Avertir le modérateur

« Wikio ou Twikio ? Une méthode incomparable pour se rasséréner. [ humour & pantalonnade ] | Page d'accueil | La France des dynasties ou les femmes de... [1/3 Bernadette Chirac] »

lundi, 14 juin 2010

Retraites, un navet déjà vu ..

 

 

picasso-guernica.jpg

 

 

"J'estime que, malgré toutes les tentations contraires, nous devons travailler à la conservation du malade". Dr Knock (Jules Romains)

 

En relisant cette phrase, tous les malades se reconnaissent, l'un poussé au pôle emploi, l'autre errant sans domicile fixe ou précarisé à souhait enchaînant les tâches ingrates pour trois fois rien. Ceux qui vivent de peu ...

 

Et les autres qui bon an, mal an surnagent.

 

L'organisation de la peur, la grippe mortelle avec reportages à l'appui, l'étranger voleur de boulot et d'allocations, les faits de délinquance soigneusement rapportés en « une », la crise …

 

A cette peur succède les menaces, celle de la faillite pourvoyeuse d'augmentations diverses et de cotisations (au passage), celle de l'allongement des retraites induisant les pires perspectives...

 

A la façon des marchand de tapis, il suffit d'annoncer un prix dément pour obtenir le montant estimé.

 

Ça marche à tous les coups.

 

Parfois, une mesure impopulaire « fuite » par aucun hasard malencontreux. Une sonde. Hop, elle disparaît en apparence pour être appliquée en douce.

 

C'est gros, c'est gigantesque, la corde bien qu'élimée attrape toujours les mouchèrèques, à la fois proches du pouvoir mais néanmoins si naïfs (ça joue mal mais dans un navet, il ne faut pas s'attendre à voir revivre Brando).

 

Le commerce, c'est vieux comme le monde et à y regarder de plus près, qui peut se vanter de ne s'être jamais fait rouler ?

 

 

Agathe

 

 

 

 

 

Commentaires

Hélas ... au monde merveilleux du démocratisme libéral le commerce ne se distingue plus guère de l'escroquerie, et la camelote politique importée s'est généralisée aux étals de nos marchands de soupe démagogique.

La raison en est qu'il n'y a plus guère de "proximité" dans ce commerce là .
Militons pour des institutions qui nous restituent le droit inaliénable de retourner la marchandise avariée aux maquignons véreux qui nous l'ont fourguée à grand renfort de réclame mensongère.
Le droit de la leur balancer à la gueule avec force véhémente protestation , avant de les trainer dans un cul de basse fosse , entre deux gendarmes .

Écrit par : urbain | lundi, 14 juin 2010 08:26

Il en faut des tours de passe-passe, de propagande, de badigeons de "bon sens", de catastrophisme, de fables économistes, d'experts, de vraies croyances et fausses réalités pour construire cette bonne grosse fiction civilisationnelle et responsable et rationnelle et sérieuse nommée réformdéretrètes, qui n'est bêtement que la compulsion (et le sens de la vie) du marché à s'accaparer ce qui lui échappe encore.

...

Pour rire un peu, dès le matin :

http://guybirenbaum.com/20100614/pourquoi-il-ne-faut-pas-que-le-nouvel-obs-rachete-le-monde-laffaire-mainstream

(Il y aurait donc une "affaire Mainstream")

...

Les anti-islam aux Pays-Bas, les flamingants, l'extrême droite en Hongrie etc., la crise, l'austérité... Ne voyez-vous rien venir ?

Écrit par : Aimé Deffe | lundi, 14 juin 2010 09:55

Des retraites douces dit Nicolas,
Des retraites dures crie François !
Qui est le gentil ?
Qui nous prend pour des billes ?
C'est quand pointent les élections,
Que s'éveille la manipulation,
Qui nettoie la réputation...

Écrit par : Nadia K. | lundi, 14 juin 2010 09:55

Tout juste Agathe,

Moi, j'agis comme ça : j'affiche un prix dément. Et les clients de négocier les prix. Et j'atteins le prix que j'imaginais.

Et le client de partir satisfait...

C'est élémentaire et je ne comprends même pas que les politiques n'y aient pas pensé plus tôt.

C'est le B-A BA des négociations. C'est triste mais c'est ça ou c'est repartir à poil !

Par contre quand on est client il faut rester intransigeant et refuser une négociation tronquée.

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | lundi, 14 juin 2010 11:21

Juste en passant. Je reviens plus tard

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | lundi, 14 juin 2010 11:21

Je ne dis pas ça : Que les commerçants sont tous des voleurs.

Je dis : Que le gouvernement majore la peur et la menace à la manière d'un marchand de tapis ( image respectable par ailleurs - mais image/trait d'humour).

Bon encore trop elliptique, je m'étonne tois qui me connais que tu aies pu penser un instant que je puisse penser cela.

Écrit par : agathe | lundi, 14 juin 2010 12:43

Oups ...toi au singulier ;-))

Écrit par : agathe | lundi, 14 juin 2010 12:47

Autre technique de vente ; truander sur la camelote :


"Retraites : les hauts revenus ne seraient pas taxés"

www.leparisien.fr/politique/retraites-les-hauts-revenus-ne-seraient-pas-taxes-12-06-2010-962057.php

Écrit par : chaland | lundi, 14 juin 2010 13:16

Ecrit par : agathe | lundi, 14 juin 2010 12:43

C'était de l'humour, Agathe !

Décidément, personne n'apprécie mon humour...

Faut dire aussi que je parlais presque sérieusement. Je fréquente des marchés où des objets de 1,50 € à 10 € sont négociés à la dizaine de centimes d'euro près !

Oui Oui ne riez pas. Je vous jure que c'est la vérité !

Chaque objet est âprement négocié et il m'arrive couramment de surestimer l'étiquetage du prix d'un objet pour le vendre au juste prix !

Mais ceux qui ne fréquentent pas les marchés du 9-3 ou du 9-5 ne peuvent pas comprendre.

Des palabres de 5 minutes pour gagner 10 centimes sont fréquentes. C'est un entraînement imparable pour trouver les arguments pour envoyer chier les méchants de ce blog.

La valeur de l'argent, je connais mieux que quiconque. Merci.

On est évidemment très loin de l'univers "marxiste de salon" des bobos comme Urbain ou Badiou qui ne connaissent la vie et la pauvreté qu'à travers les livres de philosophie...

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | lundi, 14 juin 2010 13:40

Ecrit par : urbain | lundi, 14 juin 2010 08:26

Le droit de les jeter "dans leurs prisons tout de même moins indignes que celles des russes, mal placés pour nous critiquer" Cet entre guillemets est un commentaire hautement philosophique de notre patriote Gluksmann devenu le défenseur tendance roquetweiller de la France.

Je suggère qu'il aille au bout de son raisonnement et qu'il se laisse enfermer rien qu'une nuit dans une cellule badigeonnée d'excréments avec quelques légers relents d'urines ...

Ecrit par : Aimé Deffe | lundi, 14 juin 2010 09:55

+1 (ça résume bien ce que je voulais dire)

On les voit venir, confortablement installés préalablement par le "truchement" des bons vieux slogans "tu aimes ce que j'en fais ou tu la quittes" ...

Ecrit par : chaland | lundi, 14 juin 2010 13:16

Merci, ça résume aussi très bien ce que je voulais dire ;-))

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | lundi, 14 juin 2010 13:40

Il faut mettre des sourires ;-))

En tout cas, les politiques ont bien compris, le coup du j'annonce le pire pour passer ma meilleure hypothèse de ponction :-DD

Écrit par : agathe | lundi, 14 juin 2010 15:19

Ecrit par : Nadia K. | lundi, 14 juin 2010 09:55

Je vois que ta pénitence en vers continue, c'est sympa en tout cas ;-))

Écrit par : agathe | lundi, 14 juin 2010 15:21

Ecrit par : agathe | lundi, 14 juin 2010 15:19

J'aime l'humour pince sans-rire Agathe... D'où l'absence de signes...

J'avoue qu'il n'est pas facile décrypter.

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | lundi, 14 juin 2010 15:25

Oups urine, la fatigue sans doute ;-))

Écrit par : agathe | lundi, 14 juin 2010 15:41

cette stratégie gouvernementale bien au point, identifiée bien analysée ne nous oblige pas à plonger dedans chaque fois - arrêtons de nous défendre et de nous indigner - de la guerrilla bourdel - attaquer là où on nous attend pas - ne pas faire leur jeu mais jouer le notre et vu nos forces on a guère le choix

Écrit par : tgb | lundi, 14 juin 2010 16:40

désolé pour le bégaiement

Écrit par : tgb | lundi, 14 juin 2010 16:40

Ecrit par : tgb | lundi, 14 juin 2010 16:41

Bégayer de rage, ça m'arrive.

Je peux t'assurer que si je croise Chreck, il se prend ma chaussure en pleine tête ;-))

Écrit par : agathe | lundi, 14 juin 2010 17:26

La retraite de rue ..si !

Écrit par : urbain | lundi, 14 juin 2010 20:02

Retraite d'office pour les plus d'1.70 m :

http://www.liberation.fr/politiques/0101641331-casting-taille-sarkozy-rebelote

Écrit par : Comme un géant.. | lundi, 14 juin 2010 20:35

Dans "B movie" l'immense Gil ( Sott heron) filait la métaphore de la politique américaine comme un film de série B .
www.dailymotion.com/video/x4ddbe_gil-scott-heron-b-movie-live_news
ça n'est pas la réalité , c'est juste un film de série B , ironisait-il à propos de reagan et sa clique qui arrivaient au pouvoir à l'époque .
Dans un passage de la chanson il blague même sur le fait que "comme John Wayne n'était plus disponible , on a pris reagan" ( qui du afit de sa carrière hollywoodienne était bien connu des américains comme sous-vedette de films ringards "middleclass" bon marché ) .

On en rigolait avec lui ... à l'époque .

Oui agathe, les navets politiques, comme les autres, sont faits de très grosses ficelles, de remakes de vieux clichés usés jusqu'à la corde, servis par des ringards calamiteux , mais avec une bonne promo, la médiation d'une critique servile, vautrée et démagogique, et une saturation de multisalles ... y' a toujours des spectateurs .

Écrit par : urbain | lundi, 14 juin 2010 21:22

ceux et celles qui comprennent à peu près le texte du long rap jazzy du grand Gil peuvent mesurer la régression ( du rap comme du reste ) ... depuis , et la raison pour laquelle Gil fut systématiquement barré par tout le milieu du "show" business , en dépit de l'immensité de son talent et de la qualité incomparable de sa poésie politique .

Ici la version "disque" , complète :
www.youtube.com/watch?v=XKQd_Ixm-jQ&feature=related
( écoutez jusqu'au bout : la fin du morceau est exceptionnelle )

le texte :
www.leoslyrics.com/listlyrics.php?hid=mqljBdwZkwk%3D

Écrit par : urbain | lundi, 14 juin 2010 21:30

pardon cette version là (seulement ) me semble complète :
www.youtube.com/watch?v=m-F_hOL_nw8&feature=related

Écrit par : urbain | lundi, 14 juin 2010 21:34

Pas dix francs, pas huit francs, pas six francs, pas cinq francs, quatre quatre vingt quinze...

Même Google connait pas ce truc, c'est dire !

Écrit par : patrice | lundi, 14 juin 2010 21:39

M'enfin, Google...

Écrit par : patrice | lundi, 14 juin 2010 21:40

Bon, je vais rester dans le sujet, moi.

Oui, les retraites, là aussi, il faut nous faire plier. Ce gouvernement est bien décidé à ne laisser aucun acquis social avant de partir. Le problème, c'est qu'il s'est assuré l'aval de l'opposition , syndicale ou politique. Alors, il joue sur du velours.
En 2003, avant la première réforme, les femmes de la fonction publique qui avaient eu trois enfants pouvaient partir à la retraite à 57 ans.
Eh bien, par la suite, seules celles qui travaillaient effectivement tout en élevant leurs enfants avaient encore droit à cette possibilité.
Celles qui s'étaient mises en disponibilité, non seulement devaient aller jusqu'à soixante, mais elles n'avaient pas toutes leur annuités. Cela ne représentait pourtant qu'une goutte d'eau dans l'océan, et cela montre la mesquinerie de cette clique.
C'est à cela que m'a fait penser la mesure donnée en lien sur les veuves (-fs):pour mériter l'aumône, il faut vraiment en avoir bavé pendant cinq longues années! Cinq années de veuvage et d'isolement imposées par l'Etat.
Quelle cruauté.
Nous tombons très bas.

Écrit par : emcee | mardi, 15 juin 2010 08:37

Ecrit par : emcee | mardi, 15 juin 2010 08:37

L'autre fois, j'ai entendu un de ces "experts" sorti de je ne sais quel institut bidon sortir qu'à son avis les Français bénéficiaient de trop de vacances par rapport aux normes occidentales...

Je vois très bien quelle va être la prochaine contre-réforme à mettre en œuvre, tiens !

Et si on supprimait la 5ème semaine de congés payés ?

Travailler plus : le slogan stupide de l'époque !

En forte période de chômage, y a que ça de vrai...

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | mardi, 15 juin 2010 09:05

Nous , NOUS ne tombons pas , ILS s'effondrent .

Ce que tu désignes par "l'opposition" et que tu as bien raison de ne pas qualifier "de gauche" relève en effet d'une "clique" .
Un mot qui dans la tradition évoque un cortège accompagnant une cérémonie officielle quelconque avec costumes de parade, fifres, cymables et tambourins. Un tintamarre ritualisé destiné à attirer l'attention sur des simulacres sociaux .

Écrit par : urbain | mardi, 15 juin 2010 09:09

évidemment je commentais emcee ...

Écrit par : urbain | mardi, 15 juin 2010 09:10

Ecrit par : emcee | mardi, 15 juin 2010 08:37

Oui, c'est un exemple sordide à souhait. Quand à l'annonce apaisante de la taxation sur les grands capitaux, nous savons tous qu'ils "prennent la tangente", ils sont déjà en lieu sûr, hors d'atteinte.

Écrit par : agathe | mardi, 15 juin 2010 09:50

évidemment je commentais emcee ...
Ecrit par : urbain | mardi, 15 juin 2010 09:10

Ben oui ! What else ? ;-))))

Oh misère !

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | mardi, 15 juin 2010 10:19

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | mardi, 15 juin 2010 09:05

Travailler plus ! Pour eux. Cumuler les missions, les mandats, les sources de revenus.

Écrit par : agathe | mardi, 15 juin 2010 10:22

@urbain: ils ne s'effondrent pas encore, ils s'avilissent, mais ils tiennent encore le haut du pavé, se distribuant le fruit du travail des travailleurs et cherchant par tous les moyens à réduire (voire supprimer) les prestations chômage qu'ils sont tenus de verser quand ils suppriment des emplois ou que leurs copains du privé licencient et délocalisent.
A "opposition", j'aurais dû mettre des guillemets pour être plus précise.

@ cui-cui: tout à fait: les congés payés, ça aussi, ils vont s'y attaquer. Ils ont déjà sucré les jours fériés aux cadres, me semble-t-il. Ça commence par le privé et puis ... comme c'est pas juste que certains que oui et d'autres que non: on nivelle par le bas.

Agathe: sordide, c'est bien ça. Taxation des grands capitaux, mon œil.

Écrit par : emcee | mardi, 15 juin 2010 10:22

Ecrit par : emcee | mardi, 15 juin 2010 10:22

Agathe a parfaitement résumé dans un précédent billet le processus engagé, déjà de longue date, en rappelant qu'il s'agit(e) pour "ces gens là" , très clairement et explicitement , de détruire tout l'héritage social légué par les luttes depuis les années 30 jusqu'au "sursaut" de la libération incarné dans le programme du CNR .
Un livre sorti dernièrement informe très bien le sujet :
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Les_jours_heureux-9782707160164.html#

Écrit par : urbain | mardi, 15 juin 2010 10:35

Travailler plus ! Pour eux. Cumuler les missions, les mandats, les sources de revenus.
Ecrit par : agathe | mardi, 15 juin 2010 10:22

Un billet en cours sur le sujet... ;-)

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | mardi, 15 juin 2010 10:44

Le problème (pour eux) c'est que ça commence à "coincer" sérieusement.
La raison en est que l'efficacité de leur arsenal idéologique doit toute son efficacité au "consentement" ( comme dit chomsky ) des populations visées.
Or ce consentement repose lui-même sur un "consensus minimal" qui requiert qu'une majorité de ces populations continue de croire qu'elle a plus à "gagner" qu'à perdre au maintien de "l'état présent des choses" présenté comme inéluctable et "naturel" .
( ce qu'un livre récent a intitulé "la peur du déclassement" )
C'est précisément cela qui est en cours d'effondrement, sous la pression des "faits têtus" qui mettent le démocratisme libéral à proprement parler "en crise", faute de disposer des subterfuges encore convaincants pour continuer d'alimenter cette "fabrique du consentement" .
Tout ce que vous observez ( agathe et toi et bien d'autres, ici et ailleurs ) en est le symptôme, de plus en plus visible .

Écrit par : urbain | mardi, 15 juin 2010 10:53

encore une fois c'est évidemment à emcee que je répondais ...

Écrit par : urbain | mardi, 15 juin 2010 10:54

Je suis sans doute pessimiste (et je l'espère bien), mais je ne vois pas le début d'une réponse de la gauche. En revanche, je vois la droite extrême qui s'arme.

Aux USA, la situation est bien pire, puisque la classe moyenne (la middle-class, pour être plus adéquate) est en train de sombrer. Les prestations sociales sont indigentes, le régime de santé ne leur permet pas d'être couverts complètement, les états et les villes, majoritairement en faillite, réduisent encore les services sociaux, ferment les écoles publiques, licencient le personnel pour le réengager dans le privé à leurs conditions (salaires réduits, heures supp non payées, interdiction de se syndiquer si on veut être réembauché) etc. Malgré cela, que se passe-t-il? pas grand chose pour l'instant. Les gens ont, en effet, peur de tomber plus bas, alors ils font le dos rond. Il n'y a que ceux qui n'ont rien qui n'ont rien à perdre. Mais ceux-là, ils ont été soigneusement discrédités et marginalisés.

Ici, en France, les manifestations contre la réforme des retraites auraient dû être énormes, dans la mesure où tout le monde est touché. Cela n'a pas été le cas.
Alors, on va peut-être dire:"il faut trouver d'autres formes de luttes". Oui, lesquelles?
Et la lutte armée, je n'y crois pas: ils ont les bombes et le personnel pour s'en servir, nous avons des arbalètes. Et nous sommes très divisés.

Écrit par : emcee | mardi, 15 juin 2010 11:39

Ecrit par : emcee | mardi, 15 juin 2010 11:39

Je n'ai pas trop le temps de développer , ayant des journées très chargées en ce moment, mais je dois quand même préciser ceci, pour clarifier mes commentaires précédents que ce qui s'effondre s'effondre "de lui-même" , du simple fait du devenir historique et de l'volution associée des rapports sociaux et singulièrement économiques.
La "gauche" ou "l'opposition" , autrement dit les "formations politiques instituées" n'y sont "pour rien" , d'autant moins que comme tu l'observes fort justement cette "représentation politique" a sombré , au fil des 40 dernières années dans l'insignifiance absolue, et il ne s'agit(e) plus pour eux que de "gérer" , c'est à dire "administrer la contrainte" et plus du tout de "changer la vie".

C'est ce que j'ai coutume de désigner par la "nullitude" .

Il n'empêche que "les faits sont têtus" et que nous sommes "faits" par eux, au moins autant qu'ils "nous font" .

Les luttes sont bien là, alimentées par l'injustice, et la domination aliénante. Elles ne vont faire que croître en dépit du fait tristement avéré qu'elles ne trouvent actuellement aucun relai politique pour se manifester dans le théatre d'ombres de la "démocratie libérale représentative" , qui de fait ne représente rien du tout ni personne , sinon la domination elle-même.

C'est une étape. Une étape pénible, mais comme tout ce qui a commencé, elle prendra fin.

Conclusion matérialiste, essentiellement marxiste ... comme il se doit.

Écrit par : urbain | mardi, 15 juin 2010 12:41

Bravo Agathe!

Je suis fan :-)

et aussi d'accord avec emcee (com 11:39). Il faut trouver d'autres formes de lutte, sinon bientôt ils vont attaquer les congés payés, éliminer les allocations familiales, etc

Après avoir, idéologiquement, par une perverse campagne de désinformation et de propagande relayée par une bande de philosophes à la noix (et encore je suis aimable), d'écrivaillons et de chroniqueurs, sérieusement écorné les acquis de 68. -L'extrême-droitisation" des esprits est désormais un fait avéré, ils sont en train de bousiller méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance comme l'a suggéré Denis Kessler, ancien patron du MEDEF.

Ce que les résistants ont créé dans une France exsangue, voilà que dans une France riche, on veut nous le retirer.

Parallèlement on discrimine à tour de bras et l"islamophobie", cette horreur, caracole.

On coupe les budgets des théâtres, bientôt, va savoir, on on brulera peut-être des livres.


Alors il faudrait peut-être arrêter, nous, d'être divisés et en finir avec la complaisance.

Parce que, mine de rien, j'ai l'impression que le temps de "choisis ton camp camarade " est revenu.

Écrit par : céleste | mardi, 15 juin 2010 12:44

@ emcee

Nous sommes bien proches des USA... Le marché du travail en France (super plus) oblige à échanger des compétences contre le minimum sinon rien. L'offre s'allonge (dans le caniveau) pour se faire bastonner l'échine par la demande.

@ Céleste

Flattée et réciproquement fan ;-))

Oui les livres, étape qui précède le décrochage des œuvres pour ne pas risquer quelques représailles en "démocratie", ça c'est fait ...

Le camp est choisi, avanti !

Écrit par : agathe | mardi, 15 juin 2010 13:16

Attention, gros niveau (d'huile, hi hi) :

www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/06/15/97001-20100615FILWWW00502-retraites-sans-faute-aux-essais-fillon.php

Écrit par : Audi(t) | mardi, 15 juin 2010 15:25

Les commentaires ; un régal :

www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/06/15/97001-20100615FILWWW00528-paris-apero-saucisson-pinard-interdit.php

Vivement que tout ce petit monde prenne les armes afin de sauvegarder le pays réel...

Écrit par : HS | mardi, 15 juin 2010 16:49

http://www.lequipe.fr/Football/breves2010/20100615_174805_rama-yade-dans-la-tourmente.html

Écrit par : C'est çui qui dit qui y'est | mardi, 15 juin 2010 18:30

Franchissons le mur du çon

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/economie/20100615.OBS5562/vente-du-rafale-aux-emirats-une-note-salee-pour-la-france.html

Écrit par : Tanguy et Laverdure vous saluent bien | mardi, 15 juin 2010 18:50

Mais où sont donc les cigares de Monsieur Blanc ?
Avec sa déclaration d'impôts...

Et le permis de construire de Joyandet ?
Dans son jet...

Et la retraite de Boutin ? Et l'appart de Amara ? Et le voyage de Yade ?

Écrit par : Monica Lewinski | mardi, 15 juin 2010 18:52

Les aventures de Mouloud Jackson dans la France d'Hortefeux

http://bravepatrie.com/societe/drapeaux-de-villeneuve-saint,745

Écrit par : one two three, viva l'Algérie | mardi, 15 juin 2010 18:55

Les commentaires ; un "régal" :
Ecrit par : HS | mardi, 15 juin 2010 16:49

à vomir...

Écrit par : Extrême-droitisation généralisée | mardi, 15 juin 2010 18:59

@ Urbain

Voici un texte digne d'où émane une vraie conscience, il est de plus magnifiquement traduit. Je te conseille de l'imprimer pour le lire ce soir :

http://blog.emceebeulogue.fr/post/2009/01/15/Moi-Gilad-Atzmon-musicien-de-jazz-israelien-et-humain-du-monde

Écrit par : agathe | mardi, 15 juin 2010 22:00

Ecrit par : agathe | mardi, 15 juin 2010 22:00

Je vais le lire .... mais tard.

Écrit par : urbain | mardi, 15 juin 2010 22:43

Ecrit par : céleste | mardi, 15 juin 2010 12:44

C'est vrai mais il ne s'agit(e) pas de "l'extrême droite" , de la droite réactionnaire tout simplement, la plus classique , ancienne , xénophobe, raciste, traditionnelle et calcifiée qui soit .
Le pétainisme transcendantal comme dit fort justement badiou .
L'occasion fait le larron.
Fondamentalement les propos d'un brasillach n'étaient pas plus crapoteux que ceux d'un zemmourde, et il écrivait bien mieux .

Écrit par : urbain | mardi, 15 juin 2010 22:52

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu