Avertir le modérateur

« A VOIR ET REVOIR | Page d'accueil | LA RADIO : EPISODE 1 »

mercredi, 28 mai 2008

Bruxelles. The new Gotham city of Europa.

En surfant sur Internet, alors que je m’intéressais à l’influence des lobbies (voir cet excellent article ici) au sein de la Commission et du Parlement européen dont une majorité de sessions se passe à Strasbourg, je suis tombé presque par hasard sur le site de l’intergroupe Kangourou, comprenant des députés européens de toutes les Nations et de tous les partis politiques… 1268243948.jpg

Voici comment se définit ce fameux cercle Kangourou : groupe de pression très puissant au sein du Parlement européen œuvrant à l'élimination des obstacles à la réalisation du marché intérieur et en faveur d'une Europe de libéralisme économique. Son nom a été choisi en référence au kangourou, animal vivant en Australie et bien connu pour franchir avec aisance les obstacles. Ce lobby comprend aussi bien des parlementaires que des industriels éminents issus des plus grosses multinationales. En résumé, il s’agit tout simplement d’un lobby pro atlantiste chargé de défendre bec et ongles le libéralisme économique dans l’Europe des 27…

Une des multiples têtes de l’hydre de la nouvelle " Internationale libérale " dotée de moyens financiers considérables, de compétences inouïes et de moyens de propagande gigantesques…

Sachant que 80 % des règlements et des lois s’appliquant dans notre pays sont issues des élites technocratiques européennes et que beaucoup de textes de Loi votés par le Parlement européens sont préparés, clefs en main, par de puissants groupes de pressions et n’ont plus qu’à être avalisés par des députés de toutes tendances anesthésiés par des avantages plus que copieux, vous comprenez, pauvres petits citoyens français, combien vos 55 % de " non " au référendum sur le TCE, ont terriblement agacé l’oligarchie européennebien peu démocrate qui dirige davantage votre destinée que votre soi-disant Président, devenu, en réalité, un vulgaire gouverneur, "Ponce Pilate" d'opérette d’une province ordinaire qu'on appelle France, désormais complètement pacifiée depuis mai 2007…

534343730.jpgCertains pourront trouver mon propos excessif mais il se trouve que la profusion de lobbies, 2 600 groupes d’intérêts spéciaux, prouve bien que la communauté européenne est quasiment noyautée et quadrillée par un pouvoir diffus et omniprésent véhiculant une idéologie bien pensante archi dominante, bloquant toute vélléité de réformes n’allant pas dans sa direction et recourant si besoin était, à des manœuvres plus ou moins légalement douteuses comme l’annulation pure et simple, rien que cela, du résultat d’un référendum populaire dans un pays aussi important que la France.

Chacun aura compris que l’espoir d’un changement politique unilatéral d’un seul État membre de l’Europe contre ou simplement différent de tous les autres se révèlera fatalement un échec. Certains eurocrates désirant ardemment notre bien au delà de nos attentes et de nos souhaits.

Enfin, pour terminer mon raisonnement, pourquoi ai je fait référence à Gotham city ? Cette ville imaginaire (inspirée de New York en réalité) est une métropole  de bande dessinée riche et grouillante qui, faute de pouvoir cohérent ne tarde pas à s'embourber dans des guerres intestines qui ruinent sa réputation. Les malfrats se multiplient alors que la corruption se généralise.

Comme Gotham city on peut ressentir l’Europe actuelle comme un conglomérat d’intérêts particuliers convergents, sans aucune vision collective d’avenir, une fédération économique croupion dans laquelle peuvent s’assouvir en toute volupté et quiétude les volontés hégémoniques et idéologiques anglo-saxonnes. Un ventre politique mou et accueillant, sans volonté, sans armée, sans diplomatie, sans cohésion, hérissé de règlements cadenassant ce qu'ils appellent la libre concurrence et qui n'est que la prééminence des immenses groupes industriels apatrides ; un grand marché géré par des gnomes de tous horizons politiques, embrigadés, conformistes, sans états d'âme. Repus et fantomatiques.

Un Batman en chair et en os, est vivement recherché, attendu et souhaité par de nombreux citoyens sincèrement européens…

S'il te plaît, Père Noël ? Je t'en supplie : n'oublie pas nos petits souliers...

Cui cui, chauve-souris noire, hargneuse et merveilleusement inculte…

Commentaires

@@Cui cui..hargneuse et merveille..
chapeau!
..

Écrit par : le meuble du coin | mercredi, 28 mai 2008 08:06

oups!
Cui cui, ..hargneuse et merveilleuse..
la porte s'est refermée trop court
moi qui voulais te complimenter.. j'ai bancalé!..désolé!
;-))

Écrit par : le meuble du coin | mercredi, 28 mai 2008 08:28

Batman ne combat pas , ne cherche pas à supprimer "le mal" , la corruption, l'injustice ( notamment sociale), l'enrichissement minoritaire, les inégalités et d'une manière générale il ne combat pas pour l'émancipation, pas même la liberté ... le combat de Batman est celui contre ... la "délinquance".
Batman combat "la racaille" , il est bien de ce point de vue un personnage de l'imaginaire (de l'idéal) puéril Bouffonien : un super-Karcher. C'est comme ça qu'il a été élu par des "foules sentimentales" ( de fait infantilisées ): chasser les méchants d'un grand battement de ses ailes de chauve souris ( et il n'a pas eu besoin de déguisement pour être crédible).
Je retiens donc ta métaphore, mais comme repoussoir symbolique, de la symbolique infantile libérale .
Quant à l'Europe oui c'est bien Gotham city, encore une image très juste, mais qui devrait être dissuasive.

Écrit par : urbain | mercredi, 28 mai 2008 08:48

Kangourous ?

C'est pour s'en foutre - plein les poches !!!

Écrit par : tonic - star(a?)k | mercredi, 28 mai 2008 09:15

Une Europe qui se fait sans et contre les peuples ne peut être démocratique. L'URSS s'est faite de la même manière, avec une autre idéologie... La même fin à Bruxelles qu'à Moscou et Berlin ?

Écrit par : Falconhill | mercredi, 28 mai 2008 09:15

Bravo mon cuicui !


HS/ Marc Louboutin pourrait-il me joindre ? /HS

Écrit par : nef | mercredi, 28 mai 2008 10:07

Ecrit par : fatigue | mardi, 27 mai 2008 10:02

Par politesse, je veux bien répondre (vainement), juste en reprenant point par point vos propos.

1/ "[...] il y a peu de place pour ceux qui cherchent sincèrement à saisir le fil du temps [...]"
- A mon humble avis, si tel était votre objectif, je me demande pourquoi vous traînez ici ; ou alors, déjà, on ne parle pas de la même chose...

2/ [les petits rigolos moqueurs et les grands inquisiteurs marxistes] Ce sont des forces puissantes d'immobilisme [...]"
- Peut-être. En tout cas, en ce qui me concerne, je ne prétends guère "changer le monde", ou alors, à petite échelle, dans les (petites ?) têtes...
Et, voyez, "immobilisme" : vous avez intégré le lexique du discours dominant.

3/ "[...] dont la seule fonction est de participer à l'entreprise de délitement des solidarités sociales qui est sans doute l'activité à laquelle se livre avec le plus de plaisir le capitalisme triomphant et son mode de penser le monde comme sans alternative."
- Le rapprochement est malheureux : pourquoi "entreprise" et non pas "constat" ? Par ailleurs, pourquoi une autre "démarche" que la vôtre ne serait pas une alternative, disons, "singulière" ?

4/ "C'est un peu triste tous ces "idiots utiles" plombant toute réflexion, toute démarche non orthodoxe du haut de leur mépris."
- Franchement, si vous me visez ici, je ne cherche pas à être "utile". En revanche, de "réflexion" et de "démarche" "non-orthodoxe[s]", je n'en vois guère ici : c'est docte ou ça pérore, tout au plus (à de rares exceptions près, seuls les "liens" sont intéressants).
Quant au "mépris", non : sinon, j'aurais depuis longtemps tourné l'étalon, oups, pardon, les talons (c'est plus fort que moi !)

5/ "Attention simplement aux vents tournants, le cracheur aura tôt fait de se prendre son crachat en pleine figure."
- Monsieur s'permet ? Non, vous dis-je ! Ni glaire, ni pets, ni rien !!!

6/ "Diafoirus" ?
- Euh... "je sais que je ne sais rien..."

7/ "Fort heureusement, cette dernière [l'humanité] ne se réduit pas à ces tristes engeances" : ben, comme dit l'autre, "il faut de tout pour [dé]faire un monde"...

8/ Il y a donc encore un peu d'espoir.
- Hum... oui, restons-en là.

Cordialement...

Écrit par : knock - off ? | mercredi, 28 mai 2008 10:11

"L'URSS s'est faite de la même manière"
(que l'europe )

Ecrit par : Falconhill | mercredi, 28 mai 2008 09:15

Hum... tu as cherché ça dans le marc ( de Chateauneuf du pape ) ?
Révise tes manuels.
L'URSS c'est la Russie de la grande Catherine ( ou de Pierre le grand et ses moujiks et cosaques si tu préfères) plus les soviets et enfin l'armée rouge ... pas beaucoup de rapport avec l'histoire de l'union européenne, même si au final le résultat ( de l'U.E) n'est pas beaucoup plus convaincant .

Écrit par : urbain | mercredi, 28 mai 2008 10:15

Ecrit par : knock - off ? | mercredi, 28 mai 2008 10:11

Peut être est-ce une énorme présomption de ma part , mais j'ai le sentiment que les piques du fatigué visaient mes commentaires plus que le billet qu'elles accompagnaient .

Écrit par : urbain | mercredi, 28 mai 2008 10:19

Le lobbying est une pratique admise et semble-t-il mieux règlementée outre-atlantique qu'en Europe. De nouvelles règles du jeu conduisant à une meilleure visibilité de l'influence exacte de ces groupes sur les textes bruxellois devraient être mises en place prochainement. On verra. Mais le fait est qu'en l'absence de projets populaires, mobilisateurs et démocratiquement débattus dans l'espace public européen, la règle de facilité soit, une fois de plus, de s'en remettre aux spécialistes et experts et aux groupes d'intérêts privés pour la "gestion" des affaires communes. C'est du reste une tendance inscrite dans la pratique libérale que de rester entre personnes qui "savent", et de prendre des décisions loin de ces foules inconstantes et imprévisibles dans leurs choix.

Écrit par : off | mercredi, 28 mai 2008 10:28

Le "lobbying" c'est juste un mot.
Un mot plus chic, plus moderne,plus "anglais", donc moins "archaïque" , mais pour dire la même chose que le bon vieux clientélisme … avec les mêmes présupposés et conséquences .

Écrit par : urbain | mercredi, 28 mai 2008 10:34

http://www.gpluseurope.com/managed/File/04publicaffairs.pdf

Un article édifiant.
Le profil de ce "sympathique" Jacques Laffite est intéressant (public/privé).
Les lobbyistes travaillent dans les institutions bruxelloises, puis dans le privé, une confusion des genres qui permet discrétion (ce cher Jacques consent à nous parler de trois contrats Microsoft (sic), Lagardère (sic) et Siemens (sic). Trois entreprises qui ont fait parler d'elle, dans des affaires de trust, délits d'initiés et corruption.

Écrit par : nef | mercredi, 28 mai 2008 10:50

Lobbying, favoristisme, réseaux, clientèlisme, piston...un même mot pour avantager les siens ou ses affaires au détriment des autres...Spécialité française?..
le lobby des chasseurs, des hypermarchés, des négociants en vin, des laboratoires pharmaceutiques, et maintenant des grands chefs étoilés..

La Gotham City de Batman me semble plus attrayante, plus débauchée,peuplée d'êtres décalés et boderline que cette europe formatée sans aspérité qu'on nous prépare...


Ecrit par : Falconhill | mercredi, 28 mai 2008 09:15

Ecrit par : urbain | mercredi, 28 mai 2008 10:15

Je remonterais même jusqu'à Ivan le Terrible

Écrit par : Pamela de Barres | mercredi, 28 mai 2008 17:28

@urbain : pas de marc ni de grands manuels d'histoire, juste mon sentiment. Modeste, rien de plus. Celui que tout ensemble se créant contre les peuples finit par se dissoudre de lui même.
Un simple sentiment personnel qui n'a pas valeur de vérité absolue.

Bonne soirée.

Écrit par : Falconhill | mercredi, 28 mai 2008 18:41

Ecrit par : Pamela de Barres | mercredi, 28 mai 2008 17:28

Un de mes films préférés.

Écrit par : nef | mercredi, 28 mai 2008 18:54

Ecrit par : urbain | mercredi, 28 mai 2008 10:34

Non, non... Le lobbying, inclut selon moi une dimension supérieure au clientèlisme puisque le clentélisme agit de politiques vers électeurs...

Le lobbying agit à contrario, d'entreprises ou groupe d'intérêt économique et/ou idéologique VERS les politiques pour que les objectifs du lobby coïncident avec les résultats des lois édictées par les parlementaires ou les fonctionnaires, avec des tas de compromissions possibles et probables, notamment et n'ayons pas peur des mots, la corruption...

Le clientèlisme est plus feutré et aussi vieux que la démocratie...

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | mercredi, 28 mai 2008 19:08

Bien vu, Cui Cui, pour la comparaison avec Gotham City.

Mais chez nous en Europe, point d'homme (même ailé) providentiel à espérer pour faire le ménage (d'ailleurs il ne fait pas le ménage dans les corrompus mais dans la "racaille délinquante", comme le souligne justement Urbain).

Un premier pas pour améliorer la situation est de l'exposer au grand jour, les lobbyistes étant comme les vampires, allergiques à la lumière.

N'attendons pas simplement la décomposition du système (coucou ami falcon), car cela prendra bien trop de temps sans notre aide, et, comme dit Keynes, "à long terme nous sommes tous morts", ..., de toutes façons.

Arf !

Zgur
Mais si c'est nécessaire, cela n'est pas suffisant

Écrit par : Zgur | mercredi, 28 mai 2008 19:09

Ecrit par : Falconhill | mercredi, 28 mai 2008 18:41

Dommage, je rêve toujours de ton Chateauneuf du pape ( mon vin rouge préféré ).

Écrit par : urbain | mercredi, 28 mai 2008 20:04

Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | mercredi, 28 mai 2008 19:08

Bon si tu veux, disons que le Lobbying c'est le bon vieux clientélisme de papa, "modernisé" par le fils leclerc.
Sur le fond les pressions de groupes d'intérêts plus ou moins organisés ( locaux, corporatifs, industriels, etc ..) ont toujours perverti l'action des régimes politiques successifs, avant même les démocraties, et ont toujours essayé de les instrumentaliser.
La nouveauté c'est, encore une fois le coté "décomplexé" , moderne quoi...( naguère on aurait plutôt dit "sans vergogne" ), et là encore pour la bonne et simple raison qu'il n'y a plus rien "en face" pour les menacer .

Écrit par : urbain | mercredi, 28 mai 2008 20:15

Dans le lobbying que décrit cuicui, par rapport au clientélisme, il y a quand même une question d'échelle... La même qu'entre des multinationales et des entreprises familiales (et loin de moi l'idée de réhabiliter le bon vieux capitalisme familial et son paternalisme!)
Mais la puissance de feu,notamment médiatique, n'est pas tout à fait la même...

Écrit par : Valdo | mercredi, 28 mai 2008 20:27

Ecrit par : urbain | mercredi, 28 mai 2008 20:04

Si par hasard vous passez par la rue des Martyrs, il y a la cave des martyrs, vous entrez et vous demandez au gentil caviste une bouteille de "Calcinaires" (2006) du Domaine de Gauby (Roussillon): http://www.domainegauby.fr/
9a ne remplacera as la 1ère place de votre coeur, mais c'est exceptionnel ! (12 euros).

Écrit par : lisseman | mercredi, 28 mai 2008 20:40

Dans la salle du bar tabac de la Rue des Martyrs Y a des filles de nuit qu'attendent le jour en vendant du plaisir Y a des ivrognes qui s'épanchent au bar Qui glissent lentement le long du comptoir par terre Dans la salle du bar tabac de la Rue des Martyrs Le patron a un flingue pour l'ingénu qu'en voudrait à latirelire Dans les chiottes les mots gravés sur les murs Parlent de sexes géants d'amours et d'ordures ensemble Ici chacun douc'ment oublie l'ombre d'une vie passée d'une femme de décombres Dans ce cliché funèbre on cherche l'oubli d'un parfum d'une voix On éteint l'impact encore brûlant de lèvres entrouvertes humides et douces Dans la salle du bar tabac de la Rue des Martyrs Certains soirs tout à coup dans un coin on s'arrête derire Et quand brusquement les lames sortent tout l'monde dégage Se jette sur la porte en verre Dans la salle du bar tabac de la Rue des MartyrsY a des seringues vidées goulûment dans des bras sansav'nirIci la dope c'est à la poignée Les p'tites cuillères servent que rar'ment pour le café Ici chacun douc'ment oublie l'ombre d'une vie passée d'une femme de décombres Dans ce cliché funèbre on cherche l'oubli d'un parfum d'une voixOn éteint l'impact encore brûlant de lèvres entrouvertes humides et douces Dans la salle du bar tabac de la Rue des MartyrsY a des vieux gars tatoués partout qui racontent leurs souvenirs Y a des voyageurs tristes pardessus et valises Y a des bookmakers qui ramassent les mises la nuit Dans la salle du bar tabac de la Rue des Martyrs On peut tout ach'ter tout vendre le meilleur et le pire Une vieille clocharde la gueule défoncée Rentre avec sa poussette et se met à gueuler à boire Dans la salle du bar tabac de la Rue des Martyrs



y'a personne qui répond aux mails sinon?

Écrit par : hongo | mercredi, 28 mai 2008 22:24

Ecrit par : lisseman | mercredi, 28 mai 2008 20:40

La rue des martyrs c'est pas du tout mon coin, mais Rue du Chateau ( à deux pas) y'a les caves du soleil, spécialisées dans les vins "du sud" ( du midi).
J'm'en vais aller leur parler de ce domaine de Gauby ...
dès demain .
par ce que le Chateauneuf du pape, d'une bonne année, à maturité ... c'est un peu chéro.

Écrit par : urbain | mercredi, 28 mai 2008 22:33

Un point crucial dans la notion de lobbying, à mon sens, est dynamique. Cette course à l'échalote effrénée. Le but est évidemment la maximisation des profits et ceci se positionne, hélas, comme moteur de l'Histoire moderne. De plus en plus de moyens sont mis en oeuvre, de plus en plus d'argent est distribué, ça n'a a priori pas de limite. Et c'est dans la logique du système. La concurrence entre entreprises induit une pression sur les politiques afin d'orienter leurs décisions dans le sens de la maximisation des revenus et du retour sur investissement des actionnaires. OGM, grandes surfaces, règlements commerciaux etc... Nous connaissons déjà tout cela. Mais ça avance, s'amplifie, brouille jusqu'à l'idée même de "démocratie". Jusqu'à ce que l'entreprise, de part sa communication, se positionne comme citoyenne, humaniste, écologiste. L'individu, noyé, ne trouvant rien à redire à ce paradigme "nouveau" (qui n'est rien d'autre, finalement, qu'un capitalisme autoritaire.)

Comme dit Bricmont : refaire de la politique.

Écrit par : f | mercredi, 28 mai 2008 22:46

le "Rasteau" est presque aussi bon que le Chateauneuf et moins cher.
Rasteau : un terroir fort de la Vallée du Rhône.

Sur une superficie de 1 880 ha, la commune de Rasteau compte 1 240 ha plantés en vignes. Le climat est de type méditerranéen. L’exposition du vignoble est excellente, 70% du vignoble est en coteaux (200à 400m), orienté vers le sud, balayé par le Mistral, composé de sols argilo calcaires d’une grande diversité, certains recouverts de galets roulés.

Écrit par : odm | mercredi, 28 mai 2008 23:19

Oui, la nouveauté de la "situation" actuelle c'est la disparition des "limites" ...
Plus rien ne semble s'opposer au déferlement du libéralisme globalisé et décomplexé. Sauf que naturellement il s'est déjà emballé et les contradictions apparaissent un peu partout. La crise, les crises vont rapidement poser les limites que les politiques sont incapables de fixer , voire même concevoir.
Le Rasteau ... je note également, merci odm.

Écrit par : urbain | mercredi, 28 mai 2008 23:26

Je m'inquiète pour Maghnia, ça fait une semaine qu'on n'a pas de nouvelles...
http://www.ladepeche.fr/article/2008/05/23/455555-Bagatelle-L-infirmiere-se-fait-tirer-dessus-en-pleine-rue.html

Écrit par : (ne pas confondre) | jeudi, 29 mai 2008 00:45

Le Rasteau ?

Je confirme.

En lisant Bricmont (et John Saul!).

Arf !

Zgur

Écrit par : Zgur | jeudi, 29 mai 2008 06:11

Beaucoup de vignobles autour de l'appelation Chateau Neuf du Papes, avec même types de cépages et terroirs en galet, offrent des vins de qualité identique et bien moins chers que le ChateauNeuf du Papes. Le Rasteau bien sur, qui propose des vins merveilleux. Aussi le Cairanne (village qui touche Rasteau) ou encore le Séguret, sont des appelations Côtes du Rhones village "Vaucluse" qui sont des petites merveilles. Avec des bouteilles entre 5 euros et 8 euros pour les plus chères.

Et au pied des dentelles de Montmirail, l'appelation Gigondas, un peu plus chère, propose des merveilles également. On est dans les "grands crus" vauclusiens du Côtes du Rhone. Le dernier grand cru étant l'appelation Vacqueyras, mais j'avoue moins apprécier non pas le vin, mais le village... (Gigondas, c'est une petite crêche ce village...)

On est loin du Gottham city bruxellois, mais le pied du Ventoux c'est joli aussi... (même s'il pleut aujourd'hui)

Bonne journée.

Écrit par : Falconhill | jeudi, 29 mai 2008 08:58

Ecrit par : hongo | mercredi, 28 mai 2008 22:24

Si si.

Écrit par : nef | jeudi, 29 mai 2008 09:36

Ecrit par : urbain | mercredi, 28 mai 2008 23:26

Oui, les crises. Mais quelle(s) crise(s) ?

(En très gros) Capitalisme portant en lui-même les fondements de la crise économique selon M---x (celui dont il convient de taire le nom) ; crise provenant des mécanismes propres de la finance selon les économistes de la régulation ; inadéquation des outils et modèles mathématiques selon un Walter par exemple ; ou encore, simplement, la crise comme signe que le marché nous donne à comprendre, signe qu'il convient d'entendre puisque le marché a raison...?

A chaque degré, le politique s'éloigne du coeur du sujet,
s'extériorise. Pour ne garder qu'un rôle de facilitateur, c'est à dire la corruption même de sa fonction.

Écrit par : f | jeudi, 29 mai 2008 09:51

Et un peu plus au sud-ouest de Rasteau et de l'autre coté du Rhône, y'a aussi le Laudun et le Chusclan qui sont pas mal non plus.

Écrit par : rep ban | jeudi, 29 mai 2008 13:31

(En plus gros encore) revenons-en à la gestion par une structure politique internationale des moyens de production et, tiens, commençons par la production pétrolière. Mais non plus pour accroître la production, grossière erreur des communismes soviétique et chinois, mais plutôt pour la maintenir au plus bas et la répartir équitablement et durablement. Vive la décroissance.
(Et j'emmerde le marché et la consommation)

Écrit par : nef | jeudi, 29 mai 2008 15:20

Alors, si l'on résume, ça donne:
Rasteau, Cairanne et Séguret, Vacqueyras et Gigondas...On peut ajouter Beaumes de Venise, non, niveau qualité prix?

Écrit par : etrun | jeudi, 29 mai 2008 16:09

HS suite/
Quelqu'un peut-il recommander ici un ou des sites de vente de vin en ligne?
HS/fin

Écrit par : etrun | jeudi, 29 mai 2008 16:16

Ecrit par : etrun | jeudi, 29 mai 2008 16:16

Non mais si demain soir tu peux être dans le 19ème, il y a un producteur de beaujolais (sans cochonneries dedans) mais avec des grignotages pour une dégustation chez un copain.

Écrit par : nef | jeudi, 29 mai 2008 17:05

@nef
ça existe du beaujolais sans cochonneries dedans? Nan, désolé, suis pris demain soir...Mais je vous recommande le rosé Pétula, domaine Marrenon, à cheval sur côtes du Ventoux et côtes du Luberon.

Vous avez vu? Poutine n'est plus président ,mais il vient dîner ce soir à l'Elysée.On ne ne nous dit pas si Rama Yade et André Glucksmann sont invités.

Écrit par : etrun | jeudi, 29 mai 2008 17:58

Sur cette question de la révision constitutionnelle,j'aimerais savoir ce qui se passe en cas d'abstentions. Mais à part ça, il me semble que la seule vraie question est celle de savoir qui pourra s'enorgueillir d'une victoire politique. Donc:
- Soit l'UMP et le Minibush bouffent leur chapeau, c'est à dire que la moitié du temps de parole du président est décompté, que le Sénat est réformé, que le vote des étrangers aux élections locales est adopté et que la venue du Président devant le Congrès est abandonnée - ou qu'au moins il soit tenu d'écouter, assis, la réponse de l'opposition - et alors le PS peut encore y ajouter la class action - ce qui serait un VRAI progrès démocratique- puis y aller et voter pour comme un seul homme (ou une seule femme).
- Soit, s'il manque une seule de ces conditions, le PS risque de se diviser. Or il n'a aucun intérêt, quoiqu'en disent les Alain Duhamel, Apathie et consorts, à voler au secours d'un président au plus bas dans les sondages, qui plus est sur un thème qui divise sa majorité et qui n'emballe pas du tout les français.

Petite remarque: les partisans de gauche du scrutin à la proportionnelle feraient bien de réfléchir un peu avant de réclamer à corps et à cris l'application du "Théorème de Mitterrand" qui...veut que la proportionnelle ait permis à la gauche de torpiller la droite en faisant monter le FN tout au long des années 80! En toute symétrie, s'ils veulent aider le Minibush à bâtir un tremplin pour Besancenot, qu'ils insistent!

Écrit par : etrun | jeudi, 29 mai 2008 18:30

Bon je sens que je vais pouvoir me pinter ce week-end ...
( in vino veritas )

Écrit par : urbain | jeudi, 29 mai 2008 20:12

hips !
bienvenu !

Écrit par : odm | jeudi, 29 mai 2008 20:21

Le Pic Saint Loup par chez toi odm
comment as-tu pu l'oublier?

Écrit par : rep ban | jeudi, 29 mai 2008 20:25

L'Europe ou le miroir aux alouettes...
Bravo cui cui, tout y est.

Écrit par : agathe | jeudi, 29 mai 2008 20:27

Ecrit par : urbain | jeudi, 29 mai 2008 20:12

Laisse tomber ta librairie, Urbain et ouvre un bar à vin !

J'ai le nez creux et je te conseille d'ouvrir un commerce consacré uniquement aux vins ensoleillés (côtes du rhône, languedoc et vins corses).

Je te garantis des profits somptueux...

Et puis là, tu aurais plein de bons copains pour te rendre visite !
Adieu Marx, Badiou, poules, veaux, vaches et cochons !

Tenté, Urbain ?

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | jeudi, 29 mai 2008 21:05

REP

j'ai avec le ventoux une histoire d'amour inachevée....
Vaison la Romaine, Malaucéne, Buis les Barronnies, un terroir qui habite mon coeur.

Écrit par : odm | jeudi, 29 mai 2008 21:07

Tenté, Urbain ?

Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | jeudi, 29 mai 2008 21:05

Euh ... non .
Y'a déjà un excellent caviste , à deux pas , qui est justement spécialisé dans ces vins là, et samedi derneir on a déjà fait un apéro-dédicace , avec des spécialistes ...
( voir :http://librairietropiques.free.fr/article.php3?id_article=235 ).
En plus si je teste la marchandise comme pour les bouquins ...

Écrit par : urbain | jeudi, 29 mai 2008 21:40

Ecrit par : urbain | jeudi, 29 mai 2008 21:40

Ouais... Je vois...

La librairie n'est qu'une grossière couverture pour vendre vins et spiritueux.

Bien joué, Urbain...

Je me disais bien en t'entendant parler de Marx que tu récitais une leçon bien apprise... Et le nommé Badiou, c'est ton représentant de chez Ricard ?

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | jeudi, 29 mai 2008 22:00

"Des membres du Mouvement national des chômeurs et des précaires (MNCP) se sont invités aujourd'hui au Haut Commissariat aux Solidarités actives pour dénoncer le désengagement de l'Etat à leur égard."

Une petite vidéo dans laquelle surgissent "Police", "Bureau", "rendez-vous"...

http://www.libelabo.fr/2008/05/29/%c2%abbon-appetit-m-hirsch%c2%bb/

Une grosse faiblesse d'Internet, souvent, c'est le format des vidéos ; Un peu à la mesure des sujets des JT : format court, sans le travail du temps...

Écrit par : f | jeudi, 29 mai 2008 22:10

On sent bien qu'il les aime, le martin Hirsch ... on sent bien l' "empathie" qu'il éprouve pour ces gens qu'il est supposé représenter, et qui lui ont permis sa résistible ascension et ses balades en voiture de fonction ...
Au moins on sait qu'il a une montre , mais on a pas vu la marque.
C'est ça l'ouverture !

Écrit par : urbain | jeudi, 29 mai 2008 22:37

Avec sa petite voix, son petit costume, son petit embarras, sa petite auto. Et ses petits policiers pas loin, toujours prêts à intervenir.
Quand ils auront fini de déloger quelques grévistes dans les bureaux des impots.
Avant d'aller boire quelques verres. Et plus si le temps le permet.

Écrit par : f | jeudi, 29 mai 2008 22:48

Toujours la main tendue les esclaves n'ont que ce qu'ils méritent, le mépris des puissants !
rien de neuf !

Écrit par : odm | jeudi, 29 mai 2008 23:04

Ecrit par : nef | jeudi, 29 mai 2008 17:05
Ah! Précise ;-)

Écrit par : Valdo | jeudi, 29 mai 2008 23:12

Ecrit par : odm | jeudi, 29 mai 2008 23:04

Pas uniquement le mépris des puissants, visiblement.
C'est là que réside une part de nouveauté.
Les puissants n'ont plus à mépriser, ils sous-traitent cela également.

Écrit par : f | jeudi, 29 mai 2008 23:15

f
Ils l'ont toujours fait.
Le peuple français est de plus en plus gluant et infantile, une cour des miracles en mouvement, chacun démontrant qu'il est plus malheureux que l'autre, écoeurant!
Et toujours la main tendue quémandant encore plus d'autorité...
C'est à pleurer !

Écrit par : odm | jeudi, 29 mai 2008 23:28

Un vieux peuple, un naufrage.....une masse d'impuissants et de pleureuses courant après le statut de victimes et de malheureux absolus, sans aucune conscience et sans croyance, désanchanté et pitoyable !
C'est lassant !

Écrit par : odm | jeudi, 29 mai 2008 23:33

Eh les gars, arrétez de vous prendre pour Victor Hugo !
Le peuple français et fort divers et, de l'expérience quotidienne que j'en ai, fort différent de ce que restitue ce théatre d'ombres.
Désemparé, dubitatif, oui sans doute, mais pas seulement.
La lie que vous remuez avec un juste dégoût n'est que ce qui surnage et prospère sur le marigot médiatique.

Écrit par : urbain | jeudi, 29 mai 2008 23:45

Ecrit par : f | jeudi, 29 mai 2008 23:15

"Les puissants n'ont plus à mépriser, ils sous-traitent cela également"

Lunettes les gars !!!! ;-))

Écrit par : Alexou | jeudi, 29 mai 2008 23:55

Par le très chrétien patrice de Plumcket

http://plunkett.hautetfort.com/archive/2008/05/29/defendons-les-livres-les-libraires-et-les-editeurs.html#more

Et mantenant il est question de supprimer le prix unique du livre, établi en 1981 par la loi Lang. Prétexte de cette «réforme » : la loi de modernisation de l’économie, dont la discussion commence aujourd’hui à l’Assemblée nationale... Un amendement à cette loi est en effet proposé par deux députés : l’UMP Christian Kert (Bouches-du-Rhône) et le sarkocentriste Jean Dionis (Lot-et-Garonne) ; ceux-ci veulent permettre les rabais supérieurs à 5 % dans les six mois suivant la parution des livres. Ce qui frapperait les éditeurs sous la ligne de flottaison. Le public se mettrait à attendre les soldes avant d’acheter un livre ; les éditeurs, déjà fragiles aujourd’hui sur le plan commercial, seraient contraints à ne plus publier que la grosse cavalerie des best-sellers « bas de gamme ». Le secteur des essais et de la littérature dépérirait.

En revanche, la grande distribution (notamment américaine) renforcerait encore son emprise sur le marché – et son influence sur la politique éditoriale : ce qui donnerait le coup de grâce à l’édition intelligente et aux dernières vraies librairies, lesquelles emploient actuellement 13 000 salariés.

Pour Teresa Cremisi, PDG de Flammarion, le député Dionis raisonne « comme un évadé de l’asile de Charenton ». Ce représentant de la classe politique envisage en effet le problème sous un angle obtus : en supprimant le prix unique du livre, dit-il, « on réduirait le nombre de livres invendus qui sont détruits chaque année en France ». Voilà un homme de culture.

L’autre argument de la droite consiste à dire que le livre est « trop cher » en France à l’heure actuelle. Or ce slogan est faux, souligne le Syndicat de la librairie française (SLF) dans Le Monde d’hier : le prix du livre est resté constamment inférieur à l’inflation. Ce qui augmente, c’est l’inappétence des foules envers la lecture. Pourquoi ? parce que l’air du temps les pousse vers d’autres entertainments...

Écrit par : odm | vendredi, 30 mai 2008 00:00

Ecrit par : Alexou | jeudi, 29 mai 2008 23:55

Merci d'avoir compris.
Si j'ai bien compris...

Écrit par : f | vendredi, 30 mai 2008 00:04

Ecrit par : odm | vendredi, 30 mai 2008 00:00

Lundi, lors de l'assemblée générale annuelle du SLF, il fut largement question de l'inénarrable Dionnis et de son amendement, dont bien qu'elle n'ait échappé à personne ( pas même au gouvernement et à l'UMP ) la stupidité crasse n'avait pas suffit à le faire récuser par nos doctes parlementaires. Aujourd'hui la situation semble, au moins provisoirement "sous contrôle", mais ce qui est très significatif de l' "air du temps" c'est que des gugusses comme le sémillant crétin ( des alpes ?) du nouveau centre peuvent impunément ( et même avec l'approbation des "copains" du président tel M.E.Leclerc et autres "batissseurs de maisons de maçons" ) pondre des énormités, avec des justifications/motivations totalement confondantes de connerie, et en faire débattre le plus sérieusement du monde par leurs augustes pairs. Et e qui explique ça est très simple : notre Dionnis de mes deux ( et du "nouveau" centre , sic) fonde cette saillie sur le principe de la "modernisation" ( de l'économie nationale). C'est bien de la loi éponyme qu'il s'agit(e) et qu'il entend ainsi "améliorer". Le mot est donc laché ( comme un pet en l'occurrence) : MO-DER-NI-SA-TION !
Vous avez dit moderniser mon cousin ?
Oui, moderniser ... c'est comme ça que ça s'appelle maintenant.

Dès que vous entendez prononcer ce mot ( modernisation), tendez l'oreille, c'est la voix profonde de pensée liquéfiée qui va parler. Comme disait un copain quand un crétin manifestait verbalement et inopinément les replis de sa pensée : "tiens, mon cul qui se débouche ...".

Écrit par : urbain | vendredi, 30 mai 2008 08:37

Dionis et les modernes
Pour ceux que ça intéresse et qui veulent vraiment savoir de quoi il(s) s'agit(ent) :
http://www.syndicat-librairie.fr/act-juridique.php?id=150

Écrit par : urbain | vendredi, 30 mai 2008 08:50

Pour en finir avec ça, il faut que vous sachiez que , interrogé sur ses "motivations profondes" le Dionis du nouveaucentre a expliqué qu'il était scandalisé par le nombre de livres qui étaient "pilonnés" ( invendus) et que son projet avait donc pour objet de faire cesser ce carnage... c'est ce genre "d'explication" qui a provoqué la stupéfaction des éditeurs ( cf. Flammarion ) et de tous ceux qui ont une notion , même vague, de ce qu'est le marché et la vie du livre ...
Le problème c'est qu'il y en a d'autres, nettement moins cons , suivez mon regard, qui "eux" connaissent bien ce marché, et qui ont bien vu comment un gros con de ce genre pouvait être très utilement instrumentalisé pour faire progresser leur ... comment dites-vous ?
Lobbying ?

Écrit par : urbain | vendredi, 30 mai 2008 08:58

Ecrit par : Valdo | jeudi, 29 mai 2008 23:12

Ce soir 19 heures chez mon copain Salakas, avenue de la Porte Brunet (je sais plus le numéro mais on peut pas louper). Vin et cinema chez les Salakas, cela vaut bien livres et vin.

Écrit par : nef | vendredi, 30 mai 2008 09:48

Ecrit par : odm | jeudi, 29 mai 2008 23:33

Tu embarques ?

Écrit par : nef arche de noé | vendredi, 30 mai 2008 09:51

Urbain, il faut en finir avec l'immobilisme et le carcan du prix unique. Il convient de moderniser et de sortir des conservatismes. Regardons ce qui ce fait dans les autres pays. La France ne peut pas rester à la traîne.

"et en faire débattre le plus sérieusement du monde par leurs augustes pairs."

Hi hi. Comme de voir tout l'intelligentsia hexagonale et la cohorte des chroniqueurs-analystes-conjoncturistes se mettre en branle à la moindre fadaise lancée plus ou moins hardiment par le Bernard Tapie élyséen...

...........

"Jeff Rubin, stratège en chef et économiste en chef à Marchés mondiaux CIBC, a écrit dans le document, rendu public mardi, que la mondialisation était "réversible".
Selon le spécialiste, "dans un monde où le baril de pétrole coûte plus de 100 $, la distance est coûteuse. Bien que la libéralisation du commerce et la technologie aient aplani le monde, l’augmentation des coûts du transport le rendra encore une fois plus rond".
M. Rubin et Benjamin Tal, coauteur du rapport, avancent que le coût du transport mondial des marchandises _ en particulier les matériaux lourds tels que l’acier _ représente aujourd’hui la barrière la plus importante au commerce mondial, et non pas les tarifs. (...)
Actuellement, les coûts d’expédition représentent l’équivalent d’un tarif de neuf pour cent, et à 150 $ US le baril de pétrole, ils équivaudraient à un tarif de 11 pour cent, soit un niveau jamais atteint par les tarifs eux-mêmes depuis les années 1970."

Écrit par : f | vendredi, 30 mai 2008 09:55

Après avoir été reçu par Sarko, Poutine a rendez-vous avec Jacques Chirac, c'est clair les relations entre la Russie et la France sont au beau fixe !;-)))))

Écrit par : nef | vendredi, 30 mai 2008 09:59

Ecrit par : nef | vendredi, 30 mai 2008 09:59
Tant mieux !

Écrit par : odm | vendredi, 30 mai 2008 10:10

Ecrit par : f | vendredi, 30 mai 2008 09:55

Juste un petit chantage aux pays producteurs (produisez plus pour gagner moins) et aux grands pays exportateurs (produisez plus en consommant moins).

Choeur des Vierges
Fillon à Poutine, produisez plus !
Gordon Brown à la Norvège, produisez plus !
Bush à l'Arabie Saoudite, produisez plus !

http://www.lesechos.fr/info/inter/afp_00063186.htm
http://www.french.xinhuanet.com/french/2008-05/18/content_634794.htm
http://afp.google.com/article/ALeqM5g0SOowhTZG6xJ553KBM73P8VV7eA

Écrit par : nef | vendredi, 30 mai 2008 10:15

Ecrit par : odm | vendredi, 30 mai 2008 10:10

C'est vrai on y gagne au change, on se rapproche de la Pologne et de l'Otan. Historiquement les rapprochements avec la Pologne, cela a toujours porté chance à la France;-)))))

Écrit par : nef | vendredi, 30 mai 2008 10:19

HS/

Problèmes de logement.
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/20080530.OBS6277/japon__une_femme_vivait_dans_son_placard.html

Sur le même thème, un joli film (qui n'existe pas à ma connaissance en dvd, donc il faut guetter une projection ou une diffusion tv, je crois qu'il passe en ce moment sur TPS), "Cache-cache" d'Yves Caumon, avec l'excellent Bernard Blancan. Lequel a d'ailleurs un blog fort sympathique :
http://www.blancan.org/

Écrit par : Lord Nithorynque | vendredi, 30 mai 2008 10:30

Ecrit par : f | vendredi, 30 mai 2008 09:55

La stratégie du choc.

pétrole, 11 septembre, Nouvelle-Orléans,...la théorie de Friedman, la réforme permanente.

Écrit par : nef | vendredi, 30 mai 2008 10:30

"Cache-cache" d'Yves Caumon, avec l'excellent Bernard Blancan.

Ecrit par : Lord Nithorynque | vendredi, 30 mai 2008 10:30

Vous avez décidément très bon goût ! Je dirai à Yves Caumon que vous aimez son film la prochaine fois que je le croiserai, il sera ravi !!!

Écrit par : adrien (de rien) | vendredi, 30 mai 2008 10:37

C'est bien aussi d'avoir mauvais goût, parfois...

(P.S. : si apprendre qu'un type sur internet aime bien son film suffit à Yves Caumon pour être ravi, n'hésitez surtout pas à lui en faire part)

Écrit par : Lord Nithorynque | vendredi, 30 mai 2008 10:47

(oui, je suis grincheux ce matin ;-))

Écrit par : Lord Nithorynque | vendredi, 30 mai 2008 10:51

Pour en revenir au billet de cuicui, l'Europe suit le sillage de l'école de Chicago

" qui entraîne toujours un rapprochement entre très grandes sociétés et politiciens (pour la plupart riches)-les lignes de démarcation entre les uns et les autres demeurant floues et changeantes.[...]. loin de soustraire les marchés aux griffes de l'Etat, ces membres de l'élite politique et commerciale se contentent de fusionner leurs activités et de s'échanger des faveurs afin de s'approprier les précieuses ressources qui appartenaient au domaine public [...](le corporatisme) se caractérise en premier chef par d'immenses transferts de ressources publiques vers le secteur privé, démarche qui s'accompagne souvent d'une explosion de l'ENDETTEMENT, d'un accroissement de l'écart entre les riches A OUTRANCE et les pauvres sans importance et d'un NATIONALISME exacerbé qui justifie des dépenses colossales dans le domaine de la sécurité." Naomi KLEIN "La stratégie du choc"

Écrit par : nef | vendredi, 30 mai 2008 10:53

Ecrit par : nef | vendredi, 30 mai 2008 10:53

je vois que tu as de saines lectures ...

Écrit par : urbain | vendredi, 30 mai 2008 10:56

Ecrit par : urbain | vendredi, 30 mai 2008 10:56

J'ai bientôt fini ma fiche de lecture;-)))

Écrit par : nef | vendredi, 30 mai 2008 11:07

Ecrit par : urbain | vendredi, 30 mai 2008 10:56

D'ailleurs celui-là je l'achète, c'est une vraie bible;-)))
Merci Urbain pour m'avoir fait lire encore une fois un excellent livre.

Écrit par : nef | vendredi, 30 mai 2008 11:10

Ecrit par : urbain | vendredi, 30 mai 2008 10:56

L'expérience Shock Corridor/Artaud de Gail KASTNER avec ce psychiatre Cameron (qui avait examiné Hess a Nuremberg !)et la théorie de la page blanche est passionnante (enfin on se comprend).

Écrit par : nef | vendredi, 30 mai 2008 11:40

Ecrit par : f | vendredi, 30 mai 2008 09:55

Les torturés se protègent de la désorientation et de la privation sensorielle des électrochocs et bandes préenregistrées grâce à quelque sons lointains "quatre fois, j'ai entendu le pépiement des oiseaux au lever du jour. C'est ainsi que je sais que je suis resté là pendant 4 jours"

Bouleverser la chronologie, produire une page blanche, puis surchage de stimuli.

Écrit par : nef | vendredi, 30 mai 2008 11:54

"l'Europe suit le sillage de l'école de Chicago"

Il semble que ceci n'échappe plus à grand monde...



Un article à propos du livre de Klein (+ un commentaire intéressant) :

http://socio13.wordpress.com/2007/10/17/un-capitalisme-de-catastrophe-un-livre-de-naomi-klein-par-joseph-estiglitz/

Écrit par : f | vendredi, 30 mai 2008 12:00

Urbain voici ma fiche de lecture;-)))

http://socio13.wordpress.com/2007/10/17/un-capitalisme-de-catastrophe-un-livre-de-naomi-klein-par-joseph-estiglitz/

Ecrit par : f | vendredi, 30 mai 2008 12:00

Oui le commentaire fait allusion non seulement au fait que Naomi Klein rejette la théorie du complot, mais surement également à ce passage qui a du leur heurter

"Je ne dis pas que les régimes capitalistes sont par nature violents. Il est tout à fait possible de mlettre en place une économie du marché n'exigeant ni une telle brutalité, ni une telle poureté idéologique. la libre circulation des biens de consommation peut très bien cohabiter avec des services publics et gratuits, des écoles publiques et l'assujetissement de vastes pans de l'économie - une société pétrolière nationale par exemple au contrôle de l'Etat..."

Une vision Keynesienne, éloignée du marxisme, qui n'empêche pas le livre de Naomi Klein, d'être formidablement bien documenté et son propos sur la stratégie du choc d'être "journalistiquement" fort éclairé.

Restons groupés SVP face aux chocs et pages blanches.

Écrit par : nef | vendredi, 30 mai 2008 12:45

Une fiche de lecture par Stiglitz (qui prêche aussi pour sa paroisse) ; classieux.

Et pour ceux que cela intéresse (encore) :

"Pourquoi la droite aime les désastres"
Par Naomi Klein, Los Angeles Times, le 27 janvier 2008

http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1633

Que ce livre soit documenté, je n'en doute pas...

Écrit par : f | vendredi, 30 mai 2008 12:55

Que ce livre soit documenté, je n'en doute pas...

Ecrit par : f | vendredi, 30 mai 2008 12:55

mais encore...

Écrit par : nef | vendredi, 30 mai 2008 13:00

J'ai cliqué ! :) Houla, si monsieur Jean lis ça, il va être colère. Je connais sa réponse sur les 80% de la législation qui viendrait de l'Europe. Cela dit, j'avoue que j'ai pas creusé la question et que l'important est effectivement que les lobbies sont main dans la main avec les politiques nationaux et bruxellois pour orwelliser néolibéralement notre joli monde.

Écrit par : Nicks | vendredi, 30 mai 2008 14:18

Ecrit par : Nicks | vendredi, 30 mai 2008 14:18

Bienvenu au village;-))

Écrit par : nef | vendredi, 30 mai 2008 14:26

On oublie que les ONG aussi participent à ce travail de défense de biens publics contre ceux qui défendent des intérêts privés. On peut seulement suspecter que les moyens des uns ne sont pas forcément à l'échelle de ceux déployés par les autres. Mais on peut voir le lobbying comme une forme de réflexion politique articulée à l'action stratégique : faire entendre son point de vue dans l'arène des manières de voir et des intérêts variés et contradictoires auprès des législateurs. Ensuite, il incombe à ces derniers de mettre en place des règles strictes afin de ne pas succomber aux sirènes qui chantent (ou crient, comme on voudra) le plus fort. Cela dit, l'action des lobbies auprès des décideurs peut être riche d'informations sur l'état du débat public sur une question sensible. Pour qui le sujet est important ? Qui intervient, qui s'abstient ? Sous quel angle ? A quelles fins ? Qui bénéficierait de la décision attendue, qui en ferait les frais ? Les lobbies qui sortent du bois livrent des renseignements sur eux-mêmes et sur l'état du rapport de forces en présence.

On peut imaginer que les choses sont moins abruptement manichéennes qu'elles semblent l'être de prime abord.


Des infos sur le sujet:

http://www.linternaute.com/actualite/savoir/06/lobbies-france/en-savoir-plus.shtml

et

http://www.monde-diplomatique.fr/2007/03/BENILDE/14557

Écrit par : niemand | vendredi, 30 mai 2008 14:35

Ecrit par : Lord Nithorynque | vendredi, 30 mai 2008 10:47

ça peut lui suffire, si il y a une bonne bouteille de vin à partager !

Écrit par : adrien (de rien) | vendredi, 30 mai 2008 15:02

Ecrit par : Nicks | vendredi, 30 mai 2008 14:18

Jean est faché, il vient de m'envoyer un mail pour DELit de poésie;-)))

Écrit par : nef | vendredi, 30 mai 2008 15:06

Ecrit par : nef | vendredi, 30 mai 2008 13:00

Je n'ai pas lu le livre, donc...

En se basant sur les articles ici ou là, ça peut être intéressant ; si ça ne se limite pas à un catalogue de cas.
Il faut voir comment s'articule tout cela, comment les analogies sont tirées etc...
La thèse ; pourquoi pas. Je n'ai pas été convaincu par No Logo, je me méfie de cette altermondialisme un peu mode.
Si une catastrophe est une action continue produisant un résultat discontinu, c'est de la "nature" même du capitalisme de produire tout cela, c'est son paysage.

Écrit par : f | vendredi, 30 mai 2008 19:56

12 090 familles à la rue, la démolition continue...
Voir pseudo.

http://74.125.39.104/search?q=cache:1F2hVJKJ_CYJ:www.plan.be/admin/uploaded/200605091448074.PP096fr.pdf+cout+moyen+d%27un+chomeur+collectivit%C3%A9&hl=fr&ct=clnk&cd=3&gl=fr

En 2002 le coût moyen d'un chomeur était de 25 682 euros
Donc la note sera de 25 682 x 12090 = 310,5 millions d'Euros.

Mais l'année n'est pas finie et mon décompte très partiel.

Humm, ils auront le temps d'écouter FIP !

Écrit par : odm | samedi, 31 mai 2008 14:45

Ecrit par : f | vendredi, 30 mai 2008 19:56

Cela fait dix lignes dans le livre. Que je vous ai mis en citation intégralement l'autre fois. Tout le reste est passionnant, pas uniquement une étude cas. Je promets de vous le commenter plus longuement quand toute la planète aura fini de vouloir un laissez-passer pour l'enterrement de YSL.

pas lu no logo, souvent élu livre des bobos. Mais quand m^me je l'ai commandé à notre libraire préféré. oups urbain j'ai oublié de t'envoyer un mail pour les commandes.

Écrit par : nef | mardi, 03 juin 2008 15:33

J'avais pas lu ton comm sur un message de monsieur sevenseas. Quoi donc qu'il te dit ?

Écrit par : Nicks | mardi, 03 juin 2008 15:39

Ecrit par : Nicks | mardi, 03 juin 2008 15:39

Que son blog n'est pas un blog de poésie.
Sans blague !

Écrit par : nef | mardi, 03 juin 2008 16:36

Mais suite à quel commentaire ? Enfin moi il avait carrément pas passé ma déclaration (avec élévation de statue et demande du choix du matériau,questionnement sur les préférences en matière de bouquet de fleurs tout ça) à une intervenante que j'admire. Il n'aime ni la poésie, ni le fricotage, ni le second degré apparemment :oB

Mais pourquoi les néolibs (y compris de gauche) sont ils si méchants ?

Écrit par : Nicks | mardi, 03 juin 2008 16:43

Ecrit par : Nicks | mardi, 03 juin 2008 16:43

Parce qu'ils n'aiment ni le fricotage, ni la poésie, ni le second degré;-)))

Le système néolibéral et réactionnaire tourne en rond c'est bien connu.

http://nrv.20minutes-blogs.fr/archive/2007/09/17/%C3%A0-r%C3%A9action.html

Écrit par : nef | mardi, 03 juin 2008 16:50

Mais tu es multi-blogueuse ! Je ne vais plus savoir ou donner de la tête qui tourne ! (quand j'ai vu le sujet, j'ai cru que tu étais Sophie Favier, ça fait peur :oB )(tu n'es pas Sophie Favier ??? )(Bah remarque, elle était plutôt pas mal, jeune :oB )(alors comme ça tu es blonde ?)

Écrit par : Nicks | mardi, 03 juin 2008 17:06

Ecrit par : Nicks | mardi, 03 juin 2008 17:06

C'était le domaine d'extension de la lutte le blog que birenbaum avait offert à ses lecteurs à son départ. A la suite de petits, hum comment pourrais-je dire, problèmes avec la conception hiérarchisée qu'avait prise ce blog nous avons créé le village des NRV.

Normalement, sur mon billet, tu avais en illustration un noeud de moebius et un auto portrait photographique dans un miroir de Baudrillard torse nu (le nombril de baudrillard n'a donc rien à voir d'un point de vue érotique avec SSSSSofie Favier)

Écrit par : nef pas blonde à ce point | mardi, 03 juin 2008 17:14

Pas de déception à ce que tu ne sois point fofie favier ;o) Bon, en revanche, je n'ai que parcouru le sujet, il se trouve que je suis au travail et qu'en principe en ce moment, je devrais bien davantage être concentré sur le fait que la journée est finie ! :oB

Écrit par : Nicks | mardi, 03 juin 2008 17:27

Et bien bonne soirée !

Écrit par : nef | mardi, 03 juin 2008 17:29

Merci, toi de même ! :)

Écrit par : Nicks | mardi, 03 juin 2008 19:53

Un vrai bonheur ton rosé Petula du Luberon merci pour le conseil !!

Écrit par : epicurien | vendredi, 19 septembre 2008 17:20

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu