Avertir le modérateur

dimanche, 18 mai 2008

La trouille, les Français et vice-versa...

Pour égayer un mois de Mai un peu morose, voici une petite devinette peu subtile destinée aux plus sagaces d’entre vous, qui, si j’en crois leurs dires sont très nombreux sur ce blog...

959890929.jpgQui a peur de se faire arnaquer, peur des inconnus qui s’adressent à lui, peur de se faire remarquer, peur des étrangers, peur de la police, peur de protester, peur de son patron, peur de ses collègues, peur du licenciement, peur de l’accident, peur des pédophiles, peur de ne pouvoir rembourser l’emprunt qu’il a contracté, peur de la mort, peur de la souffrance, peur des insomnies, peur de la peur ?

Qui a peur de se battre, peur du lundi, peur des disputes, peur des OGM, peur de contester l’ordre public dans la rue, peur d’être fiché, peur de vieillir, peur des jeunes, peur des immigrés, peur d’être envahi, peur des sans papier, peur d’insulter, peur d’être insulté, peur des banlieues, peur de la drogue, peur de tout ceux qui n’ont pas les mêmes opinions qu’eux, peur d’exprimer leurs opinions politiques, peur de tous les faits divers dont il est friand ?

 Qui a peur de l’extrême droite, peur de l’extrême gauche, peur des communistes, peur des anars, peur pour leurs enfants, peur de leurs enfants, peur pour leurs vieux, peur de leurs vieux, peur pour leur santé, peur des manifs, peur des grèves, peur des embouteillages, peur des radars, peur des contrôles d'alcoolémie, peur des gendarmes, peur de l'armée, peur de ne pouvoir joindre les deux bouts, peur d’une catastrophe nucléaire?

Qui a peur de l’Iran, peur de l’Afghanistan, peur de la Libye, peur des Américains, peur de l’Europe, peur des pays de l’est, peur de la Russie, peur de l’Afrique, peur de la Chine, peur des Corses, peur des Basques, peur des chiens, peur de la mondialisation, peur de tout, peur du désordre et surtout peur de l’avenir ? 

Chacun a bien compris que je parlais des Français d’aujourd’hui…

Et la Presse, et tous les médias français par sondages interposés d’évoquer à tous moments ces peurs souvent irrationnelles et de les conforter, de les cajoler, d’en créer de nouvelles, de caresser nos concitoyens dans le sens du poil pour les féliciter d'avoir peur de tout et de s’en remettre à un surhomme quelconque (hier c’était Sarkozy, demain qui ?) ou à une élite oligarchique pour nous protéger toujours plus contre tout ce qui nous entoure, nous menace et qui  est forcément hostile !

Quel est donc le but de ces médias ? Faire de nous un peuple de brebis tremblantes ? D'individus décérébrés ? D'amateurs niais de spectacles et de jeux ? Une Nation de trouillards ? Une tribu de lâches pour mieux nous tenir ?

Faire de nous une peuplade conformiste, veule et prête à renier ses libertés pour plus de sécurité, de confort et de 151883413.jpgquiétude ?

Où est donc passé ce peuple frondeur et insolent qui a lancé une des plus grosses révolutions politiques de tous les temps et qui n'a cessé de se rebeller à travers les siècles ?

Franchement, nous sommes en droit de nous le demander…

Cui cui, oiseau libre... 

 

 

mercredi, 14 mai 2008

Bernard... (sotie)

957827353.jpg

 

Je vais tout casser !

Bernard, détends-toi…

Mais on ne peut pas laisser faire, il y a urgence ! Le droit d’ingérence, c’est moi. J’y vais !

Bernard, l’ingérence, ce n’est pas toi. Ca vient de loin. En 1625 déjà, Hugo Grotius…

Ho, Rama ! Pour le monde entier, libre et démocratique, l’ingérence, c’est moi. Tu comprendras plus tard. Ton Gros suisse, là, il a dit au monde ce que le droit et le devoir d’ingérence sont ? Il a été ému à la télévision, faisant ainsi prendre conscience aux hommes de l’obligation d’agir et de changer les chose par delà les résistances, hein ? Pas que je sache.

Bon, je…

Qui tu es, toi ? Qui ils sont tous ces gens avachis dans leur fauteuil à attendre le bonheur des autres, l'émancipation des opprimés ?

Non, mais, t’as raison, Bernard. Moi, aux gens avachis, je leur parle. Je leur dis : ça n’est pas acceptable, paillasson, sang. C’est fort. C’est aussi ça, l’action.

Oui, oui, quand on dit « urgence », on est dans l’action. Quand on dit « paillasson », on est dans l’action. Ouais, ouais, c’est performatif.

Performatif, ouais, cool. Et puis, une potiche ne peut pas dire paillasson donc je ne suis pas une potiche. On a des positions très fortes. Tu te souviens, au Parisien ? Ecoute : « Il est normal que la France parle à tout le monde. Elle a même le devoir de parler d'abord aux pays qui ne respectent pas les droits de l'homme afin qu'ils changent. D'autre part, une politique étrangère ne peut pas se fonder uniquement sur les valeurs. La France est une puissance, elle n'a pas à s'excuser de signer des contrats. C'est la secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères qui vous le dit. Mais la secrétaire des Droits de l'homme est obligée de vous dire que cela doit se faire dans la décence. » Sans déconner...

Mouarf, pas mal. Devoir d’ingérence et devoir de parler ; on tient les deux bouts de la chaîne. Et le coup du commerce, des affaires qui mène automatiquement un pays vers la démocratie, c’est fort. C’est la real économ… politique.

Merci, Bernard. Hum… Ca s’est vu, en Tunisie ?

Quoi ?

Que je conversais avec un type forcément d’accord avec moi tandis que Nic était forcément d’accord avec l’autre…

Tout le monde était d’accord.

Non, pas les 2 autres, entre eux…

Mais, c’est ça, parler. Et puis, j’ai rattrapé le coup. Pas de Tunisie dans le dernier rapport de Human Right Watch. Admire le cador. Tu sors un rapport, tu vois, un rapport non contestable, un truc sérieux avec des chiffres. Et puis, tu dis, je n’ai rien vu dans la rapport. Le prochain qui m’emmerde avec la Corée du nord, je lui fais le coup.

Bernard, non, pas la Corée du nord.

Ouais, non, pardon, je m’emporte. Je m’y perds avec toutes ces dictatures ; y’a des bonnes, des moins bonnes, des acceptables, des vraies/fausses, des qui font des efforts… C’est pas facile, la diplomatie, le sens de la mesure.

Alors que moi, je m’emporte, je parle avec le cœur ; c’est un contrepoint nécessaire… Mais c’est difficile. Il paraît que Rachida, Christine et Dédée, elles se sont marrées comme des baleines en Chine. Et moi… Trop forte tête, trop dangereuse, sûrement…

C’est ça... Bon, faut qu’je bouge. La Birmanie m’attend.

Encore ?!

Oui, l’ONU a rejeté ma demande. La clause dite de la "responsabilité de protection". C’est une catastrophe dans la catastrophe, comme j’ai dit. Alors j’y vais.

Non, mais tu sais Bernard…

Tu crois que ça m’amuse, moi, d’écrire avec mon homologue britannique, que nous partageons l’espoir que, que la Junte va faire confiance à, que nous comptons sur elle pour, que les conditions matérielles sont problématiques pour le referendum de, et gnagna. C’est contre mes principes ; que dis-je, mon concept et…

Tu te crois sur France-Inter ou quoi ? Je te dis que…

Je suis prêt. J’y vais seul. Tu sais, il y a 10000, 100000, un million de morts peut-être. Les touristes sur place racontent des choses affreuses. Il y a «une sorte de mur à l’abri duquel tout peut se passer», et moi, je suis dans l’extrême urgence. Et même si ça n’intéresse personne, même si personne ne s’émeut, même si personne n’envoie de don via SMS, je...

Mais, Bernard !

Là où une révolte populaire ne peut rien faire (imagine ! Des bonzes qui trouvent que l’essence devient chère…), un cyclone fait des merveilles. C’est le miracle du réchauffement climatique. Notre pollution libère les peuples opprimés. Bon, il y a un risque de famine en Asie, les récoltes détruites mais bon, le riz, c'est mon dada. Claude, tu sais, il marche à fond avec moi sur ces points. On a acheté des 4X4 bien massifs depuis. On nous appelle les « Uncle Benz »... Mouarf. Vivement que Claude me rejoigne dans l’ouverture… Tu vois, des murs résistent et des murs tombent.

Pffff…

Je prends l’avion dans une heure. Mon baluchon est prêt. Rangers, chemisette kaki, bonnet de bain. Je vais sauter de l’avion à basse altitude et remonter la rivière Irawaddy à la nage. Avec la nuit tombée et mon GPS, ça devrait passer…

Bernard, la Birmanie dit qu’elle accepte l’aide « d’où qu’elle vienne »… L’ambassadeur de Birmanie à l’ONU l’a déclaré.

Ben, et moi, alors ?

Quel rapport ?

Quoi, quel rapport ?

Bah, oui, le rapport.

Ho ho ho, tu ne vas pas, toi non plus, m’emmerder avec ce satané rapport ! Total lui-même dit « Les questions soulevées par Bernard rejoignent donc le souci de Total de conduire ses projets d'une manière attentive au développement des pays où il est présent. ». Basta. Ca a été utilisé à mon insu et puis, les 25000 euros, je les ai bouffé depuis longtemps.

12500 Euros, Bernard.

Même moins. Une paille. Christine, elle ramène, elle...

Je parlais du rapport entre toi, et la Junte qui accepte, très péniblement et en confisquant, l’aide humanit…

Tu connais le mot de René Char... « Etre du bond. N'être pas du festin, son épilogue. ». L’urgence, Rama, l’urgence…

Ouais, l’urgence…. Je kiffe. 

Bon, j’ai un pot à Solférino, faut pas que je traîne. 

T’es exclu, Bernard, tu sais..

L’ingérence, Rama, l’ingérence… 
 

http://www.wfp.org/french/

http://www.operationspaix.net/-Devoir-et-droit-d-ingerence-

http://droitshumains.org/Forum/ingerence_ka/kosovo01.htm

http://www.fidh.org/spip.php?article357

http://www.monde-diplomatique.fr/2005/09/BRAUMAN/12578

http://www.lemonde.fr/opinions/article/2008/05/08/tragedies-birmanes-par-bernard-kouchner-et-david-miliband_1042487_3232.html

  

samedi, 10 mai 2008

Le Village au Pays des Merveilles

free music

Salut les amis ! Figurez vous qu’hier, j’ai fait un rêve qui m’a laissé un sacré goût amer dans la bouche !

Certains auraient honte de raconter de tels épisodes mais qu’importe, puisque nous sommes en comité restreint avec une audience qui ferait pleurer un crocodile dans une mare au canard (au singulier, vous l’aurez remarqué)…

Bref ! Je déjeunais avec mon cousin germain, que je connaissais tellement bien que, dans notre jeunesse, je lui avais soulevé toutes les filles qu’il convoitait mais le problème fut qu’il exerçait aujourd’hui le poste de PDG d’une des plus importantes télévisions européennes et moi je croupissais sur les marchés en vendant une camelote improbable sur les marchés du 9-3… Nono, c’était le diminutif qu’il exécrait, depuis les bancs de la communale…

700768883.jpgNono, fis je, j'ai un service à te demander : je participe à un blog et j’aimerais que tu promeuves ce site sur tes antennes, tu ne peux pas me refuser un service aussi bénin, merde ! Et j’enchaînais sur les yeux de la petite Santa, son amour d’adolescence que je lui avais laissé par pitié…

Le lendemain , le présentateur vedette, garni de ses cheveux en plastique glissa à la fin de son jounal de 20 heures un reportage sorti de derrière les fagots où il apparut, mes chers amis, que le blog intitulé  "  le Village des NRV " où tout le monde se déchirait et laissait ses tripes à l'air et notamment un de ses " billettiste nommé cui cui " (je cite), était considéré par Mme Carla Sarkozy, elle même comme le site le plus tendance, le plus violent, le plus créatif et le plus poétique du Net !

Ahhhhhh ! Mes amis ! ! ! ! ! ! Quel bonheur de lire les statistiques. Le premier jour 15.000 visites, le second 70.000, le troisième je ne sus plus compter les zéros ! ! ! ! Vous imaginez, l’état de transe dans lequel je me trouvais ! ! Pour augmenter l’audience je demandais même à une épicière de mes connaissances qui s’appelait Carla Pouxe d’envoyer des commentaires signés Carla ! Ce fut un délire bloguesque. Une partouze virtuelle.

C’était à qui avait reconnu mon talent le premier ! Le pire est que je finis par le croire…

Le blog de 20 minutes ne répondait parfois plus mais malgré tout, les commentaires affluèrent. Guy Birenbaum, me gratifia sur le Village d’un retentissant, " salut confrère, je n’ai jamais douté de votre talent et patati et pattata ", Un certain Marc, écrivain, me lança " je savais que d’un blog aussi divin, sortirait une telle perle et tatati et tatata " Michel Apathie lui même condescendit à me traiter de collègue ! Lui dont j’étais banni de son blog depuis que j’avais écrit un texte sur " l’aphatisation des esprits " ! ! ! RTL une grande " station de radio démocrate " et donneuse de leçons qu’elle ferait bien de réciter auparavant, soit dit en passant ! Olivier Bonnet me fit un petit coucou, même Versac, son lien sous le bras, me fit l’honneur de laisser un commentaire impérissable sur " le Village " Schneidermann me donna "du blogueur journaliste" confraternel ! Jérôme Godefroy me tutoya comme il le faisait avec Birenbaum, Et Nicolas Poincaré me joignit pour un débat sur " on refait le monde ". Je n’eus pas de nouvelles des dirigeants de " rires et chanson " qui attendaient probablement les premiers faux pas, voire l'écroulement fatal avant de m'embaucher…

Le déroulement de mon rêve s'emballa à ce moment. Je me rappelle, l’interview du créateur du Blog, Serrejoint, enserrant Nefertiti et Agamemnon, dans ses bras avec une affection qui faisait plaisir à voir, la joie et la bonne humeur régnaient au sein de ce trio magique , et moi Cui cui, un mètre devant , l’idole des foules, l’air pénétré et froid… Imperturbable comme un héros du 24 ème siècle.

1660277898.jpgUn libraire de Paris, Urbisetorbis, me proposa une séance de dédicace sur une BD représentant " Titi et gros minet " (je n’avais encore rien écrit…). Je refusai poliment, trouvant sa librairie trop étroite, j’estimai qu’un lieu de dédicace devait au moins contenir 500 personnes… Un petite groupie se présenta et m’appela Cui cui, cet horrible et ridicule sobriquet, je rectifiai et lui déclara avec hauteur que je m’appelai Dominique P., Je condescendis à lui signer un portait géant de Titi, elle s’appelait Maghn quelque chose, je ne me rappelle plus…

Bref. Mon immense talent de narrateur et d’écrivain était enfin reconnu et ce n’était que justice ! Finis les marchés miséreux, à moi les mannequins, les Rolex, le beau linge, Sylvie Vartan, Steevy, les fringues à 3000 €, les décapotables, les autographes, les interviews par Flavie Flament et Drucker, les séances de photos, les émissions de Patrick Sébastien !

Mon portable sonna à ce moment… Une voix rauque, ou plutôt un souffle infiniment sensuel comme un petit cri animal me parvint aux oreilles… " Je suis Carla Sarkozy, gémit elle et vos textes sont tellement beaux qu’ils m’inspirent des vers solitaires d’une grâce exquise et des couplets sans tain". Et de fredonner une chanson tirée de mon billet sur "l'esprit de mai 2007" ; une mélodie insipide dont elle est vraiment la seule à avoir le secret…. Sa voix veloutée me réveilla soudain : " je souhaiterais vous voir Monsieur Cui cui "… Pour une fois je laissai passer cet épouvantable et grossier sobriquet, j’allais répondre quand une voix d’homme au ton légèrement agacé déclara " c’est qui encore, mon amour ?  "Cui cui, mon petit chéri".  

"Ah..."

Triste et résigné. 

"What else ?" fit il…

Ma télé réveil se mit en marche au moment du passage de la pub " nespresso " avec George Clooney… Putain de merde ! Le boulot…Chaque jour plus difficile… Et ce blog qui pompe toute mon énergie ! C’est vrai qu’aujourd’hui j’avais promis à Nefertiti et Agamemnon un billet. Je me demande bien ce que je vais pouvoir écrire cette fois…

Je n'ai aucune imagination.

 Cui cui, "romancier" de bluettes des dimanche et lundi de pentecôte.

 

mercredi, 07 mai 2008

Esprit de mai 2007, es tu là ? (v 2.6)

Je vais commencer mon réquisitoire contre cette idée que je trouve farfelue, par une boutade à peine osée…

Y a t-il un " esprit "  mai 2007  ? Je rétorque avec la plus grande candeur, certes, il y a eu un mois de mai en 2007 mais de là à lui associer un " esprit " ?! 

C’est tout de même accorder beaucoup d’importance à un événement politique, sans doute important, mais dont la portée ne sera probablement pas historiquement essentielle, loin s’en faut !

Selon moi, le terme " esprit ", suppose un projet de longue haleine, destiné à changer le destin d’un pays, il signifie la catalyse de toutes les énergies pour des réformes destinées à améliorer le sort de toute sa population ou du moins d’une très large majorité, il implique les réformes des inégalités économiques, sociétales et sociales qui bloquent la nation ! Et tout ceci dans un sens d'amélioration, cela va de soi !

1616563917.JPGOr ce soit-disant " esprit ", le bien mal nommé, ne s’est traduit que par un bréviaire de contre réformes que la droite appelle " réformes "... Un petit aparté pour un grand coup de gueule : quand, bordel de merde, emploiera t-on un vocabulaire idoine ? "Réformes" pour des lois ou règlements qui vont vers l'amélioration de la condition des citoyens d'un pays et un autre terme adapté pour les mesures qui entraînent une certaine régression du bien être des humains au sein d'une collectivité.

Dîtes moi ? Appellerait on "réformes"  des mesures qui nous feraient retourner à la vie du Moyen Âge ? Tout ceci est complètement absurde, surfait, grossier et ridicule ! Userait on du terme "garderie" pour qualifier la condition des individus purgeant une lourde peine en prison ou de "forces de paix" l'armée chargée envahir un pays ennemi et d'exterminer tous ses sujets ?

Allons donc !

S'il vous plait, appelons un chat, un chat ! Chaque mot a un sens et il serait tout de même de bon ton, de le respecter, ne serait ce que pour conserver les valeurs intellectuelles et émotionnelles  qu'il transporte...

 Après cette digression salutaire, revenons en à nos moutons...

Or, disais je, peut on évoquer "un esprit" lorsqu'il est question d'appliquer un catalogue fourre-tout universel de "contre réformes" inspirées des théologies dogmatiques et idéologiques, d'économie libérale des pays anglo-saxons, qui sont en train de démontrer dans le monde entier leurs dramatiques limites et incuries ! Je ne vois toujours pas où se niche " l’esprit ", mes bons amis ? Le Chef de l’État s’est contenté, sans l’once d’une pépite d’originalité due à l’exception française, de monter dans le train du libéralisme financier mondialisé pendant qu'opposants comme partisans crient, au diable pour les uns, au génie pour les autres ! 

Je m’adresse à chacun d’entre vous : où voyez vous un milligramme " d’esprit " là dedans ? Si vous en observez une trace, je rentre demain au cloître !

Passons.

Le problème de la majorité des gens de gauche, à mon humble avis, est de se focaliser sur un type, qui détient probablement beaucoup moins de pouvoir qu’on imagine, un médiocre suiviste économique et sociétal, secondé par des affairistes et des carriéristes sans aucun génie. Un homme qui rêvait d’avoir la plus longue parce qu’il avait une des plus courtes et qui a réussi à faire croire au plus grand nombre qu'il détenait le record de longueur !

579486712.jpgC’est pourquoi, ce rappel sur, le pseudo " esprit " d’un individu dont le seul projet fut d’atteindre le sommet de l'État pour ce qu'il lui apportera de gloire et d'honneurs, est à mes yeux une arnaque de première, car pour ses contradicteurs c’est lui accorder le bénéfice d'un dessein, d'un projet et d'un destin dont il n’a, lui et ses commensaux, ni la carrure pour y parvenir, ni l'inspiration nécessaire, ni même la vision intellectuelle.

Surestimer le président de la République est une faute, s’y référer sans cesse est une erreur majeure, gratifier son action " d’esprit " est une absurdité.

Qu’on fasse référence à l’esprit de mai 1958 est naturel, qu’on rappelle l’esprit de mai 1968 est cohérent, qu’on suggère l’esprit de mai 1981 est discutable, cet esprit n’ayant soufflé que peu de temps, mais que notre ami Off, dont j’admire la redoutable dialectique, défende cette idée avec acharnement montre à l’envi combien M. Nicolas Sarkozy a pu contaminer l’esprit des plus rebelles et des plus valeureux…

Enfin, je terminerai par une note d’humour, sans doute vaseuse. S’il persiste tout de même un "esprit," malgré ce brillant réquisitoire, concernant ce mois de mai 2007, il s'agit assurémment d’un mauvais esprit voire d’un esprit de selle ( dans le sens qu‘entendrait un gastro entérologue)...

Sur ce, je vous quitte sur la pointe des pattes, la bouche en cul de poule, la crête en berne et la honte chevillée au corps... Amis de cui cui, bonne nuit !

Cui cui , l'oiseau qu'il vaut mieux garder dans une cage recouverte d'un drap...

samedi, 26 avril 2008

Mon pote le blogueur…

free music

Figurez vous que je suis tombé sur deux émissions, sur Canal +, la première, "le grand journal", où j’ai vu et entendu, lors de je ne sais quelle occasion, l’excellent chroniqueur, J-M Aphatie se plaindre et pleurnicher du fait que depuis qu’Internet existait, des tas de fausses nouvelles circulaient et que nous-pauvres-journalistes-professionnels-de-talent, nous étions battus en brèche par de sales va-nu-pieds de blogueurs qui diffusent sous des noms d’emprunt des tas de buzz pernicieux, etc, etc et tatati et ttatata….

Je vous donne le refrain..

Vous connaissez la chanson !

Mes oreilles n’ont pas sifflé.

À noter qu’Internet est un outil important de communication de mon pote blogueur Aphatie. Sans commentaire.

Un peu plus tôt, un samedi, j’avais regardé une émission de Canal + (encore !) réalisée pas Pascale Clark, intitulée " un café l’addition " et où différents journalistes devisaient joyeusement sur le sexe des anges et le changement de look du président, événements essentiels, s’ils en étaient, et Daniel Schneidermann se trouvait là. Lors de l’introduction, elle présenta, le créateur " d’Arrêt sur image " comme blogueur.

Oh la la ! Si vous aviez vu la tête de l’impétrant  ? Offusqué et ulcéré !

J’ai observé, un peu rigolard, mon collègue blogueur Daniel Schneidermann et j’avoue avoir même regardé le pantalon du journaliste tant je croyais que Mme Clark avait renversé une casserole de sauce poulette sur l’illustre falzar. Après un bref moment d’étranglement il parvint à grommeler qu’il était avant tout journaliste, avec un J majuscule comme JOURNALISTE. Sous entendu :  sérieux, lui !  

Je vous donne le refrain.

Vous connaissez la chanson !

Mes oreilles n’ont pas sifflé.

À noter qu’Internet est l’outil principal de communication de mon ami du Net, Schneidermann qui gagne sa croûte grâce à Internet et à mon oseille qui couvre l'abonnement d'ASI, soit dit en passant. Sans commentaires…

Ainsi… Adieu, mes deux éphémères poteaux de la Toile, mes brefs frères de sang, mes furtifs et chaleureux confrères de la Toile d'araignée, vous ne voulez donc pas de moi comme collègue ? L’idée d’être répertorié comme blogueur vous est donc si insupportable, si intolérable, si insultante, si régressive ? Vous m’en voyez fort chagrin !

Larmes… De volatile insolent.

Je sais qu’avec des milliers de confrères dont je ne suis pas le porte-voix, quelques liens sont affichés à droite, nous représentons à vos yeux furibards, l’apostasie, l’hérésie, le satanisme ; la représentation du peuple, quoi ! Dans ce qu’il a de versatile, de contestataire, d’irrévérencieux, de créatif, d'interrogatif, de divers et de sage, aussi ! Les blogueurs vous emmerdent, n'est ce pas, Messieurs les journalistes ? Auparavant vous chantiez ? Et bien dansez maintenant !

Notre principal défaut ? Vous faire de l’ombre ? Je n’ai pratiquement jamais vu un blogueur se prendre pour un journaliste mais toujours l’inverse !

Contester votre pouvoir, nier votre représentativité ? Jamais de la vie. Vous n'avez jamais représenté que vous même et vos patrons de presse...

Qui d’entre nous saurait convenablement interviewer un homme politique ? Qui aurait cette prétention ?

J’avais écrit ce texte, il y a deux jours, et je suis tombé cet après midi sur un billet de Guy Birenbaum sur le Post dans lequel il commente avec sa verve habituelle, une attaque des vieux réacs de " Charlie Hebdo " qui ont instrumentalisé l’écrivaine Amélie Nothomb dont on se demande ce qu’elle vient faire dans cette galère, pour condamner l’anonymat coupable des gens qui surfent sur la Toile.

Un débat éculé : quelle est en effet l’importance de savoir que le patronyme exact de l’anonyme cui cui, est en réalité le non moins anonyme Dominique Susini dont l'autoportrait figure ici ?

Je vous le demande ?

Amis de cui cui, saluit !

Cui cui, plumitif anonyme...

7c3229ea8ff101b50eaee45d1805f9f3.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu