Avertir le modérateur

« AVAILABLE | Page d'accueil | Mon pote le blogueur… »

vendredi, 25 avril 2008

Les occasions perdues...

3bbf8c0e869d5496619eb14de497a56c.jpg

Les affiches de l'exposition "Les Parisiens sous l'Occupation" ont disparu des panneaux Decaux. 

Une réaction (tardive !) de la Mairie de Paris à une juste polémique accompagnant cette exposition, qui offre une vision partielle et partiale (c'est le moins qu'on puisse dire !) de Paris sous l'Occupation.

 

Et pour cause:

André Zucca, l'auteur de ces photographies, était le correspondant exclusif du magazine Signal, organe de la propagande de l'occupant nazi sous l'occupation. Ce qui lui valait le privilège rare à l'époque de pouvoir travailler avec de la pellicule couleur... 

Christophe Girard , adjoint à la Culture, demande désormais l'arrêt de l'exposition.

Réaction réactive.. et c'est le cas de le dire, à côté de la plaque.

Je ne reviendrai pas ici sur la polémique qu'ont fort bien traitée beaucoup d'autres sites  ou blogs, notamment Arrêt sur images et Guy Birenbaum sur le Post.

Dénonçant, avec justesse et pertinence l'absence de toute mise en perspective et toute présentation critique dans l'exposition  qui montre une vision quasi idyllique d'un Paris ensoleillé peuplé de flâneurs élégants, une dolce vita de l'Occupation‐ qui de fait a existé: il était vital, pour l'occupant, de nourrir la propagande d'une ville restant la Ville lumière et d'assurer le repos et le divertissement du guerrier en laissant ouvert cabarets, théâtres, cinémas.. 

(la Mairie de Paris a depuis imposé un avertissement aux visiteurs). 

Ce qui reste stupéfiant, c'est le côté binaire des réactions politiques.

Exposition scandaleuse ? Réflexe de Pavlov : on enlève l'information, on veut arrêter, on censure ! 

Alors qu'il y avait là matière à un boulot fabuleux d'éducation à l'image, qui, faute d'être pris en compte par des commissaires d'exposition pour le moins complaisants et des autorités municipales ayant atteint leur degré d'incompétence, s'est limité aux sites et aux blogs suscités, et à l'intervention de quelques commentateurs (Annette Wieworka et Benjamin Stora sur France Inter). 

Cette exposition est emblématique de ce qu'est la propagande par l'image.

Oh, rien de lourd. Pas le grand jeu de l'iconographie totalitaire, pas l'efficacité géométrique des grands rassemblements. Juste la petite touche du hors champ. Qui laisse de côté les pénuries, l'étoile jaune, les tracasseries... le réel. Ou du moins ses formes sales, tristes, grises, dérangeantes... 

 

 d9b70c63e7d7c67d6aa19231ced951e4.jpg

 

 

 

 

Valdo

Commentaires

Oui.
Le sujet devrait être l'image, la médiation et il se réduit à l'imagerie, justement l'abolition de la médiation. Pas de médiation de la médiation. Finalement, une fois de plus, des images justes.
On revient au sens trivial de l'exposition ; c'est posé tel quel, le travail se réduit à l'idée de donner à voir, d'alimenter. C'est du facing.
Il ne faudrait pas que des liens soient tissés, que des invariants se dégagent, que ça discute avec aujourd'hui. Et on voit bien que la discussion n'est pas dans l'exposition mais à l'extérieur (la "polémique" actuelle). Une externalisation de la discussion, de la critique. Et quand on ne veut plus discuter "dedans", la censure n'est jamais bien loin.
C'est finalement dire que l'image est idyllique comme le Paris de l'époque. Que Paris est une image ; éternelle. Avec ses cartes postales.

Écrit par : f | vendredi, 25 avril 2008 09:36

La première photo est un exemple de photos de Paris sous l'occupation trouvé dans les archives du net, la dernière est une de celle de l'exposition.

Merci Valdo pour ce billet, la neutralité des images de cet expo renvoie à quelques propos prononcés, il y a peu :

Nicolas Sarkozy : "La France n’a commis aucun génocide. La France n’a pas inventé la solution finale".

Pas responsables, une bonne décomplexion quant aux faits historiques, c'est pas moi, c'est l'autre. En France, il ne s'est rien passé.

Evidemment, cette exposition est dans la "tendance"...

Écrit par : agathe | vendredi, 25 avril 2008 09:43

En gros, pas encore de quoi s'NRV : ils ne sont pas en train d'effacer "Trotsky"...

Écrit par : sclérose - en pla[n]que | vendredi, 25 avril 2008 10:43

La première photo est un exemple de photos de Paris sous l'occupation trouvé dans les archives du net, la dernière est une de celle de l'exposition.

Ecrit par : agathe | vendredi, 25 avril 2008 09:43

Précision ô combien utile. Ces deux photos offrent un contraste qui parle de lui-même : les restrictions entraînant la pénurie alimentaire, sur l'une, opposées à l'insouciance d'enfants jouant tranquillement.

D'un côté, une représentation de la situation sociale, économique et politique d'un moment de l'histoire d'un pays (la France sous l'Occupation), et qui ne figure pas dans l'exposition des photos prises par Zucca. De l'autre, cette image atemporelle de l'enfance et ses jeux.

Cette absence du temps présent dans les clichés est aussi un élément du hors-champ de la situation photographiée par le photographe en question, son angle de vue déterminant la réalité à figurer. Car il s'agit bel et bien d'une réalité. Ses photos ne sont pas fabriquées avec des modèles pour représenter quelque chose qui n'existe pas. C'est plus fondamentalement l'absence de tout contre-point apporté à un contexte connu par ailleurs qui déséquilibre le portrait de l'époque ainsi tiré par un photographe aux ordres.

C'est aussi un enseignement pour la période contemporaine. Comment s'y prennent ceux qui ont accès à la parole publique et qui sont sous le regard des médias et dont le destin dépend du suffrage populaire pour néanmoins présenter leur action sous le jour qui leur soit le plus favorable possible ? Cela concerne les politiques comme les décideurs économiques et tous ceux dont le travail est de préserver leurs intérêts en tentant d'influencer l'opinion (qui, pour eux, est un con - pour reprendre la formule).

La réponse est donnée par Zucca : cela passe par une manipulation "soft" du réel par omission. Ce qui est soft dans la forme, pas dans les effets ("Dieu que la guerre est jolie !").

On peut ajouter à ce premier procédé un second qui touche à l'emploi systématique de la novlangue (tous ces vocables attrape-tout à la définition incertaine de leur périmètre d'action et de leur signification précise : "la réforme", la "modernité", etc...), qui sont d'autres figures de l'omission, de l'élision, de l'allusif, du flou, pour mieux faire accepter l'inacceptable en jouant sur la prétendue contrainte des faits et sur lesquelles une critique argumentée peine à trouver prise. Celle-ci, face à la réalité qui s'impose à tous, passant facilement pour irrationnelle, irréaliste, utopique, irréalisable, complexe, etc.

Ce message peut être un discours articulé, mais il peut être également une suite d'images creusant encore et toujours le même sillon. Une sorte de Mantra. Dans tous les cas il s'agit de convaincre qu'il n'y a qu'un seul chemin correct. L'Un qui est l'ordre et le multiple, le chaos.

Les images de Zucca pouvaient servir de "valeur refuge" en donnant aux contemporains d'une période pas drôle des images d'un monde quasi onirique. De mêmes les discours contemporains des politiques viennent-ils flatter ce même imaginaire de chacun souhaitant croire mordicus à la capacité d'un héros à transformer en mieux les conditions de vie matérielles de ses concitoyens, pour peu qu'il ait les mots magiques pour le dire.

Écrit par : off | vendredi, 25 avril 2008 11:55

IL manque une petite partie du billet... (Pas reçu, Agathe, ou trop long?) J"'y rapprochais cette volonté d'"actualité heureuse" avec le brouhaha médiatique actuel. et je m'interrogeais par ailleurs sur le devenir de l'"éducation à l'image" à l'école... qui n'est vous vous en doutez, plus une priorité budgétaire.

Écrit par : Valdo | vendredi, 25 avril 2008 12:08

Pas reçu Valdo, si tu peux me l'envoyer, je compléterai.

Écrit par : agathe | vendredi, 25 avril 2008 12:10

Aïe, je ne l'ai pas ici...
Pas grave, ça renvoyait aux remarques faites plus haut sur combien une information "heureuse" et "apolitique" est foncièrement politique...

Écrit par : Valdo | vendredi, 25 avril 2008 12:31

En poussant la métaphore, on pourrait lier ces deux époques, celle de Zucca et la période contemporaine, au moyen d'un traitement singulier de la figure du Juif. Le Juif, comme archétype, bien-sûr, défini à travers la construction sociale du problème en fonction de la solution qu'on lui administre. Si bien que "Le Juif" dont il s'agit ne renvoie pas à une personne ni à une catégorie de la population, mais bien plutôt à un repère stigmatisant qui le différencie des foules qu'il côtoie dans l'espace public et dont il ne serait pas distinguable autrement.

En ce sens bien précis, "Le Juif" est toujours le produit d'une construction réalisée par autrui et appliqué à un objet sommé de correspondre à l'identité qu'on lui a créée.

On aura tôt fait du coup de comprendre que ce qui est désigné par là est une opération pour traiter ce qui est partout et portant visible nulle part sans les effets de l'opération de constitution initiale.

Ce qui est partout, c'est à dire dans l'espace public et publico-médiatique, ce sont les problèmes sociaux et leurs victimes, ce sont les délocalisations et ceux qui restent sur le carreau, ce sont les "étrangers travailleurs clandestins", et la liste est longue. Mais l'omniprésence de ces "Juifs" se marie parfaitement avec leur invisibilisation dans les discours autorisés et les politiques publiques.

Ceux-ci normalisent, banalisent, rendent réelles leurs visions du monde comme la seule, sinon possible, du moins légitime ou/et inévitable. Restent aux "Juifs" du temps à s'adapter à ces conditions qui leur sont faites et leur ont valu leur statut.

Ainsi la France occupée a-t-elle un visage souriant et insouciant, les chômeurs d'aujourd'hui ont-ils l'apparence de fainéants et de profiteurs, les rentiers actionnaires d'entrepreneurs, le marché de la finance mondialisée l'apparence du poumon de l'économie également globalisée.

Toutes ces pièces rentrent dans le même puzzle qui tient lieu de monde tel qu'il est, tel qu'il va. Seul "Le Juif" ne participe d'aucun jeu, si ce n'est à celui essentiel, de donner corps à une marge inassimilable, aberrante, problématique, qu'il faut bien se garder de faire entrer dans notre univers ordonné sous peine de le menacer dans ses structures.

Heureusement, notre monde ne manque pas, selon l'époque, de Zucca ou de Hortefeux pour se coller à la tâche.

Écrit par : off | vendredi, 25 avril 2008 13:42

À André Zucca, on peut (largement) préférer Pierre Zucca
http://cinema.fluctuat.net/blog/25659-pierre-zucca-des-retrouvailles-en-dvd.html

(HS / à propos de la forme de l'intervention d'hier soir : tandis qu'il supprime des postes de professeurs de français, le président de la République s'est exprimé en faisant un nombre incalculable de fautes - accord des participes passés, conjugaison des verbes - et en ayant parfois recours à des expressions argotiques)

Écrit par : un NRV fan d'agathe et de valdo | vendredi, 25 avril 2008 13:55

Et cette volonté à ne pas vouloir faire des images au moment où Le Pen remet ça (mais c'est une image, n'est-ce pas)...

Alors, plutôt cela :
http://www.libelabo.fr/2008/04/24/germaine-tillion-sur-sa-deportation/

Écrit par : f | vendredi, 25 avril 2008 14:15

Ecrit par : un NRV fan d'agathe et de valdo | vendredi, 25 avril 2008 13:55



Mes lunettes noires ! Où sont-elle passées ? mais que vais-je faire de toutes ces fleurs ? ;-))
Trêve de plaisanterie...
Merci, c'est touchant.

Écrit par : agathe | vendredi, 25 avril 2008 14:37

Ecrit par : Valdo | vendredi, 25 avril 2008 12:31

Girard humour ?

Écrit par : nef | vendredi, 25 avril 2008 16:06

EUh... Disons lapsus !;-)

Écrit par : Valdo | vendredi, 25 avril 2008 16:16

J'avais corrigé la faute en complétant le papier, mais bizarrement j'ai envoyé une mauvaise version à Agathe...

Écrit par : Valdo | vendredi, 25 avril 2008 16:17

Oups, je n'avais pas vu, mauvais zesprit !!!! Je vais corriger illico.

Écrit par : agathe | vendredi, 25 avril 2008 16:33

Mouarf...

http://www.20minutes.fr/article/227679/Economie-Polemique-autour-du-financement-du-RSA-par-la-prime-pour-l-emploi.php

L'Homme "valable" a cette propriété physique qui fait qu'il se démultiplie sans ajout de matière, sans rien perdre de ses propriétés et qualités. L'Homme valable qui perd un peu reste valable tandis que celui qui gagne ce que le valable a perdu devient valable à son tour.

Mais, comme dit Hirsch, il n'y a pas d'esthétique de la démission...

Écrit par : f | vendredi, 25 avril 2008 16:35

280000 euros d'émission pour que Sarkozy montre aux français qu'il peut avoir l'allure d'un président (dixit politilogues et journalistes charlots), en plus du salaire, des falcons, des cartes bleues des gonzesses, des réceptions de Rachida, des frais de coiffeur....

il atteint un budget elyséen. Et ses dépenses somptuaires prennent des allures africaines.

Écrit par : nef | vendredi, 25 avril 2008 16:35

Ecrit par : nef | vendredi, 25 avril 2008 16:35


Normal, dans un république bananière, il est plus équitable qu'il n'y paraît puisque le budget des simples citoyens prend lui aussi des allures africaines.

Écrit par : nef in ze city | vendredi, 25 avril 2008 16:40

tout ça nous éloigne du sujet.

Écrit par : dommage | vendredi, 25 avril 2008 16:52

Ecrit par : dommage | vendredi, 25 avril 2008 16:52

frontal

Écrit par : nef | vendredi, 25 avril 2008 17:00

Dans la catégorie "Flatterie veule" le prix spécial du jury des phrases prononcées dans les émissions de grande écoute est attribué au....Minibush, pour cette phrase superbe prononcée devant des milliers de témoins (depuis hier soir, le Xavier Bertrand demande à chacun de ses visiteurs ce que ça peut bien vouloir dire): "Si on n'est pas inquiet quand on est jeune, c'est qu'on n'est pas jeune".

Je le réécris pour le plaisir de rire (mais aussi, bien plus grave, parce qu'un tel degré de nullité crasse, par ce qu'il engendre comme doutes quand à l'efficacité de la démocratie et de l'élection du président de la République au suffrage universel), ne peut pas ne pas avoir de conséquences:

"Si on n'est pas inquiet quand on est jeune, c'est qu'on n'est pas jeune".

Bravo, monsieur Sarkozy, bravo! Pourquoi ne pas faire figurer votre "pensée" en lettres fluorescentes et clignotantes, sur le portail de l'Elysée ou au sommet de la Tour Eiffel, et dans toutes les langues? Il faut absolument en faire profiter tous les touristes qui viennent en France!

""Si on n'est pas inquiet quand on est jeune, c'est qu'on n'est pas jeune".

Écrit par : etrun | vendredi, 25 avril 2008 17:16

Rhétoriquement parlant, cette formule a sans doute été prononcée en défausse de quelque chose. Si l'inquiétude est une propriété de la catégorie "jeunesse", alors ce n'est pas un événement extérieur (p.e. une mesure politique négativement orientée sur les membres de cette catégorie) qui en est la cause. Autrement dit, il n'y a pas de responsable à mettre en cause.

Dans la terminologie sarkozyste, cette phrase est la version polie de : "j'm'en bas l'coquillard"

Écrit par : analyse de texte | vendredi, 25 avril 2008 17:23

etrun, que pense-tu de celle-là :

"les Français m'ont élu pour donner le sentiment aux plus démunis qu'ils seront protégés"...

Pas mal, non ?

Écrit par : adrien (de rien) | vendredi, 25 avril 2008 17:29

Interesting...
http://tinyurl.com/5km5l7

Écrit par : Sex in the country | vendredi, 25 avril 2008 17:35

Excellent billet, Valdo.

""Si on n'est pas inquiet quand on est jeune, c'est qu'on n'est pas jeune".

Ecrit par : etrun | vendredi, 25 avril 2008 17:16

Si on veut faire du "Desproges du pauvre", on pourrait écrire aussi :

"si on est inquiet quand on n'est pas jeune, c'est qu'on aura du mal à passer l'hiver"

Excuse Etrun, tu en avais la primeur, mais je ne résiste pas au fait de la diffuser ici !
Je l'avais déjà sorti sous un autre pseudo en direct sur un autre blog, hier...

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | vendredi, 25 avril 2008 17:38

Ecrit par : sclérose - en pla[n]que | vendredi, 25 avril 2008 10:43

au Brésil?

Écrit par : !! | vendredi, 25 avril 2008 17:43

Ecrit par : un NRV fan d'agathe et de valdo | vendredi, 25 avril 2008 13:55

Pffffff!!
c'est pour faire d'jeun'
heureux qu'il n'ait pas mâché du chewing-gum
http://www.dailymotion.com/relevance/search/hollywood%2Bchewing%2Bgum/video/x2uvpj_hollywood-chewinggum-vtt_ads

Écrit par : Maghnia | vendredi, 25 avril 2008 17:45

Ecrit par : Sex in the country | vendredi, 25 avril 2008 17:35

Juste la fin :

"Nul doute que ces noeuds-là stimulent les théoriciens de l'extrême gauche et suscitent de ce côté-là un bouillonnement. Il contraste avec l'ambiance crépusculaire qui semble s'être emparée de la réflexion libérale qui se réclame d'Aron et de Tocqueville. Alors qu'on voit des philosophes comme le Français Alain Badiou, les Italiens Antonio Negri ou Giorgio Agamben, l'Américain Michael Hardt ou le Slovène Slavoj Zizek constituer, parfois de façon brouillonne, une nouvelle constellation de philosophie politique critique, la tradition libérale en France s'est comme figée sur sa posture mélancolique ou décliniste. Quand elle n'est pas devenue franchement réactionnaire !"

Écrit par : f | vendredi, 25 avril 2008 17:49

Pierre Assouline, à propos de cette exposition :

http://passouline.blog.lemonde.fr/2008/04/07/loccupation-tranquille/

Écrit par : f | vendredi, 25 avril 2008 18:15

Sarkozy : "les Français m'ont élu pour donner le sentiment aux plus démunis qu'ils seront protégés".

Il ne s'agit pas de faire, mais de "donner le sentiment"

Ecrit par : Samantha Jones | jeudi, 24 avril 2008 23:13


"les Français m'ont élu pour donner le sentiment aux plus démunis qu'ils seront protégés"...

Pas mal, non ?

Ecrit par : adrien (de rien) | vendredi, 25 avril 2008 17:29

Écrit par : les grands esprits se rencontrent | vendredi, 25 avril 2008 18:20

Ecrit par : adrien (de rien) | vendredi, 25 avril 2008 17:29

Grand prix du Jury, la meilleure.

Écrit par : agathe | vendredi, 25 avril 2008 18:22

Ecrit par : Maghnia | vendredi, 25 avril 2008 17:45

le bmx, seul vélo adapté à la taille de Sarko

Écrit par : Laurent Jalabert | vendredi, 25 avril 2008 18:24

Q : Quelle est votre occupation préférée ?

R: l'Occupation allemande.

Écrit par : rionzunpeu | vendredi, 25 avril 2008 18:25

Et cette exposition semble connaitre, dans ses coulisses, des querelles et des enjeux plutôt glauques :

http://tinyurl.com/4tsuyk

Alors l'image, son statut, sa critique...

Écrit par : f | vendredi, 25 avril 2008 18:30

Ecrit par : adrien (de rien) | vendredi, 25 avril 2008 17:29
Ecrit par : les grands esprits se rencontrent | vendredi, 25 avril 2008 18:20

Celle là, ce serait plutôt pour la catégorie " splendide lapsus", non?
"les Français m'ont élu pour donner le sentiment aux plus démunis qu'ils seront protégés"...

Si c'est pas Raffarin, si c'est pas du Sarkozy himself, ce qui est probable, ça peut être sorti du crâne bronzé de ce phoenix de Thierry Saussez (cent soixante quinze ans et quelques millions d'euros décrochés en conseils vaseux à l'occasion des élections de maires et de conseillers généraux conservateurs aux quatre coins de France)?

Écrit par : etrun | vendredi, 25 avril 2008 18:35

L'histoire de cette expo retracée par Le Monde est en effet édifiante et ne fait que confirmer le billet de Valdo d'une certaine façon.

Il y en a un qui doit être dans ses petits souliers, c'est Azéma : quand le désir de notoriété est plus grand que la rigueur historienne voilà ce qui arrive...

Écrit par : juliette dze | vendredi, 25 avril 2008 18:43

petite illustration de Sarko et les jeunes.
pseudo.

Écrit par : odm | vendredi, 25 avril 2008 18:45

Ecrit par : odm | vendredi, 25 avril 2008 18:45

Mouarf

Ils ont de quoi ...

Écrit par : agathe | vendredi, 25 avril 2008 19:01

mouais.
zucca aurait pu faire merveille en Afghanistan.
Sarko devrait y songer à envoyer un photographe (Paris Match en a de très bons ds ce genre) la-bas pour ramener des clichés d'enfants Afghans à l'école, marchand sur les route de l'OTAN, courant entre les blindés en riant, et se faisant soigner ds les hopitaux de campagne des troupes Françaises.
ben ouais quoi, en Afghanistan, c'est pas la guerre...
Tu l'as dit Bouffi !

Écrit par : odm | vendredi, 25 avril 2008 19:38

Enfin !

Cette connerie avait trop durée.

http://allainjulesblog.blogspot.com/

Écrit par : Allain Jules | vendredi, 25 avril 2008 19:40

HS//

Hillary veut rayer l’Iran de la carte, Obama aussi !

Dans une interview télévisée diffusée mardi, Hillary Clinton a assuré que si elle était élue à la Maison-Blanche en novembre, et que si l’Iran attaquait Israël à l’arme atomique, elle attaquerait l’Iran à l’arme atomique pour « rayer les iraniens de la carte ! »
http://www.iran-resist.org/article4412

désespérant!!!!!!!!!!!

Écrit par : Maghnia | vendredi, 25 avril 2008 19:55

Ecrit par : Maghnia | vendredi, 25 avril 2008 19:55

Il faut d'urgence mettre Abbas Kiarostami à l'abri en France ; on n'a qu'à l'échanger contre jacques Audiard, le type qui fait des films qui sentent la moisissure :-)))))))))))))

Écrit par : Carrie Bradshaw | vendredi, 25 avril 2008 20:25

Carrie Bradshaw
http://sex-and-the-city.hypnoweb.net/texte1-s-16-p-63.html
n'importe quoi!!!
je veux garder jacques audiard!!
;-))))))))

Écrit par : Maghnia | vendredi, 25 avril 2008 20:55

Ecrit par : Carrie Bradshaw | vendredi, 25 avril 2008 20:25

+1

Écrit par : adrien (de rien) | vendredi, 25 avril 2008 22:20

en effet + + + etc. ça vole tellement haut

Écrit par : St Exp | vendredi, 25 avril 2008 23:07

""Si on n'est pas inquiet quand on est jeune, c'est qu'on n'est pas jeune".

???

euh, je dirai plutôt :

Si on n'est pas jeune quand on est con, c'est qu'on n'est pas jeune.

Arf!

Zgur

Écrit par : Zgur | vendredi, 25 avril 2008 23:25

http://www.lepost.fr/article/2008/04/25/1185698_reactions-a-la-grand-messe-televisuelle-sarkozyenne_1_0_1.html

Voici le résumé du discours. Une bonne synthèse.

Écrit par : agathe | vendredi, 25 avril 2008 23:30

en effet + + + etc. ça vole tellement haut
Ecrit par : St Exp | vendredi, 25 avril 2008 23:07

St Ex(u)p(éry ?) = - 1

;-)

Écrit par : André Turcat | samedi, 26 avril 2008 00:57

Méfions-nous cependant des saintes thèses qui ne penchent que d'un seul côté.

Écrit par : TellNoNews Monk | samedi, 26 avril 2008 09:17

Quoiqu'il en soit, l'exposition semble faire le plein :

http://www.rue89.com/2008/04/24/expo-zucca-la-polemique-enfle-les-visiteurs-affluent

L'endroit où il faut être, avant qu'il ne disparaisse. Etonnant renversement où la quiétude des photographies génère l'agitation, l'empressement, le souffre. Les visiteurs viennent habiter le hors champ, disent qu'ils savent ce que les photographies ne montrent pas ; ils croient apporter la part manquante. Ils se positionnent (peut-être) en tant que performers, investissant leur corps symbolique et leur histoire (propre, familiale, collective...) Il peut y avoir un effet de sublimation des photos de Zucca ; belles photos parce que j'ai le droit de dire qu'elles sont belles. Et les photos de Zucca deviennent à terme le hors champ, ce sont elles qui finalement sont occultées, on ne les voit plus. Encore une inversion.

Écrit par : f | samedi, 26 avril 2008 10:15

Ecrit par : TellNoNews Monk | samedi, 26 avril 2008 09:17

+1!

Écrit par : Valdo | samedi, 26 avril 2008 10:23

Ecrit par : Carrie Bradshaw | vendredi, 25 avril 2008 20:25

+1

Ecrit par : adrien (de rien) | vendredi, 25 avril 2008 22:20

Les maniaques du classement façon eurovision.

Audiard one point audiard un point, Russ Meyer two point Russ Meyer deux points, Godard four point godard quatre points, Kurosawa...

Écrit par : nef | samedi, 26 avril 2008 10:41

Ecrit par : TellNoNews Monk | samedi, 26 avril 2008 09:17

Drôle d'avertissement.
Je fais confiance d'emblée au lecteur.
Dans tous les cas, on lit et on trie...

Écrit par : agathe | samedi, 26 avril 2008 10:59

Ecrit par : nef | samedi, 26 avril 2008 10:41
en tant que super-maniaque des classements façon eurovision..;-))))

la palme d’or est attribuée à .. Carrie Bradshau .. la Marion Cotillard du net

NB : quelques infos personnelles sur cette immmmmmmmense comédienne :

*sa principale qualité est l’indépendance
*elle ose tout et n’a pas peur du regard des autres
*elle est toujours dévouée à ses ami(e)s
*elle a beaucoup d’humour, qui se ressent dans ses posts mais aussi dans ses billets
*elle a toujours un bon mot
*elle est très douée pour analyser les productions de ses contemporains et autres
(elle est très douée.. point-barre)
merci à Carrie Bradshau et longue vie

Écrit par : Maghnia | samedi, 26 avril 2008 11:06

"Soufre", évidemment...

.........

Une belle exposition à venir :

"Christian Picquet, chef de file de la tendance minoritaire de la LCR, se dit hostile à la participation du parte-parole de la Ligue Olivier Besancenot à l'émission politique et people de Michel Drucker sur France 2 le 11 mai.

"Il n'est pas forcément judicieux qu'il se rendre chez Michel Drucker à la mi-mai comme invité vedette", observe M. Picquet dans une interview au Parisien-Aujourd'hui en France samedi. "Ce type d'émission ne contribue pas à la différence d'idées, mais au contraire dépolitise l'espace public", juge-t-il.

M. Picquet a été, en mars, privé par la direction de la LCR du statut de permanent dont il bénéficiait depuis 28 ans, pour cause de divergence sur la conception du nouveau parti anticapitaliste que veut fonder la Ligue."

Écrit par : f | samedi, 26 avril 2008 12:23

Besancenot est l'opposant "officiel" au capitalisme.
Il a son accréditation et peut donc s'exprimer a ce titre pour que les bobos puissent s'exciter en se sentant révolutionnaires.
Ce gauchiste aux joues roses et au patrimoine rebondi me dégoûte.

Écrit par : odm | samedi, 26 avril 2008 13:05

Ecrit par : odm | samedi, 26 avril 2008 13:05
"Ce gauchiste aux joues roses et au patrimoine rebondi me dégoûte."

très intéressant!
et alors?

Écrit par : Maghnia | samedi, 26 avril 2008 13:20

je ne suis pas un adepte des diahrées verbales.
Je ne me paye pas de mots.
J'ai dis.

Écrit par : odm | samedi, 26 avril 2008 13:39

Ecrit par : odm | samedi, 26 avril 2008 13:39
pareil!!.. donc :

Olivier Besancenot,
né en avril 1974 .. ceci expliquant les "joues" (encore à 34ans il peut.. lui!)
et à Levallois-Perret .. ceci expliquant qu'elles soient "roses"

quant "au patrimoine rebondi"
Un appartement de 55m² achété en co-propriété, avec sa compagne, (crédit souscrit sur 18 ans )
+ une Peugeot 106 achetée en 2001.
+ un patrimoine déclaré : 37 000 euros
+ un salaire net mensuel de 1 100 euros.

Écrit par : Maghnia | samedi, 26 avril 2008 13:49

Ecrit par : Maghnia | samedi, 26 avril 2008 11:06

c'est la mise en doute de la version officielle du 11 septembre par l'actrice en question qui vous gène ?
parceque je pense que c'est un grand courage de sa part.
Et qu'elle va le payer très cher !

Écrit par : odm | samedi, 26 avril 2008 13:53

Ecrit par : Maghnia | samedi, 26 avril 2008 13:49
Finalement défendre Besancenot c'est se payer de peu de mots.
Vous avez oublié le vélo qu'il peut utiliser en dehors de ses heures de travail !

Écrit par : odm | samedi, 26 avril 2008 13:56

Besancenot chez Drucker ?
C'est un certificat de d'honorabilité !
Qui devrait en alerter plus d'un.
A suivre.

Écrit par : odm | samedi, 26 avril 2008 14:03

Ecrit par : odm | samedi, 26 avril 2008 13:53
pour le savoir.. faut le lui demander .. elle, elle sait..
d'ailleurs elle m'a écrit ici :
Ecrit par : Carrie Bradshaw | vendredi, 25 avril 2008 20:25
quant à Cotillard .. pour faire court .. je m'en fous!
:-))))

Écrit par : Maghnia | samedi, 26 avril 2008 14:15

"Besancenot chez Drucker ?"
Besancenot utilise les moyens de communication mis à sa disposition
les porte-voix c'est un peu ringard.. et en plus ils sont hors de prix
quant à vendre son vélo du dimanche se serait aussi nul que de vendre l'eau à l'espagne..
http://www.laprovence.com/articles/2008/03/17/344550-Region-en-direct-Barcelone-va-importer-de-l-eau-par-bateaux-depuis-Marseille.php
(Barcelone va importer de l'eau par bateaux depuis Marseille)

Écrit par : Maghnia | samedi, 26 avril 2008 14:25

les porte-voix c'est un peu ringard
Ecrit par : Maghnia | samedi, 26 avril 2008 14:25
Je crois pas !

Écrit par : odm | samedi, 26 avril 2008 15:25

La communication, la récupération, la falsification ; ça, ce n'est pas ringard :

http://tinyurl.com/6bpan5

Attention, c'est pathétique.

Comme la révolution expliquée à Zaza.

Écrit par : f | samedi, 26 avril 2008 15:45

excusez moi si je choque.. mais ce serait bien aussi d'arrêter d'arroser les chrysanthèmes
mai 68 c'était il y a quarante ans.. comme qui dirait 1/2siècle
et pendant que la France-d'avant s'attarde à nostalgizzer l'autre nous joue du zouk .. et nous nous dansons devant l'buffet!

Écrit par : Maghnia | samedi, 26 avril 2008 16:18

allez pour montrer que nous sommes encore vivants

15 mai : appel à la grève dans la Fonction Publique...
Communiqué commun des organisations syndicales de la Fonction publique CGT, UNSA, FSU, Solidaires, CFTC.
POUR DEFENDRE ET AMELIORER LA FONCTION PUBLIQUE !
Place à la mobilisation
Le projet de loi « relatif à la mobilité et aux parcours professionnels » validé par le Conseil des ministres est en cours d’examen au Sénat. S’y retrouvent toutes les mesures dont les organisations syndicales ont unanimement demandé le retrait, des mesures lourdes de conséquences pour les personnels et le service public sans le moindre dialogue social.
L’objectif essentiel est de faciliter les suppressions massives de postes dans la Fonction publique (35000 à 40000 emplois par an), en articulation avec les mesures annoncées dans le cadre de la Révision Générale des Politiques publiques. Cette RGPP traduit le profond désengagement de l’Etat. Elle induit l’affaiblissement voire la suppression ou la privatisation de missions et de services ainsi que la détérioration des conditions de travail et l’accroissement de la précarité.
C’est bien un plan social qui s’annonce à la Fonction Publique même si le Gouvernement en refuse l’appellation ! A cela s’ajoutent les pertes de pouvoir d’achat des personnels.
La Révision Générale des Politiques Publiques comme la réforme de l’Etat se mettent en œuvre sans débat public, sans que soient posées la question des missions de service public et celle des besoins des usagers et des citoyens sur l’ensemble du territoire.
Pour une Fonction publique et des services publics de progrès social au service de la population, nous exigeons :
• un véritable débat démocratique sur la réforme de l’Etat et de la Fonction publique en partant des besoins de tous ;
• un emploi public, statutaire et qualifié, permettant des services publics de qualité accessibles sur l’ensemble du territoire ;
• l’amélioration du statut du fonctionnaire qui garantit la neutralité, l’impartialité et l’indépendance des agents dans l’exercice de leurs missions ;
• un développement de la mobilité choisie qui s’oppose à la mobilité subie et l’abandon du recours à l’intérim.
Les organisations signataires appellent les personnels à se mobiliser entre le 13 et le 17 mai et à associer l’ensemble de la population à leurs actions.
Elles décident de faire du jeudi 15 mai, une étape massive et rassemblée de la mobilisation notamment par la grève et/ou des manifestations.
PS : la CFDT appellera à la grève sur sa propre plate forme ainsi que FO....
(LCR infos)

Écrit par : Maghnia | samedi, 26 avril 2008 16:26

Ecrit par : nef | samedi, 26 avril 2008 10:41

nef -1

désolé, je n'aime pas l'idéologie rance transportée par ce monsieur (Audiard, s'entend)

Écrit par : adrien (de rien) | dimanche, 27 avril 2008 10:03

Ecrit par : adrien (de rien) | dimanche, 27 avril 2008 10:03

Jacques Audiard

*1996 : Un héros très discret .. réalisé par Jacques Audiard,
Prix du meilleur scénario au Festival de Cannes
Prix du meilleur scénario au Stockholm Film Festival
Épi d’argent au Festival international du film de Valladolid

*1998 : Vénus beauté (institut) scénario de Jacques Audiard , etc..
César du meilleur film

*2001 : Sur mes lèvres .. de Jacques Audiard.
neuf nominations aux Césars de 2002 dont celles du meilleur film, du meilleur réalisateur..

*2005 : De battre mon cœur s'est arrêté .. film réalisé par Jacques Audiard,
huit César du cinéma.. dont celui du meilleur film, du meilleur réalisateur, de la meilleure adaptation
Prix du cinéma européen
Étoile d'or du film 2006


bon.. ces films n'ont pas 1/2 siècle.. et puis ils ne sont pas américains .. mais tout de même.. rance!!! le mot est mal adapté non?

Écrit par : Maghnia | dimanche, 27 avril 2008 11:45

Ecrit par : Maghnia | dimanche, 27 avril 2008 11:45

Je ne suis absolument pas pro-cinéma américain classique, mais les films de Audiard dégagent pour moi une idéologie de la vieille droite française soi disant anar qui me déplait, that's all !!! Et les récompenses ne font pas la qualité d'un film, si ?

Écrit par : adrien (de rien) | dimanche, 27 avril 2008 11:57

Ecrit par : adrien (de rien) | dimanche, 27 avril 2008 11:57


"Et les récompenses ne font pas la qualité d'un film, si ?"
tout à fait d'accord..

vieille droite française?.. je ne sais pas
sauf que le rance ça me fait penser au beurre.. et le beurre rance c'est vraiment crasse!
moi ce que j'aime chez audiard fils ce sont ses personnages mi-ombre mi-lumière.. comme dans la vie.. pas de limite précise.. toute la palette du gris.. à nous de déterminer le contours ..
et puis .. ils sentent la misère .. le quotidien singulier.. that's all !!!
;-))))

Écrit par : Maghnia | dimanche, 27 avril 2008 12:40

(ne pas confondre André Zucca et Pierre Zucca)

(ne pas confondre Michel Audiard et Jacques Audiard)

Écrit par : (ne pas confondre) | dimanche, 27 avril 2008 13:41

bon jour (ne pas confondre)
le plaisir!!!

Écrit par : Maghnia | dimanche, 27 avril 2008 13:46

Ecrit par : (ne pas confondre) | dimanche, 27 avril 2008 13:41

André Zucca .. Pierre Zucca??

La fille de Zucca (André) visée par la critique pour l'expo de son père
Les rebondissements continuent autour de l'expo «Les Parisiens sous l'Occupation » à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (BHVP). Depuis mars, elle présente des photos d'André Zucca sans préciser qu'il travaillait pour un journal collaborationniste. L'expo a ensuite été modifiée, pour expliquer le caractère propagandiste des images.
Le journal Le Monde, dans son édition du 25 avril avance que la fille d'André Zucca aurait empêché, au début des années 2000, une exposition similaire. «Au moment de finaliser, c'est le clash, écrit le journal. Nicole Zucca voulait minimiser la période de collaboration de son père.» L'intéressée dément, mais le directeur de la BHVP admet que l'expo n'a pas eu lieu «suite à une mésentente familiale».
http://www.20minutes.fr/article/227607/Paris-La-fille-d-Andre-Zucca-visee-par-la-critique-pour-l-expo-de-son-pere.php


"Vincent mit l’âne dans le pré", une douceur signée Zucca (Pierre)
Un temps photographe sur les plateaux de la nouvelle vague, Zucca s’essaya ensuite à la mise en scène. Parmi les résultats inégaux, un ovni précurseur... Sorti en 1975, "Vincent..." met en scène un jeune banlieusard distingué et un peu empoté (Fabrice Luchini, pour l’un de ses premiers films), amoureux fou d’une dessinatrice en devenir, mais prisonnier de la relation fusionnelle qu’il entretient avec son père (Michel Bouquet).
http://www.rue89.com/dvdvore/vincent-mit-l%E2%80%99ane-dans-le-pre-une-douceur-signee-zucca

merci (ne pas confondre)

Écrit par : Maghnia | dimanche, 27 avril 2008 14:05

" Un fils ne portera pas la faute de son père ni un père la faute de son fils "
(Ezechiel, 18 - 20)

Écrit par : (ne pas confondre) | dimanche, 27 avril 2008 14:32

Ecrit par : (ne pas confondre) | dimanche, 27 avril 2008 14:32
Et il avait bien raison !

Écrit par : Adolphe Hitler junior | dimanche, 27 avril 2008 14:45

c'est valable pour moi aussi ?

Écrit par : Jean Sarkozy | dimanche, 27 avril 2008 14:50

Ecrit par : Jean Sarkozy | dimanche, 27 avril 2008 14:50

non pas pour toi.. c.. mais peut-être que pour ton frère oui.. peut-être

"C'est désormais officiel, Pierre Sarkozy, 22 ans, fils ainé du président de la République, et Mosey, le producteur de hip-hop du groupe Da Crime Chantilly, sont bien la même personne"
..
"Une révélation qui fait sourire mais qui fait aussi désordre dans le mileu du hip-hop pour ceux qui n'oublient pas, entre autres, que Hamé, du groupe de rap La Rumeur, est poursuivi, malgré deux relaxes, depuis cinq ans par le ministère de l'Intérieur (alors occupé par Sarkozy) pour avoir publié un texte mettant en cause les violences policières depuis plusieurs décennies en France."

http://www.rue89.com/2008/01/09/casey-avec-le-rap-le-fils-sarkozy-fait-un-bras-dhonneur-a-papa

Écrit par : Maghnia | dimanche, 27 avril 2008 15:05

Chère Maghnia,
mais que faites-vous devant votre ordinateur alors qu'il fait beau dehors ?

Écrit par : (ne pas confondre) | dimanche, 27 avril 2008 15:47

Ecrit par : (ne pas confondre) | dimanche, 27 avril 2008 15:47

beau?
ah bon!
je ne savais pas!
ils ont dit ça à la météo?
faut dire que je ne lis plus les journaux..
je ne regarde plus la télé..
je conduis même les yeux fermés.. tant j'ai peur de les voir.. l'abruti et sa pouf.
(j'évite même de dormir.. pour ne pas cauchemarder)

Écrit par : Maghnia | dimanche, 27 avril 2008 18:15

pôvre maghnia...
qu'allez-vous devenir dans ce bas monde???

Écrit par : bienfée | dimanche, 27 avril 2008 18:24

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu