Avertir le modérateur

mercredi, 22 avril 2009

Michèle Alliot-Marie pleine de grâces, priez pour nous autres, pauvres manifestants !

Ô Michèle, vous, dont les inflexions évoquent de plus en plus la voix éraillée de la sorcière de Blanche Neige, vous, dont le physique me rappelle la beauté d’un Gargamel relooké par un catcheur, vous dont la réussite tient essentiellement à une hérédité heureuse, vous, dont une des formes d’intelligence consiste en une souplesse et une soumission exemplaire envers vos chefs, vous, dont les principaux titres de gloire furent de toujours servir la soupe aux puissants et de mater les faibles, vous qui croyez que le manche à balai que vous avez dans le cul vous donne une allure martiale alors qu’il vous procure l’apparence grotesque du fruit des amours illégitimes entre une autruche et un officier prussien du 19 ème siècle ; Ô Michèle, pleine de grâce, j’ai une humble requête à vous soumettre, moi, petit citoyen médiocre dont l'avenir semble désormais très obscurci par la crise économique.

MAMTRUC3.jpg

Car si je n’ai ni position sociale conséquente ni beaucoup d’argent, je fourmille d’idées et je souhaiterais vous en proposer quelques unes que je juge particulièrement audacieuses et pertinentes pour la postérité historique de votre action politique.

J’ai lu que vous alliez édicter un décret, interdisant à ceux qui manifesteront, cagoules, bonngarg.JPGets, foulards, lunettes et tout artifice qui empêcherait toute identification (fausse barbe, postiches etc)… Voilà donc une formidable avancée pour la démocratie d’opinion ! Outre que nos amies musulmanes coiffées de leur voile ne pourront déjà plus manifester, les chauves avec perruques, les sikhs, les Juifs avec kippas, les myopes, les aveugles, les bédouins, les gens qui ont la grippe, les presbytes, les astigmates, les religieuses, les cardinaux, le pape, le père Noël devront également attendre de participer à toute procession. Vous me direz à juste titre " ça fait toujours ça de moins ! ", et vous aurez raison !

Car il nous faut absolument protéger nos pauvres amis CRS qui eux ne portent pour se protéger que des croquenots renforcés, des jambières, des coquilles, des gilets pare-balles, des casques, des visières, des boucliers, des matraques, des tasers, des grenades lacrymogènes et je dois en oublier !

Aussi en appelé-je à votre bon sens pour protéger toujours davantage notre valeureuse police. Imaginez vous les ceintures, les lacets, voire les chemises, tee shirts, chaussettes ou caleçons susceptibles d'étrangler nos pauvres force de l’ordre ? Et les chaussures ? Avez vouneige.jpgs pensé aux terribles projectiles que représenteraient les souliers ?!

Aussi Madame Michèle Alliot Marie, si pleine de grâces, si ostensiblement confite d’intelligence et envahie par un magnifique esprit démocratique qui fait honneur aux valeurs de la République, je propose que désormais, les manifestants désireux de protester dans la rue se présentent nus et sans pancartes car celles ci pourraient présenter des risques majeurs pour nos braves petits poulbots défenseurs de l’ordre !

Trêve de plaisanteries.

Madame la Ministre des chiens dangereux, vous dont la souplesse de la nuque avec vos supérieurs fait le régal de la presse, vous dont la raideur  physique ferait hurler de rire un pantin aux articulations rouillées, vous dont l'intransigeance avec le petit peuple confine au mépris ; s'il vous reste un semblant de jugeotte et de dignité républicaine, envoyez votre décret aux oubliettes avant que l'impossibilité de l'appliquer, l'absurdité de la mesure et surtout l'entrée furtive dans le corridor du totalitarisme rampant ne ph0jcmdf.gifvous discrédite et  ridiculise pour longtemps.

Il n'est jamais trop tard pour enfin montrer un peu de clairvoyance...

Amis lecteurs, priez pour celles qui ne savent pas ce qu'elles font !

À après !

 

Cui Cui, l'oiseau qui file un mauvais coton...

 

 

vendredi, 10 avril 2009

Les aventures burlesques de ZorrObama contre la terrible bande des néolibs.

Tandis que l’autre jour, je regardais nonchalamment à la télévision un vieil épisode colorisé de Zorro réalisé par les studios Disney ; usé par une dure journée de travail, avachi dans mon fauteuil en skaï, à côté de la présence rassurante de Youki, mon vieux loulou blanc de Poméranie secoué de tics et écroulé sur sa chaise à portée de caresses, mes chaussons fourrés aux pieds, un béret basque d'origine controlée vissé sur le crâne, figé dans un état semi cataleptique ; je sombrai tout en suivant le feuilleton dans un lourd sommeil hypnotique…

Ob2.jpg

Don DiegObama de la Vega, jeune hobereau de l’establishment, élégant, distingué, bien élevé, propre sur lui, défenseur d’un système dont il était un des multiples piliers et bénéficiaires observait avec désespoir une bande de banquiers et de traders, sans foi ni loi, piller sans vergogne sa petite ville de province mexicaine.

Ses amis aristocrates, le vulgaire Berluscono, le rusé Browno, la potelée MerkeloCapt-2136001.jpg, le petit Sarkozo et le sergent Garcia Barroso pleuraient de désespoir à force de voir, non seulement leurs pays se fissurer, mais bien plus grave : leur caste oligarchique et le système dans lequel ils se prélassaient luxueusement, s’écrouler sous les coups de boutoir de la populace exaspérée par la responsabilité passée de cette noblesse indolente, incompétente et somme toute assez profiteuse.

Une décision sans appel s’imposait. ZorrObama sortit de l’ombre et déjà une certaine jubilation s'empara du peuple et de ses notables !

Amis ! Entendiez vous dans la nuit le claquement sec des ailes de ces vampires cupides affolés qui s’enfuyaient en voletant  maladroitement dans les recoins des Bourses ?

Hélas.

Mille fois hélas.

Un milliard de fois hélas.

Cette marche triomphale ne dura guère car ces charognards coriaces, la bande des néolibs comme on l’appelait avait non seulement pillé l’économie mondiale mais tenait de surcroît en ses mains, tous les fils invisibles du pouvoir et de l’argent. Elle  manipulait par ses lobbies et la corruption toute les oligarchies des pays ! L'élite était si compromise et la collusion entre les aristocrates et la bande apparaissait si patente que même ZorrObama se trouva complètement désorienté.

Les aristocrates rappelèrent promptement ZorrObama afin qu’il évitât de faire tomber en même temps que les responsables du désastre, leurs propres privilèges ! On trouva donc un consensus acceptable entre les néolibs et la caste dirigeante : les uns firent semblant de se repentir après moult démonstrations et les Capt-2219291.jpgautres de faire mine de changer les règles avec force battage sans toutefois trop de contraintes pour les premiers.

Sur la mappemonde les paradis fiscaux furent coloriés en gris  clair, ce fut la mesure principale...  Le peuple fut contraint de payer les pots cassés par solidarité avec les malheureuses banques et les louches financiers et tout rentra dans l'ordre comme par enchantement.

Fichtre ! Il valait mieux réaliser un tel accord plutôt que de perdre la tête sur un billot érigé par les gueux, n'est ce pas ?

Tchin tchin ! Le gros sergent Garcia Barroso, surnommé "la taupe argentée" par les initiés, trinque à votre santé et au renouvellement de son  mandat européen : la bande des néolibs peut, dès lors, entrevoir son avenir avec sérénité !

À El Paso, l’harmonie règne désormais ! Gloire soit rendue à ZorrObama, qui, par son intervention médiatique et spectaculaire a préservé notre société fraternelle et équitable !

Une musique stridente retentit, je sortis de ma léthargie en maugréant… Youki ronflait comme un bienheureux, agité par ses spasmes. Un écran de publicité passait sur l'écran. J'avais la bouche pâteuse...

Sincèrement, Villageois(es), je vais vous faire une confidence : je me demande bien où les auteurs vont chercher des scénarios aussi incohérents, invraisemblales et absurdes ?

Indécis, ennemis et amis de cui cui, jolie nuit !

À après ; mujer y hombre.

 

Cui cui l’oie Zorro beau. (bof)

 

mercredi, 01 avril 2009

Exclusif ! Les révélations sur les dessous de l'affaire des préservatifs de l'Évêque d'Orléans !

Bandeau.jpg

LE CLERGÉ D'ORLÉANS DEMANDE

PARDON AUPRÈS DE SES OUAILLES

Pape.jpg

De notre envoyé spécial à Orléans, Papa Razzi

Selon des sources fiables, il apparaîtrait que la déclaration  de l'évêque d'Orléans concernant l'inefficacité des préservatifs contre le SIDA, aurait été due à un malencontreux concours de circonstances. Ce réquisitoire de notre évêque, un Saint Homme ignorant des pratiques sexuelles et du processus de reproduction a déclenché tant de réactions outrées et un tel tollé que l'Épiscopat a tenu à faire la lumière sur l'origine de ces rumeurs perfides. En réalité, le Vénérable Dignitaire religieux  se serait fait abuser par son neveu, un garnement espiègle de 12 ans !

En effet, alors que le bienheureux oncle, une brebis élue du Bon Dieu, gardait le jeune sauvageon, il le surprit avec un paquet dans les mains. Lui arrachant violemment la boîte, il le questionna sur l'utilisation de cet étui suspect. Le galopin lui déclara avec effronterie en ricanant comme possédé par le démon, qu'il s'agissait d'un paquet de préservatifs, alors qu'en fait, la boîte contenait des filtres à café en papier n°4.

La punition fut sévère pour le jeune vaurien et consista en une bonne fessée, 34 pater et 43 ave Maria.

Le lendemain, alors, qu'il rentrait subrepticement dans la cuisine et qu'il commençait à chatouiller candidement sœur Marie-Josèphe, ses yeux tombèrent sur la cafetière et il faillit s'étrangler d'horreur : non seulement sœur Marie-Josèphe utilisait quotidiennement cet objet diabolique, mais surtout, à travers le préservatif (le filtre) passait un jus noirâtre ! Ainsi notre prélat eût il la preuve visuelle et formelle de l'absence d'efficacité des préservatifs !

La punition fut sévère pour la jeune religieuse dévergondée. Elle n'a toujours pas compris les raisons de son châtiment  qui consista en trois bonnes fessées bien appuyées, 1 Pater et 1 ave Maria.

Cet homme d' église, pieux et innocent alerta donc aussitôt la Presse quotidienne pour la prévenir que si un jus noirâtre coulait à travers un préservatif, la maladie satanique ne pouvait que suivre la même voie !

D'où il apparut que la candeur, la naïveté voire la Sainteté de notre bon Samaritain fut à l'origine d'un fâcheux malentendu qui entraîna les conséquences funestes que nous connaissons. De nos jours, il ne fait pas bon être un  fervent croyant simple et innocent !

Il semble que cette version des faits soit corroborée par les plus hautes instance de l'Épiscopat français et même les autorsidaction-2.jpegités du Vatican qui souhaitent ardemment un dégonflement rapide de cette malheureuse affaire montée de toutes pièces par les ennemis jurés de la Sainte Église.

* NB : À noter que cette charge gentillette ne vise que les membres du clergé séculier et non la religion proprement dite.

By Cui cui, l'oiseau hérétique, future alouette rôtie au feu de bois...

 

 

lundi, 30 mars 2009

Un président actif

 

 

Whaleph2_w434_h_q80.jpg

 

Après une première phase de quinquennat plutôt discrète, depuis son élection le 6 mai 2007, le Président de la République Française semble vouloir accélérer et imprimer une nouvelle marque de fabrique à son action. Les critiques incessantes visant sa politique, évoquant « inertie » et autre « période de glaciation » se sont effacées et les observateurs reconnaissent aujourd'hui que la modération et le sens de l'Histoire du chef de l'Etat sont sans doute parmi les facteurs déterminants de la résistance de notre pays face à la crise. Tous les « déclinistes » et autres « déclinologues » doivent désormais moduler leurs analyses. L'esprit à la fois réformiste  tempéré du Président mais conscient des vertus du modèle français, allié à une volonté de concertation et de transparence, semble, in fine, avoir donné à notre territoire comme une revanche sur la pensée unique.

Le gouvernement fait face aux inquiétudes légitimes et aux difficultés économiques tandis que le Président trace une voie, une perspective renouvelées et se tourne vers les grands enjeux mondiaux.

A ce titre, on ne pourra qu'applaudir sa participation, le vendredi 27 mars, avec Simone Veil, à l'Unesco, au lancement du projet Aladin, initié par la Fondation de la mémoire de la Shoah.

Le peuple ne s'y trompe pas et le Président de la République atteint ainsi 71% de bonnes opinions dans le dernier sondage Ifop/Paris Match, égalant le score de la secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme, Rama Yade, et du maire PS de Paris, Bertrand Delanoë.

Déjà, au mois de février dernier, lors de sa traditionnelle visite au salon de l'agriculture, le chef de l'Etat avait parcouru les lieux dans un bain de foule chaleureux. Entre saucisson et ballon de rouge, il avait pu rendre un hommage appuyé au monde paysan et à ses valeurs. Nulle nécessité de rameuter militants UMP et cordons de CRS afin de jouer la popularité pour la télévision, la ferveur était bien là.

Le Président des Etats-Unis, Barack Obama, compte bien s'appuyer sur l'influence internationale et le charisme du chef de l'Etat français afin de jeter les bases d'un nouveau projet pour l'Humanité. Dans une lettre adressée mi-mars à notre Président, M. Obama écrit : « Je suis certain que nous pourrons au cours des quatre années à venir collaborer ensemble dans un esprit de paix et d'amitié afin de construire un monde plus sûr. » Cette première prise de contact entre nos deux pays, depuis l'élection de M. Obama, est riche de promesses et pourrait bien être le signe d'un dialogue revivifié. Le malentendu persistant après l'épisode de la guerre en Irak semble bien levé.

Samedi dernier, des travaux de construction pour percer une rue au nom de notre Président à Ramallah (Cisjordanie) ont été lancés. La ville de Ramallah a décidé de baptiser cette rue du nom du chef de l'Etat français en remerciement de ses «positions en faveur de la cause palestinienne», a déclaré Janet Mikhail, la maire de la ville.

Comme on le voit, l'hôte de l'Elysée, porté par une popularité retrouvée et une influence reconnue, compte bien s'impliquer davantage dans la politique nationale, fort de son expertise des raisons de la crise, mais également sur le plan international. Nous gardons en mémoire son intuition, avant presque tout le monde, de la nécessité, voire de l'urgence, écologique.

On peut raisonnablement penser que le chef de l'Etat, aujourd'hui, se remémore ses propres mots, au soir de sa victoire : « Nous allons écrire ensemble une nouvelle page de notre histoire. Je suis sûr qu’elle sera grande et belle. »

 

 

chichi.JPG

 

f

 

vendredi, 27 mars 2009

Nicolas Sarkozy, la banane et les moulins.

Ave, camarades villageois(es) !

Notre illustre représentant suprême, avec le délicieux manque d'humilité et la dangereuse décomplexion qui le caractérisent - pourquoi se gênerait il , entouré qu'il est par une meute de chiens d'apparats avides de friandises et de cajoleries ? - a déclaré tout à trac, tenez vous bien :

quichotte.jpg- "Je me fais taper dessus mais j'ai la banane, c'est dur pour moi, mais en même temps je rêvais d'être Président de la République ('Râââ lovely', comme dirait Gotlib - NDLA) et je le suis donc ça va !" Admirez au passage la profondeur de la pensée, mais bon ! Demande t-on à Superman de prononcer les paroles d'Othello ? Non, bien sûr, il ne s'agit pas de la même BD ni du même auteur.

Et, d'ajouter entre autres, je cite :

- [... La période est formidable pour nous parce qu'on se tourne vers nous les politiques.

Mouais ! Quand on voit le résultat, d'autres trouveraient peut être plus efficace de se tourner vers Dieu ou vers un mage quelconque et on pourrait aisément les comprendre dès l'instant qu'ils évitent le Diable...

Enfin bref ! Là n'était pas mon propos initial.

En vérité, au départ, je voulais parler du discours donges.jpegde notre Guide à Saint Quentin et figurez, les amis que je ne pouvais que résumer ce meeting de 2 heures par une page blanche : j'aurais évidemment et fort justement essuyé votre ire et votre courroux. Aussi, après maintes réflexions j'ai voulu enfin associer l'actuel locataire de l'Élysée à un symbole fort et j'y suis parvenu après des nuits d'insomnie !

Le Président devrait mettre un blason sur le drapeau de la République comme il en a le droit et comme Giscard ne s'en privait pas, il y a bien longtemps.

Monsieur le Président , je vous propose, comme symbole, le moulin et voici pourquoi :

moulinpriere.jpgD'abord le moulin à vent : Vous déplacez infiniment d'air, tounez, générez du vent, et au résultat les ailes du moulin ne font que tourner en rond ! Brasser du vent signifie pour vous, agir, un peu à la manière d'un épileptique en pleine crise dont on dirait qu'il est hyper actif ou d'un asthmatique qu'il a du souffle...

Ensuite le moulin à paroles : que de discours, déclarations, potins, interviews, phrases, grandiloquences sans éloquence, insultes, messages télévisés pour si peu d'action !

Puis un moulin à prières : ah ! Que n'allez vous réformer le capitalisme mondial, que n'allez vous  tancer  le patronat, que n'allez vous moraliser, avec Barack, la finance internationale l Billevesées : vous en êtes depuis le début de la crise à courir derrière les évènement et JAMAIS à les précéder.

Mais aussi un moulin à poivre : qui éternue ? Les plus pauvres, les retraités, les classes moyennes dont certains sont encore dupes mais si les impôts n'augmentent pas, que dire des taxes et autres franchises, mon cher Tartuffe ?drap2.jpg

Enfin le moulin à légumes : vous faites de notre Pays, de par l'absence de grand dessein et de véritables réformes,  la France, pays homogène et relativement fraternel, un salmigondis d'intérêts opposés, une société basée sur l'organisation anglo saxonne dominante, une Nation  de moins en moins cohésive, de plus en plus égoïste et repliée sur elle, un Pays de trouillards et de petits rentiers. Le fric, mon pauvre président, dont vous ne cessez de faire l'apologie n'a jamais été le ciment ni d'un État conquérant ni d'une société équilibrée en mouvement . C'est la raison pour laquelle j'ai bien peur que vous restiez probablement dans l'Histoire, un petit, un accident politique, un asticot évènementiel, un vermisseau historique...

Aussi, Nico, si tu m'autorises à t'appeler ainsi, je vais me permettre de donner un conseil de petit citoyen du Tiers  État au grand citoyen de la Haute qui se la pète grave parce qu'il a la banane et le pouvoir :

À force de prendre le melon et de ramener ta pomme à tout propos, à force ddrapeau1.JPGe prendre les Français pour des poires, on va tous finir par sucrer des fraises et la France de terminer en compote, tout ceci pour avoir voté pour un président à la noix...

Nos cinq fruits quotidiens y sont : mission accomplie, vous pouvez vous recoucher.

À après.

Cui cui l'oiseau de paradis, forcément populiste, démagogue, poujadiste et prétentieux.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu