Avertir le modérateur

« La France des dynasties ou les femmes de... [2/3 Florence Woerth] | Page d'accueil | 2021, l'odyssée des retraites selon Éric Woerth »

lundi, 28 juin 2010

ta mère – victoires [1/3]

 

 

FFF_MINIKIT_AH926_1_900.jpg

 

- Il y a tous ces problèmes d’insultes en ce moment. Là, c’est Anelka ; l’autre fois, le raciste qui prétendait parler des Auvergnats. Avant ça, Materazzi et Zidane. A la fin, on en revient à « Casse-toi pov’ con ! »

- Comme tu t’en doutes, je ne suis ça que de très loin.

- J’ai fait deux cours sur la Coupe du monde à mes élèves, comme c’est la fin de l’année…

- Et alors, c’est quoi comme « cours » ?

- On fait un cours sur le foot, parce qu’on ne peut pas faire de la poésie tout le temps, toute l’année. Quand on fait de la poésie, je leur dis : « Rimbaud, c’est sacré ». Et, je lis à la classe un de ses poèmes. La dernière fois, j’ai eu un élève qui a pris une feuille, et qui a marqué « Rimbaud, c’est sacré. » Il me l’a montré. Je suis content.

- Et tu leur apprends quoi avec la Coupe du monde ? Comment ça commence – les insultes ?

- Et pourquoi tout ça, c’est idiot ! Surtout Zidane, quand il dit : « Je m’excuse, mais je ne le regrette pas ».

- Pour toi, c’est idiot ?

- Oui.

- Eh bien… pas pour moi ! Là, je le comprends… et je l’excuse ! On a un type qui se fait insulter, et qui répond.

- A l’école, on leur apprend à vivre en communauté ! Tout ce qu’on leur enseigne tombe à l’eau. Et toi, c’est ça que tu veux apprendre aux élèves ?!!

- Non. Je dis ça parce qu’on est entre nous, mais, ce n’est pas ce que je dirais, si j’avais des élèves. Ou alors, il faut le déplier. Toi, qu’est-ce que tu dis ?

- Qu’on ne résout pas la violence par la violence – qu’il y a un groupe social, et des institutions qui garantissent le respect des droits de tous.

- Euh, là, pour moi, ça n’est pas ça. On a une Coupe du monde, et un grand joueur qui se fait insulter : Materazzi lui chie ouvertement à la gueule, et Zidane, il se lâche. Non, plus précis encore : la mère de Zidane, à ce moment-là, elle est à l’hôpital, et on a Materazzi qui chie à la gueule de sa mère. Il dit quelque chose comme : « J’espère que ta mère crèvera le plus tôt possible la gueule ouverte ». Donc, on a un type qui chie et pisse sur la gueule de la mère de Zidane, et Zidane qui répond par un coup de boule.

- On n’en sait rien.

- C’est vrai, mais ça se devine facilement. Bon, peu importe. Disons-le autrement. Il y a un moment on défend quelque chose que l’on tient pour « sacré » – c’est le terme que tu employais tout à l’heure pour Rimbaud, bien que tu n’utilisais pas dans le même sens, je crois. Attends, tiens, je te donne un exemple. Il y a six mois, je me suis fâché avec un proche – encore un ! – mais on s’est à peu près réconciliés depuis – on se voit encore de temps à autre. Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Un jour, on était au restaurant, et on parlait de choses et d’autres. A un moment, on parlait de jeux-vidéo – de Street fighter, je crois. Il me propose de jouer contre lui. Je refuse poliment : « Non, je suis nul : ça fait longtemps que je n’ai pas joué. » Lui, il me dit : « Mais si, jouons, faisons une partie : je vais te mettre ta mère. » Là, je démarre au quart de tour, et je lui réponds : « Non, tu ne vas pas ‘me mettre ma mère’, et si tu redis ça, je quitte la table ! » La conversation se poursuit. Et pour rigoler, il dit quelque chose d’équivalent. Bon, je sais qu’il rigolait, mais j’ai failli quitter le restau – et, non, je ne lui pas mis un coup de boule. En tout cas, ça a jeté un froid entre nous, durablement. Tout ça pour dire, qu’il y a un moment, on ne peut pas toucher à quelque chose de sacré. Et pour Zidane, je crois que c’est à peu près la même chose. Zidane, il encaisse les injures répétées, et à la fin, il sature.

- Et le sang-froid, ça n’existe pas alors ? Et le self control ?

- Hein, quoi ? C’est passionnel – on est dans le registre de la passion : tu es dans le feu de l’action, tu as toute la pression d’un match de Coupe du monde, et en face de toi, tu as quelqu’un qui chie et pisse sur la gueule de ta mère qui est à l’hôpital, et qui, au passage, allez ! « encule doublement ta grosse salope de sœur » – et tu viens me parler de sang-froid ?!! Prenons alors, maintenant, ta mère à toi – que je ne connais pas – et moi, mais comme quelqu’un que tu ne connais pas. Alors, qu’est-ce que je fais : je commence à l’insulter, oui ou non ?

- Non.

- Bon. Tu m’as compris. Donc, tu vois bien que ce n’est pas du même ordre que « Casse-toi pov’ con ! »

- Il était grippé ce jour-là. Et en plus, ils ont dit qu’il revenait d’une semaine de boulot très chargée…

- Tu te fous de moi ? Tu crois à ces conneries ?

- Si-si, sur les vidéos, on le voit, il était…

- Bon. Et à l’enterrement des dix soldats tués en embuscade en Afghanistan ?! quand il ricane en lisant sa déclaration, il était aussi « grippé », ce jour-là ?!! Mais alors, il l’est tout le temps ! Donc, pour Zidane, il y a quelqu’un qui blasphème et qui l’offense – ce qui n’est pas le cas de l’imbécile qui ricane tout seul…

- Oui, mais alors tu justifies la violence ! Et, on en revient au justicier, et à celui qui fait sa justice individuelle. Ce n’est pas ce que je veux apprendre à mes élèves, car je crois à la justice collective !

- Pour tes élèves, je ne leur dirais pas ça.

- Eux, dans la cour de récré, c’est la loi du Talion ! Quand ils jouent au foot, ils insultent leurs mères. C’est l’époque qui est comme ça. On n’y peut rien.

[fin de la première partie]

 

 

327.jpg

 

par Albin Didon

Commentaires

" Eux, dans la cour de récré, c’est la loi du Talion ! Quand ils jouent au foot, ils insultent leurs mères. C’est l’époque qui est comme ça. On n’y peut rien."

Mouais, insulter la famille pour faire du mal devient une démarche tellement automatique qu'elle en devient dérisoire.

Plus l'insulte atteint des sommets, plus on s'habitue et moins, elle porte.
Si on compare depuis 30 ans le degré d'intensité des insultes, on s'aperçoit qu'il a terriblement grimpé, incluant les valeurs les plus sacrées dont la famille.

Il a tellement augmenté que l'effet des injures ne fait plus guère d'effet : la violence physique, du coup, devient l'étape obligatoire voire le passage obligé pour vraiment faire du mal et répliquer...

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | lundi, 28 juin 2010 07:05

C'est quoi exactement le thème de ton "triptyque" ?

Écrit par : urbain | lundi, 28 juin 2010 07:31

L'éducation des enfants et les modèles symboliques disponibles dans la "boîte à outils" ?

Écrit par : urbain | lundi, 28 juin 2010 07:58

Ecrit par : urbain | lundi, 28 juin 2010 07:31

C'est marrant cette veulerie...

Chez tgb, tu reçois des raclées à tour de bras puis à la fin tu t'allonges comme un eunuque en miaulant comme une chatte et ici tu joues au caïd...

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | lundi, 28 juin 2010 08:09

Une question existentielle :

Qui est le vrai Urbain ?

La chatte en chaleur sur le toit brûlant d'un immeuble de la rue Affre ou le petit caïd du village ?

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | lundi, 28 juin 2010 08:14

Merci Albin pour ta contribution au village.

Participer à l'élaboration de textes, c'est faire vivre un espace qui a encore des choses originales à dire, un autre lieu que la vitrine désuète de ces "digests" pré-digérés de 4ème de couvertures qu'on trouve abondamment dans les bonnes librairies.

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | lundi, 28 juin 2010 08:31

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | lundi, 28 juin 2010 08:14

+1

Spirituel

Écrit par : Rue du Cherche minuit | lundi, 28 juin 2010 08:45

Une question. Une réponse ?

http://www.rue89.com/rue69/2010/06/23/la-presse-a-t-elle-un-sexe-155645

Écrit par : sea sex and symbols | lundi, 28 juin 2010 13:10

Merci Albin, j'aime ton billet d'autant que je sais moi, où tu veux en venir ;-)) "L'expression corporelle" (dans ce cas) arrête l'insulte, d'autres s'exprimeront dans les cris et la colère. La violence revêt bien des formes et la pire n'est pas forcément la plus évidente. C'est intéressant de se demander comment on aurait réagi dans cette situation, je peux avouer, compte tenu de mon caractère, que j'aurais fait la même chose, seule différence, pas de coup de boule ;-)) mais il aurait eu des cheveux en moins :-DD

Écrit par : agathe | lundi, 28 juin 2010 19:41

il aurait eu des cheveux en moins :-DD
Ecrit par : agathe | lundi, 28 juin 2010 19:41

Oh la méchante !

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | lundi, 28 juin 2010 20:04

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | lundi, 28 juin 2010 20:04

Aux grands mots, les grands moyens ;-))

Écrit par : agathe | mardi, 29 juin 2010 10:08

Chez tgb, tu reçois des raclées à tour de bras puis à la fin tu t'allonges comme un eunuque en miaulant comme une chatte et ici tu joues au caïd...

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | lundi, 28 juin 2010 08:09

Là, tu t'es surpassé ...
( après déjà pourtant un florilège assez consternant )

Écrit par : urbain | mardi, 29 juin 2010 11:44

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | lundi, 28 juin 2010 07:05

"Mouais, insulter la famille [...] tellement automatique qu'elle en devient dérisoire."
- C'est aussi le début de la "banalité du mal"... Et c'est pour ça qu'il faut réagir très tôt - du moins, comme on peut !

L'idéologie dominante [capitaliste] nous habitue - non : nous conditionne ! - aux horreurs. Ici, à ce que, très tôt, les enfants acceptent les pires saloperies - en fait, à être cyniques sur à peu près tous les domaines du "sacré" -, en "déréalisant" le monde : avec les programmes télé, la pub, ou encore les jeux vidéos, par exemple. Cela se complique, parce que je ne suis pas du tout opposé - pour ne pas dire favorable ! - au développement de la personnalité (de l'individu) par n'importe lequel de ces biais-là !

&

"Si on compare depuis 30 ans le degré d'intensité des insultes, on s'aperçoit qu'il a terriblement grimpé [...]"
- Bon, je n'étais pas (tout à fait) là, il y a trente ans... Toutefois, je n'ai pas le souvenir qu'en mon temps les invectives portaient aussi facilement sur la famille.

Plus récemment, vers la fin des années 90, on a commencé à entendre via les merdias, des 'vannes' sur "ta mère", du type : "Ta mère en string au supermaché !", "Ta mère, elle est tellement plate qu'on pourrait la faxer !" ou, en plus gratiné : "Ta mère, elle suce des ours !" On voit bien que les "copains" se testent entre eux pour voir lequel est le plus "malin", le plus sournois... ou le plus colérique !-] Euh, c'est un peu ça dans les comm du Village.

En somme, les NRV n'ont pas beaucoup évolué... depuis la maternelle !-DDD

&

"[...] la violence physique, du coup, devient [...] le passage obligé pour vraiment faire du mal et répliquer..."
- Oui, car le retour à la réalité du monde environnement - de l'existence de l'autre - passe par le corps ; le contact physique.

Dans le même ordre d'idées, "claques gouvernementales", ça ne devrait pas être seulement une métaphore !-DDD (encore faut-il ne pas se tromper de côté, hein !-DDD

-----

Ecrit par : urbain | lundi, 28 juin 2010 07:31

"C'est quoi exactement le thème de ton "triptyque" ?"
- Euh, c'est quoi exactement... votre question ?-] Ne me dites pas que vous avez besoin d'une lecture "guidée" !-DDD

-----

Ecrit par : urbain | lundi, 28 juin 2010 07:58

"L'éducation des enfants et les modèles symboliques disponibles dans la "boîte à outils" ?"
- Oui, non, peut-être. Mais, pour faire bien, je répondrais : "L'Etre et l'évènement", "La Théorie du Sujet" et "Logique des mondes" :-DDD

Euh, j'ai bon ?-]

-----

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | lundi, 28 juin 2010 08:14

"Une question existentielle :
Qui est le vrai Urbain ?"
- Moi, je sais ! Moi, je sais, m'sieur !!! Hum, pardon...
Ce n'est ni "la touffe de tgb" [euh, je fais un raccourci - que l'intéressé veuille bien m'excuser, s'il traîne par ici ;-] ni "Arthur Fonzarelli" ! Un jour, le libraire-dialecticien a donné la réponse : c'est le Père Fouettard !

A présent, lisons le premier paragraphe de la fiche Wikpédia : "Le Père Fouettard (Hang Trapp en alsacien, Rupelz/Rüpelz en Lorraine germanophone, Zwarte Piet « Pierre le noir » en néerlandais) est un personnage du folklore de la fête de Saint-Nicolas. C'est un personnage sinistre, qui accompagne saint Nicolas lors de sa sortie, le 6 décembre ou la veille au soir. Alors que saint Nicolas distribue des cadeaux aux enfants sages, le Père Fouettard dispense des coups de fouet aux vilains garnements. [...]"

Authentique !-]

&

"Merci Albin pour ta contribution au village."
- Merci Cui-cui pour votre énergique participation (aux comm, au Village).

-----

Ecrit par : Rue du Cherche minuit | lundi, 28 juin 2010 08:45
- Il y avait aussi : La Rue du Cherche-Midi-à-Quatorze-Heures !-DDD

-----

Ecrit par : sea sex and symbols | lundi, 28 juin 2010 13:10
- Bon, on enfonce pas mal de portes ouvertes dans cet entretien. Juste pour faire un "raccord", je dirais que les hommes et les femmes ne sont pas égaux devant l'insulte. La preuve : on s'en prend plus volontiers aux mères qu'aux pères !

-----

Ecrit par : agathe | lundi, 28 juin 2010 19:41

" [...] j'aime ton billet d'autant que je sais moi, où tu veux en venir ;-))"
- Merci, ça me rassure ! J'ai failli avoir un doute !-]

&

"La violence revêt bien des formes et la pire n'est pas forcément la plus évidente."
- Oh, tricheuse : tu as lu la suite du billet ;-D

&

"mais il aurait eu des cheveux en moins :-DD"
- Ah, pas mal : le scalp ! C'est une tradition qui se perd !

Hugh !

Écrit par : albin - didon | mardi, 29 juin 2010 12:14

Oups !

- "[le retour à la réalité] du monde environnant"

Écrit par : wwf | mardi, 29 juin 2010 12:20

Ecrit par : albin - didon | mardi, 29 juin 2010 12:14

Non, évidemment, puisque tu es parfaitement conscient d'éluder ...
Et comme tu connais la vrai nature d'urbain ( fort peu dissimulée par ailleurs ), tu sais bien de quoi je te parle .
Bon , il vaut mieux, sans doute, que j'attende la suite annoncée .

Écrit par : urbain | mardi, 29 juin 2010 13:14

Urbain est batteur :

http://www.youtube.com/watch?v=ItZyaOlrb7E

Écrit par : yeah ! | mardi, 29 juin 2010 13:15

Ecrit par : yeah ! | mardi, 29 juin 2010 13:15

Génial.

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | mardi, 29 juin 2010 14:43

Des types comme anelka et ribery ne valent les vignettes d'eux que nos momes collent sur le frigo.

Écrit par : Tonguff | mardi, 29 juin 2010 19:48

De plus en plus génial ...

( le mien met plutôt Jimi Hendrix )

Écrit par : urbain | mardi, 29 juin 2010 20:58

تبصر

CS
28.06.10 | 12h52

Tout cela m'évoque une "normalité" qui me dépasse. Comme mes élèves trop vulgaires ne comprennent pas que je les reprenne, car ils "parlent normalement", nos dirigeants ont leur éthique personnelle et ne comprennent pas qu'on y trouve à redire. Sur des bases différentes, on est en plein dialogue de sourds.

bonsens
28.06.10 | 11h45

Il est utopique de vouloir individualiser "la" responsabilité d'un acte, fusse-t-il délictueux. TOUS sont coupables de collaboration avec un usurpateur élu, c'est vrai, mais la démocratie ne veut pas dire que l'élu ne doive pas répondre de ses actes devant le peuple...au contraire. C'est ce que le p'tit nerveux n'a et ne comprendra jamais. Donc, un ministre, celui-ci ?, viré, ne signifie rien en soi: chacun sait maintenant qui donnait les ordres.

Écrit par : patrice | mardi, 29 juin 2010 21:24

nan tout kòmantè


10.Posté par Khyanon Iliana le 29/06/2010 18:37

OK, qu'il démissionne! Qu'on en parle plus. Il n'est pas indispensable, un autre prendra en charge sa daube...

Les retraites - une escroquerie. Les 2 500 000 sans aucune activité, ils cotisent quand? Les sans papiers qui travaillent au black, ils cotisent quand ? Les autres qui travaillent de temps en temps, ils cotisent quand?

Les jeunes ils travaillent quand ? les vieux - plus de 50 ans, ils travaillent quand?

Et moi, et moi, et moi je travaille depuis l'âge de 18 ans sans avoir interrompu mon activité professionnelle, je suis puni - on me rajoute 2 ans! Le 16 juin 2010, je me réveille et ... joyeux anniversaire, 2 ans en plus! Vous imaginez ? 2 ans! C'est dingue.

Les dés sont pipés. A ce moment là, si on veut être équitable, tous les enfants nés en 2010, vous cotiserez jusqu'à X années etc...

Là, ils changent les règles tous les ans, en pire, bien sûr, et je me les tape toutes - et j'ai rien fait si ce n'est cotiser, payer, contribuer, rembourser, me faire prélever, participer, être taxé, supporter, tolérer, fermer ma gueule, subir, me culpabiliser, m'infantiliser,...Ras-le-bol! Vivement 2012 et pas pour la Coupe d'Europe, rien à carrer de ce sport! Et qu'ils aillent tous se f **** ******** ***** **** ** ****!

24.Posté par Pikesse le 29/06/2010 12:31

Notre Président ne devrait-il pas commander un gigantesque camion de pompiers au lieu de son joujou Air Force One?

27.Posté par remy L le 30/06/2010 00:07

Juste un message pour dire à l'auteur que "empéguer" n'est absolument pas un mot venant de Bordeaux... à moins que la Gironde se trouve sur la côte Est de la Méditerranée. ^^ (et il est généralement utilisé à l'apéro lorsque l'on va "s'empéguer")

Oui, je sais on s'en fout... mais c'est important.... si si.

Écrit par : patrice | mercredi, 30 juin 2010 00:38

Oui, je sais on s'en fout... mais c'est important.... si si.

Ecrit par : patrice | mercredi, 30 juin 2010 00:38

On ne s'en fout pas du tout, donc il faut être un peu exigeant dans les exégèses philologiques ...
Donc tu as parfaitement raison, comme tous ceux qui ont vécu dans la "belle province" peuvent en attester , mais ...
Empéguer est dérivé de "péguer" : coller ; "ça pègue" pour : ce truc est collant, ça colle ... d'usage courant au sud de la provence et jusqu'aux alpes maritimes ( c'est une terminologie qui fleure bon son agriculteur du midi).
S'empéguer c'est donc se coller quelque part à ne plus pouvoir s'en "décoller".
On peut en effet s'empéguer au bistro à coup de pastis, de "momies", et autres pégueuses substances ...

Écrit par : urbain | mercredi, 30 juin 2010 09:39

Ecrit par : urbain | mercredi, 30 juin 2010 09:39

"Oui, je sais on s'en fout... mais c'est important.... si si."...n'était pas un commentaire de ma part du commentaire de remy L mais la fin même de son commentaire.

Fin qui m'a semblé en faire, notamment, la drôlerie, et mené à le retenir dans ce collage.

Écrit par : patrice | mercredi, 30 juin 2010 13:12

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu