Avertir le modérateur

vendredi, 23 octobre 2009

Les 'Nobel', belles, belles comme l'humour !

  • 2009 Oliver Williamson et Elinor Ostrom (USA),
  • 2008: Paul Krugman (USA),
  • 2007: Leonid Hurwicz, Eric Maskin et Roger Myerson (USA),
  • 2006: Edmund Phelps (USA),
  • 2005: Robert Aumann (Israël) et Thomas Schelling (USA),
  • 2004: Finn Kydland (Norvège) et Edward Prescott (USA),
  • 2003: Robert Engle (USA) et Clive Granger (GB),
  • 2002: Daniel Kahneman (USA) et Vernon Smith (USA),
  • 2001: George Akerlof, Michael Spence et Joseph Stiglitz (USA),
  • 2000: James Heckman et Daniel McFadden (USA),
  • 1999: Robert Mundell (Canada),
  • 1998: Amartya Sen (Inde),
  • nobel-4a.jpg

  • 1997: Robert Merton et Myron Scholes (USA),
  • 1996: James Mirrlees (GB) et William Vickrey (USA),
  • 1995: Robert Lucas Jr (USA),
  • 1994: John Harsanyi et John Nash (USA), et Reinhard Selten (Allemagne),
  • 1993: Robert Fogel et Douglas North (USA),
  • 1992: Gary Becker (USA),
  • 1991: Ronald Coase (GB),
  • 1990: Harry Markowitz, William Sharpe et Merton Miller (USA),
  • 1989: Trygve Haavelmo (Norvège),
  • 1988: Maurice Allais (France),
  • 1987: Robert Solow (USA),
  • 1986: James Buchanan Jr (USA),
  • 1985: Franco Modigliani (USA),
  • 1984: Richard Stone (GB),
  • 1983: Gerard Debreu (USA),
  • 1982: George Stigler (USA),
  • 1981: James Tobin (USA),
  • 1980: Lawrence Klein (USA),

Tels sont les 47 lauréats du prix Nobel d'économie depuis 29 ans... 36 Américains, 4 Anglais, 1 Canadien, 2 Norvégiens, 1 Allemand, 1 Israélien, 1 Indien et 1 Français. C'est à dire que selon les pantins des jurys du Prix Nobel, 85 % des économistes mondiaux seraient donc américains !

Ne riez pas tout de suite !

Observez auparavant le résultat sur le terrain de l'économie américaine et les résultats désastreux malgré une troncature plus ou moins habile des statistiques pour éviter l'affolement !

Vous vous esclaffez ? Normal !

L'économie des États Unis, malgré cette formidable élite pré-citée, subit une récession considérable consécutive à la crise des sub-primes et à des distributions sans discernement de crédits.

Je ne parle même pas de la Grande Bretagne, hâvre économique paradisiaque et modèle pour la France  selon l'auteur de "l'économie faite par les nuls", j'ai nommé le célèbre journaliste et chroniqueur que les médias s'arrachent et que le monde entier nous envie, Sa Suffisante Excellence , professeur "Honoris Causa" du Grand Journal et des Guignols, de Canal +,  Jean-Michel Aphatie !

Aussi ne vous raconté-je pas la désespérance vécue dans les chaumières : si on ne peut plus se fier à des experts, vers quel type de civilisation se dirige t-on ? Si l'État américain et les sociétés privées payent des études, des laboratoires, des équipements hors de prix aux Universités prestigieuses des States, les meilleures du monde, vantent sans rire les organismes bidons de notations universitaires aussi pertinentes que leurs homologues financières corrompues jusqu'à la moëlle, pourquoi édifier des campus dorés où quotidiennement des chercheurs en économie se plantent  irrémédiablement et quelles solutions nous reste t-il ?

Alors, sans sombrer dans le populisme ( concept ressassé par quelques misérables  exégètes de la pensée  centriste molle qui fourmillent sur Internet en lançant doctement quelques poncifs éculés,  et notion politique inepte à mes yeux puisqu'ielle mène historiquement  à l'homme providentiel et au pouvoir personnel ) , une question  m'interpelle : Mais bon sang, à quoi servent donc tous ces experts économiques qui ratiocinent, dissèquent, se contredisent, déclament, affirment, condamnent, prévoient, se disputent, triturent les chiffres, sortent des formules alambiquées ?

Dites moi, mes bons amis, n'avez vous pas remarqué que lorsqu'on assiste à leurs joutes, on a parfois l'impression d'assister à un congrès de druides gaulois amateurs de cervoise devisant bruyamment sur les vertus thérapeutiques des boules de gui cueillies par une nuit sans lune, au cri du loup et au hullulement de la chouette ?

Ils sont grotesques, pédants, manquent de distance, en une phrase : ils se discréditent chaque jour davantage !

En fait, je vais vous faire une confidence : bien qu'ils en sachent techniquement bien plus que nous, je crains qu'ils ne soient  aussi  démunis que nous sur les solutions à apporter ou tout simplement complètement perdus sur le déroulement des crises successives qui nous attendent !

Alors, je me permets d'adresser une supplique à nos amis journalistes et pseudos experts économistes : de grâce relativisez, parlez au conditionnel et surtout restez humbles !

J'en terminerais par une pirouette humoristique : pourquoi ne pas proposer au jury des "Nobel" d'économie, nos illustres incompétents  et précieux ridicules tels que Nicolas Baverez ou Jacques Marseille, auxquels nous adjoindrions pour les Nobel de Littérature, nos pitoyables génies caquetants et emplumés des basse-cours médiatiques André Glucksmann, Bernard-Henri Lévy ou Alain Finkielkraut ?

Au niveau actuel des Prix Nobel, ils le valent bien : notre considération envers le mérite des prix Nobel étant passée du stade de la dynamite à celui du pétard mouillé.

Rajoût de dernière minute : lire l'opinion de Paul Jorion sur les prix Nobel d'économie cet après midi même sur son intervention vidéo dans les dernières minutes : le constat est édifiant !

 

Amis et ennemis, à après et bonne fin de semaine !

 

Cui cui fit l'oiseau, gibier à viser sans modération.

 

lundi, 12 octobre 2009

Nobel, c'est d'la dynamite !

 

 

socrate.jpg

Le comité Nobel, afin de distinguer une action d'envergure menée dans le sens de la paix, de l'humanisme et des libertés, mais aussi dans l'espoir d'une accélération des processus et de leur diffusion dans les autres pays, a choisi d'attribuer son prix annuel, récompensant « la personnalité ayant le plus ou le mieux contribué au rapprochement des peuples, à la suppression ou à la réduction des armées permanentes, à la réunion et à la propagation des progrès pour la paix » au président français, Nicolas Sarkozy.

Les actions de la Présidence sont multiples et balaient l'ensemble des thèmes et des enjeux de l'humanisme moderne. Le comité a choisi de décliner ici les contributions les plus notables ayant motivé son choix :

 

Le désarmement : par le ratage constant des contrats de vente de Rafale et autres fournitures, M. Sarkozy a grandement oeuvré pour la pacification du monde.

 

Notre lauréat a également su manifester la condamnation la plus totale et ferme des agressions militaires dans le monde notamment celle des terroristes/habitants de Gaza sur Israel.

 

Récemment : le nettoyage de la jungle pour veiller aux conditions de vie de quelques réfugiés en leur permettant de profiter des jardins publics mais surtout la prise en compte du mal du pays pour les afghans en les renvoyant massivement dans leur pays en guerre.

 

Le comité tient également à souligner l'action des policiers, dépêchés aux sorties d'école pour un accueil chaleureux dans les centres de rétention et la liberté accordée aux parents d'y séjourner avec leurs enfants dans le respect de la cellule familiale.

 

Notre vénérable institution relève également ces quelques points :

 

Le démantèlement du terrorisme ultra-gauche par des arrestations tous azimuts.

 

Le souci particulier de l'aide à l'insertion professionnelle des jeunes par l'exemplarité de celle accordée à Jean Sarkozy.

 

La suppression de la majorité des tribunaux et des juges d'instruction pour veiller à rétablir la justice par lui-même jusqu'au civil avec l'affaire des remugles d'égouts du Cap-Nègre.

 

La maîtrise sécuritaire des maternelles par la proposition de dépistage des délinquants potentiels et les gardes à vue des dangereux enfants voleurs de bicyclettes.

 

La capacité à ouvrir la pluralité de l'information en équilibrant le rôle de l'animateur télévisuel de droite M. Drucker au profit de M. Ruquier pour recevoir les membres du gouvernement afin d'éclairer le peuple sur l'injustice faite à sa politique.

 

La veille assidue de la liberté de la presse et de l'audiovisuel avec les coups de fil pour couper les émissions ou faire prendre conscience de la mauvaise qualité d'un article.

 

La création de la taxe carbone pour sensibiliser les grands groupes industriels à l'environnement et la constance de l'amitié de N. Hulot chantre de la dénonciation de la surconsommation avec pour résultat la production de produits bio de la marque Ushuaia par le grand groupe commercial TF1.

 

Le rétablissement du droit du mouton à mourir ailleurs que dans une baignoire.

 

Pendant 108 ans, le comité du prix Nobel a cherché à stimuler ce type de politique nationale et internationale et ces démarches dont M. Sarkozy est le principal porte-parole. Le comité approuve l'appel plein de bon sens de M. Sarkozy que "Si Le Pen dit : "le soleil est jaune", je ne vais pas être obligé d’arriver en disant "il est bleu". Personne n’est obligé, je répète, d’habiter en France. Mais quand on habite en France, on respecte ses règles. C’est-à-dire qu’on n’est pas polygame, on ne pratique pas l’excision sur ses filles, on n’égorge pas le mouton dans son appartement. ".

 

Oslo, 9 octobre 2009

 


NB : Le comité Nobel a été très sensible aux autres travaux de Monsieur Sarkozy. Ses études dans le domaine du génome, en partenariat avec M. Lefebvre, auraient très bien pu motiver l'attribution du prix Nobel de chimie.

De plus, l'hardie loi TEPA, des axiomes forts tels que « travailler plus pour gagner plus », entrent tout à fait dans les exigences d'un Nobel d'économie.

Pour la littérature, il a semblé au comité que « Ensemble » constituait une oeuvre importante mais isolée. Le temps verra se constituer une oeuvre dense et vraie.


Agathe

vendredi, 09 octobre 2009

Blair à la Présidence de l’UE ? Pourquoi pas Berlusconi pendant que vous y êtes !

Décidément les amis, les voies de nos seigneurs européens sont impénétrables !

Ne voilà t-il pas que nos élites européennes oui-ouistes, enivrées par leur (difficile) triomphe irlandais en 2 rounds grâce à un arrangement factice avec l’arbitre veulent nous gratifier ; après le vote du Traité de Lisbonne dont on nous décrit l'application comme un long processus fleuri et embaumé accompagné d’une musique envoûtante ; de la présidence d’un individu, tenez vous bien, dont le moins qu’on puisse dire est que son incarnation semble très éloignée de l’idéal européen, j’ai nommé Tony Blair himself, Britannique avec tout ce que les élites de cette Nation charrient de valeurs anti-européennes, d'égocentrisme insulaire, de morgue post-coloniale et de soumission à l’empire américain !

mirrorpix-a-valentines-day-message-to-tony-blair-and-george-bush-make-love-not-war.jpgDans le même ordre d’idées, imagineriez vous qu'on nommât Ben Laden comme assesseur au Vatican, Poutine, médiateur aux Nations Unies, Le roi Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud, souverain  d’Arabie Saoudite, responsable religieux à Tel-Aviv, le grand Schtroumpf directeur du parc de Disneyland, Jean-Michel Aphatie, journaliste à Politis, Christophe Barbier, rédacteur de billets au village des NRV !

Stupeur et intense rigolade !

Vous rendez-vous compte : envoyer à la tête de l’Union Européenne l’ancien caniche du sinistre Bush, le top model ultra-libéral Tony Blair, pro-américain viscéral, ancien dirigeant d’un pays qui ne s’est jamais senti proche des thèses franco-allemandes et qui cherche à tout prix à cantonner ce conglomérat incertain de 27 pays qu'il a souhaité informe, merdique et ingouvernable, en un gigantesque marché sans base politique ni sociale ! Rappelons qu'il fut en son temps, incapable de faire rentrer la Grande Bretagne dans l’Euro et dans l’espace de Schengen et fut un ardent partisan de l’intervention en Irak comme lieutenant docile des USA contre l’axe franco-allemand.

L’incohérence de ces inconscients de oui-ouistes frise vraiment la bêtise la plus noire. Élire Tony Blair à la tête de l’UE, c’est faire rentrer le loup dans la bergerie ! Sont-ils aveugles à ce point ou aspirent-ils à transformer ce fat qui a quitté son poste de premier Ministre de Grande Bretagne la queue entre les jambes, en un fossoyeur de l'Europe politique ?

Dans une certaine mesure, et ceci dit sans humour aucun, électeurs du "oui" au Traité sur la Constitution européenne, vous qui jubiliez 896075-1058478.jpgtant, ce lundi après le vote irlandais, sachez que si par chance, vos dirigeants nommaient Sir Tony Blair à la tête de l’Union Européenne, nous autres, anciens partisans du non, y verrions comme une revanche immanente et la preuve inespérée d'un triomphe surprenant qui nous tomberait du ciel.

Car comme disait notre immense penseur hexagonal et  brillant polyglotte , Jean-Pierre Raffarin : "Win the yes need the no to win again the no", expression géniale que je paraphraserai humblement, avec déférence devant le fabuleux savoir de notre grand philosophe poitevin en : "We'll need Tony Blair to win against liberal Europa"

Amen !

Lectrices, lecteurs, bon après midi, excellent week end et à après si le destin nous est favorable !

Nota bene : j'aime la Grande Bretagne et son art de vivre tout en n'appréciant que fort peu ses dirigeants. En ce qui me concerne, je n'ai jamais confondu peuples et élites.

By cui cui, animateur occasionnel du "Village des NRV", blog politique fantôme, errant quelque part sur le Net.

 

lundi, 05 octobre 2009

Stand the gettho

 


 

cri-1893.1251954046.jpg

 

 

Ma mère disait « Il faut aller en course mon garçon », j'attendais ce moment-là avec impatience. J'aimais passer d'un commerce à l'autre, la guerre me faisait zigzaguer pour remplir fidèlement la liste de commissions. Le pire était à venir. Des magasins dans lesquels je ne pourrais plus entrer. Des magasins portaient sur leurs façades cette étoile, la même que celle cousue au revers de ma veste. Les autres ne voulaient plus de moi. Je ne comprenais pas.

 

Aujourd'hui, je suis un vieux monsieur. Je vis dans un quartier où je revis les affres, la souffrance de mon écartement, de mon isolement, de ma stigmatisation.

 

Le ghetto a repoussé.

 

Une bienveillance religieuse m'invite à m'écarter, à m'isoler, à ne fréquenter que ceux de ma communauté.

 

Après la guerre, j'ai retrouvé ce que l'on m'avait volé de plus cher, la liberté d'aller où bon me semblait. Fondu, noyé dans la masse, voilà ce qui m'importait. Un être humain, point.

 

J'ai froid dans le dos quand je passe devant ces commerces, supermarchés, restaurants, ces écoles religieuses dont la façade affiche ce qui nous a horrifié. Je revois ma mère, la confusion de ces explications à mes questions sur l'interdiction de circuler et d'acheter librement. Comment aurait-elle pu donner le pourquoi de cette injustice ?

 

Je passe mon chemin. Je suis vieux.

 

Mais ...

 

Heureux d'avoir mon âge. Heureux d'avoir mis mes enfants dans des écoles publiques avec tous les autres. Heureux d'aller chez l'épicier du coin, à la pharmacie, à la boulangerie, au centre commercial.

 

Heureux de parler avec mes voisins, d'ignorer leur métier, leur vices, leur religions, leurs votes.

 

Heureux de n'être vu que comme le vieil homme dont on demande des nouvelles de sa santé quand on ne l'a pas vu depuis plusieurs jours.

 

 

Agathe

vendredi, 25 septembre 2009

Dominique Galouzeau de Villepin, acteur raté de la Comedia del Arte.

Avertissement : Dans ce billet, je vais un peu à rebours d'une opinion générale qui tente de faire passer ce brave  Dominique Galouzeau  de Villepin pour une victime expiatoire... En fait, on peut modestement estimer que ce procès Clearstream, qui vous verrez, tournera à la grosse farce à l'italienne ; ultime rideau de fumée sans grand intérêt pour les citoyens ordinaires, affaire judiciaire hyper médiatisée dont personne ne connaîtra probablement à l'issue du jugement, les tenants et les aboutissants ; n'est que la résultante d'un combat féroce entre deux autocrates mégalomanes et paranoïaques enivrés par les  effluves ensorcelants du Pouvoir ;  deux 'ego' exacerbés, purs produits de ce que la 5ème république engendre de pire.

---------------------------------------------

Comment dire ?

Lorsque j’ai vu le sieur de Villepin, le 21 septembre dernier, placer sa progéniture, deux benêts  gauches et maladroits et sa femme à l’air absent, légèrement en retrait de son  martial personnage particulièrement apprêté, et ce devant les caméras de l’espace médiatique, je me suis pincé pour bien vérifier si je n’étais pas retombé, lors de mes rêveries,  dans les moments les plus tragiques de la révolution française !

FDC.jpg

Toutefois, en observant attentivement sa dégaine particulièrement étudiée ( à eux quatre, ils devaient porter pour environ quelques SMIG  de fringues et de bijoux ), j’ai longuement regretté qu’ils eussent oublié Kiki, leur caniche nain, leur sac à dos Quéchua avec la tente qui se déplie en 10 secondes qu'on a l'habitude de voir le long du canal Saint Martin, ainsi que quelques affaires de toilettes dont une brosse à dent bien visible : ainsi, la mise en scène aurait elle été du meilleur effet  pour cet appel au Peuple digne d’un futur martyr condamné sans appel à la  guillotine par un despote sanguinaire.

Bref, tout ceci fleurait bon une authenticité surjouée digne de  la fausse particule de Monsieur Galouzeau de Villepin.

Je vous ai recopié son  discours plus que pompeux en éliminant les excroissances qui n’apportent strictement rien.

« ….Je suis ici par la volonté d'un homme, je suis ici par l'acharnement d'un homme, Nicolas Sarkozy, qui est aussi président de la République française. J'en sortirai libre et blanchi au nom du peuple français. Certains voudraient croire qu'il n'y a pas dans notre pays de procès politique, je veux le croire aussi et pourtant nous sommes ici en 2009 et nous sommes en France. Je veux redire que mon combat n'est pas un combat personnel, c'est le combat de toutes celles et tous ceux qui se battent contre l'injustice, c'est le combat de toutes celles et tous ceux qui sont victimes de l'abus de pouvoir…. »

Rien que ça !

Dites, chers lecteurs : pris par l’action j’ai pensé un instant qu’il allait déchirer d’un air théâtral sa chemise à jabot  (humour) pour offrir sa mâle poitrine d’ardent défenseur de la Liberté et du Peuple aux baïonnettes  de la soldatesque dirigée par le tyran !

Instant grotesque, décalé.

J’ai pourtant failli applaudir. Bêtement.

Dominique, ton problème, c'est que tu t'aimes trop et que ça se voit !

nuValls.jpg

Et puis je me suis souvenu que cet individu qui ne cesse de faire des appels grandiloquent au Peuple  lorsqu'il il est personnellement en difficulté, avait occupé la fonction de Premier Ministre. Je me remémorai cette Loi inique sur le CPE, je me rappelai son dédain envers le Peuple, lui qui n’avait jamais eu le courage de passer sous les fourches caudines du suffrage universel !

Ce même apparatchik de la 5ème république, conseiller obscur de Jacques Chirac, grenouillant, combinant, manœuvrant dans les alcôves louches du Pouvoir comme les Henri Guaino et autres Claude Guéant,  la partie visible de ces hauts fonctionnaires carriéristes qui font et défont notre pays sans l’ombre d’un risque, en totale irresponsabilité et  en toute impunité vis à vis des électeurs !

Amis ! Quel culot d'observer Galouzeau de Villepin battre le rappel des citoyens afin de combattre les atteintes à la Liberté pour  sauver sa  misérable peau ! Quelle dérision ! Quelle inconscience ! Quel cynisme  de se poser en victime d'un procès politique : c'est à la Justice d'en décider même si beaucoup émettent des doutes sur son indépendance !

Pour cacher un anti-sarkozysme viscéral, beaucoup de journalistes et de politiques (même de gauche) tombent dans la chausse-trappe  du soutien inconditionnel à Villepin, piège vicieux dont le fond est hérissé de pointes acérées : qu'ils prennent bien garde de ne pas se faire empaler vif car la différence de conception de l'autorité de l'État entre ces deux hommes est négligeable : ils sont tous deux partisans d'un pouvoir personnel autoritaire !

Car imaginez vous bien, amis citoyens, que si vous vous trouvez dans une arène en présence d'un lion cruel et d'un tigre féroce se livrant une lutte sauvage et sans merci  et que tigre fait appel à vous pour le sauver, ne concevez pas qu'il aura la bonté de ne pas vous croquer s'il parvient à vaincre son adversaire !

Au contraire, observez les avec ravissement et souhaitez que ces fauves s'affaiblissent mutuellement. Lorsqu'ils seront exsangues, peut-être nous sera t-il possible de régler son compte au survivant, trop meurtri et totalement décrédibilisé...

Villageois(es), bon week end et une pensée chaleureuse pour notre Agathe préférée que chacun ici, apprécie particulièrement !

Agathe, reviens nous vite et en pleine forme !

 

Cui cui fit l'oiseau, un poing, c'est tout !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu