Avertir le modérateur

samedi, 30 août 2008

LE POLAR DU PAUVRE


563680181.JPG


Message à l'attention des lecteurs, ce billet est une fiction. Les âmes sensibles peuvent être rapidement écoeurées. Les scènes jugées violentes sont atrocement sincères.



J'avais décidé d'abattre un des grands patrons du discount, super discount, super mega discount. Les prix ? Calculé au plus juste, rafler la minable mise.

Les produits ?

De la sous-merde pour empoisonner "de bon coeur". Après tout, l'idée était belle. "Permettre aux pauvres d'avoir l'illusion de se nourrir".
C'est une des des idées les plus pourries et les plus révoltantes de notre siècle.

La part de marché des pauvres.

Nous étions une organisation ""désorganisée". Pas de chefs, chaque membre décidait de ses actions, de sa cible.
La seule contrepartie exigée était d'informer sur la personne visée pour éviter le gaspillage de munitions.

Repérage des issues de l'hôtel Lutetia, une cohorte d'individus guettaient la sortie des poubelles. Les rues étaient envahies d'errants, de corps emmitouflés couchés à même le pavé. Des enfants sales analysaient des déchets.

Mon arme était chargée, à portée de main dans mon sac vide. J'avais exhumé une tenue élégante de mon ancienne vie. Je faisais encore illusion.

L'assistante du boss au ton sirupeux n'avait pas douté du sérieux de ma proposition, j'avais proposé l'affaire du siècle, des tonnes de boîtes de conserves quelques heures avant l'avarie.

Le rendez-vous m'avait été confirmé dans l'heure. Je me rendais dans les salons de cet hôtel pour un petit déjeuner. Beethoven était avachi dans un fauteuil moelleux. Sa coupe de cheveux était semblable à celle du dernier porte-parole du gouvernement victime de l'organisation.

J'ai fait mine de sortir mes papiers de mon cartable, j'ai tiré à bout portant une vingtaine de chamallows bas de gamme, comme toutes les victimes, il a ouvert la bouche sous l'effet de la surprise et a commencé à étouffer ....


Puis mon arme s'est enrayée, saleté de quincaillerie achetée dans un discount .....

 

... BIG NICE PRICE.

 

1988077593.gif

 

Agathe

jeudi, 28 août 2008

Les 17 raisons de ne pas s’inquiéter des conséquences du conflit russo georgien :

  1. 1 -La Russie, à travers le conflit contre la Géorgie, a davantage voulu montrer sa force que détruire l’ennemi comme elle aurait pu le faire sans problème.

     

    2 -L'erreur commise par l'Otan de vouloir encercler la Russie d'une manière inadmissible pour ce pays (que diraient les USA s'ils étaient encerclés par Cuba, le Canada et le Mexique occupés par des alliés russes ?) a enfin été reconnu par la plupart des occidentaux. Il était temps. L'encerclement économique est acceptable, pas l'encerclement militaire.

     

    3 -Les états comme la Pologne et la République Tchèque, va-t-en guerre contre la grande sœur slave ont enfin compris (du moins peut on l'espérer ?) jusqu’où il ne fallait pas aller trop loin.

     

    4 - L’Ukraine, état douteux à demi soutenue par les USA mais prête à être lâchée par ces mêmes USA en cas d’invasion a compris qu’il valait mieux faire profil bas.

     

    5 - L’Europe vient enfin de s’apercevoir qu ‘elle était un nain militaire, peu crédible diplomatiquement et que la puissance financière sans force militaire n’était que terre sans engrais.

     

    6 -La Russie a compris que le pétrole et le gaz faisaient danser à la corde les Européens et que ces derniers ne peuvent se passer d’eux au niveau énergétique.

     

    7 - Les USA ont compris qu’ils ne pouvaient pas ouvrir un nombre incalculable de fronts à la fois sous peine d’asphyxie financière et militaire.

    8 -L’Europe a compris un peu tard qu’on pourrait éventuellement étendre  accords de coopération avec le grand marché européen aux états de l’ex URSS mais surtout pas l’OTAN.

     

    9 -Les USA ont compris que dans leur lutte contre l’Iran que la Russie est un pion incontournable.

     

    10 -Les USA et l’OTAN ont compris que dans leurs luttes contre les Talibans d’Afghanistan, le ralliement de la Russie ou au moins sa neutralité sont essentiels.

     

    11 -La Russie qui se méfie toujours autant des Chinois veut éviter tout problème avec la Mongolie et souhaite s'ancrer à l'ouest, principal débouché pour son économie. Rappelons qu'une grande partie de la Russie est européenne.

     

    12 -La Russie veut donner une leçon aux Occidentaux avec l’Ossétie du sud et l’Abkhazie en réplique à la proclamation d'indépendance du Kosovo et à sa reconnaissance par les puissances de l'ouest contre la volonté de Moscou.

     

    13 -Les Polonais enfin libres depuis peu, jouent avec le feu en acceptant sur leur sol des missiles anti-missiles soit-disant pour contrer les fusées iraniennes (la France accepterait elle la mise en batterie de missiles anti-missiles russes en Corse pour  défendre le sol français ?) Ils devraient enfin comprendre qu’ils risquent gros sur ce coup là. En tout cas, une chose est certaine : l’Occident n’a ni les moyens, ni la volonté de mourir pour Varsovie, surtout si la Pologne cherche des poux à son voisin. Même chose pour la Géorgie. Qui est prêt à mourir pour Tbilissi ? Soyons lucides !

     

    14 -Les apprentis sorciers néos cons de l’Otan ont enfin compris leurs limites et c’est plutôt heureux de s’en sortir à si bon compte à force de provocations dans des états si instables. Jouer aux apprentis sorciers aurait pu déboucher sur des conflits bien plus dangereux. Cette fois ci, les provocateurs ont été les occidentaux.

     

    15 -Les Russes avec le Président français en tant qu’interlocuteur européen ont de la chance : ils tombent sur quelqu'un qui est obligé de faire le grand écart pour représenter les 27 membres de l'UE aux intérêts si différents et qui, au fond, est plutôt proche de leurs thèses malgré ses inévitables rodomontades.

     

    16 -L’Occident peut jouer avec de petits pays comme l’Afghanistan et l’Irak mais à voir ses succès militaires sur le terrain, on n’ose imaginer les résultats d'une passe d’arme avec la Russie dans son domaine d’influence…

     

    17 -Enfin ultime et dernière raison de se réjouir : BHL et Glucksman, les éternels loosers, nos croisés des causes perdues prennent faits et causes pour un dictateur au moins aussi peu défendable que tous ceux qu’ils pourfendaient autrefois. Ils deviennent des pantins pathétiques et dérisoires qui ne doivent le fait d’exister qu’à un mouvement perpétuel médiatique créés de toutes pièces pour leur faire plaisir car ils ne représentent plus grand chose dans la France d'aujourd'hui....

Ceci dit sans partialité d'aucune sorte. Simplement une analyse sans prétention des facteurs qui font que l'affolement dont certains médias nous gratifient n'est que tintinnabules de cloches au fond de l'océan.

Les médias adorent se et nous faire peur. Pour leur faire plaisir faisons comme si... Mais tentons de décrypter ce monde si complexe et subtil sans mentors ni traducteurs idéologiques, qui corrompent nos perceptions avec leurs prismes déformants.

Les analyses de géopolitique ne se font pas sous le coup des émotions, de la haine, de l'idéologie ou de l'esprit partisan, mais sous une logique froide qui tient essentiellement des particularités de l'Histoire et de certains rapports de force et de minorités...

À plus tard.

cui cui

 

lundi, 25 août 2008

Le comique troupier version 20.08.2008...

Une nouvelle tendance de comique troupier associé à l'humour noir est elle née, ce mois d'août 2008 ?

Mais le succès public risque de tarder à arriver : faute de réactions dans l'assistance, des rires enregistrés seront repiqués sur la bande son...

Regardez et écoutez... Commentaires inutiles.

L'émotion... Sans doute...

Mais si c'était à refaire... À mon avis ; il ne le referait pas...

Ce discours...

AFFLIGEANT ET PATHÉTIQUE.

Grande Nation historique recherche désespérément homme d'État responsable et compétent qui sache la représenter dignement. Pas sérieux s'abstenir.

 

Merci à la rédaction de "20 minutes" de ne pas nous avoir cité, comme d'habitude... Nous on renvoie nos liens ici.

 

By cui cui 

vendredi, 22 août 2008

Les Chefs...

Dîtes ! Je viens d’avoir une idée flamboyante : étant horriblement jaloux du succès de la Collection de librairie consacrée aux Nuls, à laquelle je pensais depuis fort longtemps, étant moi-même l’empereur des Nuls, j’ai décidé de créer une nouvelle Collection consacrée aux enfants indisciplinés, agités, illettrés, sournois, farceurs, mauvais élèves, redoublants , cancres qu’on appellera pudiquement " enfants difficiles "…

535726048.jpgVoici donc mon premier sujet : la géopolitique racontée aux enfants difficiles : aujourd’hui, le conflit russo géorgien…

Mes petits chéris, donc, je vais vous conter une jolie fable… Vous me suivez ? Ouuuuuiiiiiiiiii !

Très bien . Il était une fois le chef de la tribu des ours, Poutine il s’appelait...

- Oui Adrien ? Tu as une question à me poser ?

- C’est quoi un chef  ? Très bonne question ! Tu as bien fait de me la poser, Adrien, un chef c’est quelqu’un qui commande un pays, un groupe, un bureau, une religion, une armée. Le chef est souvent élu, mais quelquefois il est aidé par l’armée pour arriver chef… Ma réponse te convient ? Par exemple, aujourd’hui, je suis votre chef parce que vous avez décidé d’écouter mes leçons. Vos parents m’ont confié votre éducation car je suis un chef très très gentil qui sait beaucoup de choses et qui a été choisi par vos papas et vos mamants parce que je suis pétri de qualités, tout particulièrement le calme, la pondération et la pédagogie. Un véritable chef doit toujours se comporter d'une manière juste grâce à un ordre juste...

- Oui, Louis ? Tu voudrais être chef ? Peut être plus tard, mais à condition d’écouter mes cours !

- Où en étais je donc ? Ah oui ! Donc le chef des ours, Poutine, a envoyé ses ours les plus féroces attaquer les moustiques du chef des moustiques, Saacky, qui avait lui même envahi le pays du chef des fourmis qu'on appellera Ossète pour faire court…

764205015.jpg- Oui Laurent ? pourquoi les chefs ne se battent pas entre eux comme à l’école ? Très bonne question ! Ben oui… Les chefs envoient leurs armées et ne se battent pas parce que… Euuuuhhhhhh…. Parce que les chefs dirigent les armées et si il n’y a plus de chef, il n’y a plus de cerveau qui commande l’armée ! Voilà !

- Oui Moussa ? Pourquoi les chefs ne sont presque jamais tués ? Arffff… Parce que leur armée et leur peuple les protègent : un pays sans chef est comme une banane sans peau… Aaaaaaahhhhhh ! Merci pour vos félicitations, mes enfants !

- Guy, une question ? Pourquoi les chefs ont de jolies femmes ? Hummm… Parce que les chefs sont beaux  et ont cinq ou six cerveaux parfaitement irrigués !

- Quoi Aziz ? Ça n’existe que dans les films d’extras terrestres des hommes avec cinq ou six cerveaux ? Bien sûr ! Je plaisantais, mon lapin ! Mais non ! N'aie pas peur, ne pleure pas voyons !...

- José, oui ? Les chefs épousent ils toujours des chanteuses ? J’en sais rien moi ! Vous commencez à m’agacer avec vos questions idiotes ! Mince alors !

- Laetitia ? Enfin une fille qui s'intéresse à mon cours ! Est ce que les femmes peuvent devenir chef ? grummmphhhh... Oui, mais c'est très difficile, les hommes aiment trop jouer aux chefs et ne leur laissent pas beaucoup de place ! Pourquoi ? Parce que c'est comme ça ! Voilà ! Qui est le chef de famille dans ta maison ? C'est papa ? Et bien tu vois, ça commence déjà là !

- Quoi Touria ? La femme d'un chef devient elle chef ? Non, mais tout le monde l'aime et veut lui faire plaisir à la télévision et dans les journaux, ainsi vend elle plein de CD de chansons et son mari lui offre des tas de bijoux et de robes ! grrrrrr....

- Que veux tu Urbain ? Le chef possède t-il une dialectique particulière lacanienne ? bahhh... Euh... Hem.. Tu devrais dormir la nuit au lieu de lire des livres qui contiennent des textes qui font peur aux enfants ! Hein ?! Regarde comme tes yeux sont rouges... Je vais rédiger un mot pour tes parents.

- Vous commencez à me saoûler avec vos questions tarasbicotées, hein ?!!!

- Ahmed ? C'est la dernière question !!! Les poules ont elles des chefs ? OUI ! Les poules les lapins, les religieux, les policiers les juges, les éléphants, les partis politiques, les tigres, les arbres ont des supérieurs. Parfois on appelle les chefs des "dominants"... 

1666421304.jpg- Simon, tu dis que c'est parce que y a trop de chefs que le monde est toujours en pleine bagarre ? Ben... C'est pas faux. Bon ! Maintenant ça suffit !

- Où en étais je ? Ah oui ! Au chef des moustiques…

- Ouuuuuiiiiii Adrien ? Non ! Le chef des moustiques est un moustique, il est gros comme un moustique mais ce doit être le plus malin des moustiques, voilà pourquoi il est chef !

- Vous voulez tous être chefs ? Mais c’est impossible ! Il faut être TRÈS intelligent pour devenir chef ! Notre chef à nous s’appelle le Président de la République et il est chef parce que… Parce que… Parce que il est le plus intelligent de notre pays… Et que vos parents l’ont élu pour qu’il résolve tous les problèmes de la France, na !

- Oui Michel ? La France va mieux depuis qu’il est à sa tête ? Pas vraiment, mais lui il est content d’être chef et nous, on est content qu'il soit content !

- Alexandre une dernière question… Vous commencez à m’énerver, à la fin, avec vos questions ! Petits chenapans, je vous vois arriver avec vos gros sabots, vous êtes en train de me faire tourner en bourrique, vous cherchez à déstabiliser votre chef ! Et ça je ne permettrai jamais ! Alexandre tu me copieras cent lignes pour demain, hein ! Et pas sur Word ! Tu n’as rien dit ? Hemm, c’est vrai… Mais tu allais parler : c’est l’intention qui compte !

1836608249.JPG- Le prochain qui l’ouvre, je le colle sur le porte manteau et je lui taille les oreilles en pointe ! Je veux entendre un moustique voler ! J'en ai assez !

- Parce que ici, c’est moi le chef ! Le seul chef, celui qu’on n'interrompt jamais ! Le chef qu’on respecte ! Le chef qui dit toujours la vérité ! On ne conteste jamais un chef, sacrebleu !

- Donc où en étions nous ? Au chef des moustiques ?

Déjà la sonnerie ? Comme le temps passe !

- Bon ! rendez vous la semaine prochaine, pour enfin vous parler de notre sujet initial : le conflit russo-géorgien sous la forme d’une fable…

- Dîtes moi les amis, je ne sais pas si j'ai bien fait de me lancer dans cette Collection avec un tel auditoire... J'ai des doutes !

Je viens d'avoir une nouvelle idée formidable : il n'existe pas de Collection pour les personnes âgées ou pour les lecteurs du blog d'Aphatie (ce sont les mêmes), lequel va bientôt faire sa rentrée. Si je leur glissais en glapissant le nom de Nicolas Sarkozy à chaque phrase en tressautant comme un singe hurleur, je suis presque certain de recueillir des applaudissements toutes les minutes !

Et là, les poteaux ! Quel pied ce serait, d'être enfin apprécié à sa juste valeur par des auditeurs qui ne voient bien souvent pas plus loin que le bout de leur nez et qui pensent avoir tout vu !

À après.

cui cui, l'oiseau qui opine du chef en ce demandant d'où il sort ses cogitations fumeuses...

 

mercredi, 20 août 2008

Vacance dialectique

 

On connaissait la théologie négative, visant à approcher l’idée de Dieu par la description de ce qu’il n’est pas ( sachant que ça reste difficile, même pour odm, de décrire Dieu « tel qu’en lui-même » ) ; on connaissait le bartelbysme consistant à se définir un comportement par celui qu’on préfèrerait ne pas adopter ; restait à découvrir le Kouchemerdisme qui introduit dans l’ordre de la diplomatie et par antagonisme avec le mode « classique » ( celui qui va de Talleyrand à Couve de Murville , voire Védrines) le même rapport de définition négative .
683342404.jpgOr donc :
« Bernard Crâne de Montgolfière, indique dans le Journal du Dimanche qu'il ne rencontrera pas le dalaï lama le 20 août, mais qu'il "espère" toutefois le rencontrer lors de sa visite en France qui s'achève le 23 août. "Le 20, je ne peux pas", dit Monseigneur Bernard, ajoutant que la visite du dalaï lama est une "visite privée. Sans flonflons, ni trompettes". Dans le JDD, Mgr Crâne de Montgolfière fait savoir qu'il a appelé le dalaï lama "cette semaine au téléphone" ( sans doute après quelques SMS infructueux ), ajoutant : "Je vois mon ami le dalaï lama à chaque fois qu'il vient en France" »

Naturellement la portée planétaire ( pour ne pas dire cosmique) de ce non-événement virtuel  justifie les larges et multiples colonnes qui lui sont consacrées dans la sphère médiatique, et ce avec d’autant plus de scrupuleuse rigueur journalistique que l’événement, dans son hypothétique non concrétisation, se situe actuellement dans l’état quasi limbique de la non survenue putative annoncée d’une rencontre sans objet ( ni flonflons , ni trompettes ) qui cependant , étant souhaitée, demeure espérée, pour en quelque sorte perpétuer une mondanité coutumière et qui ne peut avoir d’autre fonction ni résultat concret que, précisément, celui « d’annonce » de cette rencontre qui ..etc …


Car enfin, même si ça n’était pas dans la grotte sacrée, Ségolène Soubirous , elle, elle l’a rencontré le pote de crâne de montgo , et même que ça l’a toute retournée, vu qu’avec ses lunettes et sa coupe ultra rafraichie, il ne ressemblait pas du tout à la sainte vierge, du moins telle qu’elle se l’imaginait, bien qu’au fond le résultat fut à peu près le même. Elle a même failli en pondre un nouveau néologisme de son cru : la karmitude , mais sans doute l’émotion ou le thé au beurre de yack rance, bref ... c’est pas sorti ( ça n'est que partie remise).

Alors, bien sur, on sait  tous qu’à l’instar des autres repentis du PS, Bernard alias Sa Boursouflure est un spécialiste , un genre de pointure dans sa branche, et notamment , comme qui dirait un docteur ès Tibet et dalaï lama réunis, vu qu’il a lu ( et forcément révisé dernièrement) « Tintin au Tibet », bien  noté (en cours de soutien avec attali et yade ) les bévues ( du Capitaine) à ne pas reproduire, et qu’il se gardera donc bien de souffler dans la grande trompette, comme il sait qu’il ne faut surtout pas donner du « grand mogol » au monsieur ratiboisé  à lunettes, toge romaine et sourire bienveillant , fut-il dépourvu ( en toute simplicité) de son grand bonnet en vrille et de son aéropage ( Mathieu Ricard ayant, depuis ses premiers signes de sciatique, renoncé à porter seul le palanquin) , et pour tout dire : qu’il sait quand même faire la différence entre le mandarom et le pape des chortens ( toujours les passer à gauche !) .

Du coup on peut raisonnablement s’interroger sur l’impérieuse contingence qui prive (provisoirement ?) Sa Boursouflure du bénéfice d’une rencontre avec l’ ' « Océan de sagesse » auquel il a pourtant coutume de venir s’abreuver régulièrement.

Eh bien la réponse est finalement assez décevante dans sa prosaïque simplicité : « C’est le boulot … » eh oui , le boulot : les cadences infernales du Quai d’Orsay … car voyez-vous , le 20 août , ça tombe mal, c’est pas possible, le carnet de rendez-vous est plein de ratures mais pas moyen de caser ce vieux pote de Tenzin Gyatso.
Malgré qu’il en ait Sa Boursouflure ne pourra pas prendre une chopine ( de thé au beurre de yack rance ) avec Sa Sainteté  comme ils ont pourtant l’habitude le faire « Sans flonflons, ni trompettes » … depuis qu’il se connaissent .
Faut dire qu’en ce moment, pensum européen oblige, il rigole pas avec Bouffon : entre la cuisine chinoise ( comprennent rien à la fine diplomatie ceux-là !)  et les salades russes à la sauce georgienne, pas moyen de se couler une petite semaine de vacances tranquilles . Sur qu’au Kossovo c’était peut-être pas le fort de Brégançon mais c’était plus coule.

Bon, abrégeons … pourquoi donc ce nième non évènement fumeux devrait-il retenir notre attention ? Eh bien précisément par ce qu’il in-carne un (possible) retour de la dialectique. Je le dis rapidement et je renvoie (les amateurs) pour plus de détails aux saines lectures sur la question, la négativité donc , par conséquent la dialectique, et en prime la production symbolique inhérente à tout ce qui peut faire sens.

Nous ne sommes pas en effet ici ( et paradoxalement) dans l’insignifiance coutumière des médias et de leurs personnages/marionnettes de sitcom pipolitique. Nous ne sommes pas dans le détournement, la distraction du réel ( fonction première de l’appareil idéologique qui rassemble tous ces cuistres et médiacrates). Car, quand , figurant inconsciemment mais clairement ( et compulsivement) le 513279545.JPGmouvement de l’esprit qui produit la positivité à partir de la négation du négatif ( la non survenue du non événement en tant que dépassement de l’absolue in-signifiance dans le sens absolument positif ) , quand donc notre nanar gouvernemental et ses hérauts stigmatisent l’action ministérielle ( posée par eux comme essentiellement positive ) en annonçant la probabilité d’impossibilité de sa réalisation en même temps que son caractère souhaitable mais inessentiel, ils assument et exposent bien malgré eux  l’intégralité du processus dialectique de dépassement de leurs contradictions.

Je laisse la conclusion au Capitaine, qui une fois encore parle d’or et trouve la meilleure réponse au problème( et au grand précieux)l.

 Urbain

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu