Avertir le modérateur

« Quand les prix mènent grand train… | Page d'accueil | Après le G vain »

vendredi, 10 avril 2009

Les aventures burlesques de ZorrObama contre la terrible bande des néolibs.

Tandis que l’autre jour, je regardais nonchalamment à la télévision un vieil épisode colorisé de Zorro réalisé par les studios Disney ; usé par une dure journée de travail, avachi dans mon fauteuil en skaï, à côté de la présence rassurante de Youki, mon vieux loulou blanc de Poméranie secoué de tics et écroulé sur sa chaise à portée de caresses, mes chaussons fourrés aux pieds, un béret basque d'origine controlée vissé sur le crâne, figé dans un état semi cataleptique ; je sombrai tout en suivant le feuilleton dans un lourd sommeil hypnotique…

Ob2.jpg

Don DiegObama de la Vega, jeune hobereau de l’establishment, élégant, distingué, bien élevé, propre sur lui, défenseur d’un système dont il était un des multiples piliers et bénéficiaires observait avec désespoir une bande de banquiers et de traders, sans foi ni loi, piller sans vergogne sa petite ville de province mexicaine.

Ses amis aristocrates, le vulgaire Berluscono, le rusé Browno, la potelée MerkeloCapt-2136001.jpg, le petit Sarkozo et le sergent Garcia Barroso pleuraient de désespoir à force de voir, non seulement leurs pays se fissurer, mais bien plus grave : leur caste oligarchique et le système dans lequel ils se prélassaient luxueusement, s’écrouler sous les coups de boutoir de la populace exaspérée par la responsabilité passée de cette noblesse indolente, incompétente et somme toute assez profiteuse.

Une décision sans appel s’imposait. ZorrObama sortit de l’ombre et déjà une certaine jubilation s'empara du peuple et de ses notables !

Amis ! Entendiez vous dans la nuit le claquement sec des ailes de ces vampires cupides affolés qui s’enfuyaient en voletant  maladroitement dans les recoins des Bourses ?

Hélas.

Mille fois hélas.

Un milliard de fois hélas.

Cette marche triomphale ne dura guère car ces charognards coriaces, la bande des néolibs comme on l’appelait avait non seulement pillé l’économie mondiale mais tenait de surcroît en ses mains, tous les fils invisibles du pouvoir et de l’argent. Elle  manipulait par ses lobbies et la corruption toute les oligarchies des pays ! L'élite était si compromise et la collusion entre les aristocrates et la bande apparaissait si patente que même ZorrObama se trouva complètement désorienté.

Les aristocrates rappelèrent promptement ZorrObama afin qu’il évitât de faire tomber en même temps que les responsables du désastre, leurs propres privilèges ! On trouva donc un consensus acceptable entre les néolibs et la caste dirigeante : les uns firent semblant de se repentir après moult démonstrations et les Capt-2219291.jpgautres de faire mine de changer les règles avec force battage sans toutefois trop de contraintes pour les premiers.

Sur la mappemonde les paradis fiscaux furent coloriés en gris  clair, ce fut la mesure principale...  Le peuple fut contraint de payer les pots cassés par solidarité avec les malheureuses banques et les louches financiers et tout rentra dans l'ordre comme par enchantement.

Fichtre ! Il valait mieux réaliser un tel accord plutôt que de perdre la tête sur un billot érigé par les gueux, n'est ce pas ?

Tchin tchin ! Le gros sergent Garcia Barroso, surnommé "la taupe argentée" par les initiés, trinque à votre santé et au renouvellement de son  mandat européen : la bande des néolibs peut, dès lors, entrevoir son avenir avec sérénité !

À El Paso, l’harmonie règne désormais ! Gloire soit rendue à ZorrObama, qui, par son intervention médiatique et spectaculaire a préservé notre société fraternelle et équitable !

Une musique stridente retentit, je sortis de ma léthargie en maugréant… Youki ronflait comme un bienheureux, agité par ses spasmes. Un écran de publicité passait sur l'écran. J'avais la bouche pâteuse...

Sincèrement, Villageois(es), je vais vous faire une confidence : je me demande bien où les auteurs vont chercher des scénarios aussi incohérents, invraisemblales et absurdes ?

Indécis, ennemis et amis de cui cui, jolie nuit !

À après ; mujer y hombre.

 

Cui cui l’oie Zorro beau. (bof)

 

Commentaires

Aucun ordre social ne peut durablement se fonder
sur le principe que rien n’est vrai. Aussi, il faut le
faire tenir. L’application à toute chose, de nos jours,
du concept de « sécurité » exprime ce projet d’intégrer
aux êtres mêmes, aux conduites et aux lieux
l’ordre idéal à quoi ils ne sont plus prêts à se soumettre.
« Rien n’est vrai » ne dit rien du monde,
mais tout du concept occidental de vérité. La vérité,
ici, n’est pas conçue comme un attribut des êtres
ou des choses, mais de leur représentation. Est
tenue pour vraie une représentation conforme à
l’expérience. La science est en dernier ressort cet
empire de l’universelle vérification. Or toutes les
conduites humaines, des plus ordinaires aux plus
savantes, reposent sur un socle d’évidences inégalement
formulées, toutes les pratiques partent d’un
point où choses et représentations sont indistinctement
liées, il entre dans toute vie une dose de
vérité qu’ignore le concept occidental.

Écrit par : frère odm | vendredi, 10 avril 2009 09:01

Ecrit par : frère odm | vendredi, 10 avril 2009 09:01

V'la que notre bon frère odm devient anarcho situationniste, ça sent le soufre .
Le rapport avec le billet pourra utilement être explicité.

Écrit par : urbain | vendredi, 10 avril 2009 09:18

Zorro est le défenseur de la justice plus que des pauvres et il me semble même que dans certains épisodes il jettent en prison quelques aigrefins qui ne sont pas de sa classe.
Car ce justicier est issu de l'aristocratie, il est féru d'art et de litterature et mêne une vie de luxe dans son hacienda fleurie.
En cela il ne conteste pas le système mais lutte contre les abus de ceux qui le servent, non pas pour le combattre intrinséquement, mais pour qu'il survive comme un ordre juste.
Ordre juste, c'est pas la dame du poitou qui hurle au fond du bocage ça ?

Écrit par : frère odm | vendredi, 10 avril 2009 09:29

Zorro est une figure emblématique de la bourgeoisie éclairée, ultime recours du pauvre paysan contre les abuseurs corrompus du système.
Mais il est seul et destiné à le rester afin de preserver son statut de super-héros...c'est pas le trublion du Béarn ça ?

Écrit par : frère odm | vendredi, 10 avril 2009 09:35

Des scénarios où les policiers s’éloignent de plus en plus du sergent Garcia.
Les comiques de caractères et de situations s’effacent inexorablement au « profit » d’une tragédie mortifère.
Vivement « The end » !

Écrit par : Infovite | vendredi, 10 avril 2009 09:35

Le Sergent Garcia est le poliriquement incorrect du système.
Il en vit mais c'est un feignant et un pleutre qui fait sans cesse des effort pour honorer son grade de sergent, obtenu on imagine comment.
Il se charge de gérer la plèbe stupide et corvéable représentée par le caporal stupide et candide. Caporal qui ne prenant aucune responsabilité se permet de poser parfois des questions génante au sergent qui s'en agace souvent.le caporal représente les syndicalistes. Ils mangent à la gamelle en grommelant et en attendant de passer sergent.

Le sergent garcia n'a pas la classe, il aboie ses ordres et combat zorro avec un zèle confinant à l'idiotie....c'est le frédéric lefebvre du commandant...

Écrit par : frère odm | vendredi, 10 avril 2009 09:46

Ecrit par : frère odm | vendredi, 10 avril 2009 09:29

Comme disait ma mère, c'est pour le moins "tiré par les cheveux", par ce que ton deuxième commentaire renvoie peut-être (péniblement)au billet , mais pas du tout à ton commentaire initial (citation d'une glose critique sur la possibilité de la vérité).
Bon, on dira que c'est l'enthousiasme du néophyte, qui t'incite à vouloir ainsi propager la bonne nouvelle mécréante.

Écrit par : urbain | vendredi, 10 avril 2009 09:47

La grille de lecture zorro est universelle et force est de constater que les plus nombreux, les paysans, les pauvres, n'y sont que représentés que comme des êtres pleurnichards et impuissants....dont le seul recours est un aristocrate éclairé mais seul et masqué...

Écrit par : frère odm | vendredi, 10 avril 2009 09:50

Pour en revenir au billet, je me demande en qui s'incarne le "vilain" récurrent ( dont je me souviens assez bien, mais en noir et blanc) : Monastorio.
( je verrai assez bien DSK dans le rôle, il lui manque juste un début de barbichette)

"Out of the night,
when the full moon is bright,
comes a horseman named Zorro .."

Zorro, ZORRO, Zorro, ZORRO,... ad lib.

Écrit par : urbain | vendredi, 10 avril 2009 09:51

seul et masqué...

Ecrit par : frère odm | vendredi, 10 avril 2009 09:50

Tu oublie Bernardo !
( le militant de base, muet ...mais pas sourd)

Écrit par : urbain | vendredi, 10 avril 2009 09:53

J'vous l'avez bien dit !

Écrit par : Rance hier, émancipé demain | vendredi, 10 avril 2009 09:54

Mon commentaire initial est la première pierre de mon modeste mode de raisonnement dont la dernière phrase rèsume le tout comme principe :

"Or toutes les
conduites humaines, des plus ordinaires aux plus
savantes, reposent sur un socle d’évidences inégalement
formulées, toutes les pratiques partent d’un
point où choses et représentations sont indistinctement
liées, il entre dans toute vie une dose de
vérité qu’ignore le concept occidental."

A partir de là, bien que l'expression de l'auteur n'échappe pas au relativisme ambiant dont il se défend, on peut batir des édifices plus ou moins stables et durables.

Écrit par : frère odm | vendredi, 10 avril 2009 09:57

Ecrit par : Rance hier, émancipé demain | vendredi, 10 avril 2009 09:54

En effet ...
Le "fin décryptage" que nous livre frère odm émancipé néophyte, manifeste clairement le discernement du spectateur clairvoyant, qui sait si bien et si spontanément lire entre les lignes des plus subtils montages symboliques que lui soumet l'appareil idéologique, et à qui s'en joue en ricanant.

Écrit par : urbain | vendredi, 10 avril 2009 09:59

Ecrit par : frère odm | vendredi, 10 avril 2009 09:57

On voit que tu es enthousiaste mais que encore mal accoutumé à tes nouvelles lectures et à leur contexte.
Y'a du boulot, mais tu peux y arriver.

Écrit par : urbain | vendredi, 10 avril 2009 10:01

Tes encouragements, Urbain, m'inquiètent !

Écrit par : frère odm | vendredi, 10 avril 2009 10:04

Me serais-je perdu en route ?

Écrit par : frère odm | vendredi, 10 avril 2009 10:04

Les rapports de domination entre Bernardo et Don-Diégo/zorro sont complexes mais ils introduisent l'idée que la domination, combattus comme telle par les marxistes, peut se vivre harmonieusement.
Bernardo c'est le grain de sable.

Écrit par : frère odm | vendredi, 10 avril 2009 10:11

Bernardo c'est Gilbert Montagné.....

Écrit par : frère odm | vendredi, 10 avril 2009 10:13

"Sur la mappemonde les paradis fiscaux furent coloriés en gris clair, ce fut la mesure principale..."


ils ont quand même mis quelques heures pour décider si ce serait en rouge en bleu ou en gris et après on dit qu'ils ne font rien

Écrit par : tgb | vendredi, 10 avril 2009 10:14

Bravo cui cui, Zorro/Don Diego est arrivé ... Bien vu, évidemment après les années Busherie, le soulagement a été immédiat. Tu soulignes à juste titre le poids du monde de la finance, les alliances se paient comptant.

Écrit par : agathe | vendredi, 10 avril 2009 10:18

Rien à déclarer :
http://www.20minutes.fr/article/319325/Economie-Le-taux-du-livret-A-pourrait-chuter-a-1.php

Écrit par : agathe | vendredi, 10 avril 2009 10:40

Putain de merde! moi qui ai rempli tous mes livrets A à bloc......je serais jamais rentier !

Écrit par : frère odm | vendredi, 10 avril 2009 10:49

Bernardo, c'est le téléspectateur, cette instance muette mais qui voit tout, le malin qui sait l'identité réelle de Z., qui sait ce qu'il faut faire, que Z. surgira à la fin, qui a un rapport particulier et unique avec un Z. démythifié mais éminemment bandant, tandis que les autres ne voient rien, ne veulent pas voir, ils veulent rêver. Il y a un rapport de connivence sur le mode érotique ; Bernardo trippe pour D. Diego et le surgissement de Z. est une manière d'orgasme. Les autres fantasment.
Et on laisse voir ça aux enfants...

Prochain séminaire : "le pagne de Tarzan contient-il quelque chose ?"

Écrit par : Rance hier, émancipé demain | vendredi, 10 avril 2009 10:50

Ecrit par : Rance hier, émancipé demain | vendredi, 10 avril 2009 10:50

C'est quoi cette lecture homosexuel de zorro ?

Écrit par : frère odm | vendredi, 10 avril 2009 10:53

Prochain séminaire : "le pagne de Tarzan contient-il quelque chose ?"
Ecrit par : Rance hier, émancipé demain | vendredi, 10 avril 2009 10:50

Une liane ?

Écrit par : frère odm | vendredi, 10 avril 2009 10:54

Prochain séminaire : "le pagne de Tarzan contient-il quelque chose ?"

Ecrit par : Rance hier, émancipé demain | vendredi, 10 avril 2009 10:50

Très tentant ... Je m'inscris.

Écrit par : urbain | vendredi, 10 avril 2009 10:54

Cuicui doit être content, merci qui cuicui ?

Écrit par : frère odm | vendredi, 10 avril 2009 10:58

Aquila, "les cercueils sont très protéges par un cordon de police et des barrières metalliques" nous dit la journaliste de itv......nous sommes rassurés...

Écrit par : frère odm | vendredi, 10 avril 2009 11:01

Ecrit par : frère odm | vendredi, 10 avril 2009 10:53

Oui, il est vrai, c'est difficile...
L'émancipation ne se fait pas sans dégâts.
La cellule de soutien aux spectateurs émancipés devrait ouvrir sous peu.
250 Euros la séance.

Écrit par : Rance hier, émancipé demain | vendredi, 10 avril 2009 11:03

Une analyse du GVain

http://www.lesechos.fr/info/inter/300342554-joseph-stiglitz-ni-les-etats-unis-ni-le-g20-ne-proposent-un-cadre-convaincant-de-regulation-.htm

2/3 de la population mondiale travaillera au noir après la crise, Naomi Klein a raison le libéralisme va s'approprier le choc comme il le fait toujours.

Écrit par : nef | vendredi, 10 avril 2009 11:20

S'agissant de la récente expédition Mexicaine de notre challenger national au titre mondial , il semble que l'affaire Florence Cassez, en termes de transfèrement, soit mal embarquée. En outre, des élections devraient avoir lieu dans l'année et chaque parti là bas doit y aller de son label de défenseur de l'indépendance nationale, ce qui colle mal avec toute idée de céder aux ingérences externes, de quelque nature qu'elles soient, dans les affaires du pays.

Comme la capitale est en outre privée d'eau, une fois de plus, pour quelques deux millions de personnes, et ce pour une bonne semaine, le sujet Cassez est loin de paraître prioritaire.

La presse aidant, manifestement en défaveur de ce transfèrement, se porter actuellement à son secours, serait même très contre productif pour toute personnalité politique là bas.

Écrit par : patrice | vendredi, 10 avril 2009 11:36

Et Wonderwoman ?

www.liberation.fr/economie/0101561272-demission-au-medef-sur-fond-de-moralisation-du-patronat

De l'éthique et de la lutte de pouvoir...
(Où l'on retrouve une amie de C²)

Pendant ce temps, Obama envisage la «géo-ingénierie», porteuse de croissance...
Imaginons le justicier masqué lancer dans l'espace des miroirs géants ayant pour objectif de dévier les rayons du soleil. Ou encore d'ensemencer (encore !) les nuages...

Écrit par : f | vendredi, 10 avril 2009 11:43

Joli billet Cui-cui et bravo Odm pour ses commentaires jubilatoires comme souvent..

Ayant un peu suivi le GVain dans les médias, on avait surtout l'impression d'une party mondiale, juste kà pour que Obama rencontre les autres chefs d'Etat; que Silvio fasse du Silvio, et Sarko le premier sur la photo et en conférence de presse..

Écrit par : Pamela de Barres | vendredi, 10 avril 2009 11:49

Ecrit par : Pamela de Barres | vendredi, 10 avril 2009 11:49

désolé, G20 c'est du concret : www.supermarchesg20.com/quotidien.html

Écrit par : urbain | vendredi, 10 avril 2009 12:36

Les épisodes colorisés de Zorro et la publicité télévisée favorisent la somnolence, tandis qu'ailleurs le pillage se poursuit, le désastre s'accentue... Et que dans l'indifférence générale de la métropole la Nouvelle-Calédonie est frappée par une catastrophe écologique qui n'a rien de naturel. Malgré les catastrophes et les crises mondiales, le temps ne semble pas encore venu de voir l'indignation individuelle céder la place à une protestation collective digne de ce nom. Nous somnolons encore.

La multinationale Vale-Inco a déversé des milliers de litres d'acide sulfurique pur dans une réserve naturelle déclaré patrimoine de l'UNESCO. Des espèces endémiques ont été détruites. Comme de bien entendu, Vale-Inco n'a pas respecté les procédures et a tenté de dissimuler son forfait aux autorités.

http://www.province-sud.nc/actualites/environnement/1372-vale-inco-sous-haute-surveillance
et
http://nouvellecaledonie.rfo.fr/infos/actualites/environnement-vale-inco-en-mauvaise-posture-apres-sa-pollution-a-lacide_2498.html

P.S. : magnifique, Barroso en sergent Garcia !

Écrit par : (ne pas confondre) | vendredi, 10 avril 2009 12:40

Ecrit par : Rance hier, émancipé demain | vendredi, 10 avril 2009 10:50

"Il y a un rapport de connivence sur le mode érotique ; Bernardo trippe pour D. Diego et le surgissement de Z. est une manière d'orgasme. Les autres fantasment."
- Hum... je n'ose interpréter le "Z" sur la partie arrière du pantalon du Sergent Garcia ;-DDD

Écrit par : futale - attraction | vendredi, 10 avril 2009 13:02

Certains ne manquent pas d'air

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2009/04/10/israel-demande-aux-etats-unis-une-limite-de-temps-au-dialogue-avec-l-iran_1179034_3218.html#ens_id=677013

qui oserait soupçonner ce genre de pratiques dilatoires dans les processus de négociations ?

(Rétorsions économiques efficaces contre l'appartheid, c'est une idée à creuser en ce qui concerne le traitement des arabes israéliens, l'a de bonnes idées Nyounyou)

Écrit par : nef des fous | vendredi, 10 avril 2009 13:30

Pour C² (entre autres), accessible et "concret"...

Badiou chez Taddeï, hier soir ; le son suffit largement (mais, en tant que son, c'est inférieur à la radio (et au livre évidemment) voire un peu trivial), à partir de 27' :

http://ce-soir-ou-jamais.france3.fr/index-fr.php?page=emission&id_rubrique=641

Un truc crucial à mon sens (un peu une obsession même chez moi), c'est l'arrachement à la "nature" ; rompre avec ça par la construction, l'élaboration, tordre le chemin.

Écrit par : f | vendredi, 10 avril 2009 13:50

Pfiouuuu, j'ai bien bouffé, moi. Et une p'tite sieste bien méritée...

J'ai raté kek' chose ?

Écrit par : Frédéric Lefebvre | vendredi, 10 avril 2009 14:15

Entendu ce midi, à la TSF, Finkielkraut parlant "d'appât du gain"...

Il vire antisémite, non ?

Écrit par : Marc Dugain | vendredi, 10 avril 2009 14:18

Ecrit par : (ne pas confondre) | vendredi, 10 avril 2009 12:40

Hé ho, M. Fondre, on s'lève tôt, on bosse dur, on peut bien s'détendre d'vant l'poste...
L'amour, c'est regarder dans la même direction, disait Nicolas de Saint-Exupéry...

Écrit par : Frédéric Lefebvre | vendredi, 10 avril 2009 14:30

Bien démago tout ça...

Écrit par : Sly | vendredi, 10 avril 2009 15:35

Ecrit par : nef des fous | vendredi, 10 avril 2009 13:30

Aucun apartheid en Israel où les arabes non-terroristes sont traités à égalité de droits et sont représentés politiquement à la Knesset. De toute façon l'aide économique américaine est surtout symbolique, et rapporté au PIB représente beaucoup moins que l'aide américaine pour l'Egypte par exemple... Je compte sur l'excellent Rahm Emanuel pour faire entre raison à Tonton Barry.

Écrit par : Sly | vendredi, 10 avril 2009 15:40

Radio Classique diffuse Hatikvah en ce moment !

Écrit par : sLY | vendredi, 10 avril 2009 15:49

La façade :

Clic

Écrit par : G. Lévy | vendredi, 10 avril 2009 16:02

Hé, Finkie :

www.liberation.fr/economie/0101561271-natixis-1-5-million-pour-regarder-sa-boite-couler

Écrit par : Itsy Bitsy Petit Bikini | vendredi, 10 avril 2009 17:20

Zorro s'intègre-t-il dans un ingéniérie process, est-ce un projet transverse ou plutôt active-t-il des synergies ?

www.marianne2.fr/Exclusif-Comment-de-Carolis-vend-sa-soupe-aux-salaries_a178012.html

Écrit par : f | vendredi, 10 avril 2009 17:24

@ odm : merci de ton animation qui m'a surprise par sa teneur un peu mécréante.

@ Urbain, merci de ne pas m"avoir massacré

@ Pam, merci d'apprécier ce que je fais sans aucune prétention.

@ Agathe, merci pour tes encouragements

@ f, merci de me conseiller l'émission de Taddéï que j'ai regardée. Badiou est un philosophe limpide et clair. Simplement je le crois un peu trop optimiste (ou naïf) sur la conscientisation (ça se dit ?) des classes moyennes, des classes pauvres ou des gens des cités à l'idéal communiste. Parcourant les cités en long en large et en travers, je peux te dire que ce n'est pas demain qu'on les verra défiler derrière un drapeau rouge.

Cela dit, son analyse sur les communismes militarisés soviètiques et chinois du 20 ème siècle était bien vue mais son espoir d'un communisme pacifié de génération spontanée me semble un peu utopique. C'est toujours dans le concret que Badiou achoppe, selon moi.

@ ne pas confondre : j'avoue être assez fier de la caricature montage de Barroso.

Enfin merci à tous les autres.

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | vendredi, 10 avril 2009 18:45

Parcourant les cités en long en large et en travers, je peux te dire que ce n'est pas demain qu'on les verra défiler derrière un drapeau rouge.
Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | vendredi, 10 avril 2009 18:45

Là, Cui2 marque un point...

Écrit par : Cité - badiousien frappe dans tes mains | vendredi, 10 avril 2009 19:40

Ecrit par : Frédéric Lefebvre | vendredi, 10 avril 2009 14:15

Cette rubrique vous était offerte par le Parti Manger, le parti de ceux qui prennent le parti d'en rire.

Écrit par : Monseigneur Lefebvre | vendredi, 10 avril 2009 19:47

La CIMADE perd son monopole. Désormais les associations habilitées à venir en aide aux détenus des Centres de Rétention diffèrent selon la région. Et pour l'outre-mer l'association habilitée est une émanation de l'UMP.
http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/04/10/six-associations-habilitees-a-intervenir-dans-les-centres-de-retention_1179362_3224.html

Écrit par : Honni soit - CIMADE y pense | vendredi, 10 avril 2009 20:35

Je dis que je merde la société !

Écrit par : caporal odm | vendredi, 10 avril 2009 22:03

Je dis que je merde la société !

Ecrit par : caporal odm | vendredi, 10 avril 2009 22:03

En plus ta phrase est un peu incohérente, non ?

Perds pa ton temps odm, en ce moment, ils sont tous en train d'avaler une omelette au Lordon.

Je suis bon, hein ?

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | vendredi, 10 avril 2009 22:14

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | vendredi, 10 avril 2009 22:14

Je vous dis vouiiii !

Écrit par : caporal odm | vendredi, 10 avril 2009 22:28

Ecrit par : Honni soit - CIMADE y pense | vendredi, 10 avril 2009 20:35

Pseudo capillotracté....

Écrit par : caporal odm | vendredi, 10 avril 2009 22:31

Je m'suis dit: s'il y a odm, alors je vais peut être y aller, pour une fois. En fait j'y serais probablement pas allé quand même. Mais...

Du coup, si y a personne, va falloir tenir quand même, jusqu'à on ne sait pas quand.

Et j'ai pensé à ça ( bon, est-ce hors sujet ? ) :

http://digimentalup.free.fr/caramell/caramell.html

Écrit par : patrice | vendredi, 10 avril 2009 22:40

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | vendredi, 10 avril 2009 18:45

Pas vraiment un conseil (ce n'était tout de même pas déterminant ; c'est ça, la tévé)...

Il y a une certaine présomption à déterminer ce dont l'autre est capable de faire dans une situation particulière, à déchiffrer chez l'autre ce que lui-même ne sait sans doute pas. Il est vrai que cette voie-là (radicale) est très minoritaire.
Optimisme, oui, évidemment. Quand on fait de la politique, c'est la moindre des choses. On peut ensuite feindre d'en faire...

Le "concret", c'est quoi ? Selon toi, C², qu'est-ce qui est aujourd'hui du domaine du concret ? Quel parti, quelles orientations, quelles actions ? En dehors de la simple réaction, veux-je dire...

Il semble que tu aies décliné l'invitation à l'omelette... Lordon pourtant propose du concret, des mesures applicables dès demain, des orientations radicales dans le champ de la régulation.

Écrit par : f | vendredi, 10 avril 2009 22:42

Fallait y aller Patrice, Les intervenantes de ce blog sont charmantes.....

Écrit par : caporal odm | vendredi, 10 avril 2009 22:43

Mon boulot me fait terminer, en moyenne vers 20/21h en banlieue nord de Paris.

Le véhicule dont je me sers pour mes déplacements, qui m'est assez indispensable, ne possède pas le certificat de conformité me permettant d'être contrôlé sans risques. De fait, hors trajet domicile, actuellement...

Du coup, je prends mon mal en patience comme je peux :

http://digimentalup.free.fr/caramell/loituma.html

Écrit par : patrice | vendredi, 10 avril 2009 23:00

Ecrit par : patrice | vendredi, 10 avril 2009 22:40

Je propose "le sang des bêtes" de Franju :

http://video.google.com/videoplay?docid=1534177851847179722

Puis

"Guitar Drag" de Christian Marclay

http://video.google.com/videoplay?docid=-2795402948568743834

Écrit par : f | vendredi, 10 avril 2009 23:00

Puis :

www.yveskleinarchives.org/documents/films_html/anthropo1960.html

Et :

www.showstudio.com/projects/035/035_warning.html

Écrit par : f | vendredi, 10 avril 2009 23:10

Merci f

Je connais Le sang des Bêtes que j'ai vu il y a très longtemps. Mais c'est une bonne occasion. Jean Painlevé est dans ma mémoire mais je ne saurais dire où ( peut être quand j'étais à Vincennes. Via Douchet ? Michel Ciment ? ).

Sinon : dois-je envisager de visionner également Guitar Drag ou est-ce au choix ?

J'ai le sentiment que (...le "puis" ) impliquait les deux lectures, et peut être même dans cet ordre.

Écrit par : patrice | vendredi, 10 avril 2009 23:12

Et finissons avec "30000 jours" :

http://30000jours.free.fr/index.php

Écrit par : f | vendredi, 10 avril 2009 23:15

Ecrit par : patrice | vendredi, 10 avril 2009 23:12

Peu importe. Le sens se fait selon le sens.



Et du rock cambodgien ?

Écrit par : f | vendredi, 10 avril 2009 23:19

Et du rock cambodgien ?

Ecrit par : f | vendredi, 10 avril 2009 23:19

Euh, il est tard non ?

:-)

Écrit par : patrice | vendredi, 10 avril 2009 23:21

Ecrit par : patrice | vendredi, 10 avril 2009 23:00

Tiens, en remplaçant banlieue nord par banlieue sud, je suis dans la même situation...

Écrit par : (ne pas confondre) | vendredi, 10 avril 2009 23:25

Ecrit par : (ne pas confondre) | vendredi, 10 avril 2009 23:25

Vous habitez ensemble ?

Écrit par : Et au milieu.... | vendredi, 10 avril 2009 23:26

À propos de "Guitar Drag" de Christian Marclay, c'est peut-être à cela qu'aurait dû ressembler le plan-séquence de Chantal Akerman dans "Sud" (qui suivait le trajet du calvaire de James Byrd Jr.) : il manquait ce son-là

Écrit par : (ne pas confondre) | vendredi, 10 avril 2009 23:31

A le bon air de Paris....

Écrit par : caporal odm | vendredi, 10 avril 2009 23:31

Je me suis retrouvé par hasard en pleine manifestation de soutien aux tigres tamoul ce soir en rentrant chez moi. Apparemment l'animal en question est menacé de destruction par le gouvernement sri-lankais, pour des raisons que j'ignore.

Écrit par : Sly | samedi, 11 avril 2009 00:14

Ecrit par : f | vendredi, 10 avril 2009 22:42

Le concret pour moi, f, c'est un certain réalisme et une conduite particulière légale ou illégale à tenir pour atteindre un but, un comportement citoyen pour faire changer les choses. Le militantisme associatif ou politique peut être un une action concrète, pour certains, la violence aussi, l'irrespect des lois, le sabotage des institutions, la divulgation de pratiques scandaleuses et je dois en oublier...

C'est bien beau de parler de l'hypothèse communiste mais comment y arriver ? Comment s'y prendre pour faire bouger les choses ? Comment ? Comment ? Comment ?

Parce qu'entre nous, f, les discours plus ou moins compréhensibles et audibles, on en entend et on en prononce tous les jours et cela ne fait pas avancer le schmilblick pour autant.

Pour Lordon, j'y serais allé volontiers car ce type est très intéressant et ses mesures effectivement très concrètes mais il n'a ni le pouvoir ni le loisir ni la capacité de les mener à bien... Mais en ce moment, je suis vraiment crevé. Urbain mettra probablement en ligne la soirée.

Et là on repart à ta question initiale...

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | samedi, 11 avril 2009 06:01

dommage que je n'aie pas le droit d'écrire de HS// sinon j'aurais mis ..
merci f pour Ecrit par : f | vendredi, 10 avril 2009 23:00
et merci aussi pour Ecrit par : f | vendredi, 10 avril 2009 23:10
bon.. je ne le mets pas

sinon .. zorro et compagnie.. je dois faire une allergie sévère à tous ces personnages.. surtout un..enfin deux.. non trois..bon tous

saaaaaaaltchoum!

Écrit par : le meuble du coin | samedi, 11 avril 2009 07:06

Ecrit par : Sly | samedi, 11 avril 2009 00:14

Parce qu'ils sont minoritaires, dans la jungle avec ses lois terribles où vivent les tigres, le fait d'être minoritaire te conduit à la disparition ou à l'enfermement.
Heureusement que la loi de la jungle ne s'applique que dans la jungle;-((((((

Écrit par : nef | samedi, 11 avril 2009 10:14

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | vendredi, 10 avril 2009 22:14

Pas moi.(bisous petit moineau)

Écrit par : nef joue sa Denise au téléphone | samedi, 11 avril 2009 10:15

la vidéo de Frédéric Lordon, sera sans doute visible sous 2 ou 3 jours ( le temps de procéder aux opérations de conversion et mise en ligne ).
mais les absent(e)s auront quand même tort , par ce que certaines "indiscrétions" ( sur jactali )seront sans doute coupées au montage, à la demande du conférencier.
Et on vous dira pas quoi, ça vous fera les (jolis) pieds mesdames les lâcheuses.

Prochain épisode ( bensaïd and co) le 15 mai .

Écrit par : urbain | samedi, 11 avril 2009 10:28

Ecrit par : urbain | samedi, 11 avril 2009 10:28

Il y a des personnes qui travaillent de l'autre coté du périph jusqu'à 19h00 monsieur..Malgré la crise, les départs en vacances mêmes lointaines ont fait "boum"

Écrit par : Pamela de Barres | samedi, 11 avril 2009 11:05

Ecrit par : Pamela de Barres | samedi, 11 avril 2009 11:05

Pourquoi toujours vous sentir visée, très chère ?
à part ça je suis toujours impatient de "régulariser" notre affaire ...

Écrit par : urbain | samedi, 11 avril 2009 11:23

Un géant tire sa révérence. Hommage à M. Raymond Monory.

Écrit par : Sly | samedi, 11 avril 2009 11:38

Ecrit par : urbain | samedi, 11 avril 2009 10:28

Hélas pour moi ; 600 kilomètres...



"René" Monory ; mort d'un garagiste. L'industrie automobile morfle encore...

Écrit par : f | samedi, 11 avril 2009 11:54

Ecrit par : Sly | samedi, 11 avril 2009 11:38

Je crois que je préférai quand même Robert Dalban ( dans ce genre d'emploi, il était moins gourmé).

Écrit par : urbain | samedi, 11 avril 2009 11:56

Europe 1 a envoyé Christian Poncelet ad patres...
http://www.rue89.com/2009/04/11/europe1fr-enterre-poncelet-a-la-place-de-monory

Écrit par : Monory vendredi, dimanche pleurera | samedi, 11 avril 2009 13:20

Ecrit par : Monory vendredi, dimanche pleurera | samedi, 11 avril 2009 13:20

On appelle ça la stéréory....

Écrit par : Pat et Marc honnis | samedi, 11 avril 2009 13:26

Ecrit par : nef joue sa Denise au téléphone | samedi, 11 avril 2009 10:15

Dommage ! On aurait pu connître certaines "indiscrétions" ( sur jactali )...

Quel désespoir ! Il s'agit probablement de révélations indispensable à la survie de la planète ! Je vais mourir idiot, Nef, identique à mon état intellectuel de naissance !

Quel déchirement ! Bisous, Nef !

Now, boulot, encore... À la prochaine.

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | samedi, 11 avril 2009 13:30

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | samedi, 11 avril 2009 06:01

Mais le "réalisme" et les "conduites particulières" s'insèrent dans quelque chose de plus vaste, ce sont les moyens de réalisation de quelque chose. Quand on milite pour les "sans papiers" (combat très concret qui peine cependant à mobiliser), il y a une vision (qui relève sans doute d'un "discours inaudible" ; l'égalité, l'internationalisme, la justice, l'émancipation etc. ; un semblant de théorie au minimum). C'est tout de même cette "vision" qui détermine les conduites, les stratégies, les constitutions de collectif.

Écrit par : f | samedi, 11 avril 2009 13:50

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | samedi, 11 avril 2009 06:01

Les ouvriers et le petit peuple ont déçu les intellectuels comme Urbain. Il dédaigne également le soutien que Debord ou Sartre ont pu apporté aux émeutes populaires. Rassure toi Guy Debord reproche lui-même à Jorge Semprun (chouchou d'Urbain) de ne "pas être assez concret". Comme Urbain a évoqué devant moi cette anecdote entre Semprun et Debord, je me permet de copier l'algarade entre les deux hommes, qui a donné lieu à une correspondance entre les deux hommes.

"Ces relations ayant sans doute pris une autre tournure un soir ou, invité par Debord chez de "jeunes ouvriers presque tous chômeurs", Semprun s'était ensuite montré très sévères envers ces jeunes prolétaires qui, il est vrai, "ne faisaient pas la révolution ce soir là, et n'en parlaient pas du tout". Une sévérité d'autant plus surprenante pour Debord que, d'après des "propos, récits et conclusions" antérieurs de Semprun, ce dernier mettait parfois un certain temps pour "percer à jour et repousser" des pro-situs ou assimilés.
Le détail de cette lettre permet de contester l'une des légendes qui s'attache à Debord. L'intéressé, sa correspondance en apporte plusieurs exemples, a plus d'une fois été confronté à des "camarades" qui croyaient bon devoir se livrer en sa présence à des surenchères sur le mode radical. On imagine bien la soirée évoquée par Debord, et la réaction un rien outragée de Semprun, ensuite, se plaignant que ces jeunes gens n'avaient pas eu un seul mot sur la situation politique en Espagne, par exemple. "On a tout à fait le droit de les trouver négligeables", poursuivait Debord. Il ajoutait : "Mais pourtant, que sera la base d'une révolution, en Espagne comme ailleurs, sinon des gens comme eux ? Maintenant que ta lettre m'a apporté une donnée plus considérable, je critiquerai chez toi une tendance à des jugements très disproportionnées des faits et des gens là ou tu es personnellement concerné". Et là Debord revenait sur le manuscrit de Semprun. Partant du fait que La Guerre sociale au Portugal représentait en dehors de ce pays la seule contribution a avoir pris "la défense de la révolution portugaise quand elle combattait", l'auteur de cet ouvrage aurait été plus inspiré ici "d'en analyser la défaite (...) au lieu de la minimiser en passant, avec le plus grand optimisme et comme si c'était un léger accident de parcours ; et ceci surtout dans un autre livre consacré à la révolution ibérique, à sa seconde bataille attendue". Debord conclut cette lettre en considérant que ce point particulier (indépendemment de ce que Lebovici peut penser du texte) représente pour lui le plus grave défaut de ce manuscrit.
Dans sa réponse à Guy Debord (le 14-1-1977, publiée également dans Correspondance de Champ Libre), Jaime Semprun adopte un profil bas en ce qui concerne les allégations de son précédent courrier sur Debord et Champ Libre. Il est question de "protestation aussi mal à propos", de "supputations erronées", "d'égarement". Semprun précise qu'à l'avenir il s'opposera "chaque fois qu'il le faudra, à tout ce qui veut prétendre ou insinuer que (Debord) aurait pris de quelque manière le contrôle de Champ Libre" par goût pour le pouvoir ou l'argent. En revanche, il ne comprend toujours pas pourquoi son texte, "qui dans l'analyse du processus conduisant d'une révolution espagnole à l'autre, est certainement pour l'instant ce qu'on a écrit de mieux sur le sujet", ait fait l'objet d'un refus de Lebovici, les arguments de l'éditeur ne lui semblant pas recevables. En ce qui concerne leurs "relations personnelles", Semprun regrette que son attitude "au sortir de ces jeunes gens (...) ait pu évoquer fâcheusement l'extrémisme désincarné des foutriquets qui vont tranchant à tout propos, c'est à dire hors de tout propos, de la radicalité de ceux qu'ils rencontrent". Semprun lui-même en retour évoquera le "radicalisme désincarné". Mais contrairement à Debord, Semprun dénie la notion de classes concernant les émeutes de 2005 (et là il rejoint Urbain) cette jeunesse "s'est rabattue sur l'usage des drogues pour donner de l'intensité à un présent vide, et s'est par la même occasion trouvé un avenir marchand dans le trafic"."Il devient donc impossible de parler sans imposture en termes de classes, quand ce sont les individus qui ont disparu".

Et voilà la lutte des classes marxiste qui perd tout un pendant : les dominés (les démunis). Alors là tu vas me dire mais comment Urbain si marxiste peut-il passer sur cela ?

Grâce à la critique de "la contribution du gauchisme à l'aliénation la plus moderne" de Semprun, qu'il partage complètement. En fait l'effondrement intérieur des hommes conditionnés par la société industrielle de masse a pris de telles proportions qu'on ne peut faire aucune hypothèse sérieuse sur leurs réactions à venir : une conscience ou une néo-conscience, si l'on veut, privée de la dimension du temps (sans pour autant cesser d'être tenue pour normale, puisqu'elle est adaptée, on ne peut mieux, à la vie imposée, et qu'en quelque sorte tout lui donne raison) est par nature imprévisible "..."parce que le terrain social et historique sur lequel pouvait naître et se déployer une telle intelligence théorique s'est dérobé sous nos pieds", selon Semprun il est donc trop tard. Donc que faire si ce n'est cultiver son potager. Et pour Mandosio on ne peut carrément plus rien faire.
Donc je pense qu'Urbain sans l'assumer est dans cette position.

Et voilà pourquoi toute action ou toute question comme "que faire ?" est pathétique selon Urbain ou "récupérée" (l'autre face d'une même pièce) selon d'autres et n'ayant pour effet que de renforcer la domination. Il lui préfère une forme de réaction, la "voie de l'arrièration". Batisti ou Rouillan (dans l'action armée de lutte), les émeutiers ("barbares"), les antillais (principalement mûs par leur refoulé colonial) et Coupat (puissance potagère du futur) ne sont donc pas à mettre sur le même pied (de tomates). Qu'est-ce que le retour du "refoulé" l'ouvrier (séquestration de patrons. Badiou en parle et Chris Marker dans Le fond de l'air est Rouge où l'on voit cet ouvrier de Saint-Nazaire qui affirme avec solennité "On se souviendra de mai 67".) va bien produire dans ce discours de l'encyclopédie des Nuisances ?

Laissons là les impasses, si nous ne voulons pas comme le dit Badiou que seule la "droite soit prête". On voit se dessiner une hypothèse autre que capitaliste ou potagère. Le problème reste effectivement l'unité.
Restons groupés.

Écrit par : nef des fous | samedi, 11 avril 2009 14:20

Ecrit par : nef des fous | samedi, 11 avril 2009 14:20

Un peu (trop) long.
On dirait que je suis "concerné" , je lirai donc ça plus tard.

Écrit par : urbain | samedi, 11 avril 2009 15:20

Ecrit par : f | samedi, 11 avril 2009 13:50

Il faudra bien se contenter de cette théorie au minimum, ce que Badiou appelle les grands principes communs, si nous voulons en finir avec les déchirements.

Lorsque l'on voit que cette xième crise du capitalisme va aboutir à jeter dans l'absence totale de protection sociale 2/3 tiers de l'humanité et donc imposer un système privé capitaliste dépourvu de toute solidarité, qui va s'appuyer sur cette masse salariale "extrêmement compétitive" pour affaiblir le peu de "sécurité sociale" du tiers restant de la population mondiale et mettre en place une oligarchie de "gouvernants" mondiale totalement acquise à ce processus inégalitaire, nous pouvons bien mettre nos petits désaccords de côté non ?

Nous cohabitons bien au Village dans un projet collectif que nous n'avons jamais clairement défini. Une leçon est surement à tirer de cette naissance par cristallisation, chaotique, sans but médiatique, sans volonté de capter de l'audience, sans hiérarchie. Comme quoi une certain partage d'une vision "inaudible"(excuseZ-moi de jouer avec vos mots) peut déterminer les conduites et la constitution d'un collectif.

En conclusion et pour faire plaisir à dédème (bien qu'il partage avec Semprun cette idée de l'"effondrement intérieur des hommes" mais cette fois par manque de foi), je détournerai la parole de notre Christ Jésus et je dirais qu'il faut cesser de chercher la paille dans l'oeil de son voisin pour se concentrer sur la poutre dans l'oeil du capitalisme.

Écrit par : nef des fous | samedi, 11 avril 2009 15:32

J'espère que Nicolas Princen garde un oeil sur ce qu'il se dit sur ce blog. Je suis en effet très inquiet par la dérive goulago-insurrectionniste-qui-vient observée dans les propos de tous ici, sauf moi (même frère odm semble gagné par cette frénésie révolutionnaire...). Je me rappelle la première fois que je suis venu sur ce blog, urbain était rocardien et odm plutôt sobre, depuis ça va de mal en pis hélas...

Écrit par : Sly | samedi, 11 avril 2009 16:50

Nef est une excellente exégète d'urbain, c'est agréable à lire même si ça reste un peu bizarre. Je salue ce travail digne d'un Champollion ! A quand la publication de "La pensée d'urbain pour les nuls" ?

Écrit par : Sly | samedi, 11 avril 2009 16:54

Plus que les révélations sur le "cuistre" (sic) Attali, ce que vous avez manqué mesdames et mesdemoiselles, c'est moi ! :oB

Que retenir ce cette soirée si on met de côté la prestation toujours excellente de Lordon et mon côté gros lourd qui arrive à insérer Quatremer dans la discussion ?

C'est qu'il est strictement impossible de reprendre la parole quand Urbain est parti sur la philo marxiste ! J'ai essayé deux ou trois fois, je me suis fait étaler comme une crèpe :oB

Une soirée très sympathique avec en bonus un petit coup de Chablis (si je me souviens bien, la semaine a été longue...)

Écrit par : Nicks | samedi, 11 avril 2009 19:44

Bien raisonné Nef !

Ecrit par : Nicks | samedi, 11 avril 2009 19:44

Décidemment la librairie d'Urbain, ce n'est plus un lieu de débauche et de réflexion...

Cela devient un fan club avec groupies !

Tu as distribué combien d'autographes, hier, Urbain ?

Et combien de moules en plâtre de ton sexe en erection as tu offert comme le faisaient autrefois les rock stars dans les seventees ?

Bigre ! Un libraire dialecticien marxiste devenir une rock star en 2009 ? Nous sommes tombés bien bas, non ?

Drôle d'époque.

Écrit par : cui cui fit l'oiseau | samedi, 11 avril 2009 21:05

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | samedi, 11 avril 2009 21:05

+ 1 (comme plussoirait agathe).

Et à l'o(u)kase, vous me direz où on peut encore trouver les moules ..? :-)

Écrit par : deux pas sages | samedi, 11 avril 2009 21:39

Ecrit par : nef des fous | samedi, 11 avril 2009 15:32

Comment ne pas être flatté de ce petit séminaire et de cette brillante exégèse, qui manifestement ravi le ravi, et semble parfaitement satisfaire cuicui ( que j'observe toujours incapable de réfréner ses compulsions de provocations puériles ).

C'est trop d'honneur chère nef, je n'en demande pas tant , surtout pour m'accabler de ces rapprochements écrasants, au travers desquels tu me prêtes des considérations qui te tiennent manifestement à coeur mais qui me sont totalement étrangères.
Je ne suis pas certain d'avoir bien compris comment s'est articulé ce commentaire ni pourquoi j'y suis convoqué, puisqu'il semble que tu répondais à une question de cuicui adressée à f... ni au final où il veut en venir ( sans doute encore une fois par ce qu'il est surtout l'expression de tes propres fixations).

Pour autant je serai évidemment ravi de vous parler de "l'hypothèse communiste" ( selon Badiou) , dès que j'aurai l'essai de Badiou ( pas encore reçu).
Bensaïd ( qui a pu lire une épreuve du texte ) nous affirmait il y a deux semaines ( lors du débat sur debord) que badiou ne traitait le problème que sous le rapport philosophique, ça me semble assez plausible, et il est probable qu'il développe les idées déjà exposées lors de sa visite, où il évoquait déjà cette question, qui de toute évidence le tarabustait pas mal :

à partir de 3'15" :
www.dailymotion.com/playlist/xg0k5_urbain_glandier_dialectique-chez-tropiques/video/x508l2
et plus explicitement , dans une version de certitude optimiste à partir de 1'18":
www.dailymotion.com/playlist/xg0k5_urbain_glandier_dialectique-chez-tropiques/video/x51a7s
Badiou consacrait déjà à "l'hypothèse communiste" les chapitres VIII et IX de son livre débattu ce soir là, qu'il présente sous le double point de vue
historique et théorique : "l'histoire nous apprend", écrit-il, "que l'hypothèse communiste est la bonne" ... du point de vue de la continuation, du devenir "possible" d'une "politique d'émancipation".
Badiou situe là cette "idée" d'une alternative , qui fait actuellement défaut, mais qui pourtant donne de plus en plus de signes de son émergence "en actes", en réaction et substitution à l'accablante situation d'aliénation et de domination qui se déploie, pour l'heure sans contredit clairement formulé.

Et puisque vous semblez apprécier les exégèses, je pense être assez bien placé pour m'en charger (me concernant), et je la résumerai à ceci :
Concernant la réflexion de badiou ( du moins à partir des éléments déjà connus) en rapport avec "l'hypothèse communiste" , telle que présentée plus haut, à mes yeux c'est une conception des "enjeux de la théorie" qui rejoint la "conception positive" évoquée par les situ de l'encyclopédie des nuisances, celle qui doit nécessairement être construite pour permettre un "renversement" durable du "vieux monde" , de l'ordre de la domination capitaliste marchande.
En bref il s'agit de savoir et de dire clairement ... ce que l'on veut.

Cela dit, si j'en juge par sa prestation télévisée d'avant hier ( vu sur le podcast) je la trouve bien moins convaincante et efficace ( sous le rapport de la critique du capitalisme "historique" et ses tares "sui generis", y compris du simple point de vue de l'efficience dans la production de "valeur") que celle de ... lordon , dans ses livres et ... hier soir.

Écrit par : urbain | samedi, 11 avril 2009 21:55

C'est quoi cette histoire de moules en plâtre de l'habitat urbain ???

Écrit par : Sly | samedi, 11 avril 2009 22:18

Ecrit par : Sly | samedi, 11 avril 2009 22:18

Bien jeune, décidément, mon bon joyeux...
www.amazon.fr/Bite-à-Urbain-Tronchet/dp/2906187453

Écrit par : urbain | samedi, 11 avril 2009 22:47

Ecrit par : urbain | samedi, 11 avril 2009 21:55
Ecrit par : urbain | samedi, 11 avril 2009 22:47

Je t'ai connu plus dur.

Écrit par : nef des fous | dimanche, 12 avril 2009 02:38

Poyeuses Jacques à tous les nrvé(e)s

http://kprodukt.blogspot.com/2009/04/quand-les-cloches-sonnent-les-lapins-ne.html

Écrit par : skalpa | dimanche, 12 avril 2009 09:50

Je t'ai connu plus dur.

Ecrit par : nef des fous | dimanche, 12 avril 2009 02:38

Je vieillis.

Écrit par : urbain | dimanche, 12 avril 2009 09:59

Sensibles aux critiques de cuicui, les scénaristes ont résolu de faire évoluer le feuilleton en direction de la ménagère de 50 ans et des adeptes de barbapapa :
"Malia et Sasha Obama pourraient avoir leur chien dès lundi".

Écrit par : urbain | dimanche, 12 avril 2009 10:26

Ecrit par : urbain | samedi, 11 avril 2009 11:23

Pas du tout car je sais bien que tu ne m'attendais pas; vu que flash lordon; Bââdiouuu et tous ces "gauchistes" ne sont pas ma tasse de thé..je serais venue pour ta convivialité;-)))

Nous régulariserons mardi...

Ecrit par : cui cui fit l'oiseau | samedi, 11 avril 2009 21:05

+ 1 espiègle petit zoziau

Écrit par : Pamela de Barres | dimanche, 12 avril 2009 10:56

Le farniente et les distractions d'un président qui s'était augmenté de + 300 %.

"Sarkozy s'est surtout reposé. On ne sait plus à quoi il occupe ses journées. Cette semaine, on a pu le voir à un concert de Bob Dylan mardi, puis de Julien Doré, mercredi soir, et un match de football (jeudi soir). Le voici qui est rapidement parti au Cap Nègre pour le week-end de Pâques très prolongé (de vendredi soir à ... mardi matin !). La semaine prochaine, son agenda est vide de jeudi à dimanche. Sarkozy ne travaille pas, il profite."

http://www.marianne2.fr/President-fatigue-cherche-repos-et-distraction_a178030.html

Écrit par : le candidat fustigeait les paresseux, le président passe tout son temps à glander | dimanche, 12 avril 2009 13:15

Sarkozy distribue quelques médailles à ses potes.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/04/12/legion-d-honneur-plusieurs-proches-de-sarkozy-promus_1179810_823448.html

Écrit par : le candidat s'en prenait aux privilèges, mais le président récompense essentiellement ses amis | dimanche, 12 avril 2009 13:15

Bon ya quoi à la tv ce soir ?

Écrit par : caporal odm | dimanche, 12 avril 2009 21:15

Douglas Sirk
http://tcmcinema.fr/programmes/jour/

Écrit par : demandez le programme | dimanche, 12 avril 2009 21:25

Y a rien donc !

Écrit par : caporal odm | dimanche, 12 avril 2009 21:47

Un très bon Lyon-Monaco suivi de l'équipe du dimanche.

Écrit par : Sly | dimanche, 12 avril 2009 21:50

Monaco, c'est pas un paradis fiscal ça ?

Écrit par : caporal odm | dimanche, 12 avril 2009 21:52

Tu as quelquechose contre le paradis ?

Écrit par : Sly | dimanche, 12 avril 2009 21:58

http://www.critikat.com/Coffret-Douglas-Sirk-Le-Secret.html

Écrit par : rien | dimanche, 12 avril 2009 22:40

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu