Avertir le modérateur

« Les bobos font de la résistance | Page d'accueil | La tarte est méritoire »

mercredi, 27 octobre 2010

Défenestration collective.

Défenestration collective.
(fait d’hiver)

Une nouvelle perspective politique ?

defenestratio-gm.JPG

En ces temps troublés et incertains, l’honnête homme, et d’abord démocrate et citoyen, se tourne spontanément vers ses élites, politiques et intellectuelles, pour obtenir d’elles les réponses aux questions et les solutions aux problèmes cruciaux de l’heure. Hélas il trouve aujourd’hui bien peu de ce qu’il cherche de ce coté du corps social . La formidable puissance et efficace des médias offre au démocrate libéral un spectacle de désordre qui ne cède en rien à celui qui secoue le monde (merveilleux) de la concurrence libre et non faussée.

Une actualité récente illustre ce désarroi : relevant d’un tradition radicale et que l’on pensait tombée en désuétude : la défenestration comme mode de résolution des désaccords idéologiques vient d’être remise au goût du jour par un fait divers dramatique que relatent nos gazettes, en de multiples échos dont voici un « digest » expurgé des passages les plus scabreux :

« Un  vieux militant de 72 ans décédé et onze autres personnes hospitalisées. C’est le dramatique bilan d’une réunion mystico-socialiste encore confuse Rue de Solferino, dans le 7ème arrondissement de Paris.

C’est vers 5 heures, hier matin, que le drame se noue dans un immeuble institutionnel au 10 de la rue. « Mon voisin du dessus, George*, a frappé à ma porte nu comme un ver et les mains ensanglantées, explique Manuel*, qui occupe un cagibi au premier étage du bâtiment. Ses mains saignaient tellement, mais tout ce qu’il voulait, c’était des vêtements.»

Machinalement, Manuel s’exécute et prête à son camarade un pantalon et une chemise ( malheureusement mal adaptés à son gabarit) avant d’avertir le bureau politique et la secrétaire générale . Selon ce même témoin, il remonte alors à son appartement et, à travers la porte fermée, hurle à sa camarade : « Ségolène*, ne les suis pas, ils sont en train de te tromper. Au nom de Jésus, ne les suis pas! »
Quelques minutes plus tard, la police et les pompiers entrent dans l’immeuble et en ressortent aussitôt… Les douze personnes — cinq militants adultes et quelques nouveaux encartés d’Ivry— réunies dans le logement de George* viennent de se jeter par les fenêtres aux cris de : « Jésus, Jésus, Jésus, et DSK! »
Dix d’entre elles sont aussitôt retrouvées et transportées vers les différents hôpitaux de la région. Elles souffrent de multiples traumatismes. Vers 9 heures, les deux dernières victimes, le porte parole et sa première secrétaire sérieusement choquée, sont enfin découvertes. Apparemment effrayé, Benoît* s’était caché avec sa première secrétaire dans des buissons. Il hurlait : « Je devais me défendre, je devais me défendre! » a raconté une policière.

Selon les premiers éléments de l’enquête, Marie-Ségolène*, qui vivait dans l’appartement de courtoisie ( plus connu des habitués sous le vocable de suite Fadela*) avec son concubin et leurs quatre enfants, avait reçu dans la nuit la visite de plusieurs militants de province, venus en pèlerinage. George* a raconté à son camarade Manuel* avoir été réveillé pendant la réunion par sa camarade pour préparer une motion de soutien mesurée.
Selon l’adjointe au procureur de Versailles, Odile Faivre, les cadres présents regardent à ce moment là télévision (selon certaines sources il s’agissait du programme de TF1) . En voyant apparaître George* alors qu’il se rend à la cuisine, Martine*, l’une des consoeurs de Marie-Ségolène*, s’écrie : « C’est le diable, c’est le diable! » imitée par le reste des militants de la tendance majoritaire, qui lui arrache ses vêtements et le pousse à l’extérieur de l’appartement. Le vieux militant s’accroche à la porte mais Martine* se serait alors emparée d’un couteau, blessant à plusieurs reprises son camarade socialiste aux mains pour lui faire lâcher prise. Quelques minutes plus tard, les cadres restés dans l’appartement basculent dans le vide avec les jeunes militants.

« Pour l’instant, tout est très confus. Les deux versions que nous avons se contredisent », explique Odile Faivre. Selon Laurent* un cadre expérimenté proche de Martine*, et Martine* elle-même, c’est George* qui aurait menacé la famille socialiste. Dans un mouvement de panique, tout le monde aurait alors sauté par la fenêtre.
Le vieux cacique décédé devait être transféré à l’hôpital de Garches (Hauts-de-Seine) pour y être autopsié. Aucune trace de stupéfiants ou de substance hallucinogène n’a été retrouvée dans le bâtiment , mais le cagibi de Manuel* est encore perquisitionné. Laurent*, Martine*, Marie-Ségolène*, Manuel* et Benoît* étaient toujours hier soir en garde à vue. »

*par souci du respect de la vie privé des malheureux protagonistes de ce drame, seuls leurs prénoms ont étés conservés par le scrupuleux reporter à qui nous avons emprunté cette édifiante relation, à quoi nous avons ajouté , par le même souci de préservation de l’anonymat , une transformation des lieux, organisations et contexte professionnel susceptibles d’identifier ces infortunés témoins et victimes.

De tout ceci, sans doute sera-t-on tenté de conclure à l’instar du procureur adjoint , en charge de cette ténébreuse affaire, que «De nombreux points restent à éclaircir», et on ne sera pas surpris que comme de coutume en pareil cas , la presse , la maréchaussée, la justice et les médias « se perdent en conjectures » , envisageant les hypothèses les plus plausibles (
comme ici les scrupuleux journalistes de la presse quotidienne). Il semble plus sage cependant de ne considérer que les conséquences et les effets positifs à espérer de ces péripéties, comme l’ont déjà fait certains :

melenche-pm.JPG

à droite comme à gauche,
par la porte ou par la fenêtre,

pourvu qu’on passe à autre chose.

urbain

 

Commentaires

Hé bé ! Il t'inspire ce GeorgeS ;-)

"pourvu qu’on passe à autre chose."

ok ! à quoi ?

Écrit par : sarah | mercredi, 27 octobre 2010 08:10

Ecrit par : sarah | mercredi, 27 octobre 2010 08:10

Ce genre de chose, par exemple : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mandat_imp%C3%A9ratif

Écrit par : urbain | mercredi, 27 octobre 2010 09:10

- Après la mort de Paul le poulpe, la défenestration de Georges la baleine - 2 grandes figures médiatiques disparaissent en quelques jours - terrible loi des séries -

Un bémol toutefois je suis très surpris que "Manuel" ait pu prêter une chemise et un pantalon - ce n'est a priori pas le genre du personnage à prêter quoi que ce soit - si ce n'est à rire...

Écrit par : tgb | mercredi, 27 octobre 2010 09:50

Ecrit par : tgb | mercredi, 27 octobre 2010 09:50

Notre reporter observe d'ailleurs que ce "prêt" a posé un problème de gabarit ...
C'est un des "nombreux points qui restent à éclaircir" ( dans cette ténébreuse affaire ).

Paul* était un précurseur, symptomatique de la mutation en cours au sein de l'espèce "oracles médiatiques" que les branches "journaliste" , "expert" et "politicien" sont en train d'opérer au bénéfice du spectacle .

Écrit par : urbain | mercredi, 27 octobre 2010 10:47

Notre reporter observe d'ailleurs que ce "prêt" a posé un problème de gabarit ...
C'est un des "nombreux points qui restent à éclaircir" ( dans cette ténébreuse affaire ).
Paul* était un précurseur, symptomatique de la mutation en cours au sein de l'espèce "oracles médiatiques" que les branches "journaliste" , "expert" et "politicien" sont en train d'opérer au bénéfice du spectacle .

Écrit par : tiffany & co | mercredi, 27 octobre 2010 11:10

J'avais déjà entendu un truc naguère concernant les amis de Georges mais ceux là semblent pas être tout à fait les même. Et même pas du tout non ?

Écrit par : patrice | mercredi, 27 octobre 2010 23:05

Ecrit par : patrice | mercredi, 27 octobre 2010 23:05

Qu'est ce que tu vas chercher.
Allons, ces vaines querelles sont du passé !

Par ces effets régulateurs radicaux, la défenestration a fait la démonstration de sa parfaite adéquation à la production des "synthèses" indispensables au bon fonctionnement de la gauche morale.

Vois donc comme le consensus démocratiste s'est rétabli au sein de la grande famille de gouvernement, autour de la dépouille du vieil éléphant méridional, encore figée dans la posture du saut .

Écoute la douce et monotone langueur des concerts de lamentations , le charme vibratile des youyous de militantes martinophiles, la vibrante rugosité des hommages de vieilles gloires avinées de la nomenclature élective .

Entend dans nos campagnes électorales se répandre la rumeur sourde de l'opportunisme mugissant .

Ah, à coté de ce beau spectacle, que pèsent encore ces ridicules chicanes, ces brimborions de division .

Écrit par : urbain | mercredi, 27 octobre 2010 23:51

Cela dit , la défenestration n'est pas toujours efficace ...
Certains pachydermes démocratistes, plus retors, longuement blanchis sous le harnois, veux mammouths dégraissés puis prudemment conservés dans les glaces sous la bienveillante protection des pingouins et des phoques, sont occasionnellement exhumés au profit du spectacle quand ça branle un peu dans le manche :

"Michel Rocard publie des Mémoires peu académiques
Publié le 27 octobre 2010 par jrs, avec afp
L’ex-premier ministre socialiste de François Mitterrand livre Si ça vous amuse, sous forme de « faits et méfaits ». Tirés à 30 000 exemplaires, ces Mémoires - terme que l’auteur récuse - seront accompagnés d’un plan média fourni. Côté télévision, il sera présent jeudi 28 octobre dans « Le grand journal » de Canal +, le 5 novembre sur France 2, le 8 novembre dans la matinale de Canal + ...
La radio ne sera pas en reste. Il passera le 4 novembre dans « Les matins » de France culture, le 5 novembre dans « La matinale » de France Inter et dans « RTL soir » sur RTL, avec Dominique Souchier le 6 novembre sur Europe 1, le 8 dans « Les grosses têtes» de RTL, le 12 avec « Le fou du roi » de France Inter et dans « Parlons net » sur France Info."

C'est comme ça que ça "marche" , que ça se "reproduit", que ça "circule" et que se propage la crétinisation , alternativement infantile puis sénile ( chacun doit avoir sa part ) .

Écrit par : urbain | jeudi, 28 octobre 2010 10:20

urbain | mercredi, 27 octobre

J'ai remis la main sur les amis de Georges....
Ben, oui, à première vue, c'est pas les mêmes...

http://www.youtube.com/watch?v=RmjDqIx15v0

Écrit par : patrice | jeudi, 28 octobre 2010 11:16

C'est surtout pas le même George ...
Mais nous avons convenu de conserver l'anonymat de nos témoins et toute révélation supplémentaire pourrait les découvrir ( et il risqueraient une nouvelle séance de défenestration, ce qu'ils veulent à tout prix éviter ).

Écrit par : urbain | jeudi, 28 octobre 2010 22:42

Les vrais amis de Georges sont virés de Solferino pour l'avoir soutenu...
http://www.youtube.com/watch?v=J1y_NuEn5CY
pas de souci : ils y retourneront...

Écrit par : sarah | vendredi, 29 octobre 2010 09:52

Il est comment le bouquin de Mélenchon ?

Écrit par : Couechtionne | vendredi, 29 octobre 2010 10:39

Ecrit par : Couechtionne | vendredi, 29 octobre 2010 10:39

Comme le bonhomme : simpl(ist)e , sans doute sincère, peut-être efficace.

C'est un "coup de gueule" comme on dit dans les gazettes , plus une harangue à la tribune (exercice où il excelle généralement) qu'une critique scrupuleuse et exigeante .

Au final une rhétorique sans fond ni objet théorique ( au mieux un "catalogue" ) mais probablement en phase avec "les aspirations populaires" les mieux fondées.

Écrit par : urbain | vendredi, 29 octobre 2010 13:36

Ecrit par : urbain | mercredi, 27 octobre 2010 09:10

C'est ne pas tenir compte de "la nature humaine"
Constat : le "collectif" des nrv ... ce blog !

Écrit par : sarah | vendredi, 29 octobre 2010 14:23

Ecrit par : sarah | vendredi, 29 octobre 2010 14:23

Bien au contraire, c'est en tenir compte "absolument", mais s'en faire une autre idée ( que celle bien déprimante et résignée que tu sembles faire tienne ), et avoir d'autres aspiration que la simple "gestion des contraintes" ... prétendument "naturelles" .

En clair et en bref , ce qui distingue la gauche de la droite .

Écrit par : urbain | vendredi, 29 octobre 2010 15:07

Val trouve même Dahan un peu trop dur.

http://www.liberation.fr/medias/01012299320-gerald-dahan-debarque-de-france-inter

Propositions de recrutement de comiques pas trop durs sur le service publique : Lancar et Lefebvre.

Écrit par : dur dur | vendredi, 29 octobre 2010 16:40

En clair et en bref , ce qui distingue la gauche de la droite .
Ecrit par : urbain | vendredi, 29 octobre 2010 15:07


En suivant ton raisonnement, je serais donc, de droite...
Laisse moi le temps de m'en remettre !

Écrit par : sarah | vendredi, 29 octobre 2010 17:21

Ecrit par : sarah | vendredi, 29 octobre 2010 17:21

T'inquiète ... ceci devrait te permettre de relativiser :

www.dailymotion.com/video/xgnbi_gauchedroite

Y'a du monde au vaste sein de la "gauche" , que Bourdieu désigne assez justement comme de droite , en réalité , et au motif qu'il explique assez clairement .

Sinon ceci qui est plus "construit" (par Brossat et Badiou ) mais tout aussi clair ( et pour dire la même chose ) :
www.dailymotion.com/video/x508l2_dialectique-chez-tropiques-8_news

Écrit par : urbain | vendredi, 29 octobre 2010 19:56

Au final,
les contradictions dépassées grâce à la défenestration citoyenne permettent de réaliser la synthèse tant attendue :
http://www.youtube.com/watch?v=QWuTd-GVEVE

Écrit par : urbain | vendredi, 29 octobre 2010 20:18

http://www.ecrans.fr/Carla-Bruni-comics-de-caractere,11210.html

Écrit par : mouarf | vendredi, 29 octobre 2010 22:34

Ecrit par : mouarf | vendredi, 29 octobre 2010 22:34

On ne les reconnait pas bien, mais l'ambiance de laideur vulgaire est assez bien rendue .

Écrit par : urbain | vendredi, 29 octobre 2010 23:43

Ecrit par : urbain | vendredi, 29 octobre 2010 20:18

Et les 5000 personnes dehors cap'tain : le peuple ...

http://www.youtube.com/watch?v=ezEQcrwgTVc

http://www.youtube.com/watch?v=GFGSvO-qH00

Écrit par : martine se plante | samedi, 30 octobre 2010 00:30

justice partout, police nulle part

Écrit par : dmo | samedi, 30 octobre 2010 09:56

Ecrit par : martine se plante | samedi, 30 octobre 2010 00:30

Défenestrez, défenestrez, il en restera toujours quelque chose .

Le démocratisme "représentatif" achève son pourrissement sur pied . Un processus qui a la lenteur de l'inéluctable.
L'apparatchik frileux et arriviste ou le démagogue clientéliste et "populaire" sont les deux faces du même janus néfaste : l'oligarchie auto-reproductrice. Le mandat du "peuple" ne se délègue pas , comme disait Rousseau .
Et pour qu'enfin tout soit bien clair , il faut cesser de penser dans des catégories dépourvues de sens (politique) , et se défaire de l'influence léthale des spectres pour mettre un terme à leur "reproduction" :
www.dailymotion.com/video/x51i3y_dialectique-chez-tropiques-18_news

Écrit par : urbain | samedi, 30 octobre 2010 10:19

Ecrit par : urbain | samedi, 30 octobre 2010 10:19

Fais gaffe de ne pas te scléroser en mode repeat...
Et le n°19 ?

Écrit par : sarah | samedi, 30 octobre 2010 11:56

Ecrit par : sarah | samedi, 30 octobre 2010 11:56

Il n'est pire sourd(e) ...
mais puisque tu en redemandes , voilà de quoi te satisfaire pleinement :
www.librairie-tropiques.fr/article-alain-badiou-alain-brossat-dialectique-chez-tropiques-53735791.html

Sinon ... Mélenchon est invité , et pourrait bien venir prochainement . Sur les mêmes thèmes , mais avec d'autres réponses .

Écrit par : urbain | samedi, 30 octobre 2010 12:04

où l’on redoute ce qui est élevé,
où l’on a des terreurs en chemin,
où l’amandier fleurit,
où la sauterelle devient pesante,
et où la câpre n’a plus d’effet,
car l’homme s’en va vers sa demeure éternelle,
et les pleureurs parcourent les rues ;
avant que le cordon d’argent se détache,
que le vase d’or se brise,
que le seau se rompe sur la source,
et que la roue se casse sur la citerne ;
avant que la poussière retourne à la terre, comme elle y était,
et que l’esprit retourne à Dieu qui l’a donné.
Vanité des vanités, dit l’Écclésiaste, tout est vanité.
Outre que l’Écclésiaste fut un sage, il a encore enseigné la science au peuple, et il a examiné, sondé, mis en ordre un grand nombre de sentences.
L’Écclésiaste s’est efforcé de trouver des paroles agréables ; et ce qui a été écrit avec droiture, ce sont des paroles de vérité.
Les paroles des sages sont comme des aiguillons ; et, rassemblées en un recueil, elles sont comme des clous plantés, données par un seul maître.
Du reste, mon fils, tire instruction de ces choses ; on ne finirait pas, si l’on voulait faire un grand nombre de livres, et beaucoup d’étude est une fatigue pour le corps.
Écoutons la fin du discours : Crains Dieu et observe ses commandements. C’est là ce que doit faire tout homme.
Car Dieu amènera toute œuvre en jugement, au sujet de tout ce qui est caché, soit bien, soit mal.

Écrit par : frère odm | samedi, 30 octobre 2010 15:22

Sinon ... Mélenchon est invité , et pourrait bien venir prochainement . Sur les mêmes thèmes , mais avec d'autres réponses .
Ecrit par : urbain | samedi, 30 octobre 2010 12:04

Ah ...

(Comme le bonhomme : simpl(ist)e , sans doute sincère, peut-être efficace.
Ecrit par : urbain | vendredi, 29 octobre 2010 13:36)

Écrit par : sarah | samedi, 30 octobre 2010 16:40

Ecrit par : frère odm | samedi, 30 octobre 2010 15:22

Amen (toi) .

Écrit par : urbain | samedi, 30 octobre 2010 19:35

Ecrit par : sarah | samedi, 30 octobre 2010 16:40

Nous verrons alors si ça se vérifie .

Écrit par : urbain | samedi, 30 octobre 2010 19:36

Rama la guerre et Vishnou la paix ...
( dixit Pierre dac )

Pour le coup, sur bouffon et les africains, elle nous la joue en politico-rama :

"Je suis pas son professeur. Qu'est-ce-que vous voulez que je fasse? Que je saute sur la tribune et que je gifle le président? J'y peux rien. C'est le président de la République, c'est le président de tous les Français".

Je doute que ce soit ce qu'on attend d'un "professeur" mais j'avoue que si elle sautait sur la tribune et giflait le gnome j'aurai tendance à revoir la mauvaise opinion que j'ai d'elle .
"Cas de figure" qui semble cependant assez improbable si j'en crois les justifications qu'elle donne pour "se retenir".

Écrit par : urbain | lundi, 01 novembre 2010 09:35

...mais j'avoue que si elle sautait sur la tribune et giflait le gnome...
Ecrit par : urbain | lundi, 01 novembre 2010 09:35

Ca ferait avancer le schmilblick ?...

http://www.youtube.com/watch?v=yNKhIJfB510

Écrit par : sarah | mardi, 02 novembre 2010 09:52

Ecrit par : sarah | mardi, 02 novembre 2010 09:52

Au moins ça nous divertirait .
Et ceci me semble mieux adapté au contexte et au propos :
www.youtube.com/watch?v=njG7p6CSbCU

Écrit par : urbain | mardi, 02 novembre 2010 10:43

mmmh
La violence("nature humaine")commence là ...

Écrit par : sarah | mardi, 02 novembre 2010 12:50

Si j'en crois mon petit doigt :

« M. Sarkozy innove : il vient de parler d'un projet "pérein" (orthographe phonétique, faute de mieux) au cours d'un entretien télévisé avec des journalistes (le 30/10/2010 à 13h13) »

Les commentateurs s'accordent à considérer que cette remarquable avancée grammaticale a pour objet de combler une des lacunes qui affectent de trop longue date la "parlure" française en fournissant (enfin) un "masculin" à "pérenne" .

Enfin "les lignes sont déplacées" , le changement est là, la post-modernité décomplexée est au bout du néologisme opportun , la langue de bois aux poubelles de l'histoire : place à la novlangue narcoziste .
Quand "les mots pour le dire ne viennent pas aisément", eh bien il suffit de les inventer .

Nouvelle et admirable démonstration de la créativité de nos plus éminents dirigeants politiques , au service d'une volonté farouche et d'un objectif de réforme qu'ils poursuivent avec une belle constance et autant d'efficacité .

La bravitude n'a qu'à bien se tenir !

Écrit par : urbain | mardi, 02 novembre 2010 15:07

Il y a quelque chose de Gaston Leroux dans ce texte...

(D'ailleurs, quel était donc le nom du château, dans le "mystère de la chambre jaune" ?)


Ecrit par : urbain | mardi, 02 novembre 2010 15:07

Le tout tempéré par le désormais fameux "périnée" élyséen...

Écrit par : Rouletabille | mercredi, 03 novembre 2010 08:30

Ecrit par : Rouletabille | mercredi, 03 novembre 2010 08:30

C'est d'un "reporter" en effet et non pas d'un "journaliste".
L'affaire est ténébreuse il est vrai, et révèle une scène où les lumières des experts ne sont d'aucun secours ( hormis peut-être les exorcistes de cabinet ministériel), d'où le charme suranné dont le "parisien" est encore capable pour satisfaire la curiosité de ses lecteurs.
La nature des "faits" a également l'avantageuse particularité de ne guère offrir de matière à sondage .

Écrit par : urbain | mercredi, 03 novembre 2010 08:49

Ecrit par : urbain | mardi, 02 novembre 2010 15:07

té tro arkaïk :-))lé por fon + 2 déga sur lortograf, sa promé ... :-/

Écrit par : sms teenager | mercredi, 03 novembre 2010 09:30

Superbe mise en abyme du représentatif :

"La Californie réélit une sénatrice morte"

www.20minutes.fr/article/617671/monde-la-californie-reelit-senatrice-morte

Écrit par : deadmocracy | mercredi, 03 novembre 2010 20:00

Ecrit par : deadmocracy | mercredi, 03 novembre 2010 20:00

Les américains, et par dessus tout les californiens , toujours très à la pointe des avancées de la démocratie représentative .

Un magnifique exemple à suivre pour nos partis de gouvernement , mais en réalité les défenestrations collectives nous avions pris les devants .

Avec un bel à propos ( qui frise l'opportunisme ) et tout le pragmatisme qui les caractérise , nos amis d'outre atlantique ont donc immédiatement compris et repris cette innovation de nos politiques hexagonaux.

Décidément de nouvelles perspectives qui s'offrent à notre liberal-démocratisme et ses représentants .

Comme disent badiou et brossat , ces formes mortes conservent un pouvoir spectral étonnant .

Écrit par : urbain | mercredi, 03 novembre 2010 21:20

avec les défenestrations collectives
(nous avions pris les devants)

Écrit par : urbain | mercredi, 03 novembre 2010 21:21

Qu'ils s'en aillent tous...
Chez Drucker.

"Jean-Luc Mélenchon, président du Parti de gauche (PG), a dit vouloir "révolutionner la société de fond en comble" lors de l'enregistrement mercredi d'un Vivement Dimanche spécial qui sera diffusé le 7 novembre."

www.20minutes.fr/ledirect/617719/politique-melenchon-veut-revolutionner-societe-fond-comble

Le freudo-marxisme, c'est Marchais sur le divan (de Drucker).

Écrit par : Pfiou | mercredi, 03 novembre 2010 21:55

Ecrit par : Pfiou | mercredi, 03 novembre 2010 21:55

Sur que marchais "c'était du brutal" et qu'il nous manque beaucoup "sur les plateaux télé".

La merluche est nettement plus tendre, mais c'est quand même un bon gars , au fond .
( et j'ai pas invité drucker )
Le freudo-marxisme ignorait encore la défenestration collective et ses effets de purge cathartique, y'avait juste althusser qui y allait un peu fort, mais il était fou , dit-on .

Écrit par : urbain | mercredi, 03 novembre 2010 22:59

S'étiolant: dans les commentaires

Bruits de bottes
04.11.10 | 07h58

Qui n’a pas eu de « troubles de comportement » dans sa prime jeunesse ? Quid ? ensuite des enfants fichés ? Il faudra les soigner. Et qui va s’en charger ? Les psychiatres, bien entendu qui trouveront, dans ce vivier, une clientèle fidèle, car nous aurons fabriqué des handicapés à vie. Questions : devra-t-on laisser une seconde chance aux enfants de 6 ans ? Un enfant de 8 ans a-t-il encore un avenir ? « Je suis tombé pour vol et toi ? » « pour trouble de comportement à la maternelle ». Superbe.

Catherine
04.11.10 | 05h16

Il y a quelques années, certains prédisaient un avenir "à la Blair" pour Monsieur Bockel... Il a décidé d'un avenir "à la blaireau"... C'est son choix, respectons le.

Vive les marmots
03.11.10 | 23h19

Les parents et autres adultes, baba devant ces bouts de chou, devraient bien constater que les gamins d'aujourd'hui sont de plus en plus difficiles. En cas de reproche, un certain nombre ne baissent plus la tête, mais donneraient plutôt un coup de boule! L'âge de détection c'est un débat.. La capacité d'enfanter dans la société actuelle aussi, on soumet bien des possesseurs de chien à un permis, tout le monde conviendra qu'éduquer un enfant est une tâche autrement plus complexe et décisive...

John Doe
04.11.10 | 01h37

Je suis d'accord. Seuls les bacs + 2 au minimum devraient avoir le droit de procréer ainsi que ceux qui gagnent plus de 40.000 € par an. Les autres, on les castre.




...ou encore: on les autorise à se défenestrer.

Écrit par : patrice | jeudi, 04 novembre 2010 13:51

"L'Académie Goncourt a publié sa dernière sélection pour son prix 2010, qui sera décerné le 8 novembre et comprend des poids lourds de la rentrée littéraire comme Michel Houellebecq et Virginie Despentes.

Voici cette sélection par ordre alphabétique:
- Virginie Despentes pour "Apocalypse bébé" (Grasset)
- Mathias Enard pour "Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants" (Actes Sud)
- Michel Houellebecq pour "La carte et le territoire" (Flammarion)
- Maylis de Kerangal pour "Naissance d'un pont" (Verticales)"

Écrit par : miam ! | jeudi, 04 novembre 2010 14:38

Ecrit par : miam ! | jeudi, 04 novembre 2010 14:38

Au moins une chose de sure cette année , le goncourt sera nul ... ( les autres aussi cela dit à en juger par leurs "listes" )
lisez plutôt ça :
http://librairietropiques.free.fr/article.php3?id_article=315

Écrit par : urbain | jeudi, 04 novembre 2010 18:52

Ecrit par : patrice | jeudi, 04 novembre 2010 13:51

Plutôt : on les incite, on les encourage, on les aide (à se défenestrer )

Écrit par : urbain | jeudi, 04 novembre 2010 18:52

urbain | jeudi 18:52

Fermons la fenêtre et laissons les volets clos
Tant pis pour le patron
Mes yeux dans tes yeux si bleus si beaux
Passons la journée à la maison

:-)

Écrit par : patrice | jeudi, 04 novembre 2010 21:28

Rions avec Brice...

"Il n'y a pas de police politique dans notre pays".

Ha ha ha.

"Vous savez, la DCRI, ce n'est pas la Stasi ou le KGB".

Hi hi hi.

"L'objectif de la DCRI, ce n'est pas de suivre des journalistes, c'est d'interpeller des terroristes"

Mouarf, Brice !

Écrit par : gag ! | jeudi, 04 novembre 2010 21:35

Ecrit par : gag ! | jeudi, 04 novembre 2010 21:35

L'objectif justifie les moyens et les voies de Brice sont impénétrables ...
Pour les terroristes ( et les auvergnats) la gégène n'étant plus de saison, non plus les sauts d'hélicoptère sur le bled, il lui reste les empreintes génitales et la défenestration de commissariat .

Écrit par : urbain | jeudi, 04 novembre 2010 22:29

Nouvelle folle soirée de bacchanale et de défenestration en vue , Rue de Solferino :
www.20minutes.fr/article/618437/politique-boutih-accuse-aubry-verrouiller-ps-barrer-route-dsk

Écrit par : urbain | vendredi, 05 novembre 2010 00:04

Tocard lui se gêne pas ce matin sur rance inter pour défendre la réforme narcoziste des retraites au motif le plus foireux ( et démontré comme tel ) , du "recul de l'espérance de vie moyenne" .

Pour sortir de la niasierie pontifiante des tocards :
www.npa2009.org/content/l%E2%80%99enjeu-des-retraites-par-bernard-friot-carre-rouge

Écrit par : urbain | vendredi, 05 novembre 2010 08:54

Ecrit par : urbain | vendredi, 05 novembre 2010 08:54

C'est du bon sens, voyons...
En 1945, l'age de la retraite a été fixé à 65 ans, qui correspondait à l'espérance de vie moyenne.
Aujourd'hui, l'espérance de vie a progressé de 10 à 15 ans. C'est bien normal d'occuper une partie de ce temps gagné à travailler, hein... On n'a qu'à faire fifty_fifty, en gros, à la louche quoi...
Voilà de la dialectique qui casse des briques.


Mais voilà qu'un spectre hante le Monde....

"Pascal Lamy, directeur général de l’Organisation mondiale du commerce, a indiqué hier à Montréal qu'il "s'interrogeait sur les racines culturelles et anthropologiques du capitalisme de marché qui est intrinsèquement injuste".

www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/11/05/97001-20101105FILWWW00300-lamy-omc-le-capitalisme-injuste.php


(On ne peut que recommander la lecture et le visionnage des prestations de B. Friot)

Écrit par : Pingouin | vendredi, 05 novembre 2010 09:37

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/vous-etes-tous-des-cons-83927

Écrit par : e.d | vendredi, 05 novembre 2010 09:52

Ecrit par : Pingouin | vendredi, 05 novembre 2010 09:37

Encourageons Pascal Lamy sur son chemin de Damas , et faisons lui découvrir les bons auteurs et les bons livres , dont ne peut pas dire qu'ils soient des nouveautés :

" L'ancien mode d'exploitation féodal ou corporatif de l'industrie ne suffisait plus aux besoins qui croissaient sans cesse à mesure que s'ouvraient de nouveaux marchés. La manufacture prit sa place. La moyenne bourgeoisie industrielle supplanta les maîtres de jurande; la division du travail entre les différentes corporations céda la place à la division du travail au sein de l'atelier même.
Mais les marchés s'agrandissaient sans cesse : la demande croissait toujours. La manufacture, à son tour, devint insuffisante. Alors, la vapeur et la machine révolutionnèrent la production industrielle. La grande industrie moderne supplanta la manufacture; la moyenne bourgeoisie industrielle céda la place aux millionnaires de l'industrie, aux chefs de véritables armées industrielles, aux bourgeois modernes.
La grande industrie a créé le marché mondial, préparé par la découverte de l'Amérique. Le marché mondial accéléra prodigieusement le développement du commerce, de la navigation, des voies de communication. Ce développement réagit à son tour sur l'extension de l'industrie; et, au fur et a mesure que l'industrie, le commerce, la navigation, les chemins de fer se développaient, la bourgeoisie grandissait, décuplant ses capitaux et refoulant à l'arrière-plan les classes léguées par le moyen âge.
La bourgeoisie, nous le voyons, est elle-même le produit d'un long développement, d'une série de révolutions dans le mode de production et les moyens de communication. "

[.../...]

"La bourgeoisie ne peut exister sans révolutionner constamment les instruments de production, ce qui veut dire les rapports de production, c'est-à-dire l'ensemble des rapports sociaux. Le maintien sans changement de l'ancien mode de production était, au contraire, pour toutes les classes industrielles antérieures, la condition première de leur existence. Ce bouleversement continuel de la production, ce constant ébranlement de tout le système social, cette agitation et cette insécurité perpétuelles distinguent l'époque bourgeoise de toutes les précédentes. Tous les rapports sociaux, figés et couverts de rouille, avec leur cortège de conceptions et d'idées antiques et vénérables, se dissolvent; ceux qui les remplacent vieillissent avant d'avoir pu s'ossifier. Tout ce qui avait solidité et permanence s'en va en fumée, tout ce qui était sacré est profané, et les hommes sont forcés enfin d'envisager leurs conditions d'existence et leurs rapports réciproques avec des yeux désabusés.
Poussée par le besoin de débouchés toujours nouveaux, la bourgeoisie envahit le globe entier. Il lui faut s'implanter partout, exploiter partout, établir partout des relations.
Par l'exploitation du marché mondial, la bourgeoisie donne un caractère cosmopolite à la production et à la consommation de tous les pays. Au grand désespoir des réactionnaires, elle a enlevé à l'industrie sa base nationale. Les vieilles industries nationales ont été détruites et le sont encore chaque jour. Elles sont supplantées par de nouvelles industries, dont l'adoption devient une question de vie ou de mort pour toutes les nations civilisées, industries qui n'emploient plus des matières premières indigènes, mais des matières premières venues des régions les plus lointaines, et dont les produits se consomment non seulement dans le pays même, mais dans toutes les parties du globe. A la place des anciens besoins, satisfaits par les produits nationaux, naissent des besoins nouveaux, réclamant pour leur satisfaction les produits des contrées et des climats les plus lointains. A la place de l'ancien isolement des provinces et des nations se suffisant à elles-mêmes, se développent des relations universelles, une interdépendance universelle des nations. Et ce qui est vrai de la production matérielle ne l'est pas moins des productions de l'esprit Les oeuvres intellectuelles d'une nation deviennent la propriété commune de toutes. L'étroitesse et l'exclusivisme nationaux deviennent de jour en jour plus impossibles et de la multiplicité des littératures nationales et locales naît une littérature universelle. "

Le manifeste du Parti communiste
K. Marx - F. Engels
1847

www.marxists.org/francais/marx/works/1847/00/kmfe18470000.htm

Écrit par : urbain | vendredi, 05 novembre 2010 20:42

Juste pour éviter que les brebis s'égarent au fil des trolls publicitaires, et retrouvent celui des défenestrations collectives.

Écrit par : urbain | samedi, 06 novembre 2010 20:54

Des photographies de la manif parisienne (par Richard Trois) :

www.lepost.fr/article/2010/11/07/2295694_retraites-manif-sous-la-pluie-mais-on-lache-rien.html

Écrit par : Man "if" | dimanche, 07 novembre 2010 08:54

Ecrit par : Man "if" | dimanche, 07 novembre 2010 08:54

Est-ce "décourager billancourt" que de constater que lorsqu'on ne sert plus que les visées contrariées de marie-segolene il est temps de changer son fusil d'épaule ?
Pour être plus positif on peut inversement en tirer une leçon sur les rapports de force, leur nécessité, leur construction .

Écrit par : urbain | dimanche, 07 novembre 2010 09:46

Sur le thème des retraites, une belle "leçon de chose" marxiste et révolutionnaire par Bernard Friot :
www.dailymotion.com/user/heleneman/1

Écrit par : urbain | dimanche, 07 novembre 2010 20:52

Ecrit par : urbain | dimanche, 07 novembre 2010 20:52

Conseil de visionnage déjà donné ici (ce qui ne retire rien à la qualité de la leçon)...



Eventuellement, en 3 volets :

"Retraites : Sarko n'a pas gagné, Aubry non plus"

www.marianne2.fr/Retraites-Sarko-n-a-pas-gagne-Aubry-non-plus-1-3_a199245.html

Écrit par : Ré(ch)ot et Fri(g)ot | dimanche, 07 novembre 2010 22:07

Ecrit par : urbain | samedi, 06 novembre 2010 20:54

Le "gardien" a dit ...(coucou dédém)
ben si on doit rentrer dans le rang maintenant, je retourne dans ma montagne... ;-)

Écrit par : sarah | dimanche, 07 novembre 2010 23:02

Ecrit par : sarah | dimanche, 07 novembre 2010 23:02

C'était juste pour que le fil de discussion ne s'égare pas sur des coms sans rapport ... ( voir plus haut ).
Et il ne s'agit évidemment pas de rentrer dans le rang, moins que jamais , en dépit des efforts de "normalisation" des médias , à marche forcée de rance inter à france cul.
Cerise sur le "gateau" spectaculaire nous allons avoir droit à l'annonce du Concourt.
Alors, ne nous dispersons pas , camarades ... mais comprenons qu'il n'y a rien à attendre de la "classe dirigeante" comme dit Friot , c'est à dire la médiocratie des guignols de la "représentation nationale" et de leurs grouillots des médias .

Écrit par : urbain | lundi, 08 novembre 2010 08:21

"Houellebecq lauréat du prix Goncourt"

Écrit par : cerise | lundi, 08 novembre 2010 12:54

"Le Renaudot à Virginie Despentes"

Écrit par : Gateau | lundi, 08 novembre 2010 12:58

Ben ça, pour une surprise...
http://www.rue89.com/cabinet-de-lecture/2010/11/07/michel-houellebecq-peut-il-rater-le-goncourt-174854

Les libraires doivent en avoir un stock pour les bobos...dans le rang ;-)

Écrit par : sarah | lundi, 08 novembre 2010 16:00

Les "prix" sans surprise dans le droit fil du conformisme vautré des petits marquis germanopratins en pleine hystérie spectaculaire.

Pour le coup des auteurs "malins" qui ne cracheront certainement pas dans leur propre soupe insipide, fut-ce pour lui donner un goût, et des médiacrates qui la servent ( la soupe ) .

On touche le fond, dans ce domaine également, donc on ne peut plus que remonter ...

Écrit par : urbain | lundi, 08 novembre 2010 16:16

Il est bien, ce Goncourt, hein ?
Et pis là, pas d'souci, devoir de réserve assuré. Pas comme l'aut' là, la berlinoise du Sénégal.

Écrit par : Raoul en caleçon | lundi, 08 novembre 2010 19:12

On touche le fond, dans ce domaine également, donc on ne peut plus que remonter ...

Ecrit par : urbain | lundi, 08 novembre 2010 16:16

L'avenir est une terre inconnue, donc comment peux-tu en faire une certitude ?

Écrit par : l'espoir fait vivre... ? | lundi, 08 novembre 2010 20:28

Ecrit par : l'espoir fait vivre... ? | lundi, 08 novembre 2010 20:28

Impossible de tomber plus bas .

Écrit par : urbain | lundi, 08 novembre 2010 23:23

Ecrit par : Raoul en caleçon | lundi, 08 novembre 2010 19:12

D'autant moins que l'impétrant lauréat s'est fait une spécialité de justification cynique (sur le mode insipide des rédacteurs de l'immonde et l'aberration voire le figarôt ou telle est rama ) de la veulerie ambiante des "malins" dans son genre ... qui constituent les gros bataillons des médiocres constitutifs de la médiacratie .

Écrit par : urbain | lundi, 08 novembre 2010 23:27

Ecrit par : urbain | lundi, 08 novembre 2010 23:23

Hypothèse subjective

Écrit par : espoir... | mardi, 09 novembre 2010 00:31

Ecrit par : espoir... | mardi, 09 novembre 2010 00:31

Je concède même que c'est une forme d'optimisme.

Écrit par : urbain | mardi, 09 novembre 2010 00:54

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu