Avertir le modérateur

« Retour au politique | Page d'accueil | Moloch »

mardi, 26 juillet 2011

Un Spectateur émancipé

Un Spectateur émancipé.

( Jacques Rance-hier expliqué à Eric Baissons )

 

front-34-short-image-761682.jpeg

Grâce soit rendue aux « maîtres ignorants ».

C’est indubitablement à leurs efforts répétés, adossés au soutien sans faille de la multimediacratie , que le vieux projet d’ « émancipation du spectateur » doit d’avoir pu connaître , enfin, son épiphanie ... spectaculaire.

« L’émancipation implique, elle, de partir de l’idée de la capacité de n’importe qui. Peu importe ce qu’il apprend, l’essentiel est la révélation de cette capacité à elle-même. Le reste dépend de lui. Cette idée s’oppose de front à l’idéologie progressiste. »

annonçait Rance hier ( en 1987 ) en commentant son opus magum sur « Le Maître ignorant ».

Cette conception post-moderne ( et libérale ) de l’émancipation s’oppose assurément à l’idéologie progressiste ( de type marxiste) qui affirme qu'en la matière l’égalité émancipatrice est précisément un « droit » et donc un titre reconnu socialement , au nom duquel on est en droit de revendiquer quelque chose ( la même chose, pour tous ), et non pas un ticket donnant un droit de tirage à la loterie de « l’égalité des chances » ( portée par la « capacité de n’importe qui »). Une loterie dont les lots sont fort disparates …

On observera également que cette conception libérale ( et libertaire) est parfaitement homogène au monde réellement renversé , où le vrai est donc devenu un moment du faux, et où l’idée même de savoir , de transmission et de vérité ( contenue dans ce savoir transmis) est disqualifiée. Disqualification opérée au nom du nouvel impératif catégorique « époqual » : l’épanouissement sans entrave des corps sujets « devenus capables » en vertu d’un conatus * d’autant plus spontané qu’il est « sans histoire ».

Souvenons nous que, parmi les axiomes propédeutiques qui aux années 80 permettront l’émancipation des spectateurs, par la promotion de leur capacité naturelle , celui qui fit floresse dès la fin des années 70 était :

« L’histoire commence avec toi » .

Avec en corollaire le « droit » induit de réinventer ad libitum le fil à couper le beurre ou la roue carrée.
L’archaïque débat « Nature/Culture » était congédié « aux poubelles de l’histoire » , et on peut dire résolu … « à l’économie ».

Seulement voilà …
il y a , dans le réel ( fut-il inversé ) une réalité qu’allaient devoir affronter nos spectateurs en voie d’émancipation, et qui se présentait d’emblée comme une sérieuse entrave à leur jouissance libératrice . C’est celle qu’énonçait , dès les années 70, Michel Clouscard, ce vieil archéo-marxiste attardé et empêcheur de jouir en rond ( des merveilles prodiguées par le « capitalisme de la séduction ») ;
et qui était le constat troublant qu'en ce monde déjà largement décomplexé :

« Tout est permis mais rien n’est possible » .

Car, au monde merveilleux des atomes sociaux libérés du social par le « sociétal » ,
au monde merveilleux de la concurrence libre et non faussée,
nos spectateurs capables virent leur «Être »  (désormais sans classe, et dont toutes les capacités pouvaient enfin s’exprimer) malgré tout confronté au problème de « l’Avoir »

« l’Être sans l’Avoir » … la grande névrose des couches moyennes.

Face aux capacités insoupçonnées qu’elle révèle aujourd'hui jusqu’aux marches septentrionales, jusqu’ici paisibles, de l’occident chrétien , et parmi une population ordinairement Korrecte , on peut comprendre que les pourfendeurs habituels du repoussoir islamo-marxiste soient un peu « troublés » par la nouveauté de ces méthodes autant que par leur audacieuse et expéditive mise en œuvre. On peut également comprendre que ces élites nationales se posent courageusement des questions , tels Eric Baissons prenant conscience de ses lacunes de psychologue , ou que tels ses collègues de la France authentique et de souche elles puissent s’émouvoir des menées séditieuses de telles officines qui, à l’instar du MRAP, ont l’outrecuidance de "récupérer" cet événement pour "tenter de créer la confusion".

Mais pour compréhensibles qu’ils soient, cette émotion et ce trouble ne doivent pas les empêcher de saisir et d’apprécier toute la portée libérale et/donc bénéfique de cette émancipation qui ( « Dieu merci ») demeure fondamentalement hostile à l’idéologie progressiste qu’ils abhorrent , comme le leur annonçait fort justement Rance hier.

Car le processus d’émancipation du spectateur , dont atteste si vigoureusement notre Thor post-moderne, est bien celui qui va permettre à l’atome social isolé ( mais parfois « en groupe » ) d’affronter efficacement cette névrose** .
Rien n’est plus explicitement libéral, en effet que ce salutaire refoulement , niant l’Être social et la Volonté générale, dès que cet intérêt collectif entrave la satisfaction du besoin individuel ( exprimant le plus naturellement qui soit : le conatus * du surhomme authentique) :

"Une personne avec une conviction est aussi forte que 100 000 autres n'ayant que des intérêts." »

John Stuart Mill

Dont acte

 

* Chez les néo-spinozistes ( nombreux parmi les rangs de nos naturalistes post-modernes)  le conatus ( la force d’inertie reprise à Descartes par Spinoza ) est ce principe porteur de « l’être vrai » , celui qu’il s’agit (pour les Heideggeriens ) de « dévoiler » , de sorte de pouvoir y persévérer , naturellement .

** Cette névrose induite par « l’Être sans l’Avoir »  et qui , comme le dit si bien Eric Baissons : « peut gagner les âmes fragiles partout dans le monde et, en la circonstance, dans un pays (...) qui n'était pas préparé, dont ça n'était pas la culture.» . La démocratie libérale , celle des maîtres ignorants ,  des élèves capables et des spectateurs émancipés, est à ce prix.

 

Commentaires

Et une belle illustration :

www.slate.fr/story/41835/breivik-crise-legitimite

Écrit par : Evidemment | samedi, 30 juillet 2011 00:13

D’ailleurs on pourrait conseiller à Rance hier d'ouvrir un blog sur ce site des think tanks de gôche morale qui s'attaque courageusement, comme lui , aux ennemis de la démocratie , de quelque bord qu'ils viennent .
Slate.fr un bon exemple d'outil à émanciper les spectateurs et colombani un parfait maître ignorant.

Écrit par : urbain | dimanche, 31 juillet 2011 21:30

Je veux mon Breivik-Man avec ces tenues amovibles et ses armes plus ou moins automatiques à Noël.

Écrit par : Un consommateur émancipé | dimanche, 31 juillet 2011 23:03

Faut écrire au Père Noël .

C'est facile il a plusieurs succursales, adaptées aux différents marchés de l'émancipation :
Le monde ( l'immonde)
Liberation
Le figaro
Rance hier ( évidemment) ou BHL
Finkielkraut-Enthoven-lauradler-Poivredarvor-Val-Fourest ( voir france cul )
jactali-bave-reze-pastré-cohen
Longuet-Borloo-Royal-DSK-Juppé-Aubry-Vals-Moskovici-Barouin
Le Pen ( la famille )
Rue de Solferino
palais de l'Elysée ( ou de Matignon)
TF1 (ou arte )
France cul ( ou inter )
Tiqqun
Crif
Aqmi
etc.
(allume ton poste de radiovision pour avoir la liste complète , du nouveau tous les jours)
et dis juste à tes parents de choisir le plus proche de chez toi .
Sans barguigner ( parfois même gratuitement ) et avec une aimable diligence , des maîtres ignorants s'y empresseront de jauger tes capacités et sauront te conseiller le modèle d'émancipation spectaculaire qui te convient .

Écrit par : urbain | lundi, 01 août 2011 10:29

" Sans barguigner ( parfois même gratuitement ) et avec une aimable diligence , des maîtres ignorants s'y empresseront de jauger tes capacités et sauront te conseiller le modèle d'émancipation spectaculaire qui te convient ."

Écrit par : urbain

Chouette !

Écrit par : patrice | vendredi, 05 août 2011 00:04

Écrit par : patrice | vendredi, 05 août 2011 00:04

Petit bémol cependant, qu'on espère conjoncturel et provisoire : il faut bien constater que les bon produits se raréfient ...
Pour trouver quelque chose d'exploitable il faut aller chercher:
"La mortalité sur les routes a diminué de 21% en juillet " .
C'est maigre.

Le prêt à porter émancipatoire a été un peu asséché par les soldes d'été, elles-mêmes plombées par une météo décevante .
L'ignorance des maîtres n'ayant jamais été mieux assurée qu'en ces temps de catastrophe financière rampante, de FMI déstabilisé, de chômage généralisé, de famine en Afrique, de retour au port du Charles de Gaulle , et pour tout dire de difficulté à "rassurer les marchés" ( une hantise post-moderne qui, comme disait Marx , a pris la place du "péché contre le saint esprit " ).

On peut donc conjecturer que la capacité des spectateurs va être fortement sollicitée .

Écrit par : urbain | vendredi, 05 août 2011 08:57

"On peut donc conjecturer que la capacité des spectateurs va être fortement sollicitée ."

Les vendanges anticipées : voilà un sujet qui me parait digne d'un exploitation médiatique tout à fait enthousiasmante.

Écrit par : tgb | dimanche, 07 août 2011 12:14

Écrit par : tgb | dimanche, 07 août 2011 12:14

"dieu merci" il reste quelques stakhanovistes de l' "actualité heureuse" , qui ne ménagent pas leurs efforts et font un boulot énorme pour maintenir le moral des ménages :
www.leparisien.fr/actualite-people-medias/albert-et-charlene-tout-sourire-au-gala-de-la-croix-rouge-06-08-2011-1557374.php?pic=8#infoBulles1
Lagarde, obama , trichet, narkozy et DSK pourraient en prendre de la graine .

Écrit par : urbain | dimanche, 07 août 2011 14:59

Je te trouve quelque peu injuste avec Narkos enceinte fait du vélo et DSK fout son foutre partout - Quand même de beaux efforts de distraction populaire

Écrit par : tgb | dimanche, 07 août 2011 16:07

Écrit par : tgb | dimanche, 07 août 2011 16:07

Ils font des efforts, c'est vrai, mais leur incompétence est d'autant plus criante ...

Difficile de les comparer à Albert et Charlène .
le sémillant couple princier , et la famille, assument une longue tradition qui leur permet , par pur atavisme et savoir-faire transmis, et en dépit de leurs très faibles dispositions naturelles, d'assurer un niveau de qualité constant , conforme à des standards appréciés des spectateurs depuis des décennies .
Il font ça avec une belle économie de moyens dans la dramaturgie, doublée d'une esthétique de "chic" assez traditionnel mais indémodable , et où le spectateur retrouve des repères dont l'immuabilité compassée rassure , après les excès troublants des nouveaux et sanglants croisés vikings comme ceux des séducteurs priapiques.
L'ambiance détendue et familiale de la maison grimaldi finit d'emporter l'adhésion , même du pape .

Et puis surtout ...
Le sauvetage de l'euro ( pour ne pas parler de celui des banques , voire du monde merveilleux de la concurrence libre et non faussée ) c'est du réchauffé .
ça fait quand même douze fois qu'ils nous servent cet épisode depuis quelques mois, et ça se termine toujours pareil .

Il faudrait trouver un ressort moins vermoulu que les scènes de ménage gourmées entre nique-haut et angela ( avec barre aux sots à la chandelle ) pour faire vibrer le spectateur .

Le truc des hécatombes de sangliers aux algues vertes ( featuring Eva joly , le prefet , les experts, et les parents du camionneur )est une sympathique tentative mais qui fleure trop son terroir breton et l’amateurisme du casting écolo.

Écrit par : urbain | dimanche, 07 août 2011 18:45

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu