Avertir le modérateur

« LE POIDS DES MOTS, LE CHOC DES BULOTS | Page d'accueil | Petit précis de bourrage de mou à l'intention des dirigeants du G 20. »

lundi, 24 août 2009

pie - wheel (big adventures)

 

 

peewee1_jpg_595x325_crop_upscale_q85.jpg

 

 

Non pas que ce soit particulièrement passionnant, mais c'est suffisamment cocasse pour être relaté. Par ailleurs, je ne vois vraiment pas bien à qui je pourrais en faire part, sans qu'on prenne un air éberlué ou qu'on me fasse la leçon... Je me répands donc ici ; en m'excusant par avance auprès des provinciaux qui pourraient se sentir exclus. 

Hum... j'en reviens à mon histoire de Vélibs (cf. épisode précédent - "égare - avoue"). Eh oui : en-côôô-re !!! Mais, comme disait l'autre : "Attends ! attends ! tu vas encorrre te marrrrrer" :-D

C'est que j'avais parqué le Vélib', rue B., sans l'avoir utilisé pendant une dizaine de jours. C'est alors qu'un beau matin, je l'ai retrouvé... les pneus crevés ! Oui-da, vous avez bien lu ! Non pas : "le pneu avant" ou "le pneu arrière" dégonflé, mais bien les deux ! Bien sûr, on pourra toujours trouver des raisons scientifiques : des causes météorologiques, des petits rongeurs, des galopins, etc. Je vous avouerais que je n'ai même pas cherché à savoir...

Mais bon, je ne m'en suis pas formalisé, et l'ai laissé attaché dans cette fameuse rue B. Ironie du sort, quelques jours plus tard, comme je traînais dans le coin, je tombe sur un autre qui se trouvait au beau milieu du trottoir ! Un autre Vélib' donc ; pas attaché ! Et personne pour le surveiller. Considérant qu'il est abandonné - puisque personne ne vient protester -, je l'enfourche ; et fais un petit tour avec.

Immédiatement, je songe à récupérer mon antivol qui ne sert plus à rien sur l'autre. Oui, mais pas question de m'afficher à côté des deux engins en même temps. Ainsi, je me range à une cinquantaine de mètres, et reviendrais le reprendre une fois la chaîne dans mon sac. Je retourne donc dans la rue B. pour détacher le Vélib' crevé, et reviens sur mes pas. La chose faite, j'effectue mon trajet pour rentrer. A destination, j'attache ce nouveau Vélib' dans la rue D. Comme je n'en ai aucun besoin pressant, je l'y laisse un bon petit moment...

Or, l'autre jour, au moment où je voulais l'utiliser, je le retrouve, certes, à sa place, mais avec la chaîne... sectionnée ! Pas entièrement, car le matériel est solide. Bien sûr, on pourra toujours me rétorquer que c'est l'usure, ou tout ce qu'on voudra... N'empêche que l'antivol était pratiquement neuf ! Et, l'incise est trop nette : la personne n'avait donc pas eu le temps de finir son ouvrage. Probablement un "jeune de banlieue", assez perturbé mentalement, puisque, même pour se dégourdir, il n'avait rien trouvé de plus malin à faire que de vouloir subtiliser un Vélib'... trouvé ?!!! Il y a vraiment des fêlés, non ? Non-non...

Mais, bon, je détache l'engin, comme si de rien était. Puis, en roulant quelques mètres, je m'aperçois à présent que le pneu arrière est quasi déglonflé ?! Mais, il en faut un peu plus pour me décourager. Je continue alors mon chemin. Le trajet terminé, je l'attache pour une éventuelle utilisation ultérieure, dans la rue V. Quelques instants après, alors que je traînais avant de rentrer à domicile, à une centaine de mètres de là, dans la rue A., je trouve à nouveau un AUTRE Vélib'... qui n'est pas attaché ! Véridique : je le jure !

Bah, vous commencez à connaître la musique... J'essaie voir s'il est en meilleur état que le précédent. Ce qui est le cas. Mais, comme les deux véhicules sont trop proches l'un de l'autre pour que je fasse la substitution, je me range non loin de là, etc., etc. En tournant dans le quartier, je trouve une rue où j'aperçois au loin un Vélib' près d'un poteau de signalisation. Je décide de mettre celui que je viens tout juste de trouver à côté. En m'approchant du poteau... bingo ! je constate que celui-ci est également disponible ! Nan mais, je rêve : il y a une distribution gratuite, ou bien ?!!!

Premier réflexe, le tester pour voir s'il n'est pas de meilleure qualité, et tout le toutim. Mais, là, manque de bol : en le faisant rouler sur deux mètres, le vélo branle du "guidon", si je puis dire. On ne peut pas gagner à tous les coups :-D Je le remets à sa place, et change de coin pour ranger celui que j'utilise, en me rendant dans la rue G. Puis, je retourne à la rue V. pour récupérer - deux points pour ceux qui suivent - pour récupérer... hein ? hein ?!!! non, tout le monde est largué ? mon antivol... endommagé, bien sûr ! Ceci fait, je décide quand même (et je n'étais pas particulièrement obligé ; nan, passequeu il y en a pour dire que je suis légèrement cynique) de mettre le Vélib'-au-pneu-arrière-dégonflé à la place de celui que je venais de trouver à une centaine de mètres, dans la rue A. Il me restait plus qu'à attacher le petit dernier... Voili-voilà.

 

pince.jpg

 

par Albin Didon.

Commentaires

Paye toi un vélo.

Écrit par : urbain | lundi, 24 août 2009 08:31

Et ma grand-mère fait du vélo.
J'attends avec impatience le volet trois de cette grande aventure trépidante.
Je demande à BOB de préparer le texte pour la bande-annonce.

Écrit par : nef des fous la bien-nommée | lundi, 24 août 2009 09:49

Chacun ses petits plaisirs...

Écrit par : Nicks | lundi, 24 août 2009 10:43

Un vespa rouge est très seyant et plus pratique !!!!!

Écrit par : Pamela de Barres | lundi, 24 août 2009 10:43

Rarement lu aussi nul ici. Je crains le pire pour l'audience et la diversité de la presse écrite.

Écrit par : Sly | lundi, 24 août 2009 11:00

Ecrit par : Pamela de Barres | lundi, 24 août 2009 10:43

En pratique c'est pas si ... pratique, et surtout (beaucoup) plus cher, à l'achat, comme à l'usage ( et accessoirement beaucoup plus dangereux).
Et il existe des vélos rouges, très seyants.

Écrit par : urbain | lundi, 24 août 2009 11:00

Ecrit par : Sly | lundi, 24 août 2009 11:00

Nul est un compliment sorti de ta bouche!! quand à la diversité politque ici; il est vrai qu'on est vite catalogué comme droitiste;-)))

Ecrit par : urbain | lundi, 24 août 2009 11:00
oui c'est dangereux,j'en conviens; mais c'est tellement élégant... je suis toujours en mode Romaine...

Écrit par : Pamela de Barres | lundi, 24 août 2009 11:18

Ecrit par : Pamela de Barres | lundi, 24 août 2009 11:18

peut être mais souviens toi qu'il faut parfois "souffrir pour être belle" ( c'est du moins ce que ma mère répétait à ma soeur, dans des circonstances que tu as du toi-même connaître).

Écrit par : urbain | lundi, 24 août 2009 11:21

Faudrait mettre en place des trotilib's plutôt que des vélibs, c'est increvable et coriace une trotinette...

Écrit par : Tong UMP | lundi, 24 août 2009 11:22

d'un billet polémico-judiciaire en passant par une rafraichissante blague balnéo-maritime suivi d'un combat dantesque de gladiateurs entre un gaullo-communiste et un volatilo-gauchiste on tombe dans les aventures vibrantes brutales et un peu répétitves d'un ethno-parigot-vélibo-bobo.

Ce blog en surprendra plus d'un par ses choix éditoriaux !

Écrit par : Coco le Perroquet | lundi, 24 août 2009 13:06

y a pas de "t" à parigo

Écrit par : ortho-solo-onano-popo | lundi, 24 août 2009 13:16

Ecrit par : Coco le Perroquet | lundi, 24 août 2009 13:06

Sur que ça change de quatremerdes et éolasse .

Écrit par : urbain | lundi, 24 août 2009 13:42

J'aime ce billet, assez révélateur de la façon de vivre la propriété collective en paiement individuel. Tentant d'utiliser la gratuité (toujours ça de pris(x)) au royaume de l'argent. L'abandon des vélos a toujours une raison d'état (sic) mais l'espoir est toujours là ;-))

Écrit par : agathe | lundi, 24 août 2009 14:30

Ecrit par : Sly | lundi, 24 août 2009 11:00

On attend plus que ton billet sur les dessous de sarah palin, pour avoir toute la mesure des possibilités de délabrement mental accessibles sur la blogosphère.

Écrit par : urbain | lundi, 24 août 2009 14:51

Ecrit par : urbain | lundi, 24 août 2009 13:42

Comment tu peux le savoir tu as toi même écrit que tu ne connaissait pas Eolas;

Écrit par : Pamela de Barres | lundi, 24 août 2009 15:18

Ecrit par : Pamela de Barres | lundi, 24 août 2009 15:18

Arf ! Les arguments d'Urbain sont souvent impénétrables, ma chère Pam ! ;-)

@Albin Didon,

L'intrigue est sacrément complexe, Albin, heureusement qu'une sombre histoire d'amour ne s'est pas greffée là dessus sinon nous étions parti pour un feuilleton digne du siècle dernier, comme on en trouvait sur "l'Illustration"...

Beau style alerte en tout cas.

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | lundi, 24 août 2009 15:30

Ecrit par : urbain | lundi, 24 août 2009 08:31

Pourquoi donc m'encombrerais-je de quelque chose que je peux avoir sous la main, avec un peu de patience ?

-----

Ecrit par : nef des fous la bien-nommée | lundi, 24 août 2009 09:49

Une suite, mais alors indépendante de ma volonté :-D

[HS / Euh, pour la pendaison de crémaillère, je suis partant !

-----

Ecrit par : Sly | lundi, 24 août 2009 11:00

"Rarement lu aussi nul ici. Je crains le pire pour l'audience et la diversité de la presse écrite."
- Un petit effort : il faut juste vous preniez le temps de relire chacun de vos comm :-DDD

-----

Ecrit par : Tong UMP | lundi, 24 août 2009 11:22

Vélib', Autolib', Trotilib' ? C'est... Gotlib' qui doit se marrer :-DDD

-----

Ecrit par : Coco le Perroquet | lundi, 24 août 2009 13:06

"un ethno-parigo[t]-vélibo-bobo"
- ?!!! Euh, "ethno" pour "ethnologue" ? "ethnique" (ta mère ?) ? De plus, le triplet ("parigo-vélibo-bobo")ressemble beaucoup à un pléonasme.

Ou alors, veuillez expliciter...

&

"Ce blog en surprendra plus d'un par ses choix éditoriaux !"
- Disons que "politique", c'est pas nécessairement les pantalonnades caca-pipi-tata-listes !

-----

Ecrit par : agathe | lundi, 24 août 2009 14:30

A coup sûr, ici, "on" aurait bien des surprises à consulter le contrat entre le prestataire de services et les municipalités...

Mais, bon, on va encore nous... "inquiéter", ahem !

Euh, merci [notamment pour avoir rétabli une "étourderie" à la 'toute fin' du billet]

-----

Ecrit par : urbain | lundi, 24 août 2009 14:51

Non mais, ça va pas, non ?!!! de le provoquer !!! Il est capable de battre des records :-D

Écrit par : albin - didon | lundi, 24 août 2009 15:35

Ecrit par : Pamela de Barres | lundi, 24 août 2009 15:18

Je ne le connais pas "personnelement" , mais j'ai déjà eu l'occasion de lire son blog (souvent cité, ici-même) ce qui m'a conduit ( il y a déjà bien longtemps) au jugement très réservé que j'en fais sur le fil de discussion du précédent billet , notamment dans les échanges avec Olivier Bonnet( relis , tu verras y-a des choses amusantes).
Pour quatremerde c'est la même chose, sauf que celui-là est vraiment très lourd et mes réserves relèvent plutôt du mépris dédaigneux.

mais, surtout et c'est là qu'on voir que beaucoup d'autres commentateurs, tu ferais mieux de lire ce que tu commentes avant d'écrire des sottises , mon commentaire était directement et strictement enr apport avec celui-ci :

Ce blog en surprendra plus d'un par ses choix éditoriaux !
Ecrit par : Coco le Perroquet | lundi, 24 août 2009 13:06

Et naturellement un minimum d'attention t'aurais instruite du sens qu'il fallait donc lui donner, que j'explicite néanmoins pour ta petite tête de linotte :

Ce blog suprend certainement plus que ceux de quatremerde ou éolasse par ses choix éditoriaux,
et ce me semble pour d'évidentes raisons qu'il n'est donc peut être pas utile que je développe ... si ?

Écrit par : urbain | lundi, 24 août 2009 15:53

erratum ( fichu clavier) :
[...]c'est là qu'on voit que comme beaucoup d'autres commentateurs, tu ferais mieux[...]

Écrit par : urbain | lundi, 24 août 2009 15:56

Pourquoi donc m'encombrerais-je de quelque chose que je peux avoir sous la main, avec un peu de patience ?

Ecrit par : albin - didon | lundi, 24 août 2009 15:35

Précisément pour les raisons exposées dans le billet.

Écrit par : urbain | lundi, 24 août 2009 15:58

Cesses ta con-descendance avec moi; et tes remontrances de vieux du muppet-show; j'ai lu et relu le fil de la discussion ici (il n'y a rien d'amusant..) et chez Eolas;

"que j'explicite néanmoins pour ta petite tête de linotte :"

on peut aller loin comme celà...tête de;))))) et grosse en plus..

Écrit par : Pamela de Barres | lundi, 24 août 2009 16:08

"que j'explicite néanmoins pour ta petite tête de linotte :"
Ecrit par : urbain | lundi, 24 août 2009 15:53

Quel goujat !

Ma pauvre Pam, je n'envie pas celle dont il a du faire le siège pendant fort longtemps pour la séduire et épouser sous la contrainte ou par des subterfuges odieux... Probablement !

Pam, j'imagine combien la promiscuité avec cet individu doit vous coûter et il faut vraiment que votre amitié pour la pauvre Madame Urbain soit solide...

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | lundi, 24 août 2009 16:23

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | lundi, 24 août 2009 16:23

LOL :-DD

Écrit par : Sly | lundi, 24 août 2009 16:30

C'est très joli, une tête de linotte. Et les linottes sont mélodieuses.
http://beaute-sauvage.fr/photo/oiseau/linotte%20melodieuse/IMG_1879_raw_r_r_bn.JPG

Écrit par : Aigle royal | lundi, 24 août 2009 16:40

Ah oui d'accord quand j'écris LOL mes commentaires passent, mais quand je dépasse les commentaires de plus d'une ligne ça ne passe plus.


Ecrit par : urbain | lundi, 24 août 2009 14:51

Sarah Palin incarne l'Amérique qu'on aime, celle des vraies valeurs (notamment la défense de la vie dès sa conception), cette Amérique qu'HuSSein Obama tente de détruire depuis son élection.

Sarah Palin a été l'une dès premières à dénoncer les tribunaux de la mort qu'HuSSein Obama veut mettre en place dans le cadre de sa réforme du système de santé. Ces tribunaux qui devront notamment décider de l'euthanasie des personnes âgées...

Elle est appréciée par les gens sains, les familles, les croyants, les gens simples mais bons, les enfants l'adorent, les femmes sont admiratives et les hommes sont éblouis par son charme sauvage. Bref tout le contraire d'HuSSein Obama qui est plébiscité par les élites cosmopolites de New-York, complètement déconnectées des problèmes du pays réel.

Tata Sarah c'est la meilleure !

Écrit par : Sly | lundi, 24 août 2009 16:42

Attention, puissant :

http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/08/21/internet-et-son-potentiel-democratique-par-franck-louvrier_1230562_3232.html







"HuSSein"

Preuve supplémentaire que Sly est un révisionniste.

Écrit par : L'ouvrier de littérature potentielle | lundi, 24 août 2009 17:10

Ecrit par : Pamela de Barres | lundi, 24 août 2009 16:08

J'en déduis qu'il n'est pas utile que je développe davantage.

Écrit par : urbain | lundi, 24 août 2009 17:14

Ecrit par : L'ouvrier de littérature potentielle | lundi, 24 août 2009 17:10

Obama veut généraliser les pratiques eugénistes et soumettre à des tribunaux de la mort la décision d'euthabasier les personnes agées. Ce n'est pas un hasard s'il bat des records d'impopularité en ce moment, les Américains commencent à comprendre qu'ils ont élu un fou dangereux fasciste.

Écrit par : Sly | lundi, 24 août 2009 17:27

Ecrit par : Sly | lundi, 24 août 2009 17:27

Il ne bat pas des records d'impopularité; double zéro est descendu beaucoup plus bas. Il veut réformer et introduire un peu plus d'équité dans le sytème américain.On mesure le niveau de conservatisme qui gangrêne la société américaine, et un manque de courage politique chez les démocrates du Sud.
Venant de toi qui fustige les archaïsmes de certains salariés français....

Écrit par : Pamela de Barres | lundi, 24 août 2009 17:52

Ecrit par : Pamela de Barres | lundi, 24 août 2009 17:52

Ok, autant pour moi. Je relayais juste ce que j'ai lu sur les forums republicains.

Écrit par : Sly | lundi, 24 août 2009 18:07

Ecrit par : Sly | lundi, 24 août 2009 17:27

Comme j'étais sur place il y a quinze jours et que j'étais même "au coeur du pays", que j'en ai causé avec des vieux avocats républicains qui ont voté contre obama, je peux te dire avec beaucoup d'assurance que tu te plantes complètement.
Obama est extrèmement populaire, dans tout le pays et même chez ses adversaires, ils sont parfaitement conscients de l'image complètement rénovée positivement qu'obama donne de leur pays et sont également très fiers de mesurer l'impression que son élection a produit dans le monde entier, et d'avoir montré qu'ils étaient capables de ça.
En revanche ils ne veulent rien changer à leur mode de vie, et sont à cet égard d'un conservatisme absolu et très largement répandu.
J'ai été frappé de constater à quel point, quarante ans après , en dépit de la crise, de préoccupations environnementales dont ils sont eux-mêmes conscients, etc. ils vivent toujours exactement de la même façon que lors de mes premiers séjours là bas, quand j'avais treize ans.
Les très fortes résistances actuelles aux US à l'encontre du projet de sécurité sociale d'obama sont aussi bien culturelles qu'ataviques et fondées sur leur idée de la "liberté individuelle", qui est dans une parfaite extériorité avec notre vision "solidaire", et complètement surdéterminée par le "surmoi réformé" de la prédestination : y'a des riches et y'a des pauvres , c'est dieu qui l'a voulu.
L'état fédéral c'est le mal, et "payer pour les autres" est vécu comme une atteinte parfaitement insupportable à leur "liberté".

Écrit par : urbain | lundi, 24 août 2009 19:38

Les très fortes résistances actuelles aux US à l'encontre du projet de sécurité sociale d'obama sont aussi bien culturelles qu'ataviques et fondées sur leur idée de la "liberté individuelle", qui est dans une parfaite extériorité avec notre vision "solidaire", et complètement surdéterminée par le "surmoi réformé" de la prédestination : y'a des riches et y'a des pauvres , c'est dieu qui l'a voulu.

Ecrit par : urbain | lundi, 24 août 2009 19:38

Possible mais à vrai dire le peuple n'a plus son mot à dire. Si le projet bloque c'est que nombre de democrates au congrès sont financés par les lobbys pharmaceutiques et les assurances privées, comme leurs collegues republicains d'ailleurs !

Écrit par : Sly | lundi, 24 août 2009 19:59

@Sly

Une image pour ta bonne réponse. C'est bien, tu es en net progrès !

Écrit par : Nicks | lundi, 24 août 2009 20:13

Ecrit par : Sly | lundi, 24 août 2009 19:59

Je ne crois pas que ce soit un élément déterminant .
à vrai dire le lobby pharmaceutique n'a pas grand chose à craindre de ce type de réforme , pas plus qu'en france (où il se porte très bien).
J'ai entendu des arguments, assez sidérants pour nous mais très plausibles là bas du genre : "les assurances privées ne pourront pas lutter contre une sécurité sociale d'état, donc la concurrence est faussée" (ce qui naturellement, de leur point de vue est terriblement mal ).

Écrit par : urbain | lundi, 24 août 2009 20:20

@Urbain

Je crois quand même que les lobbies pharmaceutiques et surtout les assureurs privés sont très actifs pour faire capoter cette réforme stalinienne.

Écrit par : Nicks | lundi, 24 août 2009 20:22

Ecrit par : Nicks | lundi, 24 août 2009 20:22

Naturellement, mais il faut vraiment avoir causé avec des américains, de la vaste "middle class" et vu les débats permanents qui agitent la société américaine, pour mesurer à quel point, en réalité les américains ne veulent rien changer à leur "mode de vie" et à ce qui pour eux le garantit.
Il y a une véritable phobie de la "mainmise de l'état fédéral et de ses fonctionnaires" et de tout ce qui d'une manière ou d'une autre pourrait la faciliter.
La société américaine n'est pas (du tout) une société solidaire, et encore moins égalitaire au sens que nous donnons à ces mots.
C'est vraiment le primat libéral de la "liberté" individuelle sur l'égalité et l'égalité elle-même n'est pas anthropologique ou sociale, sur notre modèle humaniste et rousseauiste, mais formelle et restreinte à la sphère du droit ("civique" qui plus est) sur le modèle protestant empirique anglo-saxon.
Je pense que c'est le principal obstacle que doit affronter obama. Il est de taille.

Écrit par : urbain | lundi, 24 août 2009 21:51

Ecrit par : urbain | lundi, 24 août 2009 21:51

Et bien voilà qui mériterait d'être développé dans un billet !

La philo, ça finit par lasser un peu. Ce que tu racontes de ton voyage me semble infiniment plus important pour la compréhension du peuple américain et de ses ressorts dont les Européens n'ont pas la moindre idée que la naissance hypothétique d'un marxisme relooké et corrigé par Alain Badiou !

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | mardi, 25 août 2009 00:07

Hi !

Je pluss' oye Cui-Cui , tes expériences et récits du terrain US me semblent dignes d' un gros billet ( mais j'suis désolé c 'est la crise : pour 100 000 $ t' as plus rien ) .

See / Read You Soon ?

Écrit par : Alexou | mardi, 25 août 2009 00:32

Salut Alexou, content de te voir.

Je pars me coucher. À bientôt et merci pour tes encouragements. :-))))

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | mardi, 25 août 2009 00:45

@Urbain

Oui bien entendu, mais les lobbies s'appuient sur cette latence pour développer une campagne de comm' bien ciblée sur ce sujet de la liberté individuelle, y compris de crever comme un rat...

Écrit par : Nicks | mardi, 25 août 2009 07:04

Ecrit par : Nicks | mardi, 25 août 2009 07:04

Un biais supplémentaire pour évaluer le rapport entre économique, culturel et idéologique, et le faire ...philosophiquement.

Tout ce dont nous parlons et qui serait "plus intéressant" qu'une réflexion sur la médiocrité sans médiation, prend en fait tout son sens, on ne peut véritablement donner une "forme" intelligible à tout ça, c'est à dire à proprement parler "informer" notre jugement ( le sens dans lequel les cartésiens entendaient le mot "informer" ), que si on a les schémas théoriques qui peuvent établir les liens logiques entre les faits et réflexions issus de l'observation.

Le "primat libéral de la liberté" ( comme "moteur immobile" de la médiocrité sans médiation ) est à mes yeux un point théorique essentiel. Un "axiome" du libéralisme qu'il faut bien comprendre pour, de là, comprendre sur quoi le libéralisme qui nous accable parvient pourtant a assurer sa domination "avec l'assentiment" de la "majorité" c'est à dire ... la médiocrité.
Et n'en déplaise à nos empiristes c'est essentiellement chez marx , le "jeune marx" qu'on trouve la sentence explicite de ce "fait d'expérience" et cette sentence est philosophique et théorique, elle débusque le réel "sous" les faits et leur interprétation, non en eux :

"L'homme ne fut donc pas émancipé de la religion; il reçut la liberté religieuse. Il ne fut pas émancipé de la propriété; il reçut la liberté de la propriété. Il ne fut pas émancipé de l'égoïsme de l'industrie; il reçut la liberté de l'industrie."

et Marx de conclure "la question juive" en prenant résolument le parti de l'émancipation contre celui de la liberté ainsi conçue :

"L'homme véritable, on ne le reconnaît d'abord que sous la forme de l'individu égoïste, et l'homme réel sous la forme du citoyen abstrait.
Cette abstraction de l'homme politique, Rousseau nous la dépeint excellemment : « Celui qui ose entreprendre d'instituer un peuple doit se sentir en état de changer, pour ainsi dire, la nature humaine, de transformer chaque individu, qui par lui-même est un tout parfait et solidaire en partie d'un plus grand tout, dont cet individu reçoive, en quelque sorte, sa vie et son être, de substituer une existence partielle et morale à l'existence physique et indépendante. Il faut qu'il ôte à l'homme ses forces propres pour lui en donner qui lui soient étrangères et dont il ne puisse faire usage sans le secours d'autrui. » (Contrat social, livre II.)

Toute émancipation n’est que la réduction, du monde humain, des rapports, à l'homme lui-même.

L'émancipation politique, c'est la réduction de l'homme d'une part au membre de la société bourgeoise, à l'individu égoïste et indépendant, et d'autre part au citoyen, à la personne morale.

L'émancipation humaine n'est réalisée que lorsque l'homme a reconnu et organisé ses forces propres comme forces sociales et ne sépare donc plus de lui la force sociale sous la forme de la force politique."

Et voilà le problème d'Obama ... pas simple .

Écrit par : urbain | mardi, 25 août 2009 08:45

Ecrit par : urbain | lundi, 24 août 2009 19:38

Réponse extrêment intéressante et qui mérite plusieurs billets. Compte tenu du fait que tu connais bien le pays et que tu apprécies la culture américaine et le "vieux sud", ton témoignage pour toi est bien sur à des années lumières des aneries débitées par le figaro et relayées par Patouchou

Écrit par : Pamela de Barres | mardi, 25 août 2009 10:21

Ecrit par : Pamela de Barres | mardi, 25 août 2009 10:21

Il me semble que l'essentiel est non pas "dans les détails" mais dans les commentaires qui précèdent celui-ci.

Écrit par : urbain | mardi, 25 août 2009 10:30

alors ca y est....ici on parle des usa, c'est bien plus pratique de regarder les problemes des autres, ici on est des cons !

Écrit par : glb | mardi, 25 août 2009 12:10

Ecrit par : Sly | lundi, 24 août 2009 16:42

Bravo Urbain :-CC

Écrit par : Slymane | mardi, 25 août 2009 12:42

garde à vue (big adventures)

http://www.lepost.fr/article/2009/08/25/1668683_soutien-a-beigbeider-dans-son-combat-contre-la-garde-a-vue-cette-torture_0_2543105.html?&annonce=1&id_reaction=2543105#reaction_2543105

Écrit par : Garde - à vous | mardi, 25 août 2009 14:00

l'article bon sang, pas les réactions

http://www.lepost.fr/article/2009/08/25/1668683_soutien-a-beigbeider-dans-son-combat-contre-la-garde-a-vue-cette-torture.html

Écrit par : Garde - à vous | mardi, 25 août 2009 14:05

Ecrit par : Garde - à vous | mardi, 25 août 2009 14:05

Malheureusement ils ne l'ont pas gardé bien longtemps ...

Écrit par : urbain | mardi, 25 août 2009 14:34

Un peu gnangnan tout ça, non ?

http://blog.monolecte.fr/post/2009/08/22/Autopsie-du-sentiment-amoureux

Écrit par : Brüno | mardi, 25 août 2009 14:35

Sur les Ricains ?

http://www.humanite.fr/Guerre-et-torture-rapportent-aux-USA

-----

Ecrit par : urbain | lundi, 24 août 2009 15:58

"Précisément pour les raisons exposées dans le billet."
- Hum ! je vois que vous persistez...

Donc, si j'étais très chatouilleux, je dirais (et, attention, je suis scan-da-li-sé) que je pourrais engager dès à présent une procédure pour "insinuation calomnieuse" :-D

Mais, pour cela, il eusse fallu que je sois quelque chose comme un "inénarrable" mystificateur juridique... "dans un coma professionnel avancé" :-DDD

Oh, ça va, euh ! Y a pas "injure publique", là !!!

Écrit par : albin - didon | mardi, 25 août 2009 14:50

Ecrit par : Brüno | mardi, 25 août 2009 14:35

Oui gnan. Très gnan.

Écrit par : Brönu | mardi, 25 août 2009 15:22

Ecrit par : albin - didon | lundi, 24 août 2009 15:35

Ravie d'accueillir le Monsieur Hulot de la blogosphère;-)))
J'espère que vous viendrez en vélib.

Écrit par : nef des fous | mardi, 25 août 2009 16:00

Ecrit par : Brüno | mardi, 25 août 2009 14:35

C'est L'extension du domaine de la Lutte adaptée pour la presse féminine;-))))

Ce n'est pas désagréable, j'ai eu la sensation que l'on me massait le cuir chevelu dans le sens du poil, une ambiance salon de coiffure. Cela ne lave même pas la tête juste les cheveux.

Écrit par : nef des fous | mardi, 25 août 2009 16:07

Ecrit par : nef des fous | mardi, 25 août 2009 16:07
Ecrit par : Brönu | mardi, 25 août 2009 15:22

Défense de caricaturer Monolecte, c'est ma chouchoute ! ;-)

Non seulement, elle écrit vachement bien, mais en plus, elle a vis à vis de l'institution du Web, une indépendance très proche de la nôtre !

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | mardi, 25 août 2009 16:37

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | mardi, 25 août 2009 16:37

Ce texte est quand même très gnan.
(Je risque un procès pour diffamation ?)

Écrit par : Brönu | mardi, 25 août 2009 16:39

Pôle Emploi (big adventures)

http://www.libeorleans.fr/libe/2009/08/à-orléans-du-pôle-emploi-au-centre-de-rétention.html

Écrit par : les dernières nouvelles du monde sarko-transcendental-pétainiste | mardi, 25 août 2009 17:00

elle a vis à vis de l'institution du Web, une indépendance très proche de la nôtre !

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | mardi, 25 août 2009 16:37

Quest ce que c'est que ça "l'institution du web" ?
et de quel type d'indépendance pourrait se revendiquer ce "nous" ( encore un pluriel de majesté)?

Écrit par : urbain | mardi, 25 août 2009 17:04

Ecrit par : Brönu | mardi, 25 août 2009 16:39

(Je risque un procès pour diffamation ?)

Mais non !

J'ai aimé son texte... Dans la petite cervelle de chaque petit oiseau sommeille un bas-bleu et un sentimental... C'est bien connu.

Parce qu'Internet est un monde impitoyable, j'aime parfois la fraîcheur.

Je pense écrire une bluette prochainement ! Na ! D'ailleurs pourquoi, ici, personne ne rédige de textes romantiques, hein ?

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | mardi, 25 août 2009 17:18

Je pense écrire une bluette prochainement ! Na !
Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | mardi, 25 août 2009 17:18

Bigre...

Écrit par : Barbara Cartland | mardi, 25 août 2009 17:24

Ecrit par : urbain | mardi, 25 août 2009 17:04

Toi, mon ami, tu me casses les couilles !

Tu es sans cesse dans l'agressivité, dans la recherche de l'affrontement.

Si tu as des manques affectifs qui justifient ton attitude de jalousie, de hargne et d'aigreur, vas donc voir un psy !

Infernal de voir un type toujours en train de ronchonner et de s'en prendre à moi !

Éprouverais tu des pulsions homosexuelles à mon endroit pour te préoccuper à ce point de ma petite personne, Urbain ?

Hélas pour toi, je ne pourrais les assouvir...

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | mardi, 25 août 2009 17:28

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | mardi, 25 août 2009 17:28

Chacun appréciera ton sens de la juste répartie et la grande dignité avec laquelle tu affrontes la contradiction, et répond avec précision et un souci très constant d'exactitude aux objections qui te sont présentées.
Mais peut-être est-ce encore de la dérision ...
qui une fois encore m'aurait échappé ?

Écrit par : urbain | mardi, 25 août 2009 17:38

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | mardi, 25 août 2009 17:28

mon avis est que c'est toi cui cui qui nourris à l'égard d'urbain des sentiments qui se bousculent un peu
remarque.. c'est sympa.. mais il est vrai que tu sembles très investi.. et pas sûr qu'urbain soit très partant
:-)))

en fait.. je passais pour vous signaler le comm' de capeldaze sur la Plage
"Un jeune homme de 28 ans a écopé d'une contravention de 22 euros pour avoir fumé une cigarette au volant, lit-on aujourd'hui dans les colonnes du Parisien.
De même glisser subrepticement un doigt dans un orifice prévu ou non à cet effet, sera désormais passible de la même sanction.
Un numéro vert spécifique permettant de dénoncer les contrevenants sera crée à cet effet."

soyez prudents

Écrit par : le meuble toujours bien sage dans son coin | mardi, 25 août 2009 17:59

et répond avec précision et un souci très constant d'exactitude aux objections qui te sont présentées
Ecrit par : urbain | mardi, 25 août 2009 17:38

Lâche moi la grappe Urbain ! Tu me saoûles !

Tu connais mes conceptions du Web, du blog, de notre collectif et tout et tout. Nous sommes en dehors des classements et autres regroupements du Web.

Nous vivons comme des ours dans une caverne, à l'écart du monde social du Web. Point.

Il ne faut guère s'étonner de ne pas être aimé, apprécié, ou aidé !

Le pire, c'est ta conception à laquelle je ne souscris absolument pas, qui prime et pourtant, je m'y conforme parce qu'il semble que beaucoup, ici, veulent choisir ce mode d'existence.

Le jour où j'en aurais marre et lorsque je ne supporterais plus ton outrecuidance et ton agressivité permanente, je quitterais cette caverne pour en créer une plus ouverte au monde.

C'est tout.

Ainsi, tu pourras faire du Village des NRV, si toutefois Agathe et Nef sont d'accord, le blog confidentiel et hermétique dont tu rêves.

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | mardi, 25 août 2009 18:05

vive les ours, créateurs du monde !

Écrit par : un Toungouse | mardi, 25 août 2009 18:23

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | mardi, 25 août 2009 18:05

Je ne sais pas si c'est "ma conception" (??) qui "prime" (??) mais dans cette hypothèse, encore faudrait-il que cette conception ait un quelconque rapport avec ton commentaire sur le blog dont tu vantes les mérites (ce qui n'est aucunement le cas) ou alors ça voudrait dire que l'auteure et le blog en référence s'apparenteraient à la "caverne confidentielle et hermétique" que tu présentes comme "ma conception", ce qui ne semble pas être l'objet de ton commentaire.

Ce qui semble en revanche se préciser c'est que tu sembles (enfin) admettre , bien malgré toi, que la finalité chimérique de "l'audience" ( selon ton propre terme et dans le sens que tu lui donnes) ne préoccupe guère que toi, ici.

Écrit par : urbain | mardi, 25 août 2009 18:36

Ecrit par : urbain | mardi, 25 août 2009 18:36

L'audience a l'air de te travailler beaucoup plus que moi !

Il n'est que d'observer, entre Nicks et toi, à quelle fréquence vous remettez ce mot à l'ouvrage !

Pour vous faire la nique, regardez le chiffre en bas à gauche après le fil de l'actualité : c'est le nombre de connectés à la fois sur le site. Impressionnant, n'est ce pas ?

Bravo Albin Didon !

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | mardi, 25 août 2009 18:44

Ecrit par : le meuble toujours bien sage dans son coin | mardi, 25 août 2009 17:59

Je n'ai jamais fumé et je ne roule plus en voiture depuis 15 ans ...
Cela dit sache qu'il y a quelques années , à Lagos ( Nigeria) alors que j'étais passager d'un véhicule piloté par un fumeur de pipe, j'ai assisté à son interpellation par la maréchaussée locale, au motif que fumer la pipe en conduisant était "a very big offence", passible naturellement d'une lourde amende ...
Cette anecdote prend tout son relief quand on sait qu'à l'époque ( et peut être encore de nos jours) Lagos était une des agglomérations les plus dangereuses au monde, il était courant d'enjamber des corps dans la rue, les navires marchands dans la rade étaient couramment attaqués par des pirates, et d'une manière générale la ville était le lieu d'une délinquance généralisée et ultra-violente.
Je te laisse tirer toi-même les enseignements actuels de cette "belle histoire de l'oncle urbain".

Écrit par : urbain | mardi, 25 août 2009 18:49

Tiens, vous vouliez qu'on parle audience ?

Hier 1300 visites.

Bravo Albin !

Depuis le début du mois d'août 15.000 visites et il reste une semaine, 46.000 pages vues !

Bravo !

Le billet d'Urbain sur la médiocrité = 500 visiteurs !

Bravo !

Un billet intello qui attire autant de curieux, c'est beau non ?

Doigt d'honneur aux aigris. ;-DDDD

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | mardi, 25 août 2009 18:52

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | mardi, 25 août 2009 18:44

Une fois encore tu dénotes et affiches le contraire de ce que tu affirmes, dans une amusante posture contradictoire.

Tu ignores également qu'albin didon a une nombreuse famille et que chacun(e) exploite de nombreux accès et pseudonymes.
Il ne recourt cependant à ces "grands moyens" que lorsqu'il sent que tu es "au bord de la crise de nerf".

Pour autant , en toute hypothèse ( si par extraordinaire albin démentait mes révélations ), ce serait bien la démonstration de l'inanité de ton commentaire , et la preuve de la justesse de la position que tu dénonces.

Écrit par : urbain | mardi, 25 août 2009 18:57

Ecrit par : urbain | mardi, 25 août 2009 18:57

Puisque l'audience t'obnubile, j'ai parlé audience, Urbain !

Un premier bouquin d'un philosphe inconnu édité est vendu à combien d'exemplaires, Urbain ?

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | mardi, 25 août 2009 19:05

"Le billet d'Urbain sur la médiocrité = 500 visiteurs !

Bravo !"

500 visiteurs sur une seule journée alors qu'il est resté 2 jours.

le lundi + le mardi = 870 lecteurs...

Il existe beaucoup de masochistes sur le Web...

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | mardi, 25 août 2009 19:13

calme toi cuicui, tu ressasses et tu es de plus en plus ridicule.
Tu viens de nous expliquer que "l'audience" nous préoccupe plus que toi (relis toi, c'est un peu plus haut) , on dirait bien que c'est une situation qui a été très éphémère ...

Écrit par : urbain | mardi, 25 août 2009 19:44

@Cui2

Tu deviens vraiment ridicule sur ce sujet. Je n'en rajoute pas...

En revanche, j'ai trouvé le billet de monolecte très rafraîchissant et là je suis d'accord avec toi. On ne peut pas à la fois pester contre notre société du tout marchand et se conduire en amour comme un consommateur décomplexé, uniquement pulsionnel et féru de compétition. Un peu de cohérence...

Écrit par : Nicks | mardi, 25 août 2009 20:43

Mwarf

http://leblogdedenisolivennes.blogs.nouvelobs.com/archive/2009/08/21/marx-sans-isme.html

Écrit par : Olivennisme | mardi, 25 août 2009 22:05

Ecrit par : Nicks | mardi, 25 août 2009 20:43

Conspuer les sextoys, l'épilation, et autres pratiques au nom d'un anti-consumérisme conscient est un contresens inquiétant. Dès lors qu'il y aurait éloignement d'avec la nature, construction de rapports, de nouveaux liens, nous tomberions alors dans la plus affreuse pratique de consommation débridée (et inversement ; le poil, c'est révolutionnaire)...
Construire des liens, des pratiques, en dehors du spectaculaire marchand, voilà de quoi sortir de ce manichéisme gnangnan.

Écrit par : Brüno | mardi, 25 août 2009 22:26

Immense respect pour les papadopoulettes, vive la Grèce !

Écrit par : Sly | mardi, 25 août 2009 22:52

@Urbain

Je n'ai pas du lire le même article...En quoi la sublimation est-elle un rapprochement de la nature ? C'est tout le contraire...

De plus le problème n'est pas de conspuer quelque pratique que ce soit mais souligner leur caractère normatif situé dans un espace de compétition et de consommation. Ce texte n'a pas de vocation philosophique, c'est une opinion, que je partage en bonne partie, parce que comme Badiou, je pense que le romantisme amoureux est plus propice aux démonstrations esthétiques et c'est ce qui me touche le plus. C'est ce que je veux retenir de l'amour même si ce n'est pas le réel, du moins pas sur la durée...

Je ne vois franchement pas où est le contresens quand je déplore des relations "amoureuses" quasi décérébralisées dans un contexte socio-économique dont on sait qu'il apprécie les cerveaux disponibles.

Écrit par : Nicks | mercredi, 26 août 2009 00:14

120E la bouteille de champ' en boite, vive le 1/3 monde lol !

Écrit par : Sly | mercredi, 26 août 2009 00:17

Tribunal de Perpignan (big adventures)

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/08/25/01011-20090825FILWWW00531-elle-jette-un-string-sur-un-juge.php

Écrit par : Madonna | mercredi, 26 août 2009 00:20

Ecrit par : Madonna | mercredi, 26 août 2009 00:20

AAAchement culottée celle là !

Écrit par : patrice | mercredi, 26 août 2009 00:30

500 visiteurs sur une seule journée alors qu'il est resté 2 jours, le secret de la médiocrité d'Urbain

Ecrit par : cui cui

Si on ôte(..au s^o^ts, ça va de soi...) les 289 fois où je suis revenu pour essayer de le comprendre, ce billet, et si je suppose que quelques autres ont fait comme
moi...finalement...

(finalement, ça fait, finalement, ben non, pas le compte dis donc )

Écrit par : patrice | mercredi, 26 août 2009 00:37

Ecrit par : Brüno | mardi, 25 août 2009 22:26

Surtout que l'épilation, entre sly qui m'assimile à Urbain ou cuicui à un ours des cavernes, c'est une nécessité pour moi et non un luxe;-)))

Écrit par : nef | mercredi, 26 août 2009 16:37

Ecrit par : Nicks | mardi, 25 août 2009 20:43

Fraîcheur, raffraichissant, je dirais plutôt réchauffé.

Écrit par : nef | mercredi, 26 août 2009 16:38

@Nef

Ce n'est sans doute pas nouveau certes, mais en tout cas j'aime à croire que certains ont encore une idée de ce qu'est un sentiment et je répète qu'il s'agit d'une question de relative cohérence (rien à voir avec l'épilation d'ailleurs, l'esthétique est partie prenante du sentiment).

Je te soupçonne d'une réaction bassement féministe complètement déplacée comme la plupart du temps sur ce genre de sujet (Agathe s'en rend "coupable" également quelquefois). Ce n'est quand même parce qu'on essaie de poétiser un peu l'amour qu'on rêve de remettre la femme à sa juste place de ménagère, avec mariage, ceinture de chasteté et Birkenau à l'horizon...

Écrit par : Nicks | mercredi, 26 août 2009 19:25

Ecrit par : Nicks | mercredi, 26 août 2009 19:25

Comment expliquer alors que je partage assez les réserves de nef ... une réaction bassement féministe ?
Pousserai-je mon goût des femmes jusqu'au militantisme ?

Écrit par : urbain | mercredi, 26 août 2009 21:48

Ecrit par : patrice | mercredi, 26 août 2009 00:37

Il faut le lire 300 fois pour commencer à comprendre sans préparation préalable , mais je propose des sessions de rattrapage pour petits groupes motivés.
frère odm va surement s'inscrire.

Écrit par : urbain | mercredi, 26 août 2009 21:55

BHV ouvert le 15 août (big adventures)

http://www.humanite.fr/2009-08-18_Politique_Le-BHV-oblige-ses-salaries-a-travailler-le-15-aout

Écrit par : travailler plus pour gagner moins | mercredi, 26 août 2009 22:15

avec dans les rôles principaux cui cui et urbain .. LE (T)CHAT
http://www.dailymotion.com/video/x8bhld_le-chat-1971-gabin-signoret-simenon_shortfilms

(excuse moi cui cui j'ai un train de retard.. demain je lis ton billet)

Écrit par : le meuble du coin | mercredi, 26 août 2009 22:45

Ecrit par : travailler plus pour gagner moins | mercredi, 26 août 2009 22:15

En tout cas il existe désormais des formations "ad hoc" :

/www.key-concept-management.com/email/Mailconflitsite.html

Écrit par : urbain | mercredi, 26 août 2009 22:53

Et aussi...

Tiny Acts Of Rebellion

http://www.mr-bingo.org.uk/index.php?/latest/tiny-acts-of-rebellion/

Écrit par : Chick with dick | mercredi, 26 août 2009 23:00

les employés de banque délateurs (big adventures)

http://www.rue89.com/2009/08/26/un-client-sans-papiers-denonce-par-sa-banque

Écrit par : de,l'argent contre des dénonciations | mercredi, 26 août 2009 23:00

Ecrit par : le meuble du coin | mercredi, 26 août 2009 22:45

cuicui c'est simone signoret ?

Écrit par : urbain | mercredi, 26 août 2009 23:11

@Urbain

Il y a des militants hommes chez les féministes non ? En ce qui me concerne, je rejette tous les communautarismes...

Cela dit tes réserves peuvent venir de ton marxisme échevelé.

J'avoue que j'ai un peu de mal à cerner vos réserves d'ailleurs, si elles ne correspondent pas à mes supputations...

Écrit par : Nicks | mercredi, 26 août 2009 23:33

Ecrit par : Nicks | mercredi, 26 août 2009 23:33

ben, je t'ai dit plus haut , sur l'autre fil :
c'est pas trop sur le ton, gentil et sympathique mais , sur le fond, comme souvent dans ce genre d'exercice de style sur "l'amour, le sexe ,la vie et nous" , c'est surtout l'occasion de compiler une fraction des innombrables clichés accumulés sur le sujet.

aimable bluette déjà lue cent fois .

Écrit par : urbain | mercredi, 26 août 2009 23:45

Oui enfin, je n'ai pas crié au chef-d'oeuvre non plus mais il me semble que la question du sexe consumériste, du sexe néolibéral en quelque sorte, se pose dans notre société (cela dit il est peu de rapports sociaux aussi cruels et inégalitaires que l'amour, sentiment et désir réunis)

Pour un discours intéressant et sans doute moins cliché, (quoique) mais aussi moins ressenti (c'est bien là dessus que je basais mon avis et pas sur une pertinence totale sur le fond), il y a l'intervention de Badiou dont j'ai cité un cours extrait hier :

http://www.festival-avignon.com/editions/fr/2008/theatre-des-idees/bdd/idee_id/888

Écrit par : Nicks | jeudi, 27 août 2009 00:10

Ecrit par : Nicks | jeudi, 27 août 2009 00:10

En gros on peut tomber d'accord sur tout ça.
Le souci qu'a badiou d'intégrer "l'amour" à son système , en quelque sorte pour y "incarner" les vérités universelles qu'il y affirme, du point de vue du "rapport social" le plus im-médiat (et au niveau "atomique" de l'inter-subjectivité), est sans doute une des caractéristiques "humanistes" les plus sympathiques de sa pensée.
Pour autant ça n'est certainement pas chez lui que j'irai chercher l'image ou le rappel de "l'émotion ineffable" qui idéalement (dans un monde parfait) devrait être , plus encore que le bon sens "la chose du monde la mieux partagée".
Concernant les effets délétères sur le rapport amoureux de la contingence économique générale et de l'idéologie de jouissance hédoniste ( l'amour "consumériste") qui lui est associée, il me semble qu'on peut tout simplement et très spontanément les voir comme un des aspects du processus général d'aliénation, et de désagrégation des rapports sociaux. Cet aspect du processus d'emprise "globale" du spectacle "sur nos vies" est d'ailleurs longuement évoqué par Debord ( dans ses films-essais en particulier ) et il y associe à juste titre la dégradation de l'amour filial, autre forme im-médiate de vérité du rapport social intersubjectif "fondamental".
C'est sans doute une manière très "marxiste" de présenter les choses ...
et, évidemment , ça n'est pas avec ça qu'on va rêver ... s'éprendre, se laisser prendre, subir volontairement en sujet consentant les "sublimes souffrances" de la passion amoureuse, dont tous ceux et celles qui les ont éprouvées savent le caractère unique , ineffable et incommunicable ( au delà du rapport vécu à l'autre) autrement que par les voies de l'art.

Écrit par : urbain | jeudi, 27 août 2009 08:48

Je frappe à la porte de la pierre
”C’est moi, laisse-moi entrer.
je viens te voir, te visiter
sentir ton souffle”

“Va-t-en, dit la pierre
Je suis fermée à clé.
Même brisée en morceaux
nous resterons toujours fermés,
même réduite en sable
nous ne laisserons entrer personne.”

Je frappe à la porte de la pierre.
”C’est moi, laisse-moi entrer.
Je viens par simple curiosité
et la vie est l’unique occasion.
Je voudrais seulement me promener dans ton palais
avant d’aller visiter la feuille et la goutte d’eau.
Je n’ai pas beaucoup de temps
car je n’ai qu’une vie.

- Je suis faite de pierre, dit la pierre.
Je dois rester sérieuse. Va-t-en,
tu vois bien que je n’ai pas les muscles du rire.

Je frappe à la porte de la pierre
- C’est moi, laisse-moi entrer.
On dit qu’il y a chez toi des grandes salles vides
majestueuses et sans bruit de pas
que personne n’a jamais vu.
Avoue que tu ne les connais pas toi-même.

-De grandes salles vides c’est vrai
mais il n’y a pas de place, dit la pierre.
Belles, peut-être
mais pas d’une beauté perceptible à tes sens.
Tu peux me savoir, mais jamais me connaître.
Tu me vois en apparence mais pas dans mon essence

Je frappe à la porte de la pierre
- C’est moi, laisse-moi entrer.
Je te promets de ne pas m’éterniser pas chez toi
ni prendre refuge
Je ne suis pas malheureuse et j’ai un domicile.
Et puis le monde vaut la peine qu’on y retourne.
J’entrerai chez toi et ressortirai les mains vides
sans toucher à rien.
Comme preuve de ma visite
j’écrirai seulement quelques mots
et d’ailleurs personne ne me croira.

- Tu n’entreras pas, dit la pierre.
Tu n’as pas le sens du partage
et aucun autre sens ne peut le remplacer
pas même la clairvoyance de l’au-delà.
Tu n’entreras pas,
tu ne connais pas le partage
tu n’en a qu’une image lointaine.

Je frappe à la porte de la pierre
- C’est moi, laisse-moi entrer.
Je ne peux pas attendre deux mille siècles
pour venir chez toi.

- Si tu ne me crois pas, dit la pierre
demande à la feuille, elle te dira la même chose,
et la goutte d’eau te dira comme la feuille.
Tu peux même demander à un cheveu de ta tête, si tu veux.
Tu me fais rire, tiens. D’un immense éclat de rire
comme si j’avais appris à rire.

Je frappe à la porte de la pierre
- C’est moi, laisse-moi entrer.
..
- Je n’ai pas de porte, dit la pierre.
(Wislawa Szymborska.. conversation avec la pierre)

-----------------------------

"dont tous ceux et celles qui les ont éprouvées savent le caractère unique , ineffable et incommunicable ( au delà du rapport vécu à l'autre) autrement que par les voies de l'art." (urbain-8h48)

"Je n’ai pas de porte", disait la pierre??
ben.. peut-être que si!

Écrit par : le meuble du coin | jeudi, 27 août 2009 09:39

Ecrit par : le meuble du coin | jeudi, 27 août 2009 09:39

Je pense que nous sommes nombreux à pouvoir produire poèmes et citations, images, chansons ... pour soutenir nos tentatives de communiquer cet incommunicable. C'est précisément la confirmation explicite de ma conclusion : ... incommunicable autrement que par les voies de l'art.

Si nous ne sommes pas tous artistes, nous sommes tous réceptifs à celui de quelques uns parmi les quelques uns qui le sont.

Écrit par : urbain | jeudi, 27 août 2009 09:50

Ecrit par : Nicks | mercredi, 26 août 2009 19:25

Parce que Marc Levy, Jean Dujardin, Musso c'est de la poésie ?

Le mode de la déploration lorsqu'il ne s'accompagne pas de sublime, cela donne la comédie romantique.

« Je sentis mon corps et transir et brûler ». Racine

« Tes hanches sont amoureuses, de ton dos et tes seins, et tu ravis les coussins ». Baudelaire

Écrit par : nef des fous | jeudi, 27 août 2009 09:52

Ecrit par : urbain | jeudi, 27 août 2009 09:50

+1000

Écrit par : nef | jeudi, 27 août 2009 09:55

@nef

C'est quoi le sublime, tu le définis comment ? Tes extraits sont d'ailleurs assez parlants, non pas par leurs auteurs mais par les mots que tu as choisis.

Pourquoi alors ne pas citer Verlaine :

De la douceur, de la douceur, de la douceur !
Calme un peu ces transports fébriles, ma charmante.
Même au fort du déduit parfois, vois-tu, l'amante
Doit avoir l'abandon paisible de la soeur.

Sois langoureuse, fais ta caresse endormante,
Bien égaux tes soupirs et ton regard berceur.
Va, l'étreinte jalouse et le spasme obsesseur
Ne valent pas un long baiser, même qui mente !

Mais dans ton cher coeur d'or, me dis-tu, mon enfant,
La fauve passion va sonnant l'olifant !...
Laisse-la trompetter à son aise, la gueuse !

Mets ton front sur mon front et ta main dans ma main,
Et fais-moi des serments que tu rompras demain,
Et pleurons jusqu'au jour, ô petite fougueuse !

C'est moins sublime ça non ? Du Marc Levy like en quelque sorte sans doute...

Ce qui me gêne dans ta réaction, c'est cette espèce de justification de ta maturité (par opposition avec la préadolescence de la blogueuse concernée) dans ce qui est sublimé a postériori (et non pas dans l'instant) mais qui relève de la seule pulsion. Tu es "bêtement" adulte en quelque sorte. Il y a je crois d'autres manière de l'assumer...

Écrit par : Nicks | jeudi, 27 août 2009 11:34

cuicui.. le syndrome serval...

Écrit par : glb | jeudi, 27 août 2009 11:46

C'est quoi le sublime, tu le définis comment ?

Ecrit par : Nicks | jeudi, 27 août 2009 11:34

Certains s'y sont essayés :
http://fr.wikisource.org/wiki/Cours_de_philosophie_-_Le%C3%A7on_XXXII._Le_sublime_et_le_joli%3B_L%27art

Écrit par : urbain | jeudi, 27 août 2009 12:05

aimable bluette déjà lue cent fois .
Ecrit par : urbain | mercredi, 26 août 2009 23:45

Evidemment ! si ce n'est pas écrit par toi, ce ne peut être un chef-d'oeuvre... :-}
Le sentiment amoureux est inexplicable, ce qui, visiblement est en contradiction avec ta pensée bien (trop parfois) rationnelle.

@Cui²:
Tu deviens fatigant, à force..

@Nicks :
Bisous ;-)
(pô très féminin le chapeau ;-)

Écrit par : Sarah | jeudi, 27 août 2009 12:11

Le sentiment amoureux est inexplicable, ce qui, visiblement est en contradiction avec ta pensée bien (trop parfois) rationnelle.

Ecrit par : Sarah | jeudi, 27 août 2009 12:11

Contradiction ? bien au contraire , il me semble n'avoir rien dit d'autre, (juste un peu plus haut : jeudi, 27 août 2009 09:50 ) en complément de mon jugement sur le texte de la blogueuse et pour répondre aux objections du meuble.

Ce ne sont pas les rationalistes cartésiens dans mon genre qui récuseront le dualisme ... cartésien ( raison -passion, pensée-imagination, etc.), je dirai même que toute la "philosophie de la vie" du rationaliste se fonde sur cette distinction qui exclue naturellement toute possibilité d'expression du sentiment et du rapport amoureux par les "voies de la raison";
en réalité ce sont nos "(post)modernes" qui prétendent corriger cette "erreur de Descartes" ( de fait "leur" sottise ) et nous donner des leçons de "science cognitive", là où les "classiques" (cartésiens) ont d'emblée ( et bien volontiers) rendu les armes à l'art et à la poésie .

Écrit par : urbain | jeudi, 27 août 2009 12:33

Ecrit par : Nicks | jeudi, 27 août 2009 11:34

Je n'ai fait aucun commentaire sur la blogueuse, ni sur une quelconque maturité ou préadolescence de qui que ce soit, je ne parle que de littérature (en ce qui concerne ce texte je n'emploierais pas les grands mots écriture suffira).

Je n'ai fait qu'un commentaire de forme, même si sur le fond, il y a sûrement beaucoup à dire.

Vers dorés

L'art ne veut point de pleurs et ne transige pas,
Voilà ma poétique en deux mots : elle est faite
De beaucoup de mépris pour l'homme et de combats
Contre l'amour criard et contre l'ennui bête.

Je sais qu'il faut souffrir pour monter à ce faîte
Et que la côte est rude à regarder d'en bas.
Je le sais, et je sais aussi que maint poète
A trop étroits les reins ou les poumons trop gras.

...
Verlaine

Et comme je ne pense pas le monde en pipi caca papa, tu es prié de ne pas pratiquer sur moi ta psychanalyse de comptoir.

Quand au texte de Verlaine, ce n'est surement pas celui que je préfère, peut-être que la pureté des sentiments résiste aux injonctions naïve;-)))

L'amour et le crâne

L'amour est assis sur le crâne
De l'Humanité
et sur ce trône le profane,
Au rire effronté,

Souffle gaiement des bulles rondes
Qui montent dans l'air,
Comme pour rejoindre les mondes
Au fond de l'éther.

Le globe lumineux et frêle
Prend un grand essor,
Crève et crache son âme grêle
Comme un songe d'or.

J'entends le crâne à chaque bulle
Prier et gémir :
- "Ce jeu féroce et ridicule,
Quand doit-il finir ?

Car ce que ta bouche cruelle
Eparpille en l'air,

Monstre assassin, c'est ma cervelle,
Mon sang et ma chair !"

Charles Baudelaire

Et il faut avouer qu'à la mièvrerie des sentiments, il m'arrive de préférer que l'on me compte une fable moins morale pourvu qu'elle soit belle

Bon conseil aux amants

L'amour fut de tout temps un bien rude Ananké.
Si l'on ne veut pas être à la porte flanqué,
Dès qu'on aime une belle, on s'observe, on se scrute ;
On met le naturel de côté ; bête brute,
On se fait ange ; on est le nain Micromégas ;
Surtout on ne fait point chez elle de dégâts ;
On se tait, on attend, jamais on ne s'ennuie,
On trouve bon le givre et la bise et la pluie,
On n'a ni faim, ni soif, on est de droit transi ;
Un coup de dent de trop vous perd. Oyez ceci :

Un brave ogre des bois, natif de Moscovie,
Etait fort amoureux d'une fée, et l'envie
Qu'il avait d'épouser cette dame s'accrut
Au point de rendre fou ce pauvre coeur tout brut :
L'ogre, un beau jour d'hiver, peigne sa peau velue,
Se présente au palais de la fée, et salue,
Et s'annonce à l'huissier comme prince Ogrousky.
La fée avait un fils, on ne sait pas de qui.
Elle était ce jour-là sortie, et quant au mioche,
Bel enfant blond nourri de crème et de brioche,
Don fait par quelque Ulysse à cette Calypso,
Il était sous la porte et jouait au cerceau.
On laissa l'ogre et lui tout seuls dans l'antichambre.
Comment passer le temps quand il neige en décembre.
Et quand on n'a personne avec qui dire un mot ?
L'ogre se mit alors à croquer le marmot.
C'est très simple. Pourtant c'est aller un peu vite,
Même lorsqu'on est ogre et qu'on est moscovite,
Que de gober ainsi les mioches du prochain.
Le bâillement d'un ogre est frère de la faim.
Quand la dame rentra, plus d'enfant. On s'informe.
La fée avise l'ogre avec sa bouche énorme.
As-tu vu, cria-t-elle, un bel enfant que j'ai ?
Le bon ogre naïf lui dit : Je l'ai mangé.

Or, c'était maladroit. Vous qui cherchez à plaire,
Jugez ce que devint l'ogre devant la mère
Furieuse qu'il eût soupé de son dauphin.
Que l'exemple vous serve ; aimez, mais soyez fin ;
Adorez votre belle, et soyez plein d'astuce ;
N'allez pas lui manger, comme cet ogre russe,
Son enfant, ou marcher sur la patte à son chien.

Victor Hugo

Écrit par : nef des fous | jeudi, 27 août 2009 12:35

Ecrit par : nef des fous | jeudi, 27 août 2009 12:35

Victor assurément un expert et ... un poète.
Il me semblerait ridicule et injuste de juger monolecte à cette aune là, car de toute évidence ses prétentions sont tout autres.
Et quant à moi je n'ai pas plus que nef évoqué les qualificatifs imputés par nicks, simplement j'ai jugé qu'il n'y avait rien de bien "nouveau et intéressant" dans ce qu'elle écrit , qu'elle a simplement mis sous une forme plus ou moins personnelle des idées assez généralement admises, sur des constats "sociétaux" déjà assez répétés.

pour en revenir à victor, ( que j'adore) il a bien raison et je retiens bien son conseil :

"On se tait, on attend, jamais on ne s'ennuie,
On trouve bon le givre et la bise et la pluie,
On n'a ni faim, ni soif, on est de droit transi ;"

Écrit par : urbain | jeudi, 27 août 2009 13:05

me conte pardon

Écrit par : nef des fous | jeudi, 27 août 2009 13:27

Ecrit par : urbain | jeudi, 27 août 2009 13:05

Il est vrai que pour parler de celle qui "mitraille modérément" dans les rues de la ville point besoin d'invoquer Victor et Verlaine;-)))

Bon j'arrête car c'est la chouchoute de cuicui et je ne voudrais pas qu'il me vole dans les plumes.

Écrit par : nef des fous | jeudi, 27 août 2009 13:39

@Nef

C'est bien ce que je disais :) Confirmation...

Je n'ai quant à moi pas commenté la forme du texte mais ce que le fond pouvait aborder, je le reconnais assez simplement et sans originalité. Je n'y ai vu aucune prétention artistique pour ma part...

En l'occurrence, je n'ai pas décelé une quelconque réponse sur les questions que j'ai soulevées de ta part et il me semble savoir pourquoi.

Le fond du problème était de savoir en quoi la marchandisation du monde flattait le côté pulsionnel-hédoniste au détriment du sentiment. Or l'amour en tant que rapport social construit n'est pas que désir et fièvre. Il ne s'agit bien évidemment pas de négativiser cet aspect bien loin de là, mais de souligner que, porté par un contexte socio-économique qui est le nôtre, il peut phagocyter le sentiment amoureux et n'ayons pas peur de la mièvrerie la plus dégoulinante, toute idée de tendresse ou de mutualisme.

Pour finir, tes références me touchent moins en effet mais chacun ses goûts. Verlaine à le droit de se contredire comme tout le monde...Mon objet était de montrer que l'expression artistique autour de l'amour est diverse et sans hiérarchie tonale. Il y a comme pour le reste des créateurs habiles et d'autres moins...Et puis tout est question de représentation du monde...

@Sarah

Coucou ! :)Tu es très affectueuse aujourd'hui ;o)

Le panama peut-être très féminin si, question de regard et de personne, probablement.

Écrit par : Nicks | jeudi, 27 août 2009 13:48

C'est quoi le sublime, tu le définis comment ?
Ecrit par : Nicks | jeudi, 27 août 2009 11:34

Certains s'y sont essayés :
http://www.dailymotion.com/relevance/search/erotique/video/x7ar0c_le-dsirable-et-le-sublime-jos-benaz_shortfilms

Écrit par : Si josé | jeudi, 27 août 2009 14:00

Ecrit par : Nicks | jeudi, 27 août 2009 13:48

Puisque tu sembles apprécié une jolie marchandisation qui finit en beaux sentiments.

http://routingbyrumor.files.wordpress.com/2008/03/pretty_woman.jpg

Le monde selon Pretty Woman, j'en pleurerais;-)))

Écrit par : nef des fous | jeudi, 27 août 2009 14:05

Pour revenir au billet, il y a une dizaine d'années à Amsterdam la situation était presque comparable, il y avait tellement de vélos partout qu'il n'était pas rare d'en trouver un au coin d'une rue, après avoir constaté la disparition du sien (je ne sais si c'est encore le cas aujourd'hui), ou alors j'ai rêvé

Écrit par : y'a des marins qui chantent | jeudi, 27 août 2009 14:05

Ecrit par : y'a des marins qui chantent | jeudi, 27 août 2009 14:05

C'est marrant car cela m'est arrivé à l'ile d'Yeu où j'ai trouvé par miracle un vélo hollandais.

Écrit par : le hollandais volant | jeudi, 27 août 2009 14:08

C'est quoi le sublime, tu le définis comment ?
Ecrit par : Nicks | jeudi, 27 août 2009 11:34

Certains s'y sont essayés :
http://www.chilton.com/paq/archive/PAQ-04-293.html

Écrit par : Marguerite | jeudi, 27 août 2009 14:10

OSS 117 (big adventures)

http://www.liberation.fr/monde/0101587215-on-m-a-tire-dessus-j-ai-couru

Écrit par : Jean Dujardin | jeudi, 27 août 2009 14:15

@nef

Ca n'a strictement rien à voir avec ce que je dis. Tu es prise en flagrant délit de mauvaise foi ! :oB Ah les femmes...

Écrit par : Nicks | jeudi, 27 août 2009 15:02

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu