Avertir le modérateur

« Badiou II … le Retour. | Page d'accueil | FAIM D'HISTOIRE »

vendredi, 30 janvier 2009

Crime de lèse Majesté

 

1545.jpg

 

Un homme a été victime d'une arrestation sordide

 

Cette histoire révèle la toute puissance d'un seul homme et engendre une situation ridicule pour son image.

 

Il y a eu récemment des précédents, des condamnations pour insultes et c'est sans précédent...

 

Le Président a pourtant proféré ce genre de douceur à l'encontre d'un citoyen. Il a inauguré ce «parler très peuple» au salon de l'Agriculture.

 

Il a récolté ce qu'il a semé à l'occasion de ce salon. Une réaction en chaîne de citoyens décomplexés par cette proximité de langage.

 

Cette verve familière a fait son succès. Il a sans doute joué  la considération  en vulgarisant outre mesure son élocution.

 

Le plus étonnant est sans doute la célérité de la justice à condamner les auteurs des outrages.

 

L'affront se lave immédiatement et créé l'exemplarité.

 

Le traitement de ces différentes peccadilles est plutôt inquiétant.

 

Un comportement totalitaire.

 

Le fait d'un Prince.

 

 

P1000686.JPG

 

 

Agathe

Commentaires

Pathétique numéro de connivence vautrée, "autour 'dun livre" de Jo Frein (marketing et "plan média" obligent ), ce matin sur France fauxcul.
à rapprocher des "questions" posée à Badiou dernièrement dans son canard.
Totale incapacité de sa part à simplement imaginer autre chose que ce qu'il fait, que ce qui selon lui "est la règle" ( posée par lui ) et qui naturellement prétend que la publicité n'a aucune incidence sur son journal, pas davantage "le management" de Rotschild, qu'évidemment les faits sont séparables de l'opinion ( donc on peut "parler" des choses sans énoncer de jugement, et c'est ce qu'il prétend faire) et dont la tare ultime de ceux qui le moquent est d'être "minoritaires".
En bref tous des aigris, des "paranos" (sous entendu des ratés antisémites) par ce qu'ils ne "comprennent" pas que autre chose ( que ce qu'il fait) est simplement "impossible". Pourquoi ? Par ce qu'il ne "voit" pas comment faire "autrement" (dans les (ses) règles ).
Nullitude quand tu nous tiens ...

Plus intéressant : le débat (attendu) qui semble suscité par certains passages ( sur le NPA) de l'interview de Badiou ( voir le billet de bensaïd sur le "blog philo" de libé ).

Écrit par : urbain | vendredi, 30 janvier 2009 08:54

Le premier lien hypertexte de l'article renvoi une erreur 404 (page introuvable), à corriger. Merci.

Écrit par : Zergy | vendredi, 30 janvier 2009 09:44

Ecrit par : Zergy | vendredi, 30 janvier 2009 09:44

Merci.

Écrit par : agathe | vendredi, 30 janvier 2009 10:10

Un homme a été arrêté mardi dans l'Oise et placé 24 heures en garde à vue à Paris pour avoir, alors qu'il avait beaucoup bu, envoyé à l'Elysée un mail menaçant de mort Nicolas Sarkozy.

Mardi, trois policiers parisiens de la section antiterroriste de la brigade criminelle de la PJ, armés et vêtus de gilets pare-balles, ont débarqué chez lui à Pierrefonds alors qu'il dormait. Son domicile a été perquisitionné puis l'homme a été emmené à Paris pour 24 heures de garde à vue, dans le cadre d'une enquête pour "atteinte à la sûreté de l'Etat".

Relâché, l'homme a été convoqué pour le 16 mars au tribunal de Compiègne, où il sera jugé selon la procédure du plaider-coupable pour menace de mort sur personnes chargées d'un mandat électif et menace de destruction de biens. Il encourt cinq ans de prison. "J'ai fait une grosse connerie", reconnaît l'auteur du mail, qui dit avoir voté pour Nicolas Sarkozy à la présidentielle.

http://tf1.lci.fr/infos/france/justice/0,,4242863,00-ivre-il-menace-de-mort-sarkozy-direction-le-tribunal-.html

Écrit par : (ne pas confondre) | vendredi, 30 janvier 2009 10:20

Caprices du prince, suite :

Alors que les réactions d’indignation n’arrêtent pas de tomber après l’annonce de la mutation-sanction du préfet de la Manche, Jean Charbonniaud, c’est maintenant au tour du Directeur départemental de la sécurité publique (DDSP), Philippe Bourgade de subir les foudres de l’Élysée.

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Sarkozy-chahute-dans-la-Manche-apres-le-prefet-mute-c’est-au-tour-du-patron-de-la-police_39382-809617_actu.Htm

Écrit par : (ne pas confondre) | vendredi, 30 janvier 2009 10:20

http://www.20minutes.fr/article/294619/France-Le-prefet-et-la-directeur-de-la-police-de-la-Manche-mutes-a-la-suite-de-manifestations-anti-Sarkozy.php

Écrit par : agathe | vendredi, 30 janvier 2009 10:20

Merci aux contributeurs d'envoyer des dons en billets sonnants et trébuchants ;-)) Celui-ci a été écrit hier dans l'urgence à une heure du mat ...

Écrit par : agathe | vendredi, 30 janvier 2009 10:21

Ecrit par : (ne pas confondre) | vendredi, 30 janvier 2009 10:20

Merci, c'est effectivement le sujet du premier lien.

Écrit par : agathe | vendredi, 30 janvier 2009 10:23

Le slogan a du être repris une bonne centaine de fois dans la manif d'hier, mais que fait la justice ?

Vive les désobéissants.

http://www.desobeir.net/

Écrit par : nef des fous | vendredi, 30 janvier 2009 10:25

"Il prévoit notamment le raccourcissement du délai des fouilles archéologiques préventives et la suppression de l'avis conforme des architectes des bâtiments de France pour le lancement de projets de construction."

En clair les sites archéologiques vont être fouillé à la pelleteuse et la France de Sarkozy risque architecturalement d'être encore plus laide que la France de Pompidou. Le syndrome Napoléon 3.

Vive le béton, vive Bouygues !;-(((((

Écrit par : nef des fous | vendredi, 30 janvier 2009 10:28

Pas de bloc-notes de Rioufol aujourd'hui, à cause de la grève. La majorité silencieuse devra patienter jusqu'à demain...

Écrit par : Pat Joy | vendredi, 30 janvier 2009 10:37

Ecrit par : Pat Joy | vendredi, 30 janvier 2009 10:37

C'est bien que la Rouffiolle fasse grève;-)))

Écrit par : nef des fous | vendredi, 30 janvier 2009 11:28

Ecrit par : nef des fous | vendredi, 30 janvier 2009 11:28

Je l'ai pas vu hier, à la manif, mais je présume qu'en privé il est très discret (il était peut-être derrière les bannières de syndicats de journalistes, incognito ).

Écrit par : urbain | vendredi, 30 janvier 2009 12:00

Ecrit par : nef des fous | vendredi, 30 janvier 2009 11:28

Après avoir vu des gars de la bourse de paris derrière un piquet de grève, je ne m'étonne plus de rien. Comme dirait mon pote Alex, hier j'ai vu finir le monde ancien... :(

Écrit par : Pat Joy | vendredi, 30 janvier 2009 12:01

http://www.lepost.fr/article/2009/01/30/1406096_ivre-il-menace-sarkozy-par-mail-et-est-interpelle-le-mail-etait-vraiment-inquietant.html

Écrit par : interview du procureur de Compiègne | vendredi, 30 janvier 2009 15:00

Ecrit par : interview du procureur de Compiègne | vendredi, 30 janvier 2009 15:00

Mes passages préférés

Il parle aussi de l'épouse du chef de l'Etat?
"C'est vrai. Mais je ne l'ai pas pris en considération, car ses propos à son encontre relèvent davantage du fantasme sexuel que de menaces de mort."

Il a pourtant dit ensuite être de droite?
"C'est vrai! Pendant sa garde à vue, il a dit être proche de l'UMP et avoir voté pour le président aux deux tours de l'élection présidentielle."

Comment explique-t-il son mail?
"Il dit qu'il était dans 'un fort état alcoolique.' Il avait vraiment beaucoup bu: 1 bouteille de vin rouge, 4/5 verres de muscat, 6/7 verres de mirabelle et des bières. Cela n'a pas dû favoriser son discernement..."

Deux confessions qui valent bien un sursis, pas comme cet ultraaaa-gôôôôchiste de Coupat;-))))

Écrit par : nef des fous | vendredi, 30 janvier 2009 15:41

Ce sont aussi mes passages préférés ;-)

Écrit par : interview du procureur de Compiègne | vendredi, 30 janvier 2009 16:03

"Pas de bloc-notes de Rioufol aujourd'hui, à cause de la grève. La majorité silencieuse devra patienter jusqu'à demain..."
C'est bien, il à enfin compris que pour être chef de la "majoritée silencieuse" à qui ont peut faire qui n'importe quoi il faut fermer sa gueule.

Ou alors il saigne du cul et cherche que vomir au vu du succé de la manifestation du 29 et du manque "d'otages" des vilains fonctionnaires. Ce qui est plus problable...

Écrit par : Zergy | vendredi, 30 janvier 2009 16:05

Ecrit par : nef des fous | vendredi, 30 janvier 2009 15:41

Sur Coupat j'attends des "révélations" de ma "source sure" ( "gorge profonde" proche de la "famille" mais aussi des hautes sphères de la justice ) il semblerait que "ça se complique" ( notamment avec "la piste allemande" ).
Aux dernières nouvelles nos plus fins limiers seraient en "mission d'investigation" en allemagne ... et Coupat toujours en prison.

Écrit par : urbain | vendredi, 30 janvier 2009 16:07

Ecrit par : Zergy | vendredi, 30 janvier 2009 16:05

C'est quoi exactement le succès de cette manif' ?

Aujourd'hui les grèvistes d'hier sont retournés tranquillement au boulot, comme avant hier, comme lundi prochain et les jours suivants.

Sarkozy a reculé sur certains de ses projets ? Il a annulé certaines réformes votées depuis son élection ? Il a dissous l'assemblée nationale ?

Alors ???

Écrit par : Pat Joy | vendredi, 30 janvier 2009 16:14

Ecrit par : Zergy | vendredi, 30 janvier 2009 16:05

La majorité silencieuse, c'est à dire l'âme du pays réel et de la France éternelle, dont je suis ici l'un des porte-paroles, vous dit zut.

Écrit par : Pat Joy | vendredi, 30 janvier 2009 16:15

Ecrit par : nef des fous | vendredi, 30 janvier 2009 15:41

" il a dit être proche de l'UMP et avoir voté pour le président aux deux tours de l'élection présidentielle"

J'espère que le juge fera preuve de clémence envers cet homme. Il semblerait qu'il soit avant tout victime de l'alcool que lui aurait vendu un épicier d'ultra-gauche.

Écrit par : Pat Joy | vendredi, 30 janvier 2009 16:19

Dans la manifestation, hier, de très jeunes gens se réclamant du comité invisible distribuaient un tract appelant à une Manifestation nationale,ce 31 janvier, à 15h au RER Luxembourg. Le tract établit une liaison entre Tranac et Villiers le Bel, la Goutte d'Or et Vincennes. Il appelle à la libération des inculpés de l'antiterrorisme et réclame l'arrêt des poursuites.
Selon leur site (http://www.soutien11novembre.org/) des cars partent de Tarnac, de Limoges et de Rouen.

Écrit par : etrun | vendredi, 30 janvier 2009 16:25

Ecrit par : interview du procureur de Compiègne | vendredi, 30 janvier 2009 16:03

Est ce que , si on envoie un mail à sa soeur , du genre "Narkozy a une petite bite, mais si tu le lorgnes encore à la télé, je vais lui faire sa fête", la brigade de protection rapprochée de l'élysée risque de débarquer chez vous ?
( en arrivant par le toit en hélico )

Écrit par : urbain | vendredi, 30 janvier 2009 16:52

Ecrit par : Pat Joy | vendredi, 30 janvier 2009 16:19

D'où son manque de discernement qui l'a amené à voter Sarkozy aux deux tours de la présidentielle;-)))

Écrit par : nef | vendredi, 30 janvier 2009 16:52

Ecrit par : Pat Joy | vendredi, 30 janvier 2009 16:14

le succès de la manif c'est tout simplement 2 millions de personnes dans la rue, pov' pomme !
S'il y a avit eu 200 personnes on aurait parlé d'un bide.
t'as compris maintenant, ou t'as besoin d'un dessin ?

Écrit par : urbain | vendredi, 30 janvier 2009 16:55

le succès de la manif c'est tout simplement 2 millions de personnes dans la rue, pov' pomme !
Ecrit par : urbain | vendredi, 30 janvier 2009 16:55

Tiens donc, voilà le tenant du "l'audience on s'en fout" qui se félicite des bons chiffres de la manif' d'hier ! Bah je tiens à te faire remarquer que c'est beaucoup moins que les audiences quotidiennes de TF1 ! (pourtant le programme était tout aussi débile)

En plus il me semble que le nombre de manifestants est un moyen, pas une fin en soi.

Un moyen de faire pression sur le gouvernement pour qu'il infléchisse sa politique, voire même pour qu'il revienne sur certaines réformes. Il me semble que c'est aux concessions faites par le gouvernement qu'on mesure le "succès" d'une grève/manif, et donc pour l'instant le bilan est donc NUL ! Et il y a fort à parier qu'il le reste.

Normal car il n'y avait pas de revendications sinon des slogans bien vagues genre "stop à la casse du service public", "stop aux privatisations rampantes", etc...

Bref c'était une sorte de grande messe jubilatoire où tout le monde s'est défoulé un bon coup. Sans lendemain...

Écrit par : Pat Joy | vendredi, 30 janvier 2009 17:03

Ecrit par : nef | vendredi, 30 janvier 2009 16:52

Désinhibé, il a enfin constaté son erreur et a laissé parler son cœur ;-))

Écrit par : agathe | vendredi, 30 janvier 2009 17:05

"C'est quoi exactement le succès de cette manif' ?.. Aujourd'hui les grèvistes d'hier sont retournés tranquillement au boulot, comme avant hier, comme lundi prochain et les jours suivants.. Sarkozy a reculé sur certains de ses projets ? Il a annulé certaines réformes votées depuis son élection ? Il a dissous l'assemblée nationale ? .. Alors ???"

ça fait deux fois que je suis d'accord avec Pat Joy
ça me fait soucis!!!

Écrit par : le meuble du coin | vendredi, 30 janvier 2009 17:06

ça me fait soucis!!!
Ecrit par : le meuble du coin | vendredi, 30 janvier 2009 17:06

Et réciproquement ! C'est qui (quoi) qui cloche ???

Écrit par : Pat Joy | vendredi, 30 janvier 2009 17:23

Bref c'était une sorte de grande messe jubilatoire où tout le monde s'est défoulé un bon coup. Sans lendemain...

Ecrit par : Pat Joy | vendredi, 30 janvier 2009 17:03

Tu y étais ? sans doute avec Roufiolle ?
rassure toi (?) l'audience on s'en fout toujours, mais ça n'a rien à voir : je me suis contenté de répondre à ta candide question :
"qu'est qui fait le succès d'une manif ?"
Ben, comme chacun sait : le fait qu'il y ait du monde....

Chacun sait qu'une manif peut être un succès sans déboucher sur rien de concret à court ou moyen terme ( c'est d'ailleurs le plus souvent le cas ).
Il semblerait que tu confondes les actions et les revendications ( sans parler des objectifs et des moyens, des manifestations et de leurs conséquences, des mots d'ordres et des luttes, etc ... ) . On voit que t'as pas beaucoup fréquenté les mouvements sociaux, les partis, les militants et pour tout dire l'action politique ...
Bref on sent que tu as des "envies" mais que tu manques d'expérience.

Écrit par : urbain | vendredi, 30 janvier 2009 17:47

Ecrit par : le meuble du coin | vendredi, 30 janvier 2009 17:06

En gros la même réponse qu'au ravi, sans doute dans ton cas par ce que tu as les "illusions" des néophytes.
J'observe surtout que tu mélanges la (g)rève "générale" et la manifestation. Deux choses distinctes, deux succès incontestables mais qui ne sont pas de même nature, ne sa déroulent pas sur le même "plan", et dont le "succès" ne se mesure pas de la même manière.
Pour autant difficile, dans l'immédiat, d'évaluer les conséquences à court et moyen terme de ce dont on ne sait pas encore si c'est vraiment un mouvement allant plus loin que la "protestation", et encore moins la nature sociologique et politique "en devenir" de l'éventuel mouvement en question.
Tout ce qu'on peut dire aujourd'hui c'est qu'il y avait beaucoup de monde en grève et beaucoup de manifestants ( surtout en province, ce qui est un des symptôme des répercussions différenciées de la crise ).
Et c'est déjà, pas mal.

Écrit par : urbain | vendredi, 30 janvier 2009 18:04

Sous le vernis bling bling, la médiocrité de cet homme apparait enfin aux yeux des plus nombreux.

Ce n'est qu'un début.

Patience...et ne lâchons rien.

Écrit par : céleste | vendredi, 30 janvier 2009 18:29

Ecrit par : Pat Joy | vendredi, 30 janvier 2009 17:23
rien! sinon qu'avec les même mots on peut exprimer des ressentis opposés


Ecrit par : urbain | vendredi, 30 janvier 2009 18:04
ce qui me soucie surtout c'est ce qu'a dit Jean-Claude Mailly "les syndicats ne sont pas dans l'esprit de manifester toutes les semaines”

ben oui!.. alors cette superbe manif. cet élan de contestation nationale sera un sparadrap sur une jambe de bois

on va recommencer les petites manifs de 500 personnes qui font de l'animation et rien de plus

pire .. si on laisse refroidir on va vers des sanctions et un resserrage de boulons
ça se prépare déjà en coulisse

Écrit par : le meuble du coin | vendredi, 30 janvier 2009 18:39

Ecrit par : Pat Joy | vendredi, 30 janvier 2009 16:15

Stop playing and come back to work, sucker !

Écrit par : Boss | vendredi, 30 janvier 2009 18:41

Chacun sait qu'une manif peut être un succès sans déboucher sur rien de concret à court ou moyen terme ( c'est d'ailleurs le plus souvent le cas ).
Ecrit par : urbain | vendredi, 30 janvier 2009 17:47

Bah à vrai dire tout dépend quels sont les objectifs de départ, non ? Si l'objectif est de rameuter un maximum de gens, sans se soucier de l'avenir politique des revendications. Alors oui, c'est un succès. Mais Akoibon ??? C'est juste cathartique une manif', on se défoule une bonne fois, puis on retourne dormir ?

Alors pourquoi parler de succès ? Le mouvement de 95 fut un succès parce qu'il a duré dans le temps et a mené à l'abandon des réformes d'Al1 Juppé puis finalement à la dissolution de l'AN.

Autrement, si ça n'avait abouti à "rien de concret" alors on aurait parlé d'échec, même avec des millions de gens dans la rue !

Enfin c'est toi l'expert sur ce sujet.

_________________________________________________________

Bref on sent que tu as des "envies" mais que tu manques d'expérience.
Ecrit par : urbain | vendredi, 30 janvier 2009 17:47

Oui ça fait un bail que je n'ai pas mis les pieds dans une manif ! La dernière fois, c'était la marche pour Ilan. Et la fois encore d'avant, ma mère m'avait trainé gamin dans une manif' contre les lois Pasqua (me rappelle plus ce que c'était d'ailleurs !). Je me rappelle des slogans: "Pasqua casse-toi !", "Balladur ordure !", j'avais trouvé ça de mauvais goût.

Écrit par : Pat Joy | vendredi, 30 janvier 2009 18:44

Cui cui à l'honneur :

http://www.mediapart.fr/club/edition/anti-buzz/article/300109/on-critique-bien-les-livres

Écrit par : agathe | vendredi, 30 janvier 2009 18:46

Ecrit par : Boss | vendredi, 30 janvier 2009 18:41

Malade mon canard !

Écrit par : Pat Joy | vendredi, 30 janvier 2009 18:46

Ecrit par : céleste | vendredi, 30 janvier 2009 18:29

s'il était seul à blinblinguer il serait vite décanillé
c'est une armée de blinbligueur qu'on a en face et une armée bien organisée
il n'y a qu'à voir.. ils utilisent tout les mêmes mots
ils ont le même fonctionnement que la secte des 7 derniers jours .. même tenue.. même discours et toujours en mission par deux

Écrit par : le meuble du coin | vendredi, 30 janvier 2009 18:47

Oui ça fait un bail que je n'ai pas mis les pieds dans une manif ! La dernière fois, c'était la marche pour Ilan.

Ecrit par : Pat Joy | vendredi, 30 janvier 2009 18:44

Quelles étaient les "les objectifs de départ" pour reprendre ton raisonnement ...
Tu finiras par comprendre que le seul véritable objectif d'une manifestation c'est de ... (se) manifester ( pov'pomme!).

Écrit par : urbain | vendredi, 30 janvier 2009 19:38

Ecrit par : le meuble du coin | vendredi, 30 janvier 2009 18:39

ça n'est pas en reprenant le mode "d'agitation" de bouffon qu'un mouvement social et politique "populaire" se constitue, se "solidifie" et prend de l'ampleur.
ça n'est pas une "décision syndicale" qui mis les gens dans la rue. C'est le "ras le bol", provoqué et alimenté par le contexte économique et politique qui s'aggrave; autrement dit , comme on disait naguère "l'approfondissement des contradictions".
Ce mouvement "protestataire" doit se maintenir pour que le mouvement politique se poursuive, mais il ne sera pas maintenu par des manifestations répétées, tout au contraire c'est le mécontentement croissant et/ou persistant qui va susciter les manifestations.
L'avenir dure longtemps, mais les choses se précipitent ... parfois.

Écrit par : urbain | vendredi, 30 janvier 2009 19:44

Ecrit par : urbain | vendredi, 30 janvier 2009 19:44

+1

Écrit par : agathe | vendredi, 30 janvier 2009 19:49

le meuble du coin,

J'ai hésité jusqu'à la veille à aller à cette manifestation. Il fallait que je décommande des rendez vous. Que j'en déplace d'autres. Au risque de froisser, gêner, troubler, déconcerter, faire perdre confiance. Et même en fin de matinée, j'en étais encore à hésiter.

Donner à ces sbires l'occasion d'avoir un contre pouvoir et l'opportunité de le charger demain , plus tard, de ce qui n'aurait pu être réalisé, ou, se calant sur lui, modérer un peu les réformes ( au prétexte de... ), avec dans les deux cas, un bilan somme toute acceptable au final, et une belle reconduite en 2012...

...ou ne pas être présent et laisser cette folie aller à son terme en croisant les doigts pour qu'elle finisse par un réel clash et que ça pète, demain, plus tard, pour de bon; que la coupe déborde VRAIMENT.

Mélés à mes motifs tous personnels ( que probablement je ne connais pas tous ) se trouvaient quelques pensées, réflexions, m'incitant à ne pas laisser seuls sur le carreau, et tout de même, ceux dont le cheminement n'était ( mais était, aussi, et ce n'est pas rien ) que de parvenir à faire connaître leur révolte, leur insoumission, leur non endormissement face à ce qui se produit ici. Voire, seulement faire savoir ( un peu comme moi d'une certaine façon, avec, me concernant, un contour un peu plus flou ) que non, une manifestation peut encore se voir, ce avec goguenardise, et un certain plaisir d'enrayer, ne serait-ce que quelques heures ( objectivement; subjectivement nous ne le saurons que dans quelques temps, si nous sommes en état de l'analyser ) la belle machine médiatico politique en place.

Gronder simplement, à bas bruit ( comme on dit s'agissant des maladies en développement ) et être là, pour tous ceux aussi qui pour toutes raisons n'ont pu y être. Faire, peut être, plaisir par procuration.

Alors, oui. Quand bien même n'eussent-ils été que quelques centaines dans ce cortège à vouloir pousser, demain, plus loin ce mouvement, ne pas se défausser pour la raison qu'on connaîtrait immanquablement, et d'expérience, la suite.

Catharsis ? Voire. Pas sûr qu'il n'y ait eu là, hier, qu'une floppée de tripes ambulantes.

N'eût il été question que de se compter que ce rassemblement justifiait son utilité, à ce moment, si même ceux qui y sont venus, pouvaient supposer que tous n'y étaient probablement pas présents pour les mêmes causes. Mais ils y sont venus. Verre à moitié vide, verre à moitié plein.

La suite nous dira - si le présupposé est exact - si ces différents engagements peuvent continuer de s'agréger.

Écrit par : patrice | vendredi, 30 janvier 2009 20:33

merci de ta réponse patrice

moi aussi j'y étais.. j'y étais et j'y serai encore
parce que je suis contre .. contre toute les brutalité.. contre toutes les tyrannies ..
et il y a des moment où ..
non.. je suis contre
mais justement
face à la violence infinie qui nous est infligée .. quelques fois la haine est si forte!!!
bon je suis contre la peine de mort.. je suis contre la peine de mort.. je suis contre la peine de mort....
mais une exception.. juste une.. ???

non je rigole!
dommage que tu n'aies pas mis ce comm' chez moi.. j'aime bien avoir tort

moi aussi j'y étais!.. mais pourquoi faire?.. MRD!!!!
nous sommes condamnés

je suis fatiguée!

Écrit par : le meuble du coin | vendredi, 30 janvier 2009 22:29

Ecrit par : le meuble du coin | vendredi, 30 janvier 2009 22:29

Pour quoi faire ?

Au juste, je sais pas. Et les autres ?

Mais puisque dans les hautes fonctions de l'Etat, on se prends à recourir aux proverbes africains pour commenter le politique, j'ai trouvé, pour moi, celui-ci, ce matin :

" Quand tu marches, le pagne dure; quand tu es assis, le pagne s'use. "

Écrit par : patrice | vendredi, 30 janvier 2009 23:01

Et si c'était "pourquoi faire ? "

Ben j'ai autre chose, mais d'origine moins déterminée ( encore que la mise en scène puisse laisser aussi à penser que...) :

" Faire ça ou peigner la girafe..."

Écrit par : patrice | vendredi, 30 janvier 2009 23:06

Après la question pour adultes "est-ce qu'une chaise existe quand on n'est pas assis dessus ?"
... la question pour enfants "si je ne suis pas ici, où suis-je ?"
http://fr.youtube.com/watch?v=Gv8bciErBjU

Écrit par : Ernest et Bart Apatow | samedi, 31 janvier 2009 02:40

Ici (comme vous le savez) :

http://fr.youtube.com/watch?v=21OH0wlkfbc

Écrit par : Damo Suzuki | samedi, 31 janvier 2009 04:05

Ecrit par : Damo Suzuki | samedi, 31 janvier 2009 04:05

Enorme !

Écrit par : Ernest et Bart Apatow | samedi, 31 janvier 2009 04:23

Obama pas content, les traders de Wall Street continuent de s'engraisser, pendant que les travailleurs américains chassés de leurs maisons sont à la rue.

Quelques bonnes affaires.

À vendre :
http://fr.youtube.com/watch?v=Vo4Y1z0KVFY

À vendre :
http://fr.youtube.com/watch?v=IFyCiHcSDJM

À vendre :
http://fr.youtube.com/watch?v=VJ8bExev4JA

À vendre :
http://fr.youtube.com/watch?v=q28hHAYkpNs

Écrit par : L'agence immobilière du village des NRV | samedi, 31 janvier 2009 04:30

Ex-communiste, le sociologue du travail Henri Vacquin a voté Sarkozy à cause de l'impasse de la gauche réformiste.


http://eco.rue89.com/2009/01/24/henri-vacquin-la-gauche-est-morte-vive-sarkozy

(il a d'ailleurs été mandaté par la direction de la SNCF pour décrypter le conflit de la gare Saint-Lazare)

Écrit par : Damo Honda | samedi, 31 janvier 2009 05:20

"Il existe une sorte d'homme toujours en avance sur ses excréments."

Feuillets d'Hypnos (1946)
René Char

Et aussi :

"La plupart d'entre nous ne sont collés aux chaises branlantes de principes dépréciés que par les excréments de notre angoisse."

Franz Kafka

Écrit par : Indice caca rente | samedi, 31 janvier 2009 08:00

Cours, séminaires, conférences et interventions de Badiou :

www.entretemps.asso.fr/Badiou/index.html

Écrit par : Donnés | samedi, 31 janvier 2009 09:45

Par exemple, Badiou, à propos de Duchamp :

www.entretemps.asso.fr/Badiou/Duchamp.htm

"Art ne signifie pas faire mais agir pour Duchamp. C'est un rêve communiste à sa manière [...]"

Écrit par : Donnés | samedi, 31 janvier 2009 09:53

Benoît XVI absoudrait-il avec cette même magnanimité l’évêque négationniste qui affirmerait que Dieu n’a jamais existé ?

http://l-autofictif.over-blog.com/

Écrit par : Questions | samedi, 31 janvier 2009 10:15

Les électriciens français peinent à réparer les dégâts causés par la tempête et à rétablir l'électricité. Il est arrivé que la France envoie de l'aide, des pompiers, des maîtres-chiens, des médecins, quand une catastrophe naturelle (tremblement de terre, incendies) se produit ailleurs.
Pourquoi n'y a-t-il pas d'entraide ne serait-ce qu'européenne ? Pourquoi des électriciens allemands, par exemple, ne sont-ils pas venus prêter main-forte aux employés d'EDF ?

Écrit par : Questions | samedi, 31 janvier 2009 10:19

Ecrit par : Questions | samedi, 31 janvier 2009 10:19

Une partie du problème vient de la réoganisation d'EDF, de sa privatisation partielle, des filiales RTE et ERDF, de la rationalisation.

Juste ça :

www.sudouest.com/accueil/actualite/la-tempete/article/488182/mil/4108376.html

« On ne viendra pas à la privatisation, c’est clair, simple et net. Il n’y aura pas de privatisation d’Edf et de Gaz de France. C’est clair, c’est simple et c’est net ».

Écrit par : Joe l'électricien | samedi, 31 janvier 2009 10:28

Ecrit par : Donnés | samedi, 31 janvier 2009 09:53

Un des nombreux domaines dans lesquels Badiou ne me convainc guère, c'est celui des "arts plastiques" ( pire encore le cinéma...);
bon il faut pas trop lui en demander, son effort de philosophe est déjà titanesque.
Chacun sait, à propos de Duchamp, à commencer par Duchamp lui-même (qui l'affirmait ) que sa seule oeuvre d'art fut sa vie.
Hélas c'est une "procédure de vérité" qui fut bien vite oubliée par ses suiveurs.

Écrit par : urbain | samedi, 31 janvier 2009 10:31

Ecrit par : Questions | samedi, 31 janvier 2009 10:19

Pourquoi les câbles électriques ne sont ils pas enterrés , en France comme, par exemple ... en allemagne ?

Écrit par : urbain | samedi, 31 janvier 2009 10:35

Parce que c'est plus festif de les voir pendouiller au-dessus de vos têtes ?

Écrit par : Hans l'électrizien | samedi, 31 janvier 2009 10:47

Ecrit par : Donnés | samedi, 31 janvier 2009 09:45

Merci.

Écrit par : nef | samedi, 31 janvier 2009 10:48

Formidable Frédéric LEFEBVRE... encore une belle boulette.

http://www.liberation.fr/politiques/0601595-hamon-lefebvre-le-prefet-mute-un-caprice-d-etat

Talamoni et ceux qui ont pique-niqué(pour pique niquer Melle Dandridge ?) le jardin de Clavier,... sont des terroristes et des poseurs de bombes.

Une nouvelle notion juridique voit le jour...limite.
Un enfant de trois ans agité est à la limite de la délinquance. Talamoni est à la limite du terrorisme. Les manifestants presque des casseurs.

Écrit par : nef des fous | samedi, 31 janvier 2009 11:20

Ecrit par : nef des fous | samedi, 31 janvier 2009 11:20

Mais que fait la justice ?
en France des terroristes et des poseurs de bombes s'en sortent avec 500 euros d'amende pour violation de domicile;-)))

http://www.bakchich.info/article5869.html

Le pire dans cette histoire, c'est que l'on apprend que Christian Clavier avait un coq en plâtre pour décorer sa villa de coq en pâte;-)))

Écrit par : nef des fous | samedi, 31 janvier 2009 11:30

Sa majesté est partout

http://www.lesechos.fr/info/comm/300326322-nicolas-sarkozy-s-invite-aux-20-ans-du-csa.htm

Écrit par : nef des fous | samedi, 31 janvier 2009 11:55

La blague du jour de Gordon Brown

« Quand réglerons-nous la question du changement climatique ? », demande le président chinois.
« Pas demain, pas l’an prochain, sans doute pas de votre vivant », répond Dieu.

« Quand le monde connaîtra-t-il la paix ? », demande le président américain. « Pas demain, pas l’an prochain, sans doute pas de votre vivant », répond Dieu.

Vient le tour du président européen. « Quand le monde aura-t-il un système financier international ? » Et là... Dieu se met à pleurer.

Écrit par : nef des fous | samedi, 31 janvier 2009 11:57

Pour mieux suivre le débat, traduisons la langue de l'UMP
http://francois.gannaz.free.fr/Littre/xmlittre.php?requete=CLAMPIN

Écrit par : Littré | samedi, 31 janvier 2009 12:10

Un des nombreux domaines dans lesquels Badiou ne me convainc guère, c'est celui des "arts plastiques" ( pire encore le cinéma...)
Ecrit par : urbain | samedi, 31 janvier 2009 10:31

+1.
Je ne me remettrai jamais des âneries qu'il a débitées après une projection de "Tout va bien" de JL Godard à Nantes il y a quelques années, devant un parterre d'étudiants fascinés...

Écrit par : adrien (de rien) | samedi, 31 janvier 2009 12:26

Ecrit par : adrien (de rien) | samedi, 31 janvier 2009 12:26

J'imagine ...
Bah, personne n'est parfait, et Alain Badiou n'est pas le premier d'une longue cohorte de philosophes (authentiques ou autoproclamés) qui ont commis quelques trissotises sur le cinéma ( deleuze n'étant pas un des moindres) .
Je relativise cependant ces petits scories annexes( dans la production théorique de badiou ) en me souvenant que quand les artistes ( ou les journalistes ) tentent de philosopher c'est bien pire encore.

Écrit par : urbain | samedi, 31 janvier 2009 13:36

Benoit Hamon, nul comme d'habitude.

Écrit par : patrice | samedi, 31 janvier 2009 14:04

Sur le G20
les mesures qui seront prises devront être «vendables en termes politiques» aux opinions publiques, être «techniquement solides» et «applicables».

Le songe d'une nuit de printemps de christine LAGARDE

« le fou, l’amoureux et le poète sont tous faits d’imagination »

« Ombres que nous sommes, si nous avons déplu, figurez-vous seulement que vous n’avez fait qu’un mauvais somme ».

Le songe d'une nuit d'été de William Shakespeare

Écrit par : nef des fous | samedi, 31 janvier 2009 14:28

HS/ Nombril Ier s'invite sur TF1 et France 2 jeudi.
Je propose une opération « Tournes ta télé - Vive les Lumières! ", à chaque prochaine déclaration télévisée de notre souverain monocrate.
L'idée: tourner notre télé vers la fenêtre, son coupé,
pendant tout le temps que causera le monocrate, afin d' éclairer la rue.
http://extensiondelalutte.hautetfort.com/
Fin de HS

@Urbain si Badiou aime Duchamp....alors Badiou ne peut être tout à fait mauvais!

Écrit par : etrun | samedi, 31 janvier 2009 14:46

Ecrit par : patrice | samedi, 31 janvier 2009 14:04

c'est celui qui dit qui est !

Écrit par : nananananère | samedi, 31 janvier 2009 15:03

Si vous le croisez, vous pourriez dire à Alain Duhamel que j'avais 29 ans quand je suis devenu premier consul, et non 54 ans?

Merci!!!

Écrit par : bonaparte | samedi, 31 janvier 2009 16:38

Qui a dit: "Je trouve parfaitement lamentable qu'on puisse utiliser un représentant de l'Etat comme si on utilisait un Kleenex. C'est scandaleux"?


C'est Jean-François Legrand, président du conseil général UMP de la Manche, à France 3!

Le député UMP Philippe Gosselin trouve également "très regrettable" la sanction prise à l'encontre du préfet. "C'est un mauvais signal politique", a-t-il dit à la presse.

Xavier Bertrand est pas chef de l'UMP depuis huit jours que c'est déjà le bordel! Et Hortefeux est pas ministre du travail depuis deux semaines, qu'il y a 2 millions de gens dans les rues...

Écrit par : etrun | samedi, 31 janvier 2009 16:51

Je crois que le Chateau a un probleme. Sarkozy montre des signes psychiatriques assez détonnant pour un chef d'Etat. Il n'y a pas d'exemple dans la République avant lui. Il faudrait peut etre s'interroger sur le cas ou un président peterait un plomb dans l'exercice du pouvoir.

Écrit par : Yannick Comenge | samedi, 31 janvier 2009 18:50

Ecrit par : Yannick Comenge | samedi, 31 janvier 2009 18:50

http://play-list.20minutes-blogs.fr/archive/2009/01/20/noir-c-est-noir.html

Écrit par : adrien (de rien) | samedi, 31 janvier 2009 21:50

Ecrit par : Yannick Comenge | samedi, 31 janvier 2009 18:50

On pourrait commencer par lui prescrire du Ritalin
http://www.ledevoir.com/2008/09/27/207810.html

Écrit par : (ne pas confondre) | samedi, 31 janvier 2009 21:56

Bloc-notes: la droite entretient l'illusion de l'Etat providence

La vérité est que le roi est nu. "L'État a un rôle plus grand à jouer", explique pourtant au Figaro le conseiller de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino. Déjà, lors de ses vœux, le président avait assuré de sa mission protectrice. Mais l'État-providence, vers lequel veut revenir le pouvoir confronté à la crise, est sur la paille. Les crédits qu'il déverse, ces jours-ci, sont aussi volatils que ceux qui ont conduit à l'effondrement du capitalisme financier. N'y a-t-il pas d'autres voies que celles qui mènent directement aux faillites ?

La nécessaire mise en cause des mécanismes de spéculation et du "laisser-fairisme", qui reposaient sur de la fausse monnaie, sert de prétexte pour dresser, une fois de plus, le procès du libéralisme. La droite n'est pas en reste quand elle défend le retour à l'interventionnisme. Sarkozy, qui prend les banquiers comme boucs émissaires, demande même à l'UMP d'utiliser le " vocabulaire du travailleur ". Éric Besson, venu du PS pour rejoindre le parti présidentiel, dit qu'il se sent "bien dans la majorité".

Or ce nouveau glissement à gauche, qui espère conjurer le mécontentement des gens, cautionne une autre illusion : celle de l'État-mamma. Mathieu Laine le remarque (Post politique, J.-C. Lattès) : "La politique n'a plus aucune marge de manœuvre financière. Il ne peut tout simplement plus, matériellement, nous sauver (...) Il n'y avait plus d'argent, comment en trouver encore ? " La majorité ne voit-elle pas que la bulle socialiste a éclaté pour avoir, un peu comme Wall Street, vendu du vide ?

Cette tentation du pouvoir de revenir en arrière, outre qu'elle rend moins lisible le réformisme du chef de l'État, en vient à conforter le conservatisme des "progressistes", qui se replongent dans Marx et Mao. Plus de 20 000 signatures ont rejoint "l'Appel des appels" qui dénonce les "lois "naturelles" du marché". La grève de jeudi a été majoritairement celle de salariés assurés de leur emploi et qui défendent des services publics dégradés. Mais ce monde-là ne peut plus prétendre être un modèle.

C'est faire injure aux Français de les croire incapables de comprendre les deux crises systémiques (celle du tout étatisme, celle de l'ultracapitalisme) qui accélèrent l'affaiblissement du pays. L'État, qui n'a plus les moyens de ses ambitions, entretient inutilement la fiction de sa puissance. Ce faisant, il incite l'opposition à le rendre responsable d'" injustices" qui lui échappent. Pourquoi ne donne-t-il pas l'exemple de la lucidité, en se regardant dans la glace ?

"Idées rancies"
Le défi immédiat est de penser le monde qui vient. Comme le note le sociologue Michel Maffesoli (Apocalypse, CNRS Éditions) : "ll est vain de vouloir rafistoler les idéologies élaborées aux XVIIIe et XIXe siècles, et dont nous fûmes, dans tous les sens du terme, irradiés. Oui, il faut bousculer les idées rancies, rejeter les analyses apprêtées et quelque peu maussades. En bref, se dessiller les yeux." Ce n'est pas le chemin que suit la droite quand, faute d'idées neuves, elle repart sur les traces de la gauche passéiste. L'ancien président du gouvernement espagnol, José Maria Aznar, paraît bien seul quand il déclare au Figaro : "Pour sortir de la crise, il faut plus de libéralisme." François Fillon, qui accuse le PS de vouloir "réhabiliter le socialisme d'hier" à travers son contre-plan de relance, est-il bien sûr d'incarner, avec le lancement de grands travaux publics, une politique plus flexible, moins dispendieuse ?

Le gouvernement ne doit pas craindre un PS comateux et une extrême gauche exaltée, qui se croient tous deux porte-parole de la France légitimement angoissée. Le gauchisme tente de refourguer sa révolution et son communisme. Il prêche un mépris de l'Occident et un refus des démocraties, en faisant alliance avec un islamisme qui prêche la subversion. "Mon rêve serait que Sarkozy soit chassé par la rue", explique même le philosophe Alain Badiou, complaisamment promu gourou par Libération. Les socialistes, eux, gardent l'espoir de transformer le profond désarroi collectif en épreuve sociale. Mais ceux-là risquent surtout de s'éloigner un peu plus de la culture de gouvernement, en côtoyant un totalitarisme qui devrait être un repoussoir.

Plus que jamais, c'est la crise de l'intelligence (Bloc-notes du 9 janvier) qu'il s'agit de résoudre, en laissant émerger librement les aspirations et les comportements nouveaux. Il est faux de laisser croire que ceux-là seraient portés uniquement par les traditionnelles processions de syndicats non représentatifs et de partis qui croient tenir leur revanche contre Sarkozy. "Aujourd'hui, la France s'arrête", annonçait L'Humanité jeudi. En réalité, le pays inquiet a continué à travailler. Ces défilés sans mots d'ordre, qui s'accrochent à un monde ancien défendu aussi par Martine Aubry, sont ceux d'une France immobile, qui refuse d'admettre que rien ne sera plus comme avant. Mais les faits sont têtus. Ségolène Royal a d'ailleurs bien fait de prendre du recul, en préférant assister au Forum social de Belém (Brésil).

Décadence
Ce n'est donc pas en donnant le sentiment de s'inspirer d'un socialisme doctrinaire et nostalgique que le gouvernement trouvera la meilleure issue à la crise. La nouvelle UMP, dont Nicolas Sarkozy vient de confier la gestion à Xavier Bertrand, saura-t-elle écouter et retranscrire sans tabous ce que disent vraiment les gens de leur vie, de leur pays, de leur culture ? Le politiquement correct, tout à son confort intellectuel, cherche à étouffer ces paroles dérangeantes. Pourtant, elles ne se résument pas à la seule défense du pouvoir d'achat et des services publics, comme voudrait le faire croire le discours plan-plan des faiseurs d'opinion. Les Français, évidemment soucieux de leur emploi, s'inquiètent plus gravement encore des nombreux symptômes annonciateurs d'une décadence de leur nation. C'est à cette population encore silencieuse, dont les fonctionnaires vont évidemment partie, qu'il faut aussi répondre. La gauche croit tenir encore le monopole des manifestations. Mais sur ce point aussi, elle pourrait bien se tromper.

Modernité
En fait, le pays est prêt à amorcer son virage vers la modernité. Le "jeudi noir" annoncé, qui n'a mobilisé dans la grève qu'un quart des fonctionnaires et une infime minorité de salariés du privé, n'a pu paralyser les transports publics, grâce à l'efficacité du service minimum mis en place par le gouvernement. Pour autant, le porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, a raison de vouloir sanctionner "l'abus du droit de grève ", tel que SUD-rail l'a dernièrement utilisé, gare Saint-Lazare. Les cris d'orfraie qui ont accueilli cette proposition voulaient faire comprendre qu'il ne fallait pas parler sur ce ton aux syndicats, même quand ils se moquent des usagers. Espérons que l'UMP ne reculera pas - ne reculera plus ? -- devant la tyrannie de la bien-pensance.

Écrit par : Patrice Joyeux | samedi, 31 janvier 2009 22:01

Pour dire qu'il est là, lui, le président d'une nouvelle France, il est prêt à brader sa femme, à supporter une visite humiliante du leader libyen à Paris, à s'agenouiller devant les Chinois, à faire la cour à la Syrie, à se taire sur la Birmanie. Mais revenons au Soudan. Le discours est tellement double qu'il fait honte. Le président français admet implicitement que les crimes reprochés au régime soudanais sont fondés puisqu'il réclame en même temps que le gouvernement de Khartoum livre à la Cour pénale internationale deux personnes, dont un ministre, qui font l'objet de mandats d'arrestation. Comme si ce ministre et ce chef de milice avaient pu agir sans l'approbation de El-Béchir.

Ce que Sarkozy dit en fait, partout où il va, sur tous les dossiers dont il se préoccupe, c'est que le monde est une boutique de village, une brocante. On négocie, on vend des produits avariés, on fait du troc et au bout du compte, sachant que tout le monde a menti, on prend un verre au café entre petits brigands. Je le regardais hier à l'Assemblée générale des Nations unies, donnant des leçons de moralité sur les règles du capitalisme, déplorant le laxisme financier. C'était le même homme qui n'a jamais cessé durant sa carrière politique de dire qu'il fallait lever les barrières qui empêchaient le privé de créer de la richesse et des emplois.

Je vous en prie, mes amis francais, donnez-lui du Ritalin ou enfermez-le. Cet homme est dangereux.

Écrit par : On pourrait commencer par lui prescrire du Ritalin | samedi, 31 janvier 2009 22:01

Paul Deschanel serait en fait victime de dépression et de surmenage prenant conscience qu'en tant que président de la République sous la IIIe République, il n'a que peu de pouvoirs. Ceux-ci étaient en effet concentrés dans les mains du président du Conseil. C'est plutôt son « mal être » qui le conduit parfois à une hyperexpressivité et à une désintégration relative du Moi.

Il était également sujet à des crises d'angoisse, liées notamment aux contraintes de sa présidence. Il est constamment entouré de gardes du corps, éloigné de sa famille, reçoit plusieurs lettres de menace de mort à l'encontre de ses enfants, doit se prononcer sur une condamnation à mort (à laquelle il est farouchement opposé).

On peut également supposer qu'il ressentait une culpabilité vis-à-vis de son père qui n'avait jamais atteint ses positions (Académie française et présidence de la République). Bien que Deschanel soit un homme passionné mais non passionnel, la relation avec son père contribue fort probablement à « l'instabilité » du président. À son décès, en 1922, Paul Deschanel exprime ainsi sa tristesse : « On commence à mourir le jour où on perd ses parents ».

http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Deschanel

Écrit par : merci aux psy | samedi, 31 janvier 2009 22:05

test

Écrit par : test | samedi, 31 janvier 2009 22:06

Grâce à 20minutes, une fois de plus les terribles assassins venus d'Orient ont pu se confectionner un alibi en béton. Après avoir écrit un commentaire vers 19h, ils ont eu le temps de monter sur leur éléphant, et de se rendre au domicile de leur victime, situé à 120 km de là, pour l'y étrangler, à 22h tapantes, avec un cordon rouge en soie ; ensuite il leur aura suffi de reprendre le même chemin dans l'autre sens, et de rentrer chez eux vers 1h du matin. À l'heure du crime, leur commentaire apparaissait, daté de 22h01, sur la page du Village des NRV... Et le tour était joué

Écrit par : Le Thug profite du bug | samedi, 31 janvier 2009 22:17

Ecrit par : On pourrait commencer par lui prescrire du Ritalin | samedi, 31 janvier 2009 22:01

Excellent. +100

Écrit par : agathe | dimanche, 01 février 2009 00:20

Ecrit par : On pourrait commencer par lui prescrire du Ritalin | samedi, 31 janvier 2009 22:01

Ce qui est troublant, et dont j'ai reçu plusieurs témoignages assez directs, c'est que même ses "proches" semblent le détester (et mépriser) , ce qui explique sans doute certains des caractères névrotiques du comportement du personnage.
En réalité tout se passe comme si tout le monde se demandait ce que ce bouffon fait là, et attend que la farce se termine.
Mais c'est pas une farce... c'est le symptôme outré mais fondamentalement révélateur d'un état de délabrement profond , assez général, concentré dans le personnel politique et plus encore dans les sphères du pouvoir, mais tacitement représentatif de la majorité du corps social, et ça va pas se terminer comme ça , tout seul, "en queue de poisson".

Écrit par : urbain | dimanche, 01 février 2009 00:40

Les effets indésirables les plus fréquents sont: nervosité, insomnies et perte d'appétit.
On pourrait commencer par lui prescrire du Ritalin 22:01

Aghate 00:20

Prudence, ça pourrait être pire après ( possibles effets indésirables ) :

"Diminution de l'appétit entraînant une perte pondérale ou un ralentissement de la prise de poids et de la croissance. Eruptions cutanées, démangeaisons, chute des cheveux, nausées, douleurs abdominales, sécheresse de la bouche, vertiges, maux de tête, somnolence, mouvements anormaux, hyperactivité, humeur dépressive et modifications de la tension artérielle "

Écrit par : patrice | dimanche, 01 février 2009 00:40

Ecrit par : patrice | dimanche, 01 février 2009 00:40

Je crains que le cas soit plus grave que celui de son précédent fameux :

"Ernst Lanzer [l'homme aux rats] est obsédé par l’image d’un supplice chinois qui consiste à ligoter un homme et à l’asseoir sur un pot dans lequel se trouve un rat. La bête, affolée, n’a d’autre moyen que de rentrer dans l’homme. L’issue en est la mort pour les deux parties. [...]. On peut simplement dire que le rat, charriant la peste comme dans la légende allemande du joueur de flûte, est pour Freud une part archaïque de la psyché d’Ernst Lanzer, qu’il combat et qui cherche à réintégrer à tout prix sa psyché. Le rat est son refoulé, son enfer quotidien, qui agglutine le plaisir à la souffrance, le châtiment à la jouissance. Freud précise à cette occasion les concepts de culpabilité et de masochisme."

car dans le cas relaté par Freud :

"En parlant, Ernst Lanzer fait sortir le rat au soleil, et celui-ci, d’abord aveuglé et apeuré, finit par s’humaniser, en une métamorphose bouleversante. "

Dans le cas qui nous intéresse, les rats sont plus d'un, fort nombreux même, et plus manifestement explicites. Ils "cernent" en quelque sorte notre névrosé, qui cependant, compulsivement, les "attire".
De surcroit ils sont déjà "au soleil" et fort visibles, dès lors qu'ils sont de cette sorte de rat qui aiment à s'exposer, et même dont dont c'est la névrose propre : ces rats là sont eux-même névrosés.

On est donc confrontés, dans le cas de "bouffon, son pipeau et ses rats", à un "cas nouveau" ( de névrose compulsive obsessionnelle), avec un "dispositif" intersubjectif complexe où des névroses complémentaires multiples ( affectant simultanément et conjointement plusieurs sujets en relation entre eux ) ont trouvé un terrain propice pour s'exprimer, se "fédérer", et en quelque sorte s'auto-alimenter mutuellement.

J'aurai tendance à proposer comme cure , le double inversé de la cure "canonique" : renvoyer les rats aux trous obscurs et nauséabonds dont ils sont sortis.
Et prescrire au patient "initial" une cure de lecture appropriée ( il est clair que l'apprentissage par la mémorisation de "la princesse de clèves" fut un échec), avec des ouvrages du type :
images.eveiletjeux.net/Photo/IMG_FICHE_PRODUIT/Image/300x300/1/127470.jpg

Écrit par : urbain | dimanche, 01 février 2009 10:39

la page lecture qui pourrait constituer un bon point de départ pour une cure efficace de l'homme aux rats :
www.eveiletjeux.com/Produit-127470/livre-t-choupi-va-sur-le-pot.htm

Écrit par : urbain | dimanche, 01 février 2009 10:43

Ecrit par : patrice | dimanche, 01 février 2009 00:40

Pire non. Le fond a été touché.

Écrit par : agathe | dimanche, 01 février 2009 12:10

L'homme au rat et sa clique sur le blog de l'excellent "frère odm", lien "au fil de l'eau" à droite.....

Écrit par : frère odm | dimanche, 01 février 2009 13:13

Jean Fourastié !
N'importe quoi, décidément ça s'arrange pas depuis que tu as perdu la foi.
Dans ton trip Kabbaliste du moment on aurait attendu pour le moins du jacques Bergier , ou une citation reprise du "Matin des magiciens", mais Fourastié !!!

Écrit par : urbain | dimanche, 01 février 2009 14:13

Fourastié c'est quand même aut'chose que "T'choupi va sur le pot"

Écrit par : frère odm | dimanche, 01 février 2009 15:12

Tout comme celle de Marx, en effet, la pensée économique de Fourastié relève du matérialisme historique . Et lui même revendique sa parenté intellectuelle avec Marx. Il écrit que sa théorie des profits « est en quelque sorte plus marxiste que le marxisme ». Mais ce qui fait son immense supériorité sur Marx, c'est que Fourastié applique la méthode scientifique expérimentale. Alors que Marx reste marqué par la philosophie de l'histoire de Hegel, Fourastié applique la démarche rigoureuse de Claude Bernard : explorer le réel, élaborer l'hypothèse, contrôler et exploiter l'hypothèse. Pour construire sa théorie, Jean Fourastié a observé scientifiquement la réalité économique sur le long terme. Il s'est consacré à l'étude des prix à l'échelle séculaire et pluri séculaire. Il a constitué des milliers de séries statistiques de prix à long terme. De sorte que l'on peut considérer Fourastié comme un Marx sans préjugés idéologiques, sans lunettes philosophiques déformantes, sans idées a priori de militant, qui s'est entièrement voué à rechercher scientifiquement la réalité économique. Le Marx libéral existe bel et bien : c'est Fourastié !

Écrit par : frère odm | dimanche, 01 février 2009 15:31

De Fourastié sur les 30 glorieuses et son village de Douelle :

Mais il n'en est pas moins certain que cette étape glorieuse ne débouche pas sur un arrêt de l'histoire, ne débouche pas sur un avenir figé par l'avènement d'une prospérité permanente et d'un bonheur immua¬ble. Ce que nous venons de dire, ce que nous avons dit de la frénésie à Cessac, et ce que nous savons tous de l'état du monde, nous évite de telles erreurs. Nous savons bien que la condition humaine reste tra¬gique, et qu'elle sera peut-être même d'autant plus ressentie comme telle que l'homme disposera de plus de temps pour s'informer, pour comprendre (pour tenter de comprendre) et pour réfléchir. Là encore, la situation de Douelle pourrait nous servir de base pour étudier les crises politiques, sociales, culturelles et spirituelles de notre temps. Douelle fut probablement plus heureux dans sa misère qu'il ne l'est dans son opulence; Douelle vote à gauche aujourd'hui; il votait à droite sous Napoléon III, au moment où 3 bébés sur 10 mouraient avant leur pre¬mier anniversaire; au moment où 600 de ses habi¬tants travaillaient à bras « de l'étoile du matin à l'étoile du soir », pour tirer de son sol moitié moins de produit que ne le font les 50 agriculteurs qui lui restent aujourd'hui'. Les adolescents, les femmes, dans ma jeunesse encore, chantaient le long des chemins, en allant et en revenant de leur dur travail...
Mais cependant, en vérité, ces trente années sont glorieuses. Elles ont résolu des problèmes tragiques et millénaires - quoiqu'elles soient loin d'avoir résolu tous les problèmes tragiques et millénaires de l'humanité; quoique même elles en aient fait naître de nouveaux, qui ne se posaient pas dans un monde où les hommes étaient pauvres et impuissants.

Écrit par : frère odm | dimanche, 01 février 2009 15:41

Ecrit par : frère odm | dimanche, 01 février 2009 15:41

"De sorte que l'on peut considérer Fourastié comme un Marx sans préjugés idéologiques, sans lunettes philosophiques déformantes, sans idées a priori de militant, qui s'est entièrement voué à rechercher scientifiquement la réalité économique. Le Marx libéral existe bel et bien : c'est Fourastié !"

Bref un Marx sur le modèle Yvan levaï chroniqueur invité dans une télé-réalité TF1, genre Koh-lanta.
On a évoqué , un peu plus haut, ce croisement improbable de Hegel et barbapapa ( Tchoupi ayant été préconisé comme traitement palliatif pour névrosé compulsif du type bouffon). D'ailleurs il s'est réincarné : c'est le fils (putatif) de delanoé et arlette laguiller : c'est ... le dahu .

Appronfondi encore un peu ta recherche personnelle et tu devrais assez vite rencontrer Geneviève Tabouis ...

Écrit par : urbain | dimanche, 01 février 2009 16:48

Fourastié c'est quand même aut'chose que "T'choupi va sur le pot"

Ecrit par : frère odm | dimanche, 01 février 2009 15:12

C'est autre chose, en effet : également sur le mode régressif apparenté au public adulte de Tchoupi, mais ça s'adresse aux "seniors" ( le 3ème age comme on disait naguère) et à titre de potion lénifiante atténuant la sensation de gâtisme , plutôt qu'au titre des indications qui font prescrire Tchoupi aux agités névrosés compulsifs, souffrant de refoulements remontant au stade anal.

Écrit par : urbain | dimanche, 01 février 2009 17:18

J'aime bien Tchoupi, c'est avec Pifou un des rares héros positifs et sympas de la bédé française.

Écrit par : Pat Joy | dimanche, 01 février 2009 17:34

Ecrit par : On pourrait commencer par lui prescrire du Ritalin | samedi, 31 janvier 2009 22:01

Mais tout le monde s'en moque du Darfour ! Impossible sur ce conflit de gloser sur les crimes des "sionistes" ou des américains, donc ça n'intéresse personne. Pas de défilé dans les capitales européennes, pas de décompte minute par minute des victime, rien nada, même pas un seul drapeau brulé...

Juste des sauvages qui massacrent d'autres sauvages, comme au Rwanda. Dans l'indifférence générale de ceux qui parlent de "crime contre l'humanité" quand un terroriste palestinien se casse un ongle en activant son lance-roquettes.

Écrit par : Pat Joy | dimanche, 01 février 2009 17:56

J'aime bien Tchoupi.

Ecrit par : Pat Joy | dimanche, 01 février 2009 17:34

M'étonne pas ... Une littérature qui a su rester à ta portée, mais c'est pas de la BD ...
j'ai l'impression que tu as trop passé de temps sur celui là :
www.decitre.fr/gi/25/9782092022825FS.gif

Écrit par : urbain | dimanche, 01 février 2009 18:41

Ecrit par : Pat Joy | dimanche, 01 février 2009 17:56

Bientôt : "T'choupi prend une fessé bien méritée".

Écrit par : urbain | dimanche, 01 février 2009 18:42

une fessée ... pardon ( mais qui demeure très méritée, je pense que nous irons même jusqu'à "déculottée" )

Écrit par : urbain | dimanche, 01 février 2009 18:44

Ecrit par : urbain | dimanche, 01 février 2009 18:42

Des lazzis bien prévisibles. Tant pis, j'assume.

Sur Tchoupi et les fessées, c'est mal barré: http://www.marianne2.fr/Le-Conseil-de-l-Europe-veut-interdire-la-fessee_a88367.html
(va falloir attendre la majorité)

Écrit par : Pat Joy | dimanche, 01 février 2009 19:46

Ecrit par : Pat Joy | dimanche, 01 février 2009 19:46

l'europe... on a voté NON me semble-t-il?
Donc on s'en tape ( sur les fesses évidemment) .

Écrit par : urbain | dimanche, 01 février 2009 19:58

Ecrit par : urbain | dimanche, 01 février 2009 18:44
Drôle de fantasmes "badiouiste", j'allume une bougie sous son portrait, à gauche de celui de Benoît et juste sous celui de Pol pot.....

Écrit par : frère odm | dimanche, 01 février 2009 20:02

Ecrit par : urbain | dimanche, 01 février 2009 19:58

J'ai voté oui en 2005, je ne me rappelle plus très bien pourquoi d'ailleurs.

Sinon, les irlandais commencent à vraiment regretter leur "non" au traité de Lisbonne.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/02/01/01011-20090201FILWWW00071-23-de-oui-a-lisbonne-en-irlande-sondage.php

Un peu déçu de voir que l'enquête confiée à frère odm avance peu. Fourastié me semble une fausse piste.

Écrit par : Pat Joy | dimanche, 01 février 2009 20:11

Ecrit par : Pat Joy | dimanche, 01 février 2009 20:11

Frère odm avance à son rythme et par des voies ( contournées et semées d'embuches) qui lui sont propres, et conviennent à cet esprit exigeant ( mais c'est justement ce qui lui rend les choses difficiles car les moyens ne suivent pas toujours), tour à tour allumé puis ( cause à effet) embrumé.
La phase Fourastié sera sans doute dépassée. L'étape geneviève Tabouis n'est nécessaire mais le changera un peu de Nostradamus.

Écrit par : urbain | dimanche, 01 février 2009 20:24

erratum : L'étape geneviève Tabouis n'est pas nécessaire mais le changera un peu de Nostradamus.
( je continue donc de la lui préconiser, même si ça représente un nouveau détour)

Écrit par : urbain | dimanche, 01 février 2009 20:26

( je continue donc de la lui préconiser, même si ça représente un nouveau détour)

Ecrit par : urbain | dimanche, 01 février 2009 20:26

Au gré des circonstances (1,2,3...)

Écrit par : frère odm | dimanche, 01 février 2009 22:39

Dans la série Ils sont sympas les juifs :

Installé hier à Paris dans ses fonctions, Gilles Bernheim a critiqué les propos «abjects» de l'évêque négationniste.

NE PAS se tromper de cible. Hier, lors de sa cérémonie d'investiture officielle, le nouveau grand rabbin de France, Gilles Bernheim, a refusé tout amalgame entre l'Église catholique et « un évêque de la Fraternité Saint Pie X » dont il a qualifié les propos négationnistes d'« abjects ». Dans un discours très applaudi sous les voûtes de la grande synagogue de la Victoire à Paris, comble, il n'a pas hésité, malgré le contexte de cette polémique, à saluer la présence de « mon ami le cardinal Philippe Barbarin », archevêque de Lyon, effectivement assis derrière les autorités de la République, dont Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur et des Cultes.

Écrit par : frère odm | dimanche, 01 février 2009 23:03

Ecrit par : frère odm | dimanche, 01 février 2009 23:03

Ambiance "bon enfant" garantie !

Écrit par : urbain | lundi, 02 février 2009 00:14

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu