Avertir le modérateur

mercredi, 24 juin 2009

Télévision : "C dans l'air" ou "C sous le niveau de l'O" ?

Les amis, je sais bien qu'écrire un billet au lendemain d'un remaniement ministériel, montagne médiatique qui accoucha d'une souris,  risque de me conduire aux oubliettes de l'audience.

Ravir le nom prestigieux de Mitterrand aux symboles de la gauche devrait procurer un orgasme flamboyant et inoubliable à notre président, autant il aime se plonger avec délectation et se complaire dans tout ce que l'être humain a de vil,  faible,  méprisable et mesquin.

S'étonne t-on que dans le marécage, le crocodile soit le seul monarque et dans son royaume de la putréfaction , les hyènes ses plus fidèles lieutenants ? Quelles belles et saines valeurs morales nous offre cette "France d'après", que nous vantait obstinément le slogan de mai 2007 !

Mais qu'importe l'insignifiant petit Mitterrand ! Ivre de reconnaissance, avide d'honneurs,  il a toujours été dans le camp de la droite et ne peut être considéré comme transfuge. Rappelez vous, lors  de la sinistre cérémonie des Molières, le 26 avril 2009 au théâtre de Paris, il ne cessait de parler de lui ; sa suffisance, sa cuistrerie avaient tranformé ce rendez-vous festif en un ennuyeux gala de bienfaisance exclusivement consacré à sa propre gloriole. Malgré sa culture, on sent chez cet homme une fêlure qu'il tente de compenser par un arrivisme et une mégalomanie convulsifs.

Bref ! Après cet épisode d'analyse psychologique de comptoir, passons aux choses sérieuses !

Je souhaitais vous entretenir d’une émission dite d’information, "C dans l'air", qui passe quotidiennement en direct sur France 5 à 18h, animée par Yves Calvi, et dont le moins qu’on puisse dire, est  que les queues de marmottes à poils doux qui remplacent les langues des intervenants sont plus efficaces que les brosses à reluire journalistiques de l’ex ORTF !

 

fd1.jpg

En effet, notre cher Yves Calvi, journaliste professionnel, patelin, bonhomme, familier, l’incarnation du gendre idéal auquel on donnerait sa fille unique et le bon dieu sans confession, invite régulièrement pour un débat, soit disant contradictoire - ne riez pas - quelques experts - ne vous moquez pas - et invités très majoritairement issus de la droite molle - ne gémissez pas - ou de la gauche « Allègrorrique », Bessonienne, Vallseuse , voire Strauss Kahnienne - ne vous suicidez pas.

Les experts et journalistes invités, quelque soient les sujets  sont quasiment presque toujours les mêmes : on voit bien qu’ils passent leurs vacances ensemble, tellement ils sont comme culs et chemises ; probablement issus de milieux, écoles, quartiers de Paris ouest, analogues. Tous, ont au moins deux points communs : un conformisme affligeant du fait de leur appartenance à une certaine élite figée sur les dogmes d'économie de marché et leur attendrissement devant Nicolas Sarkozy et sa politique sociale autoritaire !

Je n'oublierai jamais les monceaux de conneries débitées par certains pseudos spécialistes militaires lors de la guerre d'Irak qui prévoyaient une conquête par les troupes américaines sous les vivats de la population ! Un conseil : enregistrez cette émission et écoutez la un an après. Le résultat est consternant : les prévisions sont erronées une fois sur deux ; une grenouille dans un bocal aurait presque davantage de réussite dans ses pronostics !

Téléspectateurs de France 5, si vous aimez le sulfureux, le hard, l’insolence, l’impertinence, l’irrévérence, l'originalité, l'anti-conformisme, la critique, le vrai journalisme ? Passez votre chemin ! Zappez : vous vous êtes égarés !

Vous pensiez vous trouver dans les soutes de Belzébuth ? Sonnez fifrelins !  En réalité, vous visitiez le monde enchanté de Disneyland !

On vous promettait un tour palpitant sur le "grand-huit" à  7 loopings ?  Vous vous retrouvez à tourner sur un manège, chevauchant un Dingo en plastique !

Vous croyiez suivre une émission d’information ? Vous êtes embringués dans un show de potes sarkozistes, fiers et heureux d'être là (sont ils payés, au fait ?). Je vous le dis, mes chers lecteurs : quelque part, il y a tromperie sur la marchandise !

Ah hier ! Quel plaisir d'observer le magistral numéro de lèche sur l'épisode pitoyable du Congrès de Versailles, les Christophe Barbier, Roland Cayrol, Dominique Reynié et Dominique Rousseau ! Mao déclarait que le pouvoir était au bout du fusil ; pour nos 5 "héros"  de l'émission du lundi 22 juin, "la carrière et la Légion d'Honneur étaient au bout de leur flagornerie..."

Vous aimez le politiquement correct ? La bouillie prédigérée ? Le sarkozisme light ?  le carlisme soft ?  Le conformisme ? L’absence de critiques ? Secret Story ?

Vous admirez Attali, Minc, Colombani ? Votre maître à penser est Jacques Marseille ?  Vous considérez Finkielkraut  comme un philosophe éminent ? Vous estimez que Nicolas Baverez est un économiste ? Vous  écoutez les « grosses têtes » et Alain Duhamel sur RTL ? Michel Denisot et PPDA sont de grands journalistes ? Vous pensez que Versac et Gloaguen sont les plus grands blogueurs français de tous les temps ? Vous consultez Slate.fr pour  développer votre sens critique ? Philippe Val est selon vous un grand défenseur de la liberté de la Presse ?  Vous estimez que Hadopi défend les auteurs ? Vous êtes convaincu que Valls et Lang sont de vrais socialistes ?

Alors oui ! Oui ! Oui ! Vous êtes mûrs pour suivre "C dans l’air" !

Quant à ceux qui ne réunissent pas les qualités énumérées ci-dessus, je ne saurais trop leur conseiller de s’abstenir, une fois de plus, à moins qu’ils n’apprécient l’air vicié…

L'émission qui tombe à l'O, consistante comme un P et nous la met grave dans le Q, "c'est dans l'R"

OPQR. CQFD !


Sur ces considérations oiseuses et embouteillées, amis de cui cui, excellente après-midi et bonne nuit !

À après.

Cui cui, « C dans l’air » pur que vole l’oiseau ivre.

vendredi, 19 juin 2009

Qui me parle ?

 

 

POLICE-BRANDO.jpg

Les partis politiques parlent à leurs publics, ils s'adressent « aux déjà acquis ». La situation actuelle est plutôt au désintérêt général puisque les progressions en terme d'adhérents (toutes tendances confondues) établissent des courbes descendantes.

 

La rencontre des individus se fait surtout au travers d'échéances politiques. Ainsi, les enjeux électoraux centralisent la profusion de messages et les sorties d'élus ou de militants. Qui n'a pas croisé un élu à réélire sur son marché ou récupéré un tract à la sortie du métro ? Juste pour ce moment là …

 

De rien à tout, tout à coup.

 

Assister à des réunions politiques (tardives) est un acte volontaire. Après une « dure » journée de travail, plus d'un est resté pantois quant à l'intérêt de ce qu'il en est ressorti bien qu'initié et réceptif. Qu'en est-il des laissés pour compte ? Ceux jamais approchés dont les attentes sont un travail, un logement dont la vie est de se débattre …

 

La majorité des citoyens froissent le tract ou passent à côté de l'élu sans s'arrêter. A quoi sert de perdre du temps pour des rencontres ponctuelles ? L'élu souhaite conserver ou avoir sa place pour défendre, aider ...

Le combat est un combat constant, certains le mènent sans doute mais où et quand ?

 

Qui me parle ?

 

Les actions menées sur le terrain par nombre d'associations cernent au mieux les attentes en connaissant parfaitement les problèmes de la population. L'esprit y est très souvent apolitique. Les partis (de tout bord) s'invitent souvent miraculeusement, passionnés subitement pour un travail fait, alléchés par la notoriété d'une organisation bénévole.

 

Au moment où les urnes doivent parler.

 

Qui me parle ?

 

Les plus jeunes dénoncent ces procédés. Les banlieusards ont fréquemment et à raison invectivé les journalistes et les politicards dont les déplacements coïncidaient avec des besoins de stigmatisation sécuritaire ou électifs.

 

Eux, ils se débrouillent avec leur petites associations avec lesquelles ils peuvent au moins obtenir quelques conseils et un peu d'aide. Quand « on » leur parle politique, ils répondent :

 

Qui nous parle ?

 

1832548487_3.gif

Agathe

lundi, 15 juin 2009

Déconnomots, un exemple parmi tant d'autres

 

porte_enfer_detail.jpg

 

Les montants en circulation pour les transferts de joueurs Cristiano Ronaldo, Kaka, Villa … Et ceux à venir s'ajoutent aux injections de milliards dans les banques et sociétés à sauver (en pure perte pour certaines entreprises).

 

Ces chiffres vertigineux donnent le tournis par leur côté abstrait tout autant que la déclaration de la situation de faillite annoncée par M. Fillon aux premières heures de sa gouvernance ou encore l'abyssale crise financière mondiale.

 

Cette entrée en matière sur l'état des finances posait les efforts à consentir par les français.

Dans le même temps, le monde entier tirait la sonnette d'alarme (ce monde se compose de l'Europe et des USA en « géographie financière »).

 

L'argent généré d'un côté est dépensé en pure perte. « La communication » autour de la moralisation financière n'a même pas été évoquée pour le football (et autre sport à haute valeur ajoutée financière). Il ne s'agissait bien sûr que d'un discours réactif pour apaiser une opinion dont le spectacle des parachutes et autres dotations aurait été susceptible de la sortir de son abattement contrôlé.

 

Le choix des termes est une réponse à la hauteur de la solution apportée, la sémantique.

 

Samedi soir, chez Urbain, un acteur de la Banque Mondiale m'a parlé de « La loi de Pareto » dont j'ignorais le nom tout en ayant une connaissance du principe.

 

80 % de crétins qui travaillent ou crèvent pour 20 % qui en profitent

 

Les économies se feront toujours sur le dos des 80 %.

 

 

Rapporté au monde, ça fait beaucoup trop de cons* ...

 

 

 


9918_Une-1Militaires.jpg

 

Agathe

 

 

* me included

 

 

vendredi, 12 juin 2009

Politique et économie : plus ça change, moins ça change…

Dites les amis ? Ne nous prendrait on pas pour des billes par hasard ?

Voilà une dizaine de mois qu'est apparue la crise économique du siècle - nous disait on - les Présidents et Ministres de tous les pays occidentaux nous promettaient des réformes monstrueuses, un rééquilibrage des richesses dans le monde, un arrêt des pratiques financières scandaleuses, la fin de la spéculation, la mise au pas des banques, la suppression des paradis fiscaux, la mise au ban d’un capitalisme inégalitaire et inique.

Bref ! On nous promettait une révolution économique et structurelle, un bouleversement des mentalités, l’abolition du libéralisme financier sauvage et de ses pratiques indignes. Et j'en passe et des meilleures !

écolos.jpg

Nicolas Sarkozy se situait à la pointe dans ce discours semi révolutionnaire. Lui  qui se vantait d’être le réformateur du capitalisme financier : et certains de le croire… Pauvres naïfs !

Puis on a découvert un premier magistrat qui allait sauver nos emplois partout ou la crise exerçait ses ravages : et certains d’espérer…. Pauvres niais !

Puis notre chef suprême nous a promis l’égalité des chances : et certains d’applaudir… Pauvres imbéciles !

Puis le chef de l’état qui déclare se saisir du problème des banlieues : et certains de s’enthousiasmer… Pauvres nigauds !

Désormais le Président se saisit de la question écologique : et certains de hurler de joie… Pauvres crédules !

Quel admirable comédien ! Capable d'enfiler toutes les casquettes, de promettre tout et son contraire, de grapiller des idées partout et de les lancer sous son label en sachant qu'elles ne seront jamais mises en chantier.

Une petite partie du peuple le suit, mobilisée et hypnotisée comme jamais, elle franchira le rubicon avec lui, quoi qu’il fasse et pourtant ce président est largement minoritaire dans notre pays si on fait le décompte précis des voix.

Indéniablement, c’est un bateleur exaltant : il me rappelle certains vendeurs démonstrateurs que je côtoie sur les marchés, ceux-ci vendent parfois des objets dont on ne saisit pas très bien l’utilité, mais qui grâce  à un bagout  décomplexé et à un argumentaire inouï , vous paraissent absolument nécessaires et indispensables. Forcément, vous vous laissez tenter malgré un prix un peu prohibitif et vous l’emmenez chez vous, pressé de l’essayer. Vous ouvrez la boîte, branchez l’appareil et bien sûr, celui ci tombe en panne trois jours plus tard.

Inutile de retourner au marché car le colporteur ne reviendra jamais. Et pour cause !

Journalistes.JPGMais dans notre cas, le bonimenteur Sarkozy reviendra en 2012. Il sera tellement convaincant, autocritique sur ses échecs, des trémolos dans la voix, les larmes aux yeux, promettant de faire mieux grâce à son expérience passée, qu’il parviendra à refourguer sa came pourrie aux mêmes qui l'ont cru il y a deux ans…

La naïveté, la crédulité et le sentimentalisme bêlant des citoyens sont incommensurables.

Décidément dans ce monde  fluctuant, plus les situations empirent, moins les doctrines et les hommes changent !

CQFD. Ce qu'il fallait démontrer.

Inutile de se voiler la face : les dirigeants occidentaux et les élites mondiales sont en train de rouler les populations dans la sciure. Y compris Obama et ses parlementaires pour le peuple américain  ! Les réformes annoncées n'auront jamais lieu, tout au plus quelques timides replâtrages ou maquillages capables de transformer un système vermoulu, rongé par les inégalités sociales et la corruption en un dispositif mu par les mêmes ressorts mais habillé d'une respectabilité juvénile louée par la propagande médiatique internationale.

Une chose est pourtant établie, amis de gauche et de droite épris de justice : malgré les déclarations fracassantes de certains philosophes et économistes, croyez moi, le Grand Soir n'est pas pour demain !

Poils aux mains.

À après.

Poils à la raie.

 

Cui cui, oiseau de mauvais augure.

mercredi, 10 juin 2009

Agatheouaiouais

 

 

 

7dwarves.jpg

 

 

La tentation est grande d'essayer de comprendre les motivations du vote UMP concernant des personnes hors statistiques 3ème âge (le gros de l'électorat).

 

J'ai discuté abondamment avec une famille de trois enfants vivant en HLM, le père a reconnu toucher le même salaire depuis 2001, faire plus d'heures non rémunérées car forfaitaires grâce à un malicieux contrat de travail (malgré un changement d'emploi) avec un niveau de vie plus bas lié aux augmentations : de loyer, d'électricité, de gaz, de carburant, de nourriture, des assurances, des frais de scolarité, de la part des frais médicaux à charge etc...Et, il conclut en m'expliquant qu'il vient d'être licencié.

 

- Alors, pourquoi ce vote ?

 

Parce que la gauche distribue l'argent de l'État, donne des logements et des aides (allocations, CMU etc) à ces familles africaines dont les enfants jouent bruyamment jusqu'à des heures indues et salissent la cour. (Dixit, notre gentille famille, bref résumé des doléances).

 

Un autre homme, Commercial, lui est persuadé que « travailler plus lui fera gagner plus », il cite fièrement. Une évidence, la part variable de son salaire dépend des contrats signés et d'ailleurs, certains chanceux travaillent très peu mais sur des gros chiffres (pas osé lui dire). Devrais-je lui faire remarquer que pour ce métier, c'était le cas bien avant cette phrase ? M. Sarkozy n'a pas inventé ce job vieux comme le monde.

 

D'un côté, une attente proche de l'idéologie front national, la France aux français avec la certitude d'être lésé par les étrangers. Le vote décomplexé pour des milliers de français fiers de se laisser aller sans pour autant être taxé d'électeurs d'un parti raciste. Le ministère de l'immigration et de l'identité nationale est en cela un trait de génie. Une absorption honorable.

 

De l'autre, la valeur travail. L'ouvrier smicard a beau avoir des horaires contraignants sans la contrepartie d'une variable est-il moins méritant ? Que pourrait-il faire après 8 à 9 heures passées sur un chantier pour améliorer son quotidien ? Après avoir creusé à la pelle, utilisé un marteau-piqueur, charrié des poutres métalliques, quelle énergie pourrait-il trouver pour sanctifier le « travailler plus pour gagner plus » ?

 

Travailler plus alors que le chômage atteint des records.

Travailler plus alors que les entreprises ferment leurs portes (à tour de bras).

 

La pensée de l'Umpiste s'arrête au pas de sa porte.

 

Lui, il est parfait, c'est l'autre qui ne fait rien pour s'en sortir.

 

 

 

SuperUMP2.jpg

 

 


Agathe

Merci à Cui cui pour son SuperDucon et à Odm pour son blog "plans sociaux"  (en lien)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu