Avertir le modérateur

« Converser - dans la facilité ? [1/2] | Page d'accueil | petites annonces : terroristes échangeraient 50 kgs de bombe sale contre 2 mégatonnes de bombe propre... »

mardi, 13 avril 2010

Converser - dans la facilité ? [2/2]

arche_russe1.jpg

 

- Ce sont des approches, ou des éclairages – précieux parfois. Mais, c’est vrai : pas à chaque fois. Prenons quelques films. Pour les spectateurs qui découvrent pour la première fois L’Arche russe, de Sokourov – d’entendre juste après Douchet en parler, ça peut leur donner envie de le revoir une deuxième fois ! Pareil pour Saraband, si on ne connaît pas le film, ni la filmographie de Bergman. Pour ceux qui connaissent déjà, il est possible qu’ils n’apprennent rien ; mais ce n’est pas si sûr non plus ! Pour Hou Hsiao-hsien, avec Three times, c’est un peu différent. Il se peut que même après avoir entendu Douchet en parler, le spectateur n’ait pas envie de le revoir. Mais je dirais que ça viendrait alors plus du film – bien que ce soit un grand film !

- Mais, pour toi, qu’est-ce qu’il apporte en faisant ça – ce ciné-club ? Qu’est-ce qu’il apporte au fond, Douchet, lui qui a vu tant et tant de films, et écrit sur le cinéma ? Parce que moi, ce qu’il fait, ne me satisfait pas : il traite les films par-dessus la jambe, et me laisse toujours sur ma faim.

- Vous savez, c’est une discussion que j’ai souvent : « C’était mieux avant, à Jussieu », « Il se répète », « Il devient gaga »… Tout d’abord, je vais vous dire quelque chose que je dis parfois à quelqu’un de mon entourage, très cultivé, quand je le trouve un peu trop sûr dans ses affirmations. Ma phrase, c’est de lui dire – je le tutoie, mais, vous, je vous vouvoie : « Méfie-toi… de toi ! » Donc pour vous, ça donne : « Méfiez-vous… de vous ! »

- C’est intéressant ce que tu me dis là…

- Merci. Je précise : de votre façon d’aborder les films, le cinéma… et la critique. Ensuite, sur l’apport de Douchet, je dirais que c’est avant tout – et surtout – son amour du cinéma ! C’est aussi simple que cela. Vous savez, et j’y pense juste au moment où on en parle – à l’instant – le titre de l’un de ses livres, c’est : L’Art d’aimer. Et, finalement, il n’a jamais quitté ce programme ! A chaque fois, à chaque film, il ne cherche pas à délivrer sa « compréhension du film », mais, à communiquer, et diffuser cet amour ; sans jamais l’imposer aux autres. Ou, si vous préférez, sans asséner des vérités toutes faites ! Et sans jamais être irrespectueux à l’égard du spectateur ; sauf quand il l’a vraiment cherché ! Ce qui arrive, de temps à autres, hélas…

- Je te remercie de me donner cet élément – qui m’avait échappé…

- Eh, oui ! Il est pourtant essentiel ! Vous parliez de Metz tout à l’heure, et de la théorie. Douchet, il ne cherche pas là, dans le cadre de cet exercice, à « analyser » le film, à le disséquer devant tout le monde, parce que ce serait tuer le film ! Ce serait alors La Poule aux œufs d’or : à force de le disséquer, de voir comment c’est fait à l’intérieur, on tue « la chair » ou « le plaisir » du film ! Mais, j’irais plus loin encore. Regardez, cela fait près de cinquante ans – soixante même ! – qu’il délivre ce même amour. Donc, à de nouvelles générations, et à d’autres cultures ; sans être « dépassé » par son époque. Voyez, moi, j’ai reçu une partie de cet amour ! Il est toujours en phase avec les nouvelles générations. Vous savez, des critiques en phase avec plusieurs générations, je ne suis pas sûr qu’il y en ait beaucoup ; et qui ne soient pas obligés d’être dogmatiques !

- Mais, toi, tu es un inconditionnel !

- Ah, non ! Je suis ce qu’il fait, mais je sais aussi quelles sont ses limites. Vous savez, il nous est arrivé d’échanger des mots au sujet du ciné-club. Ainsi, je lui ai déjà fait part de quelques reproches, dans le privé – qu’il reçoit bien ou mal, d’ailleurs. Bref, je ne suis pas « inconditionnel », comme vous dites !

- Alors, pourquoi, toi, tu pourrais émettre des critiques ; et pas moi ?

- Mais, parce que – je suis désolé – nous ne sommes pas pareils !

- Ah ?

- Eh oui ! Comment dire ? D’abord, et ce n’est pas pour frimer, on peut dire que j’ai vu un grand nombre de films : si je disais dix mille, je mentirais, mais je n’en serais pas loin ! Mais, ce n’est pas seulement la quantité, c’est aussi la littérature qui va avec. Et la littérature de cinéma, je la connais plutôt bien, je crois. Comment dire, encore ? Disons, que j’ai le cinéma dans le sang, que j’en suis imprégné !

- C’est sûr, tu viens beaucoup plus que moi, à la Cinémathèque !

- Oui. Et, c’est déjà une grande différence. Je dirais ensuite, que je suis très « familier » avec le cinéma, et aussi la critique. Et si j’exagère – et je vais exagérer –, je dirais que je suis de la « famille » !

- Douchet, c’est un père…

- Euh, moi, je l’écris « P-A-I-R »…

- Ah, tiens ? pourquoi pas…

- Et, ce n’est pas pour me raconter. Et puis, j’ai admiré suffisamment de cinéastes – Straub, notamment – ou de critiques, pour savoir à quel moment m’en détacher ! « Tuer les pères », je l’ai souvent fait – et, je sais faire ! Bref, le cinéma, vient comme une troisième ou quatrième langue – j’en parle deux ou trois déjà – que j’ai, on va dire « adoptée », ou « apprivoisée ». Ce qui n’est pas votre cas. Vous, vous êtes extérieur – un visiteur. Mais, ce n’est pas pour vous disqualifier, c’est comme ça. Par exemple, tout ce que je dis là, pour quelqu’un de totalement étranger à la cinéphilie – ou au cinéma – ça passera facilement pour du fayotage. Mais, je pourrais encore vous répondre autrement. Je sais que vous goûtez un peu la philosophie, et que vous suivez Badiou. Bon. Je vais vous soumettre une hypothèse à laquelle je ne demande aucune réponse immédiate. Bien. Parfois, on peut lire sur des présentations de programme, une expression pour définir Douchet, et qui date de l’époque de la Nouvelle vague. Le petit jeu, ce sera moins de vous demander si elle est valable – pour moi, elle l’est assez – mais ce qu’elle implique, si elle est pleinement vraie. Et par avance, vous m’excuserez de vous quitter sur cette formule, mais je dois y aller. Donc, ses copains des Cahiers disaient de lui : « c’est le Socrate du cinéma ». Sur ce, au revoir.

 

n46152500577_4589600_1353.jpg

 

par Albin Didon

Commentaires

conserver dans la fatalité.
(ZZZZZZZZZZZZZZZZZZzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz)

Écrit par : urbain | mardi, 13 avril 2010 08:35

Tant qu'à faire, au moins ça c'est marrant :
www.mollat.com/livres/luc-moullet-piges-choisies-griffith-ellroy-9782918040064.html

Écrit par : urbain | mardi, 13 avril 2010 10:58

Je passe en courant ;-))

Merci Albin pour ton billet intéressant, je reviens commenter (demain), j'aime bien ce qui est évoqué dans le dernier paragraphe ...

Écrit par : agathe | mardi, 13 avril 2010 12:20

Ecrit par : urbain | mardi, 13 avril 2010 10:58

Ah, vraiment impayable [euh, "marrant" :-], ce libraire batracien !-DDD

Ne fustigêates-vous pas les cinéphiles "pur jus" et les Cahiers du cinéma ? Ce recueil de près de cinquante textes reprend au moins trente articles provenant de cette poussiéreuse revue !-]

Voici les intitulés des autres documents, et leur source :

- Le film cosmique (Puissance de la parole [de Godard]) / Bref n° 68
- Eh, oui ! Griffith était marxiste ! / Bref n° 79
- Bruegel, Kafka, Jump cut et Beckett [Le bureau neuf, de Karl Valentin]/ Bref n° 71

- Raoul Ruiz, tout est deux sauf Allah qui est un [sur La Chouette aveugle] / Trafic n° 18
- De Mille, vers la fiction pure / Trafic n° 36

- Michael Powell n'existe pas / La Lettre du cinéma n° 31

- Antonioni : un nihilisme serein [sur Blow up] / Le Nouvel Adam n° 11
- Coline Serreau : le frêne aux portables [sur Saint-Jacques... la Mecque] / Cut n° 19

- Passez muscade [de W.C. Fields] : joyau du "non-sense" / Arts n° 471
- Fidèle vagabond : cynique / Arts n° 715
- Les Rendez-vous du diable : nature vivante / Arts n° 709

- La Dernière chasse [de Richard Brooks] : figé par la haine / Radio Cinéma Télévision n° 392
- Cote 465 [d'Anthony Mann] / Radio Cinéma Télévision n° 383
- Un roi à New York [de Charles Chaplin] : dépouillement du style / Radio Cinéma Télévision n° 408
- Les Nus et les morts [de Raoul Walsh] : mieux que le Pont de la rivière Kwaï / Radio-Cinéma-Télévision n° 474
- La Forêt interdite : de l'inspiration au néoréalisme / Radio-Cinéma-Télévision n° 483
- Adam et Eve : pas à la hauteur du sujet / Radio-Cinéma-Télévision n° 436
- Les Tricheurs [de Marcel Carné] : par les bouts de la lorgnette / Radio-Cinéma-Télévision n° 458

- Edgar G. Ulmer : mailles du destin et bouts de ficelle / Le Bandit démasqué / Yellow now - côté cinéma
- Les maoïstes du Centre du Cinéma, Le cinéma et l'argent, Nathan (sous la direction de L. Creton)
Les vrais problèmes / Journal de la SRF n° 7

- Le dispositivisme dans le cinéma contemporain / Esprit

[textes inédits]
- Robert Bresson : Réflechis, sotte...
- Vive les chênes !... A bas les pingouins... !
- Pedro Almodovar : rien sur ma mère
- James Ellroy et la révolution de 89

Ensuite, vous qui vilipendez Positif, vous êtes servi :

"Le morceau de bravoure" a paru dans Positif n° 539 !

Et surtout, vous qui mouillez à la seule évocation du métalangage, lisez plutôt dans la partie "7.", p. 234...

Le premier texte de ce chapitre ; pp. 235-241 :

"De la nocivité du langage cinématographique, de son inutilité, ainsi que des moyens de lutter contre lui"
"Intervention à la table ronde : pour une nouvelle conscience critique du langage cinématographique."
(Mostra de Pesaro ; 4 juin 66)

-----

- Bref, je ne sais pas ce que veut dire : "conserver dans la fatalité."
Ecrit par : urbain | mardi, 13 avril 2010 08:35

...mais, j'ai de moins en moins de doute là-dessus : vous êtes fatalement... con !-DDD

(ZZZZZZZZZZZZZZZZZZzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz)
- **baff** !-DDD

-----

Ecrit par : agathe | mardi, 13 avril 2010 12:20

"[...]pour ton billet intéressant"
- Mais, ils le sont tous !-] Bon, à demain alors ;-]

Écrit par : albin - didon | mardi, 13 avril 2010 18:55

Ecrit par : albin - didon | mardi, 13 avril 2010 18:55

CQFD

Écrit par : urbain | mardi, 13 avril 2010 19:16

@ nef :
tu l'as rêvé , Guillon l'a fait :
http://sites.radiofrance.fr/franceinter/chro/lhumeurde/

Écrit par : urbain | mardi, 13 avril 2010 21:30

@ nef :
le crash de sarkozy par guillon est maintenant en archive :
http://sites.radiofrance.fr/franceinter/chro/lhumeurde/index.php?id=90509

Écrit par : urbain | mercredi, 14 avril 2010 09:00

Passons le karcher dans les bureaux de poste :

www.leparisien.fr/economie/un-cadre-de-la-poste-parle-d-exterminer-ses-mauvais-vendeurs-14-04-2010-885759.php

Écrit par : Mots d'Herne | mercredi, 14 avril 2010 10:14

Ecrit par : Mots d'Herne | mercredi, 14 avril 2010 10:14

Troublante Prédestination ...
( cela dit je me demande, "what is it like to be a karcher" , surtout depuis 3 ans ...)

Écrit par : urbain | mercredi, 14 avril 2010 11:28

"pour en revenir au billet",
un intéressant complément :

www.boulisme.com/articles/edito-rama-yade-secretaire-etat-chargee-des-sports.php

Écrit par : urbain | mercredi, 14 avril 2010 12:10

Ecrit par : Mots d'Herne | mercredi, 14 avril 2010 10:14

Dans quelques mois, un haut responsable de la poste déclarera la main sur le coeur qu'il n'y avait aucun plan visant à pousser les gens au suicide...

Écrit par : Fran | mercredi, 14 avril 2010 13:55

Pour changer un peu de sujet, et aborder un thème polémique en même temps que divertissant et d'une brulante actualité : je me demande ce que frère odm pourra nous dire de "pédophilie et homosexualité".
Idéalement il faudrait qu'il croise sa réponse avec l'oracle qu'il préparait en rapport avec l'inhumation du président polonais au château de javel.

Écrit par : urbain | mercredi, 14 avril 2010 21:50

Donc Albin, je reviens rapidement, peu de temps encore ... J'aime ce que tu écris dans ton dernier paragraphe, j'y vois ta pertinence, tu soulignes les stagnations ou évolutions. Le mouvement des esprits, quelquefois les bonds en avant, l'anticipation ou bien les blocages. Certains précurseurs se sont arrêtés en chemin , d'autres avancent encore. Voilà, j'espère t'avoir correctement lu ;-))

Écrit par : agathe | mercredi, 14 avril 2010 22:20

Le 25 mai 2050, Idéal du Matou gagnera la 5ème, à Vincennes.

Écrit par : Le COR du Christ | mercredi, 14 avril 2010 22:23

Le 12 juin 2050, l'action Eurotunnel vaudra 8,16 euros.

Écrit par : Le COR du Christ | mercredi, 14 avril 2010 22:25

Le 14 octobre 2050, la main de ma soeur sera bien là où elle doit être, ce jour-là.

Écrit par : Le COR du Christ | mercredi, 14 avril 2010 22:36

Ecrit par : Le COR du Christ | mercredi, 14 avril 2010 22:36

En COR !

Écrit par : urbain | mercredi, 14 avril 2010 22:40

Le 7 février 2050, Kevin Sarkozy est élu, à 6 ans, à la présidence de l'EPADVBC (Établissement public pour l'aménagement de la région de la Défense-Versailles-Bordeaux-Corte). Mohammed Hortefeux devient vice-président.




(Prédiction bien plus crédible que celle du COR)

Écrit par : Le COR du Christ | mercredi, 14 avril 2010 22:50

Ecrit par : Le COR du Christ | mercredi, 14 avril 2010 22:50

Les prédictions les plus hasardeuses portent sur la bite de déesse kha .

Écrit par : urbain | mercredi, 14 avril 2010 23:05

Dans les commentaires :

"...condamné pour détention d'images pédopornographiques..."

Colonel de Guerlasse
14.04.10 | 10h50

Encore un bobard antimilitariste! Moi, mon p'tit gars, quand j'ai fait mes classes il y a soixante ans, on nous distribuait du bromure et c'est maintenant que ça me fait de l'effet.

Écrit par : patrice | mercredi, 14 avril 2010 23:37

...mais, j'ai de moins en moins de doute là-dessus : vous êtes fatalement... con !-DDD - Albin


Beauté d’une vraie conversation épistolaire

"Ca argumente, ça fulmine, ça menace, ça se gourmande, ça se lance des défis, ça se traite de glaive enduit de miel..."

http://passouline.blog.lemonde.fr/2010/04/14/de-la-conversation-epistolaire/

Écrit par : patrice | mercredi, 14 avril 2010 23:40

Ecrit par : patrice | mercredi, 14 avril 2010 23:40

Oui : "ça" ...
( sans doute n'y a t il pas plus de rapport épistolaire que d'autres )

P.S. pas souline mais presque.

Écrit par : urbain | jeudi, 15 avril 2010 00:22

Le 2 novembre 2050, le cul de Cindy Minc sera bien sur la commode.

www.filoche.net/2010/03/25/fitch-ratings/

Écrit par : Le COR du Christ | jeudi, 15 avril 2010 04:53

"A la gauche "divine" stigmatisée par Jean Baudrillard dans les années 1990 qui avait habillé son renoncement en moralisme et son impuissance internationale en ingérence humanitaire, réduisant la politique à un théâtre moral [...]"

www.lemonde.fr/opinions/article/2010/04/03/les-risques-de-la-sarkocaine_1328334_3232_1.html

Écrit par : Bouffon, "sujet" inépuisable (bien qu'épuisé) | jeudi, 15 avril 2010 05:46

Ecrit par : Bouffon, "sujet" inépuisable (bien qu'épuisé) | jeudi, 15 avril 2010 05:46

Salmon connait bien ce "sujet". Il en fait une assez bonne théorie.
L'inépuisable en voie d'épuisement, c'est en effet un constat possible de la "séquence" actuelle, où zébulon semble avoir le (re)boiiing un peu entravé et les tournicoti difficiles .

Écrit par : urbain | jeudi, 15 avril 2010 10:47

coucou

Écrit par : un passant | jeudi, 15 avril 2010 13:18

Ecrit par : urbain | jeudi, 15 avril 2010 10:47

La séquence actuelle ; on en a vu d'autres, patinant, clapotant, s'entravant puis reboinggggdissant (dans le spectacle, où le journaliste s'épanouit, mélo-électif).
On en voit pas mal qui disent que c'est fini (youpi, la "gauche" va revenir), sans doute les mêmes qui affirmaient que la bouffonnerie durerait automatiquement 10 ans, les mêmes peut-être qui voient à l'horizon 2050...
Bon, ça occupe les malins.
Quoi qu'il en soit, "nous" ne voyons rien venir...


Dans l'ordre du parler-vrai, joli tour de force novlanguesque de Borloo :

www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/04/15/97001-20100415FILWWW00462-xynthiazones-noires-un-malentendu.php


(Ecrit par : un passant | jeudi, 15 avril 2010 13:18
je paie mon Lillet au Balto)

Écrit par : Ho, racle ! | jeudi, 15 avril 2010 13:58

Le genre de trucs qui laisse "songeur"...

http://blog.veronis.fr/2010/04/beta-archivage-de-lactu-avec-wikio-buzz.html

Écrit par : métabuzz | jeudi, 15 avril 2010 14:40

2009 : le chef de l'Etat vous conseille vivement de bâtir en zone inondable ; 2010 : le chef de l'Etat annonce qu'on va détruire votre maison construite en zone inondable mais que c'est un cadeau qu'il vous fait...

Écrit par : Père Ubu | jeudi, 15 avril 2010 14:42

Pas de Jean Douchet dans les buzz du jour selon les savants calculs de Véronis...

Écrit par : "Le pouvoir doit se définir par la possibilité d'en abuzzer" | jeudi, 15 avril 2010 14:59

je paie mon Lillet au Balto)
Ecrit par : Ho, racle ! | jeudi, 15 avril 2010 13:58

En retour j'offre le Marsala, grazie mille ;-)

Écrit par : Tancredi | jeudi, 15 avril 2010 15:10

Durant/Durand

http://www.acrimed.org/article3357.html

Écrit par : tgb | jeudi, 15 avril 2010 15:35

Plus fort que la communication-écran de fumée élyséenne : Eyjafjallajokull !

Écrit par : Ólafur Ragnar Guéant | jeudi, 15 avril 2010 15:35

Ecrit par : Le COR du Christ

http://play-list.20minutes-blogs.fr/archive/2010/04/15/cor-constitue.html

Écrit par : la pythie vient en mangeant | jeudi, 15 avril 2010 17:00

Ecrit par : agathe | mercredi, 14 avril 2010 22:20

"[...J'aime ce que tu écris] dans ton dernier paragraphe"
- C'est aussi pour montrer l'absence de jugeote (euh, parfois) de certains "badiousiens patentés" !-DDD

&

- Effectivement : "[...] quelquefois les bonds en avant", "ou bien les blocages" ;-D

&

"Voilà, j'espère t'avoir correctement lu ;-))"
- Assurément mieux qu'un impayable fanfaron - que je n'ose pas nommer !-DDD

-----

Ecrit par : Le COR du Christ | mercredi, 14 avril 2010 22:23

- J'aime bien le passage où il dit : "Pour ce qui est de ce qu'il va se passer dans six mois, évidemment, aucun de ces anticipateurs ne se prononce !"

-----

Ecrit par : Le COR du Christ | mercredi, 14 avril 2010 22:50

- Ce n'est plus de l'anticipation : c'est un scénario catastrophe !-]

-----

Ecrit par : patrice | mercredi, 14 avril 2010 23:40

&

Ecrit par : urbain | jeudi, 15 avril 2010 00:22

- Oui, mais pas sûr qu'avec ceux-là (les Saints et P. Inssuline), ce soit plus... "marrant" !-DDD

-----

Ecrit par : Bouffon, "sujet" inépuisable (bien qu'épuisé) | jeudi, 15 avril 2010 05:46

- Epuisant ;-]

-----

Ecrit par : un passant | jeudi, 15 avril 2010 13:18

"coucou"
- Euh, non, prenez garde ! rien n'a été établi : ce n'était qu'une rumeur !-]

-----

Ecrit par : tgb | jeudi, 15 avril 2010 15:35

Dans l'article "Recherche des moutons"...

Extrait de la réponse de "Christophe d'un des collectifs sollicités" :

"Bref, vous vous en doutez, il est hors de question que je participe à la fabrication de votre jus de merde, même contre beaucoup d’argent si vous m’en proposiez."

- Moutons... et couillons, donc !-] Les sociétés de production [de spectacle] ou comment exploiter encore les démunis :-C

Écrit par : albin - didon | jeudi, 15 avril 2010 18:46

Ecrit par : Ho, racle ! | jeudi, 15 avril 2010 13:58

Oui, bord l'eau ... le mal(e) entendu ( voire même : en tendu ) .
On pourrait dire aussi que c'est de la sophistique de comptoir .

Écrit par : urbain | jeudi, 15 avril 2010 19:35

Ecrit par : urbain | jeudi, 15 avril 2010 19:35

Selon le nouvel ami des jeunes, Daubresse, Borlooooo incarne "une vraie valeur ajoutée pour la majorité".
Voilà.

www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/04/15/97001-20100415FILWWW00760-daubresse-la-valeur-ajoutee-de-borloo.php

Tandis que Hortefeux entend bien terroriser les crapules avec ses CRS très méchants (et caillassés) :

www.20minutes.fr/article/398196/France-Tremblay-en-France-un-car-de-CRS-vise-par-des-jets-de-pierre.php

Tout cela est effectivement épuisant, alors, pour dire que quelque chose est proposé et éventuelement à voir, et pour vraiment s'é-puiser ; "Phantoms of Nabua" de Apichatpong Weerasethakul.

http://animateprojects.org/films/by_date/2009/phantoms

Écrit par : valeur à jouter | jeudi, 15 avril 2010 22:35

Ecrit par : valeur à jouter | jeudi, 15 avril 2010 22:35

Si w est la valeur d’un produit, on a :

w = c + l = c + v + s

où v est la valeur du travail nécessaire qui revient au travailleur ; s la plus-value ; l la quantité totale de valeur ajoutée à l’objet du travail pendant la production.
La valeur c, qui correspond à la consommation de capital constant pendant l’unité de temps considérée, n’est que transférée pendant le processus. Elle contient la dépréciation des moyens de production ainsi que la valeur des produits de base consommés .

à partir de là je vous laisse démontrer en appliquant ça sur un cas con-cret : celui du "malentendu" borloo , l'épuisement tendanciel du capital foutage de gueule gouvernemental .

Je relève les copies demain matin .

Écrit par : urbain | jeudi, 15 avril 2010 23:27

On se dit que Wikipédia aussi incarne une vraie valeur ajoutée pour le fil de commentaires.

Écrit par : Fausto Copie | jeudi, 15 avril 2010 23:33

Ecrit par : Fausto Copie | jeudi, 15 avril 2010 23:33

ça évite aussi de citer in extenso une centaine de pages du capital, en s'épargnant la réflexion d'une exégèse résumée.
( il est tard et j'ai pitié du lecteur , malgré tout )
et l'exercice n'en est pas moins instructif et pédagogique.

Écrit par : urbain | jeudi, 15 avril 2010 23:42

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu