Avertir le modérateur

vendredi, 31 juillet 2009

Témoignage d’un pakistanais en vacances près de la frontière afghane.

Ceci n’est pas du journalisme. Juste une conversation à bâton rompu avec un pote pakistanais qui revient de chez lui. Un simple témoignage. Je ne vois pas pourquoi Ali me raconterait des histoires…

 

Peshawar.jpg

Ali, n’est pas Pachtoun, il habite pourtant à côté de Peshawar. Il se méfie terriblement car en ce moment : l’anarchie règne dans cette région. Chaque citoyen pakistanais qui vient d’Europe est menacé d’enlèvement.  La raison : des demandes de rançons à la famille de l’otage. (de 3000 € à 15.000 €) selon la fortune estimée. La police est complètement dépassées par l'anarchie qui règne dans la région et l'armée a d'autres chats à fouetter. Là bas, la crise économique est à son apogée. Les produits invendus du voisin chinois et à priori destinés aux occidentaux inondent le marché pakistanais, notamment le textile, mettant en faillite des milliers d’artisans. La criminalité suit une courbe parallèle à celle du chômage.

Pour Ali, la vie en France est un paradis, même s’il travaille dur sur les marchés. Sa famille est à l’abri mais il n’ignore pas qu’il est source de convoitise et de jalousie au sein de la collectivité amicale et familiale de son pays d’origine. Souvent, les kidnappeurs sont des voisins car les rançons demandées sont calculées au plus juste des possibilités financières des familles…

Une branche de sa famille  est de nationalité afghane car la frontière est extrêmement poreuse vu que les populations, notamment les Pachtouns sont de la même origine ethnique.

FD1.JPGEn ce moment en Afghanistan, selon de nombreux témoignages, les Américains procèdent à la politique de la terre brûlée, bombardant à tout crin les villages supposés héberger des « talibans ». La cote des troupes de l’Otan au sein des populations afghanes et pakistanaises a terriblement baissé depuis quelques mois suite à ce surcroît offensif.

Obama qui bénéficiait d’un réel préjugé favorable est désormais disqualifié aux yeux de la population de cette région. Trop de civils subissent les contre-coups des violents bombardements et des offensives terrestres. Porter une barbe devient suspect.  Les troupes américaines exercent "leurs droits" de poursuite jusqu'à l'intérieur du Pakistan. Pour Ali, l’embourbement est quasiment certain, d’autant que les autorités pakistanaises ne sont ni claires ni très déterminées.

Les armes n’ont jamais autant circulé. Qui les fournit ?  Avec quel argent ? La frontière pakistano-afghane est devenue un lieu trouble, où on ne sait plus qui est qui. Le Pakistan ne tient plus que par la puissance de son armée et le jeu trouble de dirigeants politiques équivoques.

J’ai évoqué le poids du pouvoir de la religion musulmane que les journalistes occidentaux décrivent comme très lourd. Ali est musulman pratiquant sunnite modéré. Sa perception des gens que l’on nomme « talibans » en occident est totalement différente de celle que diffuse notre Presse c'est à dire des fous d’Allah fanatisés. Pour lui, les talibans sont certes croyants mais font surtout partie de  centaines de clans guerriers dirigés par des chefs. La guerre est inscrite depuis toujours dans la mentalité afghane, c’est presque devenu un jeu, d'autant que des étrangers occupent leur pays.

Certains talibans ne sont que des bandits de grands chemins. Les journalistes occidentaux, presque tous "embedded" et ignorant la langue et les usages ont du mal à discerner les différences entre les combattants. Mettre tous les talibans dans le même sac religieux est à la fois commode pour les états majors et simplificateur pour justifier médiatiquement la guerre d'Afghanistan.

afgangirl.jpegEnfin notre ami, qui est un homme très fin d’une cinquantaine d’année, analyse la situation dans son pays d’une drôle de manière. Pour lui, cette région du monde, sa patrie, est à cause de sa position stratégique essentielle, l’enjeu de puissance sombres et troubles qui manipulent sans vergogne les  citoyens de ces pays si pauvres.

Selon lui, les sommes dépensées pour la guerre dans cette région sont considérables et son peuple est manœuvré comme une marionnette par des tyrans retors issus de pays très riches mais peu puissants mais aussi par de grandes nations qui se font la guerre par pauvres gens interposés ,  tous les commanditaires étant dotés d’une puissance financière abyssale.

L'Arabie Saoudite, l'Iran, les USA, L'Europe comme supplétif des Américains, la Russie, la Grande Bretagne et la Chine se disputant l'hégémonie d'une partie stratégique du sous-continent indien notamment en approvisionnement pétrolier...

Amis du Village, j'espère ne pas vous avoir trop ennuyé mais j'aime tellement écouter les autres et partager...

Loin de nous, la prétention de détenir la vérité sur des situations si complexes. Tout au plus, Ali a t-il ajouté un modeste élément supplémentaire à l'édifice afin d'essayer de comprendre un tant soit peu les tenants et aboutissants d'un conflit qui, fatalement, finira mal.

À après.

 

Cui cui l'oiseau interlope.

mercredi, 29 juillet 2009

Les faire ailleurs

 

francis_bacon_gallery_5.jpg

Le Robin des riches du XI ème siècle s'appelle « Le repreneur ».

Un minimum de risques, le but est avant tout de récupérer l'encours clients voire le portefeuille et surtout de rentabiliser le moindre matériel etc....(entre autres). Le Robin des riches s'apparente plutôt à une hyène, l'essentiel est de réussir le décorticage méticuleux, ne rien laisser perdre. Un des initiateurs brillants de ce futur filon, Bernard Tapie a plutôt réussi à jouir de l'image de l'urgentiste pour entreprises en difficultés. Quelques années plus tard, les doux rêveurs comprenaient que la philanthropie apparente avait surtout peaufiné la personnalité des années 80 en « une » des magazines. Le patron « héros » allait devenir le modèle à suivre. Du success story en passant par le story-telling. Du cousu main pour une histoire dont peu suivront la fin.

L'avènement de notre futur champion présidentiel hâlé, sportif et bourré de bonnes intentions se profilait à l'horizon. L'argent se montrait, le mérite se méritait...

Le repreneur, donc, c'est le cas dans l'affaire du dépôt de bilan « Lacroix », utilise toujours les mêmes procédés. Une société passe-plat, le business virtuel se contente de récolter quelques beaux fruits. Je passe sur nombre de magouilles habituelles auxquelles ce new biz a recours, fausses factures avec des sociétés partenaires pour le versement des commissions et ce quelle que soit la taille de l'entreprise, entre autres pratiques établies.

Le pouvoir n'est jamais loin de ces nouveaux héros, l'un des candidats à la reprise de Lacroix se vante même d'avoir été approché par le grand prêtre de la relance :

«  En bon communicant, M. Petiet agite son carnet d'adresses et ses appuis politiques. Il se dit très proche de Jean-Pierre Raffarin, qui a dirigé Bernard Krief Communications. Celui-ci est même venu célébrer les 50 ans de BKC lorsqu'il était premier ministre. M. Petiet se prévaut aussi d'avoir regardé le dossier Lacroix sur les conseils de Patrick Devedjian, le ministre de la relance. A l'Élysée, en revanche, on assure qu'il n'y a pas ses entrées ».

Heuliez serait temporairement sauvé par les investisseurs partenaires de BKC (le vent en poupe, un pur hasard) sous les acclamations de la classe politique, les mêmes clameurs avaient accompagné le rachat d'Arcelor par Mittal avec les « bons » résultats connus aujourd'hui pour les salariés.

Il faut en revenir à l'image véhiculée, le sauveur d'emplois arracherait presque la larme à l'œil.

Hélas, la plupart des rachats n'ont quasiment jamais rétabli de situation et c'est même devenu un moyen très lucratif de se débarrasser d'un concurrent ou de dépiauter une carcasse en accordant un sursis très relatif à quelques salariés.

 

Des ferrailleurs.

 

 

pennsylvanie_acierie.jpg

Agathe

 

 

lundi, 27 juillet 2009

Les NRV ont testé pour vous : le malaise vagal de Nicolas Sarkozy, "Secret Story", l'élection de Miss Arabie Saoudite, Julien Dray, le Tour de France.

Voici une de nos premières maquettes pour des parutions plus régulières prévues à la rentrée. Il s'agit d'une parodie de l'excellent magazine, "60 millions de consommateurs"


 

Capt-2145291.jpg

 

 

"60 millions de blogueurs",

le magazine des NRV

a testé pour vous :

 

 

- 1   Le malaise cardio vasculaire de Nicolas Sarkozy

Je me ferais toujours un point d'honneur à éviter d'attaquer les personnages en état de faiblesse temporaire, soit consécutivement  à une maladie ou un accident, soit  à la suite d'un lynchage médiatique (voir plus bas, le paragraphe Julien Dray). Et ce, même si je les considère comme des dangers pour la collectivité. Quant à mon titre un peu plus haut, il corrige de lui même les troubles vagaux supposés en un malaise un peu plus préoccupant.

 

- 2   L'émission "Secret story" sur TF1.

TF1 : l'ex-gourou et maître à penser, l'inénarrable Patrick Le Lay remplacé depuis par l'ineffable Nonce Paolini, déclarait dans le passé que le rôle de sa chaîne consistait à préparer pour ses annonceurs publicitaires dont Coca Cola à l'époque, je cite, "du temps de cerveau disponible".

L'ennui avec ce programme, c'est que le temps disponible existe mais autant chez les acteurs, que parmi la presse qui relaie et  surtout les téléspectateurs, on cherche, en vain, les cerveaux !

Selon le Parisien du dimanche 26 juillet 2009, cette débilité attire 4,151 millions de téléspectateurs dont 51,6 % de 15-34 ans et 63,3 de 15-24 ans.. Le chien "Saucisse" a été introduit pour faire monter l'audience et on risque, grâce à "Saucisse " d'atteindre des pics de 4,6-5 millions. Quel misère !

Les vaillants beaufs de "la France de demain où ensemble, tout sera possible" sont en route. Plus besoin de leur greffer un casque à boulons sur le crâne, désormais ils naissent avec. Les manœuvriers politiques ont de beaux jours devant eux : le sens critique , le refus de la manipulation médiatique et la conscience politique sont devenus des notions complètements ringardes et obsolètes...

 

- 3   L'élection de Miss Arabie Saoudite.

Sur le quotidien "Libération" du 25 juillet 2009, page 9, on apprend que Miss Arabie Saoudite, Mlle Aya Ali al-Mulla, 18 ans, a été élu reine  de beauté de son beau pays où la tradition féministe a fait ses preuves sans quitter son jihab  devant les membres du jury. La Madame Fontenay orientale , l'organisatrice du concours, a déclaré que : "les gagnantes représentent les mœurs hautement islamiques." Nous plussoyons largement : seule compte la beauté intérieure ! Seul bémol, tout dépend laquelle ?

Notre équipe de reporters est parvenue à saisir, en exclusivité mondiale, un cliché lors d'une finale mettant en lice, les Miss candidates des quatre principaux pays ultra musulmans : Afghanistan, Pakistan, Arabie Saoudite et Iran.

Pervers, vous êtes instamment priés de vous abstenir de reproduire cette photo...

 

desert1.jpg

 

- 4   L'affaire Julien Dray.

journal3.jpg

Soit Julien Dray est abominable de cynisme, soit il est dramatiquement innocent. Or chacun sait qu'il n'a pas encore été jugé.  Je m'abstiendrai donc de toute opinion envers cet homme, laissant aux hyènes le soin de participer à la curée. Jamais je ne participerai à un hallali médiatique de cette envergure. Ici on ne chasse que le gibier dangereux et non blessé. Et si le PS est une de nos cibles c'est pour qu'on puisse l'élaguer afin qu'il se régénère et produise de nouvelles pousses.

 

 

- 5   Le Tour de France.

 

Au palmarès de notre essai :


seringue.jpg

 

1ère place : la seringue.

 

 

 

poche sang.jpg

 

2ème place : la poche de sang auto-transfusée.

 

 

 

 

 

pilules.jpg

 

3ème place : les pilules et comprimés.

 

 

 

Holtz.jpg

 

4ème place : Gérard Holtz qui évite les sujets qui fâchent.

 

 

 

Prochains tests gratuits sur vos écrans : Slate.fr et sa triste bande de conformistes colombanisés,  des sites, des émissions de radio et de télévision, des politiques, des experts économiques qui se trompent sans cesse, des pseudos philosophes, des stars médiatiques surfaites, des journalistes embedded , des fausses gloires du Net.

 

By Cui cui l'oiseau morbide et méchant qui adore les sujets qui fâchent.


vendredi, 24 juillet 2009

Du rire aux larmes et des larmes de rire...

Figurez vous que dimanche dernier en feuilletant le quotidien "Le Parisien" du 6/7/2008* que m'avait vendu fort obligeamment le vendeur à la criée, je suis tombé (des nues) sur cet article dont je ne résiste pas au plaisir de vous présenter le titre ci-dessous dans la rubrique "l'économie", page 9 (oui oui)...

Inutile de biaiser, mes amis, le voilà le journalisme "embedded" le plus impertinent que nous attendions tous depuis des lustres !

Âmes sensibles, s'abstenir : on va vous montrer du lourd de chez "Lourd limited corporation" !

Certains479465954.jpg ont désormais atteint des limites qu'il sera difficile de dépasser ! Après les "micros trottoirs" voici les "stylos trottoirs".

Et on y apprend, en vrac que Rebecca, retraitée de 75 ans a pris son stylo, furieuse de lire sur un article qu'une jeune femme qui gagnait 2000 € n'arrivait pas à s'en sortir ! Que ne ferait elle pas cette brave grand-mère pour voler au secours de son petit sapeur Nicolas, attaqué de toutes parts ? Quand on aime on ne compte pas, sacrebleu !

Elle nous raconte avec superbe, qu'elle récupère les arêtes des sardines pour en faire un bouillon (Miam miam et sic !), qu'elle se mitonne d'excellentes compotes avec des fruits jetés dans les bennes, qu'elle boit comme apéritif du vin de pissenlit (Pouah !) qu'elle va planter des oignons germés dans un pot sur son balcon parce que l'appartement que Rebecca loue 141 € charges comprises avec l'APL (re-sic !) possède un balcon !

Elle raconte qu'elle achète son beurre moins cher à la coupe (ce qui est faux, NDLA) qu'elle déguste des fleurs de courgettes (qui sont hors de prix, NDLA), que ses meubles sont ramassés dans la rue lors de récupérations et qu'elle s'habille au Secours Catholique ; d'ailleurs elle a même trouvé un petit blouson en vison bordé de cuir !

1395960449.JPGPas de lave vaisselle car les orties dégraissent parfaitement et le savon de Marseille suffira pour la toilette. Autrement, ni  téléphone ni voiture, fort évidemment , elle écoute la radio toute la journée, notamment Radio Luxembourg (RTL), avec ce bon Monsieur Aphatie qui défend si bien l'équilibre financier de la France en prêchant l'austérité pour les gens modestes trop gourmands en allocations et subsides et qui vivent bien au dessus de leurs moyens, ainsi que les "auditeurs ont la parole" de Jérôme Godefroy, émission ou sont fustigés tous les profiteurs de notre beau pays, chômeurs, allocataires, sans papiers, grévistes, syndicats ² ( ² attention ici en vert, c'est moi qui en ai rajouté une louche pour déconner ! Quoique j'entende ce discours dix fois par jours...). Rebecca mène une vie simple qui n'a rien de triste ni de misérable déclare sans rire le journaliste.

D'ailleurs elle trouve que, je cite :"les riches ont beaucoup plus de soucis qu'elle".

La mort dans l'âme, je dois me résoudre à admettre qu'elle a raison ! J'ai beaucoup plus de problèmes qu'elle mais c'est normal : je touche à peine le double de ses revenus et je déteste les sardines...

Et bien voilà mes petites feignasses ! Sur ce blog, vous, qui êtes toujours en train de gémir, de protester, de pleurer ! Qu'attendez vous donc pour vous concocter une bonne soupe d'arêtes de sardines, bande de paresseux ! Rebecca représente un modèle pour nous tous, bon sang !

Xavier Bertrand devrait l'inviter à déjeuner avec au menu un homard, la chair pour lui et la carapace pour elle, pour profiter des conseils et de l'exemplarité d'une Française hors du commun, car imaginez ! Avec le SMIG porté à 600 €, Mesdames et Messieurs, je vous le dis solennellement, Saint Aphatie priez pour nous, la dette serait enfin résorbée et la France définitivement tirée d'affaires !

1119787029.jpgPlutôt que de décorer Ingrid Betancourt, qui n'a fait que subir (courageusement, certes) de tristes évènements indépendants de sa volonté, de la Légion d'Honneur, que ne l'offre t-on pas à Rebecca qui a probablement voté des deux mains pour le Président qui avait promis d'augmenter les petites retraites ?

Apparemment elle est satisfaite et ma foi, elle le vaut bien !

Rappelons que 600.000 personnes retraitées (80 % de femmes) touchent environ 600 € par mois. La nourriture qui représente 14 % dans un ménage médian, représente 50 % chez les plus de 65 ans touchant ces revenus.

Sans commentaire et vive la France !

Cui cui oiseau jaloux et de mauvaise influence.

 

* Réedition d'un billet de juillet 2008, choix totalement arbitraire et sincère, désolée, je n'ai pas pu terminer mon billet pour cause de surcharge pondérale de paperasserie.

Agathe

mercredi, 22 juillet 2009

Sgt. Papy's Lonely Hearts Club Band

1341301201.jpg

Le 16 juillet 2008 *, la commission européenne votait un amendement initié par Charlie McGreevy, commissaire chargé du marché intérieur et des services, et validant deux initiatives dans le domaine du droit d'auteur. Ainsi, la première prévoit-elle de « porter de 50 à 95 ans la durée de protection des exécutions enregistrées et de l’enregistrement proprement dit. La proposition bénéficierait ainsi tant à l’artiste interprète ou exécutant qu’au producteur. Elle traduit également l’importance que l'Europe accorde à leur contribution créative ». La seconde disposition vise à abolir les monopoles nationaux des organismes de collecte des droits d'auteurs (telle la SACEM, en France) ; c'est donc la mise en concurrence de ces organismes nationaux. « Cette décision aura un effet positif sur la diversité culturelle », indique Neelie Kroes, commissaire à la Concurrence. Elle permettra « d'offrir aux auditeurs un choix plus vaste et aux auteurs des revenus potentiellement plus importants ».

On pourra trouver le « press release » ici .

Charlie explicite une des visions à l'origine de son texte :  « Compte tenu de l’espérance de vie dans l’UE, 75 ans pour les hommes et 81 ans pour les femmes, il n’est pas rare que ces personnes deviennent octogénaires, voire nonagénaires, alors qu’elles ne perçoivent plus aucun revenu de leurs enregistrements ». Voilà donc un amendement qui, sans conteste, saura adoucir les vieux jours de nos grands artistes européens (abandoooooonné-é-és ou non).

Pourtant, un paragraphe, moins immédiatement spectaculaire et médiatisé que le passage de 50 à 95 ans de la durée de protection, vaut son pesant de royalties et vient, si besoins étaient encore, balayer la poussive justification de Charlie :

« En outre, dans le cas des compositions musicales auxquelles ont contribué plusieurs auteurs, la Commission propose une méthode de calcul uniforme de la durée de protection. [...] La règle proposée prévoit que la durée de protection d’une composition musicale expire 70 ans après la mort du dernier auteur vivant, qu'il s'agisse de l'auteur des paroles ou du compositeur de la musique. »

De plus, Charlie, non content de s'attaquer à la paupérisation des créateurs en fin de cycle biologique, se fait fort de pourfendre l'oubli des petites mains, la spoliation des méticuleux artisans et autres indépendants...

Charlie :

«Je n’ai pas en tête des artistes de renom tels Cliff Richard ou Aznavour. Je pense aux milliers de musiciens de studios qui jouent sur les enregistrements des années 50 et 60, qui ne percevront plus aucune redevance liée à leur contribution, alors qu’il s’agit souvent là de leur seule retraite.»

Aucune histoire de lobbying, aucune volonté d'accentuer les phénomènes de rente et de monopole dans tout cela, n'est-ce pas, mais juste une défense acharnée des petits métiers (qui génèrent encore aujourd'hui des profits gigantesques, c'est connu)...

Propagande connue et usée, ici et là...

Caressée dans le sens du profit prorogé, l'industrie du disque glousse de plaisir.

Et c'est également la question du domaine public qui se pose ; ce lieu où les choses, extirpées de l'univers marchand (ou exploitées par d'autres, dans le jeu de la fameuse concurrence et de la diversité), circulent librement, sont assemblées, transformées, retrouvées, tordues, réinjectées dans le geste de création etc.

Dans « L'Œuvre d'art à l'époque de sa reproductibilité technique », Walter Benjamin questionne le rôle, le statut de l'oeuvre d'art au moment même de l'essor des techniques de reproduction de masse (photographie, imprimerie, copie ; et aujourd'hui traitement numérique, échange de fichiers etc.). Il voit dans la reproductibilité technique de l'oeuvre la perte de son aura et étudie les changements subséquents dans la perception de l'oeuvre par le « public ». Toutefois, Benjamin ne regrette pas la disparition de l'aura et y décèle, au contraire, la véritable création dans le sens où elle s'émancipe de valeurs extérieures telle que la religion ou l'Etat (« l'aura de l'oeuvre à l'époque classique n'est pas autre chose que l'intrusion d'un pouvoir exogène décidé à pénétrer le champ de l'art pour mieux assujettir le monde. » Bruno Tackels). Avec l'oeuvre d'art reproduite et distribuée, c'est l'ensemble du « public » qui a accès à l'art, qui en modifie le sens, qui est transfiguré par l'oeuvre. Selon Benjamin, l'art ainsi débarrassé de l'aura permet  de se libérer de l’aliénation de masse devant les images. Et c'est à ce moment-là que, véritablement, « l'aura peut apparaître et devenir visible pour l'œil moderne » selon  Bruno Tackels.

Evidemment, ce processus fut également interrogé du point de vue du risque (et de la réalité) de voir l'oeuvre d'art devenir marchandise, qu'elle se fétichise dans son appropriation par la masse...

« La culture, qui d'après son propre sens non seulement obéissait aux hommes, mais toujours aussi protestait contre la condition sclérosée dans laquelle ils vivent — et par là les honorait — cette culture, par son assimilation totale aux hommes, se trouve intégrée à cette condition sclérosée; ainsi elle avilit les hommes encore une fois. Les productions de l'esprit dans le style de l'industrie culturelle ne sont plus aussi des marchandises, mais le sont intégralement. » Theodor Adorno.

http://www.le-terrier.net/adorno/industrie.htm

C'est pourquoi le domaine public et sa dimension politique peuvent venir court-circuiter ce phénomène de marchandisation.

Et ce domaine public s'exprime notamment sur Internet ; qui revient encore comme cible privilégiée du gentil espace marchand.

Que pourra-t-il advenir du travail de sites souvent vitaux tels que :

http://www.ubu.com/

http://www.archive.org/index.php

http://www.europafilmtreasures.fr/

Il faut y aller, y musarder, y rester... Et y exercer son regard critique. Encore...

Et laisser les productions de nos grands artistes sur les étals, entre l'oseille transgénique et les poulets aux hormones.

 

Le Britannique Henry Allingham peut enfin souffler (poussivement). Son enregistrement artisanal de « Peter, Peter, Pumpkin Eater » datant de 1918 et exécuté en yodlant sur un grand-bi pourra encore lui rapporter gros. Peinard jusqu'en 2013.

Henry Allingham est l'homme le plus âgé d'Europe.

 

 

 f

* Réedition d'une note publiée l'été dernier suite au décès d'Henry Allingham le 18 juillet 2009 (et en plus, il était génial ce billet).

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu