Avertir le modérateur

« CHOC | Page d'accueil | Cabinet noir et chevalier blanc »

mercredi, 21 janvier 2009

ban - débarras

trouvetounid.jpg

A l'instant, sans avoir rien changé à mes habitudes, alors que je me rends dans un lieu public, je trouve par terre une pièce de cinquante centimes d'euro. Cet événement somme toute assez anodin me décide pourtant à soumettre ce billet que j'ai pourtant hésité pendant longtemps à rédiger. Le sujet général que j'avais en tête était : les objets trouvés. En gros, inventorier les divers objets que j'ai récoltés, ça et là, au cours de ma courte existence...

Tout le monde le sait : "l'argent ne tombe pas du ciel". Donc, il ne faut pas trop compter sur la Providence pour remplir... son compte en banque. Pourtant, il y a peut-être cinq ans déjà, revenant de mon marché hebdomadaire, alors que j'avais décidé de changer mon itinéraire habituel, histoire de flâner, je vis au sol quelque chose d'indistinct : "une sorte de cône, de papier plié rose formant un triangle." C'était dans la rue du Moulin-Joly, dans le onzième arrondissement de Paris. Il faisait relativement beau ce jour-là. Il faut préciser également que le paysage offert par ce quartier est loin d'être bucolique. Le coin est relativement désert, et le regard se perd sur tout, sur rien. Alors, curieux, je me baisse pour voir. Et à mon vif étonnement, c'était un billet de dix euros ! Je regarde vite fait aux alentours, dans l'espoir que personne ne m'ait vu ; et surtout que personne ne vienne les réclamer !!! Heureusement, il n'y avait personne. Et hop ! avec une petite satisfaction un peu crétine, je glisse le billet dans une poche, et reprends mon petit bonhomme de chemin.

 

Dernièrement, une scène similaire. Un dimanche matin, alors que je n'avais rien prévu de particulier, je décide de traîner en ville. Il fait très froid dehors. Sur mon parcours habituel, alors que je suis sorti il y a à peine trois minutes, j'aperçois, toujours par terre, un truc bizarre. La chose est plutôt petite et arrondie, au contour noir. Par curiosité, je me penche pour m'assurer de quoi il s'agit, et surprise ! c'est une montre !!! Une assez belle montre, du reste. Certes pas une Rolex, mais une montre à chronomètre, de moyenne gamme. Et qui fonctionne !!! L'ironie du sort, c'est que depuis une quinzaine d'années, j'avais décidé de ne plus en porter ! Et, je ne l'ai toujours pas fait depuis.

 

Une autre fois, il m'est également arrivé de trouver un portefeuille. Dans un moment comme celui-là, c'est assez délicat : s'il reste de l'argent, il y a un (léger) cas de conscience. S'il y en a (du pognon), le rend-on tel quel, en espérant vaguement une récompense quelconque ? ou alors, on empoche le tout, et on affirme qu'il était vide au moment où on l'a trouvé ? Finalement, ce fut assez simple : il ne restait que les papiers d'identité. Dans ce cas-là, on se retrouve comme un con à aller déposer le tout et faire sa déclaration... au poste de police !

 

Mais, en dehors de ces "situations intéressées", il m'est aussi arrivé de trouver des objets plus fonctionnels. L'un des premiers fut un vélo. Pour être tout à fait honnête, je dois avouer d'emblée qu'il ne pouvait pas être totalement abandonné... Le bicycle bleu, de marque Peugeot, bien que sans anti-vol, ne faisait que gésir lamentablement au milieu du trottoir. Son propriétaire avait dû "faire une course", et poser l'engin en équilibre précaire contre un support improvisé. Et, le vent avait dû le renverser. L'ayant repéré, j'ai tout de même attendu cinq minutes pour me décider à m'en emparer ; en m'éloignant un peu, en attendant que quelqu'un fasse quelque chose. Comme personne ne semblait être concerné, ni s'en préoccuper, je le relevais sur ses deux roues, regardais encore une dernière fois à gauche et à droite, et l'enfourchais aussitôt pour détaler. Etre négligent à ce point, c'est pas permis !!!

 

Le plus étonnant, quand je repense à mes possessions, c'est mon mobilier. Croyez-le ou non, tout est véridique. A peu de choses près. Ayant été un temps déménageur, certains de mes meubles proviennent de récupération : ne trouvant pas de repreneurs, les clients trouvent néanmoins dommage de les jeter, et les cèdent aux ouvriers... généralement comme pourboire. Ainsi : une penderie (1 porte, type Ikéa), une commode de chambre (Ikéa), un cube de rangement, une lampe halogène (et aussi un pèse-personnes). Etat moyen pour l'ensemble. Jusque-là, rien d'extraordinaire.

Or, voilà que là aussi, en traînant dans les rues, et pas nécessairement dans les "beaux quartiers", mais juste dans mon petit quartier parisien, j'ai ramassé tour à tour : un canapé en mousse noir deux places, une étagère 105x60, une étagère d'atelier, un sommier 200x180, une table de salon à l'ancienne à rallonges latérales (6 places), un moniteur PC (écran à tube, 19 pouces, Compaq), un meuble TV bas à roulettes, un chariot bas métallique à trois plateaux (souvent utilisé comme... meuble TV !). Je ne vous raconte pas le sport que c'est, que d'en trimballer certains sans véhicule, ni aide !

Si les questions hygiéniques sont vite réglées pour la plupart des meubles, elles le sont beaucoup moins pour ceux dont l'usage est plus ou moins intime. Ainsi, pour le canapé et le sommier, pratiquement neufs, j'ai pris le soin de vérifier qu'ils étaient bien propres : en tâtant... et en reniflant !!! L'un et l'autre n'avaient pratiquement pas servi. Pour le sommier (auquel il manquait les pieds), mon hypothèse - même s'il se peut qu'elle demeure fausse - était que les déménageurs n'avaient pas pu le passer par les escaliers, et que le propriétaire avait préféré l'abandonner sur le trottoir, comme il m'est arrivé de l'observer lors de mon expérience dans ce domaine.

 

Bref, tout ça pour dire que l'un de mes principaux mécènes, c'est la rue !!! Qui me fournit également en accessoires vestimentaires : des gants, des écharpes, des bonnets. Et une fois, j'avais aussi trouvé un très bon parapluie rétractable avec poignée en bois (pas de la camelote à deux euros qui casse au moindre coup de vent !) au Centre culturel de Beaubourg - et que j'aurais pu remettre au personnel de l'accueil, ne serait-ce que par politesse. J'y avais songé. Mais, hélas, pour son ancien propriétaire : il pleuvait ce jour-là ! Heureusement qu'il y a quand même une petite justice en ce bas monde, car quelques temps après... je l'ai perdu !

 

 

CONFORAMA.jpg

 

par Albin Didon

 

 

 

Commentaires

J'opine ( de cheval) et j'ajoute que dans la rue on trouve même plein de maisons !
Finalement il suffit de prendre la vie du bon coté, et tout devient assez simple.
Je propose albin didon comme expert au cabinet de mame boutin (chargé de la boite à idées ).

Écrit par : urbain | mercredi, 21 janvier 2009 08:45

"Par curiosité, je me penche pour m'assurer de quoi il s'agit, et surprise ! c'est une montre !!! Une assez belle montre, du reste. Certes pas une Rolex, mais une montre à chronomètre, de moyenne gamme."

Heu, Julien Dray, tu n'as "trouvé" que ça !?
Et tu penses que l'on va te croire...

Écrit par : Qu'elle tonne ! | mercredi, 21 janvier 2009 09:55

Oui on trouve de tout dans la rue, et pas que dans le XVIème; Quand j'étais étudiante et provinciale, j'ai meublé mon premier appart avec des choses ramassées dans la rue.. ll y avait un jour dans le mois où les particuliers pouvaient déposer dans la rue leurs vieux meubles; celà s'appellait les " encombrants"..

Écrit par : Pamela de Barres | mercredi, 21 janvier 2009 10:03

Mouais, si je paumais mon portefeuille, j'aimerais le retrouver intact. C'est pourquoi, si j'en trouve un, je le remets immédiatement au commissariat le plus proche, sans rien toucher évidemment. La récup ok c'est bien, l'honnêteté c'est encore mieux...On est sur un site solidariste ou non ?

Écrit par : Nicks | mercredi, 21 janvier 2009 10:04

Ecrit par : Nicks | mercredi, 21 janvier 2009 10:04

D'accord pour le portefeuille, mais pour le billet de banque ou le sommier ...je te confesse être totalement dubitatif quant au fait que j'amènerai l'objet rue des morillons ( pourtant juste à coté de chez moi ).

Écrit par : urbain | mercredi, 21 janvier 2009 10:10

J'avais en tête le portefeuille et le vélo. Le reste c'est de la récup...

Écrit par : Nicks | mercredi, 21 janvier 2009 10:16

Si quelqu'un retrouve les deux minutes que je viens de perdre en lisant ce texte, merci de me contacter sur patjoy@gmail.com

Écrit par : Joyeux | mercredi, 21 janvier 2009 10:41

Il est vrai en étant attentif et bricoleur beaucoup d'objets peuvent être récupérer en état presque neuf, voir remis en état si vous en avez les capacités.

D'ailleur quand j'étais en Dordogne, à chaque fois que je passais à la décharge je m'arraitais toujours prêt des déchets électroniques, j'ai réussi à récupérer quelques petites choses qui fonctionnent très bien. Les gens jettent vraiment n'importe quoi.

@Joyeux : Pour retrouver tes deux minutes branches-toi un câble haute tension délivrant une puissance de 2,21 GigaWatts et cour à 88 miles à l'heure, ça marche.

Écrit par : Zergy | mercredi, 21 janvier 2009 10:58

Z'auriez pas vu mes promesses quelque part ? Ch'ais plus ce qu'j'en ai fait...

En r'vanche, la démocratie (mouarf), j'l'ai bien en poche.

Écrit par : Votre Président | mercredi, 21 janvier 2009 11:09

Merci Mister Didon.

Je reviens commenter plus tard.

Excellent lien envoyé par Alexou

http://fr.news.yahoo.com/3/20090120/tpl-defense-sarkozy-synthese-cfb2994.html

Écrit par : Ag en mode secret défense | mercredi, 21 janvier 2009 12:40

La paix est impossible dans les conditions qui prévalent
Par Guy Millière

Lien sur demande à Pat Joy

Écrit par : Pat Joy | mercredi, 21 janvier 2009 12:50

Ecrit par : urbain | mercredi, 21 janvier 2009 08:45

"Je propose albin didon comme expert au cabinet de mame boutin (chargé de la boite à idées )."
- Euh, je ne veux rien avoir à faire dans le "cabinet de mame boutin". Ah ?! "DEcharger dans de la boîte à idées" :-DDD

-----

Ecrit par : Qu'elle tonne ! | mercredi, 21 janvier 2009 09:55

"Et tu penses que l'on va te croire..."
- Je n'ai guère "trouvé"... mieux !

-----

Ecrit par : Pamela de Barres | mercredi, 21 janvier 2009 10:03
"Il y avait un jour dans le mois où les particuliers pouvaient déposer dans la rue leurs vieux meubles ; cel[a] s'appe[l]lait les "encombrants"..
- Dans la plupart des cas, vu les épaves qu'ils laissent, certains feraient mieux de les appeler (je parle du service de la mairie).

-----

Ecrit par : Nicks | mercredi, 21 janvier 2009 10:04

"C'est pourquoi, si j'en trouve un, je le remets immédiatement au commissariat le plus proche, sans rien toucher évidemment."
- Euh... allez ! on est poire jusqu'à quelle hauteur de somme ? 1 000 euros ? 2 000 ?

&

"l'honnêteté c'est encore mieux..."
- Et si le type s'avère être un maquereau ? ou... un directeur de banque ?!

-----

Ecrit par : Nicks | mercredi, 21 janvier 2009 10:16

"J'avais en tête le portefeuille et le vélo."
- Pour le vélo, j'avais quinze ans. "Je ne savais pas ce que je faisais"...

-----

Ecrit par : Joyeux | mercredi, 21 janvier 2009 10:41

"Si quelqu'un retrouve les deux minutes que je viens de perdre en lisant ce texte"
- ?!!! Etonnant venant de quelqu'un qui passe son temps dans les "déchets adhésifs"...

-----

Ecrit par : Zergy | mercredi, 21 janvier 2009 10:58

"Les gens jettent vraiment n'importe quoi."
- Bah, en même temps, pourquoi garder des choses en trop ?

-----

Ecrit par : Votre Président | mercredi, 21 janvier 2009 11:09

"Z'auriez pas vu mes promesses quelque part ? Ch'ais plus ce qu'j'en ai fait...
En r'vanche, la démocratie (mouarf), j'l'ai bien en poche."
- Mouais... c'est plutôt la démocratie qui a perdu quêque chose en route...

Écrit par : albin - didon | mercredi, 21 janvier 2009 13:51

C'est cool, moi, dans la rue, j'ai trouvé un ordi, une prise de courant, une prise téléphone ,un modem et bien sur de la thune pour payer mon FAI afin de pouvoir envoyer mes billets.

"Le bonheur est dans la rue" dernier film de C.Boutin adapté du dernier roman de R.Hirsh ("rue de la banque, c'est des nuisibles" aux éditions Galligraisse).

Écrit par : rep ban | mercredi, 21 janvier 2009 14:20

celà s'appellait les " encombrants"..

Ecrit par : Pamela de Barres | mercredi, 21 janvier 2009 10:03

Dans mon coin, on appelle ça "les monstres"...et désormais, y'a que les personnes âgées qui ont le droit de les déposer.
So-li-da_ri-té...comme dirait l'autre...



(on est âgé a partir de quel age au fait?)

Écrit par : rep ban | mercredi, 21 janvier 2009 15:27

http://fr.youtube.com/watch?v=LcQitHMzUGk

Écrit par : Lord Nithorynque pressé | mercredi, 21 janvier 2009 15:40

Ecrit par : Pamela de Barres | mercredi, 21 janvier 2009 10:03
Salut la star! Je te croyais à Washington, avec soeur Ségolène....;-)))

Écrit par : etrun | mercredi, 21 janvier 2009 15:50

Ah, enfin vous faites un billet correct !
J'appelle illico mes amis de 20minutes.fr pour qu'ils vous mettent en une, dans "c'est blogué", et hop !

Écrit par : Frédéric Lefebvre | mercredi, 21 janvier 2009 16:22

http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/medias__pouvoirs/20090121.OBS0839/tf1_m6_et_canal_vont_demander_un_plan_daide_au_gouverne.html

TF1, M6 et Canal+ vont demander un plan d'aide au gouvernement
"Le seul secteur en France qui ne soit pas aidé est la télévision privée", estime le patron de M6 qui juge "surréaliste" de garantir les recettes de France Télévisions pour qui la publicité a été supprimée.

Écrit par : (ne pas confondre) pressé | mercredi, 21 janvier 2009 16:40

Ecrit par : etrun | mercredi, 21 janvier 2009 15:50

- oui je suis une star!!!!
- Ce n'est pas parce que je ne suis pas Aubryste que je suis Ségofan; je suis Taubiraïste..
- j'aime pas la foule, les transes collectives ne sont pas pour moi.

Écrit par : Pamela de Barres | mercredi, 21 janvier 2009 16:51

Terrorisme canin. Ne faisons pas d'amalgame entre chiens modérés et les bichon-maltistes. J'appelle tous les chiens et chiennes modérés à exprimer leur indignation face à cet acte inacceptable.

_________________________________________________________

L'ancien président Jacques Chirac a été mordu par son chien, a confié son épouse Bernadette Chirac au magazine VSD.

"Si vous saviez, j'ai vécu hier une journée dramatique... Sumo a mordu mon mari!", a déclaré l'épouse de M. Chirac à l'animateur et journaliste Guy Carlier, pour l'hebdomadaire.

Guy Carlier explique que le bichon maltais est agité, depuis quelque temps, et que la veille, malgré un traitement anti-dépresseur, il a "mordu violemment le président".
Interrogé par l'AFP sur l'anecdote qui fait florès sur internet, l'entourage de Jacques Chirac ne l'avait pas commentée mercredi en fin d'après-midi.

Écrit par : Pat Joy | mercredi, 21 janvier 2009 17:22

Le grand débarras, il y a des tas de choses dont il faut savoir se défaire. Des nouveautés prometteuses pour d'autres alors que l'on a fait soi-même le tour de leur usage ... La crise n'a pas encore instauré le tout payant. Les vides-greniers en plein développement amorce le mouvement du commerce des vieilleries. Bientôt sans doute tout et n'importe quoi se monnayera ...

Écrit par : Ag en mode secret défense | mercredi, 21 janvier 2009 18:11

Bientôt sans doute tout et n'importe quoi se monnayera ...

Ecrit par : Ag en mode secret défense | mercredi, 21 janvier 2009 18:11

Une conscience de gauche par exemple.

Écrit par : urbain | mercredi, 21 janvier 2009 19:40

Clic

Écrit par : Célébration raciste | mercredi, 21 janvier 2009 19:45

Ecrit par : urbain | mercredi, 21 janvier 2009 19:40

Gluks, Fink et Bechamelle ont initié ce commerce depuis longtemps ;-))

Ca date ...

Écrit par : Ag en mode secret défense | mercredi, 21 janvier 2009 19:45

- j'aime pas la foule, les transes collectives ne sont pas pour moi.

Ecrit par : Pamela de Barres | mercredi, 21 janvier 2009 16:51

- ça tombe bien, j'aime assez les soirées à deux.

Écrit par : (ne pas confondre) | mercredi, 21 janvier 2009 20:41

Ecrit par : Célébration raciste | mercredi, 21 janvier 2009 19:45

Oui, tout est dans le ton employé, badin, sur le mode de la connivence, du sous-entendu douteux. Pour Jean-Claude Narcy, il ne s'agit pas de rappeler les racines du blues en évoquant l'histoire de la ségrégation aux USA, il s'agit de faire un "bon mot" tendancieux, un peu comme les jeux de mots de Le Pen. Mais bon, on nous dira que "c'est un détail".
+1 à Rama Yade qui réagit immédiatement, à la seconde même où Narcy débite son ânerie, et la tempère.

Écrit par : (ne pas confondre) | mercredi, 21 janvier 2009 20:49

Ecrit par : Lord Nithorynque pressé | mercredi, 21 janvier 2009 15:40

J'allais le dire...

Écrit par : f | mercredi, 21 janvier 2009 22:22

En période de crise, les politiques sont sommés de ne pas verser dans la démagogie...

www.e24.fr/entreprises/transport/article47452.ece

Ha...

Écrit par : f | mercredi, 21 janvier 2009 22:35

Ecrit par : f | mercredi, 21 janvier 2009 22:35

Dommage que les vagues de licenciements des sociétés bénéficiaires en 2007-2008 n'aient pas été réformés (une réforme qui se fait attendre, mais ce n'est pas une priorité)

Écrit par : Super Bonus | mercredi, 21 janvier 2009 22:41

Une réforme qui se fait attendre et qui ne viendra pas (Oups, oubliée la fin de ma phrase)

Écrit par : Super Bonus | mercredi, 21 janvier 2009 22:46

je me demande bien en quoi on informe qui que ce soit et en quoi consiste l'information reposant sur la diffusion ad nauseam de la teuf d'intronisation d'obama saturée de tous les clichés imaginables déclinés sur tous les modes possibles du conformisme le plus compassé et le plus niais ...
Ils espéraient tous qu'il allait se faire flinguer en direct , et voulaient tous être aux premières loges ?

Écrit par : urbain | mercredi, 21 janvier 2009 23:16

Ecrit par : urbain | mercredi, 21 janvier 2009 23:16

Je me suis fait la même reflexion ;-))

Écrit par : Super Obama | mercredi, 21 janvier 2009 23:20

Ecrit par : Super Obama | mercredi, 21 janvier 2009 23:20

Moi itou...

Écrit par : adrien (de rien) | mercredi, 21 janvier 2009 23:29

Etrange de (feindre de) s'étonner de ça...
Nomédia filment et diffusent l'Histoire sans fin.
Il faut dire que je n'ai rien vu du tout. Raté l'Histoire, fichtre...

Écrit par : f | mercredi, 21 janvier 2009 23:47

Il faut dire que je n'ai rien vu du tout. Raté l'Histoire, fichtre...
Ecrit par : f | mercredi, 21 janvier 2009 23:47

Idem, rien vu (sauf 20 secondes de Narcy et Rama Yade tout à l'heure) ; doit-on en conclure que statistiquement, les utilisateurs d'Opera sont moins intéressés que les autres par les prestations de serment des présidents américains ? ou qu'une difficulté technique les empêche de visionner les images ? :-)

Écrit par : (ne pas confondre) | mercredi, 21 janvier 2009 23:56

Naturellement je me suis employé à fuir cette néantisation mondialisée de l'informe-ation, pourtant elle est tellement hégémonique et omniprésente qu'il me fut impossible de l'ignorer, et pour moi c'est ce constat seul qui a informé mon jugement.
Et c'est un encouragement :
le salut est dans les livre, comme nous le verrons prochainement.

Écrit par : urbain | jeudi, 22 janvier 2009 08:23

Ecrit par : (ne pas confondre) | mercredi, 21 janvier 2009 23:56

Rien vu de plus que vous (par contre beaucoup lu), mais utilisateur de Firefox.
Dois-je consulter ?
La mauvaise nouvelle du jour :
http://www.e24.fr/hightech/mediapub/article47709.ece

Écrit par : adrien (de rien) | jeudi, 22 janvier 2009 08:40

Pour aller un peu plus loin j'ajouterai que l'obateuf globale , mondialisée et virtuelle est parfaitement symptomatique de l'approche idéologique qui surdétermine le discours ( en l'occurrence la logorrhée ) multimédiatique. Il y a la une logique, un principe : celui de la commémoration :
La valeur de l'évènement , sa vérité, son éapparition" ne comptent pas car par nature l'évènement n'est pas "re-présentable" en tant que tel ( en tant qu'il a lieu ) puisqu'il a "déjà" eu lieu. Ce qui est donc "exploitable" ça n'est pas "l'évènement" c'est la commémoration de l'évènement, sa re-présentation sacralisée... sacrée puisque rendue exploitable en marchandise ( fétiche).
Comme "ces gens là" sont dans la position éristique de devoir "dire l'histoire en même temps qu'elle se fait" ( comme f le rappelle fort judicieusement ), ils doivent en quelque sorte la re-faire continuellement et "remise en forme" , mais cette forme "commémorative" n'est évidemment qu'un simulacre "packagé" dans l'emballage nécessaire à tout produit en vue de sa commercialisation.
le commémoratisme joue à tous les niveaux et de manière globale et permanente à toutes les échelles temporelles .
Nous avons assité à une de ces procédure de néantisation par la célébration, qui sont chères aux "foules sentimenatales américaines, mais nous aurions bien tort de juger cela comme une "nouveauté" importée. En France ( comme ailleurs) on voit bien ( la production de livre "de circonstance" est un des indicateurs les plus fiables ) comment se manifeste ce mode très prégnant et généralisé : pratiquement chaque mois on "célèbre" un centenaire, le cinquantième anniversaire, le dixième, le premier anniversaire de la mort, de la naissance, du début, de la fin, de quelque chose ou quelqu'un.
Les contraintes de plus en plus comminatoires engendrant l'inflation "infinie" du "marché de l'informe-ation" et de ses productions secondaires, veulent que la "forme" même de ce "rendre informe" se soit désormais "solidifiée", "régularisée", dans le mode idéal de la pensée unique : le mode commémoratif : se re-mémorer une chose qu'on ne connait pas, qu'il ne s'agit ni de connaitre ni de comprendre, mais de "célébrer" : fétiche de la marchandise, quand tu nous tient...

Écrit par : urbain | jeudi, 22 janvier 2009 08:45

Ecrit par : adrien (de rien) | jeudi, 22 janvier 2009 08:40

Pif gadget n'aura donc pas pu résister à la concurrence de l'Elysée, qui bénéficie de l'appareil de l'état pour produire et diffuser partout et multi-quotidiennement une marchandise concurrente, très médiocre mais "gratuite".

Écrit par : urbain | jeudi, 22 janvier 2009 08:58

"Aubry et Royal ont un plan pour se relancer" ....
Premiers effets tangibles de l'action protéiforme de Patrick "Relance" Devedjian ?
ou nouvel effet spéculaire ( en miroir) de la nullitude en action ...
ou les deux ?

Écrit par : urbain | jeudi, 22 janvier 2009 09:08

Ecrit par : urbain | jeudi, 22 janvier 2009 08:45

Oui, et la "nécessité" (pas nécessaire selon certains) pour Obama de refaire, de répéter sa prestation de serment pointe tout ça d'une façon admirable.
"Le président a de nouveau prononcé les mots solennels, suite à un cafouillage lors de la cérémonie public, mardi. Précaution inutile, selon certains."
Mais il n'y a pas que la commémoration du passé, faire revenir quelque chose qui nous échappe (l'éternel retour) mais aussi figer le présent-même, le réifier et l'archiver à mesure qu'il progresse. Le "produire" en somme. Ceci, sans doute, à des fins de "commerce" mais aussi afin de repousser continuellement le futur, d'échapper à l'inexorable.

Écrit par : f | jeudi, 22 janvier 2009 09:44

Ecrit par : urbain | jeudi, 22 janvier 2009 08:45

Comme tu ne regardes pas la télé, un documentaire

http://www.arte.tv/fr/2394340.html

Écrit par : nef des fous | jeudi, 22 janvier 2009 09:45

Ha non, pas Virilio...

Écrit par : f | jeudi, 22 janvier 2009 09:50

Ecrit par : f | jeudi, 22 janvier 2009 09:50

Il a exactement le même discours qu'Urbain.

Glanons et restons groupés.

Écrit par : nef des fous | jeudi, 22 janvier 2009 09:53

Ecrit par : nef des fous | jeudi, 22 janvier 2009 09:53

Je plussoie... à f :
AH NON sutout pas ce clown de Virilio !!!
Et si tu t'imagines qu'il a "exactement le même discours" c'est que n'as pas du tout compris ce que je "veux dire" ( désolé mais je dois faire "court", l'argumentaire sur cette "distinction" se trouve dans le second manifeste de badiou ( pour la philosophie ), sur quoi je tenterai un billet, prochainement ).

Écrit par : urbain | jeudi, 22 janvier 2009 09:59

Ecoles, chapelles et autres bunkers...

Écrit par : nef des fous | jeudi, 22 janvier 2009 10:01

second manifeste de badiou ( pour la philosophie ),

Je suis sûre que le second manifeste de Badiou se distingue de Virilio, en ce qui concerne ton commentaire de 8 heures 45 j'en suis moins sûre;-)))

Mais chacun est libre de glaner là où il le souhaite, je ne t'ai pas imposé un copié collé, juste un lien, tu es libre de tes clics.

Écrit par : nef des fous | jeudi, 22 janvier 2009 10:06

Quand même par courtoisie ( et pour ne pas une fois de plus m'exposer à tes foudres dépitées ) je dirai en bref que les "thèses" de Virilio sur la "vitesse" re-présentent le parfait contre-exemple de ce que j'essaie de dire et à ce titre exemplifient le "faux concept" et le "concept faux" simultanés, au sens d'une mauvaise conception fondée sur un mésusage des "opérations de la raison" (ou une impotence incapacitante à en faire bon usage).
La "vitesse" n'a absolument rien à voir avec ça, et sa conception même de la "vitese" , intrinsèquement est une manifestation de "candeur" pré-philosophique ( et pré-scientifique) accablante.
C'est une figure archétype du "faux-semblant" qui caractérise la "pensée" de nos légions de "penseurs" contemporains des médias .

Écrit par : urbain | jeudi, 22 janvier 2009 10:09

Ecrit par : nef des fous | jeudi, 22 janvier 2009 10:06

bis repetita (placent ou pas).

Écrit par : nef des fous | jeudi, 22 janvier 2009 10:13

en ce qui concerne ton commentaire de 8 heures 45 j'en suis moins sûre;-)))

Ecrit par : nef des fous | jeudi, 22 janvier 2009 10:06

Alors je vais t'éclairer : sois en sure , également.
( la "temporalité" est assurément, avec toutes ses notions dérivées, le genre de miroir aux alouettes où se sont empétrés d'innombrables "coucous" du genre de virilio ).
Il y a une "constante" (vérité") qui traverse les époques et qui n'est absolument pas contingente à la période actuelle (et son "accélération" ), et c'est évidement cela ( cette "constante vérité" de l'évènement) qui peut à proprement parler informer ( donner une forme à ) notre jugement.
Que les manifestations "phénoménales" se multiplient ( ou "s'accélèrent" ce qui mathématiquement revient au même ) n'a aucun rapport d'intelligibilité avec le "phénomène" manifesté qui est de l'ordre de l'idéologie et de la re-présentation fétichisée.
Le "complexe" ou principe "commémoratif" ( comme forme symbolique de l'occultation et du déni du "monde") ne dépend pas de la plus ou moins grande échelle temporelle, de sa fréquence ou de sa périodicité.
C'est "structurellement", symboliquement ( au sens structuraliste) que ça nous "dit" quelque chose, pas "phénoménalement" .
à +
débat à suivre si tu veux, ce soir.

Écrit par : urbain | jeudi, 22 janvier 2009 10:23

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2009/01/22/scandale-du-lait-contamine-une-peine-de-prison-a-vie-et-trois-peines-de-mort_1144946_3216.html

Dans l'affaire du lait sciemment contaminé à la mélamine, trois peines de mort ont été prononcées, dont une assortie du sursis.
Être condamné à mort avec sursis, c'est notre lot commun ;-)

Écrit par : (ne pas confondre) | jeudi, 22 janvier 2009 11:20

la "recapitalisation publique n'est pas destinée à compenser des faiblesses ou des failles. Il s'agit plutôt d'anticiper des problèmes éventuels", assure le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, qui est aussi le président de la commission bancaire.

« Il y a en effet des besoins en titres hybrides car une partie de ces actifs vient à échéance dans les mois qui viennent », explique Georges Pauget. Le montant de 40 milliards d'euros prévu par le gouvernement pour la recapitalisation du secteur correspondrait en fait pour partie à l'arrivée à échéance de ces quasi-fonds propres, ouvrant de fait de nouveaux besoins en titres hybrides (actions de préférence, etc.)."

Pauget DG Crédit agricole

"Les 320 milliards d'euros de la future caisse de refinancement française devraient notamment répondre aux besoins de remboursement de la dette des banques d'ici à la fin de l'année prochaine. Selon les statistiques de l'agence Bloomberg, les six grands groupes français ont à refinancer environ 28 milliards d'euros d'ici à fin 2008, et environ 90 milliards d'euros en 2009.

Des données qu'il faut, de surcroît, relativiser, insistent les banques. La Société Générale - qui ne confirme ni n'infirme ces chiffres (9 milliards d'euros en 2008 et 13,7 milliards en 2009) - précise par exemple avoir « achevé le renouvellement de ses lignes d'emprunt venant à échéance en 2008 ».

Chez les mutualistes, la question du périmètre est importante. Les Caisses d'Epargne ne valident pas les chiffres ni ne les démentent (3,8 milliards d'euros en 2008 et 21,1 milliards en 2009 pour le groupe) mais indiquent que pour la Caisse Nationale (CNCE), ses échéances sont de 2,2 milliards d'euros et de 8,5 milliards en 2009. Le Groupe Banque Populaire, dont les montants de dette à rembourser sont faibles (76 millions d'euros et 532 millions en 2008 et 2009) précise que « les échéances sont encore moins élevées ». De même pour le Crédit Immobilier de France : 400 millions d'euros en 2008 et 3,2 milliards en 2009, confortés par 6 milliards d'euros de réserves de liquidités. Le Groupe Crédit Agricole, lui, ne confirme ni n'invalide les chiffres de Bloomberg (4,8 milliards en 2008 et 28,9 milliards en 2009 pour Crédit Agricole SA), de même que le Groupe Crédit Mutuel (4,2 milliards d'euros en 2008 et 6 milliards en 2009).
Sécurités multiples

« Le montant émis sera certainement inférieur aux 320 milliards d'euros au total », estime ainsi un directeur financier d'une banque française. De plus, les sécurités sont multiples. La masse d'actifs éligibles à la structure (crédits immobiliers garantis par une hypothèque de premier rang, cautionnés, prêts aux collectivités, aux entreprises au moins cotés 4 et prêts à la consommation d'emprunteurs français), dépasse également largement ce montant. Selon certaines estimations, elle s'élèverait à 1.500 à 2.000 milliards. Mais si cette base - qui doit assurer aux banquiers français un coût de refinancement « très sensiblement inférieur » au prix des autres programmes européens - n'est pas suffisamment prise en considération dans les négociations du coût de la garantie et « si moins de 10 milliards sont ainsi émis d'ici à la fin de l'année, ce sera un échec », juge un responsable financier.

Hier, les prix de couverture des investisseurs contre le défaut de remboursement des banques de leur dette obligataire (CDS), qui est un indicateur du coût de refinancement potentiel des banques, se relâchait légèrement. Après des niveaux autour de 100 points de base, le CDS de BNP Paribas évoluait entre 50 et 60 points de base, celui du Crédit Agricole entre 60 et 70 points de base, celui de la Société Générale entre 75 et 85 points de base."





Combien de milliards nécessaires aux banques pour leurs échéances qui vont arriver à terme en 2009 et 2010 ?

Visiblement Gordon Brown continue de se poser la question.
La gardienne elle implore la "transparence".

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2008/01/22/01011-20080122FILWWW00303-lagardetransparence-pour-les-banques.php

Écrit par : nef des fous | jeudi, 22 janvier 2009 12:50

Ecrit par : (ne pas confondre) | jeudi, 22 janvier 2009 11:20

Oui c'est un judicieux rappel d'un authentique "évènement", à rapprocher dans ses "traces" et ses conséquences de celui des "huiles frelatées" espagnoles, de "l'enquête" officielle qui s'en est suivi jadis, et des résultats de la dite enquête ( un ouvrage essentiel a été publié sur ce sujet par l'encyclopédie des nuisances).

Écrit par : urbain | jeudi, 22 janvier 2009 13:03

Ecrit par : urbain | jeudi, 22 janvier 2009 10:23

Comme je nage dans le Teilhard de Chardin jusqu'au cou, je m'abstiendrai...;-)))

Écrit par : nef des fous | jeudi, 22 janvier 2009 15:43

Intéressant billet de Zgur avec une interview récente de Noam Chomsky

http://zgur.20minutes-blogs.fr/archive/2009/01/21/mista-president.html

Écrit par : Et moi ? | jeudi, 22 janvier 2009 15:55

On en est pas encore à la reconnaissance par MAM de sa mythomanie mais on approche

http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/01/22/tarnac-un-temoin-a-charge-serait-un-mythomane_1145316_3224.html

Écrit par : nef des fous | jeudi, 22 janvier 2009 16:40

Ecrit par : nef des fous | jeudi, 22 janvier 2009 15:43

Teilhard de Chardin , fichtre ! C'est plutôt du domaine de compétence d'odm ça ...
( je présume cependant que ça n'est pas sans rapport avec ton labeur quotidien ...)

Écrit par : urbain | jeudi, 22 janvier 2009 19:19

Je pense que MAM devrait présenter ses excuses, sa démission et faire libérer Julien Coupat sur le champ. Apparemment les actes de sabotage ont été revendiques par des écolos boches.

Écrit par : Pat Joy | jeudi, 22 janvier 2009 19:52

" D'accord pour le portefeuille, mais pour le billet de banque ou le sommier ...je te confesse être totalement dubitatif quant au fait que j'amènerai l'objet rue des morillons ( pourtant juste à coté de chez moi )." urbain 21 janvier 10:10

Bien mal acquis ne profite jamais...qu'aux autres. Et ça ça m'énerve !


"le salut est dans les livre, comme nous le verrons prochainement." urbain 22 janvier 08:23

Non, le salut est dans la bicyclette !

Écrit par : patrice | jeudi, 22 janvier 2009 19:54

"Non, le salut est dans la bicyclette !" patrice 22 janvier 19:54

Bien que...je vienne de me souvenir à cet instant que la seule fois ou j'ai perdu mon portefeuille avec un peu plus que quelques sous dedans...ben, c'était lors d'une petite course faite à vélo...

Écrit par : patrice | jeudi, 22 janvier 2009 19:59

et le concept très intéressant de "noosphère", ce que j'appelle à ma façon l'unité perdue de l'univers et celle d'osiris....

Écrit par : frère odm | jeudi, 22 janvier 2009 20:10

Le zéro et l'infini, Arthur Koestler
« Roubachof marchait dans sa cellule. Autrefois, il se serait pudiquement privé de cette
espèce de rêverie puérile. Maintenant, il n'en avait pas honte. Dans la mort, le
métaphysique devenait réel. Il s'arrêta près de la fenêtre et posa son front contre le
carreau. Par-dessus la tourelle, on voyait une tache bleue. D'un bleu pâle qui lui
rappelait un certain bleu qu'il avait vu au-dessus de sa tête, une fois que, tout enfant, il
était étendu sur l'herbe dans le parc de son père, à regarder les branches de peuplier qui
se balançaient lentement contre le ciel. Apparemment, même un coin de ciel bleu suffisait
à provoquer "le sentiment océanique" (…). Les plus grands et les plus posés des
psychologues modernes avaient reconnu comme un fait l'existence de cet état et l'avaient
appelé "sentiment océanique". et en vérité, la personnalité s'y dissolvait comme un grain
de sel dans la mer; mais au même moment, l'infini de la mer semblait être contenu dans
le grain de sable. Le grain ne se localisait plus ni dans le temps ni dans l'espace. C'était
un état dans lequel la pensée perdait toute direction et se mettait à tourner en rond,
comme l'aiguille de la boussole au pôle magnétique; et en fin de compte, elle se détachait
de son axe et voyageait librement à travers l'espace, comme un faisceau de lumière dans
la nuit; et il semblait alors que toutes les pensées et toutes les sensations, et jusqu'à la
douleur et jusqu'à la joie, n'étaient plus que des raies spectrales du même rayon de
lumière, décomposé au prisme de la conscience. »

Écrit par : frère odm | jeudi, 22 janvier 2009 20:19

Non, le salut est dans la bicyclette !

Ecrit par : patrice | jeudi, 22 janvier 2009 19:54

L'un n'empêche pas l'autre, je le démontre chaque jour en venant à la librairie en vélo ( mon seul véhicule depuis près de 15 ans ...).

Écrit par : urbain | jeudi, 22 janvier 2009 20:39

Ecrit par : frère odm | jeudi, 22 janvier 2009 20:19

Sur que ça va intéresser nef si elle est plongée dans teilhard , mais ça n'a aucun rapport avec la philosophie et/ou la politique ( comme teilhard d'ailleurs ), ni même une anthropologie quelconque.
Dans le genre, et pour aller "jusqu'au bout" de ce type de "pensée" mandarom est bien aussi ( et la dianétique , le training autogène, etc ...) .

Écrit par : urbain | jeudi, 22 janvier 2009 20:44

complément du précédent : je te préconise quand même , en tête de liste, le côte du rhone .

Écrit par : urbain | jeudi, 22 janvier 2009 20:45

«Pour sortir de la crise il faut moins de moustache»

www.lefigaro.fr/international/2009/01/22/01003-20090122ARTFIG00659-aznar-pour-sortir-de-la-crise-il-faut-plus-de-liberalisme-.php

Écrit par : Moustache | jeudi, 22 janvier 2009 21:22

Ecrit par : Moustache | jeudi, 22 janvier 2009 21:22

Pour sortir de la crise il faut (un peu ) moins de moustache et plus de barbe :
www.republique-des-lettres.fr/10543-karl-marx.php

Écrit par : urbain | jeudi, 22 janvier 2009 21:31

Pas perdu mon temps d'écoute radiophonique.

Charles de Courson (nouveau centre) sur France-Info, tentant de justifier les résultats 2008 des grandes banques au regard des 10.5 milliards (et plus à venir) alloués au banque... En gros :
-Heu, il faut bien que les banques versent des dividendes et heu..
-Oui, mais, il y a comme une contradiction qui...
-Heu, c'est à dire que, taux variables, bla bla, 50%, bla bla, super bonus, bla bla.

(Un peu plus consistant ; Les Ecôts :
www.lesechos.fr/info/analyses/4821621-les-dividendes-du-cupiditisme.htm )

Puis, cerise sur le gâteau, RTL (hum...)
www.rtl.fr/fiche/3142254/on-refait-le-monde-du-22-janvier-2009.html
Misérable programme droitier oint de la pire bêtise, avec effet de meute et surenchère de café du commerce.

......

Ecrit par : Pat Joy | jeudi, 22 janvier 2009 19:52

J'opine (de ...)

Écrit par : f | jeudi, 22 janvier 2009 22:01

Ecrit par : Pat Joy | jeudi, 22 janvier 2009 19:52

J'opine (de ...)

Ecrit par : f | jeudi, 22 janvier 2009 22:01

Si l'info est avérée ( et eu égard à la source joyeuse j'ai de gros doutes ) on serait fondé à exiger qu'elle fasse "amende honorable" sur le mode "classique" de la grande tradition pénale moyenâgeuse :
"exécutée dans un lieu public, après affichage de la condamnation, en présence du juge, d'un prêtre, des personnes lésées. Ce lieu était souvent le portail de l'église la plus proche du lieu du délit ou du crime. Le condamné était en chemise et pied nu, portant dans chaque main un cierge, et il se mettait à genoux pour dire la formule d'amende honorable qui était précisée dans le jugement. Lorsqu'il était condamné à mort, il portait aussi la corde au cou."

Écrit par : urbain | jeudi, 22 janvier 2009 22:23

Je n'en sais pas plus, étant resté au bizarroïde témoin mythomane...

www.liberation.fr/societe/0101313952-tarnac-le-temoin-contre-coupat-serait-un-mythomane

Juste la joie d'opiner sur Pat...

Écrit par : f | jeudi, 22 janvier 2009 22:29

En tout cas, le moins qu'on puisse dire c'est que dossier à charge est plutôt "mince" ... hormis la pièce à conviction (épuisée) qui figurait depuis des mois sur mes tables (et désormais mise en ligne sur le site de "la fabrique" son éditeur) il semblerait qu'il n'y ait absolument rien.
C'est sans doute la conception de la justice que peut inspirer une "conscience de gauche" comme celle dont est pourvu bouffon :
www.marianne2.fr/photo/890309-1051786.jpg?v=1232105913

Écrit par : urbain | jeudi, 22 janvier 2009 22:41

Voilà quelques précisions et la piste allemande :

http://novovision.fr/?Tarnac-retour-sur-le-fiasco-d-une

Écrit par : f | jeudi, 22 janvier 2009 22:45

"Le rapport de la SDAT est à ce sujet tout à fait édifiant d’une sorte de « glissement », purement intellectuel, dans le raisonnement policier, qui ne repose sur aucun élément concret et matériel, mais uniquement sur des rapprochements et des spéculations... liées à un livre."

Quand je vous disais que l'avenir est dans les livres ... simplement faut une préparation pour les comprendre (les livres).
à première vue ils ont du demander à un groupe d'experts composé d'Onfraye, Askoloviche, Béchamelle , Ferry, Con de Sponville, Joffre hein, Rattali et Guano de lire les livres pour eux ...

Écrit par : urbain | jeudi, 22 janvier 2009 22:57

Le livre est une arme de combat.
C'est la seule qui soit autonome, partageable, incontrôlable, ne nécessitant ni énergie ni comburant (hormis le lecteur) ni dispositif, ni wifi, ni antenne, ni électricité, ni recharge, ni réseau, ni commerce (dans sa circulation).

Écrit par : f | jeudi, 22 janvier 2009 23:07

Là j'ai trouvé un siège, ce soir juste en rentrant chez moi, et juste devant chez moi.

Je l'ai pas encore examiné mais admettons, sans vouloir aller jusqu'à décrocher la lune,que ce soit un siège de...mettons...
























député.

Député, c'est bien non ?

J'en fais quoi ?

Du siège ?


Autre hypothèse : c'est le siège de Gaza; par exemple.

Je le ramène à qui ?

A l'ONU ? A Hillary ? A Livni ?

Je m'asseois dessus ? Ou pas ?

Écrit par : patrice | jeudi, 22 janvier 2009 23:09

Jean-Pierre Dubois, Président de la Ligue des droits de l'Homme, nous parle de la "conscience de gôche" de l'autre :

www.rue89.com/2009/01/22/droits-de-lhomme-un-recul-generalise-en-france

(Terra Nova, j'avais oublié ce truc...)

Écrit par : f | jeudi, 22 janvier 2009 23:19

L'Appel des appels : un appel d'air.

http://www.appeldesappels.org/

Écrit par : patrice | jeudi, 22 janvier 2009 23:25

Feuilletant, chez mon dealer, un ancien numéro de Valeurs Actuelles, suis tombé sur l'édito de François d'Orcival (encore un de l'extrême-droite qui considère l'époque actuelle comme une douce revanche). Retrouvé cet édito sur un site que je ne connaissais pas (comment peut-on vivre sans connaître ça ?).
Le voici, c'est tordant :

www.emediat.fr/general/sans-hesitation_1371.html

Tarnac, c'est un peu tout ça + la police.

Écrit par : f | jeudi, 22 janvier 2009 23:32

"Sud Rail propose des grèves de la gratuité"

www.liberation.fr/economie/0101313967-sud-rail-propose-des-greves-de-la-gratuite-indolore-pour-les-usagers

On pourra se référer à cette tribune un peu plus ancienne :

www.liberation.fr/tribune/0101112510-vive-la-greve-par-gratuite

Et à l'arrêt de la CEDH :

http://franz.vasseur.googlepages.com/cedh

Écrit par : f | vendredi, 23 janvier 2009 00:00

Merci Mister Didon.

Je reviens commenter plus tard.

Excellent lien envoyé par Alexou

http://fr.news.yahoo.com/3/20090120/tpl-defense-sarkozy-synthese-cfb2994.html

Écrit par : Sacrifiez le ... | vendredi, 23 janvier 2009 11:10

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu