Avertir le modérateur

« Communication gouvernementale ou la propagande à la mode soviétique. | Page d'accueil | Bac français : Changement de sujet "du Roman à la Propagande". »

jeudi, 26 juin 2008

Mais qu’est-ce qu’on attend ?

448443391.jpg

" Pour la sauvegarde de votre emploi, acceptez-vous le changement d'organisation du temps de travail en 4X8 et ses contreparties ? Oui ou non. "

Voilà bien une question intéressante.

Question dans laquelle la réponse est contenue.

Nous pourrions décliner cette question sur les différents thèmes qui défrayent les chroniques médiatiques.

Ainsi sur les retraites nous verrions bien : " Acceptez vous de cotiser plus longtemps en payant plus cher et en touchant des retraites moins élevées pour éviter de ne rien toucher du tout ? "

Sur l’assurance maladie : " Acceptez vous que les malades et les pauvres payent leurs médicaments plus chers et soient moins bien couverts tout en conservant le niveau de vie des médecins ou que la sécurité sociale fasse faillite ? "

Sur l’école : "  Acceptez vous que nous réduisions les heures de cours et que nous supprimions des postes pour favoriser certains établissements au détriment d’autre par la destruction de la carte scolaire ou préférez vous un enseignement médiocre pour tout le monde ? "

Voilà bien la démocratie dans la bouche des puissants : " tu préfères crever à petit feu ou qu’on t’exécute tout de suite sale pauvre ? "

N'est il pas beau le choix libre offert aux citoyens de ce pays ? Car nous y sommes dans le chantage permanent pour justifier la destruction de notre civilisation et de notre modèle solidaire et fraternel.

La question : " Pour la sauvegarde de votre emploi, acceptez-vous le changement d'organisation du temps de travail en 4X8 et ses contreparties ? Oui ou non. " a été posé aux salariés de l’usine Goodyear d’Amiens.

Et pour ceux qui se posent la question  " que faire ? " je signale que de courageux syndicalistes ont répondu.

Mercredi 18 juin 2008, une vingtaine de salariés de l'usine Goodyear d'Amiens  dont des représentants syndicaux - ont fait irruption dans le bureau des ressources humaines de l'usine et se sont emparés des enveloppes et du matériel de vote qui devaient être expédiés dans la journée aux 1400 salariés, dans le cadre d'une consultation par correspondance sur l'organisation du travail. Les employés ont ensuite brûlé le matériel de vote sur le parking de l'usine.

Ici

Il ont foutu le feu à cette ignominie et ils ont eu raison de faire cela. Car le chantage à l’emploi et le mensonge doivent être combattus.

1879052331.jpgEt parlons aussi de l’incendie du centre de rétention de Vincennes. Foutre le feu pour purifier l’atmosphère nauséabonde qui nous empêche de respirer, les pauvres diable que l’on désigne sous le vocable atroce de " sans papiers " y ont également eu recours. Ils ont foutu le feu à leur centre de rétention ou l’ignominie ne connaît plus de limite et ou l’humanité des gens détenus est bafouée, évidemment bafouée, inéluctablement bafouée ! Vivresans papiers n’est ce pas être sans droits ? Il faut lire les témoignages des détenus pour comprendre que l’horreur est là sous nos yeux. Ici  

Foutre le feu, foutre le feu cela ne vous rappelle rien ?

 

Moi je pense tout de suite au groupe NTM et à leur morceau " Mais qu’est ce qu’on attend ? " Et je ne peux résister à vous citer ce passage :

" Ouais ! Notre tour est venu, à nous de jeter les dés
Décider donc mentalement de s'équiper
Quoi t'es miro, tu vois pas, tu fais semblant, tu ne m'entends pas
Je crois plutôt que tu ne t'accordes pas vraiment le choix
Beaucoup sont déjà dans ce cas voilà pourquoi cela finira dans le désarroi
Désarroi déjà roi, le monde rural en est l'exemple
Désarroi déjà roi, vous subirez la même pente, l'agonie lente
C'est pourquoi j'en attente aux putains de politiques incompétentes
Ce qui a diminué la France
Donc l'heure n'est plus à l'indulgence
Mais aux faits, par le feu, ce qui à mes yeux semble être le mieux
Pour qu'on nous prenne un peu plus, un peu plus au sérieux "

Vous pourrez retrouver ce morceau et ses paroles ici 

 

Que Dieu me pardonne.

ODM.

 

Commentaires

Qu'est ce qu'on attend ? Pour faire la fête ?

Content de te compter parmi les cibles vivantes, Olivier.

Beau billet. Virulent mais ce n'est pas moi qui m'en plaindrait...

Mais des tas de gens qui luttent dans leurs eentreprises, cela change t-il la société globalement ?

Non. À l'évidence non. Malheureusement.

Désormais, plus du tout de solidarité : les gens hurlent quand un malheur les touche personnellement ou à la rigueur frappe leur voisin...

Cul de sac. Le consensus mou est un cul de sac. Tu as peut être raison, il faut devenir enragé...

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | jeudi, 26 juin 2008 19:34

Aaaaaaaaaaah !
Quand dédème sort de l'évangélisation, il redevient celui que j'aime !
J'ai parlé !

Écrit par : l'homme médecine | jeudi, 26 juin 2008 19:58

Vous remarquerez, homme médecine, que la forme de la flamme en illustration rappelle un peu la silhouette de JP II.
On ne se refait pas !

Tu ne peux pas imaginer, cuicui, comme dans les entreprises un vrai syndicaliste peut faire peur et changer les choses.....Mais il y a les faux....
Merci à toi et Agathe pour la mise en page !

Écrit par : odm. | jeudi, 26 juin 2008 20:44

odm

Merci à toi, je suis d'accord avec l'homme médecine ...
Je commenterai demain, je viens de rentrer chez moi...

Écrit par : agathe | jeudi, 26 juin 2008 22:56

Petit complément : les salariés avaient déjà été consultés et la "proposition" avait été rejetée.
La direction, n'ayant obtenu la bonne réponse (comme dans le cas du traité de Lisbonne), a donc décidé d'organiser un nouveau vote, mais cette fois-ci le matériel de vote était expédié à domicile, afin d'éviter sans doute l'influence contre-moderne des syndicats perturbateurs.

Écrit par : f | jeudi, 26 juin 2008 23:08

Ecrit par : Pamela de Barres | jeudi, 26 juin 2008 16:29
je ne suis pas un gauchiste; je ne pleurniche pas; je déplore qu'Obama soit déjà autant prêt à chausser les bottes du président américain moyen; je ne comprends pas ce que tu cherches à défendre.

Écrit par : etrun | vendredi, 27 juin 2008 02:18

Ecole : nous y sommes :

Article paru
le 25 juin 2008

société De la classe à la « garderie »

société

De la classe à la « garderie »
Éducation . Polémique autour de l’article 2 du projet de loi sur le service minimum d’accueil, en discission à partir d’aujourd’hui au Sénat.
L’enfer se cache dans les détails. Les syndicats d’enseignants en savent quelque chose. Alors que le Sénat examine, à partir d’aujourd’hui, le controversé projet de loi sur le « service minimum d’accueil » dans les écoles en cas de grève, l’article 2 a déjà levé contre lui un joli vent de colère.

Que dit ce texte ? Que « tout enfant scolarisé dans une école maternelle ou élémentaire publique est accueilli pendant le temps scolaire obligatoire pour y suivre les enseignements prévus par les programmes. Lorsque ces enseignements ne peuvent pas être dispensés, il bénéficie d’un service d’accueil ».

Une formulation si vague qu’elle permet au « service minimum d’accueil » de s’appliquer à toutes les absences d’enseignants. Y compris celles, bien plus nombreuses, qui n’ont rien à voir avec les grèves : congés maternité ou maladie, enfants malades, accidents, etc. Avec, à chaque fois, dans le cas où cette absence ne pourrait être suppléée et durerait moins de quinze jours, l’obligation pour la commune d’instituer un service de « garderie » sans cours, comme le prévoit le texte.

suite ici : http://www.humanite.fr/2008-06-25_Societe_De-la-classe-a-la-garderie

Écrit par : odm. | vendredi, 27 juin 2008 08:55

ODM-NTM même combat ?
Oh oui, le seigneur est grand,
oh oui le seigneur est grand !
( pour l'air : cf "le miraculé" )

Écrit par : urbain | vendredi, 27 juin 2008 09:30

Ecrit par : etrun | vendredi, 27 juin 2008 02:18

Cela ne mange pas de pain de répéter que rien n'est possible même lorsqu'avant on a comme slogan "We can".

Les choses sont immuables. Rien ne changera quoique l'on fasse. Ouf soulagement, on y est pour rien.

C'est justement le thème du billet du jour.

A tous une chose est possible, soutenir RESF qui est attaqué.

http://www.educationsansfrontieres.org/

Des manifestations ont lieu partout en France, l'agenda de RESF sur le site est très bien fait et actualisé.

Il ne faut pas lâcher RESF, les sans-papier et les enfants.

Écrit par : nef | vendredi, 27 juin 2008 09:40

Aucun doute, le pétainisme transcendental est bien présent. Il suffit de lire ROUFIOL sur les sans-papier, l'appel à la haine de l'autre y est patent, la stigmatisation de l'étranger extra européen y est violente, la sémantique a des accents des années 30.

Cela devrait indiquer le chemin à suivre à tous les gens qui se pensent de gauche.

Resistons avec RESF.

Écrit par : nef | vendredi, 27 juin 2008 09:53

nef,
si je peux me permettre c'est le "transcendantal pétainiste" et non le pétainisme transcendantal ( pas tout à fait pareil ), dont il s'agit(e) ici, mais il est de plus en plus efficient ( "moderne" et "décomplexé" ), en effet.
Pour autant, à quoi bon perdre son temps à lire des conneries pareilles , alors qu' "il y a tant de choses, tant de choses" ... à lire ( magnifique rentrée littéraire en perspective , mais elle me laisse peu de temps pour lire autre chose que les magnifiques bouquins que j'ai reçu dernièrement).

Écrit par : urbain | vendredi, 27 juin 2008 10:15

Ecrit par : urbain | vendredi, 27 juin 2008 10:15

Tu es bien placé pour savoir que mon problème n'est pas le manque de lecture;-)))

Il n'empêche que les rouffiolades on peut les ignorer mais quand elles commencent à être relayer par des UMPistes (notamment la voix et les oreilles de son maître F. Lefebvre) qui appellent à des mesures judiciaires contre RESF, il convient de rester très vigilants.

Ce n'est pas seulement moi, c'est le syndicat de la magistrature qui met en garde.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe/20080626.OBS0249/polemique_autour_dune_note_de_la_chancellerie_sur_les_a.html


Il faut vraiment un soutien populaire et nombreux à la cause des sans-papier, sinon...

Écrit par : nef | vendredi, 27 juin 2008 10:55

Resistons avec RESF.
Ecrit par : nef | vendredi, 27 juin 2008 09:53

Cause toujours ;)

Écrit par : Patrice Joyeux | vendredi, 27 juin 2008 11:06

Ecrit par : Patrice Joyeux | vendredi, 27 juin 2008 11:06

C'est marrant comme vous résumez bien l'idéal démocratique que vous défendez, ami joyeux !

Écrit par : odm. | vendredi, 27 juin 2008 11:36

L'enfer de la raison.
Cette raison qui sert aujourd'hui les oligarchie en place, raison défendu par ceux la même qui en sont les victime.
Le coeur a ses raisons, que la raison ne connaît point
.....Urbain réfléchi bien à cette phrase de Pascal et prend la mesure de la partie manquante de ta vision du monde.
L'essentiel n'est pas raisonnable donc non discutable !

Écrit par : odm. | vendredi, 27 juin 2008 11:44

Cette raison qui sert aujourd'hui les oligarchies en place, raison défendue par ceux la même qui en sont les victimes.

On avait compris, mais avec les conventions ça choque moins...

Écrit par : odm. | vendredi, 27 juin 2008 11:47

Ecrit par : odm. | vendredi, 27 juin 2008 11:36

Peace, love, unity and having fun... voilà mes idéaux.

Écrit par : Pat Joy | vendredi, 27 juin 2008 11:53

incohérence de l'incohérence cher odm remember

Écrit par : wé | vendredi, 27 juin 2008 11:53

Ecrit par : Patrice Joyeux | vendredi, 27 juin 2008 11:06

Tu entends surement mieux les appels à la collaboration plotôt qu'à la résistance...

Écrit par : nef | vendredi, 27 juin 2008 11:57

Peace, love, unity and having fun... voilà mes idéaux.

Ecrit par : Pat Joy | vendredi, 27 juin 2008 11:53

Vous êtes Américain ?

Écrit par : odm. | vendredi, 27 juin 2008 11:57

C'était une référence aux racines du hip-hop Afrika Bambataa et à NTM, banane !
Tout n'est pas si facile, je crois.

Écrit par : Pat Joy | vendredi, 27 juin 2008 12:04

C'était une référence aux racines du hip-hop Afrika Bambataa et à NTM, banane !
Tout n'est pas si facile, je crois.

Ecrit par : Pat Joy | vendredi, 27 juin 2008 12:04

Vous tentez donc de m'éduquer ?
finalement on peut encore espérer.

Écrit par : odm. | vendredi, 27 juin 2008 12:11

Ecrit par : odm. | vendredi, 27 juin 2008 12:11

Oula non, je n'aurai pas cette prétention !
J'aimais bien le HH avant de devenir réactionnaire, c'est tout...

Écrit par : Pat Joy | vendredi, 27 juin 2008 12:29

Ecrit par : etrun | vendredi, 27 juin 2008 02:18

Darling tu ne devrais pas veilller si tard tu ne comprend plus rien..C'était une vision de la pensée de l'américain moyen..pas la mienne..pfffff

Odm>rappels salutaires...

Écrit par : Pamela de Barres | vendredi, 27 juin 2008 12:48

Les contrats de partenariat à l'Assemblée

http://www.assemblee-nationale.fr/13/cra/2007-2008/206.asp

une extrait

M. Gérard Bapt – …pour réserver vos gentillesses aux plus forts. Cette fois, chapeau bas. On a vu comment, dans la loi LME, vous traitez les fournisseurs, face aux centrales d’achat de la grande distribution. Aujourd’hui, c’est le tour des trois majors du bâtiment. Vous n’hésitez pas à contourner l’article 96 du code des marchés publics, qui interdit le paiement différé. Ce projet de loi pousse au crime parce qu’il favorise l’entente et prête à la corruption, au risque de ressusciter certaines pratiques qui n’avaient plus cours.

Enfin, on peut admirer le timing du Gouvernement : à peine le Livre blanc sur la défense publié, ce texte vient à point pour permettre le financement des équipements de défense voulus par le Président de la République. Il est d’ailleurs précisé que « le caractère d’urgence s’appliquera à la réorganisation des implantations du ministère de la défense. »

De la privatisation des autoroutes jusqu’à EADS, à chaque fois que les intérêts publics et privés ont été mélangés, les profits ont été privatisés et les pertes nationalisées.

Ce texte permet aux entreprises privées de prendre en charge l’intérêt général. Mais si elles sont tentées, par quelque élan de générosité, d’assumer ce rôle, la Bourse est là qui leur rappelle la réalité du marché.

Jusqu’ici les contrats de partenariat, encadrés par l’ordonnance, restaient exceptionnels. Ils vont désormais se généraliser et les collectivités locales pourront s’endetter sans que cela apparaisse dans leurs comptes. Belle aubaine, à l’heure où les caisses sont vides et où elles doivent endosser la responsabilité des déficits publics. Avec ce texte, elles pourront raser gratis en laissant à leurs successeurs la charge du loyer de la dette ! Elles pourront user de cette sorte de crédit revolving, si dangereux pour les particuliers.

Écrit par : nef | vendredi, 27 juin 2008 15:20

Ecrit par : nef | vendredi, 27 juin 2008 15:20

Ah, ces députés de la Haute-Garonne, ce sont décidément les meilleurs !
(Les députés de gauche, bien sûr)

Écrit par : adrien (de rien) | vendredi, 27 juin 2008 16:02

Ecrit par : adrien (de rien) | vendredi, 27 juin 2008 16:02

Sur ce coup là il mériterait que Marie-madeleine Playlist lui cuisine un (hum!) millasson;-))

Écrit par : nef | vendredi, 27 juin 2008 16:31

Il y en a qui bouge, malheureusement, qui bouge leur culs pour dénoncer les clandestins.

Chez maître Eolas
http://maitre-eolas.fr/2008/06/24/1014-denonciation?cos=1

Putain, on est pas des moules accrochées à leur blog, qui va aller à une manif RESF ?

Écrit par : nef | vendredi, 27 juin 2008 18:25

Allez c'est une belle journée qui continue

Zgur censuré par le Post, pour un billet sur Brice Heurtecroixdefeu

http://zgur.20minutes-blogs.fr/

Écrit par : nef | vendredi, 27 juin 2008 18:50

Donc odm, (je reprends) merci pour ton billet, sauf que le terme accepter est caduc ...
Contraints, obligés...
"Réduits" est le mot le plus juste.
"Sarko a rétréci les Français".

Et comme dans le cas de Zgur, les mots interdits ou autorisés sont enrobés dans des chartes fourre-tout qui disent "ne l'ouvrez pas trop grand".
Ca va vite, très vite la répression en ce moment ...
La publicité exhorte à la patience, les mesures donnent pourtant le tournis...

Écrit par : agathe | vendredi, 27 juin 2008 20:17

Oui, nef, RESF a besoin de forces ... Je partage.

Écrit par : agathe | vendredi, 27 juin 2008 20:18

Cela devrait indiquer le chemin à suivre à tous les gens qui se pensent de gauche.

Resistons avec RESF.

Ecrit par : nef | vendredi, 27 juin 2008 09:53

------------------

Des noms ! Des noms ?

La gauche bobo en peau de lapin rouge ?

Ou la gauche "pue la sueur" comme moi qui trouve que le fait de dire que le peuple français est transcendentalement pétainiste est une imposture abjecte et une ignominie honteuse ?

Aussi dégueulasse que de dire que le peuple français, pendant la guerre a été collaborateur et raciste alors que ce sont essentiellement les élites et les cadres politiques et économiques qui l'ont été, comme actuellement !

Attention de ne pas trop me chatouiller sur ce sujet...

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | vendredi, 27 juin 2008 21:00

Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | vendredi, 27 juin 2008 21:00

Eh bien j'espère que aimes les chatouilles ...
Par ce que, comme tu parles de chose dont tu as omis de t'informer ( ce que recouvre le concept de transcendantal pétainiste , développé dans circonstances 4 ), donc , en bref, comme tu ne sais pas de quoi il s'agit, tu dis de grosses sottises, sans rapport avec ce dont il est question.
La première chose que tu devrais faire , dans ta situation d'incompréhension , ce serait de demander "mais qu'est-ce donc que le transcendantal pétainiste , selon la thèse de Badiou ?" .

Écrit par : urbain | vendredi, 27 juin 2008 22:14

Il y a eu aujourd'hui une discussion intéressante sur france cul , dans le cadre des vendredis de la philosophie, entre Nancy et Rancière, sur les rapports ( conceptuels) qui alimentent la dialectique entre Politique et Démocratie.
( sous mon pseudo )
Un peu "technique" mais, je pense accessible, même à cui-cui. Ce qui rend le cheminement un peu chaotique, c'est surtout la confusion de Nancy ( toujours le cul entre deux chaises ) et le maniérisme des thèses de Rancière.
Tout ça manque assurément de "clarté et disctinction" , mais au moins ... ils cherchent.

Écrit par : urbain | vendredi, 27 juin 2008 22:45

le lien ne smeble pas intégré, donc le voici :
hhttp://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture/VENDREDIPHILO/VENDREDIPHILO20080

Écrit par : urbain | vendredi, 27 juin 2008 22:50

Je vais finir par y arriver ...
http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture/VENDREDIPHILO/VENDREDIPHILO20080627.ram

Écrit par : urbain | vendredi, 27 juin 2008 23:05

Urbain, ton lien ... Hélas...

Écrit par : agathe | vendredi, 27 juin 2008 23:37

le dernier ... marche.

Écrit par : urbain | vendredi, 27 juin 2008 23:55

Oui, ça fonctionne, c'est du streaming.
On peut éventuellement télécharger le fichier puis le convertir en mp3 (écoute nomade, comme on dit)...

Écrit par : f | vendredi, 27 juin 2008 23:59

sur mon pseudo vous avez le site de l'émission ...

Écrit par : urbain | samedi, 28 juin 2008 00:05

Merci guys

Écrit par : agathe | samedi, 28 juin 2008 00:06

On remarquera la pente Nietzschéenne ( indécrottable) de Nancy ... il a eu aussi du mal avec le nazisme de Heidegger , mais il peut pas s'empêcher de se fourvoyer dans ces voies sans issue des philosophies de "la volonté" et de "l'être là" ( au final il est dans la merde, et de sa propre volonté ).
Dans le cadre de la problématique de philosophie politique et de sa vision "rénovée" de la démocratie, ça le conduit à des amphigouris pas possible où il ,essaie de réconcilier l'aristocratisme résolument et explicitement antidémocratique de Nietzsche avec ... l'an 01 ... pathétique.

Écrit par : urbain | samedi, 28 juin 2008 00:15

http://confrontations.free.fr/news.php?lng=fr&pg=52
(Net Transport est hélas payant)

Et pour convertir, Switch :

http://www.nch.com.au/switch/

Écrit par : f | samedi, 28 juin 2008 00:20

T'as pas des allumettes ?
Ils sont Comme ces titans qui accumulent les pierres pour atteindre le ciel....

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/74/Encelade_versailles.jpg/450px-Encelade_versailles.jpg

Écrit par : odm. | samedi, 28 juin 2008 00:30

Ecrit par : f | samedi, 28 juin 2008 00:20

J'ai l'ancienne version de nettransport ( gratuite) qui fait tout ça automatiquement ... mais il suffit d'utiliser le podcast quand il est disponible ( en général pendant une semaine sur france cul )ou ... audacity.

odm,
on dirait que tu a zappé Prométhée ( sans doute par ce que ça t'arrange).
Suivant la longue tradition ouverte par Eschyle, le Dieu de Descartes ( très différent du tien, qui me semble plus proche de celui de Pascal ) aime tellement sa créature qu'il l'a dotée simultanément de la faculté de distinguer le vrai du faux et ... de la liberté qui va avec ( autrement dit de la faculté de se tromper ) sans laquelle l'humanité n'est rien.
Il n'y a pas de malin génie susceptible de nous tromper et qui nous serait extérieur, et la grandeur de l'homme n'est pas dans la soumission , fut-ce aux oukases d'une divine providence .

Écrit par : urbain | samedi, 28 juin 2008 08:56

Et l'arbre de la connaissance du bien et du mal, cher Urbain ?

L'Éternel Dieu donna cet ordre à l'homme: Tu pourras manger de tous les arbres du jardin;
mais tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras.

Donc prométhée et sa bague, faite de ces chaine et du rocher ou il fut enchainé, reste un esclave, comme ce titan pris dans les rochers qu'il a accumulé pour atteindre le ciel.

Les mythes ont la vie dure, cher urbain, et tes efforts reste titanesques !

Écrit par : odm. | samedi, 28 juin 2008 10:40

faite de ses chaines ...

Écrit par : odm. | samedi, 28 juin 2008 10:41

Ecrit par : odm. | samedi, 28 juin 2008 10:41

Mutos logos...
mais alors , c'est donc bien un mythe ?
Tous les mythes se valent-ils , de Gilgamesh a la Bible, en passant par le mabharata , le serpent à plumes et les zombies ?

Donc surtout se tenir à l'écart de la connaissance, de toute autonomie et émancipation de l'individu ?

L'ignorance crédule et satisfaite, la passivité veule, la servitude volontaire, les niaiseries créationnistes, l'abrutissement des foules et la prédestination assumée dans le confort des uns bâti sur l'injustice et la misère des autres ?
C'est cela que tu proposes comme être et devenir ?
Bouffon t'a entendu, mais pourtant il semble bien se préoccuper de cette vie ci, plutôt que de l'au delà .

Tandis que Prométhée a offert le feu de l'espoir et souviens-toi que parmi tous il fut, stricto sensu : "le philanthrope" .

Écrit par : urbain | samedi, 28 juin 2008 11:18

Les niaiseries créationistes procède de ton mode de pensée qui est de ne pas se libérer du texte, de prendre comme vérité ce qui est rationelle c'est à dire écrit et mort!

Il n'est pas question de sciences ni de savoir mais de "connaissances."

Penser détenir la connaissance est nefaste et cela je le crois.

La connaissance évoquée n'a rien à voir avec la culture et l'état "des connaissances" d'aujourd'hui.

La connaissance est un chemin, une porte ouverte, sur ce que notre necessaire humilité doit "reconnaitre" en permettant à chacun d'espérer et non pas de penser, comme les titans aux pouvoir tentent de nous le faire croire, que l'histoire est finie.

Désolé, urbain, mais ton raisonnement participe de l'idée de fin de l'histoire qui te désole tant.

Et c'est assez en accord avec l'idée que la connaissance du bien et du mal, que tu sembles maitriser, mène à la mort. C'est à dire à la fin.

L'oralité est étrangère à la conscience du libraire mais tes rayons sont emplis de cadavres, qu'il faut considérer comme tels.

Mais je te rassure, je n'ai rien contre le culte des ancètres, qui ne peut être que ce qu'il est, un rituel!

Écrit par : odm. | samedi, 28 juin 2008 11:50

Il n'est pas question de sciences ni de savoir mais de "connaissance."

Le s était en trop et change tout!

Écrit par : odm. | samedi, 28 juin 2008 11:52

Bon, faut trier dans toutes ces idées...

Écrit par : odm. | samedi, 28 juin 2008 12:04

Ecrit par : odm. | samedi, 28 juin 2008 11:50

Très symptomatique ton détournement compulsif de mon très cartésien : "distinguer le vrai du faux" ( dont je te rappelle que pour Descartes il s'agit d'une faculté qui ne peut s'acquérir, et qu'il juge donc ... innée ) ,
en : "connaissance du bien et du mal" qui est proprement un jugement moral, sans rapport avec la problématique de la connaissance .

Bon ... donc ( si j'ai bien compris ta conception de la connaissance ) c'est l'écrit qui ne vaut rien ?

Alors c'est pour quand le grand autodafé ( commençons par brûler les livres, avant le reste ) , mon bon Torquemada , puisque les livres sont déjà des cadavres ... pourquoi se gêner ?

Écrit par : urbain | samedi, 28 juin 2008 12:11

Tu deviens excessif Urbain.
J'ai dit que le livre est un mort et que son culte doit donc être célébré comme le culte des ancètres.
Je suis très respectueux et ils ont leur place dans la reflexion.

"Laissons les morts enterrer les morts !"

La raison et l'écrit ont leur place mais ne doivent pas occuper tout le terrain.

Comme Pascal et son pari, je mise sur la trinité divine !

Écrit par : odm. | samedi, 28 juin 2008 12:21

De plus je suis opposé à la crémation !

Écrit par : odm. | samedi, 28 juin 2008 12:23

De plus, tu es très malhonnète de feindre ton incompréhension de la difference entre "la connaissance" et les connaissances.

Écrit par : odm. | samedi, 28 juin 2008 12:26

Maintenant, je me souviens t'avoir autrefois traité de "Gardien". (quand j'étais vilain !)

Gardien de cimetiere ?

Mais je deviens désagréable, une faculté innée sans doute !

Écrit par : odm. | samedi, 28 juin 2008 12:30

"des moules accrochées à leur blog"

c'est ça!
ce serait ma phrase du jour
(parce que je suis amère)

Écrit par : le meuble du coin | samedi, 28 juin 2008 13:51

De plus, tu es très malhonnète de feindre ton incompréhension de la difference entre "la connaissance" et les connaissances.

Ecrit par : odm. | samedi, 28 juin 2008 12:26

Excellente occasion pour toi de nous l'expliquer ...

Écrit par : urbain | samedi, 28 juin 2008 14:19

Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | vendredi, 27 juin 2008 21:00

La gauche bobo a vraiment bon dos pour ne pas bouger son cul en allant aux manifs.

Je tiens à signaler à tous que dans les manifs RESF, on se retrouve à quelques centaines.

Il faut aller voir ce qui se passe au niveau de la police (même les flics en ont ras le cul de ne plus faire que cela, les avocats et les tribunaux sont également mis à contribution, dans les centres de rétention des enfants et voir des bébés sont parmi les "r"etenus, qui peut ignorer la violence dans les charters retour ?).

Quand à l'argument du "clandestin" lorsque que l'on met en place des lois qui engendrent des clandestins (limitation du regroupement familial, application insensée du droit d'asile...) on a beau jeu ensuite de justifier sa politique par la loi.

Alors ton indignation a deux balles de mec de gauche qui sent la sueur ne me fera pas changer d'avis sur le fait que cette politique inique doit être combattue.

Si c'est tout ce que tu trouves à redire à tout cela, il faut te demander si tu es encore à gauche. Si être de gauche, ce n'est pas se révolter face à cette politique honteuse, c'est quoi être de gauche alors ?

Qu'est-ce qui reste à la gauche ? On devient libéraux économiquement et on emmerde la misère du monde ? Autant demander à Bush de se naturaliser français, de devenir 1er secrétaire du PS et voter pour lui en 2012 !

Écrit par : nef | samedi, 28 juin 2008 14:33

Ecrit par : nef | samedi, 28 juin 2008 14:33

Il est probable que cui-cui entend illustrer la vieille comptine (un peu salace dans ses versions non expurgées ) :
" en été ,
dans les prés ,
les oiseaux transpirent des pieds,
on entend,
dans les champs,
gazouiller les éléphants ,
etc ..."
Et il semble en effet que ce serait une bonne idée de l'exhumer ( la comptine) à l'occasion des "universités d'été" et autres mondanités conceptuelles estivales dans lesquelles, sans nul doute , la gauche de droite va persévérer ( y'avait aussi la chanson de Bobby lapointe : "mon père est ses verres" ... mais, bon ..).

Écrit par : urbain | samedi, 28 juin 2008 15:08

pardon ( bobby ) "mon père et ses verres".

Écrit par : urbain | samedi, 28 juin 2008 15:09

"Je tiens à signaler à tous que dans les manifs RESF, on se retrouve à quelques centaines."
Ecrit par : nef | samedi, 28 juin 2008 14:33


Quand on parle de RSF, de Bush, de la CIA et de Guantanamo, ma chère et tendre Nef, j'éprouve comme un gros gros, voire un énorme malaise... Pas toi ? Veux tu des précisions ? Lis tu Politis de temps à autres, écoutes tu les alter mondialistes?

Je ne vais pas manifester, certes, mais sache, Nef, que j'en ai aidé quelques uns à avoir concrètement la nationalité française et des cartes de séjour en les assistant dans les labyrinthes de l'administration et en les aidant à rédiger les montagnes de papelards d'une complexité inouie ainsi que des tas de justificatifs (...). Sans compter les lettres de motivation assez persuasives.

Je ne m'en vante jamais mais s'il faut le claironner, voilà qui est fait pour la première et dernière fois ! Alors tu sais, Nef... Les leçons de civisme de gauche...

Que veux tu ? J'aime le pragmatisme et le concret. On ne se refait pas.

Quant à dire que je suis de droite !!!????? Je cherche justement une voie. Celle de Badiou me semble chimérique, parce que prendre du vieux qui a échoué pour faire du neuf, cela me parait une méthode éculée ! C'est mon opinion et même si on est vifs tous les deux, il ne s'agit que d'une polémique d'idées...

C'est ainsi que je conçois la démocratie, mais il ne me viendrait pas à l'idée de traiter Urbain et toi d'apôtres de la dictature (du prolétariat qui n'existe plus vraiment), pourtant quand on lit Badiou, votre gourou, il est légitime de se poser quelques questions sur votre vision de la démocratie...

Je viens juste de rentrer du boulot après un week end crevant, je sens de plus en plus la sueur pour des queues de cerises... Si ça n'est pas la définition du prolo, c'est à n'y rien comprendre !

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | dimanche, 29 juin 2008 19:05

pourtant quand on lit Badiou, votre gourou, il est légitime de se poser quelques questions sur votre vision de la démocratie...

Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | dimanche, 29 juin 2008 19:05

Le problème c'est que précisément on a pas l'impression que tu l'ais lu ...
( cf. ton total contresens sur le transcendantal pétainiste par exemple )
et , vois-tu, se poser des questions sur la démocratie, et l'idée ( ou la vision si tu préfères) qu'on s'en fait, c'est justement un sujet d'actualité .
Si tu te (me) poses avec tant d'acuité , encore et toujours, la question "que faire", c'est précisément que les réponses semblent désespérément insatisfaisantes dans une situation que tu te présentes comme (je te cite ) "inextricable".
Or cette frustration risque de tourner à la névrose si , comme le PS par exemple, tu renonces à l' "informer" , au sens de Descartes, c'est à dire lui donner une forme intelligible, claire et distincte, autrement dit ... la penser , c'est à dire en produire la théorie.
A défaut, ton "pragmatisme", certainement induit par une générosité sincère et une volonté ferme, ne peut être qu'une expression "sans forme" , dépourvue de sens , in-signifiante : à entendre comme sans signification aussi bien que sans conséquence. Au fond comme un alibi et un substitut destiné à atténuer le sentiment d'impuissance. Un sentiment que , je crois , nous connaissons tous, et que tu n'es pas seul à conjurer , à chaque fois que l'occasion s'en présente, par des actes concrets, et certainement utiles et importants , ne serait-ce que pour ceux qui en bénéficient.
Il ne s'agit évidemment pas de renoncer à toutes ces interventions et actes individuels louables et bénéfiques (tels ceux que tu évoques dans ton com) amis de te faire comprendre qu'ils ne sont pas opposables à une "réflexion" sur la logique générale, la perspective dans laquelle inscrire tout ça.
La perspective historique de lidée (l'idéal) démocratique, c'est ce dont il est largement question dans les interventions et écrits récents de Badiou, mais ... pas seulement ( cf. par exemple la discussion Rancière Nancy que j'ai indiqué dernièrement ).
La question philosophique de "la fin de l'histoire" est directement liée à ces débats car , du point de vue de son initiateur (Hegel) elle pose, au fond, cette question : quel est l' "à venir " de la démocratie .
Répondre que , en effet, sommes nous arrivé à un terme et que cette fin c'est "aujourd'hui", revient à poser métaphoriquement que nous devons désormais (re)penser un "au delà" de l'idée de démocratie telle qu'elle est en train de finir de se déployer sur toute la surface du monde globalisé du libéralisme/capitalisme généralisé.
une histoire, cette histoire ( de la démocratie ) est en train de s'achever.
Et désormais il ne sert plus à rien d'invoquer le prédicat "démocratique" car désormais, il n'a plus de contenu , car il ne détermine, ne distingue plus rien : TOUT est démocratie, dès lors plus rien, aucune politique, n'est pensable en dehors de cette sphère "démocratique" dont nous voyons bien pourtant, de plus en plus, à quel point elle est réductrice, aliénante et de plus en plus absurde.
L'épiphanie boufonne et "décomplexée", après la débâcle du "communisme de caserne" comme dirait Badiou, doit nous ouvrir les yeux et nous stimuler car l'histoire est à recommencer.
La contradiction esclavage/servage désormais résolue dans le "salariat" aliéné et le marché admis par la gauche de droite récupérée, aussitôt de multiples et nouvelles contradictions relancent les tensions et réactivent le "moteur de l'histoire".
Quelques exemples :
du fait du renchérissement et de la raréfaction de l'énergie fossile : la circulation des agents/marchandises devient désormais incompatible avec le devenir économique , humain et écologique,
les matières premières , indispensables à la "croissance infinie" requise par le modèle capitaliste/libéral mondialisé , deviennent rares et chères,
les injustices à tous les stades, à tous les niveaux ne peuvent désormais qu'empirer, et dans ce contexte "morose" le recours autoritaire à la contrainte ne pourra donc qu'augmenter aussi .
ça a déjà commencé ... c'est une nouvelle histoire, à laquelle nous sommes convoqués, à la quelle nous devons prendre part , et cette part sera celle que nous saurons concevoir et imaginer .
C'est cela ce que t'expliques Badiou, et je suis d'accord avec ça .

Écrit par : urbain | dimanche, 29 juin 2008 20:24

Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | dimanche, 29 juin 2008 19:05

peut-être ne faudrait-il pas confondre RESF et RSF
"Bush, de la CIA et de Guantanamo" et Robert Ménard c'est RSF
http://fr.wikipedia.org/wiki/Reporters_sans_fronti%C3%A8res

tandis que RESF
http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9seau_%C3%89ducation_Sans_Fronti%C3%A8res

Écrit par : le meuble du coin | dimanche, 29 juin 2008 20:35

Une vraie utilité ce meuble du coin ...

RESF et RSF, oui, ne confondons pas (2 clins d'oeil d'un coup)

Écrit par : agathe | dimanche, 29 juin 2008 21:10

Une vraie utilité ce meuble du coin ...
Ecrit par : agathe | dimanche, 29 juin 2008 21:10

Oui :
RSF dans le tiroir du haut
RESF dans le tiroir du bas

Écrit par : la chaise | dimanche, 29 juin 2008 21:52

Un polichinelle dans le tiroir du haut .

Écrit par : urbain | dimanche, 29 juin 2008 22:36

je sens de plus en plus la sueur pour des queues de cerises... Si ça n'est pas la définition du prolo, c'est à n'y rien comprendre !

Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | dimanche, 29 juin 2008 19:05

En effet, et Engels est d'accord avec toi :

"QU'EST-CE QUE LE PROLETARIAT?
Le prolétariat est la classe de la société qui tire sa subsistance exclusivement de la vente de son travail, et non de l'intérêt d'un capital quelconque, dont les conditions d'existence et l'existence même dépendent de la demande de travail, par conséquent de la succession des périodes de crise et de prospérité industrielle, des oscillations d'une concurrence sans frein. Le prolétariat, ou la classe des ouvriers, est, en un mot, la classe laborieuse de l'époque actuelle.
"
Principes du communisme
Friedrich Engels
1847

Écrit par : urbain | dimanche, 29 juin 2008 23:02

je viens d'envoyer un post précis sur RSF et RESF avec moult détails
le post a été rejeté
sagit-il de "Maghnia" ou de "Ménard"?
si ce comm' passe, je le refais sinon je le mets sur la Plage

Écrit par : Maghnia | lundi, 30 juin 2008 07:56

bon .. essai non concluant donc le comm' sur RSF et RESF est là
http://www.leslaunes.com/plage_du_village/comments.asp?id=121

mon avis la censure touche les infos sur Ménard
pourquoi?
serait-il particulièrement couvert et protégé?
par qui?
pourquoi?
à suivre..
je ne précisais même pas que RM défendait dieudo l'humoriste et était contre la loi Gayssot
http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_Gayssot

ce post va-t-il passer?

Écrit par : Maghnia | lundi, 30 juin 2008 08:20

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu