Avertir le modérateur

lundi, 31 août 2009

La spéculation : le dopage du capitalisme ?

Dites les amis ?

L’autre jour, je regardais nonchalamment à la télévision la finale du 100 mètres hommes lors du Championnat du monde d’athlétisme et observait dubitatif ces gros bébés bodybuildés et musclés comme des statues grecques gonflées à l’hélium qui se sont élancés sous les hourras béats de journalistes conquis d’avance.

À l’annonce de la pulvérisation du record du monde (9’’ 58), les commentateurs sportifs, en transes, ont salué la performance d'Usain Bolt, avec moult glorifications, rejetant par avance avec dédain la suspicion de dopage qui, je cite, pourrait casser les rêves de chacun !

Mais le mauvais esprit, que je suis, pisse-froid s’il en est, n’a pas été très convaincu par la « guépardisation » naturelle de l'espèce humaine … Des exploits toujours plus surnaturels, une fuite en avant incessante vers la surpuissance musculaire, des produits dopants de plus en plus performants, toujours autant de gens contrôlés positifs. Bref, tout ceci me met un peu mal à l’aise. Jusqu’où iront ils ?

Et puis samedi, en parcourant des yeux les kiosques des journaux je suis tombé sur cette Une du Figaro  : une caricature de titre que je n'aurais même pas osé présenter sur mon pastiche du "Jivaro" tant elle est d'une connerie monumentale ! Imaginez ? L'optimisme retrouvé alors que tous les économistes sérieux appuyent comme des damnés sur le signal d'alarme...

Comment, par la barbichette de la momie de Lénine, peut on être en même temps un homme avisé, informé et un lecteur du Figaro ?

fig.jpgEt brutalement la révélation, que dis je, la grâce a touché ma gracile tête de linotte en faisant le rapprochement entre le niveau des journalistes du Figaro et celui des commentateurs sportifs du championnat du monde d'athlétisme !


Amis, ne voyez vous pas la concordance entre les deux vices que sont le dopage et la spéculation, maux qui minent cette société de l’illusion et du mensonge ?

 

  • Avec le dopage, vous obtenez toujours plus de performances et de gain ; avec la spéculation, plus de performances  et de gain en un minimum de temps !

  • Avec le dopage, les limites sont vite outrepassées et  l’issue peut être fatale ; avec la spéculation lorsque les limites sont franchies vous mettez  l’économie en péril !

  • Avec le dopage, si un seul compétiteur triche, il rafle tout et les autres sont forcés de recourir à des produits identiques pour accéder au même niveau : avec la spéculation, si une seule banque la pratique ou un seul pays l’autorise,  tous les autres sont obligés de suivre pour survivre !

  • Avec le dopage, le fric est le moteur principal des participants et des sponsors sans mentionner les problèmes futurs de santé des sportifs, avec la spéculation, le fric facile est l’unique carburant des actionnaires, banquiers sans tenir compte de l'intérêt de la population, des salariés et de la clientèle !

  • Le dopage comme la spéculation sont tellement rentrés dans les mœurs des élites sportives et économiques qu'on n'imagine difficilement une société cohérente abandonnant ces sinistres préceptes. Inéluctablement, la spirale infernale enclenchée ne pourra se boucler que par des bouleversements vitaux pour la santé des sportifs et par de réelles catastrophes sociales et humanitaires tant  les conservatismes dogmatiques ultra-libéraux, injectés depuis 30 ans dans des cerveaux peu critiques et formatés par l'enseignement,  sont tenaces !

  • Enfin dernier point commun et non le moindre, avec le dopage, l’idéal du sport, des valeurs humaines, de l’honnêteté et de l’intégrité sont bafoués ; avec la spéculation, ce sont les valeurs du travail, du progrès humain, de la cohésion sociale et de la compétence qui sont foulés aux pieds !


Malgré les cris et les appels de beaucoup, nos gouvernants et ceux qui pèsent font la sourde oreille.

Jusqu’à quand ? Faudra t-il encore créer de nouvelles taxes pour sauver les oligarchies financières ?

Faudra t-il que nous tombions tous dans le gouffre sans fin de la récession pour qu’ils comprennent ?

Il y a de quoi se désespérer.

Citoyens mortifiés par tant de médiocrité et d'égoïsme, croyez moi, vos élites ne vous méritent pas !

Alors, me direz vous ? La spéculation est elle la dope du capitalisme ultra-libéral ? Imaginez qu'on supprime brutalement chez un drogué dépendant, sa dose quotidienne ? À coup sûr, il risquerait un malaise sinon l'embolie ! Et voir le capitalisme financier s'écrouler, terrassé par une crise fatale, amis, vous l'avez bien compris, serait un spectacle bien trop épouvantable pour nos yeux...

C'est pour cette raison que contrairement aux vœux de certains économistes et de beaucoup de citoyens qui souhaiteraient un traitement rapide, la spéculation a encore quelques belles années devant elle, jusqu'à ce qu'une overdose fatale abrège enfin la lente agonie d'un système devenu incohérent et dévastateur  !

À après !


Cui cui, la linotte sans influence

lundi, 27 juillet 2009

Les NRV ont testé pour vous : le malaise vagal de Nicolas Sarkozy, "Secret Story", l'élection de Miss Arabie Saoudite, Julien Dray, le Tour de France.

Voici une de nos premières maquettes pour des parutions plus régulières prévues à la rentrée. Il s'agit d'une parodie de l'excellent magazine, "60 millions de consommateurs"


 

Capt-2145291.jpg

 

 

"60 millions de blogueurs",

le magazine des NRV

a testé pour vous :

 

 

- 1   Le malaise cardio vasculaire de Nicolas Sarkozy

Je me ferais toujours un point d'honneur à éviter d'attaquer les personnages en état de faiblesse temporaire, soit consécutivement  à une maladie ou un accident, soit  à la suite d'un lynchage médiatique (voir plus bas, le paragraphe Julien Dray). Et ce, même si je les considère comme des dangers pour la collectivité. Quant à mon titre un peu plus haut, il corrige de lui même les troubles vagaux supposés en un malaise un peu plus préoccupant.

 

- 2   L'émission "Secret story" sur TF1.

TF1 : l'ex-gourou et maître à penser, l'inénarrable Patrick Le Lay remplacé depuis par l'ineffable Nonce Paolini, déclarait dans le passé que le rôle de sa chaîne consistait à préparer pour ses annonceurs publicitaires dont Coca Cola à l'époque, je cite, "du temps de cerveau disponible".

L'ennui avec ce programme, c'est que le temps disponible existe mais autant chez les acteurs, que parmi la presse qui relaie et  surtout les téléspectateurs, on cherche, en vain, les cerveaux !

Selon le Parisien du dimanche 26 juillet 2009, cette débilité attire 4,151 millions de téléspectateurs dont 51,6 % de 15-34 ans et 63,3 de 15-24 ans.. Le chien "Saucisse" a été introduit pour faire monter l'audience et on risque, grâce à "Saucisse " d'atteindre des pics de 4,6-5 millions. Quel misère !

Les vaillants beaufs de "la France de demain où ensemble, tout sera possible" sont en route. Plus besoin de leur greffer un casque à boulons sur le crâne, désormais ils naissent avec. Les manœuvriers politiques ont de beaux jours devant eux : le sens critique , le refus de la manipulation médiatique et la conscience politique sont devenus des notions complètements ringardes et obsolètes...

 

- 3   L'élection de Miss Arabie Saoudite.

Sur le quotidien "Libération" du 25 juillet 2009, page 9, on apprend que Miss Arabie Saoudite, Mlle Aya Ali al-Mulla, 18 ans, a été élu reine  de beauté de son beau pays où la tradition féministe a fait ses preuves sans quitter son jihab  devant les membres du jury. La Madame Fontenay orientale , l'organisatrice du concours, a déclaré que : "les gagnantes représentent les mœurs hautement islamiques." Nous plussoyons largement : seule compte la beauté intérieure ! Seul bémol, tout dépend laquelle ?

Notre équipe de reporters est parvenue à saisir, en exclusivité mondiale, un cliché lors d'une finale mettant en lice, les Miss candidates des quatre principaux pays ultra musulmans : Afghanistan, Pakistan, Arabie Saoudite et Iran.

Pervers, vous êtes instamment priés de vous abstenir de reproduire cette photo...

 

desert1.jpg

 

- 4   L'affaire Julien Dray.

journal3.jpg

Soit Julien Dray est abominable de cynisme, soit il est dramatiquement innocent. Or chacun sait qu'il n'a pas encore été jugé.  Je m'abstiendrai donc de toute opinion envers cet homme, laissant aux hyènes le soin de participer à la curée. Jamais je ne participerai à un hallali médiatique de cette envergure. Ici on ne chasse que le gibier dangereux et non blessé. Et si le PS est une de nos cibles c'est pour qu'on puisse l'élaguer afin qu'il se régénère et produise de nouvelles pousses.

 

 

- 5   Le Tour de France.

 

Au palmarès de notre essai :


seringue.jpg

 

1ère place : la seringue.

 

 

 

poche sang.jpg

 

2ème place : la poche de sang auto-transfusée.

 

 

 

 

 

pilules.jpg

 

3ème place : les pilules et comprimés.

 

 

 

Holtz.jpg

 

4ème place : Gérard Holtz qui évite les sujets qui fâchent.

 

 

 

Prochains tests gratuits sur vos écrans : Slate.fr et sa triste bande de conformistes colombanisés,  des sites, des émissions de radio et de télévision, des politiques, des experts économiques qui se trompent sans cesse, des pseudos philosophes, des stars médiatiques surfaites, des journalistes embedded , des fausses gloires du Net.

 

By Cui cui l'oiseau morbide et méchant qui adore les sujets qui fâchent.


mercredi, 01 juillet 2009

Sonner la retraite

 

Chacun aura remarqué le travail de préparation du gouvernement au fait que le temps de travail devra inéluctablement augmenter pour que notre modèle social soit préservé. C'est-à-dire que parmi la seule solution proposée au débat, c'est-à-dire l’allongement de la durée de travail, sur une journée, une semaine ou une vie, c’est celle-ci qui va être privilégiée et donc détruire implacablement un modèle social avec pour but de le préserver. Vous suivez ? Oui bien entendu, c’est encore une fois une escroquerie intellectuelle grosse comme une maison à 100000 euros. La droite décomplexée en a l’habitude depuis les incantations de son chef pour le « travailler plus, pour gagner plus » dont nombreux sont ceux qui auront constaté douloureusement l’invalidité tant économique que sociale, pour peu qu’ils en aient gobé le traître mot (c’est le cas de le dire).

 

Mais puisqu’il n’y a pas d’alternative alors il faut, après avoir poignardé dans le dos les 35h, dézinguer la retraite à la mitrailleuse lourde, si possible dans un couloir. L’âge légal de départ devrait être bientôt fixé à 67 ans, c’est en tout cas le souhait du gouvernement, qui en débattra entre gentlemen avec les partenaires sociaux. Nul doute qu’un consensus raisonnable sera alors trouvé pour légitimer ce recul à 70 ans ou peu s’en faut.

 

Il devrait être évident à tout le monde que reculer le temps du départ à la retraite dans un contexte de chômage fort est une hérésie socio-économique. Les jeunes arrivent de plus en plus tard sur le marché du travail et les entreprises ont du mal à conserver les gens après 55 ans. Quand dans le même temps, on augmente la durée des cotisations pour bénéficier de pensions à taux plein, là aussi en ayant balayé le spectre des solutions à raison d’une et d’une seule, la conclusion logique et pour le coup là assez imparable et que peu d’entre nous pourrons bénéficier d’une retraite véritable, soit parce qu’elle viendra trop tard, soit parce que le montant des reversements sera trop amputé pour que nous puissions en vivre.

 

Economiquement en outre, le scenario est catastrophique au sens où il est maintenant complètement irresponsable de croire que les pays occidentaux pourront afficher une croissance supérieure à 5%, chiffre qui en théorie doit pouvoir conduire à une baisse du chômage jusqu’à ce que celui-ci se situe à un niveau marginal (en théorie seulement, je vais y revenir). Non seulement notre modèle économique se heurte aux dimensions finies de notre Terre, mais il ne permet plus à l’occident, du fait essentiellement de la faiblesse des salaires dans les pays émergents d’accaparer une part suffisante de la production de marchandises ou de services, qui suffisent à faire croître le PIB dans des proportions suffisantes pour entrainer mécaniquement une création forte d’emploi. Par ailleurs, le tassement des salaires qui est d’actualité depuis une trentaine d’années n’a comme on le voit pas suffit à redonner de la compétitivité aux pays développés, le différentiel étant bien trop grand ( un salaire chinois est encore inférieur de 75% à la moyenne aux USA par exemple) et en outre, la solution palliative à cette stagnation, voire baisse des traitements, pour supporter la consommation, à savoir le crédit à tout va, vient d’exploser en vol.

 

Quoiqu’il en soit de l’âge de départ à la retraite donc, quelles que soient les augmentations globales de la durée du travail, il faut maintenant clairement dire que notre modèle social est de toutes façons condamné si les politiques s’obstinent à ne pas réformer le système économique. Cependant même largement amendé, le capitalisme demandera à ce que le contrat social soit lui-même ajusté et qu’il tienne compte des formidables gains de productivité qui ont été réalisés depuis les trente glorieuses, amenant avec eux une création de richesses également sans précédent. Les progrès technologiques ne vont pas s’arrêter en chemin, « l’ industrie verte » (oxymore) n’est pas la panacée que l’on veut bien nous vendre. La solution la plus raisonnable si la préoccupation est d’assurer un bon niveau de développement conjugué à une société pacifié et sereine, c’est de partager les richesses comme le travail (le dernier rapport sur la croissance et les inégalités de l’OCDE a montré que les modèles les plus redistributifs et les moins inégalitaires étaient ceux où la mobilité sociale était la plus élevée. Il en va de même pour les violences).

 

 

R1.jpg

67 ans : retraite réussie ou Berezina ?

 

Or, je reviens sur mon chiffre de 5% de croissance pour permettre une baisse durable du chômage. On a souvent cité la réussite des modèles anglo-saxons, américain ou anglais en matière de création d’emploi. Malheureusement, peu ont souligné à quel point la qualité de l’emploi était dégradée pour permettre d’arriver à ces résultats (hors contorsions statistiques largement usitées). Qui sait qu’en raison de la part des temps partiels subis que la durée de travail hebdomadaire moyen aux USA est inférieure à celui des français, ces fainéants notoires, soit 33.9 contre 36.3 ?

http://travail-chomage.site.voila.fr/us/us_duree_travail.htm

Comme l’a très bien fait remarquer Pierre Larrouturou, rare personnage du Ps à éviter le naufrage intellectuel et qui devrait d’ailleurs en tirer la conclusion qu’il n’y a pas sa place, le partage du travail est désormais un fait bien établi, qu’il soit spontané et anarchique ou régulé comme en France. Je crois comme lui qu’il représente la seule solution stable et humaniste pour résoudre la question du chômage et par corollaire celui des retraites.

http://www.lautrecampagne.org/article.php?id=34

Il sera peut-être nécessaire, de travailler plus vieux, ce que l’allongement de la durée de vie et surtout de l’amélioration de la santé des « séniors » permet, à condition que la pénibilité du travail soit pleinement reconnue et qu’il y ait un étagement selon les secteurs d’emploi. L’entrée tardive des jeunes dans la vie active est également un facteur plaidant pour un léger recul de l’âge de la retraite, si toutefois il est compensé par une durée de travail largement moins élevée à l’échelle d’une vie. Mais la vision défendue par le gouvernement ne va pas dans ce sens et constitue comme pour nombre de domaines, une régression sociale pure et simple, une véritable restauration. Car dans le même temps, les inégalités explosent dans le monde (moins en France du fait de la pertinence de son modèle, mais depuis 2006 les courbes s’inversent, on se demande bien pourquoi) et les politiques s’interdisent de taxer la richesse, même de façon infinitésimale. Bien à l’inverse et l’exemple français est parlant avec le bouclier fiscal, on s’efforce de conforter les plus aisés. Sur la question des retraites, pour le système français basé sur la répartition, qui affichait une identité solidaire marquée et fondatrice, la question de la provenance des cotisations pourrait pourtant déboucher sur des solutions assez évidentes, mais idéologiquement incorrectes par les temps qui courent. Cela ne saurait en outre satisfaire les sociétés d’assurance qui piaffent pour capter l’épargne retraite de ceux qui peuvent en avoir.

Le président actuel, par la voix de son sous-fifre, préfère donc taper sur les solidarités, sur l’idéal d’égalité et de fraternité, revenir sur le modèle français tout en le couvrant de louanges sournoises dans les discours. Sur la question du travail, il cherche le KO en multipliant les coups (travail des malades par exemple). En ce moment, poursuivre son offensive, c’est s’efforcer de sonner la retraite…

 


Nicks

lundi, 01 juin 2009

Borgne to be wild

ph99i153_m.jpg

 

En flânant dans les rues, avec une attention modérée, on peut voir, affichée ici ou là, la « une » du magazine « Valeurs Actuelles » qui exige avec force : « Arrêtez d’emmerder les français ! »

Ca ne nous émeut pas plus que cela et n’ébranle aucunement la position du penseur moyen qui s’abstient et d’acheter et de lire cette feuille de chou. En parler est déjà une faiblesse de l’entendement…

On peut tout de même discerner, sur cette une, la nature des emmerdements qu’il faudrait cesser d’infliger aux français et ce pourtour rassure celui qui feindrait d’être titillé : nous sommes bien chez « Valeurs actuelles. »

Le promeneur, de retour en son antre, clique gratuitement et découvre enfin, un peu émoustillé, le contenu et l’argumentaire de ce numéro qui n’ira pas par 4 chemins pour briser les tabous et dira les vérités qui ne manqueront pas de déranger :

http://www.valeursactuelles.com/public/valeurs-actuelles/html/fr/articles.php?article_id=4762

Voilà, nous y sommes. Pinard, bagnoles, clopes, Camembert…

On pourra noter l’astuce qu’il y a à s’emparer d’une phrase de Pompidou, qui n’a d’autres fonctions que de légitimer la trivialité toute valeursactuellienne du propos : les non français peuvent continuer d’être emmerdés (ce sont d’ailleurs eux, parfois, qui emmerdent l’honnête français) et la nature de ces emmerdements, c’est juste de venir entraver la bonne franchouillardise, les bonnes valeurs françaises, les bonnes traditions françaises…

L’instance ou les instances responsables de ce péril de la franchouillardise ne sont curieusement pas cités, juste en creux, hormis « L’Europe de Bruxelles ». Air connu.

Les emmerdements, c’est juste cela, le zèle de quelques bureaucrates hygiénistes qui vient ternir le quotidien des français-fiers-de-l'être, les infantiliser, les défaire de ces grands sujets qui mêlent liberté individuelle du chocolat, responsabilité au lait cru, Histoire multi-séculaire de la clope, identité de l’automobiliste émancipé,  insoumission au  diktat des « 5 fruits et légumes » etc.

Le pinard français fait consensus, c’est notre tradition, la beaufitude nationale n’en démord pas ; il a même la vertu civilisationnelle de faire entrer le musulman dans la modernité (à condition qu’il mange aussi du porc et accepte de se soumettre à un néo-colonialisme de bon aloi) :

http://www.liberation.fr/monde/0101569910-une-envie-d-albanie

Ha, qu’il est doux et rassurant d’être un franchouillard conscient, de circonscrire le champ des libertés individuelles à son estomac, à son accélérateur et à ses crottes de chien.

Evidemment, ce discours ne fait que flatter la panse nationale d’un public en quête de sens en dé-corrélant cet arsenal « qui emmerde » d’une politique générale, autrement plus coercitive, dissuasive.

Le « totalitarisme soft », ce n’est pas l’anti-terrorisme, la dérive sécuritaire, la surveillance, la délation, la surenchère policière, le populisme ; ça, c'est notre protection. Le « totalitarisme soft », c’est le chocolat sans cacao. Le chocolat sans cacao, c’est la barbarie, ça gâche notre petit plaisir dans notre sphère privée, alors que « l’anti-terrorisme comme technique de gouvernement », hein…

http://www.liberation.fr/societe/0101570130-pour-en-finir-avec-les-derives-autoritaires

Après tout, celui qui est pris dans ces rets-là n’est forcément pas étranger à une activité anti-française (d’autant qu’il est possiblement fumeur de cannabis – bien loin de notre culture - non automobiliste et peut-être même amateur de livres). Celui qui parle peut avoir lu et peut finalement avoir commis :

http://sites.radiofrance.fr/franceinter/chro/edito/index.php?id=79976

Alors que l’honnête citoyen français, émancipé de toute attraction terrestre, libre dans sa tête, subissant la coercition d’un ennemi invisible et crispé, vaguement éméché et pressant l’accélérateur avec gourmandise car il est « né pour être libre » n’est rien d’autre que le garant de l’esprit français.

Il ne faudrait pas que des liens entre tous ces éléments se tendent, il ne faudrait tout de même pas que l’idée que tout cela n’est pas si éloigné progresse, qu’une logique commune est à l’œuvre.

Mais notre gaulois se complait dans sa position intenable, son argumentaire bancal, qu’il jurerait stable car cela lui procure un sentiment d’insoumission dans son univers conformiste et, en vérité, de soumission.

Et le ciel, plus haut, il ne faut pas y toucher…


f

 


 

 

vendredi, 29 mai 2009

Ces charlots qui nous gouvernent… Humour et dérision.

Amis villageois,

sarko 4.jpgCongés maladies restreints, confiscation de son véhicule en cas de délit mineur, pseudos terroristes (Coupat) incarcérés puis libérés 6 mois plus tard faute de preuves, délits d'opinions, des mouchards dans les ordinateurs (loopsi), des logiciels informatiques de flicage (Hadopi), des caméras partout, des portiques dans les écoles, incarcération des enfants, sécurité sociale dans le collimateur, soins de plus en plus chers, lois sociales démantelées, et la liste est loin d'être exhaustive !

On assiste en ce moment à un déchaînement, que dis je, à une surenchère de mesures et de propositions  les plus antisociales, les plus sécuritaires et les plus réactionnaires proposées depuis bien longtemps ! C’est à qui proposera  sa loi la plus liberticide, la plus rétrograde, la  plus ultra-libérale.

Une véritable fuite en avant ! Un vrai concours de réacs  où le moins démocrate s’emploie contre le plus fanatique de l’ordre, où, à contretemps, le plus fervent partisan de l’ultra libéralisme, doctrine qui a pourtant du plomb dans l’aile et a montré ses limites, fait la course avec la Miss « tout sécuritaire » où « cheveux longs et idées courtes »(FL), dans une course échevelée à travers le vieux pétainisme transcendental français, en compétition avec "Mon Adorable Mégère", remettent de concert, en cause tous les fondamentaux de notre société.

Et ces pitres d’appeler ceci des « réformes » !

Alors qu’il ne s’agit tout simplement que de grossières contre réformes.

Viendrait il l’idée d'un individu normalement constitué cérébralement d’appeler le retour au servage « une réforme » ? Serait il concevable de penser que la suppression partielle de la Sécurité Sociale soit un progrès ? Que le travail du dimanche fusse une avancée sociale ?

Ces gens là oui !

Ils ne maîtrisent plus le sens des mots : ils ne possèdent donc plus le sens de la mesure ; leur besoin d'ordre etCharlie_Chaplin1.jpg leur trouille du peuple  rebelle les rend fous et inconscients. Plus très loin sera le temps où ils se casseront les dents : c'est chose presque faite dans la plupart des strates de la société française hormis ces pauvres retraités incapables d'insoumission pour retrouver un semblant de dignité et d'émancipation...

Aussi, au nom du Village des NRV,  vais-je me permettre, dans la tradition qui est la nôtre depuis plus d’un an, de leurs proposer des mesures encore plus grotesques (certes, c’est difficile) pour aller encore plus loin dans la connerie destructrice car au royaume de l’absurde, les cinglés sont rois…

- Pourquoi ne pas supprimer les hôpitaux et introniser les opérations chirurgicales à domicile  ou ouvrir les cliniques vétérinaires aux malades pour résorber les déficits de la SS ?

- Autorisation de l’ouverture des commerces et services 24h/24, 7j/7 sur la base du volontariat bien sûr !  En pratiquant les deux « douze » (12h de travail – 12h de repos)

- Suppression des congés payés et remplacement par des congés à la carte, payants. Chacun paierait le droit à des congés sur la base du SMIG…

- Port de l’uniforme obligatoire à l ‘école après le passage obligatoire sous le portique de sécurité. La chanson « Président nous voilà… » sur l’air de « Maréchal, nous voilà » serait psalmodiée, la main sur le cœur, à chaque début de cours.

- La devise actuelle de la République « Liberté, Égalité, Fraternité » remplacée par « Travail, Discipline, Europe »

- Les retraites plafonnées à 600 € par personne. Un RSV (Revenu de Solidarité pour les Vieux) sur le modèle du RSA serait créé à condition que nos vieux travaillent jusqu’à leur décès.  Des ordinateurs spéciaux pour personnes alitées ou tremblantes seraient créés à cette occasion (NDLA : des emplois en plus !)

- Un limiteur de repos, boîtier obligatoire à porter à la ceinture, sur la base des disques de contrôle de circulation des camions pour vérifier que chaque citoyen travaille un minimum de 12h par jour, repas non compris.

Charlie_Chaplin3.jpgMonsieur Frédéric Lefebvre, Madame Michèle Alliot-Marie, Messieurs Xavier Darcos et Xavier Bertrand et autres amis réacs, il me reste des tonnes d’autres bonnes propositions à vous présenter. Envoyez nous un mail : nous restons à votre entière disposition pour affiner les méthodes destinées à affaiblir ou détruire toujours davantage la cohésion sociale de notre Pays.

Enfin pour terminer sur une note plus sérieuse, je propose, que désormais chaque Ministre ou chaque responsable politique recruté en fonction de ses compétences à créer des lois les plus liberticides et les plus antisociales , passe un examen  de passage : les critères de réussites seraient les suivants : bénéficier d’un caractère souple et soumis à son supérieur , possèder un QI en dessous de 80, jouir d'une appétence particulière pour les honneurs et surtout disposer d'une ambition inversemement proportionnelle à ses qualités morales.

Je  rassure les impétrants cités plus haut, ils ont passé leurs examens de Ministres et de porte-paroles avec brio… Chacun mérite son "Charlot d'argent" que le Village des NRV s'énorgueille de pouvoir lui offrir devant la presse mondiale, le "Charlot d'or" se trouvant entre de bonnes mains pour longtemps...

Amis de cui cui, saluit et profitez bien de la vie !

À après.

Cui cui fit l'oiseau, exemplaire rare de pacifiste corse.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu