d'évidence, à l'aune de l'analyse qu'ils proposent de ces temps difficiles et des moyen d'y faire face.


 

Non, nous ne sommes pas condamnés à la médiocrité et au crétinisme des "faiseurs d'opinion",
des rats, des politiques et médiacrates de tous poils, de tous bords et de toutes les antennes et publications.
Si vous en doutiez voici une occasion de vous en restituer la conviction.
Ces agitateurs compulsifs de formes mortes qui encombrent et accaparent la scène politico-médiatisée,
qui in-forment comme on rend informe, sont à proprement parler des occupants,
aussi néfastes et illégitimes que ceux qui les précédèrent au siècle passé.
Il convient donc, aujourd'hui
comme précédemment, et selon le mot d'Alain Brossat,
de résister à leur pouvoir spectral,
avec la belle énergie dialectique que nous fournit Alain Badiou,
et dans laquelle déjà plusieurs dizaines de milliers de lecteurs ont saisi, spontanément,
l'évidence de la vérité.


 

Urbain

 

samedi, 12 avril 2008

La famine dans le monde en 2008 : une catastrophe annoncée sans précédent.

Un collègue de travail, de nationalité égyptienne et vendeur de fruits et légumes sur les marchés de la banlieue parisienne, s’est épanché sur un phénomène auquel son pays n’avait pas été confronté depuis fort longtemps (1977) et que lui même n’imaginait plus subir…

Figurez-vous que la pénurie alimentaire et l'inflation des prix de l'alimentaire commencent à s’installer dans un pays comme l’Égypte qui n’est tout de même pas le pays le plus pauvre du monde ! La FAO tire la sonnette d’alarme sur cette hausse des prix dramatique.

Je viens de lire deux articles de RUE 89 ici et … Je vous conseille de les dévorer car ils vous concernent tous de plein fouet, vous et vos enfants, et je prédis même à moyen et long terme de terribles cataclysmes humains, génocides et tragédies inédits et d’une violence inouïe !

5de48feb28c9d718f268453bd65c5076.jpegJe ne veux pas commenter les articles (ils sont suffisamment explicites) mais il est souhaitable de mettre quelques chiffres en exergue… Dans certains pays d’Afrique, 70 % des revenus sont consacrés à l’alimentation contre seulement 15 % dans les pays occidentaux… Les céréales et le riz, base de l’alimentation asiatique, ont augmenté de 50 %. L’inflation atteint des niveaux incroyables et des soulèvements populaires éclosent dans plusieurs dizaines de pays. Quelques autres chiffres en vrac : 64% des céréales récoltées sont dédiées à l’alimentation animale, elle-même destinée aux pays développés… Aux U.S.A., 18% des cultures sont destinées à la transformation pour le bioéthanol…

À quoi donc est due cette inflation sur les produits alimentaires et les céréales en particulier ? D’abord aux conditions climatiques, puis à l’accroissement de la population mondiale (6,8 milliards), l’urbanisation échevelée, qui gagne sur les terres cultivables et sur l’extension de cette connerie magistrale qu’on appelle le bioéthanol, substitut du pétrole et qui diminue d’autant la surface de cultures vivrières.

Au-delà de l’aspect économique froid, impersonnel et dogmatique, croyez-vous que ces pauvres gens touchés par la pénurie alimentaire vont se laisser mourir ? Sûrement pas ! Une bonne partie n’aura d’autre solution que la migration vers d’autres lieux bien plus hospitaliers malgré tous les risques inhérents, car pour les familles qui fuiront la famine, entre mourir chez eux ou vivre mal en Occident, que croyez vous qu’ils choisiront ? Que feriez vous à leur place ?

Peut-on laisser crever des millions de gens sous prétexte de rouler avec de l’énergie propre ? Peut-on 35d5f6ae74e3f7f3996fb4cb4a19499b.jpegencore laisser les marchés spéculer sur des denrées vitales ? N’est-il pas temps d’attribuer enfin les crédits destinés aux armements et aux conflits inutiles, au bénéfice de l’alimentation des populations nécessiteuses ? N’est-il pas temps de rogner un peu les profits pharaoniques des entreprises pour la mise en valeur agricole des pays d’Afrique ? Je sais que certains me taxeront d'utopiste bêlant mais le jour où des cohortes de gens misérables, au paroxysme du désespoir se trouveront à nos portes, il sera trop tard...

Je pense que nous arrivons à la croisée des chemins d’une conception économique qui prend l’eau de toutes parts. Nos experts économiques, toujours en retard d’une guerre, ont complètement éludé ce problème, persuadés que la famine grâce aux progrès scientifiques serait éradiquée. Contrairement aux exégètes du libéralisme mondialiste, l’évolution du mode de vie de la planète, du moins dans un premier temps, ne viendra pas forcément du manque d’énergie, des excès de pollutions, du réchauffement climatique mais bien du déséquilibre grandissant entre les pays les plus pauvres et les nations de moins en moins riches dirigés par une élite de plus en plus fortunée, accélérant une migration colossale et incontrôlable. L’Occident devenant une sorte de ligne Maginot facile à contourner, un fort Chabrol dérisoire et délabré…

Il est grand temps pour les gouvernements de tous les pays, de réfléchir, pendant qu’il est encore temps à un nouveau modèle économique mondial incluant une mobilisation opiniâtre ainsi qu'une solidarité effective entre toutes les nations. Les vieux dogmatismes tels les  théories ultra libérales et spéculatives qui fragilisent les structures sociales, qui enfoncent chaque jour un peu plus la planète dans des voies sans issues et laminent les plus faibles, la fuite en avant vers une croissance qui ne maîtrise plus les ressources limitées des matières premières, tous ces éléments font qu'on se dirige vers un gouffre insondable, chacun d'entre nous le pressent, la plupart en ont l'intime conviction mais un espoir infime subsiste : le pire n'est jamais sûr.

Peut être est il trop tard pour réagir ? Comment pourra t-on éviter  les catastrophes planétaires inéluctables et sanglantes qui se profilent à l'horizon ? Le plus grand danger est que notre destin se trouve entre les mains de quelques dirigeants du monde dont le moindre qu'on puisse dire est qu'il ne se montrent ni spécialement rassurants ni très clairvoyants ; si ces derniers faillissent ou se révèlent particulièrement incompétents, faibles ou égoïstes, nous sommes cuits, tous pays confondus, riches et pauvres.

Enfin deux questions lancinantes n’en finissent pas de me hanter, moi, humble et impuissant petit citoyen de troisième zone ? Comment en ce début du 21ème siècle, a t-on pu en arriver là ? Comment le système économique mondial a t-il fait pour laisser entrevoir tant d'incurie ?

Cui cui

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu