Avertir le modérateur

mercredi, 30 juillet 2008

Les boutades de Madame Boutin.

Rappelez vous ce billet sur l'ancien DEL

Il date du 23 novembre 2007 sur une mesure prise en 2005… Visez les résultats 2 ans après ! Et je ne parle même pas du bilan au jour d’aujourd’hui ! Il serait pathétique…

Devinez la surprise que notre petite dame patronnesse des paroisses catholiques, Christine Boutin nous réserve ? La même en couleurs !

Si ce n’est pas se moquer du peuple, une telle attitude, alors j’en perds le peu de latin qu’il me reste du lycée !

1155916546.jpgFigurez vous que Mme Boutin, notre égérie démocrate (très) chrétienne vient de pondre un projet de Loi destiné selon ses dires à favoriser l’accession au logement aux plus défavorisés…

Il s'articulera autour de quatre priorités: construire plus de logements, favoriser l'accession des plus modestes à la propriété (vieil air connu et éculé…), permettre l'accès du parc HLM à plus de gens modestes (la moindre des choses), et lutter contre l'habitat indigne (y a du boulot).

Et de déclarer comme une fière à bras, les mains sur les hanches, jouant la matamore de foire ou la pseudo passionnaria d'Aubervilliers à l'air bravache : "Ca va bousculer certains, ça va faire tomber des tabous" et "ça va aussi permettre à tous les Français d'être logés".

Waaaaaahhhhhhhooooouuuuuuuuuu ! Rien que ça !

Ben voyons ! Vous pensez bien : M. Fromantin, maire de Neuilly, doit trembler comme une feuille ! Quant aux malheureux sans logis ou mal logés ? Ils chantaient ? Et bien ils vont pouvoir danser maintenant !

Mais trois fois hélas ! Les "Tartarin" gouvernementaux, on connaît ! Rappelez vous Jean-Louis Borloo ! On croyait avoir vu le pire mais comme d’habitude, je crains que dans la rubrique " démagogue ", il soit en passe d’être largement doublé…

Comme la droite parlementaire n'élabore jamais une loi sans perdre de vue sa clientèle de fortunés et d’élus de villes chics, elle a utilisé un subterfuge de vieux renard : vous savez que chaque ville était censée construire 20 % de logement sociaux . Si elle n’atteignaient pas ce quota, elles devaient payer à l’État une pénalité (la loi SRU), évidemment, vous aurez noté que des villes comme Neuilly sur Seine ou Saint Maur, par exemple ne respectaient pas ce seuil, préférant payer qu’introduire trop de pauvres dans leur commune ; or notre héroïne de bénitier, largement  plus politicarde que l’image sociale et humaniste qu’elle cherche à faire passer, maline comme un singe, a donc inclus dans les 20 % de logements sociaux obligatoires une dose variable selon le propre choix du maire pour des logements d’accession à la propriété (les fameux appartements à 15 € par jour soit 450 € par mois) !

2071423323.jpegDites ! Dans ce cas, le niveau de pauvreté risque d’être fortement, relevé à la hausse ? Non ? Vous me suivez ? Serais je désormais considéré comme pauvre ?

Avantage pour les élus de ces villes bourgeoises : les 450 € de crédit mensuel par mois sont illusoires avec les assurances et tous les suppléments obligatoires, évidemment. ; on atteindra plus sûrement les 600 à 700 € mensuels et comme le montant des crédits ne devra pas dépasser 30 % du revenu mensuel pour être sans danger, cela nous ramène à un salaire exigé pour ces " pauvres en accession à la propriété " de 1800 à 2000 € / mois minimum !

Vous en connaissez beaucoup de vraiment pauvres avec ce salaire, vous ? Moi, qui côtoie les banlieues du 9-3 : très peu. Sinon aucun…

Question d'un naïf : ne croyez vous point que les communes incriminées comme Neuilly vont plutôt investir dans ce type d’habitat, qui va amener davantage de citoyens issus des classes moyennes que dans les HLM qui drainent des populations peu maîtrisables, pour atteindre leurs 20 % ?

Ne répondez pas tous à la fois !

Adieux HLM et autres habitations sociales qui incommodent tant nos petits bourgeois ! Les villes chics resteront chics, le brassage social restera une duperie, et la poudre aux yeux qu’on veut nous vendre, soit disant pour aider nos concitoyens les plus démunis, n'apparaitra  alors que comme une grossière et illusoire tromperie.

Toute ces réformes promises à grands renforts de sonneries de trompettes tonitruantes comme celles annoncées auparavant à longs coups de tambours de la part de M. 1839764228.jpgBorloo, ancien Ministre délégué à la ville et à la rénovation urbaine resteront probablement lettre morte ! Comme d’habitude.

Encore et toujours de la communication…

Ne vous leurrez pas, les plus pauvres ne sont pas prêts de sortir de leurs misérables ghettos et le communautarisme qui arrange finalement tout le monde peut prospérer ! C’est moi qui vous le dit !

CQFD. Ce qu’il fallait démontrer. Puisque même le Front National est satisfait...

Bougre ! Boutons donc dehors les boutades de Mme Boutin, boute en train d’un gouvernement à bout de souffle : les Français bouillent de colère et sont à bout de nerfs… Sauf, bien entendu, ceux qui broutent comme des bouquetins brouillons les paroles de Mme Boutin.

Celle ou celui qui aura articulé cette phrase d'un trait sans bégayer aura gagné un abonnement gratuit à 20 Minutes pour la durée de son choix.

La générosité du Village des NRV est légendaire ! Et terriblement justifiée, n'est ce pas ?

Bonnes vacances à ceux qui partent et bon courage à ceux qui restent.

To be continued !

Cui Cui. L’oiseau à qui on ne la fait pas…

lundi, 28 juillet 2008

Là ou Là

 

 

1064795171.jpg

 

Les caravanes d'Etés Ump, les tongs Ump, les ballons Ump.

L'objectif est de convaincre les Français. Convaincre ?

Pas d'autres commentaires, l'article en dit assez long sur la propagande à l'oeuvre dans ce pays.

 

Bravo aux militants venus contrer les distributions de tongs, ils sont là.

Bravo aux activistes pour leur courage face aux envolées de ballons, ils sont là.

A côté des oubliés des logements rue de la Banque, personne ...

Devant le centre de rétention de Vincennes, pas eux.

A l'Assemblée pour voter la loi de la réforme de la constitution, ils sont là.

Pour laisser passer les lois sur les modifications régressives du code du travail, ils sont là.

Et caetera ...

 

72143893.jpg
La Plage du grand cul de sac
Agathe

vendredi, 25 juillet 2008

Sgt. Papy's Lonely Hearts Club Band

 

1341301201.jpg

Le 16 juillet dernier, la commission européenne votait un amendement initié par Charlie McGreevy, commissaire chargé du marché intérieur et des services, et validant deux initiatives dans le domaine du droit d'auteur. Ainsi, la première prévoit-elle de « porter de 50 à 95 ans la durée de protection des exécutions enregistrées et de l’enregistrement proprement dit. La proposition bénéficierait ainsi tant à l’artiste interprète ou exécutant qu’au producteur. Elle traduit également l’importance que l'Europe accorde à leur contribution créative ». La seconde disposition vise à abolir les monopoles nationaux des organismes de collecte des droits d'auteurs (telle la SACEM, en France) ; c'est donc la mise en concurrence de ces organismes nationaux. « Cette décision aura un effet positif sur la diversité culturelle », indique Neelie Kroes, commissaire à la Concurrence. Elle permettra « d'offrir aux auditeurs un choix plus vaste et aux auteurs des revenus potentiellement plus importants ».

On pourra trouver le « press release » ici .

Charlie explicite une des visions à l'origine de son texte : « Compte tenu de l’espérance de vie dans l’UE, 75 ans pour les hommes et 81 ans pour les femmes, il n’est pas rare que ces personnes deviennent octogénaires, voire nonagénaires, alors qu’elles ne perçoivent plus aucun revenu de leurs enregistrements ». Voilà donc un amendement qui, sans conteste, saura adoucir les vieux jours de nos grands artistes européens (abandoooooonné-é-és ou non).

Pourtant, un paragraphe, moins immédiatement spectaculaire et médiatisé que le passage de 50 à 95 ans de la durée de protection, vaut son pesant de royalties et vient, si besoins étaient encore, balayer la poussive justification de Charlie :

« En outre, dans le cas des compositions musicales auxquelles ont contribué plusieurs auteurs, la Commission propose une méthode de calcul uniforme de la durée de protection. [...] La règle proposée prévoit que la durée de protection d’une composition musicale expire 70 ans après la mort du dernier auteur vivant, qu'il s'agisse de l'auteur des paroles ou du compositeur de la musique. »

De plus, Charlie, non content de s'attaquer à la paupérisation des créateurs en fin de cycle biologique, se fait fort de pourfendre l'oubli des petites mains, la spoliation des méticuleux artisans et autres indépendants...

Charlie :

«Je n’ai pas en tête des artistes de renom tels Cliff Richard ou Aznavour. Je pense aux milliers de musiciens de studios qui jouent sur les enregistrements des années 50 et 60, qui ne percevront plus aucune redevance liée à leur contribution, alors qu’il s’agit souvent là de leur seule retraite.»

Aucune histoire de lobbying, aucune volonté d'accentuer les phénomènes de rente et de monopole dans tout cela, n'est-ce pas, mais juste une défense acharnée des petits métiers (qui génèrent encore aujourd'hui des profits gigantesques, c'est connu)...

Propagande connue et usée, ici et là...

Caressée dans le sens du profit prorogé, l'industrie du disque glousse de plaisir.

Et c'est également la question du domaine public qui se pose ; ce lieu où les choses, extirpées de l'univers marchand (ou exploitées par d'autres, dans le jeu de la fameuse concurrence et de la diversité), circulent librement, sont assemblées, transformées, retrouvées, tordues, réinjectées dans le geste de création etc.

Dans « L'Œuvre d'art à l'époque de sa reproductibilité technique », Walter Benjamin questionne le rôle, le statut de l'oeuvre d'art au moment même de l'essor des techniques de reproduction de masse (photographie, imprimerie, copie ; et aujourd'hui traitement numérique, échange de fichiers etc.). Il voit dans la reproductibilité technique de l'oeuvre la perte de son aura et étudie les changements subséquents dans la perception de l'oeuvre par le « public ». Toutefois, Benjamin ne regrette pas la disparition de l'aura et y décèle, au contraire, la véritable création dans le sens où elle s'émancipe de valeurs extérieures telle que la religion ou l'Etat (« l'aura de l'oeuvre à l'époque classique n'est pas autre chose que l'intrusion d'un pouvoir exogène décidé à pénétrer le champ de l'art pour mieux assujettir le monde. » Bruno Tackels). Avec l'oeuvre d'art reproduite et distribuée, c'est l'ensemble du « public » qui a accès à l'art, qui en modifie le sens, qui est transfiguré par l'oeuvre. Selon Benjamin, l'art ainsi débarrassé de l'aura permet  de se libérer de l’aliénation de masse devant les images. Et c'est à ce moment-là que, véritablement, « l'aura peut apparaître et devenir visible pour l'œil moderne » selon  Bruno Tackels.

Evidemment, ce processus fut également interrogé du point de vue du risque (et de la réalité) de voir l'oeuvre d'art devenir marchandise, qu'elle se fétichise dans son appropriation par la masse...

« La culture, qui d'après son propre sens non seulement obéissait aux hommes, mais toujours aussi protestait contre la condition sclérosée dans laquelle ils vivent — et par là les honorait — cette culture, par son assimilation totale aux hommes, se trouve intégrée à cette condition sclérosée; ainsi elle avilit les hommes encore une fois. Les productions de l'esprit dans le style de l'industrie culturelle ne sont plus aussi des marchandises, mais le sont intégralement. » Theodor Adorno.

http://www.le-terrier.net/adorno/industrie.htm

C'est pourquoi le domaine public et sa dimension politique peuvent venir court-circuiter ce phénomène de marchandisation.

Et ce domaine public s'exprime notamment sur Internet ; qui revient encore comme cible privilégiée du gentil espace marchand.

Que pourra-t-il advenir du travail de sites souvent vitaux tels que :

http://www.ubu.com/

http://www.archive.org/index.php

http://www.europafilmtreasures.fr/

Il faut y aller, y musarder, y rester... Et y exercer son regard critique. Encore...

Et laisser les productions de nos grands artistes sur les étals, entre l'oseille transgénique et les poulets aux hormones.

 

Le Britannique Henry Allingham peut enfin souffler (poussivement). Son enregistrement artisanal de « Peter, Peter, Pumpkin Eater » datant de 1918 et exécuté en yodlant sur un grand-bi pourra encore lui rapporter gros. Peinard jusqu'en 2013.

Henry Allingham est l'homme le plus âgé d'Europe.

 

 

 

 

f



mercredi, 23 juillet 2008

Au menu : langue de flûte et radicaux à écosser.


Découvrez Jacques Dutronc!

Bon ! Autant dire que la réforme de la Constitution, je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je m’en fous complètement… J’oserais même dire que je m’en bats complètement les clochettes, voire je m'en tamponne le coquillard : je concède là une vulgarité inouïe indigne de ce lieu savant. Bon… Je me repens et me reprends

493790828.jpgJe dirais même que certaines mesures sont intéressantes, limitation des mandats présidentiels à 2 fois, peut être un peu plus de pouvoir pour l’Assemblée bien que nous fussions en Monarchie déguisée, ne nous leurrons pas, tout ceci n’étant que poudre aux yeux !

Cela dit, les deux principales, mesures qui auraient dû être votées, sur le non cumul des mandats (la modification la plus importante à mes yeux concernant les institutions) et la réforme du Sénat, qui est condamné à rester à droite "ad vitam eternam", ne l’ont pas été car cela dérangeait bien trop les petits barons de la majorité qui tiennent davantage des seigneurs de fiefs qu’à des représentants citoyens démocrates purs et durs…

Mais mon propos décousu était à cette occasion de montrer la perversion des âmes, la faiblesse humaine et l’éloignement de plus en plus patent entre les citoyens et leurs représentants, la primauté de l’intérêt individuel ou de Parti sur le Collectif, la recherche d’avantages individuels ou claniques au détriment de l’intérêt général.

Au départ, certains radicaux dits " de gauche " et certains membres de l’UMP devaient voter contre cette dite " réforme " or le Président a sorti comme au plus beau temps de la 4ème République, des tas d’arrangements, combines, négociations, promesses, de telle sorte que brutalement, comme par un coup de baguette magique, les parlementaires du maillon le plus faible depuis un siècle (certains rad’socs sont comme les radis : blanc à l’intérieur, rose à l’extérieur et toujours à proximité de la motte de beurre) ont craqué sans trop de résistance. Passe pour cette fois mais imaginez qu’il s’agisse d’aticles de la Constitution plus douteux ?

Avez vous le sentiment d’être défendus par vos parlementaires vous ? Moi, pas . Déjà le coup du TCE , l’abolition du résultat du référendum européen est resté en travers de la gorge de beaucoup de nos concitoyens mais ce dernier vote du Congrès laisse un arrière goût saumâtre dans la bouche !

Soit chacun des députés ou sénateurs de droite et de gauche vote en son âme et conscience et le projet passe ou non, soit les groupes politiques font corps. Dans le cas d’hier on a assisté après des tractations douteuses dont on mesurera l’étendue des cadeaux prodigués par le Chef de l’État prochainement, à des manœuvres politiciennes dignes des années 1950…

À mon avis, le banquet des traîtres risque d’être copieux : une bonne tranche de Langue de flûte, un bon plat de Radicaux à écosser et à la clef une grosse et belle part de gâteau bien crémeux pour chaque convive. Pour Rebecca et nous, les arêtes de sardines suffiront…

Avec Besson, Kouchner, Jouyet, Allègre, Lang entre autres on entre dans une époque où nous devrions demander au Pape de canoniser Judas : il deviendrait ainsi le Saint Patron des ralliés qui n’en finissent plus de renier leurs convictions. Un bel exemple pour l’image d’une démocratie de plus en plus exaltante où la droiture est une vertu cardinale.

À propos ? Et le Peuple là dedans ? Allez vous faire foutre répond la voix d’en haut ! Restez à l'écart : vous avez voté, non ?  Laissez les grands faire leur job !

Ce que je fais en grognant avec l'impression fugace qu'on me baise grave dans cette histoire et que les élus qui ne représentent qu'eux mêmes parlent à notre place comme des ventriloques font s'exprimer leurs pantins vêtus de chiffons multicolores...

Comme nous tous, voyez vous, en plus d'une marionnette j'ai la sombre impression d'être comme un bovin, je regarde passer en ruminant les trains de mesures et de contre-réformes dont je ne connais ni les tenants ni les aboutissants et qui nous dépouillent un peu plus chaque jour…

Attention aux bovins qui voient rouge...

N’en déplaise aux esprits chagrins.

 

Cui cui, obstinément, inlassablement, envers et contre tous...

lundi, 21 juillet 2008

Le chant du cygne

2082476708.jpg

Un échange, une discussion politique. Je partage mes inquiétudes. Le centre de rétention de Vincennes, je dis mon indignation.  Les dérapages inhumains de notre société.

J’aperçois l’expression douloureuse de mon interlocuteur,  un homme âgé.  je suis surprise de cette émotion …

  « A Vincennes, du temps de Papon, ils ont massacré, assassiné, maltraité … ».  

Evidemment, j’avais lu un peu sur le sujet, entendu à peine et  parce que j’avais cherché. Ce pan peu reluisant de l’histoire française est enfoui sous des couches de non-dits ou pire de justifications …  

Les crimes d’Etats ont leurs raisons …  

Vincennes n’est pas gorgé d’un passé.  

Vincennes est décomplexé …  

La repentance n’est pas, ne sera pas.  

Les victimes d’hier sont celles de la chasse à l'homme d’aujourd’hui.  

Ceux qui égorgent des moutons.  

Alors que tout est bon dans le cochon …      

2122733858.gif

 

 Comment tuer le cochon ?

 

 

 

 ... Contre le silence et l'oubli ...

1370576979.jpgQuelques souvenirs ...

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_du_17_octobre_1961

http://www.monde-diplomatique.fr/1999/02/LIAUZU/11629.html

http://www.wsws.org/francais/News/2000/janvier00/5jan00_papon.shtml 

 Et, ça, un  scientifique justifie les moyens ...

 

Agathe

 

 
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu