Avertir le modérateur

vendredi, 13 novembre 2009

Le débat (très bas) d'elisabeth (très bête)

On s’endormait ferme en début de semaine sur le plateau de Mots Croisés.

De poncifs en fautes de français, les invités débitaient leurs marronniers toujours verts pour la saison  sur qu’est-ce qu’être Français ?

 

Jusqu’à ce qu’enfin, Elisabeth Levy, très en bouteille ce soir-là , nous délivre LA solution !!! Il faut éradiquer les différences «  à la schlague».

 

Mais, Elisabeth, quand même ! La schlague ! Ne trouves-tu pas que ça fait un peu trop allemand ?!?!

Puisqu’on parle d’Identité nationale, autant prendre une méthode bien de chez nous. Entraînons-nous sur les femmes qui portent la burqa.

 

On ne peut les mettre en prison, y a déjà pas assez de place pour les bons Français, au point que Treiber se retrouve sans cellule fixe.

Alors ? La lapidation ? Pas assez laïque!

La gégène, voilà une méthode française que nous avons enseignée dans le monde entier ! Malheureusement, nos centrales nucléaires françaises sont en sous régime en ce moment et les anti-racistes primaires hurleraient au néo-colonialisme.

Non, il nous faut une méthode bien de chez nous, qui réveille en chacun le souvenir glorieux des plus riches heures de notre belle histoire.

Voilà pourquoi, chère Elisabeth, au nom du partage libre des idées qui règne sur la toile, nous te proposons… de les tondre !!!

 

La méthode est simple et ne demande pas beaucoup de moyens.

 

Phase 1 : La police Nationale appréhende la contrevenante (pour cela, on aura recours soit à l’observation attentive, soit à la délation)

 

Phase 2 : Les agents de la force publique lui arrachent l’objet du délit

 

Phase 3 : Quand il y a assez de badauds autour (une participation citoyenne est à encourager), mettre en marche la tondeuse (l’utilisation d’une tondeuse ne nécessite pas une formation plus poussée que celle du taser)

 

Phase 4 : Saisir la contrevenante par les cheveux et procéder à la tonte

Voilà, c’est simple, rapide, pas cher, et tellement français.

 

En France, on n’a plus beaucoup de démocratie , mais qu’est-ce qu’on a comme idées !

 

femmes-tondues.jpg

Nef des fous

mercredi, 11 novembre 2009

Petite leçon de français à l'usage de Marie NDiaye

 

 

19cbill77.gif

 

C'est monstrueux d'accabler la France du terme « monstrueux ».

Des policiers qui arrêtent des parents devant leurs enfants à la sortie de l'école.

Ce n'est pas monstrueux.

C'est juste une réponse adaptée et humaine à un problème qu'il convient d'aborder sans tabou.

 

Un étranger pourchassé, pris de panique,  perd la vie en se jetant à l'eau.

Ce n'est pas monstrueux.

Ce sont seulement les risques inhérents à l'état de clandestinité.

 

Une femme apercevant le déploiement d'officiers de police venus la cueillir chez elle, se jette par la fenêtre.

Ce n'est pas monstrueux.

C'est un drame mais il convient de ne pas relâcher les efforts en matière d'accueil, de protection contre les exploiteurs, et, c'est aussi cela une politique équilibrée, de bien respecter la loi.

 

Des familles, des bébés enfermés dans des centres de rétention après avoir été raflés.

Ce n'est pas monstrueux.

C'est l'humaine liberté  de pouvoir garder par-devers soit son enfant, où que l'on soit.

 

Se suicider sur son lieu de travail parce que le harcèlement et l'humiliation deviennent insupportables.

Ce n'est pas monstrueux.

Non, c'est une mode, une épidémie, et une cellule d'écoute sera mise en place dans les tous prochains jours.

 

Devenir SDF, être rassuré de savoir que le PDG est à l'abri de sous son parachute doré.

Ce n'est pas monstrueux.

C'est la juste récompense des talents inouïs des créateurs de richesse, qui  provoquent les conditions du retour de la croissance et du plein emploi dont chacun pourra profiter.

 

Rembourser les impôts des plus riches pour perdre moins, envoyer les huissiers chez les plus pauvres.

Ce n'est pas monstrueux.

C'est évidemment garder sur notre sol les riches, qui par leurs impôts participent à  la solidarité nationale et au pacte social français.

 

Marie est étrangère, ben oui,... ça se voit alors il faut lui expliquer le sens des mots.

Les mots sont importants en Sarkozye. Les étrangers aussi. Leurs peaux valent moins que les mots.

Je sais... Mes billets se répètent.

Un hommage a été  rendu à Zied et Bouna dernièrement.

Qui se rappelle des accusations du Ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy à l'époque, avant même de connaître les faits ? Coupables. (De cambriolages)

Les mensonges se suivent, une utilité.

 

C'est pour cela que je rabâche.

 

C'est monstrueux et pourtant c'est devenu banal.

 

Allons, cessez Marie de troubler la belle harmonie française où des médias à l'opposition chacun veille à ne pas contrarier le Boss de la France dont le pouvoir broie le destin d'un nanti d'une seule main.

Pour les autres, c'est avec le pied.

 

Agathe

vendredi, 06 novembre 2009

Les blogs sans pied, sans bouche.

 

vghwy8up.jpg

Le grand débat nazi-onal avec la polémique espérée cache, évacue la crise, le chômage, les affaires Mitran, Jean l'héritier, la Jungle, Villepin (le flop), la démission du Directeur Adjoint de Canal+ ordonnée suite à la parodie des guignols de l'info, le coût de la Présidence de l'UE, les banques non taxée sur leurs bénéfices, les suicides en prison et au travail, l'injustice des condamnations lourdes pour des faits mineurs qui exempte la classe politique et s'abat sur les jeunes, les citoyens ordinaires …(liste non exhaustive.)

 

Promesses, mensonges et trahisons.

 

Le sujet est lancé et les médias alimentent. Internet suit et tombe dans le panneau.

 

L'Angolagate (l'os à ronger parmi les oeuvres Pasquaïennes), Chirac et ses éternelles casseroles sorties pour occuper l'actualité, l'indignation de l'UMP sur le coût de la Halde (actée par eux), le dernier écran de fumée projeté via Brice H. pour allumer le feu, Morano versus Yade, Carla sommée de rentrer à la niche, les excuses hilarantes du Chef de l'Etat sur la candidature du Prince Jean accompagné du message sur ce poste non rémunéré, dénué d'intérêt financier pas de voiture, pas de logement de fonction. (Le fait qu'il le souligne en dit long sur son image, celle qu’il essaye vainement d’atténuer.), les coupures internet sous certaines conditions, une polémique par jour pour faire bref…

 

Pendant ce temps, les lois passent. Les votes s'enchaînent.

 

Tout passe.

 

La prochaine polémique, phrase magique occultera l’essentiel.

 

Tout est passé.

 

Pas d’obstruction aux mesures gouvernementales.

 

Les blogs dénoncent souvent au travers de billets amusants, excellents voire brillants les acquis entérinés.

 

Quelques uns, trop nombreux se ruent sur les sujets brandis, sur les jetés en pâture, ils font partie du cortège de l’enterrement des réformes importantes et inacceptables.

 

Certains "jets" permettent de tester les réactions avant de disparaître, de revenir présentés différemment ou plus tard pour maturation de l'opinion.


 

Amorphes, nous sommes.


 

Ballotés dans toutes les directions.


 

Appâtés comme des petits poissons.

 

La prise est bonne  ...


Agathe.

 

mercredi, 28 octobre 2009

L'enfumage des citoyens par la notion "d'identité nationale".

Décidément !

Dans cette France politique moisie d'octobre 2009 ; où dans un proche avenir, nos dirigeants ne présenteront plus aux suffrages du peuple que des célébrités du show biz ou du sport plus ou moins incultes et faciles à manipuler, et qui, lors de leurs campagnes distribueront des autographes et des sourires aux 30 % d'électeurs attirés par une tombola organisée par TF1, seuls les votants  ludiques et décervelés se déplaceront aux urnes et décideront ainsi du sort de notre pays (les 70 % restants s'abstenant, dégoûtés !).

Diantre ! Après les dernières déclarations de Messieurs Besson et Sarkozy, comment nier que le "pétainisme transcendantal", cher à Alain Badiou, n'en finisse plus de laisser ses miasmes envahir notre beau pays !

petain3.jpg

Le félon Éric Besson, chargé des basses œuvres, recherche tous les expédients possibles pour attirer le fretin vers la grossière amorce qu'il a lancé dans la marre médiatique afin de faire diversion sur l'état alarmant de l'économie française, la situation désastreuse des caisses de retraites, le chômage effrayant qui gagne toutes les strates de la population et les comptes catastrophiques des caisses maladies.

J'ose espérer que personne n'est dupe...

Quoique... Quand on voit certaines associations en mal de reconnaissance se précipiter en bêlant vers ce leurre grossier, on peut effectivement se montrer inquiet mais il est une chose certaine : à part les médias toujours partants, dans l'espace public, tout le monde à l'air de se se foutre de ce débat sur "l'identité française" comme de l'an 40, la sinistre année du pétainisme triomphant.

Complètement.

Éperdument.

Absolument

La Marseillaise ? Faut-il une Loi ou un débat de 6 mois pour l'enseigner ? Absurde : l'école peut s'en charger sans difficulté !

La burqa ? Faut-il une Loi ou un débat de 6 mois pour éradiquer une pratique qui concerne 1000 cas à tout casser, dans l'hexagone, avec le risque de stigmatiser et de rassembler la si diverse communauté musulmane ?

Les adolescents paumés des quartiers pauvres ? Ce ne seront sûrement pas des textes législatifs qui les feront évoluer !

Tout ceci sent trop le prétexte, l'enfumage, la magouille partisane électorale !

La cohésion sociale de notre Nation sera en cause tant que nous vivrons dans une société en crise où le chômage ravage nos rangs, où les salaires stagnent et où, trop souvent, les conditions de travail deviennent insoutenables. Le désir de vivre ensemble dans notre pays n'aura jamais lieu tant que l'exemplarité des classes dirigeantes et économiques, président en tête, ne sera pas indiscutable ! Et croyez moi, ce n'est pas pour demain !

La devise du pouvoir actuel est  FRIC, INDIVIDUALISME, OLIGARCHIE. Qui oserait, en France, défendre de telle valeurs ?

Parce que, mes amis, quelle plus belle définition de notre "IDENTITÉ FRANÇAISE" que ces 3 mots sublimes gravés sur les frontispices de nos monuments prestigieux, devise exemplaire de la République : LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ ?

Pourquoi chercher plus loin ?

Mais en l'état, vous voudriez que nos concitoyens se battent pour protéger des valeurs individualistes, anglo-saxonnes et financières,  idéaux qui n'ont jamais été le ciment de la communauté française laïque  et égalitariste depuis un siècle ?  Parce que vous pensez que les classes modestes et moyennes vont soutenir des oligarques médiatico-économico-politiques qui méprisent le peuple et le suffrage universel à ce point (TCE) ?

À question bessonienne : réponse bessonienne ! *

 Enfin en guise de conclusion, amis lecteurs, je vous garantis une chose : lorsqu'un jour prochain, un gouvernement créera sous la pression, un Ministère de la Réconciliation Nationale, il sera déjà peut-être trop tard...

 * Sur la photo, observez le détail de la main gauche et la position caractéristique du majeur bessonien s'adressant à ses interlocuteurs... 

 

Cui cui, l'oiseau NRV et NRVant.

 

lundi, 26 octobre 2009

Baisés hors champ

vomit.1228311787.jpg

 

 

« Pour combattre l'obscurantisme, les armes à notre disposition sont multiples, mais la plus sûre et la plus efficace est l'éducation. En offrant l'asile à ces jeunes, comme elle l'a fait pour moi en 1985, la France les aidera à poursuivre leurs études et à ne pas tomber dans l'abîme de l'ignorance. »

Atiq Rahimi, prix Goncourt 2008

 

A la porte des Lilas s'étend le chantier du futur tramway des maréchaux. Les travaux sont arrêtés, les ouvriers ont installé des piquets de grève. « La suburbaine occupée », Ibrahim et les autres dorment sur place dans des tentes Quechua. Ils réclament des papiers, à juste titre.

La Suburbaine, Société sous-traitante utilise cette main d'œuvre à bas prix par le biais de la « boîte » d'intérim Selpro. Aucun intérêt à les faire sortir de la clandestinité, ils seraient aussi mal payés que les légaux mais tout de même un "peu plus".

Pas de journalistes, pas de policiers, pas d'Éric Besson dans les parages.

Les forces de l'ordre traquent les assistés clandestins venus se restaurer grâce aux organisations humanitaires. Ça c'est bankable bien que les médias s'y soient très peu intéressés. Toutefois, un entrefilet d'importance. Il faut débarrasser la France de ses parasites. La sécurité publique veille au grain.

Éric Besson répugne sans doute à s'approcher de cette économie parallèle. Effectivement, ces sans-papiers là n'ont jamais nui au travail des bons français. Ils permettent à des sociétés de réaliser des chiffres d'affaires conséquents. Les livrer à la vindicte populaire pourrait gêner les esclavagistes costumés, des entrepreneurs créateurs de richesses, adoubés par l'État et « récipiendaires » des grands Marchés Publics.

Personne n'a entendu parler de rafles dans les chantiers ou en plein service du midi chez Buffalo grill.

Sans rire.

Pourtant, le sans papier dort sous le nez des agents de police, il a même choisi des tentes de couleur rouge pour être bien vu. Et pire, désespérant du maintien de l'ordre, il a affiché en grand sur les grilles encerclant le fameux chantier :

« Ibrahim Doukouré , ouvrier, en grève pour obtenir des papiers ».

Malgré cet affichage, l'arrêt du travail par nombre de salariés concernés, le campement de fortune, personne n'a pensé à prévenir Éric...

 

Certainement trop occupé avec ses trois afghans...

 

Sous les flashes et les caméras de télévision.

 

 

Agathe

 

Soutenez la lutte des travailleurs sans papiers : solidaires.sanspapiers@gmail.com

A lire aussi

 

Pour raviver nos mémoires* :

Dans le premier ouvrage qu'il a coordonné pour le parti socialiste, L’inquiétante « rupture tranquille » de Monsieur Sarkozy, Eric Besson demandait : « La France est-elle prête à voter en 2007 pour un néo-conservateur américain à passeport français ? ».

Dans ce livre, il condamne la politique d'immigration de Nicolas Sarkozy:

« En supprimant ou en restreignant fortement les principaux dispositifs de régularisation, Nicolas Sarkozy se prive des outils permettant une régularisation au fil de l’eau et évitant ainsi les régularisations de masse. En d’autres termes, Nicolas Sarkozy fabrique des sans-papiers, lui qui prétend lutter contre l'immigration clandestine ! »
« La loi du 26 novembre 2003 avait deux objectifs selon le ministre de l'Intérieur : « réformer la double peine » et « mettre un frein à la dérive des flux d'immigration créée par la loi Chevènement de 1998 » en dotant l’État de « véritables outils de lutte contre l’immigration clandestine ». (…) On peut aujourd'hui mesurer l’échec de chacune de ces deux ambitions. »

*Source Wikipédia

judas-33.jpg

 


Attention : Les abus de Besson peuvent être dangereux pour la santé.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu