Avertir le modérateur

« Borgne to be wild | Page d'accueil | Avant la fin de l’histoire , suite(s) »

mercredi, 03 juin 2009

Pirates, émigrants ou victimes ?

Il y a peu, je suis tombé sur un reportage concernant les pirates somaliens pourchassés par toutes les marines du monde. Ces flibustiers attaquent des navires civils, tankers, porte-containers ; et même des plaisanciers pour prendre en otage les équipages et demander une rançon. J’ai effectué des recherches et je suis tombé sur ce remarquable article (une traduction) expliquant les raisons supposées de cette nouvelle forme de piraterie désespérée.
AFP_081030somalie-pirates_8.jpeg
Et je me suis souvenu.

Il y a longtemps ; assez pour prendre du recul, pas suffisamment pour oublier.

En garnison à Djibouti comme 2ème classe, à 25 kms de la Somalie au camp Letellier, sans cesse en prison militaire pour indiscipline caractérisée, ma tâche consistait à vider les poubelles du régiment et à convoyer un camion benne jusqu’à la décharge située à l’extérieur de la ville. Nous pataugions jusqu’aux chevilles dans des résidus poisseux et décomposés dont vous imaginez l’odeur sous les températures et l’humidité de l’air les plus extrêmes. Un des climats les plus épouvantables du monde.

Mais, amis, le pire est à venir…

Lorsque nous arrivions à la décharge, les odeurs pestilentielles et une puanteur immonde vous prenaient à la gorge, des nuées de gosses dépenaillés, faméliques , les jambes maigres, les genoux proéminents grimpaient sur le camion en riant avec des régiments de mouches agglutinées sur la peau toujours en sueur, il fallait boire plus de cinq litres d'eau saumâtre par jour pour survivre...Les gamins commençaient à trier les déchets car leurs seuls ressources alimentaires provenaient de nos restes putréfiés.

Ils étaient joyeux… Toujours de bonne humeur, rieurs, plaisantins et chaleureux. Si bien que nous oubliions systématiquement le pathétique de la situation et de rigoler et de déconner avec ces enfants. L’un ,Idriss, un gamin de 12-13 ans avec qui j’avais sympathisé à force de le croiser, se mettait à genou dans les excréments, triant avec méticulosité pour trouver quelques reliefs comestibles. Les mouches se collaient toujours par amas sur les commissures de ses lèvres et de ses yeux ainsi que sur quelques estafilades purulentes. Des centaines de gens vivaient ici dans des conditions infernales au cœur de cette décharge dans des circonstances qu'on n'imagine pas dans nos contrée. Quoique...

Un jour, je ne vis pas Idriss, je lui avais amené quelques  boîtes de sardines que j’avais chapardées au mess des officiers. Je ne sus jamais s’il était parti chez lui en Somalie ou s’il était mort, emporté par la tuberculose qui faisait des ravages à cette époque.

Amis, je n’ai pas décrit cette situation pour excuser les exactions des pirates somaliens et omettre la douleur des familles des otages auquel je compatis, mais il est certain que devant la misère qu’on côtoie dans cette région du monde , et si par extraordinaire, vous vous trouviez devant ce choix barbare de crever de faim ou de vous livrer à des violences pour survivre, vous, votre famille et même votre communauté, ou de tenter votre chance dans un pays occidental, quitte à être traité comme un chien ou expulsé, je ne sais quelle voie vous choisiriez.

Moi je le sais.

 

nilgunyalcin_childvulture.jpeg

 

Villageois(es), peut être vous parlerais-je un jour des rencontres qu'on peut faire dans ce désert volcanique inhumain, où les pierres et le soleil semblent vibrer de concert, endroit mythique et effrayant proche d'un des berceaux de l'humanité (Lucy, une de nos ancêtres est issue d'une région située à quelques centaine de kilomètres), mais en attendant,  je vous place en lien l’UNICEF qui fait un travail formidable sur le terrain et qui mérite notre confiance. Notre générosité me paraît aller de soi dans un monde ou les valeurs du fric, du profit et de la cupidité, véhiculées par des politiques et des médias pitoyables et indignes  n’en finissent pas de nous ronger la moelle.

Salut à tous, oubliez moi, pensez à Idriss qui hante mes cauchemars et à tous les êtres humains qui, scandaleusement, crèvent encore de faim à notre époque sous les regards indifférents ou intéressés  de  spéculateurs, financiers, dirigeants d'entreprises multinationales, sportifs millionnaires, vedettes de cinéma, stars du show bizz ou oligarques sordides, pressés d'acquérir une image gratifiante et estimable à bon compte auprès des foules subjuguées par leur pseudo bonté. Surtout lorsque l'ultime but de leur sinistre et médiocre existence, consiste à rechercher les meilleurs paradis fiscaux pour éviter de partager et de s'y réfugier comme dans une  confortable coquille d'égoïsme.

Ah ! Comme l'avidité sans fin de ces individus dans la course au luxe et à la futilité, louée et vantée par des médias et des politiques dévoués et sans scrupules, devant un public demandeur et connement admiratif, nous semble si dérisoire !

Comment, ceux qui possèdent tant, pourraient ils croiser le regard de leurs semblables qui n'ont même plus la force de hurler leur misère, faute d'être nés dans une région dénuée de tout ?

Arf ! Je ne sais plus que dire...

Votez bien et à après !

La 2ème photo, particulièrement poignante, est de Kevin Carter et date de 1994.

Cui cui l’oiseau, anonyme et humble mouche du coche.

Commentaires

Tu dis vrai cuicui, et je pèse mes mots.
Et tu fais bien de rappeler que rien ne vient sans cause.
L'atroce et injuste misère subie tant et plus par les gamins du "berceau de l'humanité", est l'aune à laquelle mesurer le "nouvel ordre du monde".

Écrit par : urbain | mercredi, 03 juin 2009 09:09

L'ultra-gauche encore et toujours prend la défense des délinquants et autres terroristes (surtout s'ils sont étrangers...)..................

Ce texte est scandaleux.

Écrit par : Sly | mercredi, 03 juin 2009 10:21

Quand même, le problème c'est que l'Afrique n'est pas suffisamment rentré dans l'Histoire. Hélas les africains sont bien trop orgueilleux pour reconnaitre leurs erreurs, c'est triste...

Écrit par : Sly | mercredi, 03 juin 2009 10:25

trés beau témoignage cui cui et pour ce qui est du piratage je crois que ce "nouveau métier" ne va faire que prospérer, y compris même dans nos contrées

Écrit par : tgb | mercredi, 03 juin 2009 10:27

Triste et très joli billet.

Le Président Français a préféré nier l'Histoire de l'Afrique et cela s'entend car les pays occidentaux ont plus que leur part de responsabilité au maintien de ce désastre qui rapporte toujours. Étrangement, aucune puissance ne veut "imposer" la démocratie dans ces régions.

Écrit par : agathe | mercredi, 03 juin 2009 10:42

@agathe | mercredi, 03 juin 2009 10:42
Il n'y à pas (plus ?) de pétrole dans ces régions ? Bah, les gens, ça s'exploite aussi, ne dit-on pas que ce sont des "ressources humaines" ?

Écrit par : Zergy | mercredi, 03 juin 2009 11:38

wellcome in the new world order !

Écrit par : slaille ! | mercredi, 03 juin 2009 11:40

Ecrit par : Zergy | mercredi, 03 juin 2009 11:38

+1

Écrit par : agathe | mercredi, 03 juin 2009 11:47

Ben quoi, nous aimons l'Afrique, c'est nous l'Histoire !

Clic

Écrit par : Charles P. | mercredi, 03 juin 2009 13:48

Coupat et les "lascars" des cités

Écrit par : Un derviche boson de spin 1 | mercredi, 03 juin 2009 13:55

Ecrit par : Un derviche boson de spin 1 | mercredi, 03 juin 2009 13:55

Un billet ( celui de ce moreira) assez niais ( genre lecteur de libé )et surtout ignorant ( du contexte des thèmes qu'il aborde).
Parfaitement exemplaire des effets crétinisants du spectacle, sur ceux-là même qui en sont les victimes et qui en dépit de leur éventuelle sincérité et de leurs "bonnes intentions" ont l'illusoire prétention de l'affronter sans "préparation".

Écrit par : urbain | mercredi, 03 juin 2009 16:58

On peut ne pas excuser les faits, ils sont parfois inexcusables, mais ne pas vouloir les comprendre, c'est dénier la possibilité de faire en sorte qu'ils ne se reproduisent plus.

Excellent billet !

Écrit par : Nicks | mercredi, 03 juin 2009 17:19

Ecrit par : urbain | mercredi, 03 juin 2009 16:58

Pas aimé du tout ce billet non plus, une salade printanière pas très fraîche.

Écrit par : Charles P. | mercredi, 03 juin 2009 20:10

Ecrit par : Charles P. | mercredi, 03 juin 2009 20:10

Oups encore oublié mon pseudo

Écrit par : agathe | mercredi, 03 juin 2009 20:19

L'avidité est partout

http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2009/06/03/on-paye-deja-la-suppression-de-la-publicite-sur-france-televisions_1201977_3236.html

Écrit par : agathe | mercredi, 03 juin 2009 22:10

Ecrit par : urbain | mercredi, 03 juin 2009 16:58
Ecrit par : Charles P. | mercredi, 03 juin 2009 20:10

Il a le mérite de nous rappeler comme le fait cuicui d'ailleurs, que nous avons parfois des oeillères, ici comme ailleurs.

Que les peines planchers qui sont appliquées quotidiennement nous ont "occupés" quelques temps mais moins que Coupat...

Que les Tigres Tamouls ou les kurdes ne sont pas une occurrence qui revient aussi régulièrement que Palestiniens...

Quand à la proposition d'être frais ou "préparé", quand on a traîné ses guêtres dans les pire endroits de la planète comme Moreira ou comme Cuicui, c'est surréaliste, j'ai l'impression d'être dans les Précieuses Ridicules, excusez les Monsieur Dame.

Écrit par : nef | jeudi, 04 juin 2009 09:48

Il n’y a pas si longtemps, la terre comptait deux milliards d’habitants, soit cinq cents millions d’hommes et un milliard cents millions d’indigènes. les premiers disposaient du Verbe, les autres l’empruntaient. Entre ceux-là et ceux-ci, des roitelets vendus, des féodaux, une fausse bourgeoisie forgée de toutes pièces servaient d’intermédiaires. Aux colonies la vérité se montrait nue; les «métropoles» la préférait vêtue; il fallait que l’indigène les aimât. Comme des mères, en quelque sorte. L’élite européenne entreprit de fabriquer un indigénat d’élite; on sélectionnait des adolescents, on leur marquait sur le front, au fer rouge, les principes de la culture occidentale, on leur fourrait dans la bouche des bâillons sonores, grands mots pâteux qui collaient aux dents; après un bref séjour en métropole, on les renvoyait chez eux, truqués. Ces mensonges vivants n’avaient plus rien à dire à leurs frères; ils résonnaient; de Paris, de Londres, d’Amsterdam nous lancions des mots «Parthénon! Fraternité!» et, quelque part en Afrique, en Asie, des lèvres s’ouvraient: «…thénon! …nité!» C’était l’âge d’or.

Il prit fin: les bouches s’ouvrirent seules; les voix jaunes et noires parlaient encore de notre humanisme mais c’était pour nous reprocher notre inhumanité. Nous écoutions sans déplaisir ces courtois exposés d’amertume. D’abord ce fut un émerveillement fier: Comment? Ils causent tout seuls? Voyez pourtant ce que nous avons fait d’eux! Nous ne doutions pas qu’ils acceptassent notre idéal puisqu’ils nous accusaient de n’y être pas fidèles; pour le coup, l’Europe crut à sa mission: elle avait hellénisé les Asiatiques, crée cette espèce nouvelle, les nègres gréco-latins. Nous ajoutions, tout à fait entre nous, pratiques: Et puis laissons-les gueuler, ça les soulage; chien qui aboie ne mord pas.

Une autre génération vint, qui déplaça la question. Ses écrivains, ses poètes, avec une incroyable patience essayèrent de nous expliquer que nos valeurs collaient mal avec la vérité de leur vie, qu’ils ne peuvaient ni tout à fait les rejeter ni les assimiler. En gros, cela voulait dire: Vous faites de nous des monstres, votre humanisme nous prétend universels et vos pratiques racistes nous particularisent. Nous les écoutions, très décontractés: les administrateurs coloniaux ne sont pas payés pour lire Hegel, aussi bien le lisent-ils peu, mais ils n’ont pas besoin de ce philosophe pour savoir que les consciences malheureuses s’empêtrent dans leurs contradictions. Efficacité nulle. Donc perpétuons leur malheur, il n’en sortira que du vent. S’il y avait, nous disaient les experts, l’ombre d’une revendication dans leurs gémissements, ce serait celle de l’intégration. Pas question de l’accrocher, bien entendu: on eût ruiné le système qui repose, comme vous savez, sur la surexploitation. Mais il suffirait de tenir devant leurs yeux cette carotte: ils galoperaient. Quant à se révolter, nous étions bien tranquilles: quel indigène conscient s’en irait massacrer les beaux fils de l’Europe à seule fin de devenir européen comme eux? Bref, nous encouragions ces mélancolies et ne trouvâmes pas mauvais, une fois, de décerner le prix Goncourt à un nègre: c’était avant 1939.

Jean-Paul Sartre préface des Damnés de la terre de Fanon

Écrit par : nef | jeudi, 04 juin 2009 09:55

Ce livre n’avait nul besoin d’une préface. D’autant moins qu’il ne s’adresse pas à nous. J’en ai fait une, cependant, pour mener jusqu’au bout la dialectique: nous aussi, gens de l’Europe, on nous décolonise: cela veut dire qu’on extirpe par une opération sanglante le colon qui est en chacun de nous. Regardons-nous, si nous en avons le courage, et voyons ce qu’il advient de nous.

Il faut affronter d’abord ce spectacle inattendu: le strip-tease de notre humanisme. Le voici tout nu, pas beau: ce n’était qu’une idéologie menteuse, l’exquise justification du pillage; ses tendresses et sa préciosité cautionnaient nos agressions. Ils ont bonne mine, les non-violents: ni victimes ni bourreaux! Allons! Si vous n’êtes pas victimes, quand le gouvernement que vous avez plébiscité, quand l’Armée où vos jeunes frères ont servi, sans hésitation ni remords, ont entrepris un «génocide», vous êtes indubitablement des bourreaux. Et si vous choisissez d’être victimes, de risquer un jour ou deux de prison, vous choisissez simplement de tirer votre épingle du jeu. Vous ne l’en tirerez pas: il faut qu’elle y reste jusqu’au bout. Comprenez enfin ceci: si la violence avait commencé ce soir, si l’exploitation ni l’oppression n’avaient jamais existé sur terre, peut-être la non-violence affichée pourrait apaiser la querelle. Mais si le régime tout entier et jusqu’à vos non violentes pensées sont conditionnées par une oppression millénaire, votre passivité ne sert qu’à vous ranger du côté des oppresseurs.


Jean-Paul Sartre préface des Damnés de la terre de Fanon

Écrit par : nef | jeudi, 04 juin 2009 10:01

Ecrit par : nef | jeudi, 04 juin 2009 09:48

Si ta compulsion de contradiction ne t'obscurcissait pas régulièrement le jugement, tu aurais peut-être aperçu le ridicule du billet de ce gusse, et la double idiotie qu'il contient.
Et dont la conséquence et qu'il n'informe en rien notre jugement, ne nous apprend rien , mais a contrario, son amalgame trissotinique entretient une confusion dont peut se repaître le spectacle. Il n'est que de lire les commentaires pour convaincre ceux et celles qui , comme notre brave nef, oublient de tourner sept fois leur plume virtuelle dans leur encrier à jugement.

Écrit par : urbain | jeudi, 04 juin 2009 10:20

J'ajoute que "pour une fois" que je gratifiais le billet cuicui de l'approbation dont il me reproche régulièrement ( et amèrement) de le priver, ton commentaire ( associant cuicui et l'auteur du billet "externe", c'est à dire tout le contraire de ce que j'ai fait ) manifeste , une fois de plus et de belle manière, ta tendance à l'amalgame absurde comme seule analyse , démontrant une fois encore ton "transcendantal stalinien" , bien mal refoulé.

Écrit par : urbain | jeudi, 04 juin 2009 10:28

Il a le mérite de nous rappeler comme le fait cuicui d'ailleurs, que nous avons parfois des oeillères, ici comme ailleurs.

Ecrit par : nef | jeudi, 04 juin 2009 09:48

On peut dire qu'en la circonstance tu parles pour toi !

Écrit par : urbain | jeudi, 04 juin 2009 10:34

Ecrit par : urbain | jeudi, 04 juin 2009 10:34

Et si je m'en défends ce n'est qu'en reculant...

Tu as raison on est plus dans les Femmes savantes que dans les Précieuses ridicules.

Écrit par : nef | jeudi, 04 juin 2009 11:05

Ecrit par : urbain | jeudi, 04 juin 2009 10:20

Le travail du "gusse"

http://www.dailymotion.com/relevance/search/moreira/video/x4whbm_irak-agonie-dune-nation_news

http://www.dailymotion.com/relevance/search/moreira/video/x67k9n_armes-trafic-et-raison-detat_news

http://www.dailymotion.com/relevance/search/moreira/video/x58v36_travailler-a-en-mourir-partie-1_news

http://www.dailymotion.com/relevance/search/moreira/video/x34ypk_teaser-mourir-pour-la-voiture_politics

Écrit par : nef | jeudi, 04 juin 2009 11:45

C'est vrai qu'il est très bien ce billet !
Je le ferai lire à un ami de Djibouti... Merci cui-cui !

Écrit par : adrien (de rien) | jeudi, 04 juin 2009 11:47

Tu as raison on est plus dans les Femmes savantes que dans les Précieuses ridicules.

Ecrit par : nef | jeudi, 04 juin 2009 11:05

Je ne te le fais pas dire ...
( et plus loin encore de l'école des femmes )

Écrit par : urbain | jeudi, 04 juin 2009 11:56

Ecrit par : urbain | jeudi, 04 juin 2009 11:56

Laissons cette matière qui t'échauffe un peu trop

Écrit par : nef | jeudi, 04 juin 2009 13:33

Très bien ce billet cui cui, très bien!

Écrit par : etrun | jeudi, 04 juin 2009 14:20

Ecrit par : nef | jeudi, 04 juin 2009 11:45

Nef, indéniablement, certains billets de Moreira relatant ses expériences sur le terrain sont intéressants. J'avais même mis son lien ici pour cette raison. L'article cité de Paul me plaît moins. C'est tout ;-))

Écrit par : agathe | jeudi, 04 juin 2009 14:21

"L'important, c'est pas la chute, c'est l'atterrissage"
Tiré du film La Haine de Mathieu Kassovitz :

http://www.politis.fr/article7244.html

Écrit par : agathe | jeudi, 04 juin 2009 14:35

Ecrit par : agathe | jeudi, 04 juin 2009 14:21

Il a appris la libération de Coupat au mauvais moment, mais qu'est-ce qu'il allait foutre au tribunal d'Evry ?;-)))
C'est scandaleux !

Écrit par : nef | jeudi, 04 juin 2009 15:57

@Cui²
Il est (tristement) bon ce billet, et malheureusement, on montre toujours les méchants immigrants, les salauds de pirates maritimes, mais on oublie trop souvent de dire que si on cessait de s'enrichir sur le dos de ces gens, tout en leur maintenant la tête sous l'eau avec le regard complice de leurs dirigeants qui ne sont pas moins corrompus que les nôtres, tout cela n'aurait pas lieu avec une telle ampleur...

@Agathe Jusqu'ici tout va bien, Jusqu'ici tout va bien...
++

HS : Souhaitons que le discours d'Obama, soit sur le long terme suivi de réels changements. Mais apparemment, tout le monde ne souhaite pas la paix :
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2009/06/04/des-colons-menacent-de-mort-un-general-israelien-et-sa-famille_1202067_3218.html#ens_id=1106055

http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/06/04/l-institut-pasteur-estime-qu-il-faudra-vacciner-tout-le-monde-contre-le-nouveau-virus-a-h1n1_1202061_3244.html#ens_id=1185166

Écrit par : BreizhBlues | jeudi, 04 juin 2009 16:15

Source : Courrier International

"Près de 130 personnes se sont rassemblées, le 3 juin, devant le consulat américain à Jérusalem pour protester contre la tournée moyen-orientale du président américain Barack Obama", rapporte Ha’Aretz. Les manifestants brandissaient des bannières défendant l’extension des colonies dans les Territoires palestiniens. Selon l’activiste d’extrême droite Itamar Ben-Gvir, "nous sommes apparemment arrivés à une ligne jaune que le plus antisémite des présidents américains a franchie. Nous lançons une campagne contre Barack Hussein Obama. Il est mauvais pour le peuple et l’Etat d’Israël, et sa politique pourrait nous mener vers un désastre."

La tournée que le président américain a commencé en Arabie Saoudite – avant de se rendre au Caire où il doit prononcer un discours très attendu – a également été critiquée par le numéro un d’Al-Qaida, Oussama Ben Laden. Ce dernier a accusé Obama, dans un enregistrement audio diffusé le 2 juin, de "suivre les pas de son prédécesseur George W. Bush, en venant semer la haine parmi les musulmans."

Cliquez sur le pseudo

Écrit par : BreizhBlues | jeudi, 04 juin 2009 16:22

Laissons cette matière qui t'échauffe un peu trop

Ecrit par : nef | jeudi, 04 juin 2009 13:33

La matière ne suscite pas d'intérêt chez moi et donc encore moins d'échauffement. L'échauffement était de votre fait, madame, et les sorties précipitées et ridicules qui le manifestèrent valaient bien d'être pointées, non pour leur chaleur mais pour leur fausseté.

Écrit par : urbain | jeudi, 04 juin 2009 17:33

Ecrit par : BreizhBlues | jeudi, 04 juin 2009 16:22

Il est urgent de lire "la réaction philosémite" , pour se "préparer" à la réaction qui vient ( de loin ) .

www.editions-lignes.com/LA-REACTION-PHILOSEMITE.html

Écrit par : urbain | jeudi, 04 juin 2009 17:37

Ecrit par : urbain | jeudi, 04 juin 2009 17:33

http://www.regards.fr/article/?id=4137&q=category:1001

Écrit par : nef | jeudi, 04 juin 2009 18:10

Merci à tous pour l'accueil de ce billet.

J'avais tellement le trac que je n'ai pas osé lire les commentaires toute la journée d'hier. Quand il s'agit d'un billet assez personnel comme celui-ci, on redoute les réactions, en tout cas en ce qui me concerne...

Ecrit par : adrien (de rien) | jeudi, 04 juin 2009 11:47

Sais tu qu'un jour j'ai parlé de cette histoire (et de bien d'autres encore plus épouvantables) à un civil qui habitait Djibouti : ce dernier ne m'a pas cru et m'a avoué avoir passé un séjour idyllique dans cette ville. Il faut dire qu'en Afrique, la vie des civils européens est particulièrement rose, ils disposent d'un régiment de "boys" et de main d'oeuvre pour les tâches domestiques à très bon marché.

Le colonialisme n'est pas tout à fait mort.

En tout cas tout ce que j'ai écrit est strictement vrai à la virgule près.

Autre chose : je ne suis pas sûr qu'en rôdant autour de certaines décharges en France (toutefois clôturées) on n'y trouve pas des situations assez similaires.

Encore merci à tous et à la prochaine fois pour une engueulade traditionnelle en bonne et due forme !

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | jeudi, 04 juin 2009 18:23

Ecrit par : urbain | jeudi, 04 juin 2009 17:37

Moreira parle de la répression des kurdes par les turcs.

http://video.google.com/videoplay?docid=-7015808977168357271

Écrit par : nef | jeudi, 04 juin 2009 18:30

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | jeudi, 04 juin 2009 18:23

L'ami en question n'est pas civil, et n'a pas de "boy" ;-)

Écrit par : adrien (de rien) | jeudi, 04 juin 2009 18:35

Ecrit par : nef | jeudi, 04 juin 2009 18:30

Je me contrefiche de ce Moreira, et je ne me passionne pas du tout pour les billets que tu me soumets (qui ne m'apprennent pas grand chose).
Maintenant s'il s'agit de m'expliquer que "leurs intentions sont bonnes" , en dépit de la faiblesse de leurs "formalisations", de leurs carences méthodologiques et de leur manque de fond, je n'en doute pas une seconde .

Écrit par : urbain | jeudi, 04 juin 2009 18:40

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | jeudi, 04 juin 2009 18:23

merci à toi cui cui pour ton authenticité
ce n'est pas simple de parler de ses émotions

"si par extraordinaire, vous vous trouviez devant ce choix barbare de crever de faim ou de vous livrer à des violences pour survivre, vous, votre famille et même votre communauté, ou de tenter votre chance dans un pays occidental, quitte à être traité comme un chien ou expulsé, je ne sais quelle voie vous choisiriez."

rien..

je signale ton texte ailleurs
merci

Écrit par : le meuble du coin | jeudi, 04 juin 2009 20:33

Pendant que Quatremer et sa bande de néolibs de droite et de gauche soutiennent le droit à l'Europe de mener une politique bushiste contre l'ennemi islamo-sino-poutinien, Obama parle bien (c'est déjà ça).

Sinon Lamy lui essaie obstinément et avec un certain succès d'oublier qu'il a peut-être été de gauche il fut un temps :

http://www.lemonde.fr/economie/article/2009/06/04/lamy-le-chomage-partiel-est-plus-efficace-que-le-protectionnisme_1202472_3234.html

Bon sinon il y a le partage du travail, ça peut éviter de gaspiller de l'argent public à fonctionnariser les entreprises...

Écrit par : Nicks | jeudi, 04 juin 2009 21:40

RENDEZ NOUS TONTON GEORGE ET FRERE ODM AMI DES COCHONS !!!

Écrit par : Sly | jeudi, 04 juin 2009 21:40

Ecrit par : Sly | jeudi, 04 juin 2009 21:40

Lis donc ça en attendant ( le retour du klingon, qui ne saurait tarder ) :
www.editions-lignes.com/LA-REACTION-PHILOSEMITE.html

Écrit par : urbain | jeudi, 04 juin 2009 22:14

Ecrit par : urbain | jeudi, 04 juin 2009 22:14

T'as pas un Tchoupi plutôt ??

Écrit par : Sly | jeudi, 04 juin 2009 22:29

Ecrit par : Sly | jeudi, 04 juin 2009 22:29

Tu es grand maintenant, tu vas sur le pot tout seul.

Écrit par : urbain | jeudi, 04 juin 2009 22:31

Ecrit par : urbain | jeudi, 04 juin 2009 22:31

Terrain glissant, je préfère en rester là.

Écrit par : Sly | jeudi, 04 juin 2009 22:35

Touché ! Tu as fait mouche l 'oiseau , merci :-)
Témoignage remuant qui a du te "coûté "

Misère , misère ... ( chanson de Coluche )


Plus près de " chez nous " les bidonvilles parisiens pour roms-africains-sans-papiers -etc ) sont délocalisés dans les départements ' limitrophes' ( Loiret par exemple )
et ça t' arrache les tripes aussi ... et c' est ici et maintenant

Écrit par : Alexou | vendredi, 05 juin 2009 00:58

Ecrit par : BreizhBlues | jeudi, 04 juin 2009 16:15

Merci pour les liens très intéressants, il est clair que la paix n'arrange pas les "affaires" de tout le monde.

Écrit par : agathe | vendredi, 05 juin 2009 03:19

RENDEZ NOUS TONTON GEORGE ET FRERE ODM AMI DES COCHONS !!!

Ecrit par : Sly | jeudi, 04 juin 2009 21:40

Rendez nous Pamela De Barres, amie des rock-stars ! (mais vous pouvez garder Sly, ami de la volaille)

Écrit par : adrien (de rien) | vendredi, 05 juin 2009 08:05

Ecrit par : adrien (de rien) | vendredi, 05 juin 2009 08:05

+1

Écrit par : nef | vendredi, 05 juin 2009 09:36

Somalie-1990: 'Comment on fabrique une famine'.Par Michel Chossudowsky,économiste canadien.
Le monde diplomatique.

Mac Namara,ex-pdg de la B.M à qui on posait la question de la "surpopulation" africaine et les solutions envisagées par son institution, répondait ceci:"la maladie ou la famine".!!!

Vive le Nouvel Ordre Mendiant!

Écrit par : Furax | lundi, 08 juin 2009 15:33

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu