Avertir le modérateur

« Les occasions perdues... | Page d'accueil | TRISTE »

samedi, 26 avril 2008

Mon pote le blogueur…

free music

Figurez vous que je suis tombé sur deux émissions, sur Canal +, la première, "le grand journal", où j’ai vu et entendu, lors de je ne sais quelle occasion, l’excellent chroniqueur, J-M Aphatie se plaindre et pleurnicher du fait que depuis qu’Internet existait, des tas de fausses nouvelles circulaient et que nous-pauvres-journalistes-professionnels-de-talent, nous étions battus en brèche par de sales va-nu-pieds de blogueurs qui diffusent sous des noms d’emprunt des tas de buzz pernicieux, etc, etc et tatati et ttatata….

Je vous donne le refrain..

Vous connaissez la chanson !

Mes oreilles n’ont pas sifflé.

À noter qu’Internet est un outil important de communication de mon pote blogueur Aphatie. Sans commentaire.

Un peu plus tôt, un samedi, j’avais regardé une émission de Canal + (encore !) réalisée pas Pascale Clark, intitulée " un café l’addition " et où différents journalistes devisaient joyeusement sur le sexe des anges et le changement de look du président, événements essentiels, s’ils en étaient, et Daniel Schneidermann se trouvait là. Lors de l’introduction, elle présenta, le créateur " d’Arrêt sur image " comme blogueur.

Oh la la ! Si vous aviez vu la tête de l’impétrant  ? Offusqué et ulcéré !

J’ai observé, un peu rigolard, mon collègue blogueur Daniel Schneidermann et j’avoue avoir même regardé le pantalon du journaliste tant je croyais que Mme Clark avait renversé une casserole de sauce poulette sur l’illustre falzar. Après un bref moment d’étranglement il parvint à grommeler qu’il était avant tout journaliste, avec un J majuscule comme JOURNALISTE. Sous entendu :  sérieux, lui !  

Je vous donne le refrain.

Vous connaissez la chanson !

Mes oreilles n’ont pas sifflé.

À noter qu’Internet est l’outil principal de communication de mon ami du Net, Schneidermann qui gagne sa croûte grâce à Internet et à mon oseille qui couvre l'abonnement d'ASI, soit dit en passant. Sans commentaires…

Ainsi… Adieu, mes deux éphémères poteaux de la Toile, mes brefs frères de sang, mes furtifs et chaleureux confrères de la Toile d'araignée, vous ne voulez donc pas de moi comme collègue ? L’idée d’être répertorié comme blogueur vous est donc si insupportable, si intolérable, si insultante, si régressive ? Vous m’en voyez fort chagrin !

Larmes… De volatile insolent.

Je sais qu’avec des milliers de confrères dont je ne suis pas le porte-voix, quelques liens sont affichés à droite, nous représentons à vos yeux furibards, l’apostasie, l’hérésie, le satanisme ; la représentation du peuple, quoi ! Dans ce qu’il a de versatile, de contestataire, d’irrévérencieux, de créatif, d'interrogatif, de divers et de sage, aussi ! Les blogueurs vous emmerdent, n'est ce pas, Messieurs les journalistes ? Auparavant vous chantiez ? Et bien dansez maintenant !

Notre principal défaut ? Vous faire de l’ombre ? Je n’ai pratiquement jamais vu un blogueur se prendre pour un journaliste mais toujours l’inverse !

Contester votre pouvoir, nier votre représentativité ? Jamais de la vie. Vous n'avez jamais représenté que vous même et vos patrons de presse...

Qui d’entre nous saurait convenablement interviewer un homme politique ? Qui aurait cette prétention ?

J’avais écrit ce texte, il y a deux jours, et je suis tombé cet après midi sur un billet de Guy Birenbaum sur le Post dans lequel il commente avec sa verve habituelle, une attaque des vieux réacs de " Charlie Hebdo " qui ont instrumentalisé l’écrivaine Amélie Nothomb dont on se demande ce qu’elle vient faire dans cette galère, pour condamner l’anonymat coupable des gens qui surfent sur la Toile.

Un débat éculé : quelle est en effet l’importance de savoir que le patronyme exact de l’anonyme cui cui, est en réalité le non moins anonyme Dominique Susini dont l'autoportrait figure ici ?

Je vous le demande ?

Amis de cui cui, saluit !

Cui cui, plumitif anonyme...

7c3229ea8ff101b50eaee45d1805f9f3.jpg

Commentaires

Bravo cui cui

C'est bien de soulever ce point.
Notamment, M. Apathie que j'ai regardé dernièrement, assez étonnée, de voir sa mine d'enfant gourmand (mimique suppliante) réclamer d'être du voyage pour le prochain Festival de Cannes en direct au Grand Journal (l'année prochaine parce que là, il y était pas allé).
J'ai eu la même sensation que lorsque j'ai vu le Président de la République Française "se faire offrir" un stylo en direct.
Des attitudes banales. Non, du show bizz, le spectacle continue.
De quoi parlait on, au fait ?
Ah oui, des journalistes....

Écrit par : agathe | samedi, 26 avril 2008 21:00

Discrimination anti-athée dans l’armée US ?

Faut préciser que c’est évidemment le cas pour tous les régimes théocratiques (ce que ne sont pas les États-Unis). Cela étant dit, le NY Times vient de publier un papier très intéressant sur un jeune militaire athée, Jeremy Hall, qui porte plainte contre l’armée américaine pour l’avoir discriminé en raison de sa non-croyance. Son supérieur lui aurait signifié que ne croyant pas en dieu, il n’était ni patriote ni fiable. Quelques mois plus tard, Jeremy Hall quittera l’Irak après avoir reçu des menaces de soldats de son régiment. Le journal rappelle qu’en 2005 déjà, des plaintes de “cadets” de l’Air Force avaient été déposées contre des officiers évangélistes prosélytes.
à lire sur
http://blog.mendes-france.com/ .. ou .. egoblog.net
(Le (v)blog hyper subjectif et hyper media de Tristan Mendès France)

Écrit par : info-net | samedi, 26 avril 2008 21:55

Sympa billet, très juste, et très bien visé.
Bon billet, ami bloggueur. Et bon weekend.

Écrit par : Falconhill | samedi, 26 avril 2008 22:06

faut dire aussi aphatie ASI philippe val avec des references pareilles....

Elkkabach deontologue en ethique ça en revanche c'est du journalisme béton du journalisme d'investigation et de recoupement

oui oui y'a des conneries sur les blogues (sur les pires) mais au moins elles sont gratos
pis y'a aussi de l'info de la bonne de celle qu'on trouve pas dans la presse de conformation

y'a des bons et des mauvais blogues
tandis qu'il y 'a de mauvaises chaines de télés ou de mauvaises radios mais je n'en connais pas de bonnes

Écrit par : tgb | samedi, 26 avril 2008 23:06

bien vu cui cui...
De plus ni ruquier, ni elkabach, ni morandini (ah si lui, il parait que si!) ne sont blogueurs et ils n'ont pas hésité à divulguer de fausses infos...

Quand à la véracité d'un fait, la question reste posée....

sinon, merci pour le lien (le mien et le tien, surtout le tien!)

see ya!

Écrit par : skalpa | samedi, 26 avril 2008 23:50

pour vous réveiller en douceur :
http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=20221

Écrit par : info-net | dimanche, 27 avril 2008 05:20

Cher Cuicui,

C'est bien connu : les journalistes ne diffusent jamais de fausses nouvelles, ne sont jamais instrumentalisés par les pouvoirs politiques ou économiques et ont tous une déontologie béton (comme on dit à TF1).

Ark Ark Ark !

Bon faut que j'y aille, à ce soir ;0)

Zgur

Écrit par : Zgur | dimanche, 27 avril 2008 08:07

PETITE ILLUSTRATION DU BILLET.
PSEUDO;

Écrit par : odm | dimanche, 27 avril 2008 12:35

PETITE ILLUSTRATION DU BILLET sans les fautes.
PSEUDO.

Écrit par : odm | dimanche, 27 avril 2008 12:50

Un billet qui pointe une question qui devient de plus en plus lancinante. Au point que @si en a fait son dernier sujet en date : le duel médias traditionnels vs. médias internet & blogs. Schneidermann est dans son rôle lorsqu'il refuse le titre de blogueur et préfère celui de journaliste, lui qui oeuvre, du fait des circonstances, pour un modèle de journalisme d'investigation critique de la pratique des médias traditionnels sur le net.

Il n'a pas tort de procéder de la sorte puisque les médias classiques, qui ont tous une vitrine internet, ne veulent pas être confondus avec de simples blogueurs (les charlatans de l'information, non diplômés des écoles de journalisme), et utilisent ce terme pour discréditer y compris des confrères.

La différence est présumée reposer sur la sacro-sainte distinction entre des faits avérés (les fameuses informations recoupées) des journalistes et le n'importe quoi du blogueur de base. Le fait est que quelques affaires récentes ont montré combien les médias traditionnels n'étaient pas à l'abri des dérapages qu'ils reprochaient facilement aux blogs, sans toujours pouvoir en apporter la preuve.

C'est une question nouvelle qui demandera beaucoup de temps avant de trouver une solution acceptable.

Écrit par : off | dimanche, 27 avril 2008 15:26

la off attitude sur mon pseudo....

Écrit par : odm | dimanche, 27 avril 2008 16:05

Odm, je suis morte de rire, soi dit en passant que ce n'est pas parce j'apprécie des personnes que je t'obligerai ...
Par contre, j'ai une vrais tête d'endormie ;-))
Trop drôle...

Écrit par : agathe | dimanche, 27 avril 2008 16:13

Ecrit par : agathe | dimanche, 27 avril 2008 16:13
;-)))

Écrit par : odm | dimanche, 27 avril 2008 16:20

vraie oups lunettes !!!

Écrit par : agathe | dimanche, 27 avril 2008 16:32

Ecrit par : agathe | dimanche, 27 avril 2008 16:32

tu vois bien que t'es endormie !

Écrit par : odm | dimanche, 27 avril 2008 17:06

Christian Salmon parle de "24 heures chrono"

(clic signature)

Écrit par : (ne pas confondre) | dimanche, 27 avril 2008 20:17

Ecrit par : (ne pas confondre) | dimanche, 27 avril 2008 20:17

Lu et relu, la sensation étrange de m'être trompée, de ne pas avoir compris mais la première lecture était la bonne hélas. C'est donc ça.

Écrit par : agathe | dimanche, 27 avril 2008 21:20

Article à charge qui ne relate qu'une partie de cette fiction.
A savoir que les véritables responsables de la destabilisation de l'Amérique, toile de fond de la série, ne sont pas ceux qui sont désignés à la vindicte populaire.
La série dénonce des manipulations au plus haut niveau et les conspirateurs se dissimulent dans l'entourage immédiat du Président, n'hésitant pas à le tuer si celui-ci se montre trop respecteux des libertés et s'oppose aux plans des comploteurs.
Donc attention aux lectures simplistes et partiales de ce type de série.

Écrit par : odm | dimanche, 27 avril 2008 22:04

Cette question du patronyme (dont témoigne un corps, dixit A. Nothomb) voit dans la signature de l'auteur d'un texte le garant de la sûreté du contenu dudit texte. C'est une vision classique - le fameux "Aristoteles dixit" qui rendait indiscutable l'assertion placée sous son égide, ou bien, plus prosaïquement, une conception juridique - lorsqu'on sait à qui on a affaire, on peut poursuivre la personne dont on estime les écrits faux, diffamatoires, etc.

On pourrait opposer à cette critique de la présumée impunité du masque des blogueurs sous pseudo, dont la pensée, parce que non signée, ne vaudrait rien, une autre critique portant cette fois sur l'expression de l'opinion dite publique.

On admet en effet, sans ciller, que les sondages nous donnent un instantané de ce que pensent nos concitoyens sur tel ou tel sujet. Nous ne sommes pas dupes, bien sûr, des nombreuses médiations qui jalonnent le parcours qui va du recueil du point de vue d'individus au résultat quantifié par lequel l'oracle contemporain livre le fond de sa pensée. Comment une poignée d'anonymes répondant à des questions sur des thèmes sur lesquels ils ont été sollicités - sur la base de quelle connaissance ou de quel intérêt personnel préalable ? - s'avèrent témoigner de ce que pensent plus de 60 millions de personnes sur le sujet ? Le caractère supposé "scientifique" de la procédure est censé suffire pour y croire, grosso modo, sans être dupe là non plus, mais sans avoir pour autant la possibilité de faire autrement.

Comme on le voit, les choses ne sont pas simples. D'un côté un blogueur que l'usage d'un pseudo condamne, selon Nothomb, à ne dire que des choses sans intérêt. De l'autre, de parfaits inconnus qui expriment l'opinion de millions d'individus, anonymes. Opinion sur laquelle sont prises des décisions, sont infléchies des actions, etc.

Écrit par : off | dimanche, 27 avril 2008 22:37

Comme on le voit, les choses ne sont pas simples. D'un côté un blogueur que l'usage d'un pseudo condamne, selon Nothomb, à ne dire que des choses sans intérêt. De l'autre, de parfaits inconnus qui expriment l'opinion de millions d'individus, anonymes. Opinion sur laquelle sont prises des décisions, sont infléchies des actions, etc.

Ecrit par : off | dimanche, 27 avril 2008 22:37


C'est exactement ce qui peut chatouiller certains journalistes. La vocation de certains à fédérer autour de leurs écrits, de leurs dires et la notoriété qui peut en résulter. Je pense que certains journalistes (et d'autres) voient d'un mauvais oeil cette bouffée d'oxygène de l'écrit, cette nouvelle expression libre qui peut se passer d'eux aussi.

Écrit par : agathe | dimanche, 27 avril 2008 22:45

La question de la légitimité, encore. La légitimité serait alors quelque chose qui ne se construit pas, qui ne se prouve pas continuellement, mais juste un machin de classe, la classe des légitimes. Ils peuvent dire, écrire ; et les nouveaux supports, vecteurs n'y changent rien. Le légitime est transversal. C'est un nom.
Mais il faut en plus, selon Nothomb (texte faiblard), qu'il y ait un corps. La légitimité, c'est le nom ; et le nom, c'est le corps. Il faudrait en plus se coltiner le corps d'Aphatie... Il est logique, qu'ensuite, les légitimes viennent affirmer leur corps (et leurs cachets) à la télévision.
Non. La légitimité, c'est l'écrit, c'est le texte. Le texte établit sa propre légitimité, pas le notable qui se dit en être l'auteur.
La peur de l'arbitraire, du texte sans boussole où seuls les mots constitueraient la valeur du texte...
J'aime les pseudonymes, l'écrit sans incarnation, qui ne tient que par lui-même. Juste la chair des mots.

Mais maintenant, connaissant le corps de cui², il n'y a plus de doute, la légitimité est là :
http://copainsdavant.linternaute.com/cgi/album_photo/album_photo_diaporama.php?f_id_album=390610&f_id_image=2953189

.....

Et pour écouter quelques légitimes interroger une ministre non moins légitime :
http://www.rtl.fr/fiche/91140/christine-lagarde-invitee-du-grand-jury-rtl.html
Les réponses à propos de la participation, du RSA sont particulièrement profitables pour l'auditeur.

Écrit par : f | dimanche, 27 avril 2008 23:00

"Tout texte courageux et juste comporte une signature
Signer un article, un texte, un message de son nom, c'est produire son corps comme garantie de ce que l'on écrit"

elle a raison Amélie Nothomb.. non?

excusez.. je fais court là.. demain je bosse
et si j'arrive masquée d'un autre masque que celui qui me colle à la peau.. pas sûr qu'on me laisse entrer
bonne nuit

Écrit par : Maghnia | dimanche, 27 avril 2008 23:52

alors là, le cui cui, il a flingué grave :)
et je ne peux que battre des 2 ailes

Écrit par : borneo | dimanche, 27 avril 2008 23:55

juste un truc avant de fermer..
les lettres anonymes.. elles sont autorisées par la loi?

allez internet c'est un bal masqué.. tout le monde est d'accord
mais si ça doit dégénérer en tuerie.. (et je pèse mes mots.). alors y a plus jeu!

Écrit par : Maghnia | dimanche, 27 avril 2008 23:58

Excellent, et que dire de la démonstration.

Écrit par : agathe | lundi, 28 avril 2008 00:05

Ecrit par : Maghnia | dimanche, 27 avril 2008 23:52

"Signer un article, un texte, un message de son nom, c'est produire son corps comme garantie de ce que l'on écrit"

Produisez votre corps, Maghnia.

Écrit par : f | lundi, 28 avril 2008 00:07

Larvatus prodeo ...

Écrit par : urbain | lundi, 28 avril 2008 00:10

Ecrit par : f | dimanche, 27 avril 2008 23:00

Oups mon commentaire s'adressait à f même si les autres ne manquent pas d'intérêt ;-))

Excellent, et que dire de la démonstration.

Ecrit par : agathe | lundi, 28 avril 2008 00:05

Écrit par : agathe | lundi, 28 avril 2008 00:12

Ecrit par : urbain | lundi, 28 avril 2008 00:10

Ah les vacances ....

Bonne nuit ;-))

Écrit par : agathe | lundi, 28 avril 2008 00:15

Et puis Amélie devrait également évoquer, la chère enfant, le revers de la médaille et le paradoxe de l'usage répandu des citations Apochryphes.
Car si signer c'est utiliser son corps certain, ne se gèneront pas pour le prostituer ce corps...
Ainsi une citation en vogue en ce moment dans la bouche de notre premier magistrat et de ses nervis :

Michel Rocard : « La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde. »

Cette phrase, souvent employée dans le débat sur l'immigration, signifie presque le contraire de la version non tronquée, qui était « La France ne peut accueillir toute la misère du monde, mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part ».

CQFD....

Écrit par : odm | lundi, 28 avril 2008 09:08

Une citation apocryphe est une citation, souvent célèbre, attribuée à une personne qui n’a pourtant jamais tenu les propos rapportés, ou alors sous une forme différente. Il peut s’agir de modifications légères, qui donnent toutefois un aspect plus impressionnant aux propos. Dans la plupart des cas, il s’agit de pure invention.

Écrit par : traducteur bénévole | lundi, 28 avril 2008 09:09

" >
Et pendant quinze jours, après le déjeuner habituellement, ils cherchaient dans leur conscience, au hasard espérant y faire de grandes découvertes, et n'en firent aucune ce qui les étonna beaucoup."

G.Flaubert, Bouvard et Pécuchet.

Oui,
bien vu cui-cui,
y'en a pas un pour racheter l'autre, et si vous en voulez une preuve, écoutez la prestation de M.Leclerc ce matin sur France cul, expliquant , entre autres perles, et sans susciter le moindre commentaire des décrypyeurs patentés, qu'il ( je cite) "se lève tous les matins en se demandant quelle est son utilité sociale", ou , autre perle ( mais qui a quand même suscité une "pique", très fugace) : " pour la concurrence y' pas besoin de centaines de concurrents, 3 ou 4 suffisent .." ( sic), troublante synthèse de la "modernité" libérale.

et n'oubliez pas "le DVD" : "Enfin pris" ( P.Carles ).

Écrit par : urbain | lundi, 28 avril 2008 09:11

Comme la citation de bouvard et pécuchet a été tronquée par le formateur de site 20 minutes, je me permets de la reprendre :
:
"Observons",
Et pendant quinze jours, après le déjeuner habituellement, ils cherchaient dans leur conscience, au hasard espérant y faire de grandes découvertes, et n'en firent aucune ce qui les étonna beaucoup."

Ou, pour bien comprendre ce qui se passe, voir notre "paysage audiovisuel français", médiatique et politique, comme une vaste actualisation hypertrophiée et outrée du projet visionnaire de Flaubert .

Écrit par : urbain | lundi, 28 avril 2008 09:16

Ecrit par : odm | dimanche, 27 avril 2008 22:04

Mouarf !

Écrit par : nef | lundi, 28 avril 2008 09:31

Ecrit par : odm | dimanche, 27 avril 2008 22:04

Oui, mais,
il faudrait qu'odm nous fasse une exegèse de la secondaire de la proposition : "mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part ".
Quant à moi, et d'un point de vue de la figure du discours, c'est le "mais" qui est essentiel, typique d'une rhétorique "édulcorante" : d'abord une affirmation négative ( déjà une figure destinée à s'auto-nullifier) , qui en appelle à notre "bon sens" en prenant la forme de l'évidence "naturelle", que l'entendement ne peut qu'approuver, mais ... ( je reprends la forme même) , une conjonction dont nous savons bien qu'elle bien plus que "joindre" les deux parties de la proposition, "relativisée" par une "atténuation", réputée quant à elle en appeler à la perception "morale" qui doit corriger la brutalité du "phénomène" supposé pris initialement dans son im-médiate "réalité".
C'est la forme même du libéralisme, de la pensée bourgeoise comme dirait Marx : la dure "nécessité" du réel ( capitaliste) , et ses conséquences ( dont on perçoit quand même qu'elles ne sont pas toutes uniformément "bonnes"), doit être atténuée, humanisée, par des considérations "morales" .
On notera que la première partie de la proposition est aussi explicite, que la considération secondaire, édulcorante, relativisante, est floue et ambigüe.
"savoir en prendre fidèlement sa part "n'est pas du tout en contradiction, dans les termes, avec la "part du (Horte)feu " telle que la conçoit Bouffon, contrairement à ce qu'indique notre bon social démocrate ( Rocardien) odm.
En réalité, mon bon odm, si "on ne peut pas" ... on ne peut pas, et tout est déjà dit.
Le reste n'est qu'un habillage, l'habit neuf ( moderne) du capitalisme : le libéralisme social démocrate, de Bouffon/Fillon à Ségolène/ DSK, en passant par toute la clique de la "gauche de gouvernement" .

Écrit par : urbain | lundi, 28 avril 2008 09:54

erratum :
une conjonction dont nous savons bien qu'elle FAIT bien plus que "joindre" les deux parties de la proposition

( depuis virgile)

Écrit par : urbain | lundi, 28 avril 2008 09:57

chapeau, urbain, je n'ai rien compris.
je vais relire très lentement pour en retirer toute la substantifique moëlle.

j'espère que je ne tomberai pas sur un foutage de gueule...

Écrit par : fée-non-initiée | lundi, 28 avril 2008 10:16

La légitimité lance son comité des tics :

http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2334801&rubId=1097

Attention, grosse vision...
Tout y passe, dictature de l'émotion, Orwell, immédiateté, résistance...

Mais que reste-t-il à Virilio ?

Écrit par : f | lundi, 28 avril 2008 10:50

Amara :

"Pour Fadela Amara, la France doit soutenir le régime tunisien au nom de la lutte contre l'islamisme. "Dans les pays du maghreb, il y a la montée des islamistes. Il ne faut pas monter des feux partout, a expliqué la secrétaire d'Etat chargée de la politique de la Ville lundi matin sur RMC. Il faut aider certains régimes qui forment un rempart contre cette montée fascisante. Je crois qu'on gagnerait à être solidaire de ces régimes" a-t-elle déclaré, alors que Nicolas Sarkozy commence aujourd'hui une visite d'État de 48heures à Tunis."

"Invitée de RMC ce matin, Fadela Amara, secrétaire d’Etat à la Politique de la Ville, a admis ne pas «être d’accord sur tout» avec le chef de l’Etat, notamment sur les questions de droit de l'Homme. Par ailleurs, elle estime également qu'il faut "aider à la régularisation" des travailleurs clandestins, mais "au cas par cas".

Pas d'accord sur "les questions de droit de l'Homme" mais il faut "soutenir le régime tunisien". Une belle proposition encore...

Pour ceux qui doutaient encore que "l'ouverture" n'est en fait que l'inscription frimeuse dans le pouvoir de la géographie politique déjà en cours.

Écrit par : f | lundi, 28 avril 2008 11:05

Produisez votre corps, Maghnia.

Ecrit par : f | lundi, 28 avril 2008 00:07

Nu autant que possible ! Sinon tout masquage risque de dénaturer l'objet réel... Si l'on va jusqu'au bout du raisonnement...

Du coup, je veux voir, Amélie, Aphatie, Schneidermann, ElKabbach, Val, nus.

@ f

Non ce n'est pas moi cette photo, f...

Enfin une dernière précision. Mon nom n'est pas Susini mais le prénom est bon. J'ai failli mettre mon véritable patronyme mais comme je suis en Seine Saint Denis, le seul à porter ce nom et prénom et comme je ne suis pas sur liste rouge, j'ai préféré prudemment m'abstenir...

@odm : il a vachement l'air aigri le mec dessiné : tout le contraire de moi, plutôt boute en train et joyeux !

Merci à tous pour vos commentaires et salut !

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | lundi, 28 avril 2008 12:20

Ecrit par : fée-non-initiée | lundi, 28 avril 2008 10:16

C'est un peu "ramassé" , j'en conviens ...
mais soyez rassurée , c'est pas du foutage de gueule.

complément explicatif du complément : l'allusion à Virgile , c'est un passage de l'énéide :
"Timeo danaos et dona ferentes"
exemple classique de grammaire latine ( Petitmangin) figurant l'usage "extensif" que les latins font de la conjonction de coordination : "et" .
"et" dans le contexte du passage cité ne signifie pas ... et , au sens de "et aussi", mais "même et surtout".
Bref le vers de Virgile signifie , proprement traduit :
"Je me méfie des grecs, même et surtout lorsqu'ils apportent des cadeaux".
( et non pas "Je me méfie des grecs et des cadeaux qu'ils apportent" )

Rocard n'est pas Virgile, il en conviendra lui-même, et sa rhétorique est beaucoup plus faible, son style également, mais ... ses intentions sont claires :
« La France ne peut accueillir toute la misère du monde, même si elle doit savoir pour cela mettre un mouchoir sur ses idéaux illusoires et archaïques »

Écrit par : urbain | lundi, 28 avril 2008 12:48

Ecrit par : urbain | lundi, 28 avril 2008 09:54

Et quand je pense qu'il y en a qui se moquaient du style de off... C'était qui au fait ?

Écrit par : Moqueur | lundi, 28 avril 2008 13:04

anonymat, anonymat, il existe quand même les adresses IP, les fournisseurs d'accès, les moteurs de recherche (google is watching you, ne l'oubliez pas)....

De plus, même Rue89 est en revenu de ses courageux anonymes et rares sont les liens un peu institutionnels où il ne faut pas s'enregistrer avant de communiquer ou de commenter...

Sur ce ce, puisque nous ne sommes pas que des pseudos, boujou chez vous!

Écrit par : skalpa | lundi, 28 avril 2008 13:12

Ecrit par : f | lundi, 28 avril 2008 11:05

+1

Eh oui, tout est dans le "mais" ... ( c'est de saison, sans doute ).

Écrit par : urbain | lundi, 28 avril 2008 13:16

Ecrit par : Moqueur | lundi, 28 avril 2008 13:04

Tiens un merle !

Le merle moqueur... C'est bientôt le temps des cerises.

Salut collègue ! ;-)))

Que pensez vous des OGM ? Et des asticots engraissés aux antibiotiques ? Et de ce printemps pourri ?

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | lundi, 28 avril 2008 13:18

Ecrit par : borneo | dimanche, 27 avril 2008 23:55

Bornéo, heureux de vous revoir !

On vous met en lien.
Je vous avais déjà dans mes favoris. Franchement vous avez un super blog.

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | lundi, 28 avril 2008 13:25

faut pas vous nrv .. juste pour info :

Blogueurs et Responsabilité
http://www.maitre-eolas.fr/2008/03/24/905-blogueurs-et-responsabilite-reloaded
(journal d'un avocat - instantanés de la justice et du droit - Eolas)

Écrit par : Maghnia | lundi, 28 avril 2008 13:35

"Non ce n'est pas moi cette photo, f..."

La légende dit qu'il s'agit de votre conjoint... Etrange.

Non, bien-sûr. Juste pour dire ce qu'il peut y avoir de fluctuant et d'arbitraire dans l'identité...

"il existe quand même les adresses IP, les fournisseurs d'accès, les moteurs de recherche (google is watching you, ne l'oubliez pas)...."

L'anonymat, effectivement, existe bien peu. Cette garantie-là, pour ceux qui ne peuvent vivre sans garantie, devrait suffire.

Les graffitis, les mythes, les mots d'amour gravés dans les arbres, quelques chants populaires etc seraient alors sans valeur. Comme le bulletin de vote (youpi).

Il faut dire que Nothomb, sans son nom, vendrait certainement moins.

Écrit par : f | lundi, 28 avril 2008 13:43

f, ce que vous dites m'inspire plein de réflexions sur choc de l'image physique et le poids des mots. Lequel est le plus important ?

Le fait de découvrir le visage ou le physique d'un blogueur, change t-il la perception qu'on peut avoir de ses idées et ses mots ?

Les mots d'un blogueur inconnu ou anonyme ont ils plus ou moins de poids ? La notoriété n'affadit elle pas le propos ? Le contenu n'est il pas en définitive masqué par le contenant ?

Je trouve qu'il y a de beaux billets à faire sur ce sujet...

Je sais que même le choix du pseudo intervient dans la perception par les autres des réflexions qu'on couche sur l'écran...

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | lundi, 28 avril 2008 15:16

Tout ceci n'est pas très neuf...

Souvenons-nous : "la photographie va tuer la peinture", puis "le cinéma va tuer le théâtre", "la télé, le cinéma", "le blog, la presse écrite", etc.

Quelques années plus tard, tous les modes cohabitent, et parfois main dans la main. Le lecteur, le spectateur, la mémoire (le public, le temps) ne retiendront que les meilleurs...

Est-on si peu assuré de son talent, que l'on vienne à dénigrer l'étranger ?

Quant aux jounalistes, on s'étonne encore de leur courage face aux inoffensifs (piètre "liberté d'expression" - sauf rares exceptions), et de leur prudence à l'égard des puissants.

Et enfin, le pseudo/ano-nymat contre le nom, la marque...

Écrit par : anémie - pou[r]liche | lundi, 28 avril 2008 16:03

Ecrit par : anémie - pou[r]liche | lundi, 28 avril 2008 16:03

Joliment vu...

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | lundi, 28 avril 2008 16:34

Dans l'entretien d'El Kabbash par LaCroix, il y a un aspect intéressant de la justification de la méfiance que les médias traditionnels ou installés ont à nourrir envers le web...Il s'agit de la fascination bien-sûr négative, que la toile exerce sur eux, au risque pour les médias établis de se prendre un râteau en courant, comme des chiens derrière un renard, après les "infox" qui peuplent internet :

"Jean-Pierre Elkabbach : Il ne s’agit pas pour nous de donner des leçons, de nous opposer au progrès, mais de nous interroger : les nouvelles technologies posent des problèmes inédits à notre métier. Si elles permettent d’élargir l’offre à la planète et de favoriser comme jamais l’accès à l’information pour tous, elles s’accompagnent par ailleurs d’une suspicion : quelle est la part du vrai et du faux, de l’annonce et du ragot, du savoir et de l’opinion ?

Une information lancée sur le Net peut être reprise par tous les médias hexagonaux, voire internationaux. À l’ère de l’immédiateté, de l’apparence, de la dictature de l’émotion, la contagion est générale. À la manière du marché boursier, il y a une hypersensibilité et une hyperréactivité à toutes les nouvelles, vraies ou fausses. Il faut bien comprendre que cette mécanique emporte tout le système médiatique, et, avec lui, l’indispensable respect de la vie privée, de la dignité, de l’intimité. Même les maîtres en médias peuvent être submergés par cette vague."

En somme, la visibilité accrue de l'info, via les NTIC, aiguise, en le faisant apparaître au grand jour également, le caractère de "produit" qu'a l'information. Un produit hautement désirable que toutes les agences de presse, tous les organes d'information rêvent d'avoir en magasin à un point tel que, une fois l'un d'eux en possession du produit, tous les autres se battent pour l'avoir eux aussi. L'information initiale devient un produit et un objet de surenchère, chaque organe d'information ne se contentant pas de le reprendre tel quel, mais ayant à cœur d'y ajouter sa marque propre. C'est ainsi que placé dans un nouvel emballage, un produit défraîchi acquiert une nouvelle jeunesse, fidélise un public et en conquiert un nouveau.

Tout ceci au prix de la noyade des principes sacro-saints qui distinguent un journaliste (et la corporation dans son intégralité) d'un (vulgaire, cela va de soi) blogueur. Cela peut conduire à diffuser une info avant de vérifier que l'événement qu'elle annonce s'est bien produit quelque part, est arrivé à quelqu'un, a eu des témoins, a laissé des traces, etc.

En fin de compte, l'internet est le lieu de perdition des médias traditionnels conduits par leur propre appétit à dévorer l'info toute crue. La référence aux marchés boursiers ne manque pas de sel, car le mécanisme est le même. La rareté n'y est pas forcément, ni seulement l'info, mais le moment où on l'obtient. Le plus tôt on l'a, le plus tôt on agit, le plus vite on grille les concurrents. Et tant pis si au bout de l'accélération, un mur se dresse.

Il est enfin un peu ironique que ces remarques viennent de celui qui quelque temps plus tard aura annoncé le décès d'un animateur de télévision, en exclusivité. Et pour cause !

Écrit par : off | lundi, 28 avril 2008 17:48

Ecrit par : off | lundi, 28 avril 2008 17:48

Mais Off, le problème est que nos journalistes voient le Net comme un compétiteur à part entière de scoops ! Personnellement, j'ai toujours un certain recul quand un évènement est relaté exclusivement par la Toile...

J'ai personnellement une autre vision de ce média : Le scoop selon moi, est à l'information ce que les crackers de l'apéro sont au repas. Une base, un élément mais le principal d'Internet, toujours selon moins, est le contraire de l'immédiateté.

Laissons aux journaux la transcription de l'évènement, sa traduction sur le terrain, la description des faits mais pour ce qui est de l'interprétation, de l'explication de l'exégèse, les réactions de la diversité du Web et de ses blogueurs, me paraissent aussi fondées et intelligentes que les chroniqueurs des magazines de Presse... Et c'est justement ça qui gêne, me semble t-il, les journalistes professionnels.

Et pourtant, où est le mal ? Depuis la nuit des temps chacun possède une opinion, sur à peu près tout, mais c'est maintenant, que malgré la population pléthorique, chacun peut donner sons avis, qu'il soit débile ou non.

Autrefois, c'était les journalistes qui "faisaient l'opinion publique", aujourd'hui, la situation est très différente et cela ne fait pas plaisir à tout le monde...

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | lundi, 28 avril 2008 18:14

J'ai personnellement une autre vision de ce média : Le scoop selon moi, est à l'information ce que les crackers de l'apéro sont au repas.
cuicui

"préféro nukum cajouxi emballum sous vidus "*

* Je préfère les noix de cajou emballées sous vide.**

**Citation d'un romain lambda (c'est un comble) surnommé "Casanus" .

Écrit par : traducteur bénévole | lundi, 28 avril 2008 18:52

Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | lundi, 28 avril 2008 12:20

puisqu'il est question de grammaire et de linguistique avoir de drôles d'idées ne veut pas dire avoir des idées drôles
encore que ces drôles d'idées .. ce n'est pas du tout-neuf..
elles ont déjà été exploitées.. dans le temps.. non?
(pourquoi ça me fait encore penser au beurre?)

Écrit par : Maghnia | lundi, 28 avril 2008 18:56

Au fait, il est allé à Rome pour ses vacances Urbanus ?

Écrit par : odm | lundi, 28 avril 2008 18:56

Il y a sans doute plusieurs raisons à ce lamento assez courant de nos analystes-conjoncturistes-observateurs. Sans doute une inquiétude, une panique devant ce "média" versatile, grouillant, intenable. Une sorte d'explosion des hiérarchies et des procédures usuelles. Ce qui fait évènement (encore), c'est autant "l'information" véhiculée que son mode de propagation, sa genèse, la part d'incertitude etc... Un concurrent pas très loyal, parfois torve, qui n'hésite pas à relativiser le travail des médias traditionnels, comme on dit.
La nécessité de se regarder, de se (re)penser, à l'aune d'un média (Internet) si protéiforme, doit être également une difficulté. C'est la remise en cause d'une histoire, d'une tradition, d'une sorte d'aristocratie, sans doute. Journaliste, avec un grand J, ce n'est pas rien tout de même. Londres, Beuve-Méry, la rédaction, et finir sur la même ligne qu'un vulgaire blogueur du dimanche ; rageant. Il ne faudrait pas que ce blogueur (anonyme, peut-être ; illégitime sans doute ; bénévole, l'horreur) ait un quelconque écho. Voire qu'il soit bon. Hélas, la technique le permet, le réseau le permet, les interconnexions le permettent.
La "crise" de la presse coïncide également avec ce phénomène. Tirages poussifs, plans d'économie dans les journaux, sous capitalisation par les industriels propriétaires. Une fébrilité, une incertitude dans un moment difficile tandis que, parallèlement, Le Net se développe avec des modèles économiques propres.
Egalement, peut-être, cette tension constante, fatigante face à quelque chose de tentaculaire et imprévisible. Toujours sur la défensive, un soupçon de paranoïa, et la tentation d'y aller et le risque de la friction.
Les journalistes ne sont finalement peut-être plus très heureux (malgré les émoluments, malgré le cumul des mandats pour les stars (presse écrite, radio, TV)) dans leurs oeuvres ; bosser pour des marchands d'armes, subir les critiques incessantes, courir les risques de tomber, se sentir relativiser, voir son métier gavaudé...
Il faut qu'ils se retrouvent, s'aiment à nouveau.
Sauvons les journalistes ; ne lisons plus leurs journaux.

Écrit par : f | lundi, 28 avril 2008 19:20

pourquoi ça me fait encore penser au beurre?)

Ecrit par : Maghnia


parce que t'as envie d'un tango à paris

Écrit par : julien | lundi, 28 avril 2008 19:30

parce que t'as envie d'un tango à paris

Ecrit par : julien | lundi, 28 avril 2008 19:30

On va pas en faire une tartine.....

Écrit par : odm | lundi, 28 avril 2008 19:47

es ce qu'un d'entre vous a fait quelque chose pour un sans papiers dans la vraie vie ?

Écrit par : gloria | lundi, 28 avril 2008 19:50

Moi !
J'ai fait repreindre ma cuisine par l'un d'eux !

Écrit par : odm | lundi, 28 avril 2008 20:03

A propos d'Elkabach, je viens de lire ça sur Bakchich et ça m'a bien fait rire :

"Elkabbach, répondant aux questions de l’excellent quotidien La Croix, parle d’abord de George Orwell. Et si l’anarchiste Tory était encore vivant il viendrait sûrement lui foutre une baffe. Elkabbach et Orwell, ça s’assemble comme Georges Guétary et Léo Ferré."
http://www.bakchich.info/article3463.html

Le reste du billet est aussi savoureux

"Rarement mis au placard, en compagnie des balais, sa sortie est si rapide qu’il n’a heureusement jamais eu le temps d’y attraper la phtisie des ménagères. Les dirigeants de notre monde, et de la pensée juste, ont trop besoin de grands professionnels comme lui. Des gens durs dehors, souples dedans, et parfois l’inverse, ayant l’intelligence de l’air du temps. Jamais perdus puisque la batterie de leur GPS est directement branchée sur la girouette."

Mwaarf!

Zgur

Écrit par : Zgur | lundi, 28 avril 2008 20:30

Ecrit par : off | lundi, 28 avril 2008 17:48

Je suis déçu. Le Grand Elkabbach aurait pu diffuser l'info de la mort de Pascal à l'aide d'un pigeon voyageur. A l'ancienne.
Plus classe.
Plus raffiné.
Autre chose qu'un vulgaire Nokia.

Écrit par : lisseman | lundi, 28 avril 2008 20:40

quelqu'un a vu le dessin plus que douteux de Plantu à la 'une' du Monde cet-après-midi ?
(sur le thème de l'attentat contre le président afghan)

Écrit par : question | lundi, 28 avril 2008 20:47

Plantu a franchi la ligne jaune...

Écrit par : réflexion | lundi, 28 avril 2008 20:51

c'est bien moins drôle que les petits strips dessinés par odm

Écrit par : génuflexion | lundi, 28 avril 2008 20:51

Sauvons les journalistes ; ne lisons plus leurs journaux.

Ecrit par : f | lundi, 28 avril 2008 19:20

J'aime votre humour fin et perpétuel, f !

Mais ils ont compris depuis longtemps : ils ne sont plus journalistes avec un grand J, mais la plupart sont devenus animateurs de variétés de télé ou de radio avec un grand A comme A-N-I-M-A-T-E-U-R !

Avec des salaires d'animateurs, des groupies d'animateurs, des gardes du corps d'animateurs, des blogs d'animateurs, mais hélas aussi, des plumes de presse d'animateurs et une intelligence d'animateurs...

Y a pas à dire, Journaliste animateur, c'est un bon débouché pour les anciens de la Star'ac...

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | lundi, 28 avril 2008 21:08

Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | lundi, 28 avril 2008 21:08

Attention dans le com au dessus, je parlais évidemment de certains journalistes particulièrement mis en scène que beaucoup auront reconnu et non de ceux qui tentent de faire leur boulot consciencieusement comme il y en a beaucoup et qui pâtissent souvent de l'attitude et des turpitudes de leurs confrères très surexposés.

Cela va mieux en le disant.

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | lundi, 28 avril 2008 22:19

ceux qui tentent de faire leur boulot consciencieusement comme il y en a beaucoup

Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | lundi, 28 avril 2008 22:19

Mais ceux que tu dénonces font précisément ça : leur boulot, consciencieusement ...

Écrit par : urbain | lundi, 28 avril 2008 22:51

Je ne parlais pas exclusivement des journalistes-mannequins, bien-sûr.

Il y a tout cela également :

Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | lundi, 28 avril 2008 15:16

L'identité, la réception, le flux, ce genre de choses...

L'anonymat (factice) est intéressant. Seul ce qui est dit, écrit compte. Ne pas avoir à subir un individu ou à le construire, ne pas s'étaler dans le psychologisme. Il n'y a pas (vraiment) d'individus, seulement des différences de sens, d'idées. Ca forme un ensemble signifiant, avec des propositions contradictoires, convergentes, nulles etc.
Chacun est la parole de l'autre, ça travaille.

Le communisme.



Plus, plus tard ; peut-être...

Écrit par : f | lundi, 28 avril 2008 22:59

Du bon boulot, oui. Une émission, un programme...

"A la fin du conseil des ministres, François Fillon a, en effet, félicité le président de la République pour son «émission de référence» jeudi à la télévision, qui a «véritablement établi le cap des réformes pour le gouvernement."

L'excitation quasi généralisée autour de l'image, du show, des rapports entre pouvoir et spectacle (de plus en plus serrés), les mises en abyme, la politique etc... de Sarkozy me rappelle assez la réception du premier Loft story, à la tévé.
Tout le monde y trouvait son compte, émotionnellement et/ou intellectuellement et/ou pulsionnellement etc.
La rencontre entre Baudrillard et Morandini. Des théories, du fantasme, du décryptage, de la sociologie... Spectacle multicul.

Puis il y eu le 2, le 3, des dérivés. On n'en parlait plus vraiment. Mais le genre est resté, toujours là, laborieusement triomphant.

Eteindre la tévé.

Écrit par : f | lundi, 28 avril 2008 23:32

Il y eut.

Écrit par : f | lundi, 28 avril 2008 23:37

S'attendre - feindre de la faire - à ce qu'un entretien du président avec un aréopage de journalistes "embedded" dans le sarko-show, comme le fait Fion et d'autres commentateurs professionnels, change la donne, exprime et incarne l'action politique en cours et celle à venir - qui ne diffèrera pas beaucoup de ce qui se fait déjà , c'est en effet, inscrire l'action dans un présent à la fois immédiat et absolu. Le dire n'anticipe pas le faire, il y a plutôt continuité, voire interchangeabilité. Le pur volontarisme, qui est une pose, se confond avec l'agir (qui a eu lieu, qui aura lieu), en même temps que ce volontarisme absout l'action politique de ses conséquences néfastes. On peut en effet toujours supposer que la volonté triomphera de tout, y compris des effets non voulus de ce qui a été réalisé.

D'où la confusion des genres entre la politique ainsi exhibée en condensé et la télé-réalité. Une bulle médiatique pour horizon commun.

Écrit par : off | mardi, 29 avril 2008 10:00

Il y eut.

Ecrit par : f | lundi, 28 avril 2008

Il y aura.

Écrit par : . | mardi, 29 avril 2008 10:38

Et qui vivra verra

Écrit par : + | mardi, 29 avril 2008 10:59

Mais,
moi, je ne traque pas les sans-papiers.
moi, je ne pratique pas une politique de casse sociale.
moi, je ne distribue pas aux plus riches, je ne prends pas aux pauvres pour donner aux plus pauvres.
moi, je ne taxe pas, je ne privatise pas ; pas de clientélisme
moi, je ne place pas mes amis en des postes prestigieux.
moi, je ne mange pas des hamburgers avec Bush.
moi, je n'envoie pas des soldats supplémentaires en Afghanistan.
moi, je ne ronronne pas devant Ben Ali en affirmant qu'il est un rempart face à l'islamisme.
avec moi, pas de transsandental... trancendantal... Heu...
moi, je suis ce que je fais.
moi, je ne suis pas au fond de la piscine ; je suis sur le bord.

Écrit par : Jean-Edouard | mardi, 29 avril 2008 11:20

Allongement de la durée de cotisations ET augmentation des cotisations :


"Le secrétaire d'Etat à l'Emploi Laurent Wauquiez a précisé aujourd'hui sur i-Télé qu'une augmentation des cotisations retraite interviendra "dès cette année".

"Au niveau des cotisations sur les retraites et de l'allongement de la durée de cotisation, on demande un effort aux salariés. L'effort doit être partagé. L'effort qu'on demande de l'autre côté aux entreprises, c'est de s'investir vraiment sur tout ce qui est l'emploi des seniors", a exposé M. Wauquiez, en rappelant que les préretraites étaient désormais "taxées à mort".
Le plan gouvernemental sur les retraites transmis dimanche aux partenaires sociaux est plus flou. Il prévoit sans donner de date d'"augmenter progressivement les cotisations d'assurance vieillesse sans augmenter les prélèvements obligatoires" grâce à une baisse corrélative des cotisations d'assurance chômage."

Écrit par : f | mardi, 29 avril 2008 11:30

Ah, Laurent Wauquiez ce matin sur i-télé... Alors que les syndicats protestent après avoir été mis devant le fait accompli (la mesure des 41 ans de cotisations a été imposée comme allant de soi, sans négociations), la première question de la journaliste Nathalie Iannetta fut : "Laurent Wauquiez, les syndicats refusent de négocier avec le gouvernement sur la durée des cotisations et lancent déjà un mot d'ordre de grêve, est-ce que le gouvernement s'attend à faire face à des manifestations ?"
Ensuite dans la conversation, Laurent Wauquiez eut une belle formule : "il faut siffler la fin de la récréation".

Chez Peugeot Cycles, la direction annonce qu'elle délocalisera à Taiwan, sauf si les ouvriers acceptent de renoncer à 11 (onze !) jours de RTT par an, pour le même salaire.

Peugeot Cycles a sifflé la fin de la récréation...

Écrit par : (ne pas confondre) | mardi, 29 avril 2008 13:44

De telles remarques (Wauquiez ; Peugeot cycles...) valent mieux qu'un long discours pour dire où va la société française en cet An de grâce 2008.

Écrit par : CQFD | mardi, 29 avril 2008 14:23

Nathalie Iannetta, en bonne journaliste, réécrit les situations en les renversant, la faute du gouvernement devant être assumée par les syndicats. Ca ne vous rappelle rien ? Elle a parfaitement intégré la méthode Sarkozy : d'abord je fais le contraire de ce que je dis, ensuite j'accuse mes adversaires de l'avoir fait (voir l'intervention télévisée).

Laurent Wauquiez a aussi évoqué, parmi les "pistes suivies par le gouvernement", la possibilité de simplifier les conditions de cumul emploi-retraite. Le gouvernement a l'intention, au nom de "la liberté de choix du retraité" (sic), de supprimer les tracasseries administratives (par exemple, le délai de six mois entre le départ à la retraite et le début du cumul emploi-retraite). Ainsi, le retraité qui en aura envie pourra plus facilement se remettre au travail "pour gagner plus", et compléter ses revenus.

Si on extrapole, en imaginant l'avenir à moyen terme, on ne peut s'empêcher de penser à cette info que donnait f récemment :

(des retraités de Hewlett Packard ont décidé de (re)venir travailler gratuitement pour leur boîte, aux USA. Le versement des retraites étant lié à la vigueur de l'entreprise, les retraités n'ont d'autre choix que de s'investir à nouveau dans l'entreprise, sans salaire, afin de sauvegarder leur pension. Tandis que, parallélement, un plan de suppression d'emplois est en cours.
Merveilleux système : bosser jusqu'à 70 ans avec un salaire puis bosser jusqu'à sa mort sans salaire mais avec une retraite, afin de sauvegarder le système. A la mort du retraité actif, un nouveau salarié est embauché.
Ecrit par : f | 28 avril 2008)
http://play-list.20minutes-blogs.fr/archive/2008/04/28/grandes-decisions.html#c396350

Mais Laurent Wauquiez de nous rassurer aussitôt, en ajoutant que les retraités qui touchent une retraite de misère, eux, seront écartés du dispositif. Ceci pour éviter, dit Wauquiez, que la France se retrouve dans la situation du Royaume-Uni (ou du Japon), avec des personnes de 75 ans obligées de travailler comme pompiste ou dans des petits emplois salariés, en plus de leur retraite, pour arriver à survivre.

Donc : au nom de l'idéal libéral, les retraités doivent pouvoir continuer à travailler tout en étant à la retraite, SAUF les retraités les plus pauvres dont la volonté, en ce cas, ne serait pas libre (de toute façon, ajoute Wauquiez, "quand on a été maçon, par exemple, ou dans le cas de tout métier difficile, on n'est plus capable d'effectuer les même tâches passé la soixantaine"... et Wauquiez de glisser une petite blague : "par contre, chez les hommes politiques on peut continuer à travailler jusqu'à un âge très avancé", ha, ha).

La logique voudrait donc qu'on augmente les pensions de retraite les plus faibles. Mais, de cela il ne semble pas être question. Pour résumer, avec cette mesure seuls les retraités les plus aisés vont donc retrouver du pouvoir d'achat.

Écrit par : (ne pas confondre) | mardi, 29 avril 2008 14:55

HS//
info à Off ou Nef (je ne sais plus)
19h30 réunion place St Ser.. à la Bourse du travail dans ma ville (impossible de mettre le nom mais tu connais) avec la CGT pour les sans papiers
faire passer l'info
merci

Écrit par : ..Magh | mardi, 29 avril 2008 15:21

Ecrit par : ..Magh | mardi, 29 avril 2008


OK, n'oublie pas de déposer un comm chez play list

Écrit par : nef | mardi, 29 avril 2008 15:39

Quest ce qu'elle vient foutre cette pendule en haut à gauche ? D'où elle vient ?

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | mardi, 29 avril 2008 16:44

L'heure dans les commentaires, au contraire de la pendule, ne fait pas partie des nouvelles fonctionnalités des blogs 20 minutes, il semble...

Écrit par : f | mardi, 29 avril 2008 16:48

Ecrit par : (ne pas confondre) | mardi, 29 avril 2008

Oui, c'est inouï.
L'article du NYT, à propos de HP :

http://www.nytimes.com/2008/03/10/technology/10hp-1.html?pagewanted=1&_r=2&sq=hewlett-packard%20work%20for%20free&st=nyt&scp=1

C'est inouï du fait de la logique-même, de la mécanique totale, qui retombe sur ses pieds, la boucle est bouclée... La simplicité du système qui tombe comme une évidence.

Ce qui est bien avec la mort, c'est que les frais de fonctionnement du corps et la satisfaction des désirs du cadavre sont en quasi adéquation avec sa productivité.

Roc Eclerc (oui, je nourris une passion pour Roc Eclerc) s'occupe du reste. A son profit.

.........

Est-il encore nécessaire de le rappeler ?
Oui.

"De Tunis à Paris, les réactions se multiplient pour dénoncer les félicitations du président français à son homologue tunisien Ben Ali. Pour beaucoup, les affaires ont pris le pas sur les libertés."

http://www.liberation.fr/actualite/monde/323819.FR.php

Il parait que Glucksmann adore la nouvelle attraction d'Eurodisney. Sensations fortes...

"Trop cool. C'est pas les cocos qu'auraient inventé ça, hein..."

Saddam Hussein n'a pas eu la "chance" d'être considéré comme un rempart aux islamistes, lui...

Écrit par : f | mardi, 29 avril 2008 16:50

Ecrit par : f | mardi, 29 avril 2008

Ouf ! Ça y est tout est remis en ordre...

Jusqu'à ce qu'on change prochainement de bandeau...

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | mardi, 29 avril 2008 16:52

Si la tunisie avait du pétrole, Ben Ali le juste aurait du souci à se faire...

Écrit par : odm | mardi, 29 avril 2008 16:54

l'heure des posts a disparu, comme la charité de l'élysée !

Écrit par : odm | mardi, 29 avril 2008 16:55

Mouarf...

"La secrétaire d'Etat française aux droits de l'Homme Rama Yade a reçu cet après-midi à Tunis le président de la Ligue tunisienne de défense des droits de l'Homme, Me Mokhtar Trifi, au deuxième jour de la visite d'Etat du président français Nicolas Sarkozy.
"Toutes les questions ont été abordées. Je lui ai dit ce que je pense de la situation des droits de l'Homme en Tunisie, qui ne s'est pas améliorée, et que nous espérons que les engagements pris par les autorités tunisiennes devant les instances internationales à New York ou à Genève seront tenus", a déclaré Me Trifi à la presse à l'issue de l'entretien."

Je n'ai pas craint, dernièrement, de critiquer avec la plus grande force le régime de Pyongyang à mon chiropracteur coréen. Franchement. Et, sous ses doigts puissants , toutes les questions ont été abordées. Sans tabou.
Bon, il est né à Séoul mais c'est pas loin.

Écrit par : f | mardi, 29 avril 2008 16:55

Voilà... Si vous voulez voir le résultat maintenant, cliquez à nouveau sur votre lien...

A bientôt et salut !

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | mardi, 29 avril 2008 16:59

Ecrit par : odm | mardi, 29 avril 2008

Sur 20 minutes, ils sont en rénovation de blogs, ils modifient tous les outils d'édition, alors on mettra un post demain ! Agathe en a promis un, au plus tard demain matin...

Dans la chaudière tout à l'heure quand je suis arrivé, c'était le bordel le plus absolu !!!!

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | mardi, 29 avril 2008 17:12

plus d'heure sur les comm des blogs 20 minutes, damned ! mon alibi pour la journée du 29 avril ne tient plus

Écrit par : . | mardi, 29 avril 2008 17:21

Un petit dernier :

"Lundi soir à Tunis, le président français s'est refusé à critiquer la Tunisie, déclarant notamment: "Je ne vois pas au nom de quoi je me permettrais de m'ériger en donneur de leçons". Dans un entretien publié ce mardi matin, le président tunisien déclare quant à lui : "Nous acceptons volontiers la critique."

Brice Hortefeux est très beau et brillant. Saura-t-il accepter cette critique, au nom des droits de l'Homme ?
Je flippe un peu...

Écrit par : f | mardi, 29 avril 2008 17:27

Mais on peut lui concéder que lorsqu'il affirme "Je ne vois pas au nom de quoi je me permettrais de m'ériger en donneur de leçons", Bouffon est sans doute sincère et honnête , à sa façon : on sent bien que c'est un profond ressenti qui s'exprime .
Il est mal placé , il est vrai, à titre personnel, pour donner des leçons de morale politique et de droidelhommisme à qui que ce soit.

Écrit par : urbain | mardi, 29 avril 2008 17:41

Oui, et Ben Ali accepte aisément la critique que Sarkozy se fait à lui-même.

Écrit par : f | mardi, 29 avril 2008 17:45

Ah Merde ! L'heure...

Je vais tenter de me rappeler....

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | mardi, 29 avril 2008 17:47

Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | mardi, 29 avril 2008

Et si tu trouves tu nous dit, impossible de me rappeler !!!
;)

Écrit par : play-list | mardi, 29 avril 2008 17:54

Ecrit par : play-list | mardi, 29 avril 2008 17:54

Je t'envoie le script

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | mardi, 29 avril 2008 17:56

Merci cui-cui !!!

Écrit par : adrien (de rien) | mardi, 29 avril 2008 18:01

Les apparences sont parfois trompeuses... :-)
http://www.lequipe.fr/Football/breves2008/20080429_175845_ronaldo-surpris-par-des-travestis_Dev.html

Écrit par : (ne pas confondre) | mardi, 29 avril 2008 19:30

En primeur ( ça sort demain) le "livre" d'entretien de Valls avec Askolovitch ( celui qui avait initié la "trahison" de Besson )

C'est intitulé : "L’homme qui veut changer la gauche"

Et pour que vous mesuriez la nature et l'étendue du changement,
voilà un extrait de ce dialogue qui "dépote" , tel qu'il est donné en quatrième de couverture :

- Askolovitch : Tu dis bien « tout détruire » ?

- Valls : Il faut tout remettre en cause, oui. Et d’après moi jusqu’au nom du parti. Parti socialiste, c’est daté. Ça ne signifie pi us rien. Le socialisme, ça a été une merveilleuse idée, une splendide utopie. Mais c’était une utopie inventée contre le capitalisme du xix° siècle! Cela ne signifie rien aujourd’hui dans la globalisation, l’économie virtuelle, la crise écologique Nous n’avons plus de Terre promise idéologique, acceptons-le..

- A. : Tu détestes vraiment ce mot, socialisme, et ce parti ?

- V : C’est exactement le contraire. Si je détestais ce parti, le n’y serais pas depuis plus d’un quart de siècle. Et c’est pour le prolonger que je veux le taire renaître. Quant à ce mot, socialisme, il réveille toujours en moi des trésors d’émotion. Mais cette émotion est trompeuse, si elle obère l’action. J’ai besoin d’un parti et d’une idéologie pour les hommes et les femmes d’aujourd’hui. Je suis un politique du xxIème siècle, et c’est à cette aune que je prétends être jugé.


Dont acte !

Écrit par : urbain | mardi, 29 avril 2008 21:10

En Grande-Bretagne, le taux d'emploi des seniors atteint plus de 57%. Un record ! Comment ? Tout d'abord les retraites sont scandaleusement faibles. Ensuite, par mesure de lutte contre les discriminations à l'embauche des seniors, la Grande-Bretagne a supprimé le salaire à l'ancienneté.

Pas mal, non ? Voilà une mesure "humanitaire" dans l'esprit libéral. Donc, en GB comme ailleurs, il y avait un problème pour retrouver un emploi passé 50 ans. Le gouvernement se penche sur le problème et trouve - Oh my God ! - une "solution" qui pérennise l'origine du problème du côté du salarié (le vieillissement, comme un handicap) et subventionne en quelque sorte les employeurs en leur permettant d'embaucher des salariés compétents au prix d'un débutant.

La boucle est bouclée. Ce qui était un problème ne l'est plus. C'est un état de fait normalisé. Passez muscade.

Il y a fort à parier que ce genre de logique au profit des employeurs va s'acclimater en France.

A vot'bon coeur !

Écrit par : (on confond tout) | mardi, 29 avril 2008 21:11

"Nathalie Iannetta, en bonne journaliste,"

Ecrit par : (ne pas confondre) | mardi, 29 avril 2008 14:55

######################

C'est une blague, hein ? Parce que comme conformiste carriériste creuse (les 3 C), y a pas mieux !!!

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | mardi, 29 avril 2008 21:34

Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | mardi, 29 avril 2008 21:34

oui c'est ironique

Écrit par : (ne pas confondre) | mardi, 29 avril 2008 21:41

Ecrit par : (on confond tout) | mardi, 29 avril 2008 21:11

La suppression totale ou partielle de l'ancienneté est dans l'air du temps actuellement au sein du gouvernement

Écrit par : (ne pas confondre) | mardi, 29 avril 2008 21:45

Ecrit par : urbain | mardi, 29 avril 2008 21:10

Primeur déjà ancienne (vu la vitesse à laquelle vont les choses aujourd'hui), Valls était invité sur Franz Inter ce matin, et a développé tout ça. J'ai coupé assez vite pour me mettre le dernier album de Poni Hoax.

Écrit par : play-list | mardi, 29 avril 2008 21:50

Et voilà :

"Le bras de fer a tourné à l'avantage de la direction. Les représentants des salariés de Peugeot Motocycles ont accepté le marché qu'elle leur proposait : si vous réduisez de moitié vos RTT, on ne délocalise pas la production du nouveau modèle de scooter en Asie. Le comité central d'entreprise (CCE) a donc accepté mardi à Mandeure (Doubs) de renégocier l'accord sur les 35 heures en échange de la promesse de maintien de 1.050 emplois."

Écrit par : f | mardi, 29 avril 2008 22:13

Ecrit par : urbain | mardi, 29 avril 2008 21:10

La logique interne, l'articulation entre les 2 réponses de Valls est peu claire mais ça fait envie. J'en réserve 3 exemplaires.

L'emploi des seniors, sujet passionnant (hum). Senior, dans la logique du travail, ça commence à 55 ans. Voire moins. Senior, c'est quand quelque chose commence à décliner, il semble. En considérant l'espérance de vie moyenne, l'individu est senior pendant près de 30 ans. Plus long que l'enfance, que l'adolescence. Presque autant que l'age adulte.

"la Grande-Bretagne a supprimé le salaire à l'ancienneté."

Certains en parlent déjà. L'épatant Allègre, je crois. Le jeune ayant plus de nécessité d'installation dans la vie, d'obligation de loyer, de frais etc devrait bénéficier de ressources supérieures à celles d'un vieux (un senior, pardon) déjà installé, propriétaire, la convention obsèques dans la poche, sans désir.

Sans surprise.

"Je viens d'avoir trente-quatre ans, la moitie de la vie" écrivait Leiris.

.........

A propos de la "crise de la presse" :

http://www.liberation.fr/rebonds/323692.FR.php

La faute aux NMPP...

Le dernier paragraphe :

"Depuis la dernière guerre, le gouvernement de François Fillon et tous ses prédécesseurs considère qu’une presse fragile et vulnérable permet de gouverner avec plus d’aisance car elle ne peut survivre sans l’appui des pouvoirs publics. L’histoire a toujours démontré le contraire. En accentuant la fracture qui sépare les gouvernants des gouvernés, la méconnaissance de la société, induite par l’absence d’une presse d’information, ferme la porte des réformes et entrouvre celle des révoltes. Comme l’a montré Mai 68."

Vive la presse fragile !

Écrit par : f | mardi, 29 avril 2008 22:15

Ecrit par : f | mardi, 29 avril 2008 22:13

Il seront niqués dans un an ou deux, de toutes façons !

Vous me direz, c'est toujours un an ou deux de gagnés...

Mais enfin...

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | mardi, 29 avril 2008 22:34

oui c'est ironique

Ecrit par : (ne pas confondre) | mardi, 29 avril 2008 21:41

####################
J'avais compris...

Cela ne pouvait pas en être autrement ! Nous ne sommes pas sur le blog d'Aphatie, ici avec ses beaufs bovins... ;-))))

Le second degré est ma seconde nature depuis que je suis tombé dans la marmite préparée par le Druide du village...

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | mardi, 29 avril 2008 22:51

Il est même des retraités miséreux qui doivent vendre leur Peugeot 605 blindée pour survivre...
http://tinyurl.com/4j4tm2

Écrit par : (ne pas confondre) | mardi, 29 avril 2008 23:00

Un article d'octobre 2007 :

http://www.leblogfinance.com/2007/10/psa-peugeot-mot.html

Une interview intéressante de Olivier Bouba-Olga dans le Sciences Humaines de ce mois (à propos, entre autres, des "délocalisations"). Les économies effectuées en terme de coût de production lors d'une délocalisation peuvent être compensées en terme de coût de coordination. L'éloignement rend plus difficile la maîtrise de la qualité des produits, les délais de livraison. Et il cite une étude récente concluant que sur un ensemble d'entreprises occidentales installées en Chine, les 2/3 déclarent que leurs coûts unitaires y sont plus élevés que dans leur pays.

Écrit par : f | mardi, 29 avril 2008 23:05

La logique interne, l'articulation entre les 2 réponses de Valls est peu claire mais ça fait envie. J'en réserve 3 exemplaires.

Ecrit par : f | mardi, 29 avril 2008 22:15

J'en ai pris qu'un ( à titre de "spécimen" ) ...
je n'imaginais pas pourtant à quel point ce Valls était con. J'avoue que de ce point de vue il m'a épaté , mais ce qui est encore plus épatant c'est qu'il est présenté comme l'avenir du PS. , dont il représenterait un "courant" , "rénovateur" qui plus est .
Vraiment des "formes mortes qu'on nous agite" comme disait Badiou, des spectres comme disait Brossat ...

Écrit par : urbain | mardi, 29 avril 2008 23:27

Bon puisque cet article est encore d'actualité...

Une petite info, ne dites pas à GB mon pote le blogueur, mais plutôt mr le posteur....

Ps:
@ cui-cui:
ben par chez moi les archives fonctionnent..
pb de navigateur?

see ya les gens!

Écrit par : skalpa | mardi, 29 avril 2008 23:28

pour changer d'air :

http://www.dailymotion.com/relevance/search/tecktonik/video/x2ygqz_tecktonik-ambiance-electro

ou ça si vous aimez mieux :

http://www.dailymotion.com/relevance/search/tecktonik/video/x48vy7_les-vrais-origines-de-la-tecktonik_fun

Écrit par : Maghnia | mercredi, 30 avril 2008 00:10

Ecrit par : Maghnia | mercredi, 30 avril 2008 00:10

Moi j'aime beaucoup le sourire de la nageuse toulousaine Maghnia Metella
http://guyane.rfo.fr/article368.html
Elle me met de bonne humeur. Comment, ce n'est pas vous ? On m'aurait menti ? Ah bah désolé alors ;-)

Écrit par : (ne pas confondre) | mercredi, 30 avril 2008 00:55

à propos d'Elkabbach, toujours dans Bakchich :

Elkabbach, une carrière sans tâche ! par Sébastien Fontenelle
http://www.bakchich.info/article3523.html

Elkabbach menace d’« allumer » un opposant à Juppé :
http://www.bakchich.info/article3574.html

Écrit par : Rappel | mercredi, 30 avril 2008 01:10

Des nouvelles de Pamela des Barres ?

...


Une société de films pornographiques américaine a annoncé la mise en vente aujourd'hui d'un DVD montrant le musicien Jimi Hendrix en train d'avoir des relations sexuelles avec deux femmes, une vidéo amateur datant de 40 ans et acquise auprès d'un collectionneur. "Jimi Hendrix, guitariste de légende, va être vu dans un nouveau rôle, star de films X", a affirmé Vivid Entertainment, le plus gros producteur de films pour adultes au monde, basé à Los Angeles.
"Vivid a obtenu cette bande auprès d'un collectionneur de souvenirs du rock. Elle a été tournée il y a 40 ans dans une chambre d'hôtel", a indiqué Vivid, pour qui ces images sont un "documentaire sexuel qui offre un regard sur la désinhibition du rock n'roll dans les années 1960".
La société affirme avoir vérifié l'authenticité du film tourné en 8 mm, "avec plusieurs experts", dont une ancienne "groupie" et amante de Hendrix, Pamela Des Barres, et l'artiste Cynthia Plaster Caster, "célèbre pour avoir réalisé des moulages de pénis de vedettes du rock, dont celui de Hendrix".
"Ce nouveau film montre que Jimi Hendrix aurait pu être une grande star du porno aussi bien qu'une star du rock", a commenté le co-président de Vivid, Steven Hirsch.
(Source : AFP)

Écrit par : (ne pas confondre) | mercredi, 30 avril 2008 06:05

"Le bras de fer a tourné à l'avantage de la direction. Les représentants des salariés de Peugeot Motocycles ont accepté le marché qu'elle leur proposait : si vous réduisez de moitié vos RTT, on ne délocalise pas la production du nouveau modèle de scooter en Asie. Le comité central d'entreprise (CCE) a donc accepté mardi à Mandeure (Doubs) de renégocier l'accord sur les 35 heures en échange de la promesse de maintien de 1.050 emplois."

C'est sans doute l'application du donnant-donnant. Ou comment traiter un problème en en faisant assumer les conséquences par la partie la plus faible du rapport contractuel. Et ça marche ! Comme l'emploi des seniors en GB, payés à un salaire de débutant pour enrayer la discrimination dont ils font l'objet. Donnant-donnant : j'te donne un boulot, tu t'écrases sur le salaire. Et après ça, on nous dit que le PIB britannique est supérieur au français.

En Chine aussi, notre inimitable Raffarin, grand ami de la dictature, grand défenseur de l'idée qu'il convient de lever l'embargo européen des ventes d'armes à la Chine, décidé après le tir aux pigeons de Tiananmen, s'étale en compliments visqueux à l'égard du gouvernement dictatorial de ce pays, accuse gravement Delanoë d'avoir honoré le Dalaï-Lama, Prix Nobel de la paix. Encore le donnant-donnant : j'oublie les devoirs qui pèsent sur moi du fait d'être un représentant d'une démocratie, tu me signes des contrats.

Question : est-on encore un pays démocratique lorsque nos représentants en visite à l'étranger (en Chine, en Tunisie) oublient leurs leçons de grammaire pour ne retenir que celles de calcul, et nous fichent la honte ? Quel est alors le petit "plus" de la démocratie quand les élus s'assoeint joyeusement dessus ?

Écrit par : (on confond tout) | mercredi, 30 avril 2008 08:21

salut moi c est romaric suis burkinabe mais je reside en cote d ivoire depuis mon enfance.alors ma mere et mon pere qui sesont divorcer mon pere est donc aller en alger.et je suis le seul garcons de ma mere puisque j ai deux soeur .alors j aime vraiment pas voir mes soeur et ma mere souferre.j ai arreter l ecole en classe de sixieme et je suis en aprentissage dans un atelier de froid batiment.et je suis dans une ong de luitte contre le vih sida.alors je demande a tous personne qui vera se message de m aide a trouve du boulot je presise j ai 18ans .et je pourrai tous faire je vous en prie aider moi mon mail c est connind29@yahoo.fr pour ma soeur c est elisa_wice@hotmail.fr je vous en prie

Écrit par : bassole romaric | mardi, 22 juillet 2008 21:02

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu