Avertir le modérateur

« Métro-viseurs | Page d'accueil | Remixe ma tribune »

mercredi, 06 mai 2009

Le côté d'y voir

 

 

un_chien_andalou-endulus_kopegi.jpg

 

 

Léon vit en France depuis plusieurs années, comme beaucoup de ses congénères africains, il est resté longtemps en clandestinité avant d'être régularisé. Il a pourtant vécu son irrégularité à une époque moins difficile qu'aujourd'hui, les traversées de Paris à pied pour éviter le métro, la peur au ventre...

 

Lors du décès de son père, il n'a pas pu retourner en Côte d'Ivoire. Il n'avait pas de papiers. Il n'aurait pas pu revenir pour retrouver son fils et sa femme, il aurait perdu son travail.

 

A son arrivée en France, il a été surpris, les rares fois où il prenait le métro, il s'asseyait et généralement les passagers se levaient de leur siège, préférant la station debout que d'être assis à côté de lui ou il restait seul, les banquettes vides autour de lui.

 

Ses amis ivoiriens l'ont aidé à son arrivée, il se régalait tous les jours du poulet qui était un plat festif chez lui. Il était gêné que ses amis mettent les petits plats dans les grands et leur a donc demandé de faire moins de frais. Il a appris sous leurs regards amusés qu'en France le poulet était la viande du pauvre.

 

Enfin, il a bénéficié du précieux sésame pour sortir de la clandestinité. Il a donc pu aller en Côte d'Ivoire pour visiter les siens. Il se rend, en premier lieu à sa banque à Abidjan.

 

A l'intérieur de l'agence bancaire, plusieurs files, un homme blanc entre avec un attaché case, il va directement au guichet. L'employé le salue et s'active immédiatement …Léon pique une crise.

 

  • Vous êtes ici comme chez vous, plus que chez vous …

    Vous n'êtes pas contrôlés ici, vous ne subissez pas les humiliations que vous nous faites subir, hein ?

    Vous avez la priorité sur les noirs, vous circulez librement...

    Vous êtes riches ici, vous avez tous les droits...

     

Puis, il prend à parti le guichetier en le tançant pour son allégeance ...

 

Il fait un tel scandale que l'homme blanc se place dans la file.

 

Ce retour aux sources lui laisse un goût amer, malgré cela, il imagine à voix haute, en riant, la même difficulté pour les blancs que celles faites aux étrangers en France, les insultes, les fouilles, les arrestations, ...Les charters bondés de petits blancs attachés.

 

Et je ris avec Léon, il a bien raison Léon.

 

 

NudeBondageChick.jpg

 

Agathe


* Première illustration empruntée sans l'aimable autorisation de Frope

Commentaires

* Première illustration empruntée sans l'aimable autorisation de Frope

qui l'avait lui-même empruntée sans l'aimable autorisation des héritiers de Luis Buñuel et Salvador Dali ;-)

Joli (?) billet, Agathe...
L'image du charter de blancs va enchanter ma matinée !

Écrit par : adrien (de rien) | mercredi, 06 mai 2009 08:05

Un jour les poulets se vengeront-ils ?
http://www.youtube.com/watch?v=4WbY1V-hnaw

Écrit par : Philippe Katerine | mercredi, 06 mai 2009 08:55

Que Léon se rassure, son fils Kevin pourra bénéficier de conditions plus souples de mobilité quand il s'agira de pallier le déficit de main d'oeuvre dans les grands pays vieillissants...
Toutefois, il convient de ne pas en parler, ça ne fait pas gagner les élections et n'apporte pas de causes clé en main à notre si grand malheur.


Ecrit par : adrien (de rien) | mercredi, 06 mai 2009 08:05

Oui, feu Frope n'a pas grand chose à voir là dedans...

Écrit par : f | mercredi, 06 mai 2009 09:36

Ah bon ?
J'avais plutôt l'impression du contraire, et depuis le début des temps historiques, qui ne donnent pratiquement que l'exemple "d'excès" qui loin d'être corrigés finissent le plus généralement en désastres, crises ou catastrophes, de manière parfaitement prévisible et que chacun a pu très facilement comprendre.

Ecrit par : urbain | mardi, 05 mai 2009 23:39

@Urbain
Moi qui suis un fou d'Histoire, je te ferais remarquer, mon cher Urbain qu'il me semble, malgré ce que tu en dis, qu'il vaut mieux être un citoyen moyen à notre époque qu'il y a quelques siècles voire moins.

Ce qui m'amuse dans tes allégations c'est que les excès, selon toi, auraient pu être corrigés car prévisibles : Permets moi de pouffer, mais cette opinion vient toujours de gens qui sont nés après l'évènement.

Je me souviens des membres de ma familles qui ont vécu l'après guerre de 1914 et même l'avant grande guerre qui n'imaginaient jamais que la situation aurait pu évoluer ainsi !

Et si tu es si clairvoyant, dans ce cas, décris nous donc ce qui va se passer dans les 10 ans à venir.
C'est évidemment impossible et personne, je dis bien personne , n'est en mesure de prédire l'avenir. Pas même Alain Badiou et encore moins Bensaïd ni le moindre économiste... Ça en tout cas, c'est la seule chose dont je sois sûr...

Les gens qui analysent l'Histoire du haut de leur pic sans se mettre à la place du contemporain m'amusent beaucoup. Il est vrai que tout parait limpide après les évènements ! Ce n'est qu'un leurre.
Tu verras, lundi j'ai rédigé un billet de prévisionniste : ce n'est que de la fiction plausible.

@ Agathe
J'aime toujours tes textes, Agathe, ils sont tellement tournés sur ceux qui ont le moins de chance et sur une générosité désintéressée qu'ils sont toujours rafraichissants. Heureusement qu'il y a des gens comme toi et il y en a plus qu'on pense...

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | mercredi, 06 mai 2009 10:08

Quelle surprise, l'excellent Arditi a pu s'exprimer sur RTL ce matin à propos d'Hadopi... Deneuve ou Chiara Mastroianni (ou d'autres) ont-elle pu en faire autant ?

"La loi Hadopi n'est pas parfaite, loin s'en faut, mais elle essaie tout bêtement de freiner la destruction de la création cinématographique et musicale, peut-être même littéraire, par les opérateurs de télécoms", a-t-il jugé.

Oui, effectivement, pris comme ça...

"Les centres de rétention ne sont pas parfaits, loin s'en faut, mais ils essaient tout bêtement de freiner la destruction de notre création, de nos emplois, par les passeurs", a-t-il jugé.

Ca tombe bien : "De quoi donner du grain à moudre aux pros Hadopi. Mardi, le Syndicat national de l'édition phonographique (Snep) s’est alarmé d’une nouvelle baisse des ventes du marché du disque en France. Selon le syndicat, le marché de gros a poursuivi sa chute avec -16,4% au premier trimestre, tous supports confondus (physiques et numériques)."

Rien à voir avec la "crise", c'est le piratage. La preuve, on ne peut pas pirateur une automobile et l'industrie de l'automobile se porte à ravir...

Le P2P, finalement, c'est comme l'immigration clandestine. Qui vole nos cd vole nos emplois.

Écrit par : f | mercredi, 06 mai 2009 10:13

"De quoi donner du grain à moudre aux pros Hadopi. Mardi, le Syndicat national de l'édition phonographique (Snep) s’est alarmé d’une nouvelle baisse des ventes du marché du disque en France. Selon le syndicat, le marché de gros a poursuivi sa chute avec -16,4% au premier trimestre, tous supports confondus (physiques et numériques)."

Ecrit par : f | mercredi, 06 mai 2009 10:13

C'est tout simplement que les vilains pirates font le plein de leur disque dur avant le passage en force de la loi.
"ça va passer bientôt ? zou, je télécharge 500 albums et 350 films avant !"
Il faudrait savoir ce qu'est, pour le Snep, le "marché du disque". Les petits labels proposant des choses de qualité que je connais ne se sont jamais aussi bien portés, eux. Mais ils ne sont pas comptabilisés par le gros Syndicat.

Écrit par : adrien (de rien) | mercredi, 06 mai 2009 10:25

Quand Canal + se met dans la peau d'un Noir

Inspiré par l’ouvrage de J. H. Griffin, un écrivain blanc s’était déguisé en Noir pour dénoncer le racisme dans l’Amérique des années 1960, ce programme présenté comme un documentaire et cornaqué par Renaud Le Van Kim, producteur en vogue du petit écran (« le Grand Journal », « Dimanche+ »…) reproduisait l’exercice avec deux familles, l’une blanche, l’autre noire. Enfermées ensemble pendant un mois dans une maison, elles étaient amenées à vivre différentes expériences en caméras cachées dans la peau de l’autre. Noble cause. Mais ne justifiant pas tous les moyens. « Le racisme, ça ne se raconte pas, ça se vit », clamait à l’époque Le Van Kim. Et quand ça ne se vit pas, ça peut aussi se recréer, serait-on tenté d’ajouter à la lumière des témoignages de la famille Richier, les « Blancs » de l’histoire.

A les écouter, les réalisateurs ne se seraient pas contentés de grimer les protagonistes. La réalité aurait, elle aussi, subi un sérieux raccord maquillage. « Je garde un vrai sentiment de malaise, explique Laurent Richier. J’ai fait passer des gens pour racistes alors qu’ils ne l’étaient pas. »

Écrit par : Sly | mercredi, 06 mai 2009 10:33

Un conditionnement pour inciter au racisme

Pour les Richier, originaires de Lorraine et recrutés après une annonce sur un site de casting, les déconvenues ont commencé dès leur arrivée dans la maison. « Sur place, tous les DVD et les livres ne parlaient que de racisme, se souvient Stéphanie, à l’époque animatrice commerciale en supermarché. On a eu l’impression d’un conditionnement. ». La suite sera à l’avenant. Au troisième jour de l’expérience, Laurent, grimé en Noir, part en voiture, en compagnie de Romuald et de deux autres personnes, rouler dans Paris à bord d’une vieille Peugeot 505. Le but des réalisateurs n’est visiblement pas de voir si l’équipage va bel et bien se faire contrôler mais de tout faire pour qu’il le soit. « En deux heures de temps, nous nous sommes fait contrôler trois fois », commente dans le film Laurent au retour de la virée.

La réalité est tout autre. « Dans les interviews, tout était fait pour orienter nos réponses, explique aujourd’hui Laurent. Alors c’est vrai, à un moment, je me suis dit, je suis dans un film, c’est une fiction pour la bonne cause. » En réalité, l’équipe a roulé de longues heures dans Paris sans que rien n’arrive. Au grand dam de la production. « Alors, ils nous ont d’abord demandé de brûler un feu rouge, raconte Laurent. Puis ils nous ont demandé de rouler phares éteints. Et nous sommes allés traîner du côté de chez Sarkozy [NDLR : alors ministre de l’Intérieur], entre Levallois-Perret et l’île de la Jatte. A force de passer et de repasser devant le commissariat, nous avons été stoppés par une patrouille. Du côté de Barbès, on s’est même mis à suivre une voiture de police pour se faire arrêter. A force de nous voir dans le quartier, eux pensaient même qu’on était des flics en civil ! »

Quelques jours plus tard, une expérience similaire fut organisée. Aussi rocambolesque. « Nous faisions le tour des gares parisiennes ». Une fois de plus, rien ne se passait comme souhaité. « Dépitée, la production a fini par appeler le centre de sécurité d’une gare pour leur signaler la présence de trois Noirs louches ». En vain. Une autre séquence ne fut jamais diffusée. Ce jour-là, Stéphanie, grimée en Noire, devait jouer le rôle d’une automobiliste demandant de l’aide pour changer son pneu. « Beaucoup de passants m’ont donné un coup de main. Même des policiers en civil m’ont prêté assistance. A un moment, un monsieur en vélo a refusé. Et puis, pris de remords, il est revenu. J’ai compris que ce qui se passait ne correspondait pas aux attentes des réalisateurs. Ils ont donc décidé d’ôter le cric de ma voiture. Du coup, je passais pour une illuminée, demandant aux passants de changer un pneu sans cric. »

Écrit par : Sly | mercredi, 06 mai 2009 10:34

Faux racisme et vrai menteur...

Pour l’expérience de recherche de logement et de travail, Laurent devait se présenter d’abord en Blanc sous son identité réelle, puis en Noir avec pour patronyme Pascal Amadou Kofi . « Il y eut bien des refus injustifiés et des tutoiements inappropriés, raconte Laurent Richier, mais rien de très probant non plus. A tel point qu’un soir un producteur s’est énervé auprès des maquilleurs : “Mais attendez, vous lui avez fait une tête de gentil Black ! Ça peut pas marcher !” » Un reproche non confirmé par l’un des maquilleurs : « Je n’ai pas entendu parler de cette histoire. Mais c’est vrai qu’à un moment, la production était très déçue par les réactions des gens. »

Au fur et à mesure du tournage, le staff se montre plus directif à l’égard de Laurent : « On m’a demandé de m’emporter devant mes interlocuteurs en me disant : “Tu comprends, on fait ça pour les Blacks”… Un vrai bourrage de crâne. J’ai fini par aller dans leur sens. » Une séquence diffusée à l’antenne a laissé un goût amer à Laurent, celle où on le voit se présenter sous l’identité de Pascal Amadou Kofi à un rendez-vous pour obtenir un poste de commercial. La veille, en Blanc, il s’est fait embaucher par le directeur de la société. Cette fois, celui-ci ne peut le recevoir comme cela était initialement prévu. Il obtient néanmoins un entretien d’embauche avec une subordonnée. « Dans le documentaire, je mets ça sur le compte de ma couleur de peau. En réalité, alors que je commentais cette expérience devant la caméra, j’ai reçu un appel du fameux directeur. Il s’excusait platement d’avoir raté notre rendez-vous. Comme la caméra filmait, je lui ai lancé : “C’est parce que je suis noir !” Le type m’a répondu: “Mais monsieur, ma femme est zaïroise.” » Seul le rendez-vous raté a été conservé.

Écrit par : Sly | mercredi, 06 mai 2009 10:35

Et si Léon était zimbabwéen, lui et sa maquerelle riraient encore plus fort !

Écrit par : Sly | mercredi, 06 mai 2009 10:45

Ecrit par : adrien (de rien) | mercredi, 06 mai 2009 10:25

Tant que les sites de ddl ne sont pas visés...

Écrit par : Parlama Main | mercredi, 06 mai 2009 10:59

Oui, bon, je sais : c'est pas très fin...

(clic §)

Désolé.

Écrit par : (r)ivoire - et carré | mercredi, 06 mai 2009 11:25

Révélation du Canard Enchaîné paru aujourd'hui.

Des policiers en civil ont volontairement provoqué les gendarmes mobiles chargés de disperser la fin du cortège du 1er Mai à Paris, place de la Bastille. "Une demi-douzaine d'encapuchonnés, baskets aux pieds, crânes rasés et bardés d'autocollants 'Casse-toi pauv'con' ou 'Rêve général', volent au secours de leurs camarades zonards", "un groupe de jeunes punks" qui se trouvaient sur les marches de l'Opéra-Bastille, raconte le journal. La tension monte, les interpellations aussi, "sauf la demi-douzaine de provocateurs qui réussissent à s'évaporer. Et pour cause", souligne Le Canard.

L'hebdomadaire satirique déclare disposer de photographies de ces "chauffeurs", sortant peu auparavant "deux par deux, de fourgons de police stationnés boulevard Richard-Lenoir". Du côté de la préfecture de police, on ne nie pas les faits.

Ces policiers en civil qui traquent le flagrant délit, quitte à le susciter, font partie d'une "compagnie de sécurisation", créée officiellement en 2005 par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'intérieur, afin de "protéger les manifestants" contre les casseurs à l'issue des manifestations lycéennes. Depuis, cette compagnie a écumé d'autres manifestations et, selon le journal, "il est question d'en créer d'autres ailleurs en France".

Les cagoules sont donc interdites aux manifestants, mais pas aux policiers en civils chargés de créer artificiellement des troubles pour susciter des interpellations.

Et Julien Coupat est en prison depuis 6 mois.

Écrit par : (ne pas confondre) | mercredi, 06 mai 2009 11:44

Alors là !
C'est la preuve que l'on peut apprécier une personne mais pas forcément ses idées.
Qu'est ce que c'est que ce misérablisme ?
j'ai au cours de mes nombreux voyages parisiens experimenté le métro et beaucoup la ligne 13, les parigots apprécieront.
Je n'ai jamais constaté dans des wagons que le vide se faisait autour d'un africain, qu'est ce que cela veut dire ?
Pourquoi laisser croire de pareilles sornettes ?

Ensuite soyons raisonnable et admettons que les travailleurs clandestins soient des homme doté de bon sens qui connaissent les risques qu'ils prennent en venant clandestinement dans ce pays ou un autre d'ailleurs. Leur faire endosser les fantasmes des petits blancs "citoyens du monde" et imbus de leurs supériorité c'est leur faire injure.

Enfin, ce Monsieur léon a été régularisé, donc admettons que les épreuves qu'il a traversé lui ont été profitables , et que les petits blancs ne sont pas si pourris finalement.

La plus grande injustice dans cette histoire, c'est que Léon ne puisse pas vivre dans son pays natal au milieu des siens et en étant libre de vivre suivant sa culture et ses coutûmes.

Le malheureux doit aujourd'hui se conformer aux dictate idiot des républicains et leurs règles imposées et ridicules.

C'est ça le drame, son enfer ne fait que commencer !

Écrit par : frère odm | mercredi, 06 mai 2009 12:18

Ecrit par : frère odm | mercredi, 06 mai 2009 12:18

Cette histoire est vraie, elle remonte à quelques années, et pourtant la semaine dernière sur la 1, j'ai vu une femme se lever brusquement parce qu'un pakistanais s'asseyait, Entendu hier dans mon immeuble, une femme dire "Ils sont bruyant les bamboulas". Voudrais-tu me faire croire que le racisme n'existe pas ? Laisse moi rire, je le vois tous les jours et je l'entends tous les jours. Quel misérabilisme ?

Écrit par : agathe | mercredi, 06 mai 2009 13:55

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | mercredi, 06 mai 2009 10:08

Il faudrait que tu lises plus souvent et davantage, ça t’éviterait de dire des sottises , faute de comprendre ce qui est écrit …
Comme "je ne fais que passer" je me contenterai de relever celle-ci : « les excès, selon toi, auraient pu être corrigés car prévisibles »
Mais voilà ...ça c'est "selon toi" , car quant à moi ce que j’ai écrit ( et qui n’a rien à voir avec ton commentaire) c’est que l’histoire est jalonnée d'exemple "d'excès" ( je reprenais ta « litote » en dépit du fait que pour moi le mot est vraiment faible) qui loin d’être corrigés, ont toujours été jusqu’à leur terme désastreux et finirent (de manière parfaitement prévisible donc ) en désastres et catastrophes .
Autrement dit ( puisqu’il semble que tu ne comprennes pas ce que ça veut dire ) , ce qui est prévisible c’est la manière dont ces « excès » (en clair toute l’histoire de la domination et de ses périodes : impérialisme, colonialisme, capitalisme, racisme et tous leur cortège d’injustices, génocides, déportations, ruines, conflits, guerres, misère, etc. ) portent en eux crises, catastrophes, etc. en tant qu’issue … inéluctable.
bref à peu près l’inverse de ce que tu commentes et qui illustre le fait que, contrairement à ta sotte affirmation, l’histoire toute entière atteste du fait que prétendre que:
"lorsque des excès ont lieu, ils sont rapidement corrigés d'une manière imprévisible qui nous dépasse tous."
Est une parfaite absurdité .
Non seulement les dommages innombrables que l’humanité s’est occasionnée du fait d’ « excès » de toutes natures n’ont pas été « corrigés » ,
que ce soit « d'une manière imprévisible » ou de quelque autre façon,
mais bien au contraire ces dommages ont été le plus souvent jusqu’à leur terme le plus terrible et le plus dramatique de leur accomplissement, depuis les terrifiants massacres, et génocides dont l’écho nous est parvenu des plus lointains témoignages historiographiés jusqu’à nos modernes « solutions finales », « goulags » , génocides khmers rouges, yougoslaves ou rwandais, en passant par les déportations d’esclaves, conflits sanglants, invasions, inquisitions, purges et autres "purifications", famines, désastres écologiques, crises économiques plongeant des millions de personnes dans la misère, la déréliction, la mort, etc.
Jamais, à aucun moment les « excès » qui furent à l’origine de ces innombrables « plaies » ne furent corrigés et spécialement pas « d'une manière imprévisible qui nous dépasse tous » …

Écrit par : urbain | mercredi, 06 mai 2009 15:44

Ecrit par : agathe | mercredi, 06 mai 2009 13:55

Aucune exclusivité en la matière, ai entendu également "C'est nul, on dirait de l'humour de blanc" dans le métro.
Ai également eu droit à une diatribe antisémite dans mon ancien service, sans que personne ne bronche, un truc qui a duré une heure avec des "c'est bien une réflexion de juif", "quand ces gens là se mêlent de politique le pays va vers sa perte" etc.
Dix personnes présentes, pas un qui moufte.
Classe.

Écrit par : Mathilde P | mercredi, 06 mai 2009 15:52

Ecrit par : frère odm | mercredi, 06 mai 2009 12:18

Mauvais exemple que la ligne 13,c'est la ligne St Ouen/St Denis; elle est toujours plus que chargée, donc personne ne va se lever.

Écrit par : Pamela de Barres | mercredi, 06 mai 2009 15:58

Ecrit par : frère odm | mercredi, 06 mai 2009 12:18

Pertinent...

Écrit par : Pamela de Barres | mercredi, 06 mai 2009 16:15

Mon cher Urbain,

Tes jugements de valeur à 2 balles sur la validité ou la pertinence de ce que je dis ou pas montre simplement que tu n'es qu'une buse, une buse cultivée mais une buse quand même, un peu limitée au niveau de l'expression écrite.

J'ai déjà remarqué combien ton langage était abscons, brumeux, alambiqué, pontifiant et sous des termes savants, assez creux.

Mon pauvre Urbain, ton problème, en fait, c'est que tu as toujours tendance à péter plus haut que ton cul !

Mais je suis bien certain que tu vaux bien mieux que ça, à condition d'essayer de penser par toi même plutôt que d'ânnoner des leçons que tu maîtrises mal...

Explique moi pourquoi les philosophes dont tu te réclames sont souvent si clairs et ton interprétation si obscure et confuse ?
Tu me fais penser aux médecins de Molière qui emploient un jargon hermétique pour cacher leur ignorance et la confusion de leur esprit...

Ai je été bien clair ? Je crois que oui. ;-))) Parce que moi aussi, j'ai le droit de faire des commentaires sans me faire insulter, mon ami !
Apprends de temps à autre à pratiquer le silence.

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | mercredi, 06 mai 2009 16:20

On arrête les disputes ou j'appelle Besson!

Écrit par : etrun | mercredi, 06 mai 2009 16:27

Besson qui a été ridiculisé petit petit par l'EXCEEEELLLENT député de la Courneuve Daniel Goldberg lors de la discussion sur le délit de solidarité.

Écrit par : Mathilde P | mercredi, 06 mai 2009 17:01

http://www.danielgoldberg.fr/?p=2248#more-2248

Écrit par : Mathilde P | mercredi, 06 mai 2009 17:20

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | mercredi, 06 mai 2009 16:20

CQFD
assurément je n'ai pas adopté l'ironie de f, et mon contredit est sans détours et parfaitement explicite, il n'en est que plus sincèrement vrai.
( j'observe d'ailleurs que tu te gardes bien d'essayer de contredire mes objections sur ton contre sens ridicule et sur les conclusions absurdes de ta "philosophie" personnelle de l'histoire )

Écrit par : urbain | mercredi, 06 mai 2009 17:36

Ecrit par : Mathilde P | mercredi, 06 mai 2009 17:20

Au fait ... gné quoi ?

Écrit par : urbain | mercredi, 06 mai 2009 17:37

Ecrit par : frère odm | mercredi, 06 mai 2009 12:18

Si tu prends si souvent la ligne 13, tu devrais t'arréter plus souvent à pernety ...
(escroc!)

Écrit par : urbain | mercredi, 06 mai 2009 17:39

Bin chais pas tu m'as posé une question à laquelle j'ai rien compris!

Écrit par : Mathilde P | mercredi, 06 mai 2009 17:44

Ecrit par : agathe | mercredi, 06 mai 2009 13:55

J'ai une bonne méthode avec les racistes.

Un propos raciste et hop tu leur fais remarquer que leurs propos sont punis par la loi et qu'ils sont susceptibles d'aller au Tribunal Correctionnel. Le silence c'est toujours cela de pris.

Pour autant mes copains africains, pour la plupart opposants politiques, en ont subi tellement là-bas, que le racisme ordinaire français, ils prennent cela avec une certaine distance, voir dérision.

Le plus terrible se situe au niveau politique, le soutien aux régimes de merde, l'Afrique " continent sacrifié", la politique d'immigration "choisie"(le choix recevable n'étant que celui du pays entrant) qui conduit à payer une fortune une traversée périlleuse, une adresse...

Le racisme n'est dangereux que lorsqu'il vient d'en haut ou qu'il est instrumentalisé par des mouvements politiques, le français de base (14 millions ayant un parent ou un grand-parent immigré), lui, il s'habituerait à la différence de couleur, d'ailleurs il s'habitue, il faut voir dans les écoles le soutien se met en place autour des familles. Un autre signe encourageant le mouvement autour du délit de solidarité... Et un dernier

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2009/05/06/l-affaire-des-biens-mal-acquis-relancee-a-paris_1189557_3212.html#ens_id=1189363

Écrit par : nef blonde mais petite-fille d'immigrée | mercredi, 06 mai 2009 17:45

euh... vous arrêtez de vous quereller?

Écrit par : Mathilde P | mercredi, 06 mai 2009 17:46

Ecrit par : urbain | mercredi, 06 mai 2009 17:39

En parlant de Pernety, mes déménagements en rafale prenant fin, à quand une prochaine rencontre à la librairie ?

Écrit par : nef des fous | mercredi, 06 mai 2009 17:47

Hadopig :

www.20minutes.fr/article/324547/Culture-La-grippe-A-inspire-Mike-Skinner.php

Écrit par : f | mercredi, 06 mai 2009 18:04

J'ai bien saisi l'ironie de f ou tes contradictions plus vives.

Le sentiment de supériorité allié à une arrogance intellectuelle insupportable commence sincèrement à me taper sur le système.

Arrêtez un peu de vous la jouer et de considérer tout ce que dit l'autre comme des sottises. Apprenez déjà à vous faire comprendre de tous, à écouter et vous aurez fait un grand pas vers l'échange.

Je supporte de moins en moins cet intellectualisme pédant, nébuleux et élitiste : personnellement il ne m'apporte rien.

Il me semble qu'on peut être un intellectuel et parler simplement, clairement, sans mépris ni moquerie, ni morgue ? Non ? C'est trop dur ?

En tout cas ça manque sérieusement d'humilité ici !

Mais peut on demander à un intello de gauche d'être humble, lui qui s'est trompé si souvent en étant persuadé d'avoir raison et qui nous a conduit à une gouvernance sans partage de la pire droite ?

Je crains bien que non car les intellos de gauche, dans leur grande majorité, possèdent une constante : ils ne tirent jamais les leçons de leurs échecs passés, ce ne sont jamais eux qui ont tort mais c'est toujours le peuple ignorant.
C'est à ça qu'on les reconnait et le fait qu'ils persistent dans leurs attitudes immuables est pathétique et terrifiant.

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | mercredi, 06 mai 2009 18:18

Je vous demande de vous arrêter!

Écrit par : Mathilde P | mercredi, 06 mai 2009 18:19

Bon je dois y aller...

Pardonnez moi mais je ne refuse pas la polémique mais je suis obligé de m'éclipser.

@ Mathilde
Ne t'en fais pas, ici, ces prises de becs sont monnaies courantes... Et on continue tout de même à coexister malgré nos différences.

NRV dans le titre n'est pas un vain mot.

salut

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | mercredi, 06 mai 2009 18:24

Hallyday prolonge sa "tournée d'adieu"

Johnny Hallyday, qui vise plus d'un million de spectateurs cette année lors de sa tournée d'adieu, va prolonger celle-ci de plusieurs mois, a annoncé son producteur Jean-Claude Camus à Saint-Etienne, ville où sera donné vendredi le coup d'envoi du "Tour 66 - M'arrêter là". "On va faire une tournée d'hiver qui nous emmènera jusqu'à la fin janvier" 2010, a déclaré le producteur lors d'une conférence de presse organisée à l'hôtel stéphanois où résident l'artiste et sa suite.

Avec sept dates, du 8 au 16 mai, au cours desquelles 45.000 fans sont attendus, Saint-Etienne est la ville la mieux dotée devant Bruxelles (six concerts), a-t-il souligné. Deux mille élèves de terminale de la région stéphanoise auront le privilège d'assister jeudi soir à la répétition générale de ce concert qui devrait compter 37 chansons, anciennes, comme "Ma gueule" ou "Et maintenant", pour nombre d'entre elles.

Écrit par : Sly | mercredi, 06 mai 2009 19:12

Ecrit par : Mathilde P | mercredi, 06 mai 2009 17:44

La dernière question dont je me souvienne c'était pour te demander des nouvelles da la maire tapedur et d'ivanhoé .
Bref martine et delanoé ( si c'est ça que tu n'avais pas compris) .

Écrit par : urbain | mercredi, 06 mai 2009 19:38

à quand une prochaine rencontre à la librairie ?

Ecrit par : nef des fous | mercredi, 06 mai 2009 17:47

vendredi 15 bensaïd et charb :
http://librairietropiques.free.fr/article.php3?id_article=258

Écrit par : urbain | mercredi, 06 mai 2009 19:40

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | mercredi, 06 mai 2009 18:18

En fait , c'est assez simple (au fond): si tu veux éviter d'être pris pour un con, évite de dire des conneries.

Écrit par : urbain | mercredi, 06 mai 2009 20:21

Ecrit par : urbain | mercredi, 06 mai 2009 20:21

C'est tautologique, voyons.....

Écrit par : frère odm | mercredi, 06 mai 2009 21:25

Ecrit par : Sly | mercredi, 06 mai 2009 19:12

Je vais le faire crever sur scène et me faire des couilles en or !

Écrit par : Jean-Claude Camus | mercredi, 06 mai 2009 21:51

Ecrit par : frère odm | mercredi, 06 mai 2009 21:25

Chez les cochons peut-être, qui ont sans doute du mal a distinguer la sémantique humaine au fil de la syntaxe, mais pas en français.
Une tautologie, pour reprendre la phrase impliquée aurait pu être, par exemple, une proposition du type :
si tu veux éviter d'être pris pour un con, évite de passer pour un con.
J'espère que ce petit exemple t'aura aidé.

Écrit par : urbain | mercredi, 06 mai 2009 22:11

Ecrit par : urbain | mercredi, 06 mai 2009 22:11

Merci, maître......

Grouiikk

Écrit par : frère odm cochon qui s'en dédit | mercredi, 06 mai 2009 22:40

Un drame, une torture...

Les adorateurs de la valeur travail, du travail le dimanche, jusqu'à la mort, des 0.2% de croissance et des 30000 emplois induits seront en RTT "les 15 août, 25 décembre et 1er janvier", par "mesure d'économies".

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/medias/20090506.OBS5949/le_figaro_ne_paraitra_plus_certains_jours_feries.html

Mouarf...

Écrit par : f | jeudi, 07 mai 2009 00:00

@Mathilde P

Pendant que le fan de Pernaut qui s'ignore et le Badiousien inflexible se chamaillent, nous pourrions nous présenter, puisque nous ne nous connaissons pas.

Moi c'est Nicks, je suis un sous intello de gauche immuable ? Et toi, qui es tu ?

Écrit par : Nicks | jeudi, 07 mai 2009 00:13

Moi c'est Nicks, je suis un sous intello de gauche immuable ? Et toi, qui es tu ?

Ecrit par : Nicks | jeudi, 07 mai 2009 00:13

poil au......

Écrit par : frère odm cochon qui s'en dédit | jeudi, 07 mai 2009 01:28

Merci à tous pour vos commentaires

Écrit par : agathe | jeudi, 07 mai 2009 01:29

Ecrit par : Nicks | jeudi, 07 mai 2009 00:13

C'est une NRV "canal historique" ancienne adepte (déçue) de Déessequa et désormais martinophile .

Écrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 08:38

Ecrit par : Nicks | jeudi, 07 mai 2009 00:13

Ni Badiousien ni inflexible. Rationaliste marxiste, tendance cartésien. Donc sceptique et adepte du matérialisme dialectique ( qui est au fond une forme d'idéalisme "dépassé").

Écrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 08:49

Ecrit par : agathe | jeudi, 07 mai 2009 01:29

No comment ( de ma part) par ce que je considère que l'essentiel est dit , et n'en déplaise à l'ami des cochons, ou l'adepte déçue de Déessequa, c'est cette oppression, "invisible" (aux seuls yeux des "blancs"), permanente, ancienne ( multi-séculaire), quotidienne et véritablement et profondément "anthropologique", absolument sans commune mesure avec l'antisémitisme actuel universellement (et justement ) dénoncé, en ceci que absolument sous-estimée ( voir le cri du cochon) ou "relativisée" ( voir la protestation de notre déçue de déessequa ) et finalement ... ignorée,
qui explique bien des choses que les aveugles volontaires ( qui sont légion comme on le "voit" ici même ) refusent de voir.
Et, comme tu sais, je suis assez bien placé pour en parler.

Écrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 09:25

Ecrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 08:38

Et plus encore rugbyphile

Écrit par : Sauteur à la perche | jeudi, 07 mai 2009 09:34

Ecrit par : Sauteur à la perche | jeudi, 07 mai 2009 09:34

C'est vrai , j'avais oublié !
Je te laisse compléter , maintenant que tu es réveillée et la perche en main.
( Nicks s'intéresse beaucoup aux meufs, surtout si elles sont politisées )

Écrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 09:37

"Le Maure" avait-il un avis sur la question du racisme ?

Le racisme présenté sous des traits sentimentaux, c'est a dire avec une compassion détachée de toutes contextualisation sociale, a-t-il un sens ?

Et cette représentation sentimentale du phénomène raciste ne tend-elle pas à déplacer le débat sur les inégalités sociales vers le domaine de la nouvelle religion mondialiste et "droit de l'hommiste" ?

Le remplacement de l'internationale par la réclamation d'une citoyenneté du monde a pourtant reçu l'imprimature du maître autoproclamé du marxisme commerçant.....donc.

La médiocrité du débat est effrayante.....

Écrit par : frère odm cochon qui s'en dédit | jeudi, 07 mai 2009 09:53

La médiocrité du débat est effrayante.....

Ecrit par : frère odm cochon qui s'en dédit | jeudi, 07 mai 2009 09:53

Présentée, déformée, débattue par les cochons, en effet la médiocrité ( et le mot est faible ) est de mise pour traiter ce genre de question.
Mais si tu étais noir(e), et confronté(e) , quotidiennement, séculairement, "naturellement" à ce "regard des aveugles" et aux postures qu'il commande, alors ce ne serait pas même une "question" pour toi.

Écrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 10:06

Ecrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 10:06

Ce n'est pas cette réponse encore une fois de plus énoncée sous la forme anathème ad hominem (j'adore cette espression latine) et cassante qui me convainc de la justesse de l'inéfiscience de la présentation sentimentale du problème ( s'il y en a un, est ce celui qui est mis en exergue?)

Ton attitude et ta réponse ne sont ni rationnelles ni encore moins marxistes !

Écrit par : frère odm cochon qui s'en dédit | jeudi, 07 mai 2009 10:38

La division de la classes ouvrières en sous groupes, femmes, jeunes, étrangers etc, antagonistes est une démarche de l'empire non acceptable par un internationaliste.

Écrit par : frère odm cochon qui s'en dédit | jeudi, 07 mai 2009 10:41

Je sais bien que le marxisme est une pensée qui a pris naissance dans les salons, mais à un moment donné il faut qu'elle en sorte...

Mais peut-être que Bensaïd a des réponses a nous apporter.

Écrit par : frère odm cochon qui s'en dédit | jeudi, 07 mai 2009 10:43

Ecrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 09:25

C'est une évidence, nous sommes d'accord.

Écrit par : agathe | jeudi, 07 mai 2009 11:08

Ecrit par : agathe | jeudi, 07 mai 2009 11:08

Dans ma banlieue, il suffit de se rendre à son bureau de poste, ou à la pharmacie de son quartier, pour constater qu'être Noir vous fait perdre quelquefois la priorité dans les files d'attente. Mais il faut parfois rappeler ces évidences...

---------------------------------------------------

Hypothèse : vous travaillez pour une entreprise sarkophile (par exemple, TF1). Vous vous interrogez au sujet de la loi Hadopi, qui vous inquiète. À titre personnel, vous décidez d'écrire à votre député pour obtenir quelques explications utiles.

Votre député (une imbécile mais qui ne pense pas à mal) transmet votre mail privé au Ministère de la Culture.

Le ministère de la Culture transmet votre mail privé au service juridique de votre employeur.

Quinze jours plus tard, vous êtes licencié en raison de vos opinions.

Dans la France de Sarkozy, ce n'est plus une hypothèse, c'est la réalité.

http://www.ecrans.fr/Vire-de-TF1-pour-s-etre-oppose-a,7132.html

Mais bien sûr, vous êtes libre de saisir les Prud'hommes, et nul doute que vous serez rétabli dans vos droits d'ici à quelques années.

Écrit par : (ne pas confondre) | jeudi, 07 mai 2009 11:25

Je suis aterré par le constat dressé par Agathe, urbain, et (ne pas confondre) sur la négrophobie prétendument subie par nos compatriotes forts en mélanine. Je crois que c'est faux.

Là où j'ai grandi, il n'y avait ni racisme ni discrimination (ni Noirs d'ailleurs, il faut bien l'avouer).

Écrit par : Sly | jeudi, 07 mai 2009 11:51

Ecrit par : Sly | jeudi, 07 mai 2009 11:51

Si je copie/colle ce que tu as déjà exprimé ici, j'aurai pu écrire un texte sur le racisme illustré mais il aurait fallu six pages (au moins)...

Écrit par : agathe | jeudi, 07 mai 2009 11:57

( Nicks s'intéresse beaucoup aux meufs, surtout si elles sont politisées )???

Son genre c'est le clône d'Arlette?

Ecrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 10:06

Ecrit par : (ne pas confondre) | jeudi, 07 mai 2009 11:25

Pas d'accord du tout avec le fait qu'être Noir(e) fait systématiquement de vous un être de seconde zone..
Faire la queue dans mon bureau de poste ou prendre le bus dans mon quartier, vous fera ressentir l'inverse de celà..

Écrit par : Pamela de barres | jeudi, 07 mai 2009 11:58

Ecrit par : agathe | jeudi, 07 mai 2009 11:57

zzzZZZzzzzZzzzZZZzzz

(c'est presque aussi crédible que ton histoire des passagers du métro qui se lèvent à la vue d'un Noir... et c'est pour cette raison que j'ai publié cet article de Marianne qui démonte les mensonges antiracistes de "Dans la peau d'un noir")

Le fait est qu'aujourd'hui les agressions racistes les plus courantes sont les agressions antisémites, et le racisme anti-blanc qui sévit dans les banlieues.

Marre des mensonges et de la propagande antiraciste et immigrationniste !

Écrit par : Sly | jeudi, 07 mai 2009 12:13

Marre des mensonges et de la propagande antiraciste et immigrationniste !

Ecrit par : Sly | jeudi, 07 mai 2009 12:13

Ca étaye bien.

Écrit par : agathe | jeudi, 07 mai 2009 12:36

Amusant, agathe , comme ton billet, finalement assez banal ( au sens de rappelant des choses assez évidentes et hélas fort communes ) permet de faire émerger les déterminismes profonds et les connivences qui vont avec ( par exemple le fascisto sioniste avec le savonarole de bazar, compères chimériques et double face de la même médaille poisseuse ).

Écrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 12:40

Ecrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 12:40

Oui, c'est intéressant :-))

Écrit par : agathe | jeudi, 07 mai 2009 13:06

Ecrit par : Sly | jeudi, 07 mai 2009 12:13

Cet épisode de vie tristement quotidienne est pourtant peu de chose en regard d'anecdotes qui seraient pour des gens comme toi totalement inconcevables et cependant bien réelles et évcues par mon fils, ma femme, mes neveux, et d'une manière plus générale tous ceux qui sont "visiblement" perçus comme "pas comme toi" ( autres, étrangers, et donc dangereux ).
Juste une anecdote similaire donc ( et parmi des milliers d'une écœurante banalité ), vécue dernièrement par un neveu antillais, qui donc avait eu la mauvaise idée de laisser sa place assise à une brave dame dans le métro et s'est fait remercier d'un aimable "fout le camp , retourne chez toi ".
Le gros problème, quand on est noir, c'est que "ça se voit" tout de suite ... mais là où ça fait le moins de "différence" c'est précisément dans les banlieues et les "cités", où nos deux com(n)pères sentencieux et fulminants n'ont jamais foutu les pieds , sauf pour les cognes ...

Écrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 13:10

Ecrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 12:40

Voir ou y voir

http://www.ubu.com/film/marker_junkopia.html

Écrit par : agathe | jeudi, 07 mai 2009 13:30

Le rejet de la société n'est pas spécifique aux blacks.
A travers les billets d'agathe, on l'a vu s'établir à toute personne qui ne fait pas partie de la classe "étalon dominant" de la société.

Il y a encore de nombreuses ségrégations dans la société, liées à l'argent, la couleur de peau, le sexe, l'âge, les papiers, la maladie, l'infirmité...
Ce que recherche le pouvoir qui cautionne ces ségrégations selon le vieil adage diviser pour régner c'est l'absence de prise de conscience que les opprimés ont tout intérêt à rester grouper et à prendre conscience qu'ils sont une classe, avec des moyens d'action qui peuvent être mis en commun.

La politique de Sarkozy est double mais cohérente : d'un côté stigmatisation des "clandestins", les autres, la racaille, de l'autre une Rama Yade, l'exception qui infirme la règle du destin commun des opprimés, on peut s'en sortir dans une lutte individuelle (pseudo-méritocratie) donc quel intérêt de rechercher une lutte commune.

Écrit par : nef des fous | jeudi, 07 mai 2009 13:54

Ecrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 13:10

Grouiik...
Les cochons noirs contre les cochons roses, mais ils finissent tous à l'abattoir...

Grouinkkkk

Écrit par : groink groink | jeudi, 07 mai 2009 13:57

Ecrit par : agathe | jeudi, 07 mai 2009 13:30

En même temps, les commentaires de Marker me manquent, il écrit si bien !

Écrit par : nef | jeudi, 07 mai 2009 14:00

Ecrit par : groink groink | jeudi, 07 mai 2009 13:57

Pour une fois d'accord !

Écrit par : nef | jeudi, 07 mai 2009 14:15

Ecrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 13:10

Je suis très surpris de lire ça.

Écrit par : Sly | jeudi, 07 mai 2009 14:20

Ecrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 13:10

Sarkozy favorise le communautarisme, la compétition entre communautés et à l'intérieur des communautés entre les bons juifs, les bons chrétiens, les bons noirs, les bons beurs, les bons musulmans, les bons chômeurs, c'est du pain béni(oui oui) pour lui.

Écrit par : nef | jeudi, 07 mai 2009 14:21

Libye-immigration: le HCR "très inquiet"

Le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) s'est dit "très inquiet" aujourd'hui après l'annonce du premier renvoi immédiat jeudi en Libye de 227 immigrants recueillis mercredi par des vedettes italiennes au large des côtes libyennes.

Certains de ces immigrés pourraient être des prétendants légitimes à l'asile politique, a indiqué à l'AFP Laura Boldrini, porte-parole en Italie du HCR.
"Les migrants n'ont pas pu faire de demande d'asile politique car ils n'ont même pas été accueillis" quelque part, a-t-elle souligné.

En 2008, 75% des immigrés débarqués sur les côtes italiennes par la mer ont déposé une demande d'asile politique et 50% de ces demandes ont été acceptées, selon le HCR.

La Libye n'a pas signé la Convention de Genève sur les réfugiés et ne propose aucun dispositif d'accueil pour les réfugiés politiques, a rappelé Laura Boldrini.

Écrit par : Sly | jeudi, 07 mai 2009 14:23

Sarkozy favorise le communautarisme
Ecrit par : nef | jeudi, 07 mai 2009 14:21

Et il est évident que l'immigration de masse des dernières décénnies n'a pas contribué à ce phénomène ! Notre président M. Nicolas Sarkozy récupère le pays tel qu'on lui a laissé...

Écrit par : Sly | jeudi, 07 mai 2009 14:25

Salut

Une info pour Groink
http://www.rtbf.be/info/le-seul-porc-afghan-en-quarantaine-a-cause-de-la-grippe-porcine-105577

Écrit par : rep ban | jeudi, 07 mai 2009 14:45

Sept étudiants jugés pour une manifestation pro-Julien Coupat

Sept étudiants présentés comme membres du "mouvement autonome" ont été jugés, mercredi 6 mai, à Paris pour "refus de dispersion" et "participation à une manifestation non autorisée", le 24 janvier, en faveur de Julien Coupat, incarcéré depuis novembre 2008, dans l'affaire des sabotages à la SNCF.

"Il y avait des cagoules ? Des vociférations ?", a interrogé la procureure, qui a requis "une peine qui ne dépassera pas le sursis". Les prévenus se sont décrits comme des témoins. Irène Terrel, leur avocate - et celle de Julien Coupat - a dénoncé une "incrimination qu'on n'utilise qu'en des temps troublés". "Un sursis pour se promener dans la rue, c'est énorme, a-t-elle ajouté. Ils ne sont accusés ni de violence, ni d'outrage ou de rébellion, de rien."

Décision le 10 juin.

Écrit par : Sly | jeudi, 07 mai 2009 15:57

Ecrit par : Sly | jeudi, 07 mai 2009 14:23

Et aucun pays européen ne fait pression sur la Libye pour qu'elle intensifie la chasse aux clandestins, qu'elle ne les parque dans des camps de concentration, qu'elle les renvoie dans des conditions de transport intolérables et mortelles et n'a reçu à cet effet en grande pompe Kadhafi.
Mais que fait notre ambassadeur en Libye ?

Écrit par : nef | jeudi, 07 mai 2009 15:58

Ecrit par : agathe | jeudi, 07 mai 2009 13:30

Ce qui est très amusant, dans ton choix de vidéo, c'est que cette vidéo ( celle du "court-métrage roi" dans laquelle elle a été insérée lors de sa diffusion initiale par la 7) a été faite par l'équipe avec laquelle je travaillais alors (très occasionnellement) .
Une période (très brève) où la création et la créativité furent véritablement de mise à la radiovision, pour la bonne et simple raison que personne ne regardait.
Souvenirs, souvenirs ...

Écrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 16:02

Ecrit par : nef | jeudi, 07 mai 2009 15:58

LIBYE
Tripoli | Ambassade Ambassadeur : son exc. M. François GOUYETTE


Adresse : Rue Beni El Amar - Quartier Hay El Adalous - PO box 312 - Tripoli


Tél: [218] (21) 477 48 91 / 477 38 07


Fax : [218] (21) 477 82 66


Internet : http://www.ambafrance-ly.org


Courriel : info@ambafrance-ly.org / consulat@ambafrance-ly.org (section consulaire)

Écrit par : Sly | jeudi, 07 mai 2009 16:05

Ecrit par : nef des fous | jeudi, 07 mai 2009 13:54

C'est sans doute "objectivement" vrai, mais présenté ainsi ça devient une série de poncifs relativistes et lénifiants qui ne rendent aucunement compte du réel.

Plus authentique eut été la (re)formulation suivante :

Il y a toujours de nombreuses ségrégations dans la société, liées à l'argent, la couleur de peau, le sexe, l'âge, les papiers, la maladie, l'infirmité... mais y'en a qui "en plus" ... sont noirs,
et ceux-là morflent en premier, et toujours, et ont tous les autres sur le dos, sans jamais, à aucun moment pouvoir espérer la moindre reconnaissance de l'injustice dont ils sont "naturellement et visiblement" victime.

Il ne s'agit évidemment pas de communautarisme, même si ce déni qui perdure est évidemment récupéré et instrumentalisé,
mais si on ne comprend pas ça, évidemment on a du mal à comprendre pourquoi Dieudonné fait salle comble.

Écrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 16:12

Ecrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 16:12

Je me suis toujours tapée comme de l'an 14 de ce que faisait Dieudonné. Autant s'interroger sur les 17% qui ont voté Le Pen. C'est le genre d'interrogation qui ne mène elle aussi qu'à des poncifs et à la déploration.

Quand à suggérer "une hypothèse commune" cela me semble plus léniniste que lénifiant;-)))

Écrit par : nef | jeudi, 07 mai 2009 16:32

Ecrit par : Sly | jeudi, 07 mai 2009 16:05

Je n'ai pas besoin de cela.

Écrit par : nef | jeudi, 07 mai 2009 16:36

Ecrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 16:12

Un petit extrait du cours de Badiou sur la politique.

"Nous soutiendrons que les communautés substantielles ou prédiquées constituent l’innommable de la politique, et que vouloir en forcer le nom débouche sur des tentatives le plus souvent criminelles, puisque ce forçage revient à déclarer que les intérêts auxquels telle communauté s’identifie sont universels. Dès lors on force, on oblige la communauté en question à se place sous la juridiction de sa nomination, ce qui entraîne l’anéantissement de cette communauté, et tendanciellement d’autres communautés. Le mal dont la politique est capable, c’est le communautarisme.

Remarques : communautarisme permet d’éviter l’énoncé univoque « le mal dont la politique est capable, c’est le seul racisme ». En effet, faire seulement nom politique d’un nom d’une communauté (les juifs) risque l’emprise d’une logique du comme si l’autre (les arabes) pouvait fonctionner comme le même dans un combat infini contre d’autres communautés. L’innommable propre d’une procédure politique de vérité réside dans la figure de sous-ensemble prédicatif dans la situation, dont la présentation relève strictement des configurations du savoir, ou encore, dans ce qui se présente comme de l’altérité, étant entendu que cette présentation de l’autre, et non du même égalitaire, a lieu dans l’infinité subjective d’une procédure de vérité politique. Cela dit, le maniement des noms des communautés : juifs, arabes, italiens etc… dans un simple registre subjectif reste bien entendu d’un usage naturel. Soutenir que de telles figures prédicatives soient l’innommable propre de la politique d’émancipation, c’est soutenir en politique que le mal (forçage de la nomination de l’innommable) c’est faire fonctionner comme noms de la politique des noms communautaires, donc le communautarisme est le mal dont la politique est capable. Ainsi conçu, on s’aperçoit que le communautarisme est apparu très fréquemment dans la politique révolutionnaire, par exemple dans la théorie des khmers rouges, du bon et du mauvais peuple, qui impliquait que tout ce qui existant devait recevoir son nom – tout simplement la mort pour des milliers. Le repérage de la figure spécifique du mal en politique permet de distinguer 3 caractéristiques de toute politique émancipatrice :

- c’est une activité gratuite, qui se tient au plus loin de la représentation des intérêts, car elle s’avère par excellence une pratique désintéressée, dont le seul intérêt réside dans son activité même. Elle n’a rien à voir avec une éthique de la non-corruption et s’éloigne à jamais de l’organisation de l’errance de l’Etat chevillée aux réseaux des systèmes des intérêts communautaires avec lesquels il module sans cesse.

- la politique émancipatrice est essentiellement non programmatique : aprogrammatique encore plus accusé dans la logique d’une politique dont les tâches sont interminables.

- coextensive à son existence, ie déterminée par ses choix pris selon la logique égalitaire du même, la politique ne se donne nulle part ailleurs que dans la précarité de sa propre ligne.

Ces 3 caractéristiques de toute politique émancipatrice sont liées au fait que le communautarisme de parti est le mal propre dont la politique est capable."

http://www.entretemps.asso.fr/Badiou/91-92.htm

Écrit par : nef | jeudi, 07 mai 2009 17:45

Ecrit par : nef | jeudi, 07 mai 2009 17:45

Parfaitement d'accord avec tout ça , qui ne contredit en rien ce que je t'ai dit.

Écrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 18:38

mais si on ne comprend pas ça, évidemment on a du mal à comprendre pourquoi Dieudonné fait salle comble.
Ecrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 16:12


Comment Dieudonné est devenu antisémite
Ses liens avec les milieux antisémites remontent bien avant son rapprochement avec le Front national.


Chapitre 1 : les prémisses de la haine dès 2002

La polémique Dieudonné naît le 1er décembre 2003 avec son célèbre sketch du rabbin nazi sur le plateau de Fogiel. L'affaire fait grand bruit. Pourtant, à cette époque, Dieudonné, ancien militant de gauche, a déjà fait de nombreuses déclarations, autrement plus graves. Et qui n'étaient pas des sketchs. En janvier 2002, celui qui n'avait pas reçu de financement de la part du CNC pour son film «Le code noir» sur l'esclavage déclare à «Lyon Capitale»: «pour moi, les juifs, c'est une secte, une escroquerie. C'est une des plus graves parce que c'est la première» (il sera condamné, pour la première fois, pour ces propos bien plus tard en février 2007 par la cour de cassation).

Récidive en octobre sur blackmap.com: «étant donné que le noir dans l'inconscient collectif porte la souffrance, le lobby juif ne le supporte pas parce que c'est leur business! Maintenant, il suffit de relever sa manche pour montrer son numéro et avoir droit à la reconnaissance». Le discours est fixé, il ne changera plus.

Écrit par : Sly | jeudi, 07 mai 2009 18:57

Chapitre 3 : Le rapprochement discret avec le FN (2005- fin 2006)

En mars 2005, Dieudonné se solidarise avec Bruno Gollnisch, exclu alors pour cinq ans de l'université de Lyon-III à la suite de propos controversés sur les chambres à gaz. S'il dit avoir des« positions politiques radicalement opposées», il le soutient car «on est dans un Etat de droit, sous la pression d'un lobby qui se croit tout permis dans ce pays». En octobre, le FN lui rendra d'ailleurs la politesse en demandant de concert avec l'ancien humoriste la démission de Marc-Olivier Fogiel de France 3.

En juin, interviewé par Novopress.info, émanation des «Identitaires», il dénonce la connerie des «sionistes». Le mois suivant, il théorise l'utilisation de ce mot: « je ne prononce pas le mot juif. Après mes différents procès, j'ai compris qu'il pouvait y avoir interprétation sur ce mot alors que sur sioniste, il n'y a pas d'interprétation possible».

En avril 2006, Dieudonné, candidat depuis décembre 2005 à la présidentielle, accorde une interview au numéro un de la nouvelle version du mensuel «Le choc du mois». Un média d'extrême droite dirigé par Jean-Marie Molitor, également directeur de l'hebdomadaire « Minute ». Le titre avait cessé d'exister en 1993 après la publication d'une interview de... Robert Faurisson. Dans son entretien, Dieudonné établit une communauté de destin entre lui et Jean-Marie Le Pen, son ancien ennemi: «il est la vraie droite, je suis la vraie gauche, le Nouvel Empire n'aime ni les uns ni les autres». Fin juin, le site «La banlieue s'exprime» d'Ahmed Boualek, proche du FN, révèle que le coordinateur de campagne de Dieudonné est un certain «Marc Robert», de son vrai nom Marc Georges, responsable frontiste, proche du régime baasiste irakien. C'est avec lui que Dieudonné part fin août au Liban soutenir de hauts responsables politiques, notamment du Hezbollah. Il est également accompagné de Frédéric Châtillon, ancien responsable du GUD (et d'Alain Soral, devenu entre temps plume de Jean-Marie Le Pen).

Écrit par : Sly | jeudi, 07 mai 2009 18:58

Chapitre 4 : Le coming-out islamo-frontiste, Dieudonné décomplexé (fin 2006 à aujourd'hui)

Lorsque Dieudonné se rend à la fête du FN au Bourget le 11 novembre 2006, la plupart des médias s'en étonnent. Il s'agit officiellement de répondre à la «main tendue par le FN aux Français d'origine étrangère». Autre amabilité: Jean-Marie Le Pen est invité en décembre 2006 à son spectacle au Zénith (en compagnie, entre autres, de Thierry Meyssan, auteur de «L'effroyable imposture»). Même si ce rapprochement avec l'extrême droite traditionnelle n'est pas nouveau, son officialisation va coûter à Dieudonné la plupart de ses soutiens. D'autant plus que sa virginité judiciaire derrière laquelle il se retranchait jusqu'alors cesse avec sa première condamnation pour injure raciale en février 2007. Mois durant lequel il exprime sa solidarité, lors d'une conférence de presse, avec Kémi Séba, leader du groupuscule suprématiste noir Mouvement des damnés de l'impérialisme (ex tribu Ka), qui vient d'être condamné à deux mois de prison ferme. Dieudonné, alors plus prudent, avait pourtant officiellement pris ses distances avec ce militant ouvertement raciste en avril 2005.

Désormais décomplexé, Dieudonné participe en mars 2007 à un voyage au Cameroun, son pays d'origine, avec Jany Le Pen et ne cache pas, en avril 2007, préférer Jean-Marie Le Pen à Nicolas Sarkozy en cas de duel au second tour de la présidentielle. La suite est connue et les médias relaient fréquemment ses frasques: le baptême de sa troisième fille par Jean-Marie Le Pen en juillet 2008 (Libération) ou encore la location de son théâtre au FN en septembre 2008 (Le Parisien).

Avec la remise d'un prix de «l'infréquentabilité au négationniste Robert Faurisson en décembre 2008 au Zénith ll transgresse le tabou ultime. La mairie de Paris semble dès lors déterminée à trouver un moyen de faire fermer le théâtre de la Main d'or. «Ce lieu est l'épicentre de la toute la nébuleuse anti-juive de Paris», confirme le politologue Jean-Yves Camus. Parmi les mouvements qui le fréquentent, citons le Rassemblement des Etudiants de droite (RED, renouveau du GUD), la Droite socialiste (droite ultra) et bien évidemment Egalité et Réconciliation, l'association d'Alain Soral.

En mars 2009, Dieudonné annonce une nouvelle candidature aux Européennes sous l'étiquette du parti anti-sioniste de l'ultra radical chiite Yahia Gouasmi. La farce ne semble pas prête de finir...

Écrit par : Sly | jeudi, 07 mai 2009 18:59

Chapitre 2 : Le compagnon de route de la cause palestinienne radicale (2003-2004)

L'affaire du sketch est suivie d'une série de propos violents dans la presse. En janvier 2004 à «The source»: «La population juive n'aime pas que je dénonce certaines de leurs manipulations médiatiques». En février au «JDD»: «ce sont tous des négriers reconvertis dans la banque, le spectacle et aujourd'hui, l'action terroriste qui manifestent leur soutien à la politique d'Ariel Sharon» (il sera condamné pour ces propos bien plus tard, en novembre 2007).

A cette époque, Dieudonné est encore soutenu par de nombreuses personnalités comme Mouloud Aounit, alors secrétaire général du Mrap, qui vient lui apporter son soutien en février quand son spectacle à l'Olympia est annulé. En avril, ce sont Benoît Delepine de Canal + ou encore Robert Ménard de Reporters sans frontières qui prennent sa défense lors du «procès du sketch».

Au-delà de la liberté d'expression, Dieudonné devient surtout une figure de la cause palestinienne en annonçant au printemps sa candidature aux européennes - déjà - sous l'étiquette Euro-Palestine. Parallèlement, d'autres personnalités apparaissent dans son entourage à ce moment-clé. Ils ne le quitteront plus. Ginette Skandrani, coéditrice d'un faux antisémite «Le manifeste judéo-nazi d'Ariel Sharon» et exclu des Verts pour négationnisme, ainsi que certains de ses amis: Serge Thion, exclu du CNRS pour négationnisme, Assani Fassasi, proche du régime libyen et animateur du Collectif des filles et fils d'Africains déportés (Coffad), Mohamed Latrèche, président du très radical Parti des Musulmans de France (PMF). Survient aussi Alain Soral, intellectuel du FN qui rejoint le comité de soutien d'Euro-Palestine. C'est d'ailleurs officiellement à cause de Soral et de ses «propos antisémites» sur France 2 en septembre 2004 qu'Euro-Palestine prend ses distances en octobre avec un «Dieudonné sur une pente très glissante».

La mini affaire Soral vaudra à Dieudonné en septembre un nouveau soutien: celui de Maria Poumier, une proche du négationniste Roger Garaudy. Le laïque Dieudonné achève l'année 2004 en recevant dans son théâtre parisien de la Main d'or les juifs extrémistes (et antisionistes) du mouvement Neturei Karta et en défilant contre l'interdiction d'Al Manar, la chaîne télé du Hezbollah libanais. A ce moment-là, son réseau antisémite est déjà constitué. Il provient en majorité de la gauche radicale. Mais peu en parle. Ce n'est qu'avec un nouveau scandale - il décrit la Shoah comme une «pornographie mémorielle» - que Dieudonné refait la Une des journaux pour la seconde fois.

Écrit par : Sly | jeudi, 07 mai 2009 19:00

Ecrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 18:38

Tout comme ton apport à mon commentaire.

Ceci dit je ne comprend toujours pas en quoi le fait que "je" dise


"sont noirs,
et ceux-là morflent en premier, et toujours, et ont tous les autres sur le dos, sans jamais, à aucun moment pouvoir espérer la moindre reconnaissance de l'injustice dont ils sont "naturellement et visiblement" victime."

contredisait le mien. Cela supposerait que je sois insensible à cette injustice, parce que je n'ai l'ai pas mis en exergue par rapport aux injustices et inégalités en général ?

Et je cherche encore en quoi le questionnement sur remplissage de salles de Dieudonné apportait à mon propos. Par mon ignorance de cette question serais-je complice ?

Écrit par : nef des fous | jeudi, 07 mai 2009 19:14

Bravo et ben moi je ne nettoie pas.

Écrit par : nef | jeudi, 07 mai 2009 19:15

Ecrit par : rep ban | jeudi, 07 mai 2009 14:45

Un drame absolu, Rep...mais ne le privons pas de son amie la chèvre....que fait Reporters sans frontières ?
Karl Marx a-t-il envisagé l'oppression des cochons?
Que de questions sans réponses.
Merci Rep !

Grouiikkk grouikkk !

Écrit par : groink groink | jeudi, 07 mai 2009 20:15

omar bongo est noir et pourtant.....les arguments développés ici sont ridicules et surtout constatons que l'essentiel n'a pas été dit, c'est la pauvreté qu'on discrimine....mais ça le petit bobo blanc de base a du mal a l'admettre en dehors de l'académisme livresque.....

Écrit par : frère odm | jeudi, 07 mai 2009 20:25

Sly et Urbain même combat !

Écrit par : frère odm | jeudi, 07 mai 2009 20:25

Ecrit par : frère odm | jeudi, 07 mai 2009 20:25

Je te remercie mai tu te le gardes , votre connivence fait plaisir à voir, d'ailleurs il ne manque jamais de te faire allégeance et constitue la juste mesure de la portée de tes grognements.

Écrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 21:17

Ecrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 21:17

Une non réponse de plus....

Écrit par : frère odm | jeudi, 07 mai 2009 21:23

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | mercredi, 06 mai 2009 18:18

En fait , c'est assez simple (au fond): si tu veux éviter d'être pris pour un con, évite de dire des conneries.

Ecrit par : urbain | mercredi, 06 mai 2009 20:21

C'est une drôle de réflexion venant d'un type qui en raconte dix par jour... ;-)))

Mon pauvre Urbain... Si tu te relisais !

Et puis, réciter des phrases d'intellos ne fait pas de toi, jusqu'à nouvel ordre, un intellectuel.

C'est ce que beaucoup ici n'ont pas encore compris... Les citations m'ont toujours fait marrer, elles sont la roue de secours des besogneux sans imagination qui ont l'impression de penser.

Tâche plutôt de confectionner des billets dans lesquels tu excelles plutôt que de réciter bêtement ce que disent les autres. On avait Robocop, désormais on a intellobot : c'est moins rigolo et en plus ça se prend pour une lumière... Confondant de bêtise !

Crée au lieu de répéter connement les 4 èmes de couverture... Et le pire c'est que dans la création tu es bon, ça me déchire le coeur de le dire mais dans les jugements à 3 balles de tes commentaires, le mur du çon est largement franchi !

Allez Urbain, un petit effort : juste un peu de lucidité et tu redeviendras le type intéressant que j'ai connu durant le DEL !

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | jeudi, 07 mai 2009 21:34

Bon, je reviens d'un petit intermède théatral, au théatre14 , pour voir les gamins des cités ( dont certains apprentis libraires chez le vieux libraire stalinien de pernety)
http://theatre14.fr/2008_jeune_creation.php
des gamins et gamines de 14 à 20 ans , blacks, blancs, beurs, tous de milieux très modestes, certains avec des petites particularités ( autiste, trisomique, etc ..). Résultat un merveilleux petit spectacle, et un peu de soleil dans l'eau froide.
J'en parle , par ce que les pourfendeurs du communautarisme et de l'intolérance religieuse, que nous avons ici ( j'ai nommé l'ami des cochons et son disciple casher ) me font plutôt l'effet de guignols déroulant un épisode assez mal travaillé, sur un thème qui leur est complètement étranger.
J'en parle aussi , pour apporter quand même un éclairage plus chaleureux au billet d'agathe, par ce que la ligne finale du spectacle qu'ils ont conçu et monté eux-mêmes (et qui t'auaris beaucoup plus agathe), c'est ( de mémoire) "va Moussa, sois ce que tu veux".

Écrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 21:35

Ecrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 21:35

Et fait ce qu'il te plait.....
Quelle escroquerie de dire et de faire croire cela à ces jeunes de milieux populaires...
C'est honteux !

Écrit par : frère odm | jeudi, 07 mai 2009 21:41

Purée, c'est du pilonnage pour le coup.....

Écrit par : frère odm | jeudi, 07 mai 2009 21:46

Ecrit par : frère odm | jeudi, 07 mai 2009 21:41

Je ne doute pas qu'ils apprécieront tes encouragements.

Mais, une fois encore je crains qu'à trop vivre et penser comme un porc, tu n'ais pas bien compris ce qui était écrit.
Ce texte , et notamment sa conclusion, personne ne l'a écrit pour eux.
Personne ne le leur fait croire .
Ils y croient, ils veulent y croire.

Écrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 22:13

émancipez vous avec la mairie du XIV eme....un must !

Écrit par : frère odm | jeudi, 07 mai 2009 22:27

La mairie du XIVème a payé la location de la salle.
( tu t'enfonces dans ta bauge , frère groiink )

Écrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 22:35

Ecrit par : nef des fous | jeudi, 07 mai 2009 13:54

J'aurais pu dire exactement la même chose.

@Urbain

Ah ben si elle aime le rugby en plus ! Bon cela dit, Martinophile c'est moins attrayant, mais plus que Royalophile bien entendu...

Pour le reste, je suis en principe assez proche de ta démarche analytique, mais version instinctive (non érudite, voire non cultivée) et moins radicale je pense.

@Pam

Jalouse ! En plus ce n'est même pas légitime, je te trouve (virtuellement bien entendu) délicieusement agaçante et d'autre part n'étant ni intégralement marxiste, ni communiste et doué d'un sens plutôt acéré de l'esthétisme, Arlette se positionne bien loin de mon idéal féminin.

Écrit par : Nicks | jeudi, 07 mai 2009 22:37

Ecrit par : Nicks | jeudi, 07 mai 2009 22:37

Juste un bé-mol, pour autant que je sache, elle apprécie plutôt les rugbymen que le rugby.
Quant à pam , je ne crois pas qu'elle soit très royalophile non plus.

Écrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 22:42

Le seul royalophile avéré et revendiqué, ici, c'est le nouvel ami des cochons, en dépit du fait que sa madone ait pour l'instant omis de présenter ses excuses aux cochons (et aux mexicains), mais il n'est pas à une incohérence près, et c'est bien dans sa logique de porc.

Écrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 22:49

La mairie du XIV eme et son maître, Pascal Cherky

Agé de 43 ans, Pascal Cherki se dépeint comme un enfant du 14e, issu du quartier Montparnasse. Il est conseiller d’arrondissement du 14e depuis 1995 et fut proche de Pierre Castagnou depuis 1983. Il commença son parcours politique en s’engageant dans le syndicalisme étudiant en prenant les rênes le l’UNEF entre 1988 et 1994. Longtemps proche de Julien Dray, il fut également responsable national de SOS Racisme de décembre 1992 à juillet 1993, et en fut également l'avocat.

Seul nuage à cette prise de fonction, persiste le dossier Flam. Adjoint au sport de Bertrand Delanoë de 2001 à 2008, Pascal Cherki a été récemment entendu comme témoin par la brigade de répression de la délinquance économique, tout comme le Maire de paris. L’affaire qui remonte à 2006 porte sur des subventions par Derichebourg au Paris Levallois Basket comme de probables contreparties d’un juteux marché d’enlèvement de déchets.

Une épée !

Beau CV pour le maire : Dray et ses montres, SoS racisme et ses comptes, les JO ratés et la probité des villes candidates, et maintenant les clubs de sport qui fricottent avec les poubelles de derichebourg...

Un exemple pour la jeunesse qui veut croire....

C'est pitoyable !

Écrit par : frère odm | jeudi, 07 mai 2009 22:51

@urbain

Ben heu, j'ai un physique de rugbyman, enfin pas Dieu du Stade bien entendu. C'est donc éliminatoire :oB

Quant au "royalophile", il ne visait pas Pam du tout.

Écrit par : Nicks | jeudi, 07 mai 2009 22:53

Grouiikkkk

Écrit par : groink groink | jeudi, 07 mai 2009 22:55

Ecrit par : frère odm | jeudi, 07 mai 2009 22:51

ça s'appelle noyer le poisson ( pas beau pour un cochon).
Il n'est aucunement question de la mairie du XIVème, dont tout le monde se tape, moi le premier , et la troupe de Nathalie Sevilla encore plus ( c'est pas castagnou qui a écrit le texte post mortem depuis son de son caveau, et pas davantage l'équipe municipale ):

Comme les trois autres épisodes de la vie de Khadija, cette pièce a été écrite pour les élèves de l'Ecole Régionale d'Enseignement Adapté(E.R.E.A) Croce Spinelli et mise en scène par Nathalie Sevilla
Les Editions de l'Amandier ont déjà publié le premier épisode, KhadiJa vient à Paris et publieront bientôt celui-ci .

Au cours des cinq années nécessaires â sa réalisation, ce projet a reçu le soutien de la Fondation Nuage France, de la Fondation de France, du Fonds Social Européen et de la Ville de Paris.
Et il a bénéficié à Paris de l'accueil généreux de I'E.R.E.A. Crocé Spinelli, du Théâtre 14, du Centre Vercingétorix, du Théâtre de la Cité Internationale,
du Lavoir Moderne Parisien, du Local et du Grand Parquet, et à Avignon de la Maison pour tous Le Château.

Écrit par : urbain | jeudi, 07 mai 2009 23:05

"Les citations .. sont la roue de secours des besogneux sans imagination qui ont l'impression de penser."
ce ne serait pas con, cui cui
mais une citation c'est aussi un peu de modestie .. toi qui aime beaucoup cette "qualité".. faire une citation c'est accepter l'idée de n'avoir rien inventé (comme celui que l'on cite d'ailleurs)


moi je n'aurai pas ri, agathe.. Léon n'a pas raison
il est énervé.. ça se comprend.. mais il mélange tout
il y a des sans-papiers Blancs.. et il y a des Noirs racistes

oui! bon! je suis un peu préchi-précha ce soir.. je sens que je vais fâcher tout le monde
dommage

Écrit par : le meuble du coin | vendredi, 08 mai 2009 00:07

http://www.la-clau.net/info/deux-pompiers-de-prades-porteurs-de-la-grippe-porcine-2349

Les deux hommes évoluent favorablement à l’Hôpital Saint-Jean de Perpignan
Deux pompiers de Prades, porteurs de la grippe porcine
Jeudi 7.5.2009. 21:45h Après analyses, l’Institut de veille sanitaire a confirmé ce jeudi après-midi la présence de deux cas de grippe A/H1N1‎ à l’Hôpital Saint-Jean de Perpignan. Deux pompiers volontaires de Prades, hospitalisés mardi après un voyage au Mexique effectué en compagnie de six autres pompiers, ont en effet déclenché la maladie, après avoir été, dans un premier temps, confiné à leurs domiciles dès leur arrivée, dimanche, puis isolés dans des chambres stériles au centre hospitalier de Perpignan. Tandis qu’un traitement à base du médicament Tamiflu assure désormais une évolution favorable des patients, un troisième pompier pourrait également développer la maladie, tandis qu’une légère inquiétude est provoquée par la présence de l’un des deux premiers, mardi, sur son lieu de travail, mais sans véritable risque de contamination, la maladie ne s’étant pas alors déclarée. Jusqu’à présent, la présence de la grippe porcine au plus près de Perpignan avait été signalée jeudi 28 avril à l’Hôpital Josep Trueta de Girona. Selon le numéro deux de l'Organisation Mondiale de Santé, le Dr Keiji Fukuda, "un tiers de la population mondiale serait contaminée" en cas de pandémie de grippe porcine.

Écrit par : groink groink | vendredi, 08 mai 2009 06:05

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu