Avertir le modérateur

vendredi, 31 octobre 2008

REVOLUTION – REALITY CHAUD

topor---la-grosse-tete-1970.jpg

 

 

Les banques, l’argent, les finances,

Le libéralisme, le capitalisme …

 

 

BOUM …

 

Pas d’argent pour les pauvres,

Pas de logement pour les SDF,

Pas de pitié pour les étrangers expulsés,

 

BOUM

 

Avec leur fortune, ils auraient dû acheter du bon sens.

Réduire voire faire disparaître le porte-monnaie du peuple.

Laisser  l’argent à une poignée de riches …

Ce n’est  pas suffisant pour produire de  la richesse.

 

BOUM …

 

Roland_Topor_Hand_Zonder_titel_1976.jpg

 

Les têtes sur les piques,

C’est plus d’époque …

 

La révolution est en train de se dérouler sous nos yeux.

Grâce à eux…

Malgré eux …

 

Ils savent que c’est plié

Mais ne lâcheront pas le pouvoir.

 

Ils ne nous restent qu’à desserrer leurs mains,

Comme la main d’un mort cramponné à son drap.

 

La révolution est en marche.

Pas celle redoutée par eux.

 

La leur, ils en sont les artisans.

Ils n’ont pas d’autre choix

Que de faire autrement.

 

BOUM

 

La révolution adaptée

A leur soif immodérée, illimitée

Pas le sens des réalités

La vie virtuelle.

 

Leur système leur a explosé en pleine « gueule ».

 

BOUM !!!!!

 

Les cons …

 

HS175-0_1.jpg

 

Agathe

mercredi, 29 octobre 2008

USA : huit jours à haut risque pour Barack Obama..

Pourquoi se mentir ?

Barack Obama est somme toute, une sorte de Bill Clinton, aussi transparent que l’original, aussi dépourvu d’imagination, aussi creux… Tout le monde en Occident le donne archi favori car la sympathie qu’on éprouve à son endroit n’est pas seulement due à son physique de jeune premier mais surtout au fait qu’il appartienne à une minorité ethnique de son Pays…

cainlang.jpgQue ne dirait on à propos de son programme politique s’il s’était avéré que Mr Obama ait été un WASP (White Anglo Saxon Protestant) ? Que ses idées sont nébuleuses, que sa plate-forme politique est vague et qu’il n’apporte aucune solution aux problèmes essentiels des USA…

Personnellement et comme beaucoup d’entre vous, j’éprouve évidemment infiniment plus de sympathie envers le leader démocrate mais il faut bien avouer qu’il ne s’agit là, que de l’adhésion à une image et nullement une conversion à son programme. Je pense néanmoins qu’il sera défait.

Depuis 1980 , date de l’élection de Ronald Reagan sur laquelle nous reviendrons, les démocrates n’ont gouverné que 8 ans sur 28, et encore par un Bill Clinton largement surestimé sur le plan intérieur, qui a, rappelons le, considérablement libéralisé les marchés financiers, ce qui nous a amené à la catastrophe actuelle ; autant dire que les différences entre le Parti de l’âne et celui de l’éléphant sont infimes en comparaison de l’échiquier politique français.

Une grande majorité de l’univers médiatique américain a pris fait et cause pour Barack Obama et tout semble aller vers une victoire sans encombre du leader démocrate… Et pourtant, il est des intérêts puissants pour faire capoter cette hypothèse… On peut en distinguer au moins 3 : :

- le racisme ambiant de l’Amérique profonde

- les Républicains aux manettes de l’État

- et surtout l’attitude de certains pays musulmans ou de factions, qui, à l'occasion de violents troubles ou d'attentats peuvent faire basculer les résultats.

mc cain.jpgRappelez vous l’affaire des otages en Iran en 1980. Alors que le Jimmy Carter, un des meilleurs présidents démocrates américains de l’après guerre était en passe de l’emporter, le gouvernement iranien avait fait basculer l’élection en faveur de Ronald Reagan contre tous les pronostics, entraînant, on s’en aperçoit aujourd’hui, des conséquences gigantesques (20 ans de pouvoir républicain, la prédominance des néos cons et la prise de pouvoir par le lobby militaro industriel) dans le cours de l’histoire du monde…

Il ne faut jamais assez se méfier des soit disant nouveautés. Autrefois, la venue au pouvoir de Golda Meir en Israël, faisait dire à certains exégètes que les femmes allaient modifier les habitudes politiques et diplomatiques des États, il n’en n’a rien été, puis sont venues, entre autres, la sinistre Margaret Thatcher et la corrompue Benazir Bhutto. En réalité, contrairement à ce que versifiait Jean Ferrat dans sa chanson, les femmes, dont il prétendait qu ‘elles étaient l’avenir de l’homme, ne se sont pas davantage montrées humaines dans la conduite de leurs Pays.

N’en attendons pas plus de Barack Obama, dont chacun souhaite évidemment la victoire mais sur lequel, on n'a strictement aucune illusion à avoir.

Barack ou John ? Qu'importe le flacon pourvu qu'on aie l'ivresse illusoire de la nouveauté car l'un comme l'autre, seront de toutes façons, mis sous tutelle des lobbies, des intérêts militaro industriels, des puissances privées, des pétroliers qui ne renonceront jamais. Ces dirigeants étant formatés pour se mettre au service d'une idéologie économique et d'un nationalisme impérial, l'Europe et les pays du monde n'ont rien à attendre de ce non-évènement que sera l'élection présidentielle américaine du 4 novembre prochain.

Sur ce constat de désespoir, good luck, les amis !

cui cui, la buse désabusée

 

lundi, 27 octobre 2008

L'ACTUALITE DES NRV

 

L'actualité des NRV

Les "unes" auxquelles vous avez échappé :

 

LA CRISE est là !


Gilbert Montagné a décidé de changer de look

dskk.jpg"Avec la crise,
les paillettes ne sont plus de mise"
a-t-il expliqué
( en versifiant librement comme il a coutume de le faire )
aux journalistes de la page culture du bulletin de liaison des officiers de police judiciaire
( qui comme chacun sait l'ont pris pour mascotte , en rapport avec la nouvelle orientation donnée à la justice française)
qui venaient s'inquiéter du tour austère et de la nouvelle discrétion affichés par le sympathique artiste.

 

 

Madame Barroso se laisse pousser la barbebarrososo.jpg

"Jusqu'à ce que mon époux soit parvenu à nous sortir de cette merluche"

aurait-elle fait savoir à la grosse commission de Bruxelles.
Une décision personnelle que son époux n'a pas plus souhaité commenter que le chef de service de ce dernier, qui cependant, fraichement et provisoirement désigné à ce poste, aurait fait part en privé de quelques réserves voire de franches réticences.

 

 

 

flicic.jpgMalaise

dans la

police :

les agents manifestent en jetant leurs nouvelles matraques ( toutes neuves)
en signe de protestation contre les odieuses attaques portées contre leur nouveau jouet favori : le taseur
"la matraque sex toy c'était assez marrant et pratique pour les interrogatoires et la garde à vue, mais dans ce contexte de crise, avec le taseur, on se sentait plus en sécurité"
a déclaré un dirigeant syndical qui a préféré garder l'anonymat, tout en souhaitant témoigner de la perte de confiance qui atteint désormais toutes les couches de la population .

 

Urbain

samedi, 25 octobre 2008

Baise-Taser

imagereal.gif

Re-montage des faits relatés dans le billet précédent par Agathe, et librement inspiré de :

www.liberation.fr/societe/0101164392-des-policiers-bientot-armes-de-cameras

Ecrit par : f | jeudi, 23 octobre 2008 21:58

-----

La scène héroïque suivante a été filmée par un citoyen ordinaire, membre assermenté d'un organisme agréé par la municipalité.

Il arrive que les services de sécurité publique aient recours à des méthodes efficaces pour appréhender des éléments dangereux pour la société.

Ainsi, à un croisement de rues, cette voiture banale grillant un feu rouge à vive allure pour intercepter un voleur de scooters, de nationalité étrangère.

Au péril de sa vie le chauffeur prend le risque de percuter le fuyard.

Le bandit est projeté en l'air sur dix mètres, détoriorant ainsi le véhicule - propriété publique : l'impact de son corps dessine immédiatement une toile d'araignée sur le pare-brise. L'homme tombe au sol : il est enfin immobilisé.

La voiture a freiné sèchement, afin de s'assurer que le suspect ne se relève et prenne à nouveau la fuite en courant.

Le passager de la voiture, qui supervisait l'opération, en descend. Le voleur, évidemment hors de danger, s'est relevé. Mais, il est possiblement armé.

"ça va... vous n'avez rien...". (Le ton est important, traduisons : "ouf, vous n'avez rien !!!")

A quelques mètres du lieu de l'arrestation, une hystérique s'écrie : "Non mais attendez ! je rêve ! ne vous excusez pas ! vous ne lui demandez même pas s'il est blessé !".

Le passager de l'automobile regarde son assistante qui conduisait le véhicule, et lui demande : "Voulez-vous sortir la trousse à pharmacie dans la boîte à gants ?".

Très vite, l'assistante pour s'exécuter, change de siège, mais après avoir longtemps farfouillé, ne trouve pas l'équipement qui lui est demandé. Quant au superviseur, par souci d'efficacité (pour gagner du temps et ne pas gêner la circulation), il range la voiture un peu plus loin sur le côté.

Une bande d'agitateurs, échappée d'une manifestation gauchiste pour les sans-papiers, s'incruste et vocifère à l'endroit de l'agent compétent, qui contrôlant la situation (il garde son sang-froid) ne se laisse pas déborder par les gêneurs.

Les pompiers, qui assistaient l'opération, soignent la victime sur place dans leur camion, et prennent la peine d'écouter les quelques protestations des passants comme toujours mal-informés.

Dans la voiture, l'assistante fatiguée par une journée exténuante, se repose.

Le superviseur et les pompiers se félicitent du succès de l'opération, qui a gagné la sympathie de la foule.

Comme les équipes de la municipalité sont soudées, une voiture de gendarmerie les rejoint.

Un homme en treillis en descend. Il s'approche de la voiture, la conductrice est descendue. Il la félicite, en lui serrant la main :

- Vous avez arrêté un danger public. Bravo.

L'officier militaire va saluer son collègue-superviseur.

Le commissaire du district, à la mise impeccable (en costume sombre et chemise blanche) est en pleine discussion sur l'accident avec la conductrice.

Il s'enquiert également du dangereux individu, qui s'est relevé et qui a peut-être un ou une complice parmi la foule.

Effectivement : une jeune femme connue des services de police pour ses antécédants rebelles.

Le commissaire monte le ton pour calmer les chahuteurs. Et, pour détendre l'atmosphère, un agent, fier de son bon mot, lance : "Eh, Taser, elle bat le beurre ?".

Un agent consciencieux a scrupuleusement tout noté sur un bloc.

Mission accomplie : la ville est entre des bonnes mains...

 
 
 

par Albin Didon.

vendredi, 24 octobre 2008

PRECAUTIONS UTILES AVANT LA BAISE

IMG_4789.JPG

J'introduis la baise qui suit de précautions...

Je déteste les amalgames, les généralités, les stigmatisations.

Donc ici il n'en sera pas question.

Il y a un "mais".

Dans la vie de tous les jours, nous pouvons être confrontés à ces humains là. Ils existent en vrai.

Dans ces mêmes corporations, nous savons certains incapables de ce type de comportements.

Je ne montre pas du doigt une profession, je crie mon dégoût contre des attitudes intolérables.

La scène à laquelle j'ai assisté aurait pu finir par un décès, une paralysie, une vie escamotée.

Heureusement, la victime s'en est tirée avec quelques blessures superficielles.

Avant de raconter cette scène ordinaire, j'ai une pensée pour les victimes de Montfermeil.

Me voilà dans la rue, hébétée, je reviens de la morgue. J'ai perdu un être cher. Entre chagrin et sentiment d'injustice.

Un croisement de rues, une voiture banale grille un feu rouge à vive allure.

Elle embarque un scooter qui passait au feu vert.

Le type est projeté en l'air sur dix mètres, rebondit sur le pare-brise. L'impact de son corps dessine immédiatement une toile d'araignée. L'homme retombe lourdement au sol.

La voiture a freiné brutalement.

Le passager de la voiture en descend. Le conducteur du scooter s'était relevé, il est blême.

"Ca va !  vous n'avez rien !". (Le ton est important, je traduis : "pas la peine de t'énerver")

Je crie : "Non mais attendez, je rêve, ne vous excusez pas, vous ne lui demandez même pas s'il est blessé".

Le passager du bolide se reprend et dit "Allez-vous asseoir".

Très vite, la conductrice dangereuse descend et s'engouffre côté passager, lui (l'ex passager) prend le volant et gare la voiture un peu plus loin sur le côté.

D'autres personnes sur place et moi-même (ma voix porte) lui lançons que nous savons qu'il n'était pas au volant. Il sort, me jette un regard agacé, je me porte témoin du conducteur du deux roues. Nous faisons remarquer à l'automobiliste faucheur le défaut de triangle pour prévenir les autres de l'endroit où le scooter est couché. (obligatoire depuis le 1er octobre (sic).)

Les pompiers écoutent quelques explications sommaires et soignent la victime sur place dans leur camion.

La femme (culbuteuse) n'est pas sortie de la voiture pour s'enquérir de quoique ce soit, je la pense prostrée. Le passager quant à lui explique aux pompiers les circonstances de l'accident.

Une voiture de gendarmerie arrive sur les lieux. Je suis interloquée (pas habituée à les voir intervenir en plein Paris).

Un homme en treillis en descend. Il s'approche de la voiture, la conductrice est descendue. Il lui serre la main et discute avec elle.

Jusque là, personne, ni l'homme au treillis, ni la femme (qui restera définitivement à côté de la voiture ou dedans) ne sont allés voir la victime.

Le treillis-man ira tout de même saluer son collégue (le passager).

J'avais raté l'essentiel.

Un type en costume sombre et chemise blanche (le super mega responsable des gendarmes) en pleine discussion sur l'accident avec la conductrice.

Il demande à parler à la victime ...

Le blessé vient vers moi et demande mon témoignage car un policier est arrivé sur place. Le costumé (Hyper boss des gendarmes) est énervé de voir que j'interviens comme témoin. Il est arrogant.

Le ton monte, nous lui rappelons que la victime a eu de la chance. Que nous attendons l'exemplarité, qu'il n'ont pas de triangle (et toc) ... Que si un enfant avait traversé à ce moment ... Le gendarme en costard (à hautes responsabilités) n'a aucun argument et s'énerve en disant "c'est mon numéro deux, nous avons des responsabilités, vous ne savez pas ce que c'est ...." - Je continue "Et que sa "deuxième" n'a pas daigné sortir pour s'excuser ou simplement demander au voltigeur s'il allait bien". Le policier le sort de son marasme, en menaçant de faire circuler tout le monde. Une voix insolente s'élève du groupe des témoins : "Taisez-vous, ne contrariez pas les forces de l'ordre, c'est de l'interne, ils vont s'arranger entre eux, si vous continuez vous allez vous prendre un coup de Taser".

L'agent de police a noté sur un bloc ordinaire.

J'ai eu comme l'impression de faire partie d'une mise en scène (un navet of course).

J'ai donné mes coordonnées au blessé.

J'espère qu'il va m'appeler ...

Pour la compréhension du dialogue : *Je dis nous, parfois, car j'étais accompagnée d'un membre de ma famille et que les propos étaient les nôtres ....

La loi, la tolérance zéro ...

 

scooter_mercurius_3.jpg

Agathe

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu