Avertir le modérateur

« La droite de l'Homme | Page d'accueil | Une odeur européenne »

vendredi, 06 février 2009

Questions (et réponses) actuelles

sarkouche2.JPG

J’ai mis à contribution deux personnalités , fort différentes, qui sur des thèmes à première vue assez divergents, on répondu « actuellement » à des questions « inactuelles ».  

Danièle Sallenave ( réponse à une question du monde sur les "quelques jours dans un collège et vous pensez avoir pris la mesure des questions à résoudre" ?):

Surtout, je n'aurais pas vu le travail admirable de certains professeurs, parmi les plus jeunes. Leur métier est aujourd'hui le dernier des métiers parce que les enseignants ne sont pas soutenus. On leur en veut d'être porteurs d'une idée qui dérange : que gagner beaucoup d'argent, dominer l'autre, lui marcher sur le ventre pour "arriver", s'abrutir de football et de jeux télévisés, cela ne peut pas être le but d'une vie, et lui donner son sens.  

Alain Badiou ( fin de la réponse à une question de Libé (Jo Frein) sur le « bilan désastreux »du communisme) 
Il s'agissait d'inventer et de déployer une réalité collective qui ne soit pas fondée sur la propriété privée. Il est clair que les moyens adoptés ont été désastreux. Doit-on pour autant renoncer au projet lui- même?Au contraire! Nous devons impérativement maintenir l'idée d'une société dont le moteur ne soit pas la propriété privée, l'égoïsme et la rapacité. On fait mine aujourd'hui de découvrir que les dirigeants des banques et leurs principaux clients sont des obsédés du gain. Mais le profit comme moteur de la vie sociale, c'est précisément ce dont le projet communiste veut débarrasser l'humanité.

Question du Monde : Vous êtes très dure envers ce que vous appelez "les délires démagogiques des années 1970" ou encore "le tsunami pédagogiste".  
Danièle Sallenave :   
Il y a ici une étrange convergence entre la gauche et la droite. Pour une droite tentée par le poujadisme, les livres sont suspects. On parle bien de supprimer les épreuves de culture générale aux concours de la fonction publique. Pour être postier, il serait inutile d'avoir lu La Princesse de Clèves. Ou peut-être d'avoir lu, tout simplement.... De l'autre côté, on continue d'affirmer à gauche que transmettre la langue, les textes, c'est transmettre des valeurs bourgeoises. C'est un des effets peut-être pervers du livre de Pierre Bourdieu De la distinction. On en a uniquement gardé l'idée que distinguer entre les "grands textes" et les autres, ce serait une manière pour la classe dominante de se reconnaître et de perpétuer sa domination.   

Libé ( Jo Frein ) : Reprochez-vous à la gauche de préférer la réforme à la révolution?  
On ne vit plus dans cette opposition. «Révolution» est aujourd'hui un concept vide et même le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) ne prépare pas la révolution
**. Pour établir une comparaison historique, je dirais que nous sommes dans une situation comparable à celle des années 1840. La Restauration a eu lieu, le capitalisme s'est installé dans toute son extension, l'idée de révolution paraît définitivement enterrée-on raconte alors sur Robespierre et Saint-Just ce qu'on dit aujourd'hui sur Mao et Lénine. Quand aux républicains, qui incarnent alors la gauche, ils sont, comme nos socialistes d'ajourd'hui, absorbés par le jeu parlementaire, et on verra en 1848 comment ils vont se faire voler leur apparente victoire par Napoléàn III.   
Or, ce qui s'est passé d'important à l'époque, c'est une reconstruction intellectuelle, nourrie par des expériences politiques ouvrières isolées: les communismes utopiques, le Manifeste de Marx, etc.  
Mais cette effervescence passe d'abord, comme il est normal, inaperçue.  

Libé ( Jo Frein ) : Le PS et l'UMP, est-ce la même chose pour vous?   
Alain Badiou :  
Dans la longue durée, oui
*. La complicité du Parti socialiste et de la droite se scelle dès les années 80. La dérégulation financière, la promotion de Tapie et du carriérisme individuel, les limitations du regroupement familial, les camps de rétention, c’est la gauche qui les a faits. C'est Mauroy et Defferre qui ont stigmatisé les grévistes de Flins comme des islamistes, c'est avec les socialistes qu'on a remplacé le mot «ouvrier» par le mot «immigré» ou «clandestin». Le Parti socialiste a été chargé au long cours de la pédagogie pro-capitaliste en direction des classes moyennes et populaires et de sa conséquence immédiate: durcissement de la répression policière dans les banlieues. Néanmoins, il existe maintenant, au sein même de la gauche réformiste, une frange violemment hostile à Sarkozy. Le décalage entre la mollesse du jeu parlementaire et cette animosité qui n'a pas encore trouvé sa forme définit la gauche actuelle.   

Alain Badiou (réponse à une question de Libé sur « L'hypothèse communiste »
***)  
L'hypothèse communiste est une tentative pour investir le présent d'un autre biais que celui de sa nécessité. La démocratie de nos jours. consiste à dire qu'il n'y a pas d'autre norme possible que le gain. Tel est l'objet du consensus implicite entre la droite et la gauche; telle est aussi ce que la crise financière dévoile au grand jour, avec les sommes colossales qui sont en jeu. Les bonus des dirigeants d'entreprises, etc. On peut subir un tel système, on peut penser qu'il est le seul possible, mais peut-on, philosophiquement, le vouloir, ou le désirer?   

Conclusion provisoire ( de l’auteur du billet):  
Face à   
« une idée qui dérange : que gagner beaucoup d'argent, dominer l'autre, lui marcher sur le ventre pour "arriver", s'abrutir de football et de jeux télévisés, cela ne peut pas être le but d'une vie, et lui donner son sens »,  
et  
« le profit comme moteur de la vie sociale »  
peut-on  
« subir un tel système »,   
peut-on raisonnablement, sérieusement uniquement   
« penser qu'il est le seul possible » ,  
et surtout   
« peut-on, philosophiquement, le vouloir, ou le désirer? ».

C’est à ces questions, qui me semblent claires, que je vous invite, chers NRV, à répondre ce jour , et à mesurer comment les réponses qu’on peut y apporter ( au delà des ébauches ci-dessus) clarifient remarquablement le « débat » politique actuel, et déterminent la réponse à une autre question, devenue lancinante ces derniers temps : « qu’est-ce que la gauche, qui est à gauche , qu’est qu’une politique de gauche aujourd’hui » ?  

Quant à la question « subsidiaire » : « Que faire », nous y répondrons (ensemble) dès lors que ce premier point sera élucidé, car comme vous l’aurez compris : clarifier l’une c’est se donner les moyens de répondre à l’autre.  

Remerciements à Danièle Sallenave et Alain Badiou pour leur contribution au débat, qui n’est évidemment pas « comment sortir de la crise » ou « comment moraliser le capitalisme » mais « comment la politique, une autre politique est possible, avec pour objectif de changer la vie »

perokarmitz.JPG

Couâââ ?

 

* On pourrait ajouter « dans la longue durée, et spécialement en cet instant »  
** Début de controverse : réaction dès le lendemain de Bensaïd, à propos du NPA, de « la révolution » et surtout de « la forme parti » condamnée par ailleurs par Badiou, dans la suite logique de sa position de boycott de la « démocratie électorale (représentative) ».  
*** « L’hypothèse communiste » est le titre annoncé de « circonstances 5 » à paraître fin mars .


Urbain

 

Commentaires

A Urbain,

La solution passe selon moi par la réappropriation publique de certains secteurs (ou la démanagérialisation de certains services publics, comme la SNCF et la Poste), non pas pour en faire des champions nationaux nourris au bon grain concurrentiel, mais relégitimer les notions de redistribution et de solidarité (au sens de "totalité solidaire" Levi-Straussienne... pardon, je m'éloigne de la question type du futur concours : qu'est-ce que la RGPP ?)

Quelques nouvelles de Strasbourg, hier, à l'occasion de l'inauguration houleuse d'une université déjà placée dans la course à l'attraction de "l'aristocratie mobile du savoir" (R. Shearmur).

http://libestrasbourg.blogs.liberation.fr/actu/2009/02/luniversit-de-s.html

Les universités plus modestes ne survivront pas, même en se connectant sur leurs "bassins d'emploi" respectifs. Aux Etats-Unis, les universités (privées et publiques) ne sont financées qu'à hauteur de 5% par les entreprises (20% mécénat, 70% gouvernement fédéral)... Idem pour la culture, secteur dans lequel il semblerait que l'on assiste à une désertion des mécènes.

Écrit par : Oysterhead | vendredi, 06 février 2009 08:30

Ecrit par : Oysterhead | vendredi, 06 février 2009 08:30

Oui "le salut par les livres" à entendre naturellement comme l'étude et la promotion de soi, en tant que "sujet culturel" et non pas comme "individu égoïste et âpre au gain";
apprendre, savoir, se cultiver, se construire, s'émanciper pour soi avec les autres et non "contre" eux.
Bref contre la crétinisation veule et le culte décomplexé de la marchandise, contre "la guerre de tous contre tous" : le savoir, les "universaux", les universités comme priorité , et non les banques et un système financier à qui Marx avait réglé son compte il y a 150 ans :
« le système de crédit apparaît comme le levier principal de la surproduction et de la surspéculation commerciale (...). Il tend à développer l'élément moteur de la production capitaliste - l'enrichissement par l'exploitation du travail d'autrui -pour l'ériger en un pur et colossal système de jeux et de tripotages ».

Évidemment que la voie pour sortir de là c'est :"la réappropriation publique de certains secteurs (ou la démanagérialisation de certains services publics, comme la SNCF et la Poste)",
et aux motifs que tu évoques.
Evidemment que l'occasion idéale en a été donnée il y a quelques mois : les banques ? De Gaulle aurait eu vite fait de les re-nationaliser toutes , et pour pas un rond ( puisqu'elles ne valaient plus rien !).
Je cite De Gaulle puisqu'il paraît que bouffon a eu la cuistrerie de le citer, mais aussi par ce que le moins qu'on puisse dire c'est que c'était pas un islamo-gauchiste avec le couteau entre les dents, simplement il incarnait une chose qui a bien disparu : l'impartialité et la dignité de l'état, et qu'enfin c'est l'occasion de rappeler que l'essentiel du secteur bancaire était nationalisé jusqu'aux ... années 80.
Les circonstances récentes nous ont montré que les opportunités peuvent apparaître à tout moment, que les choses se précipitent et que "les contradictions s'approfondissent" autrement dit la colère monte.

Écrit par : urbain | vendredi, 06 février 2009 09:08

"Selon Médiamétrie, l'intervention de Nicolas Sarkozy jeudi soir a été vue par 15,123 millions de téléspectateurs, soit une personne devant sa télévision sur deux."

Alors, l'appel au boycott...
J'aurais préféré une manifestation se dirigeant vers le studio de télévision et, olala quel sabotage, une tentative d'intrusion.

Écrit par : f | vendredi, 06 février 2009 09:38

Juste en passant (pas le temps...), le lien vers la réponse de Bensaïd :

http://philosophie.blogs.liberation.fr/noudelmann/2009/01/rponse-alain-ba.html

Où l'on voit qu'une des questions majeures, c'est "la vieille forme-parti"... C'est à dire l'organisation et comment elle s'insère dans l'état actuel des choses (démocratie parlementaire, médias etc.)

Écrit par : f | vendredi, 06 février 2009 09:40

Ecrit par : f | vendredi, 06 février 2009 09:40

Tu penses bien que ça ne m'a pas échappé ... et si tu suis le fil des commentaires tu verras que j'ai proposé à Bensaïd d'en discuter avec son vieux pote .
j'espère qu'ils seront donc chez votre libraire favori, vers fin mars ou avril ( sur le même mode que la précédente "séance de dialectique", l'année dernière), au moment de la parution de "circonstances 5" ( accord de principe de Badiou), pour une "rencontre" particulièrement bien adaptée aux "circonstances" prévisibles.

Écrit par : urbain | vendredi, 06 février 2009 09:49

Ecrit par : f | vendredi, 06 février 2009 09:38

Comme dit jean Lebrun, c'était un "grand carrefour fédérateur", mais comme il l'évoquait également "il y a l'audimat, mais aussi le qualimat ...".

Écrit par : urbain | vendredi, 06 février 2009 09:52

J'ai aussi bien aimé cette interview de Sallenave, mais il y aurait un tri à faire dans la condamnation trop unanime pour ne pas être suspecte des "pédagogistes" et la référence à Bourdieu, auquel on prête un peu tout et n'importe quoi (Les Héritiers, ça date de 1964 et sa pensée à évolué!) Je ne crois pas qu'il se soit jamais opposé à la diffusion des savoirs...)
Il y a eu beaucoup de jargon imbitable dans les IUFM, beaucoup de raccourcis rapides et de sociologie mal appliquée. De là à penser qu'on peut transmettre des connaissances aujourd'hui à des gamins gavés de télé et d'internet comme le faisaient les Hussards de la République, il y a une marge... que Sallenave reconnait aussi en déclarant que les adultes ne lisent pas beaucoup non plus, et en rendant hommage aux profs!
à part ça, le Village des NRV cité dans l'émission de Colombe Schneck ce matin ;-)

Écrit par : Valdo | vendredi, 06 février 2009 10:00

Ecrit par : urbain | vendredi, 06 février 2009 09:49

Oui, le lien était à destination de ceux qui ne savent pas (encore).

"grand carrefour fédérateur"

Puisqu'il n'y avait qu'une route et qu'un carrefour et que, visiblement, la question n'est pas de prendre une autre route, ailleurs, ne pas allumer, faire autre chose, mais d'emprunter, invariablement, ce qui est proposé.
Plutôt prendre d'assaut la tévé que d'attendre que les yeux s'en détournent.

..........

"Un certain nombre de journalistes se sont abaissés à reprendre l'argumentaire honteux de Bernard Kouchner insinuant que le livre de Pierre Péan est limite, voire antisémite. Ce sont eux les vrais fourriers de l'antisémitisme qui vient..."

www.marianne2.fr/Supplique-a-Aphatie,-Le-Monde,-Le-Nouvel-Obs-et-les-autres-oubliez-nous,-oubliez-les-juifs-!_a174744.html

Écrit par : f | vendredi, 06 février 2009 10:05

@f

Calmons nous mon cher, je ne crois pas que la population soit encore mûre pour marcher sur l'Elysée. 50% de part de marché sur trois chaînes principales, c'est pas si énorme finalement. Combien de télés ont fonctionné sans être ni vues ni écoutées, surtout au bout de dix minutes ?...

Ce qui m'étonne un peu, c'est la quasi absence de réaction sur la taxe profesionnelle supprimée et de ses conséquences sur les finances des communes.

Sinon je suis d'accord avec Oysterhead et j'irai même plus loin : mort au management ! :oB

Écrit par : Nicks | vendredi, 06 février 2009 10:06

@f

+1000 sur la réaction de la plupart des journalistes sur le cas k (ouais désolé) !

Écrit par : Nicks | vendredi, 06 février 2009 10:09

Ecrit par : Nicks | vendredi, 06 février 2009 10:06

Pas mûre, sans doute, mais l'incitation, la préparation, pré-existent toujours à l'action.

"à part ça, le Village des NRV cité dans l'émission de Colombe Schneck ce matin ;-)"

C'est vrai, rapidement. C'est la rançon de la pub en bas à droite (et qui n'apparaît pas grâce à adblock).

Écrit par : f | vendredi, 06 février 2009 10:18

Ecrit par : f | vendredi, 06 février 2009 10:05

"Un certain nombre de journalistes se sont abaissés à reprendre l'argumentaire honteux de Bernard Kouchner insinuant que le livre de Pierre Péan est limite, voire antisémite. Ce sont eux les vrais fourriers de l'antisémitisme qui vient..."

Ejusdem farinae .

Sans doute n'ont ils pas lu "circonstances 3 " ( portées du mot juif" ), mais rien d'étonnant s'agissant des rats et des perroquets.
Quoiqu'il en soit cet instrumentalisation de l'accusation d'antisémitisme est devenu un "marqueur" parfaitement clair et fort pratique dans la distinction de la "catégorie spectaculaire" de ses opérateurs.
Elle marque deux choses :
la droite ( ou la gauche "morale" ce qui est la même chose ),
et l'absence d'argument. Dès lors qu'il s'agit de "la case vide" rhétorique, celle de la "défausse", avec l'idée que "la meilleure défense c'est l'attaque", et par les temps qui courent , en effet on alimente l'antisémitisme en vidant factuellement, et quotidiennement, le mot de tout sens, par un mésusage intentionnel, nauséeux et systématique.
Autrefois ça s'appelait "noyer le poisson" ou "changer de sujet", mais sans doute est-ce encore un propos antisémite ...

Écrit par : urbain | vendredi, 06 février 2009 11:02

@f

Certes, mais il ne faut pas la précéder de trop loin. Ca tièdit néanmoins...

Écrit par : Nicks | vendredi, 06 février 2009 11:05

« Je trouve le principe de l’auto-entrepreneur absolument formidable. C’est pour cela que j’ai attendu avec impatience le premier janvier 2009 afin de pouvoir m’inscrire en ligne. Ce fut rapidement chose faite avec, pour la case activité, le choix de « conseil » puisque je me voudrais un auto-entrepreneur en conseil et études sociales. Une fois le formulaire d’inscription rempli en ligne, j’ai reçu deux jours après un courrier électronique de l’URSSAF qui me disait que l’activité de conseil n’était pas possible en tant qu’auto-entrepreneur.

J’ai alors demandé à l’URSSAF de me transmettre la liste des activités possibles afin que je puisse choisir un domaine d’activité proche du conseil. Quand j’ai reçu la liste ci-dessous, j’ai cru à un gag. On pouvait être marabout, cartomancien, sorcier, faire des piercings mais pas exercer une activité aussi banale que le conseil aux dictateurs africains ! Ce qui est assez ennuyeux, c’est qu’on a tellement dit que c’était simple et facile de devenir auto-entrepreneur que j’avoue que, maintenant, je n’arrive plus à y croire. Qu’on puisse faire de tout, sauf ce qui est sérieux, me paraît toujours incroyable. On m’a expliqué ensuite que, la plupart des activités libérales relevant du régime général, un accord entre l’URSSAF et le RSI était nécessaire. Mais il n’a pas eu lieu donc, pour l’instant, seules quelques professions relevant déjà du RSI sont concernées par le dispositif auto-entrepreneur.

Un amendement au projet de loi de relance a été adopté par l’Assemblée et devrait passer aussi au Sénat. D’ici là, les « auto-entrepreneurs » qui veulent pratiquer le conseil sont forcés d’attendre. Que le droit laisse place à n’importe quoi plutôt qu’à la simplicité me laisse rêveur. »

Bernard K, conseiller et ministre des affaires étrangères

Écrit par : nef | vendredi, 06 février 2009 11:05

Ecrit par : Valdo | vendredi, 06 février 2009 10:00

Naturellement Bourdieu est mis à toutes les sauces, et ça fait longtemps que ça dure, et Sallenave fait précisément références à ces interprétations souvent assez niaises d'une pensée complexe et contradictoire ( on sait que Bourdieu était lui-même très mal à l'aise dans sa posture d'exemple positif de la méritocratie républicaine ).
Sur le fond, tu devrais être là quand je discute avec les profs des collèges et lycées alentours, et singulièrement celle qui forme les CAP en "cycle court", si tu savais à quoi ils sont confrontés au quotidien, non pas du fait de leurs élèves mais du fatras inepte que leur déverse "l'éducation nationale" ...
à titre d'exemple , je te conseille de te procurer le BII ( formulaire d'évaluation des compétences informatiques des élèves : une perle que mon fils a eu à remplir, comme tous les élèves du pays) édifiant et symptomatique , et hélas emblématique du "quotidien" de ces "hussard(e)s" qui parviennent malgré tout à faire un travail utile et efficace.

Écrit par : urbain | vendredi, 06 février 2009 11:16

Excellent chiffres d'audience hier pour Notre Président, les boycotteurs ont été boycottés !

Écrit par : Pat Joy | vendredi, 06 février 2009 11:30

Il n'y pas que les chiffres d'audience qui ont été excellents hier, le message a été reçu et a plus que convaincu. Bravo !


Crise financière: les français convaincus par l'intervention de Nicolas Sarkozy.

Paris (AFP) - Selon un sondage Opinion Way réalisé suite à l'intervention télévisée de Nicolas Sarkozy ce jeudi 5 février, 71% des français se déclarent tout à fait satisfaits ou plutôt satisfaits des mesures annoncées par le président de la République. 25% trouvent les mesures annoncées "insuffisantes" et 4% ne se prononcent pas.

Enquête réalisée sur un échantillon de 1014 personnes, interrogées par téléphone le 5 février 2009 selon la méthode des quotas.

Écrit par : Pat Joy | vendredi, 06 février 2009 11:31

Ecrit par : Pat Joy | vendredi, 06 février 2009 11:31

Tu te répètes.
(mauvais signe, pour toi )

Écrit par : urbain | vendredi, 06 février 2009 11:44

sans compter que opinionouai-ouai n'a pas l'air d'être en phase avec "l'opinion" :

"«Face à la crise»: Sarkozy n'a ni convaincu ni rassuré"

Écrit par : urbain | vendredi, 06 février 2009 11:45

Ecrit par : urbain | vendredi, 06 février 2009 11:45

Ton avis de libraire bobo éloigné des préoccupations du pays réel importe peu. Reste dans ta tour d'ivoire, le peuple n'a pas besoin de toi ni de Badiou. De Patrice Joyeux ou de Nicolas Sarkozy, ça c'est moins sûr !

Écrit par : Pat Joy | vendredi, 06 février 2009 11:50

http://www.20minutes.fr/article/297829/France-Face-a-la-crise-Sarkozy-n-a-ni-convaincu-ni-rassure.php

Écrit par : qualimat | vendredi, 06 février 2009 11:55

sur le cas k (ouais désolé) !

Ecrit par : Nicks | vendredi, 06 février 2009 10:09

Bouh le copieur-euh !
;-)
http://play-list.20minutes-blogs.fr/archive/2009/02/04/le-cas-k.html

Écrit par : adrien (de rien) | vendredi, 06 février 2009 11:55

Mensonges de Péan:

2002 ,Pierre Péan mentait

Dans un article publié en septembre 2002 par Le Monde diplomatique, Pierre Péan cite un article qu’il attribue au journaliste israélien Amir Oren, selon lequel le massacre de Sabra et Chatila (Liban, 1982) aurait été planifié par les Israéliens. Selon une enquête publiée en janvier 2008 par L’Arche, cette citation est un faux. Pierre Péan n’a jamais tenté de justifier ses affirmations.

En 1999 ,il se joint avec un défendeur de la cause terroriste palestinienne Richard Labévière pour écrire aux Editions Fayard Bethléem en Palestine.

source: LDJ

Écrit par : Pat Joy | vendredi, 06 février 2009 12:00

Ce qui m'étonne un peu, c'est la quasi absence de réaction sur la taxe profesionnelle supprimée et de ses conséquences sur les finances des communes.

Ecrit par : Nicks | vendredi, 06 février 2009 10:06

Il faut bien que quelque chose change pour que tout reste comme avant.

Écrit par : nef des fous | vendredi, 06 février 2009 12:00

http://www.20minutes.fr/article/297595/Politique-Sarkozy-face-a-la-crise-les-reactions-syndicales-et-politiques.php

Écrit par : qualimat (2) | vendredi, 06 février 2009 12:06

http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/02/06/benoit-hamon-tout-change-sauf-nicolas-sarkozy_1151425_823448.html

Écrit par : qualimat (3) | vendredi, 06 février 2009 12:06

http://www.lemonde.fr/web/article/reactions/0,1- href="mailto:0@2">0@2-823448,36-1151400@45-2,0.html

Écrit par : qualimat (4) | vendredi, 06 février 2009 12:10

http://www.lefigaro.fr/medias/2009/02/06/04002-20090206ARTFIG00335-15-millions-de-telespectateurs-pour-sarkozy-.php

Écrit par : qualimatias | vendredi, 06 février 2009 12:15

Merci aux propriétaires de ce blog d'enlever l'interdiction qui frappe mon adresse IP classique. Je suis obligé de passer par un proxy, ce qui est extrèmement déplaisant.

Merci.

PS: à l'avenir, merci également aux propriétaires de me prévenir. Je trouve cette attitude bien cavalière et peu respecteuse.

Écrit par : Pat Ye'Joy | vendredi, 06 février 2009 12:21

Crise financière: Nicolas Sarkozy échoue à rassurer les français.

Paris (AFP) - Selon un sondage Opinion Way réalisé suite à l'intervention télévisée de Nicolas Sarkozy ce jeudi 5 février, 71% des français se déclarent pas du tout satisfaits ou pas satisfaits du tout des mesures annoncées par le président de la République. 25% trouvent les mesures annoncées "suffisantes" et 4% ne se prononcent pas.

Enquête réalisée sur un échantillon de 1014 personnes, interrogées par téléphone le 5 février 2009 selon la méthode des quotas.

Écrit par : Opinionway for your pleasure | vendredi, 06 février 2009 12:22

http://www.rue89.com/2009/02/05/sarkozy-et-la-crise-un-doigt-de-social-et-beaucoup-de-flou

Écrit par : qualimat (5) | vendredi, 06 février 2009 12:40

Comme le ravi se répète et comme certains peut-être se demandent pourquoi on le tolère encore en dépit de son fascisto-sionisme avoué, doublé de racisme décomplexé ( et il faut bien le dire de sa niaiserie candide attestée ), je rappelle donc qu'il a un effet prophylactique :

Le ravi est là pour nous rappeler que ces choses là existent, que ces gens là sont réels, en dépit et à cause du caractère absurde, ridicule et invraisemblable que peut revêtir un tel constat;
il est utile que nous puissions continuellement nous convaincre que ça n'est pas une série B merdique et fauchée : c'est réel, la preuve : le ravi.

Écrit par : urbain | vendredi, 06 février 2009 12:54

Ecrit par : Pat Ye'Joy | vendredi, 06 février 2009 12:21

Ce qui est cavalier et peu respectueux, ce sont tes déjections racistes et tes incitations à la haine. 2 rappels à l'ordre hier. Je n'ai aucune envie de jouer les censeurs ou la police, tu m'obliges à faire ce que j'exècre mais je le fais car je déteste encore plus le racisme. Il est hors de question que par ton attitude de facho ce blog soit signalé comme ne respectant pas la charte de contrôle des propos racistes etc et que nous soyons tous privé de cet espace par tes vomissures continuelles.

Écrit par : agathe | vendredi, 06 février 2009 13:12

Ecrit par : Pat Ye'Joy | vendredi, 06 février 2009 12:21

De surcroît, tu n'as pas de parole, tu es haineux et tu fais beaucoup de tort voire tu salis ceux que tu prétends défendre.

Écrit par : agathe | vendredi, 06 février 2009 13:15

"le défendeur" ? Tu n'es pas français Patou ! Tu es un espion du cosmopolitisme anglo-saxon avoue ! :oB Je t'en foutrais du defender moi...

@Adrien

Les grands esprits...

@Nef

Une mesure qui va coûter 8 milliards, autant de moins pour le traitement social de la crise, et qui bien entendu sera complètement inefficace pour l'emploi. (je rappelle que le différentiel de salaire entre un chinois et un occidental atteint généralement les 75%)

Écrit par : Nicks | vendredi, 06 février 2009 13:16

Merci Urbain, j'apprécie particulièrement ton billet.
J'y reviendrai plus tard.

Un propos étonnant de Sarkozy à la question sur le fait qu'il se représente ou non aux élections présidentielles. "C'est sa femme qui choisira s'il doit se représenter ou non et s'il ne faisait pas un deuxième mandat, il nous regarderait depuis l'Italie, où il vivra, ce sera la Dolce Vita..." Voilà.

Écrit par : agathe | vendredi, 06 février 2009 13:26

Moi, je sais pas - trop nul - mais voici ce que certains en disent ce matin. Ca m'a l'air de se tenir à première vue :

ALAIN M.
06.02.09 | 09h04
Dommage que les journalistes ne maitrisent pas assez leurs dossiers pour apporter la contradiction au président! quand il annonce que les 25 milliards apportés aux banques rapporteront 1 milliard en 2009, c'est de l'esbrouffe; parce que pour financer son déficit, l’État doit emprunter de l’argent sur les marchés financiers... et à un taux proche de celui auquel elle prête actuellement aux banques! donc l'Etat paye des interets sur ces sommes qu'il prete lui-même et qui lui rapportent au final 0

Zébulon II
06.02.09 | 09h00
L'exercice d'esbrouffe a fonctionné à plein régime... Rien que le coup des 1,4 Mds d'intérêt est excellent : comme si l'Etat, alors qu'il prête de l'argent qu'il a lui même emprunté, n'avait aucun frais pour cela... Et aucun journaliste-carpette ne lui a fait remarquer cela !!! Imitons nos compatriotes antillais, en grève et dans la rue !!!


De ma presqu'ile
06.02.09 | 08h45
Comme d'habitude, grand monologue d'affirmations gratuites et fausses. Un exemple ? Comment NS peut-il affirmer que le prêt aux banques de 10 Mds ne coûtera pas un euro aux Français et rapporterait même 1,4 Mds soit un taux d'intérêt de 14 % net ??? Cet argent aura forcément été emprunté et il faudrait retirer de ces 1.4 Mds au moins les intérêts des emprunts. Si ça rapporte tant, pourquoi l'Etat ne se substitue pas carrément et une bonne fois pour toutes aux Banques ?

Écrit par : patrice | vendredi, 06 février 2009 13:32

Sauf s'il a fait un raccourci et que ce 1.4 milliard serait ce qu'il restera AU FINAL. A voir.

Écrit par : patrice | vendredi, 06 février 2009 13:36

Je suis attérré par les attaques infâmes et nauséabondes dont je suis une nouvelle fois victime. Et comme d'habitude les grands courageux que vous êtes attaquent en meute... c'est beau la collectivisation de la haine. Nul doûte qu'avec des gens comme vous au pouvoir, on ne s'embarasserait pas de procès, un lynchâge en bonne et due forme par contre...

Je suis très triste de voir que certains ici préfèrent insulter plutôt qu'argumenter, c'est révélateur d'un état d'esprit très inquiétant et qu'on retrouve chez tous les extrémistes politiques, de gauche comme de droite. Moi je suis un modéré ce qui évidemment ne peut que m'attirer la haine des extrémistes de droite à la bétov et la haine des extrémistes de gauche comme vous.

Votre haine n'a rien à envier à celle des militants FN, vous êtes comme eux. Voire pire, puisque vous vous abritez derrière votre inébranlable bonne conscience pour donner libre cours à vos penchants torquémadistes.

Décidemment il ne fait pas bon défendre un point de vue différent de vos délires staliniens, on devient vite la cible de propos extrèmement blessants.

Écrit par : Patrice Joyeux | vendredi, 06 février 2009 13:47

"Je suis attérré par les attaques infâmes et nauséabondes"

tu oublies : antisémites.

à part ça , j'avoue que si je t'ai blessé , eu égard à ce tu exprimes ( mais sans bien savoir qui tu es ) je n'en conçois nul regret et encore moins de remord;
mais si la détestation que tu ressens ici à ton encontre ne t'a pas encore dissuadée de vider ces lieux si peu propices à ton génie propre et tellement hostiles à tout ce que tu entends représenter , c'est bien que d'une manière ou une autre tu y trouves ton compte.

Écrit par : urbain | vendredi, 06 février 2009 13:57

Ecrit par : urbain | vendredi, 06 février 2009 13:57

Tu fais suer à lui répondre.

Tu parles d'une réalité le ravi, plusieurs adresses IP... plusieurs styles d'écritures ... plusieurs orthographes... plusieurs caractères... une même propagande... un même rôle...

Il ne videra pas les lieux, c'est une tique, un parasite, il vit sur son hôte, dont feed the troll.

Le sujet part en troll, mais après tout c'est ton billet, tu fais ce que tu veux.

Écrit par : nef des fous | vendredi, 06 février 2009 14:16

Ecrit par : Nicks | vendredi, 06 février 2009 13:16

une mesure de hyène même pas une mesure de guépard;-)))

«pour que tout reste comme avant, il faut que tout change»

http://www.youtube.com/watch?v=AlW8QzxDuXw

Écrit par : nef des fous | vendredi, 06 février 2009 14:25

Ecrit par : patrice | vendredi, 06 février 2009 13:36

http://www.marianne2.fr/Sarko-Les-prets-aux-banques-rapportent-1,4-milliard-Faux!_a174745.html

Écrit par : nef des fous | vendredi, 06 février 2009 14:25

@Nef

Mesure de hyène pas de guépard ? Peux tu préciser ta pensée ?

Écrit par : Nicks | vendredi, 06 février 2009 14:36

"La secrétaire d'Etat à la Politique de la Ville Fadela Amara, interrogée sur la circulaire du ministre de l'Immigration permettant d'attribuer des "titres de séjour provisoire" aux immigrés victimes de filières clandestines qui les dénonceraient, a confié aujourd'hui que "la délation" l'avait "toujours gênée".

Faut pas être gênée comme cela, Fadela...

Écrit par : Jean Genet | vendredi, 06 février 2009 15:13

Je faisais allusion au guépard.

"Une des phrases les plus célèbres reste attachée au neveu du Prince Salina, Tancredi : « Si nous voulons que tout reste tel que c'est, il faut que tout change », reflétant, dans sa pensée comme dans celle de don Fabrizio l'aboutissement de toute révolution. La révolution correspondrait alors à une rotation, comme lors de la révolution de la Terre autour du Soleil, qui revient toujours à son point de départ.

Cette phrase est introduite par une autre qui éclaire d'avantage les motivations du personnage : « Crois-moi mon petit oncle, si nous ne nous en mêlons pas, ils vont nous fabriquer une république ». Si nous voulons que tout reste tel que c'est, il faut que tout change se comprend donc en fait comme entrons dans le mouvement de peur que celui-ci ne nous dépasse et ainsi nous pourrons le diriger à notre guise.

Le personnage est un opportuniste : le régime ne lui permettant pas ses ambitions, il s'y oppose, d'abord avec les garibaldiens, puis dans la nouvelle armée dès l'arrivée des Piémontais ; il approuve alors que soient fusillés ceux qui étaient restés fidèles à l'idéal garibaldien). C'est un ironique (« pour le roi, oui, mais lequel ? »), voire un cynique comme le montre sa lettre à son oncle où en apparence il lui décrit son amour pour Angelica mais sous-entend que cet amour serait une manœuvre politique propre à suivre l'évolution sociale et se faire bien voir du nouveau régime.

Tancredi trahit donc son roi (comme le dit sa tante Stella) sa classe sociale (en épousant la fille Sedara pour recevoir la fortune de celle-ci) pour se mettre du côté des vainqueurs, conserver un certain art de vivre et réaliser la carrière politique ambitieuse que la monarchie bourbonienne ne lui permet pas. Son oncle en est conscient : « il a raison, mais je dois dire qu'il est ignoble ».

Pour la nouvelle traduction par Jean-Paul Manganaro : « Si nous voulons que tout demeure en l'état, il faut que tout change ».

La phrase d'origine, en italien, est : « Se vogliamo che tutto rimanga come è, bisogna che tutto cambi! »

* Une autre citation importante dans l'œuvre : (p.195) « Nous fûmes les guépards, les lions ; ceux qui nous remplaceront seront les chacals et les hyènes. » Le règne d'affairistes comme Don Calogero Sedara succède à celui du prince Salina . Il ne faut pas négliger la suite de la phrase : « ... et tous , guépards, chacals et moutons, nous continuerons à nous considérer comme le sel de la terre ».

....qui rejoint la citation de Badiou.

"On ne vit plus dans cette opposition. «Révolution» est aujourd'hui un concept vide et même le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) ne prépare pas la révolution **. Pour établir une comparaison historique, je dirais que nous sommes dans une situation comparable à celle des années 1840. La Restauration a eu lieu, le capitalisme s'est installé dans toute son extension, l'idée de révolution paraît définitivement enterrée-on raconte alors sur Robespierre et Saint-Just ce qu'on dit aujourd'hui sur Mao et Lénine. Quand aux républicains, qui incarnent alors la gauche, ils sont, comme nos socialistes d'ajourd'hui, absorbés par le jeu parlementaire, et on verra en 1848 comment ils vont se faire voler leur apparente victoire par Napoléon III."


Et je me suis dit en voyant la fumeuse mesure de la taxe professionnelle de Sarko, que l'on était bien arrivé aux temps des chacals et des hyènes...

Alors j'ai parodié la citation du guépard à la mesure du Naboléon aux petits pieds.

"Il faut bien que quelque chose change pour que tout reste comme avant."

Écrit par : nef | vendredi, 06 février 2009 15:13

"La taxe professionnelle, dont Nicolas Sarkozy a annoncé la suppression en 2010, représente 28 milliards d'euros et non huit comme l'a affirmé le chef de l'Etat, a déclaré Philippe Laurent, le président de la commission des Finances de l'Association des maires de France."

Écrit par : Tancrédit | vendredi, 06 février 2009 15:21

Ecrit par : Tancrédit | vendredi, 06 février 2009 15:21

Décontrasté.

Écrit par : Garcimore | vendredi, 06 février 2009 15:24

"Le chapitre 1a commence par ce précepte de Bresson : « Ne change rien pour que tout soit différent."

http://books.google.fr/books?id=TEQAIkGQ8JgC&pg=PA124&lpg=PA124&dq=bresson+ne+rien+changer+pour+que+tout+change&source=web&ots=f-yxwaKGVU&sig=xuCIi_QejyTyPGwbqI22nynBD4k&hl=fr&ei=VkmMSbiTEtKd_gal2Ky5DA&sa=X&oi=book_result&resnum=1&ct=result#PPA124,M1

Écrit par : f | vendredi, 06 février 2009 15:35

Ecrit par : nef des fous | vendredi, 06 février 2009 14:16

Je me suis toujours posé cette question; Joyeux n'est pas un seul, mais pour moi plusieurs personnes d'une même secte; style Bétar et autre LDJ..

Écrit par : Pamela de barres | vendredi, 06 février 2009 15:36

Ecrit par : Tancrédit | vendredi, 06 février 2009 15:21

http://www.20minutes.fr/article/297901/Economie-Combien-va-couter-la-suppression-de-la-taxe-professionnelle.php

Bercy dit 30 milliards, mais qui ne font que 23 auxquels on enlève 12 ce qui fait 11 mais on enlève de nouveau 3 (virtuels ceux-là) ce qui nous donne 8.
Le compte est bon pour Fillon ?

Écrit par : Des chiffres et des lettres | vendredi, 06 février 2009 15:40

Ecrit par : nef des fous | vendredi, 06 février 2009 14:16

Plusieurs IP, alors qu'il vient de dire qu'il se sert d'un proxy, c'est normal.
Par contre qu'il puisse se servir d'un proxy de son boulot alors qu'il a soi-disant un firewall qui l'empêche de lire play-list, c'est moins crédible...
Anyway, don't feed the troll.

Écrit par : Sumo | vendredi, 06 février 2009 15:45

Ecrit par : Des chiffres et des lettres | vendredi, 06 février 2009 15:40

Mais toute la taxe professionnelle ne serait pas supprimée.

La cotisation minimale, c'est à dire celle qui concerne tous les petits artisans et TPE serait maintenue. Forcément, ils ne délocalisent pas eux, alors pourquoi leur faire de cadeaux...

Écrit par : Harry Potter pour tous | vendredi, 06 février 2009 15:48

"Elus, syndicats et population de Gandrange ont promis vendredi un accueil "mouvementé" à Nicolas Sarkozy après que le président eut assuré jeudi qu'il reviendrait en Moselle, comme il s'y était engagé l'an dernier devant les ouvriers d'ArcelorMittal."

Putain...

Écrit par : Le préfet de la Moselle | vendredi, 06 février 2009 15:56

"Le porte-parole du Premier ministre britannique a estimé aujourd'hui que les remarques critiques du président Nicolas Sarkozy sur l'économie britannique relevaient de la politique intérieure, tout en laissant poindre l'irritation de Gordon Brown."

www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/02/06/01011-20090206FILWWW00458-itw-tv-de-sarkozy-brown-irrite.php

Écrit par : Golden Brown | vendredi, 06 février 2009 16:10

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/02/06/01011-20090206FILWWW00458-itw-tv-de-sarkozy-brown-irrite.php

Écrit par : 007 | vendredi, 06 février 2009 16:10

http://www.e24.fr/entreprises/transport/article54091.ece

Écrit par : oui oui et son auto | vendredi, 06 février 2009 16:15

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-La-Republique-tcheque-denonce-le-protectionnisme-de-Sarkozy_-817528--BKN_actu.Htm

Écrit par : tchèque sans provision | vendredi, 06 février 2009 16:20

Finalement, à lire vos commentaires, le qualimat a pas l'air excellent ...
je me demande si TF1 va pas se faire tirer l'oreille pour acheter la "saison 2" ...
( naturellement j'ai pas regardé, mais comme disait l'autre : "j'ai pas lu, j'ai pas vu, mais j'en ai entendu causer" )

Écrit par : urbain | vendredi, 06 février 2009 16:28

@Nef

Oui quand j'ai vu guépard j'ai pensé à ça sauf que je n'ai ni lu ni vu, c'est ballot ! :oB Du coup, je ne pouvais bien évidemment pas saisir le lien...

@tancrédit

Huit milliard, ça me paraissait pas énorme en effet. J'ai du prendre le chiffre à la volée sur un journal sans vérifier de qui venait l'évaluation. C'est mal...

Écrit par : Nicks | vendredi, 06 février 2009 16:55

Ecrit par : Le préfet de la Moselle | vendredi, 06 février 2009 15:56

Mon cher préfet, je vous invite à vérifier si vous avez une bonne mutuelle.

Écrit par : urbain | vendredi, 06 février 2009 16:58

Ecrit par : nef des fous | vendredi, 06 février 2009 14:25

Merci nef.

Écrit par : patrice | vendredi, 06 février 2009 17:07

http://www.20minutes.fr/article/297947/Media-Sarkozy-a-la-television-une-insulte-aux-journalistes.php

«Vu d’Allemagne, ce scénario est impensable. On ne verra jamais la Chancelière Angela Merkel inviter et sélectionner des journalistes pour une interview retransmise en direct sur plusieurs grandes chaînes de télévision, assure Michael Kläsgen, correspondant économique du quotidien allemand «Süddeutsche Zeitung». La liberté de la presse suppose qu’on invite soi-même une personnalité politique si on pense que cela est nécessaire.»

«Cela fait très vieille France, limite Roumanie sous Ceausescu, renchérit Magnus Falkehed, correspondant du quotidien suédois «Aftonbladet». D’autant que Nicolas Sarkozy, qui était présent sur trois chaînes, a envahi l’espace médiatique comme si on lui devait une sorte d’allégeance.»

Écrit par : Sarkosescu | vendredi, 06 février 2009 17:10

Amusant ces gens qui passent leur temps à commenter l'intervention de Notre Président, intervention qu'ils s'étaient même jurés de boycotter, allant jusqu'à chercher l'avis d'obscurs journaleux suédois !

"On tombera pas dans le piège cette fois-ci !" (Gauchiste)

Écrit par : Pat Joy | vendredi, 06 février 2009 17:25

Amusant ces gens qui passent leur temps à commenter

Écrit par : Joy Pad | vendredi, 06 février 2009 17:51

Amusant ces gens qui passent

Écrit par : Léon-Paul Fargue | vendredi, 06 février 2009 19:04

Amusant

Écrit par : Laco Nick | vendredi, 06 février 2009 19:07

Amusant

Écrit par : Jay Top | vendredi, 06 février 2009 19:10

Ecrit par : Sarkosescu | vendredi, 06 février 2009 17:10

Oui c'est assez juste et c'est peut-être l'image la plus révélatrice de ce qu'est devenue la france vue de l'étranger : la pays d'un conducator "relooké" façon Liberace, moins sanguinaire mais encore plus ridicule que son modèle des carpathes.

Écrit par : urbain | vendredi, 06 février 2009 19:21

Hésiode, "Les Travaux et les Jours"

L'âge de fer

Plût aux dieux que je ne vécusse pas au milieu de la cinquième génération ! Que ne suis-je mort avant ! que ne puis-je naître après ! C'est l'âge de fer (15) qui règne maintenant. Les hommes ne cesseront ni de travailler et de souffrir pendant le jour ni de se corrompre pendant la nuit ; les dieux leur enverront de terribles calamités. Toutefois quelques biens se mêleront à tant de maux. Jupiter détruira celte race d'hommes doués de la parole lorsque presque dès leur naissance leurs cheveux blanchiront. Le père ne sera plus uni à son fils, ni le fils à son père, ni l'hôte à son hôte, ni l'ami à son ami ; le frère, comme auparavant, ne sera plus chéri de son frère ; les enfants mépriseront la vieillesse de leurs parents. Les cruels ! ils les accableront d'injurieux reproches sans redouter la vengeance divine. Dans leur coupable brutalité, ils ne rendront pas à leurs pères les soins que leur enfance aura reçus : l'un ravagera la cité de l'autre ; on ne respectera ni la foi des serments, ni la justice, ni la vertu ; on honorera de préférence l'homme vicieux et insolent ; l'équité et la pudeur ne seront plus en usage ; le méchant outragera le mortel vertueux par des discours pleins d'astuce auxquels il joindra le parjure. L'Envie au visage odieux, ce monstre qui répand la calomnie et se réjouit du mal, poursuivra sans relâche les hommes infortunés. Alors, promptes à fuir la terre immense pour l'Olympe, la Pudeur et Némésis enveloppant leurs corps gracieux de leurs robes blanches, s'envoleront vers les célestes tribus et abandonneront les humains ; il ne restera plus aux mortels que les chagrins dévorants, et leurs maux seront irrémédiables.

Écrit par : frère odm | vendredi, 06 février 2009 21:22

Hésiode, "Les Travaux et les Jours"

L'âge de fer

Plût aux dieux que je ne vécusse pas au milieu de la cinquième génération ! Que ne suis-je mort avant ! que ne puis-je naître après ! C'est l'âge de fer (15) qui règne maintenant. Les hommes ne cesseront ni de travailler et de souffrir pendant le jour ni de se corrompre pendant la nuit ; les dieux leur enverront de terribles calamités. Toutefois quelques biens se mêleront à tant de maux. Jupiter détruira celte race d'hommes doués de la parole lorsque presque dès leur naissance leurs cheveux blanchiront. Le père ne sera plus uni à son fils, ni le fils à son père, ni l'hôte à son hôte, ni l'ami à son ami ; le frère, comme auparavant, ne sera plus chéri de son frère ; les enfants mépriseront la vieillesse de leurs parents. Les cruels ! ils les accableront d'injurieux reproches sans redouter la vengeance divine. Dans leur coupable brutalité, ils ne rendront pas à leurs pères les soins que leur enfance aura reçus : l'un ravagera la cité de l'autre ; on ne respectera ni la foi des serments, ni la justice, ni la vertu ; on honorera de préférence l'homme vicieux et insolent ; l'équité et la pudeur ne seront plus en usage ; le méchant outragera le mortel vertueux par des discours pleins d'astuce auxquels il joindra le parjure. L'Envie au visage odieux, ce monstre qui répand la calomnie et se réjouit du mal, poursuivra sans relâche les hommes infortunés. Alors, promptes à fuir la terre immense pour l'Olympe, la Pudeur et Némésis enveloppant leurs corps gracieux de leurs robes blanches, s'envoleront vers les célestes tribus et abandonneront les humains ; il ne restera plus aux mortels que les chagrins dévorants, et leurs maux seront irrémédiables.

Écrit par : frère odm | vendredi, 06 février 2009 21:22

Urbain,

De l'étranger, on peut également voir une nouvelle fois la France ne pas se résigner à l'idiotie managériale. La preuve en acte : le renfort (improbable) de présidents d'université dans la mobilisation anti-décret Pécresse qui (fort heureusement) s'élargit progressivement à une remise en cause plus générale de la LRU.

http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2009/02/des-prsidents-d.html

Sarkozy a tout de même osé dire hier que lorsque l'on voit les USA et la GB, on n'a pas envie de faire comme eux, alors même qu'il préconisait les subprimes avant sa campagne...(quel bouffon ce Pat Joy, mais c'est vrai qu'il joue parfaitement le rôle de la maison-témoin UMP...). Je suis convaincu que son idole partira avec les mêmes honneurs que l'ami Georges, la question étant évidemment quand et avec quels effets dévastateurs sur le service public et sur les salariés à qui l'on donne du travailler plus pour gagner plus, quand il s'agit le plus souvent de travailler pour survivre, voire de travailler à perte (y compris avant la crise)... sans parler de la question du partage du travail (versus l'extension des heures supp.), qui doit faire mourir de rire le Joyeux, alors que Paul Krugman y voit un choix politique sans doute meilleur à long terme pour la population (cf. L'Amérique que nous voulons)... Un Américain à la rescousse des 35 heures, singulier non ?

Pour l'instant, dans l'enseignement supérieur et la recherche, c'est : No pasaran... Soyons naïfs et archéo-progressistes, ça finira par payer.

Écrit par : Oysterhead | vendredi, 06 février 2009 21:25

Loana, toujours hospitalisée, a été interrogée par la police. Mais ses déclarations seraient confuses.
Agressée ou pas ? Deux jours après la découverte par une amie de Loana, le nez brisé, le visage tuméfié et en état de choc chez elle, la police a enfin pu lui parler.

Selon Gala.fr, la 1ère Division de Police Judiciaire (1ère DPJ) aurait des doutes sur les témoignages de la gagnante de Loft Story. Loana, 31 ans, qui varieraient, selon les moments. Des sources proches des autorités affirment que sa description des deux individus changerait également. Elle irait même jusqu'à douter par moment de son agression par deux hommes, comme elle l'avait déclaré.

Le mystère s'épaissit, mais la police enquête toujours. L'appartement de la victime a été passé au peigne fin, et une substance considérée comme un « anesthésique hypnotique » aurait été retrouvée. Ce produit aurait pu servir à endormir Loana avant une éventuelle agression. Néanmoins, la police n'exclue pas que Loana ait absorbé elle-même le produit. Rappelons qu'en décembre et janvier derniers, Loana a été entendue en tant que témoin dans une affaire de trafic de cocaïne.

Elle est toujours actuellement hospitalisée à Clamart, dans les hauts-de-Seine.

*************

J'aime bien Loana, un idéal féminin pour moi, belle, douce et naïve....

Écrit par : frère odm | vendredi, 06 février 2009 21:35

Ecrit par : frère odm | vendredi, 06 février 2009 21:35

Il va falloir se dépêcher à éduquer autrement pour vivre différemment, Urbain ;-))

Écrit par : agathe | vendredi, 06 février 2009 21:53

"L'idiotie manageriale", c'est une expression que j'aime beaucoup. J'étais à la réunion de l'Appel des appels, et c'était un terrible constat de voir combien elle avait gangrené y compris des secteurs qu'on aurait pu naïvement croire à l'abri: le médico-social, la petite enfance, la psychiatrie..(sans parler bien sûr de l'éducation, la recherche, la culture où ses ravages se font sentir depuis longtemps.)

Écrit par : Valdo | vendredi, 06 février 2009 21:54

Ecrit par : frère odm | vendredi, 06 février 2009 21:22

C'est un bon début sur un chemin assurément plus prometteur que tes récentes vaticinations kabbalistiques , dommage que tu te sois fourvoyé assez vite (avec loana : chassez le naturel ...).
Après Hésiode il y a eu les grands philosophes classiques .
Tu peux aussi lire jean Pierre Vernant, qui a écrit quelques pages essentielles sur le poème d'Hésiode, sur les trois ages notamment.

Écrit par : urbain | vendredi, 06 février 2009 21:55

Ecrit par : Oysterhead | vendredi, 06 février 2009 21:25

Je ne suis pas certain que ce rejet salutaire, que cette résistance au pire, que manifeste actuellement le monde universitaire soit très perceptible de l'étranger. Il l'est beaucoup moins en tout cas que les gesticulations browniennes névrotiques de notre conducator à raybannes.

Le mouvement actuel, encore diffus et sporadique, frisant tel "une onde qui bout dans une urne trop pleine", doit surmonter une difficulté propre à ces temps post-modernes et décomplexés : l'absence de relai politique.

Les contorsions boufonnes et son nouvel air de pipeau seront aussi vites oubliés que les précédents, c'est ce qui lui permet d'opérer des virevoltes successives sans que lui soient opposées les contradictions et incohérences de sa logomachie de bazar.

Les faits, en revanche, sont têtus ...et de plus en plus difficiles à camoufler. Qui, cependant, en fait l'analyse et en tire les conclusions politiques qui s'imposent ?

Écrit par : urbain | vendredi, 06 février 2009 22:05

Taxe professionnelle :

Ici :


François Fillon, premier ministre. "Nos concitoyens ont vu un président de la République totalement engagé à leurs côtés. Dans l'épreuve, il a fait de l'emploi une priorité. Il a souligné avec force que l'équité et la justice sociale constituaient des composantes essentielles de la mobilisation nationale face à la crise."

Xavier Bertrand, le secrétaire général de l'UMP. Aux "questions directes, précises" des Français, le président de la République a apporté des "réponses directes, précises" et "des propositions fortes". "Il fallait aussi des solutions nouvelles qui ne sont pas imposées. Elles sont mises en débat mais elle vont trouver leur place dans le rendez-vous du 18 février avec les partenaires sociaux."

Jean-François Copé, président du groupe UMP à l'Assemblée. "Nicolas Sarkozy a su trouver le ton et les mots justes pour rassurer les Français, en expliquant les choix de la France, en remettant notre action en perspective et en traçant la voie des réformes indispensables qu'il nous faut conduire."

Patrick Ollier (UMP), président de la commission des affaires économiques de l'Assemblée. "Le président de la République a été extrêmement pédagogue. Il a, avec beaucoup de pugnacité, démontré la pertinence du plan de relance, la pertinence des actions conduites."


Claude Bartolone, député PS Saint Denis. Supprimer de la taxe professionnelle, "ça ne peut pas relancer l'économie". "Si vous enlevez des moyens financiers aux collectivités locales qui représentent à elles seules 75 % de l'investissement public, vous croyez que ça ne va pas donner un sacré coup de ralentissement à l'activité ?"


Kraka
06.02.09 | 11h10
Cette annonce est avant tout un moyen de faire payer aux collectivités locales le fait qu'elles puissent mener des politiques différentes de celle pronées par notre omni président dans son immense sagesse et grâce à son immense savoir... Comment osent elles ! c'est un scandale absolu et une duperie des Français. Les collectivités réalisent 75% des investissements publics, représentent 10% de la dette publique et il faut encore les fragiliser, voire les abattre? mais où s'arrêtera-t-il !!


************


Ailleurs:


Pour Bercy, la suppression de la taxe professionnelle coûtera bien 8 milliards d'euros

Sur la partie concernée (23 milliards d'euros), 22 milliards d'euros de recettes sont engrangées par les collectivités locales, et un milliard par les organismes consulaires, explique Bercy. "L'Etat prend déjà à sa charge 12 milliards d'euros au titre de dégrèvements", a-t-on souligné de même source. Resteraient donc 11 milliards d'euros.

L'Etat attend de la réforme une hausse "mécanique" de 3 milliards d'euros de l'impôt sur les sociétés

Mais pour le président de la commission des finances du Sénat, Jean Arthuis (Union centriste), dire que la hausse de l'impôt sur les sociétés peut compenser en partie la suppression de la taxe professionnelle est un "faux argument". "La logique de la démarche est d'éviter les délocalisations, donc de faire en sorte que les entreprises baissent leurs prix. (...) Or si les prix baissent, les bénéfices, donc l'impôt, ne progresseront pas."

Écrit par : patrice | vendredi, 06 février 2009 22:10

Plutôt que perdre notre temps sur ces balivernes spectrales, lisons le Figaro :
www.lefigaro.fr/politique/2009/02/05/01002-20090205ARTFIG00004-npa-la-france-telle-que-la-reve-olivier-besancenot-.php

Écrit par : urbain | vendredi, 06 février 2009 22:13

Mesures sociales : les pistes de M. Sarkozy, leur coût, leurs chances d'aboutir

"On va encore dépenser beaucoup d'argent", s'inquiète M. Carrez, après que le chef de l'Etat eut assuré qu'il "n'avait pas l'intention de laisser des dettes accumulées à nos enfants". Cet engagement présidentiel a peu de chances d'être tenu : la suppression de la première tranche de l'impôt sur le revenu, si elle est retenue, creusera le déficit budgétaire. Et, à terme, la dette.

En présentant le rapport public annuel de la Cour des comptes, Philippe Séguin, son premier président, a mis en garde contre l'impact "massif et durable" du plan de relance combiné aux effets de la crise. Selon lui, l'endettement supplémentaire serait de 250 milliards d'euros en 2010 et pourrait atteindre 83 % du produit intérieur brut fin 2012.

Mazette !

Écrit par : patrice | vendredi, 06 février 2009 22:15

Ecrit par : patrice | vendredi, 06 février 2009 22:10

Un pertinent avait mis le lien Garcimore, voilà le résumé, un écran de fumée, un tour de passe-passe ...

Écrit par : agathe | vendredi, 06 février 2009 22:16

Comment peut-on encore s'étonner ?
le pétainisme transcendantal qui a porté bouffon au pouvoir le garantit que "plus c'est gros, mieux ça passe".

par exemple sa montgolfière de la pensée humanitaire peut sortir publiquement des trucs comme :

"J'ai été rémunéré moins de 6 000 € par mois après impôts sur trois ans ( SIC !) pour un travail considérable dont tout le monde peut se féliciter (re SIC !!!!). La moitié de la population du Gabon étant des indigents, privés de la possibilité d'aller se faire soigner à l'hôpital, j'ai aidé avec d'autres experts à faciliter leur accès au système de santé."

sans que son interlocteur explose de rire.

Écrit par : urbain | vendredi, 06 février 2009 22:21

Ecrit par : urbain | vendredi, 06 février 2009 22:21

Oui entre le rire et les larmes (de honte).

Écrit par : agathe | vendredi, 06 février 2009 22:29

"sans que son interlocteur explose de rire."

Et face à la quantité assez ahurissante de mensonges (qui passeront aussi rapidement que la prestation du chef ; tout cela est très volatile et minable) débitée hier soir, il y avait de quoi se rouler dans ses excréments...
Hé bien non, tout cela est encaissé avec une mine très concernée et concentrée, sans sourciller, sans même vraiment écouter d'ailleurs. Ca se fait selon la scénographie canonique ; c'est comme le marché, c'est comme ça et il n'y a rien d'autre. Le speaker lance un stimuli pré-programmé et le chef démarre au quart de tour. On attend que cela cesse, comme une vessie qui se tarit et on repart. C'est très sinusoïdal.
Et le pire, c'est que cette onde ne choque plus grand monde, c'est juste un show où la question est de savoir si le trapéziste réussira son salto (ce qui ne fait pas de doute, c'est la tévé, c'est magique).
Il y a des types qui regardent encore la formule 1, dans le poste...

Écrit par : f | vendredi, 06 février 2009 22:38

Ecrit par : agathe | vendredi, 06 février 2009 22:29

Oui : "Ah c'qu'on s'amuse au Pigeon Bleu ! "

urbain,

j'ai rien trouvé sur le lien du Figaro sauf ça :

NPA, Nulle Part Ailleurs , qui peut se lire de différentes façons bien entendu.

Écrit par : patrice | vendredi, 06 février 2009 22:42

en formule 1 (à ma connaissance, vraiment pas spécialiste depuis au moins Michel Vaillant) les véhicules peuvent encore aller dans le mur...

Écrit par : Valdo | vendredi, 06 février 2009 22:44

Ah aussi...


Evaluation des enseignants : les "modalités" discutées

"Nous avons décidé d'augmenter le salaire des enseignants-chercheurs entre 12 % et 25 %. Mais nous voulons qu'ils soient évalués. (...) Pour les modalités, on peut en discuter et Valérie Pécresse en discutera", a-t-il affirmé.


VonGulik
06.02.09 | 18h21
Cette mesure d'augmentation s'applique aux nouveaux embauchés uniquement (2000 postes de 1500 euros mensuel)...ramené à la masse salariale des 60000 enseignant-chercheurs (4 milliards), l'effort représente 0.0005 % d'augmentation !


Mérite pas ses pixels not président !

Écrit par : patrice | vendredi, 06 février 2009 22:45

Enfin, entendu à la radiophonie : " Moi, la crise, ch'uis contre ! ".

Écrit par : patrice | vendredi, 06 février 2009 22:55

"depuis au moins Michel Vaillant"

Depuis De Gaulle, en somme...

C'est bien ce que les amateurs se disent ; le mur...
Et puis non, vraiment pas, pas de mur. Mais ils regardent quand même. Un mur, c'est versatile malgré sa fonction de mur, fixe, délimitant.
C'est très différent de Warhol où le spectateur sait et ne se fait pas d'illusion. Il n'y aura pas de mur, le type dormira (entre les murs), l'Empire State Building bandera (de ses murs).
Warhol n'a pas filmé le 11 septembre.

Écrit par : f | vendredi, 06 février 2009 23:00

Le management n'est autre que la courroie de transmission du moteur du retour sur investissement, totalement décomplexé une fois les monnaies rendues flottantes et la finance libéralisée (et régulée pour des prunes, enfin pas pour les boites privées qui s'en charge. La bonne blague...)

Il traduit donc fidèlement l'idéal de compétition et d'abstraction des financiers, en même temps qu'un certain délire scientiste transversal. Sur le modèle des modèles mathématiques infaillibles, le management ne peut non plus se tromper et s'applique à l'existence dans son entier, car chacun se doit d'être le challenger continu de sa propre vie.

Sauf qu'il y a comme un défaut dans le bel ordonnancement. Non seulement les promoteurs du risque permanent comme facteur d'enrichissement, d'épanouissement et d'efficacité, le fuient de toute leur énergie en inventant notamment les produits financiers structurés censés démultiplier le fameux ROE (return on equity) en échappant aux aléas, mais en plus, en cherchant à l'éviter par des constructions de plus en plus méandreuses, ils l'amplifie sans vouloir le voir.

On connaît le résultat...

Ajourner le système financier actuel c'est nous libérer du management. J'ai hâte !

Écrit par : Nicks | vendredi, 06 février 2009 23:04

Valdo, toi aussi tu regardes la formule 1 ? :oB (hé oui, je suis faillible mais je continuerai à donner des leçons si je veux !)

Écrit par : Nicks | vendredi, 06 février 2009 23:07

Je trouve le management de Toro Rosso absolument admirable.

Écrit par : f | vendredi, 06 février 2009 23:21

Que non, suivant les préceptes de l'ami Urbain (ou plutôt les précédant) je n'ai pas de télé... Mais ai passé beaucoup de vacances d'enfant près d'un circuit auto connu à l'époque...

Écrit par : Valdo | vendredi, 06 février 2009 23:21

Ecrit par : patrice | vendredi, 06 février 2009 22:42

En principe ça amène sur une page où les fins analystes de l'ultra_gauche ( du Figaro) décrivent ( finalement assez factuellement ) le programme du NPA , sous le titre : "NPA : la France telle que la rêve Olivier Besancenot ".
J'avoue que même présenté par le Figaro ... ça me va .

Écrit par : urbain | vendredi, 06 février 2009 23:23

J'en connais même qui partaient voir la formule 1 pendant mai 68;-))))

Écrit par : nef des fous | samedi, 07 février 2009 00:27

Ecrit par : nef des fous | samedi, 07 février 2009 00:27

Bonne mémoire ...
Mais c'était pas à la télé.

Écrit par : urbain | samedi, 07 février 2009 08:19

"Regarder" la télé ( la Formule 1 ou la star académie, ou le journal télévisé, ou la réclame, ou forboillarde , ou bouffon gesticulant, ou l'inspecteur merdique ... c'est pareil ) c'est TOUJOURS perdre son temps, c'est toujours suicider quelques milliers de neurones par seconde, c'est toujours admettre de s'abrutir.
Il y a toujours mieux à faire.

Écrit par : urbain | samedi, 07 février 2009 08:34

Lire le dernier livre d'Andreï Makine, par exemple.

Écrit par : urbain | samedi, 07 février 2009 08:37

A Valdo,

Ajoutons à la liste les policiers dépassés par la culture du chiffre (la politique démigratoire de la France ayant été récemment sanctionnée ou dénoncée par la Cour de Cassation et Conseil de l'Europe), les médecins fatigués par la tarification à l'activité, les juges forcés d'actionner le levier des comparutions immédiates pour améliorer la productivité de leurs tribunaux, etc.(cf. V. De Gauléjac, La société malade de la gestion). Pratiques qui d'ailleurs, n'en déplaise à Buchananan et autres mandarins de l'école Public choice, font surgir une bureaucratie tentaculaire de l'évaluation...


A Urbain,

Evidemment, la question du relais (ou plutôt de l'absence de gauche "droite dans ses bottes") politique est déterminante... Cela dit, pour avoir récemment relu l'ouvrage de Christophe Charle sur "les ravages de la modernisation universitaire", le constat m'apparaît assez clair: la France est encore l'un des rares (le seul ?) bastions de résistance aux impératifs de benchmarking, ranking et autres branding imposés par les réformes universitaires fondées sur la promotion du marché du savoir... Pourquoi ne pas miser sur un effet "tâche d'huile" dans le contexte actuel ?

Quant à la Berlusconisation du PAF, elle devient de plus en plus évidente... Mais, doit-on pour autant se résoudre, avec les représentants de l'école de Francfort, au fait que la télévision ne peut produire que du médiocre ? Par ailleurs, ne doit-on pas également rappeler l'attention flottante des classes populaires - cf. R. Hoggart - face au petit écran ? J'ai comme l'impression qu'en matière d'intervention présidentielle, les ouvriers (certes à 51% en 2007 en faveur de l'omniprésident, avec cependant un taux d'abstention et de non-inscription relatif encore élevé) savent en prendre et en laisser... notamment à Gandrange, Sandouville et autres territoires témoins de la cupidité des agents de l'économie financière ET de l'économie réelle.

Écrit par : Oysterhead | samedi, 07 février 2009 10:21

http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/economie/la_crise_financiere/20090206.OBS3412/le_medef_mene_huit_milliards_a_zero_selon_la_cgt.html

Écrit par : agathe | samedi, 07 février 2009 11:25

Ecrit par : Oysterhead | samedi, 07 février 2009 10:21

Je pense que la période qui s'est ouverte il y a deux ans avec l'épiphanie spectaculaire de la bouffonnerie décomplexée, accompagnée de l'achèvement du processus de néantisation de la "gauche morale", et suivie d'une série de péripéties de tous ordres ( politiques, économiques, sociales ) et d'importance variable ( de la crise économique aux farces présidentielles et/ou "socialistes" ), nous conduit à adopter une position de rejet des "spéculations" au profit d'une attitude de "résistance optimiste". En clair : se garder des "plans" tirés sur une comète à la trajectoire chaotique et aléatoire, et plutôt tenir quelques points ( comme par exemple ceux proposés par Badiou dans circonstances 4 ) mais les tenir fermement.
Des normes pratiques et simples :
Pour la télé et la presse le plus simple c'est le sevrage ( la meilleure méthode contre l'addiction ), idem les jeux vidéos, les soldes , etc.
ça laisse beaucoup de temps et de disponibilité pour les livres, le théatre, le "studium" ... et la confrontation d'opinion , l'agon des grecs : la source de la démocratie véritable mais aussi un bon modèle pour le système éducatif et universitaire ( c'est sur cette innovation inouï des grecs : démontrer même ce qui semble aller de soi, en le confrontant au jugement des autres, que se sont construites la rationalité et la philosophie ) .

La télé comme tous les outils produits par la technique ne valent que ce qu'on en fait, or l'usage en est totalement subverti par le spectacle marchand, dès lors que sa seule fonction actuellement possible dans la société du spectacle c'est précisément de la véhiculer.
Il existe désormais, et c'est une grande nouveauté positive, toute sorte de moyens autres d'obtenir les mêmes fonctions "émancipantes" que celles qui pourraient être attendues de la télé. C'est cette contradiction qu'il s'agit d'exploiter , efficacement et dialectiquement. Et ça je pense que c'est déjà tout à fait possible.

Écrit par : urbain | samedi, 07 février 2009 11:27

Hop :
http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/economie/la_crise_financiere/20090205.OBS3222/salaire_des_patrons__laurence_parisot_condamne_obama.html

Écrit par : agathe | samedi, 07 février 2009 11:31

"Cinquante-deux pour cent des Français n'ont pas jugé Nicolas Sarkozy convaincant lors de son intervention radiotélévisée de jeudi, selon un sondage publié samedi dans "Le Parisien/Aujourd'hui en France". En revanche, 36% des personnes interrogées l'ont trouvé convaincant lors de son intervention, alors que 12% ne se sont pas prononcées."

Et

"L'émission de jeudi, qui n'était pas un exercice facile, a permis à Nicolas Sarkozy de marquer des points dans l'opinion. Parmi les Français ayant suivi ce grand direct, 53 % l'ont trouvé «convaincant» selon le sondage OpinionWay réalisé pour Le Figaro et LCI. À l'issue de la dernière émission de format comparable, la 24 avril 2008, 49 % des téléspectateurs l'avaient trouvé persuasif."

Écrit par : Opinion Way for everybody | samedi, 07 février 2009 11:40

Re-Hop - La recherche a trouvé

http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39- href="mailto:38385227@7">38385227@7-37,0.html

Écrit par : agathe | samedi, 07 février 2009 11:40

Ecrit par : Opinion Way for everybody | samedi, 07 février 2009 11:40

http://libertesinternets.wordpress.com/2008/01/15/opinion-way-un-institut-de-sondages-qui-fabrique-de-lopinion/

Écrit par : agathe | samedi, 07 février 2009 11:50

Parisot s'inquiète de toute intrusion de l'Etat... Ce que l'on remarque dans cette crise, c'est la singulière capacité qu'ont les entrepreneurs économiques et financiers (l'esprit d'entreprise n'étant pas réduit à ces deux sphères, comme le rappelait fort justement Bourdieu) à persévéerer dans leur être. Il n'y a que des emplois précaires : créons l'offre raisonnable (au rabais), etc., etc. bref ce que Frédéric Lordon dénomme (après Spinoza) le conatus apparaît ici à l'état pur...

La solution ? Soyons aussi souple qu'eux dans la négociabilité, chacun dans notre domaine. Un exemple pour l'enseignement supérieur et la recherche :

http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39- href="mailto:38385227@7">38385227@7-37,0.html

Écrit par : Oysterhead | samedi, 07 février 2009 11:55

Pardon, Agathe, je crois que c'est le même lien (ça change de chez Quatremer ;-))... qui d'ailleurs ne marche pas. Voici en substance les propos d'Axel Kahn, qui appelle à un retrait du projet :


Aujourd'hui l'affaire est emmanchée de telle sorte qu'elle n'aboutira pas," a-t-il poursuivi.

"Puisque le président de la République a fait l'honneur d'accorder quelque poids à mon avis, il s'est réclamé de moi, qu'il m'écoute : M. le président de la République, vous n'arriverez pas à faire passer ce décret aujourd'hui et par conséquent il faut reprendre le dialogue, voir comment on évalue le métier des enseignants chercheurs, comment on valorise toutes leurs activités."

Pour Axel Kahn, le gouvernement a multiplié les erreurs sur le dossier et Nicolas Sarkozy a tenu des propos "blessants" sur les chercheurs et la réalité de leur engagement.

"Tout cela fait qu'aujourd'hui la communauté est à ce point remontée contre ce qui se fait que la seule possibilité de reprendre un dialogue et de discuter d'une évolution du métier des chercheurs, c'est de retirer ce texte," a-t-il dit.

Écrit par : Oysterhead | samedi, 07 février 2009 12:00

clic

Écrit par : agathe | samedi, 07 février 2009 12:05

Ecrit par : agathe | samedi, 07 février 2009 11:50

Merci pour le lien. Il faudrait maintenant voir pour Médiamétrie...

Écrit par : on s'disait aussi... | samedi, 07 février 2009 12:05

Ecrit par : Oysterhead | samedi, 07 février 2009 12:00

Dommage, il ne marche pas ...

Écrit par : agathe | samedi, 07 février 2009 12:06

le lien Axel Khan dans ma signature

Écrit par : agathe | samedi, 07 février 2009 12:08

Ecrit par : Oysterhead | samedi, 07 février 2009 10:21

La médecine et la justice étaient aussi représentées dans l'Appel des appels, (j'enfonce le clou, parce que la réunion était passionnante, et que l'initiative me parait extrêmement importante, et complémentaire des journées de mobilisation dans les différents secteurs). clic signature!

Écrit par : Valdo | samedi, 07 février 2009 12:18

Ecrit par : urbain | samedi, 07 février 2009 11:27

Oui, mais, tout le monde ne veut pas finir libraire badiousien !!!

Écrit par : péripatéticien | samedi, 07 février 2009 12:22

Effectivement, beau programme d'extension du domaine de la lutte... Je viens de signer à l'instant. Attention cependant à la noyade pétitionnaire... Il va bien falloir, et je souscris aux remarques précédentes d'Urbain, un portage politique fidèle SUR LE LONG TERME -et non comme simple ramassage de la mise - à tous ces mécontentements...

Écrit par : Oysterhead | samedi, 07 février 2009 12:26

Oui, mais, tout le monde ne veut pas finir libraire badiousien !!!

Ecrit par : péripatéticien | samedi, 07 février 2009 12:22

mais il vous est parfaitement loisible de finir staracadémicien , c'est d'ailleurs la chose la plus facile du monde : mettez votre bavoir et allez vous mettre à poste ( appuyez aussi sur le bouton si ça ne marche pas en permanence ) , le petit oiseau va sortir .

Écrit par : urbain | samedi, 07 février 2009 12:34

Ecrit par : Valdo | samedi, 07 février 2009 12:18

Sympa l'appel des appels, mais quand tu vas voir le programme, ça commence tout de suite TRES mal ...

"Qu’est-ce qui ne va pas dans l’information ? Edwy Plenel,"

Écrit par : urbain | samedi, 07 février 2009 14:51

Oui. Mais à part lui, honnêtement, il y avait peu d'erreurs de castings.C'est organisé par des psys pas forcément au fait de tous les domaines...

Écrit par : Valdo | samedi, 07 février 2009 14:55

M. Nami, le "Madoff" japonais, dit enfin la vérité sur le fonctionnement du capitalisme financier : ce qu'il a fait, en fin de compte, "C'est ce que font toutes les entreprises."
http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2009/02/06/un-madoff-japonais-sans-scrupule-ni-remords_1151736_1101386.html

"Aujourd'hui, L & G devrait 366 millions d'euros à ses clients. Or, ses actifs ne dépasseraient pas 12 millions d'euros. La plupart des victimes sont des petits épargnants qui souhaitaient se constituer un capital pour la retraite. Citée par le quotidien Asahi, une femme de la préfecture de Saitama (au nord de Tokyo) raconte avoir annulé un contrat d'assurance-vie de 104 000 euros pour placer cette somme chez L & G. Elle aurait convaincu son mari et son fils aîné de faire de même. La famille aurait perdu 216 119 euros. M. Nami, lui, persiste et signe : "Ce n'est pas une fraude. C'est ce que font toutes les entreprises."

Écrit par : (ne pas confondre) | samedi, 07 février 2009 15:00

Ecrit par : Valdo | samedi, 07 février 2009 14:55

Ouh la la des psys ! j'ai surtout peur pour mon couple !

Écrit par : nef des fous | samedi, 07 février 2009 15:04

Ecrit par : Valdo | samedi, 07 février 2009 14:55

Des psys !
j'aurais du m'en douter, rien qu'au "questionnement" : "qu'est-ce qui ne va pas ..." .
cela dit nef, je n'ai pas trouvé la section relative au couple , et d'ailleurs c'est peut être une erreur tactique car sans doute cela aurait mobilisé toute une tranche d'age ... (la preuve).
Et Plenel aurait du être positionné dans la section "qu'est-ce qui ne va pas avec votre téléphone ?" .

Écrit par : urbain | samedi, 07 février 2009 15:31

M. Nami, lui, persiste et signe : "Ce n'est pas une fraude. C'est ce que font toutes les entreprises."

Ecrit par : (ne pas confondre) | samedi, 07 février 2009 15:00

ben oui, et d'ailleurs c'est un peu la réponse de Couchemerde "ce n'est pas illégal. C'est moral. C'est ce que tout le monde fait ".

Écrit par : urbain | samedi, 07 février 2009 15:33

Les académiciens entrent dans la danse... Il semblerait que l'assurance de l'ignorance de notre dream team exécutive commence à leur monter à la tête

http://www.marianne2.fr/index.php?action=article&id_article=891295

...tout comme d'ailleurs aux juristes, (et l'on voit à quel point la tentative de quatre d'entre eux de négocier en petit comité avec Valérie Pécresse était piteuse) :

http://www.fabula.org/actualites/article28799.php

Des juristes qui appellent à "durcir le mouvement"... Non mais vous vous rendez compte un peu ? Ensemble, tout devient possible...

Écrit par : Oysterhead | samedi, 07 février 2009 17:20

Frédéric Lefebvre : "la dénonciation est un devoir républicain".

Belle République...

Écrit par : verbatim | samedi, 07 février 2009 19:03

Zut j'ai oublié le lien, c'est là :
http://www.leparisien.fr/liveafp-politique/frederic-lefebvre-la-denonciation-un-devoir-republicain-07-02-2009-402846.php

Écrit par : verbatim | samedi, 07 février 2009 19:05

Ecrit par : verbatim | samedi, 07 février 2009 19:05

Pétainisme quand tu nous tiens.

Écrit par : urbain | samedi, 07 février 2009 19:36

Il faut denoncer les reseaux de passeurs qui ont fait de la misere humaine un commerce ! Un devoir humaniste.

Écrit par : Pat Joy | samedi, 07 février 2009 20:54

Il faut dénoncer les plateaux de raseurs qui font de la misère intellectuelle un commerce!
Un devoir humaniste.

Écrit par : Patate joy | samedi, 07 février 2009 22:20

Qui a dit ?

« A quoi sert-il d'expliquer à nos enfants que Vichy, la collaboration, c'est une page sombre de notre histoire, et de tolérer des contrôles fiscaux sur une dénonciation anonyme, ou des enquêtes sur une dénonciation anonyme ? »

Écrit par : Couise | samedi, 07 février 2009 22:40

Il aurait fallu le rappeler à coupe dans le vent dit Jean Lefebvre

Écrit par : agathe | samedi, 07 février 2009 23:12

Bakchich vend sans doute moins et fait moins causer que Péan.

www.bakchich.info/article6681.html

Écrit par : f | samedi, 07 février 2009 23:20

Ecrit par : f | samedi, 07 février 2009 23:20

Sur le billet de zgur, une déclaration tout à fait intéressante de Philippe Cohen sur "l'antisémitisme". A lire

Écrit par : agathe | samedi, 07 février 2009 23:29

Il faut admettre que Péan a lancé le mouvement. En tout cas pas de contradictions à ces affirmations.

Écrit par : agathe | samedi, 07 février 2009 23:32

Oups pas de contradiction

Écrit par : agathe | samedi, 07 février 2009 23:34

Ben vous êtes durs de la comprenette vous alors !
Puisqu'on vous dit que "ce n'est pas illégal. C'est moral. C'est ce que tout le monde fait ".

D'ailleurs tapedur "ne veut pas le croire, par ce qu'elle le croit pas".

Faut vraiment être des antisémites nauséabonds pour aller lui chercher des poux sur ces histoires.
C'est simple : sur 3 ans ça fait à peine 6 000 euros par mois impôts déduits , et pour un superbe boulot dont tout le monde peut être fier, et les indigents gabonais vachement satisfaits ( ils ont eu un magnifique rapport, pour pas cher ).

Écrit par : Patate joy | dimanche, 08 février 2009 00:20

Oups j'avais oublié de sortir de la peau du ravi !

Écrit par : urbain | dimanche, 08 février 2009 00:25

Sur que Péan a bien vendu : le tirage initial de son bouquin était déjà épuisé 2 jours après la sortie.

Écrit par : urbain | dimanche, 08 février 2009 00:28

Pétainisme quand tu nous tiens.
Ecrit par : urbain | samedi, 07 février 2009 19:36

Eh oui, une fois de plus...

Écrit par : verbatim alias (ne pas confondre) | dimanche, 08 février 2009 00:54

"ce n'est pas illégal. C'est moral. C'est ce que tout le monde fait ".

Il semble que le maintien de Kouchner au poste de gérant de BK Consultants alors qu'il est ministre ne soit pas tout à fait légal, ou du moins constitutionnel (dixit Bakchich)...

Écrit par : f | dimanche, 08 février 2009 07:56

Bonjour,
Je voudrais ici informer la préfecture de certains agissements plus que douteux de quelque libraire et autres interrnautes islamo-gauchistes.
Il serait bien temps que la préfecture nous envoie tout ça au trou.
Je ne fais évidemment que mon devoir républicain. Il s'agit d'une simple dénonciation, pas de la délation. Même notre Maréchal n'utilisait pas ce mot, délation. Il parlait bien le français, lui, du Robert, et disait dénonciation. Ce n'est pas la même chose que la délation, hein...

Écrit par : Un citoyen | dimanche, 08 février 2009 08:01

www.liberation.fr/politiques/0101317599-aides-aux-banques-le-mauvais-calcul-de-sarkozy

Le type, sur le photo, en bas à droite, commet-il un bras d'honneur..?

Écrit par : f | dimanche, 08 février 2009 08:11

Ecrit par : Un citoyen | dimanche, 08 février 2009 08:01

Ah ben non alors, puissque ce qu'on dénonce c'est vrai, forcément, tandissque la délation c'est pas beau !

Écrit par : urbain | dimanche, 08 février 2009 09:32

Ecrit par : f | dimanche, 08 février 2009 08:11

Non il essplique , geste à l'appui, comment le président il a fait pour filer de l'argent sans en dépenser. C'est pas très simple , et comme le chef y dit ça rapidement alors faut bien esspliquer pour les téléspectateurs ( qui sont pas bêtes mais qui comprennent pas forcément bien toutes les habiles manoeuvres du chef qui sait, et c'est d'ailleurs pour ça qu'on l'a mis chef ).

Écrit par : urbain | dimanche, 08 février 2009 09:37

A propos, nous les entendons bien peu, les "je vois des antisémites partout", à propos de la levée de l'excommunication touchant L’évêque Richard Williamson par Ratzinger...
Badiou, Siné, Péan mais quid de Williamson ?
Pas entendu Zemmour, ni Kouchner, ni la clique...

Écrit par : f | dimanche, 08 février 2009 09:45

"les inquiétantes ruptures de M. Besson"

"Deux ans et demi après le vote de la loi du 26 novembre 2003, dans un rapport d'évaluation, établi en mars de 2006, le député UMP du Vaucluse, Thierry Mariani, se félicite de ses succès. Il évoque la hausse des chiffres des interpellations d'étrangers en situation irrégulière (de 44 500 en 2004 à 64 000 en 2005) et des éloignements effectifs du territoire français. Ces derniers sont passés de 11 692 en 2003 à 19 849 en 2005. Le nombre de personnes éloignées a effectivement augmenté, mais à quel
prix ? Les associations de soutien aux étrangers s'inquiètent et dénoncent les effets dévastateurs de la politique menée depuis 2003 : arrestations massives dans certains quartiers, placements en rétention à répétition de personnes non reconductibles, y compris les enfants...
Même la commission sénatoriale sur l'immigration clandestine s’inquiète. Dans un rapport rendu public le 13 avril 2006, elle appelle le gouvernement à prendre garde que « les objectifs ambitieux » qu'il s'est fixés (25 000 éloignements effectifs en 2006) « ne poussent pas certains services à faire du chiffre ». La commission sénatoriale insiste sur le caractère « aléatoire » des interpellations et sur l'absence de ciblage des publics en situation irrégulière à éloigner. Une telle politique n'a de réelle efficacité que « si l’éloignement intervient le plus rapidement possible
après l'entrée sur le territoire », faute de quoi elle amène à « des situations inextricables et humainement bouleversantes » relèvent les sénateurs."

"En d'autres termes, Nicolas Sarkozy fabrique des sans-papiers, lui qui prétend lutter contre l'immigration clandestine ! Et cela lui donnera alors l’occasion de
jouer de nouveau le rôle de l’homme au grand coeur en autorisant, pour des considérations humanitaires, la régularisation des papiers des personnes en situation de grande détresse."

http://hebdo.parti-socialiste.fr/2007/01/10/347/

Écrit par : f | dimanche, 08 février 2009 10:20

Ecrit par : f | dimanche, 08 février 2009 09:45

Nan, passque là c'est trop facile, eux ils font dans la dentelle, le crypto-antisémite potentiel et pour l'heure virtuel, ignoré de tous et de lui-même, totalement imperceptible à l'oeil nu et sans le concours de médiations sémantiques et contextuelles très sophistiquées, qui seul requiert leur compétence pointue quoique largement vulgarisée.
En outre , poure ces fins analystes, Williamson n'est pas un véritable antisémite "canonique" puisqu'il n'est pas ( jusqu'à preuve du contraire) islamo-gauchiste ( une caractéristique annexe absolument révélatrice de l'antisémite contemporain ).

Écrit par : urbain | dimanche, 08 février 2009 10:25

Ecrit par : f | dimanche, 08 février 2009 10:20

C'est juste : pour que le nombre d'expulsion de sans papiers augmente de manière constante et continue, il faut bien qu'il y ait toujours plus de sans papiers.
C'est pourtant simple.

Écrit par : urbain | dimanche, 08 février 2009 10:28

Ecrit par : urbain | dimanche, 08 février 2009 10:25

Tout à fait, de même qu'ils s'étaient bien gardés de critiquer Raymond Barre...
Le mot d'islamo gauchiste, comme celui de bobo, me fait parfois penser qu'il doit exister un ordinateur générateur de texte bien programmé avec quelques mots clefs, capable de pondre en 5 minutes un édito de BHL, une diatribe de Zemmour, une tribune de Finkie, et quelques papiers sur causeur.fr...

Écrit par : Valdo | dimanche, 08 février 2009 15:48

Qui a dit ?

"A Marseille, le jour où ils (les musulmans) seront 800.000, le maire ne s'appellera plus Gaudin mais peut-être Ben Gaudin".

Pat Joy
Le Pen
Pat Joy

Écrit par : Couise | dimanche, 08 février 2009 15:58

Ecrit par : Valdo | dimanche, 08 février 2009 15:48

On pourrait en rajouter pas mal, mais à la réflexion ce constat est plus révélateur encore qu'il n'y parait.
Par ce que , finalement, avec tous ces antisémites masqués , tous azimuts, on ne voit plus les antisémites "avrérés" et assumés, jusqu'ici contraints à raser les murs médiatiques.
Qui parle encore du "bon vieil antisémitisme à l'ancienne" , à la LePen, bien enraciné dans son terroir anti-dreyfusard et pétainiste . Celui-là ne fait plus tache, il est totalement banalisé et ne semble pas inquiéter nos chevaliers de la rectitude morale aux couilles en or, totalement accaparés qu'ils sont par leur besogneuse et quotidienne chasse aux crypto-judéophobes habilement camouflés sous leurs oripeaux d'islamo-gauchistes, ou d'une manière générale de critiques nauséabonds du meilleur des monde spectaculaire marchand possible.

Écrit par : urbain | dimanche, 08 février 2009 16:14

"Le Parti socialiste a été chargé au long cours de la pédagogie pro-capitaliste en direction des classes moyennes et populaires et de sa conséquence immédiate: durcissement de la répression policière dans les banlieues "

Ca me fait penser à un passage des Damnés de la terre de Fanon, que je relisais hier. Dont je ne dispose pas ici mais que j'essaierais de poster demain. Les intellectuels, la décolonisation.

Écrit par : patrice | dimanche, 08 février 2009 20:18

"Le Parti socialiste a été chargé au long cours de la pédagogie pro-capitaliste en direction des classes moyennes et populaires et de sa conséquence immédiate: durcissement de la répression policière dans les banlieues "

Ca me fait penser à un passage des Damnés de la terre de Fanon, que je relisais hier. Dont je ne dispose pas ici mais que j'essaierais de poster demain. Les intellectuels, la décolonisation.

Écrit par : patrice | dimanche, 08 février 2009 20:19

Entendu, dans le poste, Besancenot causer. Toujours le même truc pas bien passionnant. Et un puissant "journaliste" de lancer : "et les 1.4 milliards d'intérêts récupérés par l'Etat et réinjectés dans le social, hein, c'est bien ça, non ?" Et Besancenot de voir plus grand, i.e. récupérer les 10% de la richesse produite qui sont passés en quelques années du travail vers la rente. Bien. Mais si Besancenot avait travaillé un peu, il aurait pu contester simplement ce truc posé comme une vérité "1.4 milliards récupérés" (dont bon nombre d'articles ont justement remis en cause la véracité), il aurait pu rétablir la vérité, faire taire les journaleux qui répercutent sans plus travailler et, ainsi, assoir avec plus de poids son idée.

....

En errant gentiment, ai retrouvé cette note de 4mer :

www.bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2007/10/quelques-rflexi.html

Amusant de lire ça, aujourd'hui...

Écrit par : f | dimanche, 08 février 2009 21:56

Amusant de lire ça, aujourd'hui...

Ecrit par : f | dimanche, 08 février 2009 21:56

Si j'ai bien compris il réclame le retour à la 4ème république?
j'ai l'impression qu'il cite "le coup d'état permanent" mais qu'il ne l'a pas lu. Cela dit on ne peut pas lui en vouloir , c'est très chiant en plus d'être consternant (et révélateur du vieux fond de droite radicale "socialiste" -à l'ancienne- de mitterand) , mais le plus marrant c'est son choix de représentant des "anilibéraux" : Onfraye !!!!
Onfraye est donc pour les gens comme quatremerde un philosophe ET un économiste , bref un nouveau marx en quelque sorte.
Nicks : Voilà le bon interlocteur pour ton pote quatremerde : onfraye ( et réciproquement) asinus asinum fricat.

Écrit par : urbain | dimanche, 08 février 2009 22:43

Ecrit par : patrice | dimanche, 08 février 2009 20:19

On peut même ajouter que c'est une des seules choses durables dont nous sommes redevables au PS, et une des seules où il ait fait montre d'une certaine constance et efficacité.

Écrit par : urbain | dimanche, 08 février 2009 22:45

Les propos de Jean-Marie Le Ben sont très inquiétants.

Écrit par : Pat Joy | dimanche, 08 février 2009 23:05

Onfray...

.....

Quand cesseront-ils de chercher (et trouver) des noises à l'honettome ?

www.marianne2.fr/Kouchner,-l-homme-qui-signe-des-contrats-a-660-000-euros-avec-des-inconnus_a174763.html

Écrit par : f | dimanche, 08 février 2009 23:11

@Urbain

Ah ben, avec ces gens là, les références sont forcément connues, peu importe si elles sont représentatives et pertinentes. Le quantitatif toujours, l'oeil sur les diagrammes en barre et les cotes de popularité...

Écrit par : Nicks | dimanche, 08 février 2009 23:12

Pour les curieux de la nuit, 6 films de Frans Zwartjes :

www.ubu.com/film/zwartjes.html

Des moments inouïs...

Écrit par : f | dimanche, 08 février 2009 23:30

Ecrit par : f | dimanche, 08 février 2009 23:11

Marianne, Challenges, Le Parisien, je vous demande de vous arrêter !

Écrit par : urbain | dimanche, 08 février 2009 23:34

Bloc-notes d'Ivan Rioufol: comment répondre au désarroi des Français

Écrit par : Pat Joy | dimanche, 08 février 2009 23:35

Ou bien aussi

http://www.youtube.com/watch?v=1ykettFM8MQ

Écrit par : Curieux de la nuit | dimanche, 08 février 2009 23:35

Nettoyage SVP
( tu nous fais chier avec tes copier-coller à la con)
Je recommande l'éradication complète et durable de ces âneries et de l'âne avec.

Écrit par : urbain | dimanche, 08 février 2009 23:49

Ecrit par : urbain | dimanche, 08 février 2009 23:49

Partisan du travail le dimanche ???

Écrit par : Pat Joy | lundi, 09 février 2009 00:00

Amusant, le dessin en "une" de Bakchich, avec Kouchner qui jette d'un côté quelques grains de riz à des enfants africains affamés, et de l'autre palpe des liasses de billets verts et les fourre dans un sac

Écrit par : (npc) | lundi, 09 février 2009 01:10

Et à l'intérieur, le dessin dans lequel Omar Bongo dit à K. : Comment je dois t'appeler, "M. le ministre" ou "cher prestataire" ? :-)

Écrit par : (npc) | lundi, 09 février 2009 01:29

Loana, toujours hospitalisée, a été interrogée par la police. Mais ses déclarations seraient confuses.
Agressée ou pas ? Deux jours après la découverte par une amie de Loana, le nez brisé, le visage tuméfié et en état de choc chez elle, la police a enfin pu lui parler.

Selon Gala.fr, la 1ère Division de Police Judiciaire (1ère DPJ) aurait des doutes sur les témoignages de la gagnante de Loft Story. Loana, 31 ans, qui varieraient, selon les moments. Des sources proches des autorités affirment que sa description des deux individus changerait également. Elle irait même jusqu'à douter par moment de son agression par deux hommes, comme elle l'avait déclaré.

Le mystère s'épaissit, mais la police enquête toujours. L'appartement de la victime a été passé au peigne fin, et une substance considérée comme un « anesthésique hypnotique » aurait été retrouvée. Ce produit aurait pu servir à endormir Loana avant une éventuelle agression. Néanmoins, la police n'exclue pas que Loana ait absorbé elle-même le produit. Rappelons qu'en décembre et janvier derniers, Loana a été entendue en tant que témoin dans une affaire de trafic de cocaïne.

Elle est toujours actuellement hospitalisée à Clamart, dans les hauts-de-Seine.

*************

J'aime bien Loana, un idéal féminin pour moi, belle, douce et naïve....

Écrit par : frère odm | lundi, 09 février 2009 11:20

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu